AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Soutien émotionnel face au cancer.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Soutien émotionnel face au cancer.   Dim 21 Fév 2010 - 14:26

Prostate, cancer et suicide


Dans le monde occidental, le cancer de la prostate est aujourd'hui l'une des premières causes de mortalité prématurée chez les hommes de plus de 50 ans. Chaque année, on diagnostique en France un peu plus de 60.000 nouveaux cas et, dans le même temps ce cancer est directement responsable d'environ 9.000 décès. Cette affection n'est plus, en 2010, perçue de la même manière que dans les années 1970 ou 1980. Il faut ici compter avec le dépistage précoce effectué à partir d'un marqueur présent dans le sang (l'antigène prostatique spécifique ou PSA) ainsi qu'avec les multiples progrès thérapeutiques multidisciplinaires. Tout ceci a, pour les hommes concernés, bouleversé la donne sans pour autant -c'est un euphémisme- la simplifier.
Le choc de savoir que l'on a un cancer


Le fait d'apprendre que l'on est atteint d'un tel cancer peut constituer un choc dont on mesure parfois encore bien mal les conséquences. On pouvait l'imaginer; la chose est désormais démontrée. Une étude américaine qui vient d'être publiée sur le site du Journal de l'Institut national du cancer fournit sur ce point des éléments hautement dérangeants. Elle met ainsi en évidence un risque statistiquement accru par rapport à la moyenne de mourir de suicide ou d'une maladie cardiovasculaire peu de temps après l'annonce du diagnostic d'un cancer de la prostate.
Dirigés par le Dr Fang Fang (Brigham and Women's Hospital, Harvard Medical School, Boston), les chercheurs ont analysé de manière rétrospective les données recueillies auprès de 342.497 personnes chez lesquelles un cancer de la prostate avait été diagnostiqué entre le 1er janvier 1979 et le 31 décembre 2004. Ces données, recensées dans le cadre d'un programme américain de surveillance épidémiologique (couvrant le quart de la population des Etats-Unis) portaient sur plus d'une année à compter du jour où la personne était informée du diagnostic la concernant. Les risques statistiques de mort par suicide ou par affection cardiovasculaire ont été comparés aux données similaires concernant, durant la même période, une population américaine à tous égards comparables.
Conclusions: durant la période retenue, 148 hommes sont morts de suicide et 6.845 de maladies cardiovasculaires, soit des chiffres statistiquement plus élevés que ceux que ceux observés dans une population masculine similaire mais non concernée par le cancer de la prostate. Le risque accru de suicide a été observé tout particulièrement au cours des trois premiers mois suivant l'annonce du diagnostic.
Moins de suicides depuis le dépistage généralisé


Cette étude met aussi en évidence le fait que le sur-risque de mort par suicide concerne surtout la période (1979-1986) qui a précédé l'arrivée du dépistage sanguin par PSA ainsi que celle qui a accompagné sa mise en œuvre croissante (1986-1992). La généralisation du ce dépistage (1993-2004) n'a pas été suivie du même phénomène, sans doute parce qu'il permet d'établir le diagnostic en amont de l'apparition des symptômes les plus douloureux observés aux stades avancés de la maladie. Les auteurs prennent soin de situer les limites de leur travail: ils soulignent notamment qu'ils ne disposaient pas de données sur l'état de santé physique ou mental des personnes au moment du diagnostic et des traitements du cancer de la prostate. Pour autant, ils estiment indispensable de tirer les conclusions pratiques des résultats qu'ils ont obtenus.

Nous croyons que le suicide et les morts d'origine cardiovasculaire ne reflètent que la pointe de l'iceberg de l'anxiété, des troubles de l'humeur, et peut-être d'autres maladies (ou souffrances) mentales qui suivent le diagnostic de cancer de la prostate, écrivent-ils. En conséquence, notre étude suggère l'importance potentielle d'une prise en charge et d'un soutien psychologique pour les personnes chez qui ce diagnostic vient d'être porté.
Et ceci est sans aucun doute d'autant plus nécessaire que l'on assiste aujourd'hui au développement du dépistage devenu quasi-systématique par la technique du PSA; phénomène qui, sans même parler des nouvelles propositions de «dépistage génétique», présente des avantages et des inconvénients nourrissant de solides controverses (dont nous avions déjà parlé ici et ).
Le dialogue médecin/patient


Au-delà du seul cancer de la prostate, cette étude originale aide à mettre en lumière la possible cascade des évènements psychologiques et organiques souvent méconnus que peuvent induire l'annonce d'un diagnostic de cancer; comme l'annonce, sans doute, de toutes les maladies maladie perçues -à tort ou à raison- comme pouvant avoir des conséquences rapidement mortelles. De nombreux témoignages récurrents démontrent, jour après jour, que les médecins peuvent être très loin -euphémisme- de pouvoir (ou de savoir) prendre en compte cette donnée.
C'est précisément ce contexte qui a fait que le «plan cancer» lancé en France depuis quelques années (à l'initiative de Jacques Chirac alors président de la République) a développé un «dispositif d'annonce». A la demande des malades et de leurs proches ce dernier vise à mieux expliquer l'affection et les traitements envisageables; il prévoit aussi les conditions d'un soutien psychologique et social. Ce dispositif, si l'on en croit les statistiques officielles, se met progressivement en place. Il est pourtant encore bien loin de répondre à la somme des douloureuses questions individuelles et collectives qui sont ici soulevées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Soutien émotionnel face au cancer.   Dim 15 Nov 2009 - 17:07

Une femme est six fois plus susceptible de vivre une séparation après avoir reçu un diagnostic de cancer ou de sclérose en plaques qu'un homme qui a reçu un tel diagnostic, selon une étude publiée dans la revue Cancer. Le taux de séparation ou de divorce était de 20,8% pour les femmes malades, comparativement à 2,9% pour les hommes malades. Ce qui se compare à un taux de 11% dans la population générale.

"Nous croyons que ces résultats s'appliquent généralement aux personnes atteintes de maladies qui changent la vie", écrivent les auteurs, Marc Chamberlain de l'Université de Washington et Michael Glanz de l'Université de l'Utah.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Soutien émotionnel face au cancer.   Sam 18 Oct 2008 - 23:08

Voici une belle initiative que le Québec devrait imiter et subventionner pour bien faire passer le message que les gens atteints de cancer ont besoin de soins mais aussi d'affection. Des médicaments et des roses.


Une pièce de théâtre qui évoquera le cancer
samedi 18.10.2008, 05:03 - La Voix du Nord


Le « Petit Théâtre utile » et « Les Anonymes » présentent la pièce « Salle d'attente », le 23 octobre, au Musée du textile et de la vie sociale de Fourmies.


La pièce Salle d'attente, de Joël Campagne, est mise en scène par Alain Duclos. Elle est interprétée par Carole Huot, accompagnée par Timothée Couteau sur une musique d'Olivier Delgutte. L'histoire ? Aussi efficaces que soient les protocoles de soins existants, la qualité des relations entre les soignants et les soignés est aujourd'hui considérée comme essentielle. Le spectacle sera suivi d'un échange sur la relation soignés-soignants, animé par la Ligue contre le cancer et l'association Espace Vie Cancer. Entrée gratuite. •
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nany



Nombre de messages : 104
Age : 63
Localisation : France - Yvelines
Date d'inscription : 25/08/2007

MessageSujet: Re: Soutien émotionnel face au cancer.   Sam 4 Oct 2008 - 11:22

je confirme je l'ai vécu...!

et j'en ai discuté avec mon dermato

il était lui aussi surpris de cet effet d'annonce mais il m'a dit que dans leur éthique il devait prévenir les malades de leur cancer

quant à la forme chaque médecin doit faire avec et surtout face à patient

certains y mettent la forme .....d'autres pas....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.aceboard.net/52653
Optimiste
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 4835
Date d'inscription : 27/02/2005

MessageSujet: Re: Soutien émotionnel face au cancer.   Mer 1 Oct 2008 - 15:41

je modererais les propos de Nany en disant qu'helas c'est sans doute ce qu'elle a vecu , mais heureusement il y a des cas où cela se passe mieux ..
Il est evident que il y a des progresà faire dans l'annoce du diagnostic par exemple , mais il existe aussi des equipes assez geniales et portées sur l'aspect psychologique et l'aide ..
Comme partout il y a du mauvais et il y a du bon ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nany



Nombre de messages : 104
Age : 63
Localisation : France - Yvelines
Date d'inscription : 25/08/2007

MessageSujet: Re: Soutien émotionnel face au cancer.   Lun 29 Sep 2008 - 9:41

je crois que c'est aussi pour eux une façon de se protèger comme si cela était contagieux "ce cancer"

je n'ai trouvé aucune aide de la part de celle qui me suit pour le cohorte mélanome et j'ai trouvé dur çà façon d'agir

qu'elle puisse me dire qu'il avait une équipe de thérapeutes si j'avais besoin d'aide psy

je lui ai dit que si j'avais du consulter je me serais passé de son consentement...

je crois qu'elle a été estomaqué tout comme mon tit zhom de ma réponse j'allais bien dans ma tête et que c'est ma peau qui pose pbl

les toubabs quelqu'ils soient doivent se protèger derrière leur profession et pensent toujours qu'ils sont les "dieux", et chacun campent sur leur savoir


ma nièce qui a touché de près la médecine m'a dit qu'ils étaient encore en France à l'âge de la préhistoire quant l'empathie du malade et qu'ils n'avançaient qu'a tout petit pas

en tous les cas moi je leur fais confiance en ce qui concerne la théorie face à ma maladie

le reste j'aviserai le moment venu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.aceboard.net/52653
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Soutien émotionnel face au cancer.   Dim 28 Sep 2008 - 16:18




VIJAY GUNGABISSOON, PSYCHOLOGUE CLINICIEN A « LINK TO LIFE »



« Tenter d’avoir un mode de vie normal »

Comment les proches réagissent-ils lorsqu’ils apprennent qu’un membre de leur famille est atteint d’un cancer ?

La réaction immédiate est le choc, puis c’est le déni. Ils se disent que ce n’est pas vrai, qu’il doit y avoir une erreur quelque part. En fait, aujourd’hui encore, le cancer est souvent associé à la mort. Mais la réaction change après. Chaque personne réagit différemment à la situation selon son expérience, ses connaissances et son milieu. S’ensuit la colère. Contre les médecins, les infirmiers et même Dieu. La personne a le sentiment que le monde s’écroule autour d’elle. Il y a aussi la tristesse, le désespoir… bref, les émotions sont multiples. J’ai vu dans des cas de cancer du sein, des époux délaisser leur conjointe et chercher du réconfort auprès d’autres femmes. Il y a eu beaucoup de divorce à cause du cancer, mais également des familles qui se sont au contraire soudées. Et parfois, les proches deviennent des protecteurs excessifs. Donc, les réactions sont variées. Il y a certes le choc, la colère, le blâme, la culpabilité et finalement l’acceptation.



Face au cancer de l’autre, on ne sait pas toujours quelle attitude adopter. Est-il mieux de se cacher derrière le silence, de banaliser la situation, de donner des messages d’espoir…

Il doit y avoir de la transparence. Chaque détail doit être discuté. Quand il y a de la compréhension, il y a de la tolérance et de l’acceptation. Il faut essayer de comprendre le malade, car il n’a pas choisi cette situation. Comprendre quels sont les effets émotionnels et physiques sur le malade. Mais ce qui manque souvent c’est une discussion franche entre les médecins et les malades. C’est donc primordial que les proches puissent de leur côté en parler, peu importe l’ampleur de la situation. Quand ils sont découragés, l’atmosphère est sombre. Ils ont tendance à devenir peu coopératifs. L’atmosphère est tendue, irritante. Le résultat final est la désunion. Il ne faut donc pas se laisser aller.



La communication et les relations au sein de la famille doivent-elles être les mêmes avant et pendant la maladie ?

C’est sûr et c’est dans l’intérêt du malade, pour que ce dernier ne se sente pas infirme. Il faut autant que possible tenter d’avoir un mode de vie normal. La famille, les amis peuvent encourager les malades à pratiquer du sport, à faire des exercices, du yoga. Car le cancer n’est pas synonyme de mort. C’est une maladie qui change le schéma de la vie… La volonté de tout un chacun est un atout capital qui donne l’envie de vivre. L’amour et le soutien des proches l’aideront à affronter cette épreuve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Plumedange



Nombre de messages : 693
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Soutien émotionnel face au cancer.   Dim 13 Avr 2008 - 5:40

Très interressant

je reviendrai probablement sur le sujet , quand j'aurai un moment ani2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Optimiste
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 4835
Date d'inscription : 27/02/2005

MessageSujet: Re: Soutien émotionnel face au cancer.   Mar 19 Fév 2008 - 16:43

Et bien voilà un article que je trouve passionnant , meme si bien sur je suis convaincue depuis longtemps que la relation d'empathie avec quelqu'un qui souffre l'aide grandement !!!

J'ose meme dire et penser que c'est valable pour bien des maladies si ce n'est toutes !!!
Je pense que la science ( les techniques , la recherche pleins de choses compliquées de gens tres tres intelligents ) aura fait un enorme pas quand elle aura donné quelques bases de psychologie à ses membres !!!

autre element important : informer le patient de ce qu'il va vivre l'aide grandement , vraiment !!!

merci Denis pour cet article !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Soutien émotionnel face au cancer.   Lun 18 Fév 2008 - 18:25

Il lui a fallu recevoir des traitements de chimiothérapie et de radiothérapie, subir une importante opération, suivie d'autres séances de chimiothérapie, puis d'une petite opération. En tout, les traitements ont duré une année. Elle était déjà mince, mais cela ne l'a pas empêchée de perdre 30 livres. À cause de la chimio, elle a fait de l'anémie, a eu les doigts craquelés, les yeux secs et des douleurs buccales si intenses qu'elles l'empêchaient de dormir la nuit. Elle a perdu beaucoup de cheveux.

Squelettique, les yeux rougis, faible et d'une pâleur cadavérique, elle portait un foulard sur la tête et des pansements sur les doigts, mais elle a tenu bon.

Elle a vu assez régulièrement deux médecins, une radio-oncologue et une cancérologue interniste. La première entourait de son bras les frêles épaules de ma soeur et arpentait avec elle le corridor de l'hôpital comme si elles étaient de vieilles amies. La seconde surveillait attentivement les effets secondaires des traitements, suggérait certains remèdes, rappelait à ma soeur qu'elle avait de grandes chances de terrasser le cancer, tout en lui assurant que ses cheveux repousseraient.

Les membres de ma famille ne sont pas portés sur les cajoleries, mais ma soeur a grandement apprécié la chaleur et la sollicitude de ces deux femmes. Elle leur faisait entièrement confiance et suivait leurs conseils. Maintenant qu'elle a retrouvé la santé, elle affirme que leur compassion l'a grandement aidée à traverser ces moments difficiles.

Des mots qui font une différence

La recherche confirme que quelques mots d'encouragement de la part d'un oncologue peuvent aider grandement une personne cancéreuse à comprendre ses traitements et à s'y impliquer, voire à améliorer son état de santé.

«Un oncologue doit absolument fournir un minimum de soutien émotionnel», dit le Dr James A. Tulsky, directeur du Centre de soins palliatifs du Centre médical de l'Université Duke.

Or, dans une étude publiée le mois dernier dans le Journal of Clinical Oncology, le Dr Tulsky et d'autres chercheurs disent avoir découvert que la communication des émotions entre patients et médecins laisse à désirer.

Les chercheurs ont enregistré 398 conversations entre 51 oncologues et 270 patients atteints d'un cancer avancé. Ils ont porté attention aux moments où les patients exprimaient des émotions négatives comme la peur, la colère ou la tristesse, puis écouté les réactions des médecins.

Une réponse comme «je peux imaginer à quel point vous devez avoir peur» était considérée comme une manifestation d'empathie, une invitation faite au patient à continuer d'exprimer ses émotions. À l'inverse, quand un médecin répondait par un «donnez-nous du temps, nous y sommes presque», il indiquait à son patient qu'il ne voulait pas entendre ses doléances.

L'empathie se fait rare

Les chercheurs ont découvert que les médecins émettaient des commentaires empathiques seulement 22% du temps. Les médecins masculins se sont avérés pires que leurs collègues féminines: 48% des hommes n'exprimaient jamais de commentaires empathiques, comparativement à 20% des femmes.

Étonnamment, dit le Dr Tulsky, les patients n'ont exprimé leurs émotions que dans 37% des conversations.

«C'est extraordinaire, dit-il. Il s'agit de patients atteints d'un cancer avancé.»

On ignore la raison mais, selon lui, il se peut que les patients s'attendent à ne recevoir aucun soutien émotionnel de la part des médecins. Le partage des émotions survenait surtout quand le médecin et le patient étaient de sexe féminin ou que de jeunes médecins se décrivant comme des êtres plus «socioémotifs» que «techniques» réagissaient plus souvent avec empathie.

Un médecin particulièrement doué avec les patients avait l'habitude de leur demander à la première rencontre: «Dites-moi ce que vous comprenez à propos de votre maladie», note le Dr Tulsky. Et quand un patient s'effondrait en larmes, il attendait le moment propice pour reprendre la discussion.

À l'inverse, poursuit le Dr Tulsky, «il est souvent arrivé que des patients ne suscitent aucune réaction chez leur médecin en exprimant leurs émotions».

C'est le cas de ce médecin qui s'est lancé dans un «discours scientifique» après que son patient lui eut dit qu'il avait peur, raconte le Dr Tulsky. «Nous en avons vu plusieurs de ce genre.»

Les médecins ne manquent pas d'empathie, dit-il. Ils ont tout simplement de la difficulté à l'exprimer.

«Les oncologues se préoccupent vraiment de leurs patients, affirme Kathryn I. Pollak, coauteure de l'étude et psychosociologue à l'Université Duke. On le constate en écoutant ces enregistrements.»

En fait, la plupart des médecins peuvent apprendre à réagir de façon plus avenante, estiment Kathryn I. Pollak et le Dr James A. Tulsky. Des réponses courtes mais empathiques suffisent, soutiennent les chercheurs qui déconseillent de longs suivis professionnels ou d'interminables dialogues.

Il y a peut-être là aussi une leçon ou deux pour les patients. Il est parfaitement raisonnable, dit le Dr Tulsky, de discuter avec son oncologue de la tristesse que l'on ressent et de notre peur face aux traitements, voire de demander de l'aide.

«Nous sommes tous vulnérables quand nous exprimons nos émotions, souligne le Dr Pollak. Mais je suggère aux patients de les exprimer le plus directement possible.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Soutien émotionnel face au cancer.   Aujourd'hui à 9:41

Revenir en haut Aller en bas
 
Soutien émotionnel face au cancer.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Abbé Pagès : confirmation de soutien par l'église catholique ?
» (1997) BOEING SUISSE FACE A UN OVNI
» Comment réagir face à une enfant émétophobe ?
» Faire face à une angoisse
» Comment faire face à différents types de personnalité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Société-
Sauter vers: