AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Nouveau traitement contre le cancer.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16395
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement contre le cancer.   Jeu 3 Aoû 2017 - 17:02

When the immune system is imbalanced, either due to overly-active cells or cells that suppress its function, it causes a wide range of diseases, from psoriasis to cancer. By manipulating the function of certain immune cells, called T cells, researchers could help restore the system's balance and create new treatments to target these diseases.

Scientists at the Gladstone Institutes revealed, for the first time, a method to reprogram specific T cells. More precisely, they discovered how to turn pro-inflammatory cells that boost the immune system into anti-inflammatory cells that suppress it, and vice versa.

The researchers studied two types of cells called effector T cells, which activate the immune system to defend our body against different pathogens, and regulatory T cells, which help control the immune system and prevent it from attacking healthy parts of its environment.

"Our findings could have a significant impact on the treatment of autoimmune diseases, as well as on stem cell and immuno-oncology therapies," said Gladstone Senior Investigator Sheng Ding, PhD, who is also a professor of pharmaceutical chemistry at the University of California, San Francisco.

By drawing on their expertise in drug discovery, Ding's team identified a small-molecule drug that can successfully reprogram effector T cells into regulatory T cells. Their study, published in the journal Nature, describes in detail a metabolic mechanism that helps convert one cell type into another.

This new approach to reprogram T cells could have several medical applications. For instance, in autoimmune disease, effector T cells are overly activated and cause damage to body. Converting these cells into regulatory T cells could help reduce the hyperactivity and return balance to the immune system, thus treating the root of the disease.

In addition, the study could improve therapies using stem cells. At least in theory, producing regulatory T cells could promote immune tolerance and prevent the body from rejecting newly-transplanted cells.

"Our work could also contribute to ongoing efforts in immuno-oncology and the treatment of cancer," explained Tao Xu, postdoctoral scholar in Ding's laboratory and first author of the study. "This type of therapy doesn't target the cancer directly, but rather works on activating the immune system so it can recognize cancer cells and attack them."

Many cancers take control of regulatory T cells to suppress the immune system, creating an environment where tumors can grow without being detected. In such cases, the team's findings could be used to transform regulatory T cells into effector T cells to strengthen the immune system so it can better recognize and destroy cancer cells.

---

Lorsque le système immunitaire est déséquilibré, soit en raison de cellules excessivement actives ou de cellules qui suppriment ses fonctions, elle provoque une large gamme de maladies, du psoriasis au cancer. En manipulant la fonction de certaines cellules immunitaires appelées cellules T, les chercheurs pourraient aider à rétablir l'équilibre du système et créer de nouveaux traitements pour cibler ces maladies.

Les scientifiques des instituts Gladstone ont révélé, pour la première fois, une méthode pour reprogrammer des cellules T spécifiques. Plus précisément, ils ont découvert comment transformer les cellules pro-inflammatoires qui augmentent le système immunitaire en cellules anti-inflammatoires qui la suppriment, et vice versa.

Les chercheurs ont étudié deux types de cellules appelées cellules T effectrices, qui activent le système immunitaire pour défendre notre corps contre différents agents pathogènes, et les cellules T régulatrices, qui aident à contrôler le système immunitaire et à empêcher qu'il attaque des parties saines de son environnement.

"Nos résultats pourraient avoir un impact significatif sur le traitement des maladies auto-immunes, ainsi que sur les thérapies de cellules souches et immunothérapiques", a déclaré Shen Ding, Ph.D., chercheur principal de Gladstone, qui est également professeur de chimie pharmaceutique à l'Université de Californie , San Francisco.

En s'appuyant sur leur expertise dans la découverte de médicaments, l'équipe de Ding a identifié un médicament à petite molécule qui peut reprogrammer avec succès les cellules T effectrices en cellules T régulatrices. Leur étude, publiée dans la revue Nature, décrit en détail un mécanisme métabolique qui aide à convertir un type de cellule en un autre.

Cette nouvelle approche pour reprogrammer les cellules T pourrait avoir plusieurs applications médicales. Par exemple, dans les maladies auto-immunes, les cellules T effectrices sont trop activées et causent des dommages au corps. La conversion de ces cellules en cellules T régulatrices pourrait aider à réduire l'hyperactivité et l'équilibre de retour au système immunitaire, traitant ainsi la racine de la maladie.

En outre, l'étude pourrait améliorer les thérapies utilisant des cellules souches. Au moins en théorie, la production de cellules T régulatrices pourrait favoriser la tolérance immunitaire et empêcher le corps de rejeter les cellules nouvellement transplantées.

«Notre travail pourrait également contribuer aux efforts continus en matière d'immuno-oncologie et de traitement du cancer», a expliqué Tao Xu, chercheur postdoctoral au laboratoire de Ding et premier auteur de l'étude. "Ce type de thérapie ne cible pas directement le cancer, mais travaille plutôt sur l'activation du système immunitaire afin qu'il puisse reconnaître les cellules cancéreuses et les attaquer".

De nombreux cancers prennent le contrôle des cellules T régulatrices pour supprimer le système immunitaire, créant un environnement où les tumeurs peuvent croître sans être détectées. Dans de tels cas, les résultats de l'équipe pourraient être utilisés pour transformer les cellules T régulatrices en cellules T effectrices pour renforcer le système immunitaire afin de mieux reconnaître et détruire les cellules cancéreuses.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16395
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement contre le cancer.   Mar 8 Nov 2016 - 11:16

An international research team led by the University of Leicester has made a breakthrough advance that could pave a new route for the development of anti-cancer drugs.

The advance is announced in an online publication in Nature Chemical Biology. The Leicester team members say they are delighted by their finding which could lead to new anti-cancer drugs thanks to "wonderful interdisciplinary collaboration involving biochemists and chemists from England, Scotland, France and USA."

Professor Ian Eperon and Dr Cyril Dominguez from the University of Leicester's Institute of Structural and Chemical Biology led the team that developed a new method to analyse the RNA step in expressing our genetic code.

Dr Dominguez, of the Department of Molecular and Cell Biology, said: "Our research aims at understanding how four-stranded RNA structures called G-quadruplexes affect cellular processes such as RNA splicing. In this research, we describe a novel method that, for the first time, allows us to show that G-quadruplexes form in long RNAs and in conditions where the splicing reaction can take place."

G-quadruplexes are specific structures formed when a piece of DNA or RNA folds into a four-stranded structure. DNA G-quadruplexes have been shown to be associated with diseases such as cancer and many small molecules called G-quadruplex binders have been developed as putative novel anti-cancer drugs, the best example being Quarfloxin that reached a phase II clinical trial. RNA G-quadruplexes are also believed to play important roles in cancers but to date there are no straightforward methods to prove that they exist in cells. If they form and do control RNA splicing, then the design of molecules that bind them would be a new route for the development of anti-cancer drugs.

During the process of gene expression, DNA is transcribed to RNA molecules that are in turn translated to produce proteins. RNA splicing is an essential step in producing the finished messenger RNA and the RNA copied from one gene can be spliced in different ways. This is how the 20,000 human genes can produce around 130,000 proteins.

This process is highly regulated and defects in its regulation are a common cause of many diseases, including spinal muscular atrophy and some cancers.

Professor Eperon said: "Our novel method, FOLDeR, will allow RNA scientists to investigate the existence of G-quadruplexes in physiological condition allowing a better understanding of their role in cellular processes. It is particularly interesting that the RNA we have been studying is one that plays an important role in some cancers. When the RNA is spliced using one set of sites, it produces a protein favouring cell survival. This is a problem for cancer treatments, many of which work by damaging growing cells in the hope that they will then die. However, when an alternative set of sites is used, the RNA produces a protein that encourages cell death. We have shown that G-quadruplexes form near the alternative sites, and our hope is that we can target these to shift splicing towards the pro-death pattern."

This is a major step forward in the G-quadruplex research field. In a follow-up paper, the team will report their work on drugs that exploit this structure.

Dr Dominguez added: "We are delighted that a journal such as Nature Chemical Biology recognize the importance of our work. This has been a wonderful interdisciplinary collaboration involving biochemists and chemists from England, Scotland, France and USA.

"This publication is crucial for us to obtain further funding and carry on with this topic. Our next step is to investigate the effect of G-quadruplex binders on RNA splicing and use this knowledge to design novel drugs with a high degree of specificity for cancer cells."

---

Une équipe de recherche internationale dirigée par l'Université de Leicester a fait une avancée décisive qui pourrait ouvrir une nouvelle voie pour le développement de médicaments anticancéreux.

L'avance est annoncée dans une publication en ligne dans Nature Chemical Biology. Les membres de l'équipe de Leicester se disent ravis de leur découverte qui pourrait conduire à de nouveaux médicaments anticancéreux grâce à une collaboration interdisciplinaire magnifique impliquant des biochimistes et des chimistes d'Angleterre, d'Écosse, de France et des USA.

Le professeur Ian Eperon et le Dr Cyril Dominguez de l'Institut de biologie structurale et chimique de l'Université de Leicester ont dirigé l'équipe qui a développé une nouvelle méthode pour analyser l'étape de l'ARN dans l'expression de notre code génétique.

Le Dr Dominguez, du Département de biologie moléculaire et cellulaire, a déclaré: «Notre recherche vise à comprendre comment les structures d'ARN à quatre brins appelées quadruplexes G affectent les processus cellulaires tels que l'épissage de l'ARN. Pour la première fois, nous avons pu démontrer que les G-quadruplexes se forment dans les ARN longs et dans des conditions où la réaction d'épissage peut avoir lieu.

Les quadruplexes G sont des structures spécifiques formées lorsqu'une partie d'ADN ou d'ARN se plie en une structure à quatre brins. On a montré que les G-quadruplexes de l'ADN étaient associés à des maladies comme le cancer et que de nombreuses petites molécules appelées liants G-quadruplex ont été développées comme nouveaux médicaments anticancéreux putatifs, le meilleur exemple étant la quarfloxine qui a atteint un essai clinique de phase II. Les ARN G-quadruplexes sont également censés jouer un rôle important dans les cancers, mais à ce jour il n'y a pas de méthodes simples pour prouver qu'ils existent dans les cellules. S'ils forment et contrôlent l'épissage d'ARN, alors la conception de molécules qui les lient serait une nouvelle voie pour le développement de médicaments anticancéreux.

Au cours du processus d'expression génique, l'ADN est transcrit en des molécules d'ARN qui sont à leur tour traduites pour produire des protéines. L'épissage d'ARN est une étape essentielle dans la production de l'ARN messager terminé et l'ARN copié d'un gène peut être épissé de différentes manières. C'est ainsi que les 20 000 gènes humains peuvent produire environ 130 000 protéines.

Ce processus est fortement réglementé et les défauts de sa régulation sont une cause fréquente de nombreuses maladies, y compris l'atrophie musculaire spinale et certains cancers.

Le professeur Eperon a déclaré: «Notre nouvelle méthode, FOLDeR, permettra aux chercheurs d'ARN d'étudier l'existence de quadruplexes G en condition physiologique permettant une meilleure compréhension de leur rôle dans les processus cellulaires.Il est particulièrement intéressant que l'ARN que nous avons étudié en est un qui joue un rôle important dans certains cancers.Lorsque l'ARN est épissé en utilisant un ensemble de sites, il produit une protéine favorisant la survie cellulaire. Ceci est un problème pour les traitements contre le cancer, dont beaucoup travaillent en endommageant les cellules en croissance dans l'espoir qu'ils vont mourir. Toutefois lorsqu'une série de des sites alternatifs sont utilisés, l'ARN produit une protéine qui favorise la mort cellulaire. Nous avons montré que les quadruplexes G se forment près des sites alternatifs, et notre espoir est que nous les puissions cibler pour changer l'épissage vers Le modèle pro-mort. "

C'est une avancée majeure dans le domaine de la recherche du quadruplex G. Dans un document de suivi, l'équipe rendra compte de son travail sur les médicaments qui exploitent cette structure.

Dr Dominguez a ajouté: «Nous sommes ravis qu'un journal comme Nature Chemical Biology reconnaisse l'importance de notre travail. Il s'agit d'une magnifique collaboration interdisciplinaire impliquant des biochimistes et des chimistes d'Angleterre, d'Écosse, de France et des États-Unis.

Notre prochaine étape consiste à étudier l'effet des liants G-quadruplex sur l'épissage de l'ARN et à utiliser ces connaissances pour concevoir de nouveaux médicaments à haut degré de spécificité pour le cancer cellules."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16395
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement contre le cancer.   Mer 31 Juil 2013 - 15:34

July 31, 2013 — Treating a cancerous tumor is like watering a houseplant with a fire hose -- too much water kills the plant, just as too much chemotherapy and radiation kills the patient before it kills the tumor.
Share This:
17

However, if the patient's gastrointestinal tract remains healthy and functioning, the patient's chances of survival increase exponentially, said Jian-Guo Geng, associate professor at the University of Michigan School of Dentistry. Recently, Geng's lab discovered a biological mechanism that preserves the gastrointestinal tracts in mice who were delivered lethal doses of chemotherapy.

The findings, which will appear in the journal Nature, could revolutionize cancer therapy, Geng said.

"It's our belief that this could eventually cure later-staged metastasized cancer. People will not die from cancer, if our prediction is true," said Geng, who emphasized that the findings had not yet been proven in humans. "All tumors from different tissues and organs can be killed by high doses of chemotherapy and radiation, but the current challenge for treating the later-staged metastasized cancer is that you actually kill the patient before you kill the tumor.

"Now you have a way to make a patient tolerate to lethal doses of chemotherapy and radiotherapy. In this way, the later-staged, metastasized cancer can be eradicated by increased doses of chemotherapy and radiation."

Geng's lab found that when certain proteins bind with a specific molecule on intestinal stem cells, it revs intestinal stem cells into overdrive for intestinal regeneration and repair. Stem cells naturally heal damaged organs and tissues, but so-called "normal" amounts of stem cells in the intestine simply cannot keep up with the wreckage left behind by the lethal doses of chemotherapy and radiation required to successfully treat late-stage tumors.

However, the phalanx of extra stem cells protect the intestine and gastrointestinal tract, which means the patient can ingest nutrients, the body can perform other critical functions and the bacterial toxins in the intestine are prevented from entering the blood circulation, Geng said.

These factors could give the patient just enough of an extra edge to survive the stronger doses of chemotherapy and radiation, until the tumor or tumors are eradicated.

In the study, 50-to-75 percent of the mice treated with the molecule survived otherwise lethal doses of chemotherapy. All of the mice that did not receive the molecule died, Geng said.

"If you can keep the gut going, you can keep the patient going longer," Geng said. "Now we have found a way to protect the intestine. The next step is to aim for a 100-percent survival rate in mice who are injected with the molecules and receive lethal doses of chemotherapy and radiation."

Geng's lab has worked with these molecules, called R-spondin1 and Slit2, for more than a decade. These molecules repair tissue in combination with intestinal stem cells residing in the adult intestine.


---

31 juillet 2013 - Le traitement d'une tumeur cancéreuse, c'est comme arroser une plante d'intérieur avec un tuyau d'incendie - trop d'eau tue la plante, tout comme trop de chimiothérapie et de radiothérapie tue le patient avant qu'il ne tue la tumeur.


Toutefois, si le système gastro-intestinal du patient reste en bonne santé ainsi que son fonctionnement, les chances de survie augmentent pour le patient de façon exponentielle, a déclaré Jian-Guo Geng, professeur associé à l'Université du Michigan School of Dentistry. Récemment, le laboratoire de Geng a découvert un mécanisme biologique qui préserve les voies gastro-intestinales chez les souris à qui on a livré des doses létales de chimiothérapie.

Les résultats, qui paraîtront dans la revue Nature, pourraient révolutionner le traitement du cancer, a déclaré Geng.

«C'est notre conviction que cela pourrait éventuellement guérir le cancer métastasé avancé. Personne ne meurra plus d'un cancer, si notre prédiction est vrai", a déclaré Geng, qui a souligné que les résultats n'avaient pas encore été prouvé chez l'homme. "Tous les tumeurs de différents tissus et organes peuvent être tués par des doses élevées de chimiothérapie et de radiothérapie, mais le défi actuel pour traiter le cancer métastasé avancé, c'est que vous tuez le patient avant de tuer la tumeur avec de grandes doses.

"Maintenant vous avez un moyen de faire qu'un patient tolère des doses létales de chimiothérapie et de radiothérapie. De cette façon, le cancer métastasé peut être éradiquée par l'augmentation des doses de chimiothérapie et de radiothérapie."

Le laboratoire de Geng a constaté que lorsque certaines protéines se lient à une molécule spécifique sur les cellules souches intestinales, elle accélère les cellules souches intestinales en overdrive pour la régénération intestinale et la réparation. Les cellules souches guérissent naturellement les organes et les tissus endommagés, mais les quantités dites «normales» de cellules souches dans l'intestin ne peuvent tout simplement pas suivre le rythme pour l'épave laissée par des doses létales de chimiothérapie et de radiothérapie nécessaire pour traiter avec succès les tumeurs à un stade avancé.

Cependant, la phalange de cellules souches supplémentaires protége l'intestin et le tube digestif, ce qui signifie que le patient peut ingérer les nutriments, le corps peut exercer d'autres fonctions critiques et les bactéries toxiques dans l'intestin sont empêchés d'entrer dans la circulation sanguine.

Ces facteurs pourraient donner au patient juste assez d'un atout supplémentaire pour survivre aux plus fortes doses de chimiothérapie et de radiothérapie, jusqu'à ce que la tumeur ou les tumeurs soient éliminées.

Dans l'étude, 50 à 75 pour cent des souris traitées avec la molécule a survécu à des doses autrement létales de la chimiothérapie. Toutes les souris qui n'avaient pas reçu la molécule sont mortes, a dit Geng .

"Si vous ne pouvez garder l'intestin en marche, vous ne pouvez garder le patient non plus", a déclaré Geng. "Maintenant, nous avons trouvé un moyen de protéger l'intestin. L'étape suivante consiste à viser un taux de survie de 100 pour cent chez les souris qui sont injectés avec les molécules et qui recoivent des doses létales de chimiothérapie et de radiothérapie."

Le laboratoire de Geng a travaillé avec ces molécules, appelée R-spondin1 et Slit2, depuis plus d'une décennie. Ces molécules réparent les tissus en combinaison avec des cellules souches intestinales résidant dans l'intestin adulte.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16395
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Nouveau traitement contre le cancer.   Sam 9 Fév 2008 - 12:31

Lausanne: percée dans le traitement du cancer.



Des chercheurs de l'Université de Lausanne ont développé une nouvelle stratégie de lutte contre le cancer. Une protéine de fusion est injectée à des souris de manière à stimuler durablement les cellules immunitaires et à les diriger spécifiquement sur la tumeur.


08/02/2008  

Les travaux de l'équipe du Dr Alena Donda ont été financés par la Ligue suisse contre le cancer, a indiqué l'Université de Lausanne (UNIL). Ils font également l'objet d'un article dans la revue américaine "The Journal of Clinical Investigation".
Les scientifiques ont développé une protéine bi-fonctionnelle capable de recruter efficacement les lymphocytes NKT (Natural Killer T cells), de les diriger sur la tumeur et de maintenir leur action tout au long du traitement. L'injection de cette protéine à des souris porteuses de tumeurs a effectivement provoqué l'activation des cellules NKT et leur accumulation exclusive dans les tumeurs.
Cette forte réaction immunitaire pourrait améliorer l'action d'autres formes d'immunothérapies, dont la réponse reste faible pour l'heure. Des protéines de fusion susceptibles d'être injectées un jour à des patients sont en voie de développement, relève le communiqué.


Dernière édition par Denis le Jeu 3 Aoû 2017 - 17:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nouveau traitement contre le cancer.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nouveau traitement contre le cancer.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vers un nouveau traitement contre le paludisme ?
» un nouveau traitement contre la goutte.
» nouveau traitement apnée
» Nouveau traitement à l'abilify... (Aripiprazole)
» M81 et M82 : nouveau traitement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: