AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La pilule diminuerait le risque du cancer de l'ovaire.

Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16920
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: La pilule diminuerait le risque du cancer de l'ovaire.   Sam 25 Mar 2017 - 13:29

23-03-2017 | 13h41


Des chercheurs de l'université d'Aberdeen ont découvert que les femmes qui prenaient la pilule durant leurs «années reproductrices» avaient moins de chance d'avoir certaines maladies que les femmes ne l'ayant jamais prise. La pilule n'augmente pas non plus le risque de nouveaux cancers.


Le Dr Lisa Iversen et son équipe ont étudié les cas de 46 000 femmes britanniques durant 44 ans, ce qui en fait la plus vaste étude sur le sujet. Ils ont conclu que les bienfaits protecteurs de la pilule pouvaient durer jusqu'à 35 ans après la dernière prise.

Les femmes étudiées prenaient la pilule pendant une moyenne de trois ans et demi, durant leurs vingtaine et trentaine, mais ceci a diminué leur risque d'avoir des cancers durant des décennies après l'arrêt, là où il est normalement le plus élevé. La probabilité d'avoir des cancers des ovaires ou de l'utérus était diminuée par trois, et elles avaient également moins de risque d'avoir un cancer des intestins.

Si on met en garde les femmes prenant la pilule contre le cancer du sein ou du col de l'utérus, les chercheurs ont noté que ces dangers disparaissaient totalement après la dernière prise de pilule. Et lorsque la ménopause arrive, la menace du cancer avec, les femmes qui avaient pris la pilule avaient moins de chance d'avoir des cancers, quels que soient leur nature.

«L'étude a duré tellement longtemps que nous pouvons observer des effets à très long terme, s'il y en a, associés à la pilule, a expliqué le Dr Iversen. Ce que nous avons trouvé, en analysant 44 ans de données c'est que les femmes qui ont utilisé la pilule avaient moins de chance d'avoir des cancers colorectaux, de l'endomètre et des ovaires. Donc, les bienfaits protecteurs de l'utilisation de la pilule durant leurs années reproductives durent pendant au moins 30 ans après qu'elles aient arrêté.»

L'étude, supportée par le Medical Research Council, l'Imperial Cancer Research Fund et la British Heart Foundation, a été publiée dans le American Journal of Obstetrics and Gynecology.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16920
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: La pilule diminuerait le risque du cancer de l'ovaire.   Jeu 8 Sep 2016 - 22:21

Deaths from ovarian cancer fell worldwide between 2002 and 2012 and are predicted to continue to decline in the USA, European Union (EU) and, though to a smaller degree, in Japan by 2020, according to new research published in the leading cancer journal Annals of Oncology today.

The main reason is the use of oral contraceptives and the long-term protection against ovarian cancer that they provide, say the researchers, who are led by Professor Carlo La Vecchia (MD), from the Faculty of Medicine, University of Milan (Italy). They say the decline in hormone replacement therapy (HRT) to manage menopausal symptoms and better diagnosis and treatment may also play a role.

Using data on deaths from ovarian cancer from 1970 to the most recent available year from the World Health Organization, the researchers found that in the 28 countries of the EU (minus Cyprus due to the unavailability of data) death rates decreased by 10% between 2002 and 2012, from an age standardised death rate per 100,000 women of 5.76 to 5.19.*

In the USA the decline was even greater, with a 16% drop in death rates from 5.76 per 100,000 in 2002 to 4.85 in 2012. In Canada ovarian cancer death rates decreased over the same period by nearly 8% from 5.42 to 4.95. In Japan, which has had a lower rate of ovarian cancer deaths than many other countries, the death rate fell by 2% from 3.3 to 3.28 per 100,000. Large decreases occurred in Australian and New Zealand between 2002 and 2011 (the most recent year for which data were available); in Australia the death rate declined by nearly 12% from 4.84 to 4.27, and in New Zealand they dropped by 12% from 5.61 to 4.93 per 100,000 women.

However, the pattern of decreases was inconsistent in some areas of the world, for instance in Latin American countries and in Europe. Among European countries, the percentage decrease ranged from 0.6% in Hungary to over 28% in Estonia, while Bulgaria was the only European country to show an apparent increase. In the UK, there was a 22% decrease in death rates, which fell from 7.5 to 5.9 per 100,000 women. Other EU countries that had large decreases included Austria (18%), Denmark (24%) and Sweden (24%).

The Latin American countries tended to have lower rates of deaths from ovarian cancer. Argentina, Chile and Uruguay showed decreases between 2002 and 2012, but Brazil, Colombia, Cuba, Mexico and Venezuela all showed increases in death rates.

Prof La Vecchia said: "The large variations in death rates between European countries have reduced since the 1990s when there was a threefold variation across Europe from 3.6 per 100,000 in Portugal to 9.3 in Denmark. This is likely to be due to more uniform use of oral contraceptives across the continent, as well as reproductive factors, such as how many children a woman has. However, there are still noticeable differences between countries such as Britain, Sweden and Denmark, where more women started to take oral contraceptives earlier -- from the 1960s onwards -- and countries in Eastern Europe, but also in some other Western and Southern European countries such as Spain, Italy and Greece, where oral contraceptive use started much later and was less widespread.

"This mixed pattern in Europe also helps to explain the difference in the size of the decrease in ovarian cancer deaths between the EU and the USA, as many American women also started to use oral contraceptives earlier.

"Japan, where deaths from ovarian cancer have traditionally been low, now has higher rates in the young than the USA or the EU -- again, reflecting infrequent oral contraceptive use."

Another researcher, Dr Eva Negri, Head of Epidemiologic Methods at the IRCCS Istituto di Ricerche Farmacologiche Mario Negri in Milan, added: "Women in countries such as Germany, the UK and the USA were also more likely to use hormone replacement therapy to manage menopausal symptoms than in some other countries. The use of HRT declined after the report from the Women's Health Initiative in 2002 highlighted the increased risk of cardiovascular disease, as well as breast and ovarian cancer, and so this may also help to explain the fall in death rates among middle-aged and older women in these countries."

The researchers predicted the age-standardised ovarian cancer death rates for France, Germany, Italy, Poland, Spain and the UK, and for the whole of the USA, the EU and Japan up to 2020. They expect there will be a 15% decline in the USA and a 10% decline in the EU and Japan. Of the six European countries, only Spain showed a slight increase from 3.7 per 100,000 women to 3.9. "This is possibly due to the fact that women who are middle-aged or elderly now were less likely to use oral contraceptives when they were young," concluded Prof La Vecchia.

Professor Paolo Boffetta (MD), the Annals of Oncology associate editor for epidemiology and Associate Director for Population Sciences at the Tisch Cancer Institute of the Icahn School of Medicine at Mount Sinai in New York (USA), commented: "The findings of Professor La Vecchia and his colleagues are important as they show how past use of hormone treatments has an impact on the mortality from ovarian cancer at the population level. As our understanding of preventable causes of this major cancer progresses, early detection strategies are being developed and novel therapeutic options become available, we enhance our ability to reduce ovarian cancer mortality."

---

Le nombre de décès par cancer de l'ovaire est tombé dans le monde entre 2002 et 2012 et est prévu pour continuer à baisser aux Etats-Unis, et en Union européenne (UE), aussi au Japon en 2020 bien que dans une moindre mesure, selon une nouvelle étude publiée dans les principales revues sur le cancer et l'oncologie aujourd'hui.

La raison principale est l'utilisation de contraceptifs oraux et la protection à long terme contre le cancer des ovaires qu'ils fournissent, disent les chercheurs, qui sont dirigés par le professeur Carlo La Vecchia (MD), de la Faculté de médecine, Université de Milan (Italie) . Ils disent que la baisse de la thérapie de remplacement d'hormone (HRT) pour gérer les symptômes de la ménopause ainsi qu'un meilleur diagnostic et un meilleur traitement peut également jouer un rôle dans la baisse.

En utilisant des données sur les décès de cancer de l'ovaire, de 1970 à la dernière année disponible de l'Organisation mondiale de la santé, les chercheurs ont constaté que, dans les 28 pays de l'UE (moins Chypre en raison de l'indisponibilité des données) les taux de mortalité ont diminué de 10% entre 2002 et 2012, à partir d'un taux de mortalité normalisé selon l'âge pour 100.000 femmes de 5,76 à 5,19. *

Aux Etats-Unis la baisse a été encore plus grande, avec une baisse de 16% des taux de mortalité de 5,76 pour 100.000 en 2002 à 4,85 en 2012. Au Canada, les taux de mortalité par cancer de l'ovaire ont diminué au cours de la même période de près de 8% de 5,42 à 4,95. Au Japon, ce qui a eu un taux moindre de décès par cancer de l'ovaire que dans de nombreux autres pays, le taux de mortalité a diminué de 2% de 3,3 à 3,28 pour 100.000. Des baisses importantes ont eu lieu en Australie et en Nouvelle-Zélande entre 2002 et 2011 (l'année la plus récente pour laquelle des données étaient disponibles); en Australie, le taux de mortalité a diminué de près de 12% de 4,84 à 4,27, et en Nouvelle-Zélande, ils ont chuté de 12% de 5,61 à 4,93 pour 100.000 femmes.

Cependant, le motif de la baisse était incompatible dans certaines régions du monde, par exemple dans les pays d'Amérique latine et en Europe. Parmi les pays européens, la diminution du pourcentage variait de 0,6% en Hongrie à plus de 28% en Estonie, alors que la Bulgarie est le seul pays européen à montrer une augmentation apparente. Au Royaume-Uni, il y avait une diminution de 22% des taux de mortalité, qui est tombé de 7,5 à 5,9 pour 100.000 femmes. D'autres pays de l'UE qui ont eu des diminutions importantes comprenaient l'Autriche (18%), au Danemark (24%) et en Suède (24%).

Les pays d'Amérique latine ont tendance à avoir des taux plus faibles de décès par cancer de l'ovaire. Argentine, le Chili et l'Uruguay ont montré une diminution entre 2002 et 2012, mais le Brésil, la Colombie, Cuba, le Mexique et le Venezuela ont tous montré une augmentation des taux de mortalité.

Prof La Vecchia a dit: ". Les grandes variations dans les taux de mortalité entre les pays européens ont réduit depuis les années 1990 quand il y avait une variation triple à travers l'Europe de 3,6 pour 100 000 au Portugal à 9,3 au Danemark Ceci est probablement dû à une utilisation plus uniforme de . les contraceptifs oraux à travers le continent, ainsi que les facteurs de reproduction, tels que le nombre d'enfants qu'une femme a Cependant, il y a encore des différences notables entre les pays tels que la Grande-Bretagne, la Suède et le Danemark, où plus de femmes ont commencé à prendre des contraceptifs oraux plus tôt - de les années 1960 - et les pays d'Europe de l'est, mais aussi dans d'autres pays d'Europe occidentale et du Sud comme l'Espagne, l'Italie et la Grèce, où l'utilisation de contraceptifs oraux a commencé beaucoup plus tard et était moins répandue.

"Ce modèle mixte en Europe contribue également à expliquer la différence de la taille de la diminution des décès de cancer de l'ovaire entre l'UE et les Etats-Unis, comme beaucoup de femmes américaines ont également commencé à utiliser des contraceptifs oraux plus tôt.

"Le Japon, où les décès de cancer de l'ovaire ont été traditionnellement faible, a maintenant des taux plus élevés chez les jeunes que les Etats-Unis ou de l'UE - à nouveau, ce qui reflète une utilisation peu fréquente de la contraception orale."

Un autre chercheur, le Dr Eva Negri, responsable des méthodes épidémiologiques à l'IRCCS Istituto di Ricerche Farmacologiche Mario Negri à Milan, a ajouté: «Les femmes dans les pays tels que l'Allemagne, le Royaume-Uni et les États-Unis étaient également plus susceptibles d'utiliser la thérapie de substitution hormonale pour gérer la ménopause symptômes que dans certains autres pays. l'utilisation du THS ont diminué après le rapport de l'Initiative pour la santé des femmes, en 2002 mis en évidence le risque accru de maladies cardiovasculaires, ainsi que du sein et de cancer de l'ovaire, et donc cela peut aussi aider à expliquer la chute dans la mort taux chez les femmes d'âge moyen et plus âgés dans ces pays ".

Les chercheurs ont prédit  taux de mortalité par cancer de l'ovaire normalisés selon l'âge pour la France, l'Allemagne, l'Italie, la Pologne, l'Espagne et le Royaume-Uni, et pour l'ensemble des Etats-Unis, l'UE et le Japon jusqu'en 2020. Ils attendent, il y aura une baisse de 15% aux Etats-Unis et une baisse de 10% dans l'UE et le Japon. Sur les six pays européens, seule l'Espagne a montré une légère augmentation de 3,7 pour 100.000 femmes à 3,9. "Ceci est probablement dû au fait que les femmes qui sont d'âge moyen ou âgées maintenant étaient moins susceptibles d'utiliser des contraceptifs oraux quand ils étaient jeunes», a conclu le Pr La Vecchia.

Le Professeur Paolo Boffetta (MD),  rédacteur en chef adjoint de "Annals of Oncology" pour l'épidémiologie et directeur adjoint pour les sciences de la population à l'Institut du cancer Tisch de l'École Icahn de médecine Mount Sinai à New York (USA), a commenté: "Les conclusions du professeur La Vecchia et ses collègues sont importantes car elles montrent comment l'utilisation antérieure des traitements hormonaux a eu un impact sur la mortalité par cancer de l'ovaire au niveau de la population. comme notre compréhension des causes évitables de ce cancer majeur progresse, les stratégies de détection précoce sont en cours d'élaboration avec de nouvelles thérapeutiques les options deviennent disponibles, nous améliorons notre capacité à réduire la mortalité par cancer de l'ovaire. "

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16920
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: La pilule diminuerait le risque du cancer de l'ovaire.   Mar 9 Juil 2013 - 15:53

Selon une étude américaine, la pilule contraceptive protègerait les femmes du développement d'un cancer de l'ovaire. La durée d'exposition à la contraception hormonale orale et l'âge de la première prise aurait un effet considérable sur la diminution du risque.

Alors que les pilules de dernière génération, accusées d’accroître le risque de thrombose veineuse des utilisatrices, ont été largement décriées ces derniers mois, une étude américaine récemment parue dans la revue Obstétrics & Gynecology vient de démontrer l’effet protecteur de la contraception hormonale orale contre le cancer de l’ovaire.

De précédentes enquêtes avaient déjà mis en lumière le fait que la prise de pilule réduit le risque de développer la maladie, mais cette fois, l’analyse des résultats de 55 recherches portant sur le lien entre cancer de l’ovaire et pilule a permis à Laura Havrilesky et à son équipe de l’Université de Duke en Caroline du Nord (États-Unis) de définir l’ampleur de cette protection. Les chercheurs ont ainsi estimé que la diminution du risque de cancer de l’ovaire chez les femmes sous contraception orale était de l’ordre de 27%. Un chiffre qui varie selon la durée de prescription, avec une réduction du risque de 23% avec une exposition de 13 mois à 60 mois (soit cinq ans), de 35% pour une exposition de 61 mois à dix ans et de 57% pour une imprégnation supérieure à dix ans.

Autre facteur à prendre en compte, l’âge des patientes. En effet, plus les femmes commencent à prendre la pilule jeunes, plus le risque diminue. Selon les calculs des scientifiques, le risque de cancer de l'ovaire était abaissé de 37% si la patiente avait commencé la pilule avant 20 ans, de 29% si elle l’avait commencé entre 20 et 24 ans et de 33% si la contraception orale avait été entamée entre 25 et 30 ans. À noter que cette maladie constitue la septième cause de cancer féminin en France ; environ 4 400 nouveaux cas sont recensés chaque année, occasionnant environ 3 000 décès. Pour autant, l’équipe de Laura Havrilesky rappelle que ces résultats ne doivent pas faire oublier les risques connus de la pilule contraceptive.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16920
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: La pilule diminuerait le risque du cancer de l'ovaire.   Lun 14 Jan 2013 - 10:26

Mis à jour le Lundi 14 Janvier 2013

Selon les scientifiques australiens, l’allaitement maternel de longue durée permettrait de réduire le risque de cancer de l’ovaire de plus de 60%.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16920
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: La pilule diminuerait le risque du cancer de l'ovaire.   Ven 25 Jan 2008 - 13:28

Une récente étude en vient à la conclusion que les femmes qui prennent des contraceptifs oraux diminuent leur risque de développer un cancer des ovaires et que cet effet protecteur durerait des dizaines d'années après qu'elles aient arrêté des les prendre.

Les contraceptifs oraux réduisent du tiers le risque de cancer des ovaires, selon une nouvelle étude britannique. Cela signifie que jusqu'à 200 000 décès ont été évités depuis l'arrivée massive des anovulants, dans les années 50. Au Québec seulement, plusieurs centaines de femmes ont ainsi évité la mort.

Devant ces résultats, la revue médicale The Lancet affirme que les anovulants devraient être disponibles sans ordonnance dans les pharmacies. Une proposition qui ne fait pas l'unanimité chez les spécialistes.

«Il y a trop de contre-indications avec les anovulants pour qu'on puisse se permettre de les vendre sans surveillance médicale», estime Emma Ferrera, une pharmacienne montréalaise à qui l'Ordre des pharmaciens a référé La Presse. «Et pour qu'il y ait un effet sur le risque de cancer des ovaires, il faut que les anovulants soient pris en continu pendant au moins cinq ans. Ça suppose un avis médical, parce que les gens prennent rarement aussi assidûment un médicament qu'ils choisissent eux-mêmes. Je ne peux pas parler au nom de Santé Canada ou de l'Ordre, mais je doute fort qu'on en vende un jour sans prescription.»

Cela dit, la proposition du Lancet va dans la direction générale empruntée par les autorités de santé publique, selon le Dr Ferrera. «Est-ce qu'on peut imaginer les anovulants vendus comme la pilule du lendemain, sans prescription, mais avec un contrôle du pharmacien? On n'en est pas là. Mais depuis cette année, les infirmières peuvent en prescrire en autant qu'une visite médicale ait lieu dans les six mois. Le but n'était pas de combattre le cancer des ovaires, mais de réduire le nombre d'avortements, mais le résultat est le même: il est plus facile d'avoir accès aux anovulants.»

L'étude britannique, publiée ce matin dans le Lancet, visait à vérifier si l'effet bénéfique des anovulants se vérifie à des doses plus basses. «Dans les années 70 et 80, on a observé cet effet, dit le Dr Ferrera. Mais les doses d'anovulants étaient beaucoup plus fortes que maintenant. Il semble bien que l'effet se confirme à faible dose. C'est une très bonne nouvelle. Et le risque demeure bas même après qu'on ait cessé les anovulants.»

Diminution de la mortalité

La méta-analyse de l'Université Oxford a étudié les dossiers de 110 000 femmes ayant participé à une cinquantaine d'études cliniques. Celles qui prenaient des anovulants pendant au moins 10 ans avaient un risque d'avoir le cancer des ovaires avant 75 ans de 8 sur 1000, comparativement à 12 sur 1000 pour celles qui n'avaient jamais pris d'anovulants. Le risque diminuait encore avec une durée plus longue d'anovulants. Et la diminution était statistiquement significative dès que la durée sur les anovulants dépassait deux ans.

La mortalité diminuait rapidement: si un groupe de 500 femmes prenait des anovulants pendant 10 ans, l'une d'entre elle échappait à un décès dû au cancer des ovaires. À l'échelle mondiale, cela signifie que 100 000 à 200 000 femmes ont eu la vie sauve; au Québec, on peut parler de plusieurs centaines de femmes, puisque la prise d'anovulants dans les pays industrialisés est supérieure à la moyenne mondiale.


Dernière édition par Denis le Lun 14 Jan 2013 - 10:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La pilule diminuerait le risque du cancer de l'ovaire.   

Revenir en haut Aller en bas
 
La pilule diminuerait le risque du cancer de l'ovaire.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PIlule oubliée ==> surdosage
» Trop peur de vomir : j'ai pris deux fois ma pilule !!!!!!!!!
» Pilule du lendemain
» Pour les filles: quelqu'un prend la pilule JASMINELLE?
» Le magnésium diminue le risque de diabète

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Prévention-
Sauter vers: