AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les relations entre les hormones et le cancer de la prostate et du sein

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16325
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les relations entre les hormones et le cancer de la prostate et du sein   Ven 9 Déc 2016 - 23:07

An international team of researchers involving the University of Adelaide is tackling the controversy over what some scientists consider to be a "harmful" hormone, arguing that it could be a game changer in the fight against recurring breast cancers that are resistant to standard treatments.

The controversy centers on the different effects in women of the naturally occurring sex steroid hormone progesterone compared with synthetic forms (i.e. progestins) designed to mimic its actions.

Some, but not all, progestins have been linked with increased breast cancer risk when used in menopausal hormone therapy, leading to concerns in the scientific community about the use of these drugs.

However, in a paper now published online ahead of print in the journal Nature Reviews Cancer, an international team -- involving the University of Adelaide's Dame Roma Mitchell Cancer Research Laboratories (DRMCRL) and the Cancer Research UK (CRUK) Cambridge Institute -- highlights that progesterone when used in menopausal hormone therapy does not increase breast cancer risk . Indeed, progesterone may have an important role to play in the safe and effective management of recurring breast cancer.

"Breast cancer arises because of abnormal hormone activity, with about 75% of these cancers being driven by the estrogen receptor. Unfortunately, despite good initial responses in many women, drug resistance is common, usually leading to a recurrence and lethal spread of the disease," says Professor Wayne Tilley, Director of the Dame Roma Mitchell Cancer Research Laboratories at the University of Adelaide, and a lead author of the paper.

"Moreover, current hormonal treatments that target the estrogen receptor in breast cancer, especially specific inhibitors that block estrogen production, can markedly impact quality of life, often leading women to stop taking the drugs or change their treatment."

Professor Tilley says the team's recent studies, including landmark research already published in Nature, suggest that a safe way of improving treatment -- without having a deleterious effect on quality of life -- does exist, through the use of natural progesterone and certain other progestins.

"There is a natural 'crosstalk' between estrogen and progesterone receptors that we strongly believe can be exploited," he says.

"In particular, progesterone can reprogram estrogen action in the breast in a way that results in estrogen receptor action improving breast cancer outcomes. Because of this unique interaction of the two natural female sex hormones in the breast, we see great potential benefits in adding progesterone to existing drugs that target the estrogen receptor, thereby helping to switch off the growth of cancer cells.

"This gives us a unique opportunity to develop a new hormonal treatment which, when used in conjunction with the current standard of care, would enhance and improve outcomes for many breast cancer patients.

"Unfortunately, there are some serious misconceptions about the role of progesterone in cancer biology that have so far prevented it from being widely used in the management of breast cancer. We hope to change that thinking," Professor Tilley says.

The team, which is highly regarded for its research into both breast and prostate cancer, believes this new paper will have a global impact on clinical, scientific and public opinion on the relative risks and benefits of using progesterone and certain progestins to treat women with breast cancer. "Ultimately, we hope this work will eventually result in saving women's lives," Professor Tilley says.

The real proof will come from two new clinical trials being conducted by the international team, with patients being recruited for the studies in the UK early next year.

One trial in collaboration with a UK group at the University of Liverpool will test the potential benefit of combining progesterone treatment with the breast cancer drug Tamoxifen in premenopausal women with breast cancer.

A second trial involving postmenopausal women with breast cancer has been initiated by collaborators at the CRUK Cambridge Institute and will evaluate whether a particular progestin, Megace, provides added therapeutic benefit when combined with a current estrogen receptor target treatment, compared to the target treatment alone.

Professor Tilley says the team's research has recently resulted in several substantial new sources of funding for Adelaide's Dame Roma Mitchell Cancer Research Laboratories to continue their ground-breaking research in breast cancer. These include:

$1 million National Health and Medical Research Council (NHMRC) Project Grant awarded to Professor Tilley and the team over four years, to better understand the clinical significance of sex hormone 'crosstalk' in the treatment of breast cancer
$400,000 four-year fellowship from Australia's National Breast Cancer Foundation, awarded to Dr Iza Denis, a postdoctoral researcher recruited to the Adelaide laboratories from France.

Professor Tilley was also awarded another NHMRC Project Grant of more than $946,000 to develop new and smarter therapies to inhibit the androgen receptor, which is the key driver of prostate cancer growth.

"Resistance to current therapies that target the androgen receptor is the main cause of lethal prostate cancer. Researchers in the Dame Roma Mitchell Cancer Research Laboratories are developing and testing a new drug that is effective against the androgen receptor in preclinical models of treatment resistant prostate cancer. It is hoped that this new drug will inhibit the growth of tumors that currently kill approximately 3,300 men in Australia each year," he says.

"Our recent funding success will ensure that South Australian research into breast and prostate cancer remains at the forefront of improving the health and quality of life for women and men afflicted by these diseases.

"More importantly, this funding will make significant inroads into improving survival rates for patients who develop resistance to current hormonal treatments for these cancer types, which are major killers of Australian women and men," Professor Tilley says.

---

Une équipe internationale de chercheurs impliquant l'Université d'Adélaïde s'attaque à la controverse sur ce que certains scientifiques considèrent comme une hormone "nocive", arguant qu'il pourrait être un changeur de jeu dans la lutte contre les cancers du sein récurrents qui sont résistants aux traitements standard.

La controverse porte sur les différents effets chez les femmes de l'hormone stéroïde sexuelle naturelle la progestérone par rapport aux formes synthétiques (c'est-à-dire les progestatifs) conçues pour imiter ses actions.

Certains, mais pas tous, les progestatifs ont été liés à un risque accru de cancer du sein lorsqu'il est utilisé en hormonothérapie ménopausique, ce qui a suscité des inquiétudes au sein de la communauté scientifique quant à l'utilisation de ces médicaments.

Cependant, dans un article publié maintenant en ligne avant l'impression dans la revue Nature Reviews Cancer, une équipe internationale - impliquant l'Université d'Adélaïde Dame Roma Mitchell Cancer Research Laboratories (DRMCRL) et le Cancer Research UK (CRUK) Cambridge Institute - met en évidence Que la progestérone utilisée en hormonothérapie ménopausique n'augmente pas le risque de cancer du sein. En effet, la progestérone peut avoir un rôle important à jouer dans la gestion sûre et efficace du cancer du sein récurrent.

Malheureusement, en dépit de bonnes réponses initiales chez beaucoup de femmes, la résistance aux médicaments est courante. Le cancer du sein survient à cause d'une activité hormonale anormale , Déclare le professeur Wayne Tilley, directeur des laboratoires de recherche Dame Roma Mitchell à l'Université d'Adelaide et auteur principal du document.

"En outre, les traitements hormonaux actuels qui ciblent les récepteurs aux œstrogènes dans le cancer du sein, en particulier les inhibiteurs spécifiques qui bloquent la production d'œstrogènes, peuvent avoir un impact marqué sur la qualité de vie, ce qui conduit souvent les femmes à arrêter de prendre des médicaments ou à changer de traitement.

Le professeur Tilley affirme que les études récentes de l'équipe, y compris les recherches historiques déjà publiées dans Nature, suggèrent qu'une manière sûre d'améliorer le traitement - sans avoir d'effet délétère sur la qualité de vie - existe, par l'utilisation de la progestérone naturelle et certains autres progestatifs .

«Il existe une« diaphonie »naturelle entre les récepteurs des œstrogènes et de la progestérone que nous croyons fermement pouvoir être exploitée», dit-il.

En raison de cette interaction unique des deux hormones sexuelles féminines naturelles dans le sein, nous voyons de grands avantages potentiels en ajoutant la progestérone à des médicaments existants qui ciblent le récepteur d'œstrogène, contribuant ainsi à éteindre la croissance des cellules cancéreuses.

«Cela nous donne une occasion unique de développer un nouveau traitement hormonal qui, lorsqu'il est utilisé en conjonction avec la norme actuelle de soins, permettrait d'améliorer et d'améliorer les résultats pour de nombreux patients atteints de cancer du sein.

«Malheureusement, il y a de sérieuses idées fausses sur le rôle de la progestérone dans la biologie du cancer qui l'ont empêché jusqu'à présent d'être largement utilisé dans la prise en charge du cancer du sein. Nous espérons changer cette façon de penser», dit le professeur Tilley.

L'équipe, hautement reconnue pour ses recherches sur le cancer du sein et de la prostate, estime que ce nouveau document aura un impact global sur l'opinion clinique, scientifique et publique sur les risques et les avantages relatifs de l'utilisation de progestérone et de certains progestatifs pour traiter les femmes atteintes de cancer du sein cancer. "En définitive, nous espérons que ce travail finira par sauver la vie des femmes", explique le professeur Tilley.

La preuve réelle viendra de deux nouveaux essais cliniques menés par l'équipe internationale, avec des patients étant recrutés pour les études au Royaume-Uni au début de l'année prochaine.

Un essai en collaboration avec un groupe britannique à l'Université de Liverpool permettra de tester l'avantage potentiel de combiner le traitement de la progestérone avec le médicament du cancer du sein tamoxifène chez les femmes préménopausées avec le cancer du sein.

Un deuxième essai impliquant des femmes ménopausées ayant un cancer du sein a été initié par des collaborateurs au CRUK Cambridge Institute et évaluera si un progestatif particulier, Megace, procure un avantage thérapeutique supplémentaire lorsqu'il est combiné avec un traitement cible de récepteur d'œstrogène actuel comparé au traitement seul de la cible.

Le professeur Tilley dit que les recherches de l'équipe ont récemment donné lieu à plusieurs nouvelles sources substantielles de financement pour les Laboratoires de recherche sur le cancer afin de poursuivre leurs recherches novatrices sur le cancer du sein. Celles-ci inclus:

Une subvention de 1 million de dollars accordée au professeur Tilley et à l'équipe pendant quatre ans pour mieux comprendre la signification clinique de la «diaphonie» de l'hormone sexuelle dans le traitement du cancer du sein

Une bourse de 400 000 $ de la Fondation nationale du cancer du sein de l'Australie, décernée au Dr Iza Denis, chercheur postdoctoral recruté au laboratoire d'Adelaïde

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16325
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les relations entre les hormones et le cancer de la prostate et du sein   Ven 8 Fév 2008 - 13:02

jeudi 7 février 2008
par Dr Catherine De Goursac. Paris

sur le web : L’andropause

Un nouvel argument pour le traitement de l’andropause



Depuis de nombreuses années les médecins anti-âge réfutaient études à l’appui la relation entre cancer de la prostate et testostérone contre l’avis général des urologues. Le traitement classique du cancer de la prostate reposant essentiellement sur des anti-androgènes.

Or une étude menée par les chercheurs d’Oxford du centre d’épidémiologie vient de mettre un pavé dans la mare en objectivant qu’il n’existe aucun lien entre le taux élevé de testostérone et l’induction de cancer de la prostate. Déjà on savait que les hommes qui ont eu toute leur vie un taux bas de testostérone avaient plus de risque que ceux qui avaient un taux normal comme si le manque d’imprégnation de testostérone pouvait sensibiliser la prostate.

Depuis quelques années les médecins anti-âge et les urologues évoquent l’andropause chez les hommes après la cinquantaine dont le taux de testostérone est bas et qui présente quelques signes de déficit clinique androgéniques ( fatigue, irritabilité, dépression, baisse de la force musculaire, baisse de la libido...). Après cette étude , il sera plus aisé de supplémenter en testostérone ces sujets avec des contrôles biologiques et cliniques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16325
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Les relations entre les hormones et le cancer de la prostate et du sein   Jeu 31 Jan 2008 - 12:31

Le cancer de la est la deuxième cause de décès par cancer chez l'homme, après celui des poumons. En France, le cancer de la prostate est devenu le cancer le plus fréquent chez l'homme. On estime qu'un homme sur neuf présentera au cours de sa vie une forme clinique de cancer de la prostate. On a longtemps cru qu'un niveau élevé de testostérone augmentait les risques de développer un tel cancer, c'est pour cela que de nombreux traitements pour prévenir ou soigner ce type de cancer tentent de limiter la production de testostérone par le corps.
Mais la testostérone est indispensable à la production du liquide séminal, à la conservation de la masse musculaire, aux fonctions intellectuelles et enfin à la libido.




Or, une étude effectuée au centre d'épidémiologie de l'université d'Oxford sur cette supposée relation entre le cancer de la prostate et cette hormone n'a rencontré aucune relation directe entre la concentration en testostérone et les tumeurs prostatiques !




Cette étude est d'une importance capitale, parce qu'elle va inciter tous les spécialistes à orienter leurs recherches dans d'autres directions et à suivre d'autres pistes. Espérons que cette nouvelle impulsion permettra de rapidement trouver des remèdes à cette maladie qui, telle une épée de Damoclès, menace tous les hommes vieillissants.


Dernière édition par Denis le Ven 9 Déc 2016 - 23:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les relations entre les hormones et le cancer de la prostate et du sein   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les relations entre les hormones et le cancer de la prostate et du sein
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les relations entre l'islam et le nazisme
» Benoît XVI évoque des liens entre Jésus et les juifs de Qum
» Benoît XVI et les relations entre catholiques et musulmans
» Le "tableau noir" des relations entre V. Peillon et les syndicats selon les Echos
» Les relations entre l'islam et la chrétienté !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: