AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 nouveau moyen de dépister le cancer de l'ovaire

Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17023
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: nouveau moyen de dépister le cancer de l'ovaire   Jeu 16 Avr 2015 - 8:37

Des chercheurs montréalais recommandent que toutes les femmes atteintes d'un cancer de l'ovaire soient soumises à un dépistage génétique.

«Les résultats démontrent qu'il faudrait faire passer des tests de dépistage génétique à toutes les femmes atteintes de la forme la plus commune du cancer de l'ovaire, ce qui aiderait à identifier celles qui portent le même gène dans leurs familles et permettrait aux professionnels de la santé de leur offrir des stratégies pour réduire les risques de maladie», a expliqué l'auteure principale de l'étude, la chercheuse Patricia Tonin de l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill.

«Pour l'instant, on fait passer des tests de dépistage génétiques seulement aux femmes ayant des antécédents familiaux de cancer du sein et de l'ovaire et si elles ont les mutations BRCA1 ou BRCA2, on leur offre des stratégies de prévention du cancer pour réduire leurs risques de contracter ces cancers.» Ces stratégies consistent la plupart du temps à subir une ablation des ovaires et des trompes de Fallope.

Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont examiné plus de 400 échantillons de tissus provenant de Québécoises atteintes du cancer de l'ovaire qui n'avaient pas d'antécédents familiaux pour cette maladie. L'analyse a démontré que 19% de celles atteintes de la forme la plus commune et la plus mortelle du cancer de l'ovaire étaient porteuses des mutations BRCA1 et BRCA2, ce qui est considérablement plus élevé que les estimations précédentes, qui étaient de 4 à 11%.

Détecter des mutations des gènes BRCA peut aussi influer sur le traitement à dispenser aux patientes. Ainsi, des essais cliniques ont démontré que les femmes atteintes d'un cancer de l'ovaire qui portent ces mutations répondent très bien à certains nouveaux traitements. C'est une bonne nouvelle, car plusieurs des thérapies contre le cancer de l'ovaire utilisées actuellement ne sont pas efficaces à long terme.

Les résultats de ces travaux ont été pu

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17023
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: nouveau moyen de dépister le cancer de l'ovaire   Mer 12 Sep 2012 - 1:16

Les tests les plus communément recommandés pour détecter la présence d'un cancer de l' chez des femmes en bonne santé sont inutiles et souvent néfastes, a conclu un groupe fédéral américain de cancérologues.

Ces examens, qui consistent en des analyses de sang pour traquer une substance liée à ce cancer et un scanner des ovaires, ne permettent pas de réduire la mortalité, a indiqué le groupe de travail des services de prévention américains (US Preventive Services Task Force) dans un communiqué publié lundi soir sur son site internet, ainsi que dans les Annales de médecine interne.

De plus, ces procédures provoquent de nombreux faux positifs conduisant à des interventions chirurgicales inutiles avec un taux élevé de complications, ont-ils ajouté.

«Il n'existe aucune méthode efficace de dépistage du cancer ovarien permettant de réduire la mortalité», a affirmé le Dr Virginia Moyer, la présidente de ce groupe de travail.

«En fait, une proportion élevée de femmes qui subissent ces examens ont des faux positifs et peuvent de ce fait souffrir de complications inutiles telles qu'une intervention chirurgicale lourde», a-t-elle ajouté.

Ces recommandations concernent des femmes sans aucun symptôme de cancer ovarien et qui ne sont pas porteuses de certaines mutations génétiques, telles que celles des gènes BRCA1 et BRCA2 qui accroissent le risque de la maladie.

D'autres associations médicales américaines font déjà les mêmes recommandations que celles du groupe de travail fédéral, comme l'association américaine contre le cancer (American Cancer Society) ou le groupement américain des gynécologues (American Congress of Obstetricians and Gynecologists).

L'US Preventive Task Force, un groupe de seize médecins spécialistes indépendants nommés par le gouvernement fédéral, avait déjà conclu à l'inutilité d'un test de dépistage du cancer de la prostate dit P.S.A, un dosage sanguin pour les hommes, et à une mammographie de routine chez les femmes de moins de 50 ans pour déceler d'éventuelles tumeurs cancéreuses du sein.

Si les recommandations concernant les tests de détection du cancer ovarien font l'objet d'un large consensus dans la communauté médicale, il n'en est pas de même pour la prostate et les mammographies, qui restent l'objet de controverses.

Le cancer de l'ovaire est assez rare avec 22 200 nouveaux cas par an aux États-Unis et 15 500 décès

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17023
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: nouveau moyen de dépister le cancer de l'ovaire   Jeu 30 Juin 2011 - 15:05

(29 Juin 2011) - Les scientifiques ont commencé à révéler l'ordre des aberrations génétiques dans les cancers individuels dans une conclusion dont ils disent qu'elle est la clé pour le diagnostic précoce et la médecine personnalisée.

«Nous savons que chaque cancer est un ensemble de dysfonctionnements génétiques», a déclaré Raymond Cho, Ph. D., professeur adjoint de clinique au Département de dermatologie à l'Université de Californie, San Francisco (UCSF). "Nous allons maintenant montrer qu'il est possible de déterminer quels changements se produisent les plus tôt et quels changements se produisent plus tard, même dans un cancer unique."

Les chercheurs se sont concentrés sur TP53, un oncogène connu présent dans carcinomes cutanés et des adénocarcinomes ovariens séreux. En examinant comment obtenir des exemplaires supplémentaires de l'oncogène mutant accumulés, ils ont constaté des changements complexes dans TP53 survenu plus tôt dans la plupart des cas, plutôt que plus tard, comme cela avait été le croyait auparavant.

Selon l'étude, la capacité d'identifier la séquence réelle des mutations aidera les scientifiques à déterminer quels mutations conduisent à des lésions précancéreuses et qui produisent des cancers invasifs.

"Bien que les cancers effectuer de nombreuses mutations, celles qui ont toujours arriver tôt ouvert la voie à des anomalies supplémentaires", a déclaré Cho.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Plumedange

avatar

Nombre de messages : 701
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: nouveau moyen de dépister le cancer de l'ovaire   Jeu 4 Nov 2010 - 13:32

C'est bien pour ça que je demande moi-même à mon médecin traitant tout les ans un frotti et une écho
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lynn1221



Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 03/11/2010

MessageSujet: Re: nouveau moyen de dépister le cancer de l'ovaire   Mer 3 Nov 2010 - 20:45

Citation :
Près des deux tiers ugg boots baby(environ 70 pour cent) des cas de cancer de l’ovaire sont diagnostiqués à un stade avancé car les symptômes sont très généraux et non spécifiques. Il en résulte que les chances de survie sur un horizon de cinq ans sont d’à peine 20 pour cent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17023
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: nouveau moyen de dépister le cancer de l'ovaire   Lun 20 Sep 2010 - 2:21

De nouveaux variants génétiques associés au risque de développer un cancer de l'ovaire ont été découverts dans cinq régions du génome, selon deux études publiées dimanche en ligne par Nature Genetics. Le cancer de l'ovaire est relativement rare (c'est le 5e cancer féminin dans les pays industrialisés), mais c'est souvent un cancer grave car il évolue sournoisement sans signe d’alerte. Le diagnostic est donc très souvent fait tardivement, à un stade relativement avancé où les traitements sont moins efficaces. 130.000 femmes en meurent chaque année dans le monde.

Une hérédité est retrouvée dans environ 10% des cancers de l'ovaire. On sait ainsi que les femmes ayant une mutation du gène BRCA1, et dans une moindre mesure du gène BRCA2, ont un risque accru de cancers du sein et de l’ovaire. Une étude génétique portant sur de vastes populations, menée par une équipe internationale, a permis de découvrir sur les chromosomes 2, 3, 17 et 8 d'autres facteurs de susceptibilité au cancer de l'ovaire, en particulier aux tumeurs séreuses. C'est le type de cancer de l’ovaire le plus répandu et le plus agressif.

Une deuxième étude a identifié des variants associés au risque de cancer séreux de l'ovaire sur le chromosome 19. Une troisième étude, également publiée dans Nature Genetics, a montré par ailleurs que des variations dans la même région du chromosome 19 augmentaient également le risque de cancer du sein chez des femmes déjà porteuses d'une mutation du gène BRCA1. "Ces dernières découvertes augmentent les chances de pouvoir, dans l'avenir, identifier les femmes les plus à risque de développer un cancer de l'ovaire et ainsi mieux les surveiller pour le diagnostiquer à un stade précoce", a déclaré Andrew Berchuck, président du comité de pilotage de l'Ovarian Cancer Association Consortium.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17023
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: nouveau moyen de dépister le cancer de l'ovaire   Mer 23 Juin 2010 - 14:24



Le 23 juin 2010 — Ottawa, Ontario
Les recherches effectuées par une entreprise de Sackville pourraient déboucher sur un dépistage plus rapide et un traitement plus efficace des cancers des , de la et du grâce à l'aide du gouvernement canadien. L'honorable Gary Goodyear, ministre d'État aux Sciences et à la Technologie, a annoncé aujourd'hui une nouvelle injection de fonds dans la société Soricimed Biopharma inc.
« Notre gouvernement investit davantage en science et en technologie parce que de tels investissements créent des emplois, dynamisent l'économie et rehaussent la qualité de vie des Canadiens, a déclaré le ministre. Dans l'immédiat, notre investissement dans ces recherches sur le cancer aboutira à de meilleures possibilités d'emploi localement, mais dans l'avenir, il promet de rehausser l'état de santé de l'ensemble des Canadiens. »
Soricimed Biopharma inc. recevra 568 688 $ du Programme d'aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches du Canada pour financer le développement d'une nouvelle thérapie-cible contre le cancer des ovaires.
En 2000, M. Jack Stewart, directeur scientifique de Soricimed Biopharma, a découvert que la grande musaraigne sécrète un venin paralysant dans sa salive. Depuis, Soricimed Biopharma a isolé la protéine toxique, la soricidine, et constaté qu'elle promettait énormément pour le diagnostic et le traitement du cancer.
Avec le concours du Conseil national de recherches, Soricimed Pharma approfondira les possibilités de la forme de soricidine synthétique la plus efficacement produite mais aussi la plus efficace cliniquement en tant que composé très puissant pour le dépistage du cancer et substance médicamenteuse pour le traitement de cette maladie. Les tests et les expériences se concentreront sur les cancers des ovaires, de la prostate et du sein.
Le Plan d'action économique du Canada a attribué des nouveaux crédits de 200 millions de dollars en deux ans au PARI-CNRC pour qu'il soutienne les entreprises canadiennes novatrices. Pour en apprendre davantage, on visitera le site Web du Plan d'action économique du Canada.


Dernière édition par Denis le Mer 3 Nov 2010 - 21:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17023
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: détection du cancer de l'ovaire   Mer 26 Mai 2010 - 19:11

Une nouvelle approche de dépistage précoce du cancer ovarien chez des femmes ménopausées, qui courent un risque moyen de développer la maladie, s'est avérée prometteuse, selon une étude clinique.


Cette stratégie se base sur un modèle mathématique appelé ROCÀ (Risk of Ovarian Cancer Algorithm). Il intègre l'évolution des résultats du test sanguin CA-125 (protéine dont le taux s'accroît avec un cancer ovarien), l'âge de la patiente suivie par une échographie transvaginale et, si nécessaire, une visite chez un gynéco-cancérologue.

«Plus de 70% des cancers ovariens sont diagnostiqués à un stade avancé. Dès lors, une méthode de dépistage permettant de détecter la maladie lorsqu'elle en est au tout début, c'est un peu comme découvrir le Graal», a expliqué le Dr Karen Lu, professeur de gynéco-cancérologie au centre du cancer Anderson de l'Université du Texas, principal auteur de cette recherche.

Elle a présenté cette étude lors d'une téléconférence de presse organisée par l'American Society of Clinical Oncology (ASCO).


«Cet essai clinique représente une étape dans cette direction (du dépistage précoce, ndlr) et si ses résultats sont confirmés dans des études plus étendues, cette nouvelle technique de dépistage peut devenir un outil relativement bon marché et utile pour détecter les cancers ovariens aux premiers stades de développement quand ils sont encore curables, même les plus agressifs», a poursuivi le Dr Lu.

Pour cette étude, ces chercheurs ont recruté 3.238 femmes ménopausées âgées de 50 à 74 ans sans antécédent familial particulier de cancer ovarien ou du sein. Elles ont été suivies pendant huit ans.
Basé sur le test de dépistage ROCA, 99,7% des tumeurs ont été détectées à leurs premiers stades. Cela a aussi permis d'indiquer le très faible taux de fausse alerte.

Une étude avec 200.000 femmes pour évaluer le ROCÀ est actuellement en cours en Grande-Bretagne. Les résultats seront disponibles en 2015.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17023
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: nouveau moyen de dépister le cancer de l'ovaire   Sam 8 Aoû 2009 - 19:47

Cancer de l'ovaire : vers un dépistage génétique ?

Une mutation génétique particulière pourrait augmenter le risque de développer un cancer de l'ovaire de 20 à 40 %. Cette découverte pourrait permettre demain de mieux identifier les femmes à risque et peut-être développer de nouveaux traitements.

Les résultats de cette étude britannique menée par Paul Pharoah et Simon Gaythe s'appuient sur des recherches qui ont mobilisé beaucoup de monde et d'efforts. Pour rechercher de possibles origines génétiques à ce cancer, les chercheurs ont comparé des milliers de séquences de nucléotides provenant de 23 000 femmes vivant en Europe, aux Etats-Unis et en Australie (13 000 avaient développé une tumeur aux ovaires et 10 000 en bonne santé, servant de témoins).

Les chercheurs ont finalement pu identifier 12 variations potentiellement responsables du cancer de l'ovaire. Ces différences génétiques étaient toutes sur le segment p22 du chromosome 9, mais une variation particulière présente dans 2 670 cas a attiré leur attention. Selon leurs calculs, le risque de cancer serait augmenté de 40 % chez les femmes qui seraient porteuses d'une double copie de cette "mutation" par rapport aux femmes qui ne l'ont pas !

Le cancer de l'ovaire est relativement rare. On compte près de 4 000 nouveaux cas chaque année en France. Cette découverte pourrait permettre demain d'identifier les femmes les plus à risque, si on peut demain combiner cette mutation avec d'autres variations génétiques particulières. Si le dépistage génétique des cancers de l'ovaire n'est pas pour demain, c'est néanmoins une première étape. Enfin, cette découverte permet d'améliorer nos connaissances sur ces tumeurs, un élément essentiel à la mise au point de traitements plus efficaces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17023
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: nouveau moyen de dépister le cancer de l'ovaire   Mar 10 Mar 2009 - 22:39

Publié le 10 mars 2009 à 20h02 | Mis à jour à 20h02


Cancer de l'ovaire: tests de détection précoce prometteurs



Des tests de détection précoce, un test sanguin et un d'échographie, sont réalisables à grande échelle pour détecter des cancers de l'ovaire, et dans pratiquement la moitié des cas alors que ces tumeurs n'en sont qu'à leurs premiers stades, selon un essai publié mercredi par la revue spécialisée Lancet Oncology.

Le cancer de l'ovaire est souvent décrit comme un «tueur silencieux», car il donne peu ou pas de symptômes à ses débuts. 70% des femmes sont diagnostiquées à un stade avancé du cancer, avec une survie de l'ordre de 20 à 30% à cinq ans du diagnostic.

Mais, lorsqu'il est détecté précocément, il est à 90% curable.

Les progrès récents - concernant l'échographie transvaginale et le développement d'un score de risque pour interpréter les résultats d'un test sanguin de marqueur de tumeur (test «CA125») ont suggéré qu'un dépistage précoce de masse était possible.


Le professeur Ian Jacobs de Londres a, avec des collègues, lancé un essai pour évaluer l'efficacité des deux méthodes et à terme leur effet sur la mortalité due à ce cancer génital. Les participantes seront testées jusqu'à fin 2012 et suivies médicalement jusqu'à fin 2014.

Les premiers résultats sont encourageants. Entre 2001 et 2005, 202 638 femmes ménopausées, ayant entre 50 et 70 ans, au Royaume-Uni, ont été réparties par tirage au sort dans des groupes avec dépistage soit avec les deux méthodes, soit avec une seule. Un autre groupe (101 359 femmes) sans ces tests de dépistage, servant à la comparaison.

Selon les résultats, le programme de dépistage a permis de détecter la plupart des femmes qui développaient un cancer de l'ovaire. Près de la moitié des cancers ont été détectés aux premiers stades (stade I/II).

Alors que seuls 28% des cancers invasifs sont repérés au tout premier stade selon les études, le dépistage a permis d'en détecter 48%.

Au total 87 cancers ont été détectés grâce au dépistage avec des résultats similaires avec les deux méthodes associées ou l'échographie seule.

Cependant l'association des deux tests est intéressante : moins de tests à refaire en cas de résultat anormal et quasiment neuf fois moins de chirurgie par cancer détecté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17023
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: nouveau moyen de dépister le cancer de l'ovaire   Mer 6 Fév 2008 - 15:24

Diagnostic du cancer ovarien: percée majeure à l'UdeS




Une percée «majeure» visant à faciliter le diagnostic du cancer ovarien, et ce faisant son traitement, vient d’être faite par une équipe de chercheurs de l’Université de Sherbrooke (UdeS).
Cette découverte, publiée vendredi dans la revue scientifique Cancer Research au sujet des travaux de l’équipe du professeur Sherif Abou Elela, est la première émanant de la Plateforme de RNomique Génome Québec et UdeS, inaugurée en novembre 2006. Le groupe de ce professeur du département de microbiologie et infectiologie est associé à la faculté de médecine et des sciences de la santé (FMSS).


«C’est vraiment majeur comme découverte. C’est le premier exemple de résultat des travaux que notre équipe mène à notre laboratoire de génomique fonctionnelle sur l’ARN plutôt que l’ADN. Et ces nouveaux marqueurs moléculaires qu’on a découverts vont pouvoir être appliqués pas juste face au cancer de l’ovaire mais pour d’autres cancers», a résumé à


La Tribune le professeur Abou Elela.


Au bout du compte, c’est d’arriver à établir le plus rapidement possible le diagnostic et d’y consacrer le traitement approprié. «Le problème actuellement avec le cancer de l’ovaire, c’est qu’il n’existe pas de dépistage fiable. Quand c’est découvert c’est souvent trop tard», rappelle le chercheur, entouré d’une équipe d’une trentaine de personnes.
De fait, le cancer de l’ovaire, qui touchera une femme sur 70 au cours de va vie, est le plus mortel de toutes les formes de cancer gynécologique, y compris le cancer du col de l’utérus ou de l’endomètre. Près des deux tiers (environ 70 pour cent) des cas de cancer de l’ovaire sont diagnostiqués à un stade avancé car les symptômes sont très généraux et non spécifiques. Il en résulte que les chances de survie sur un horizon de cinq ans sont d’à peine 20 pour cent.


Il est donc évident que toute découverte facilitant l’identification précoce d’un cancer de l’ovaire, afin d’adapter le traitement en conséquence, est d’une importance capitale.


«On avait confiance que nos recherches avec la Plateforme de RNomique donneraient des résultats encourageants. On en a maintenant la preuve. C’est un grand pas dans le monde scientifique», s’est aussi réjoui le professeur Abou Elela.
Par voie de communiqué, le doyen de la FMSS, Dr Réjean Hébert, a salué cette performance et signalé le lien avec les dons et subventions dédiés à la recherche. «C’est important pour nous que les gens réalisent que les sommes octroyées par le gouvernement et les dons reçus de la communauté servent à des découvertes importantes. On en a une preuve concrète», a-t-il dit.




Source : François Gougeon La Tribune SHERBROOKE


Dernière édition par Denis le Ven 5 Aoû 2016 - 13:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: nouveau moyen de dépister le cancer de l'ovaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
nouveau moyen de dépister le cancer de l'ovaire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un nouveau moyen d'arrêter la division cellulaire : le GABP
» Google Street View plonge dans les fonds marins
» Un nouveau moyen d'obtenir votre réseau de diffraction
» un nouveau moyen d'agir sur la glycémie
» Nouveau guide pour l'élaboration d'un sujet d'examen cycle moyen:

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Prévention-
Sauter vers: