AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Pourquoi la mutation du gène BRCA donne le cancer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15771
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Pourquoi la mutation du gène BRCA donne le cancer   Lun 30 Mai 2016 - 15:08

Scientists at the University of Birmingham are a step closer to understanding the role of the gene BRCA1. Changes in this gene are associated with a high risk of developing breast and ovarian cancer.

The research, published in Nature Structural and Molecular Biology, explains how the gene encourages the attachment of the protein, ubiquitin, to other proteins and plays a vital role in DNA repair.

Should the results be confirmed by further studies, it is possible that patients with certain genetic changes in BRCA1 could be identified as being at higher risk of breast and ovarian cancer.

The gene BRCA1 makes a protein that can attach ubiquitin, which helps to regulate processes in the body, to other proteins. However little was known about the importance of this activity in DNA repair.

The new research has found that this attachment of ubiquitin by BRCA1, its 'ubiquitin ligase activity', is needed for a specific type of DNA repair that is 'error-free', known as homologous recombination. It is known that cells without this type of DNA repair can develop mutations leading to cancer development. Cells lacking the BRCA1 ubiquitin ligase activity were found to be sensitive to certain DNA damaging agents that need homologous recombination in for repair.

Dr Jo Morris, lead author from the University of Birmingham, explained, "We know that loss of BRCA1 is associated with a high risk of breast cancer, so getting to grips with understanding this gene has been a major aim of breast cancer research. This study may explain why some cancer predisposing mutations are found in the front part of the BRCA1 gene -- the part that allows it to function as a ubiquitin ligase."

The team sought to identify how BRCA1 manages to perform the ubiquitin attachment role, and found that it relies on a part of a partner protein, called BARD1.

Using changed versions of BARD1, and leaving the BRCA1 protein untouched, they were able to identify the attachment function of BRCA1 and show that it is needed for the cell response to, and proper repair of, DNA damage.

Dr Morris added, "Our finding that BRCA1 has several independent functions in DNA repair has implications for treatment. Clinicians are currently worried that breast cancer patients with low or absent BRCA1 may become resistant to therapeutic agents such as Olaparib. Our data show that cancer cells without BRCA1 have more than one "Achilles heel," and so there are more ways to target cancers and therefore to prevent tumours becoming resistant to treatment."


---

Les scientifiques de l'Université de Birmingham font un pas de plus pour comprendre le rôle du gène BRCA1. Des changements dans ce gène sont associées à un risque élevé de développer un cancer du sein et de l'ovaire.

La recherche, publiée dans Nature Structural and Molecular Biology, explique comment le gène encourage la fixation de la protéine, l'ubiquitine à d'autres protéines et joue un rôle essentiel dans la réparation d'ADN.

Si les résultats sont confirmés par d'autres études, il est possible que les patients atteints de certains changements génétiques BRCA1 pourraient être identifiés comme étant à risque élevé de cancer du et de l'  .

Le gène BRCA1 produit une protéine qui peut attacher l'ubiquitine, qui aide à réguler les processus dans le corps, à d'autres protéines. Cependant, on savait peu sur l'importance de cette activité dans la réparation d'ADN.

La nouvelle recherche a trouvé que cet attachement de l'ubiquitine par BRCA1, son «activité de ligase ubiquitine ', est nécessaire pour un type spécifique de réparation de l'ADN qui est« sans erreur », connue sous le nom de recombinaison homologue. Il est connu que les cellules sans ce type de réparation de l'ADN peuvent développer des mutations conduisant au développement du cancer. Des cellules dépourvues de l'activité de ligase d'ubiquitine BRCA1 se sont avérés être sensibles à certains agents endommageant l'ADN qui nécessitent une recombinaison homologue pour réparation.

Le dr Jo Morris, auteur principal de l'Université de Birmingham, a expliqué: «Nous savons que la perte de BRCA1 est associée à un risque élevé de cancer du , de sorte que la prise en main par la compréhension de ce gène a été un objectif majeur de la recherche sur le cancer du sein. Cette étude pourrait expliquer pourquoi certaines mutations qui prédisposent au cancer se trouvent dans la partie avant du gène BRCA1 - la partie qui lui permet de fonctionner comme une ligase ubiquitine ".

L'équipe a cherché à déterminer comment BRCA1 parvient à jouer le rôle de fixation de l'ubiquitine, et a constaté qu'il repose sur une partie d'une protéine partenaire, appelé BARD1.

En utilisant des versions changées de BARD1, et en laissant la protéine BRCA1 intacte, ils ont pu identifier la fonction de fixation de BRCA1 et montrer qu'elle est nécessaire pour la réponse cellulaire à, et la bonne réparation des dommages de l'ADN.

Le dr Morris a ajouté: «Notre découverte que BRCA1 a plusieurs fonctions indépendantes de réparation de l'ADN a des implications pour le traitement. Les cliniciens sont actuellement inquiets que les patientes atteintes de cancer du sein avec BRCA1 faible ou absent puissent devenir résistantes à des agents thérapeutiques tels que Olaparib. Nos données montrent que les cellules cancéreuses sans BRCA1 ont plus d'un «talon d'Achille», et donc il y a plus d'une façon de cibler les cancers et donc pour prévenir les tumeurs de devenir résistantes au traitement. "

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15771
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Pourquoi la mutation du gène BRCA donne le cancer   Ven 6 Nov 2015 - 17:19

Cancer cells with mutations in BRCA1 or BRCA2 genes, which serve a vital role in preserving the integrity of the genetic code, are key targets for cancer therapeutics. Yet, few agents can selectively eliminate cells deficient in BRCA, and none can do so without the risk of inducing drug resistance. But scientists at the Lewis Katz School of Medicine at Temple University (LKSOM) now think they can help overcome that problem, thanks to their discovery of a small molecule that selectively kills BRCA-deficient cancer cells by blocking the activity of an alternative DNA repair pathway.

According to Richard T. Pomerantz, PhD, Assistant Professor of Medical Genetics and Molecular Biochemistry in the Fels Institute for Cancer Research at LKSOM, and senior investigator of the study, cancer cells deficient in BRCA proteins, which normally promote a major mechanism of DNA repair known as homologous recombination, become dependent on an alternative DNA repair pathway mediated by a protein called RAD52. Dr. Pomerantz and colleagues are the first to show that the selective inhibition of RAD52 with a small molecule known as 6-hydroxy-DL-dopa (6-OH-dopa) can block the growth of BRCA-deficient cancer cells in vitro, including cells obtained from leukemia patients.

The new findings were published online November 5 in the journal Chemistry & Biology.

"Every cell has redundant DNA repair pathways," Dr. Pomerantz explained. "If the main DNA repair pathway, BRCA-mediated homologous recombination, becomes defective, cancer cells adapt and still proliferate."

Previous studies had shown that the suppression of RAD52 in cells that already harbor mutations in BRCA1 or BRCA2 causes the cells to die. Cells with normally functioning BRCA proteins, on the other hand, are unaffected by the loss of RAD52 activity, because the primary BRCA-mediated DNA repair mechanism is intact.

Prior to the new study, however, no one had identified a small molecule inhibitor of RAD52. RAD52 works by forming a large ring structure that binds to single strands of DNA, and similar to many other DNA-binding proteins, it lacks enzymatic activity. Those features present significant challenges in drug discovery, and in fact, DNA-binding proteins traditionally have been considered to be beyond the reach of even small molecule inhibitors.

Dr. Pomerantz and colleagues screened more than 18,000 compounds before finding 6-OH-dopa, the only small molecule that consistently prevented RAD52 from binding to single-stranded DNA. Experiments in cells showed that 6-OH-dopa is specific for RAD52 and acts by disrupting RAD52 ring structures. In BRCA-deficient cells, treatment with the molecule resulted in reduced cell growth and viability. In contrast, BRCA-proficient cells were mostly unaffected, demonstrating the potential for a new form of precision medicine.

"The effect is like knocking out two legs of a table that normally is supported by four legs. One leg is lost to BRCA mutations and another to RAD52 inhibition. With only two legs left, the table collapses," Dr. Pomerantz explained. "Normal cells are left on three legs, due to only RAD52 inhibition, so they survive."

The discovery of 6-OH-dopa has therapeutic implications for more than just breast and ovarian cancer -- the diseases most widely associated with BRCA mutations. Cancers of the lung, prostate, and pancreas, as well as leukemia, also exhibit BRCA deficiencies.

Dr. Pomerantz is moving forward with plans to further develop the small molecule and to identify additional RAD52 inhibitors for testing in BRCA-deficient animal models. With support from the National Institutes of Health (NIH) and the Department of Defense (DoD) and collaborations with Dr. Tomasz Skorski of the Department of Microbiology and Immunology and Fels Institute for Cancer Research at LKSOM, with researchers at the Moulder Center for Drug Discovery at LKSOM, and with scientists at the Rockefeller University, Dr. Pomerantz is hopeful that this line of research will eventually lead to clinical trials.


---


Les cellules cancéreuses avec des mutations dans les gènes BRCA1 ou BRCA2, qui jouent un rôle essentiel dans la préservation de l'intégrité du code génétique, sont des cibles clés pour la thérapeutique du cancer. Pourtant, quelques agents peuvent sélectivement éliminer les cellules déficientes en gène BRCA, mais aucun ne peut le faire sans le risque d'induire une résistance aux médicaments. Mais les scientifiques de l'École Lewis Katz de médecine à l'Université Temple (de LKSOM) pensent maintenant qu'ils peuvent aider à surmonter ce problème, grâce à leur découverte d'une petite molécule qui tue sélectivement les cellules cancéreuses déficientes en BRCA en bloquant l'activité d'une voie de réparation d'ADN de remplacement.

Selon Richard T. Pomerantz, PhD, professeur adjoint de génétique médicale et de biochimie moléculaire à l'Institut Fels for Cancer Research à LKSOM, et investigateur principal de l'étude, les cellules cancéreuses déficientes en protéines BRCA, qui favorisent normalement un important mécanisme de réparation de l'ADN connu sous le nom recombinaison homologue, deveniennent dépendantes d'une voie de réparation d'ADN à médiation par une variante appelée protéine RAD52. Le Dr. Pomerantz et ses collègues sont les premiers à montrer que l'inhibition sélective de RAD52 avec une petite molécule connue sous le nom de 6-hydroxy-DL-dopa (6-OH-dopa) peut bloquer la croissance des cellules cancéreuses BRCA-deficientes in vitro, y compris obtenus à partir de cellules de patient avec la leucémie.

Les nouveaux résultats ont été publiés en ligne le 5 Novembre dans la revue Chemistry & Biology.

"Chaque cellule a des voies redondantes de réparation d'ADN», a expliqué le Dr Pomerantz. «Si la voie de réparation d'ADN principal, si la voie de composition homologue médiée par BRCA devient défectueuse, les cellules cancéreuses s'adaptent et continuent à proliférer."

Des études antérieures avaient montré que la suppression de RAD52 dans les cellules qui hébergent déjà des mutations dans BRCA1 ou BRCA2 provoque la mort des cellules. Les cellules avec des protéines qui fonctionnent normalement avec BRCA d'autre part, ne sont pas affectés par la perte de l'activité de RAD52, parce que le mécanisme primaire de réparation de l'ADN à médiation BRCA est intact.

Avant la nouvelle étude, cependant, personne n'avait identifié une petite molécule inhibitrice de RAD52. RAD52 fonctionne en formant une grande structure en anneau qui se lie aux brins d'ADN simples, et semblable à beaucoup d'autres protéines de liaison à l'ADN, il est dépourvu d'activité enzymatique. Ces caractéristiques présentent des défis importants dans la découverte de médicaments, et en fait, les protéines de liaison à l'ADN ont été traditionnellement considéré comme au-delà de la portée des inhibiteurs, même de petites molécules.

Le Dr Pomerantz et ses collègues ont examiné plus de 18.000 composés avant de trouver 6-OH-dopa, la seule petite molécule qui empêche RAD52 de se lier à l'ADN à simple brin. Des expériences ont montré que, dans les cellules,  6-OH-dopa est spécifique de RAD52 et agit en perturbant les structures cycliques de RAD52. Dans les cellules déficientes en BRCA, le traitement avec la molécule a donné lieu à la croissance cellulaire et la viabilité réduites. En revanche, les cellules avec BRCA compétent y étaient peu sensibles, ce qui démontre le potentiel d'une nouvelle forme de médecine de précision.

"L'effet est comme enlever deux pieds d'une table qui est normalement pris en charge par quatre pieds. Une jambe est perdue avec des mutations BRCA et une autre jambe avec l'inhibition de RAD52. Avec seulement deux jambes gauche, la table effondre," a expliqué le Dr Pomerantz. "Les cellules normales sont laissées sur trois jambes, en raison de la seule inhibition ne RAD52, aussi elles survivent."

La découverte de 6-OH-dopa a des implications thérapeutiques pour plus que juste le cancer du et de l'  - les maladies les plus largement associées à des mutations BRCA. Les cancers du , de la et du , ainsi que la leucémie , présentent également des carences BRCA.

Le dr Pomerantz va de l'avant avec des plans pour développer davantage la petite molécule et d'identifier des inhibiteurs de RAD52 supplémentaires pour les essais sur des modèles animaux déficients en BRCA., le Dr Pomerantz a bon espoir que cette ligne de recherche mènera éventuellement à des essais cliniques.

_________________


Dernière édition par Denis le Sam 16 Juil 2016 - 11:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15771
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Pourquoi la mutation du gène BRCA donne le cancer   Mer 11 Sep 2013 - 15:50

Sep. 10, 2013 — Medical researchers at the University of Alberta have made a basic science discovery that advances the understanding of how DNA repairs itself. When DNA becomes too damaged it ultimately leads to cancer.
Share This:

Faculty of Medicine & Dentistry researcher Mark Glover and his colleagues published their findings in the peer-reviewed journal, Structure (Cell Press), earlier this summer. For years, scientists thought two key proteins involved in DNA repair operated in exactly the same way. Glover's team discovered how the proteins operate and communicate is vastly different -- information that could lead to improved cancer treatments.

Glover explains that a protein known as BRCA1 acts like a hallway monitor -- constantly scanning DNA for damage. At the first sign of problems, this protein figures out what kind of help is needed, and "radios" in a cleanup crew of other proteins.

A second protein, known as TopBP1, ensures that DNA can copy itself when needed. When this process stalls due to DNA damage, this protein also calls in a cleanup crew. But Glover likens its method of communication to tweets, rather than radio.

"The two proteins may be related and look very similar, but their roles and the way they communicate are in fact very different, which was surprising to us," Glover says. "Each protein plays a role in recognizing damaged regions of DNA, but the problem they each solve is different.

"The question now is how can we use this information to try to improve cancer therapies? Could we temporarily knock out cancer DNA's ability to repair itself from radiation damage? Could we administer radiation at a point that prevents cancer DNA from copying itself? Could we inhibit the activity of proteins that are normally trying to run around and fix the damage?

"Maybe some of these ideas could ultimately translate into less radiation or chemotherapy needed for patients, if the treatment can be more targeted," says Glover, who works in the Department of Biochemistry.

His team is continuing its research in this area, and wants to learn more about the role of the TopBP1 protein and why it favours communicating with a specific protein. They also want to conduct tests in their lab to see if the use of certain medications could alter the way these proteins work in a way that could result in new or improved cancer treatments.

Glover's lab members make 3-D images of proteins, making it easier to understand and see how proteins work.
---

10 septembre 2013 - Des chercheurs en médecine de l'Université de l'Alberta ont fait une découverte scientifique de base qui fait avancer la compréhension de la façon dont l'ADN se répare lui-même. Lorsque l'ADN est trop endommagé, il conduit finalement à un cancer.


La Faculté de médecine et de dentisterie chercheur Mark Glover et ses collègues ont publié leurs résultats dans la revue scientifique , Structure (Cell Press), plus tôt cet été . Pendant des années, les scientifiques pensaient que deux protéines clés impliquées dans la réparation de l'ADN fonctionnaient exactement de la même façon. L'équipe de Glover a découvert que les protéines fonctionnent et communiquent de façon très différente - des informations qui pourraient mener à de meilleurs traitements du cancer.

Glover explique qu'une protéine appelée BRCA1 agit comme un moniteur - la numérisation des dommages de l'ADN est constante. Au premier signe de problèmes, cette protéine figure quel type d'aide est nécessaire, et fait une radio par une équipe de balayage avec d'autres protéines .

Une deuxième protéine , connue sous le nom TopBP1 , assure que l'ADN peut se copier en cas de besoin . Lorsque ce processus cale en raison de dommages à l'ADN , cette protéine appelle également une équipe de nettoyage . Mais Glover compare sa méthode de communication à un tweet, plutôt qu'à une  radio.

"Les deux protéines peuvent être liés et se ressemblent beaucoup , mais leurs rôles et la façon dont ils communiquent sont en fait très différente, ce qui est surprenant pour nous », dit Glover. " Chaque protéine joue un rôle dans la reconnaissance des régions endommagées de l'ADN , mais le problème qu'ils résolvent chacun est différent.

" La question est maintenant de savoir comment nous pouvons utiliser cette information pour essayer d'améliorer les traitements contre le cancer ? Peut-on frapper temporairement la capacité de l'ADN cancereux de se réparer des dommages causés par le rayonnement ? Peut-on administrer un rayonnement à un point qui empêche l'ADN cancereux de se copier lui-même ? Pourrions-nous inhiber l'activité des protéines qui normalement essaient de s'activer et de réparer les dégâts ?

"Peut-être que certaines de ces idées pourrait finalement se traduire par moins de radiation ou de chimiothérapie nécessaire pour les patients , si le traitement peut être plus ciblée », dit Glover, qui travaille dans le Département de biochimie .

Son équipe poursuit ses recherches dans ce domaine, et veut en savoir plus sur le rôle de la protéine TopBP1 et pourquoi elle favorise la communication avec une protéine spécifique. Ils veulent également procéder à des essais dans leur laboratoire pour voir si l'utilisation de certains médicaments pourrait modifier la façon dont ces protéines fonctionnent d'une manière qui pourrait entraîner des traitements nouveaux ou améliorés du cancer.

Les membres du laboratoire de Glover font des images 3D des protéines , ce qui rend plus facile à comprendre et aide à voir comment les protéines fonctionnent.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15771
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Pourquoi la mutation du gène BRCA donne le cancer   Jeu 25 Juil 2013 - 18:29

Les chercheurs canadiens du centre de recherche sur le cancer "Princesse Margaret", dans l'Ontario, ont découvert comment les mutations du gène BRCA1 parviennent à déclencher le développement des cancers du sein et de l'ovaire, et pourquoi les femmes porteuses de ces mutations présentent un risque fortement accru de développer ces types de cancer.

Selon cette étude, la clé de ce mécanisme de cancérogenèse résiderait dans l'action de l'œstrogène qui favorise la survie de cellules présentant des mutations.

"Sans ces œstrogènes, ces cellules endommagées ne devraient pas menacer l'hôte, mais à cause de l'action de cette œstrogène, ces cellules altérées peuvent non seulement survivre mais se développer et former des cancers du sein et de l'ovaire", soulignent les professeurs Mona Gauthier et Tak Mak, qui ont dirigé ces recherches

Ces travaux ont pu montrer que l'interaction entre le gène BRCA1 et un gène régulateur, Nrf2, régulait la réponse anti-oxydante des cellules. Dans les cellules saines, BRCA1 assure la réparation de l’ADN endommagé, en association avec Nrf2.

Mais ce mécanisme malheureusement se dérègle lorsque le gène BRCA1 est victime d'une mutation. Dans ce cas, il devient incapable de réparer l'ADN et ne peut plus communiquer avec Nrf2, ce qui entraîne la perte de sa fonction anti-oxydante.

Normalement, le stress oxydatif détruit les cellules qui perdent cette fonction de BRCA1. Mais dans le cas du sein et de l'ovaire, les œstrogènes vont jouer un rôle particulièrement néfaste en protégeant les cellules possédant le gène BRCA1 déficient et en permettant une collaboration avec Nrf2 qui va empêcher la mort des cellules malades et permettre le développement d'un cancer .

La découverte de cette voie de communication spécifique entre BRCA1, Nrf2 et l’œstrogène dans la promotion de ces cancers de la femme explique pourquoi la perte d'un gène suppresseur de tumeur normalement actif dans tous les tissus se traduit par un développement spécifique des cancers du et de l’ .

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15771
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Pourquoi la mutation du gène BRCA donne le cancer   Mer 15 Mai 2013 - 18:55

Uné équipe de Montpellier conduit une étude pour tester l'efficacité des anti-aromatases en prévention des cancers du sein héréditaires.

Angelina Jolie a révélé ce mardi avoir subi une double mastectomie. L'actrice est porteuse d'un gène défectueux qui augmente ses risques de développer un cancer du sein Une annonce qui a agité aussi bien la sphère people que le monde médical. En effet, cette lourde opération consiste en l'ablation des deux seins. Une Américaine concernée sur 3 choisit cette option. Mais en France, le recours à la chirurgie reste exceptionnel: moins de 5% des femmes y ont recours.
Entre la méthode radicale proposée aux Etats-Unis et la surveillance active mis en place dans les centres français, un alternative médicamenteuse pourrait bien voir le jour.

Une étude est actuellement menée par l'équipe du Pr Pascal Pujol au CHU de Montpellier. Les recherches portent sur les effets préventifs des anti-aromatases. Déjà utilisées dans le traitement du cancer du sein, ces molécules agissent sur le facteur hormonal en supprimant l'action des oestrogènes sur les cellules du cancer du sein. L'essai développé à Montpellier s'adresse à des femmes porteuses de gènes défectueux. L'étude compare deux groupes, l'un qui reçoit des anti-aromatases et l'autre un placebo. Les chercheurs en sont à la moitié des inclusions et les résultats sont espérés d'ici un an ou deux.

Ecoutez le Pr Pascal Pujol, oncologue au CHU de Montpellier: « Les anti-aromatases vont supprimer l'action des oestrogènes sur les cellules de cancer du sein. Elles sont utilisées depuis plus de 10 ans avec succès dans le traitement de ces cancers ».



Mais en attendant les résultats, l'équipe du Pr Pascal Pujol fonde de grands espoirs dans cette piste de recherche car les anti-aromatases ont déjà prouvé leur efficacité dans la prévention du cancer du sein pour certaines femmes à risque. Un essai auquel a participé le CHU de Montpellier a déjà été mené en 2011 sur 4000 femmes comportant un risque familial moins important que celui lié à la génétique. Ces femmes avaient un risque lié à l'âge, mais aussi à des antécédents familiaux et de lésions mammaires bénignes. Résultat: une diminution de 65 % du risque de développer un cancer de sein grâce à cette alternative médicamenteuse.

Ecoutez le Pr Pascal Pujol, oncologue au CHU de Montpellier: « les résultats en 2011 on été extrêmement significatifs ».


http://pourquoi-docteur.nouvelobs.com/Des-medicaments-a-l-essai-en-prevention-du-cancer-du-sein-2654.html

Enfin, le Pr Pascal Pujol souligne que ces anti-aromatases ont peu d'effets secondaires, seules quelques douleurs articulaires ont été observées et la probabilité d'avoir ces effets n'est que de 5%. De plus, ces inhibiteurs n'entraînent pas de morbidité cardio-vasculaire, ni d'incidents de nouveaux cancers.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15771
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Pourquoi la mutation du gène BRCA donne le cancer   Mer 15 Mai 2013 - 10:06

La mastectomie préventive, c'est pour qui ?

Les femmes qui se croient à risque doivent d'abord rencontrer un conseiller génétique, explique John Keyserlingk, directeur médical du centre du sein VM Médical, afin d'évaluer leur bagage génétique. Si les risques sont évalués à plus de 10 %, un test génétique est proposé afin de déterminer la présence de gènes BRCA1 ou BRCA2, preuve d'une mutation génétique. Comme ce dépistage est couvert par la Régie de l'assurance maladie, il faut prévoir d'un à deux ans d'attente. Enfin, si le dépistage s'avère positif (comme dans le cas d'Angelina Jolie), la mastectomie préventive peut être envisagée. Mais attention, il ne s'agit pas de la seule option possible : un suivi serré et une médication peuvent aussi être proposés. En matière de prévention, dans un cas de haut risque (jusqu'à 85 %) comme celui-ci, « la mastectomie sous-cutanée est la meilleure solution, et de loin «, tranche le chirurgien oncologue.

Est-ce une opération importante ?

« Ça n'est pas une opération complexe comme une transplantation cardiaque «, précise le chirurgien. Pour vulgariser, il compare la mastectomie à l'art de vider un oeuf. « On préserve l'écaille, la peau, et on vide l'intérieur, par une petite incision. On se débarrasse du terrain où pourrait pousser une tumeur. «

Pour la reconstruction, généralement immédiate, on insère par la même incision un « expandeur «, une sorte de prothèse gonflable. En tout, l'opération dure environ quatre heures, et la patiente peut repartir le lendemain.

Est-ce que beaucoup de femmes y ont recours ?

Pour l'instant, environ 8 % des Québécoises porteuses de cette mutation génétique ont recours à une mastectomie préventive, révèle une étude de l'Université de Toronto. En Ontario, la proportion est de 22 %, et dans l'Ouest, de 46 %. Mais cette proportion est appelée à augmenter. « Parce qu'on en parle plus, et que de plus en plus de femmes sont dépistées «, croit John Keyserlingk, dont le nombre d'opérations a plus que doublé en 10 ans.

Aux États-Unis, c'est la norme. « La plupart des femmes chez qui l'on détecte un gène BRCA1 ou BRCA2 finissent par subir une mastectomie «, confirme Todd Tuttle, chef du service en oncologie chirurgicale à l'Université du Minnesota.

Y a-t-il des risques ?

Bien sûr, toute opération comporte des risques en terme d'infection. Psychologiquement, la mastectomie peut aussi avoir des conséquences sur le rapport au corps et l'estime de soi. « Mais c'est surtout l'énorme soulagement d'être libérée du stress de vivre avec une mutation génétique qui ressort «, signale Kelly Metcalfe, professeure en infirmerie à l'Université de Toronto.

Faut-il craindre un effet Angelina Jolie ?

C'est l'inquiétude du chercheur Todd Tuttle. « J'espère que les femmes qui vont aller de l'avant vont le faire pour elles, et non parce qu'une vedette l'a fait... « Au contraire, rétorque la chercheuse Kelly Metcalfe : « Je crois qu'Angelina Jolie a fait beaucoup pour la cause. Bien des femmes viennent d'apprendre qu'il existe des tests de dépistage. Et qu'une fois dépistées, elles peuvent agir. Alors oui, je crois que c'est une bonne nouvelle. «

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15771
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Pourquoi la mutation du gène BRCA donne le cancer   Mer 16 Nov 2011 - 13:08

Les chercheurs ont constaté une interaction importante entre les gènes BRCA1 et une autre protéine appelée RHAMM (codée par le gène HMMR). Ces deux protéines agissent sur un mécanisme moléculaire jusqu'alors inconnu qui régule la polarité des cellules épithéliales. Les chercheurs ont montré que les gènes BRCA1 et RHAMM contrôler le développement normal des cellules épithéliales du sein. Si un ou deux de ces gènes subit des mutations, l'architecture et le développement normal des cellules du est modifiée de façon à augmenter le risque d'un type de tumeur spécifique.


«Les Porteuses de la mutation du gène BRCA1 présentent un risque élevé de cancer du sein», a déclaré Pujana, mais ces mutations présentent une importance variable, ce qui peut s'expliquer en partie par d'autres facteurs génétiques tels que la variante identifiée dans HMMR." Une variante génétique commune des HMMR augmente légèrement (environ 1,1 fois) le risque de cancer du sein chez les femmes porteuses de mutations BRCA1. "Par conséquent, en soi, cette variante ne justifie pas une analyse génétique», explique Pujana.

Mais, si d'autres mutations sont ajoutées qui ont également l'effet de modifier légèrement le risque - et une vingtaine sont connus maintenant - alors cela peut varier considérablement le risque de développer cancer du sein chez ces femmes.

L'étude de ces variantes génétiques est dirigée vers le développement plus précis de modèles génétiques permettant de prédire le risque de cancer chez les femmes qui portent des mutations BRCA1 ou BRCA2, et donc de les aider à prendre des mesures préventives appropriées. Les variantes sont également associés à différents types de tumeurs, avec des implications importantes pour le pronostic de la patiente.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15771
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Pourquoi la mutation du gène BRCA donne le cancer   Lun 10 Déc 2007 - 14:02

Des chercheurs disent avoir découvert un facteur susceptible d'expliquer pourquoi les femmes qui héritent d'une mutation du gène BRCA1 courent un risque élevé de développer un cancer du sein. Et cette découverte pourrait faire avancer la recherche de nouveaux traitements.

Un deuxième gène, PTEN, joue un rôle crucial, affirment les chercheurs dans une étude rendue publique dimanche.

Les scientifiques savent depuis longtemps que le gène BRCA1 répare normalement les dommages causés aux autres gènes. S'il est affaibli par des mutations, les dommages non réparés pourraient conduire au cancer. Mais les chercheurs ne savaient pas comment cela pouvait se produire.

La nouvelle étude pointe du doigt le PTEN, qui agit normalement comme un frein au cancer. Les chercheurs ont constaté que dans les cancers du sein associés à une mutation du gène BRCA1, le gène PTEN est souvent brisé et n'est pas réparé, ce qui déclenche une cascade chimique menant à une tumeur maligne.

Selon le docteur Ramon Parsons de l'Université Columbia, qui fait le compte rendu de l'étude avec des collègues sur le site Internet de Nature Genetics, c'est probablement là un élément majeur expliquant qu'un défaut du gène BRCA1 peut entraîner un cancer du sein.

Le gène PTEN est connu depuis une dizaine d'années, et les sociétés pharmaceutiques ont effectué des tests sur des animaux pour trouver des moyens d'interrompre cette cascade - avec des résultats encourageants, d'après le Dr Parsons.

voir aussi ici pour ce sujet


Dernière édition par Denis le Ven 6 Nov 2015 - 17:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pourquoi la mutation du gène BRCA donne le cancer   Aujourd'hui à 13:20

Revenir en haut Aller en bas
 
Pourquoi la mutation du gène BRCA donne le cancer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une mutation courante du gène CHEK2
» Pourquoi le pape François ne donne pas souvent la communion?..
» Pourquoi le pape François ne donne pas la communion
» La mutation du gène HOXB13
» Si Dieu donne son salut à tout homme, pourquoi évangéliser ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: