AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Des cibles dans le cancer du poumon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Des cibles dans le cancer du poumon   Dim 23 Oct 2016 - 1:52

Researchers at the Yale School of Medicine have identified a chemical inhibitor that limits the growth of lung tumor cells. The inhibitor works by partially disrupting glycosylation, the addition of sugar chains to proteins.

Glycosylation is an essential process for all cells, but researchers have long thought that there is no way to disrupt glycosylation in cancer cells without disrupting the same process in other cells and thereby causing serious harm, according to Joseph Contessa, a senior author of the study. The inhibitor identified in the study -- called NGI-1 -- affects tumor cells most severely, while leaving other cells relatively unharmed.

"This is important to cancer research because what we're looking for are therapies that don't have a lot of effect on normal cells but do have a lot of effect on tumor cells, and this falls into that category," said Contessa, the director of Yale's Central Nervous System Radiotherapy Program and an associate professor of therapeutic radiology and of pharmacology.

The researchers, who collectively were associated with Yale, the Broad Institute, the University of Massachusetts Medical School, the University of Kansas, the University of Georgia and the University of Texas Southwestern Medical Center, screened over 350,000 chemical compounds in an effort to find a substance that could partially disrupt glycosylation. Eventually, the researchers identified the inhibitor NGI-1 as having the desired effect. Cecilia Lopez-Sambrooks, the first author of the study, said that it was largely a team effort.

NGI-1 disrupts the growth of cancerous cells by blocking the glycosylation of oligosaccharyltransferase, an enzyme known as OST that transfers sugar molecules called oligosaccharides to receptor proteins, according to the study. OST plays an important role in the spread of cancer, as it is used to glycosylate receptor proteins on which tumor cells depend for growth.

According to Contessa, when the glycosylation of OST is blocked, however, the enzyme loses its ability to properly glycosylate the receptor proteins, which in turn hinders the growth of tumor cells. The study claims that NGI-1 only seems to limit the spread of cells dependent on the protein receptors EGFR and FGFR, meaning that it can specifically target the growth of cancer cells while having little effect on non-cancer cells.

Contessa likened the use of NGI-1 to that of a "dimmer switch." While most people have previously thought of glycosylation as something that can be switched on or off for all cells, NGI-1 only partially blocks glycosylation, which in turn has the most effect on tumor cells highly dependent on EGFR and FGFR, he said.

On Oct. 3, the study was published in the journal Nature Chemical Biology. Moving forward, Contessa said he hopes to bring the information from the study back to the clinic. He added that, ideally, this research can provide an alternative to other forms of treatment such as radiation therapy.

According to the study, the results "identify OST inhibition as a potential therapeutic approach to treating receptor-tyrosine-kinase-dependent tumors."

Contessa suggested that since NGI-1 is a relatively small molecule, it's likely that it could be ingested by the patient in the form of a pill.

"We have therapies, and they're good therapies, but they're not enough," Contessa said. "We need to take the next step."

According to the American Cancer Society, lung cancer is the leading cause of cancer death among American men and women. One in four cancer deaths in the United States result from lung cancer.

---

Les chercheurs de la Yale School of Medicine ont identifié un inhibiteur chimique qui limite la croissance des cellules tumorales du poumon. L'inhibiteur fonctionne en perturbant partiellement la glycosylation, l'addition de chaînes glucidiques aux protéines.

La glycosylation est un processus essentiel pour toutes les cellules, mais les chercheurs ont longtemps pensé qu'il n'y avait aucun moyen de perturber la glycosylation dans les cellules cancéreuses sans perturber le même processus dans d'autres cellules en causant ainsi un préjudice grave, selon Joseph Contessa, auteur principal de l'étude . L'inhibiteur identifié dans l'étude - appelée NGI-1 - affecte les cellules tumorales plus sévèrement, tout en laissant d'autres cellules relativement indemne.

"C'est important pour la recherche sur le cancer parce que ce que nous recherchons sont des thérapies qui ne possèdent pas beaucoup d'effet sur les cellules normales mais qui ont beaucoup d'effet sur les cellules tumorales, et cette recherche tombe dans cette catégorie", a déclaré Contessa, le directeur du programme de radiothérapie du système nerveux central de Yale et professeur agrégé de radiologie thérapeutique et de la pharmacologie.

Les chercheurs, qui collectivement ont été associés à Yale, Broad Institute, l'Université du Massachusetts Medical School, l'Université du Kansas, de l'Université de la Géorgie et de l'Université du Texas Southwestern Medical Center, ont criblé plus de 350.000 composés chimiques dans un effort pour trouver un substance qui pourrait partiellement perturber la glycosylation. Finalement, les chercheurs ont identifié l'inhibiteur NGI-1 comme ayant l'effet désiré. Cecilia Lopez-Sambrooks, le premier auteur de l'étude, a déclaré que c'était en grande partie un effort d'équipe.

NGI-1 perturbe la croissance des cellules cancéreuses en bloquant la glycosylation de l'oligosaccharyltransférase, une enzyme connue sous le nom OST qui transfère les molécules de sucre appelées oligosaccharides au récepteur des protéines, selon l'étude. OST joue un rôle important dans la propagation du cancer, tel qu'il est utilisé pour glycosyler des récepteurs de protéines desquels les cellules tumorales dépendent pour leur croissance.

Selon la Contessa, lorsque la glycosylation de l'OST est bloqué, l'enzyme perd sa capacité à glycosyler correctement les récepteurs de protéines, ce qui empêche la croissance des cellules tumorales. L'étude affirme que NGI-1 ne limite pas seulement la propagation des cellules dépendantes des récepteurs de protéines EGFR et FGFR, ce qui signifie qu'elle peut cibler spécifiquement la croissance des cellules cancéreuses mais qu'elle a peu d'effet sur les cellules non-cancéreuses.

Contessa a comparé l'utilisation de NGI-1 à celui d'un «gradateur d'interrupteur." Alors que la plupart des gens ont déjà pensé la glycosylation comme quelque chose qui peut être activée ou désactivée pour toutes les cellules, NGI-1 bloque partiellement la glycosylation, qui à son tour a plus d'effet sur les cellules tumorales fortement dépendantes de l'EGFR et FGFR, dit-il.

Le 3 octobre, l'étude a été publiée dans la revue Nature Chemical Biology. Allant de l'avant, Contessa a dit qu'il espère apporter l'information de l'étude à la clinique. Il a ajouté que, dans l'idéal, cette recherche peut fournir une alternative à d'autres formes de traitement comme la radiothérapie.

Selon l'étude, les résultats "identifient l'inhibition de l'OST comme une approche thérapeutique potentielle pour le traitement des tumeurs dépendantes des récepteurs de tyrosine-kinase."

Contessa a suggéré que, comme NGI-1 est une molécule relativement petite, il est probable qu'elle puisse être ingéré par le patient sous la forme d'une pilule.

"Nous avons des thérapies, et ils sont de bons traitements, mais ils ne sont pas suffisantes", a déclaré Contessa. «Nous devons passer à l'étape suivante."

Selon l'American Cancer Society, le cancer du poumon est la principale cause de décès par cancer chez les hommes et les femmes américaines. Un sur quatre décès par cancer aux États-Unis résultent d'un cancer du .

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Des cibles dans le cancer du poumon   Sam 30 Juil 2016 - 19:20

UT Southwestern Medical Center researchers have identified a new way to target lung cancer through the KRAS gene, one of the most commonly mutated genes in human cancer and one researchers have so far had difficulty targeting successfully.

Researchers studying the underlying biology of KRAS in lung cancer determined that activity resulting from the ACSL3 gene is essential for these lung cancer cells to survive, and that suppressing ACSL3 causes these lung cancer cells to die.

The findings are significant because genetic mutations of KRAS occur in about 30 percent of lung cancer cases, and they are associated with aggressive, therapy-resistant disease with a poor prognosis. Lung cancer remains the leading cause of cancer-related deaths in the U.S., according to the National Cancer Institute (NCI).

"Despite some recent advances, mutant KRAS remains a very challenging target. There is a dearth of treatment options for tumors initiated by this gene," said senior author Dr. Pier Paolo Scaglioni, Associate Professor of Internal Medicine in the Division of Hematology and Oncology, and a member of the Harold C. Simmons Comprehensive Cancer Center.

The KRAS gene (Kirsten rat sarcoma viral oncogene homolog), produces proteins called K-Ras that influence when cells divide. Mutations in K-Ras can result in normal cells dividing uncontrollably and turning cancerous.

"Mutant KRAS not only promotes the growth of tumors, but also the survival of established lung cancer. Since we have no clinically-relevant effective inhibitors of mutant KRAS at this time, there has been an intense clinical interest in developing a treatment that is proven effective," said Dr. Scaglioni, who leads the Cancer Signaling Laboratory at the Simmons Cancer Center.

The team found that the enzymatic activity of ACSL3 (Acyl-CoA synthetase long-chain family member 3) is needed for the mutant KRAS gene to promote the formation of lung cancer, and further demonstrated that fatty acids, which are the substrates of ACSL3 enzyme, have a critical role in lung cancer.

"There is an urgent need for discovery of additional targets that inhibit lipid metabolism in cancer cells that could lead to targeted therapies: the discovery of the importance of ACSL3 in lung cancer meets this unmet need," said Dr. Mahesh S. Padanad, first author and part of the UT Southwestern team, which also includes postdoctoral fellow Dr. Smita Rindhe, and Dr. Margherita Melegari, research associate.

The study, published in Cell Reports, used several complementary approaches, including cell lines, mice, and human patient tumor samples to understand the biological significance of ACSL3 in lung cancer.

---
Des chercheurs ont identifié une nouvelle façon de cibler le cancer du poumon à travers le gène KRAS, l'un des gènes les plus fréquemment mutés dans le cancer humain et l'un de ceux que les  chercheurs ont jusqu'ici eu des difficultés à cibler avec succès.

Les chercheurs étudiant la biologie sous-jacente de KRAS dans le cancer du poumon ont déterminé que l'activité résultant du gène ACSL3 est essentiel pour ces cellules de cancer du poumon pour survivre, et que supprimer ces ACSL3 fait mourir les cellules de cancer du poumon.

Les résultats sont importants parce que les mutations génétiques de KRAS se produisent dans environ 30 pour cent des cas de cancer du poumon, et ils sont associés à, une maladie agressive résistant à la thérapie avec un mauvais pronostic. Le cancer du poumon demeure la principale cause de décès liés au cancer dans le États-Unis, selon l'Institut national du cancer (NCI).

"Malgré quelques progrès récents, KRAS mutant reste une cible très difficile. Il y a une pénurie d'options de traitement pour les tumeurs initiées par ce gène», a déclaré l'auteur principal, le Dr Pier Paolo Scaglioni, professeur agrégé de médecine interne à la Division d'hématologie et d'oncologie , et un membre de la Harold C. Simmons Comprehensive Cancer Center.

Le gène KRAS (Kirsten rat du sarcome viral oncogène homologue), produit des protéines appelées K-Ras qui influence les cellules à se diviser. Des mutations dans K-Ras peuvent entraîner dans les cellules normales une division incontrôlée et celles-ci peuvent devenir cancéreuses.

"KRAS mutant non seulement favorise la croissance des tumeurs, mais aussi la survie du cancer du poumon établi. Puisque nous n'avons pas d'inhibiteurs efficaces cliniquement pertinents de KRAS mutant à l'heure actuelle, il y a eu un intérêt clinique intense pour le développement d'un traitement qui ferait preuve d'efficacité ", a déclaré le Dr Scaglioni, qui dirige le Laboratoire de signalisation du cancer au Cancer Center Simmons.

L'équipe a constaté que l'activité enzymatique de ACSL3 (acyl-CoA synthétase longue chaîne membre de la famille 3) est nécessaire pour le gène KRAS mutant pour favoriser la formation d'un cancer du poumon, et a en outre démontré que les acides gras, qui sont des substrats de l'enzyme ACSL3 , jouent un rôle crucial dans le cancer du poumon.

"Il y a un besoin urgent de découverte de cibles supplémentaires qui inhibent le métabolisme des lipides dans les cellules cancéreuses qui pourraient mener à des thérapies ciblées: la découverte de l'importance de ACSL3 dans le cancer du poumon répond à ce besoin non satisfait», a déclaré le Dr Mahesh S. Padanad, première auteur et une partie de l'équipe UT Southwestern, qui comprend également stagiaire postdoctoral Dr Smita Rindhe, et le Dr Margherita Melegari, associé de recherche.

L'étude, publiée dans Cell Reports, a utilisé plusieurs approches complémentaires, y compris des lignées cellulaires, des souris et des échantillons humains tumorales du patient pour comprendre la signification biologique de ACSL3 dans le cancer du poumon.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Des cibles dans le cancer du poumon   Mer 2 Mar 2016 - 16:49

Researchers at Rice University and the University of Texas MD Anderson Cancer Center have uncovered a trick used by lung cancer cells to hide from the body's immune system.

The researchers have found links between subtle actions and reactions that allow cancerous cells to spread with little to stand in their way. The team led by Dr. Edwin Ostrin, an assistant professor of pulmonary medicine at MD Anderson, and theoretical biological physicist Herbert Levine at Rice, details its findings in study in this week's Proceedings of the National Academy of Sciences.

The study shows for the first time that some aggressive lung cancer cells display significantly reduced expression of proteins known as immunoproteasomes, a key player in the process that signals the immune system's T-cells to attack diseased cells. The researchers suggest it may be possible to enhance the production of these proteins to override the cells' escape mechanism.

Immunoproteasomes are produced inside cells, where they degrade unneeded or damaged proteins, including those produced by invading pathogens. The degraded pieces are secreted by the cell and bond to its surface and create beacons that inform nearby T-cells of the cell's diseased nature.

If T-cells don't sense these surface beacons, called antigens, a cancer is more likely to evade detection and destruction. Data gathered over the years by MD Anderson researchers shows patients with early stage non-small-cell lung cancer -- the most common type -- who have low expression of immunoproteasomes are more likely to see their cancers return after treatment and metastasize.

The researchers led by Dr. Satyendra Tripathi, a postdoctoral fellow at MD Anderson and lead author of the paper, set out to discover why immunoproteasomes are reduced in lung cells transitioning from epithelial-type cells, which bind to each other to form skin and organ linings, to free-floating mesenchymal-type cells. Tripathi had observed the expression of a cluster of genes that encode immunoproteasomes and their association with epithelial to mesenchymal transition.

"Cancers containing cells that express mesenchymal markers tend to be later-stage, more aggressive and more metastatic," Ostrin said. "Identifying this new mechanism opens a potential pathway for exposing these cells to immune attack."

Researchers at MD Anderson and Rice combined efforts to view the cause and effect of the expression levels of dozens of genes representing proteins from 42 non-small-cell lung cancer lines.

"One of the main new ideas in therapy is to somehow get the immune system to fight against the cancer," Levine said. "What we want to understand is how the characteristics of the cancer cells either enhance that possibility or preclude it."

Levine, co-director of Rice's Center for Theoretical Biological Physics, said it's been known for some time that motile mesenchymal-type cells are relatively resistant to chemotherapy. "Now, what seems to also be true is that the cells are relatively more resistant to immunotherapy." Immunotherapy aims to boost the body's own immune system to fight cancer.

MD Anderson researchers led by Ostrin and Dr. Samir Hanash, director of the McCombs Institute for the Early Detection and Treatment of Cancer, profiled protein expression in the target cell lines and correlated the data to patient outcomes; meanwhile, the Rice researchers built computer models that allowed them to rapidly combine and evaluate protein-signaling pathways over time.

"The idea was to leave no stone unturned," Levine said. "We modeled the changes in gene expression that can be readily measured, how they might be caused and how these are correlated to all the other changes going on in the cells.

"We want to go from the basic biology of defining the circuits and how they change the expression of these key proteins to showing that they really do have a consequence in terms of recognition by the immune system," he said.

What emerged was that the suppression of immunoproteasomes appears to be a consequence of feedback loops activated by the transition to mesenchymal-type cells. The next step, the researchers said, is to consider whether inducing immunoproteasome production in target cancer cells will counteract their evasion tactics. This might be tested in animal models.

"We would hope that reversal of this downregulation through treatment with IFN-gamma, rapamycin or 5-aza-dC may work symbiotically with immune checkpoint inhibition that is currently proving so promising in many cancers," Ostrin said.

"From the lofty goal of saying how one should modify treatment of cancer, any purely modeling effort is going to be incremental," Levine said of his team's contribution. "But in this study, because it has real data from real patients saying this is a real problem, modeling helps point us in a treatment direction we might actually begin to try."

---

Des chercheurs de l'Université Rice et l'Université du Texas MD Anderson Cancer Center ont découvert une astuce utilisée par les cellules de cancer du poumon pour se cacher du système immunitaire de l'organisme.

Les chercheurs ont trouvé des liens entre de subtiles actions et réactions qui permettent aux cellules cancéreuses de se propager avec peu d'opposition. L'équipe dirigée par le Dr Edwin Ostrin, professeur adjoint de médecine pulmonaire au MD Anderson, et le physicien biologique théorique Herbert Levine à Rice, détaillent leurs conclusions dans l'étude dans "Proceedings of the National Academy of Science" de cette semaine.

L'étude montre pour la première fois que certaines cellules de cancer du poumon agressif affichent une expression significativement réduite de protéines connues sous le nom immunoprotéasomes, un acteur clé dans le processus qui signale les cellules T du système immunitaire pour attaquer les cellules malades. Les chercheurs suggèrent qu'il peut être possible d'améliorer la production de ces protéines pour contrer le mécanisme d'échappement des cellules.

Les Immunoprotéasomes sont produites à l'intérieur des cellules, où ils dégradent les protéines inutiles ou endommagées, y compris celles produites par les pathogènes envahisseurs. Les morceaux dégradés sont sécrétées par la cellule et collent à sa surface et à créer des balises qui guident les cellules T à proximité de la cellule malade.

Si les cellules T ne sentent pas ces balises de surface, appelées antigènes, le cancer est plus susceptible d'échapper à la détection et la destruction. Selon les données recueillies au fil des ans par des chercheurs MD Anderson, les patients atteints de cancer du poumon non à petites cellules à un stade précoce - le type le plus commun - ont une faible expression de immunoprotéasomes et sont plus susceptibles de voir leur cancer revenir après le traitement et métastaser.

Les chercheurs dirigés par le Dr Satyendra Tripathi, chercheur postdoctoral à MD Anderson et auteur principal du document, sont partis à la découverte du pourquoi les immunoprotéasomes sont réduits dans les cellules pulmonaires en transition à partir de cellules de type épithéliales, qui se lient les unes aux autres pour former la peau et la doublure des organes, pour libérer des cellules de type mésenchymateuses flottantes. Tripathi avait observé l'expression d'un groupe de gènes qui codent pour des immunoprotéasomes et leur association avec la transition épithélio-mésenchymateuses.

"Les cancers contenant des cellules qui expriment des marqueurs mésenchymateuses ont tendance à être un stade plus avancé, plus métastatique et plus agressif », a déclaré Ostrin. "L'identification de ce nouveau mécanisme ouvre une voie potentielle pour exposer ces cellules à l'attaque immunitaire."

Les chercheurs de MD Anderson et Rice ont combiné leurs efforts pour voir la cause et l'effet des niveaux de plusieurs dizaines de gènes représentant des protéines à partir de 42 lignées de cancer du non-à petites celllules.

"L'une des principales idées nouvelles dans la thérapie est d'obtenir d'une certaine façon que système immunitaire lutte contre le cancer», a déclaré Levine. «Ce que nous voulons comprendre c'est comment les caractéristiques des cellules cancéreuses, améliorent cette possibilité ou l'excluent."

Levine, co-directeur du Centre Rice pour la physique théorique biologique, a déclaré qu'il est connu depuis un certain temps que les cellules mobiles de type mésenchymateuses sont relativement résistantes à la chimiothérapie. "Maintenant, ce qui semble être aussi vrai est que les cellules sont relativement plus résistantes à l'immunothérapie." L'immunothérapie vise à stimuler le système immunitaire de l'organisme pour lutter contre le cancer.

Les chercheurs MD Anderson dirigés par Ostrin et le Dr Samir Hanash, directeur de l'Institut McCombs pour la détection précoce et le traitement du cancer, ont profilé l'expression de la protéine dans les lignées de cellules cibles et les données corrélées aux résultats pour les patients; Pendant ce temps, les chercheurs de Rice ont construit des modèles informatiques qui leur ont permis de combiner rapidement et évaluer les voies de protéines de signalisation au fil du temps.

"L'idée était de ne rien négliger», dit Levine. "Nous avons modélisé les changements dans l'expression des gènes qui peuvent être facilement mesurés, comment ils pourraient être causés et comment ceux-ci sont en corrélation avec tous les autres changements en cours dans les cellules.

«Nous voulons aller de la biologie fondamentale de la définition des circuits et comment ils modifient l'expression de ces protéines clés pour montrer qu'elles sont vraiment une conséquence en termes de reconnaissance par le système immunitaire," dit-il.

Il en est ressorti que la suppression des immunoprotéasomes semble être une conséquence de boucles de rétroaction activées par le passage à des cellules de type mésenchymateuses. La prochaine étape, selon les chercheurs , est d'examiner si en induisant la production d'immunoproteasome en ciblsant les cellules cancéreuses va contrecarrer leurs tactiques d'évasion. Ceci peut être testé dans des modèles animaux.

"Nous espérons que l'inversion de cette régulation négative grâce à un traitement par l'IFN-gamma, la rapamycine ou 5-aza-dC peut travailler en symbiose avec une inhibition de checkpoint immunitaire qui actuellement se révèle si prometteur dans de nombreux cancers», a déclaré Ostrin.

"À partir de l'objectif noble de dire comment il faut modifier le traitement du cancer, tout effort de modélisation pure va être un plus," selon ce que Levine a dit de la contribution de son équipe. "Mais dans cette étude, car il a des données réelles de vrais patients dire ceci est un problème réel, la modélisation nous aide à pointer dans une direction de traitement, nous pourrions effectivement commencer à essayer."


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Des cibles dans le cancer du poumon   Lun 1 Juin 2015 - 9:52

Results of the trial, reported in the May 31 issue of the New England Journal of Medicine and presented at the American Society for Clinical Oncology 2015 annual meeting, also showed that after a year, the nivolumab group had nearly double the survival rate (42 percent) of the chemotherapy patients (24 percent).

"This solidifies immunotherapy as a treatment option in lung cancer," says Julie Brahmer, M.D., director of the Thoracic Oncology Program at the Johns Hopkins Kimmel Cancer Center. "In the 20 years that I've been in practice, I consider this a major milestone," she adds, noting that the trial results helped achieve U.S. Food and Drug Administration approval in March to treat such patients whose lung cancer progressed, despite standard chemotherapy.

Brahmer emphasizes that the relatively small increase in median survival time with the use of the new immunotherapy drugs may be somewhat misleading in terms of overall impact of the medicines. "Patients who respond to immunotherapy tend to continue their responses for long durations, and these lengthier responses are cut off in calculations of median overall survival," she says. She suggests that one- and two-year survival data may provide more information about the effectiveness of these drugs than overall median survival rates.

Promising results of an earlier, initial, multicenter clinical trial of nivolumab, first reported in 2013 and directed by Brahmer, led to the current phase III trial of 260 patients treated at hospitals across the world.

Nivolumab is one of a group of so-called "checkpoint inhibitors" that work by disrupting a signaling system used by cancers to avoid detection and destruction by immune cells. The system, says Brahmer, provides a kind of "handshake" or connection between receptors on immune cells, called PD-1, and their sister-proteins on tumor cells, called PD-L1. Checkpoint inhibitors block that handshake, which alerts immune cells to cancer cells and target them for destruction.

For the new trial, hospitals enrolled patients with advanced, squamous non-small cell lung cancer whose disease had progressed despite initial chemotherapy. Researchers randomly selected 135 patients to receive nivolumab, sold under the name Opdivo, and 137 others to receive the chemotherapy drug docetaxel. Both drugs are delivered intravenously.

Median overall survival of patients receiving nivolumab was 9.2 months, compared with six months for patients who received docetaxel. At one year, 57 patients (42 percent) taking nivolumab were alive, compared with 33 patients (24 percent) taking docetaxel. Approximately 27 patients (20 percent) receiving nivolumab responded to the drug, compared with 12 (8.8 percent) who took docetaxel. The median disease-progression free survival was 3.5 months for those who took nivolumab and 2.8 months for docetaxel.

The researchers also reported that nivolumab reduced the relative risk of dying from lung cancer by 41 percent in those who took the immunotherapy drug, compared with those who took docetaxel.

Furthermore, they said the most severe side effects occurred more often in patients taking docetaxel (55 percent) than those taking nivolumab (6.9 percent). Patients on nivolumab experienced fatigue, decreased appetite, weakness, as well as colon, kidney or lung inflammation. Those taking docetaxel experienced hair loss, fatigue, nausea, diarrhea and low white blood cell counts, which decreases patients' ability to fight infections. "Immunotherapy can produce severe side effects, and it's important to be vigilant in efforts to manage them. However, it is less toxic than chemotherapy," says Brahmer.

She adds, "Generally, about 20 to 25 percent of patients with lung cancer are responding to checkpoint blockade inhibitors."

Because immunotherapy drugs tend to be expensive, costing more than $100,000 per year, per patient, Brahmer says there is even more urgency now to find out which patients are more likely to benefit. This includes determining whether the drugs should be used earlier on in cancer treatment, finding biomarkers to predict response, and combining immunotherapy with other treatments.

---



Les résultats de l'essai, rapportés dans le numéro du 31 mai de la New England Journal of Medicine et présentée à à la réunion annuelle de l'American Society for Clinical Oncology 2015, ont également montré que, après un an, le groupe nivolumab avait presque le double du taux de survie (42 pour cent ) des patients traités par chimiothérapie (24 pour cent).

"Celà rend crédible l'immunothérapie comme option de traitement dans le cancer du », dit Julie Brahmer, MD, directrice du programme d'oncologie thoracique à la Johns Hopkins Kimmel Cancer Center. "j'ai été 20 ans dans la pratique et je considère cela comme un jalon important», ajoute-elle, notant que les résultats de l'essai ont aidé à obtenir l'approbation de la Food and Drug Administration en Mars pour traiter ces patients dont le cancer du a progressé malgré la norme en chimiothérapie.

Brahmer souligne que l'augmentation relativement faible de temps de survie médian pour l'utilisation des nouveaux médicaments d'immunothérapie peut être un peu trompeuse en termes d'impact global des médicaments. «Les patients qui répondent à l'immunothérapie ont tendance à poursuivre leurs réponses pour de longues durées, et ces réponses plus longues sont coupées dans les calculs de médiane de survie globale," dit-elle. Elle suggère que les données de survie à un an et de deux ans peuvent fournir plus d'informations sur l'efficacité de ces médicaments que les taux de survie globale médian.

Des résultats prometteurs d'un test clinique en multicentrique antérieur de nivolumab, pour la première fois en 2013 et dirigé aussi par Brahmer, a conduit à l'actuel test de 260 patients traités dans les hôpitaux à travers le monde de phase III.

Le Nivolumab fait partie d'un groupe de ce qu'on appelle «inhibiteurs de point de contrôle» qui fonctionnent en perturbant un système de signalisation utilisé par les cancers pour éviter la détection et la destruction par les cellules immunitaires. Le système, dit Brahmer, a une sorte d'entente ou de connexion entre les récepteurs sur les cellules immunitaires, appelées PD-1, et leurs sœurs protéines sur les cellules tumorales, appelés PD-L1. Les inhibiteurs de Checkpoint bloquent cette entente, ce qui alerte les cellules immunitaires pour les cellules cancéreuses et les fait cibler pour la destruction.

Pour le nouveau test, les hôpitaux ont recruté des patients avec cancer non à petites cellules du poumon avancé, squameuses dont la maladie avait progressé malgré une chimiothérapie initiale. Les chercheurs ont choisi au hasard 135 patients pour recevoir nivolumab, vendu sous le nom Opdivo, et 137 autres pour recevoir le docétaxel médicament de chimiothérapie. Les deux médicaments sont livrés par voie intraveineuse.

La survie globale médiane des patients recevant nivolumab était de 9,2 mois, contre six mois pour les patients ayant reçu du docétaxel. À un an, 57 patients (42 pour cent) prenant nivolumab étaient vivants, contre 33 patients (24 pour cent) prenant le docétaxel. Environ 27 patients (20 pour cent) reçevant nivolumab ont répondu au médicament, comparativement à 12 (8,8 pour cent) qui ont pris le docétaxel. La survie sans maladie progression médiane était de 3,5 mois pour ceux qui ont pris nivolumab et 2,8 mois pour le docétaxel.

Les chercheurs ont également rapporté que nivolumab a réduit le risque relatif de décès par cancer du poumon de 41 pour cent chez ceux qui ont pris le médicament d'immunothérapie, par rapport à ceux qui ont pris le docétaxel.

En outre, ont-ils dit, les effets secondaires les plus graves sont survenues plus souvent chez les patients prenant le docétaxel (55 pour cent) pour ceux prenant le nivolumab (6,9 pour cent).

Elle ajoute: «En général, environ 20 à 25 pour cent des patients atteints de cancer du poumon répondent à des inhibiteurs de points de contrôles."

Parce que les médicaments d'immunothérapie ont tendance à être chers, coûtant plus de 100.000 dollars par an et par patient, Brahmer dit qu'il est encore plus urgent maintenant de savoir quels patients sont plus susceptibles d'en bénéficier. Cela inclut de déterminer si les médicaments doivent être utilisés plus tôt dans le traitement du cancer, pour trouver des biomarqueurs pour prédire la réponse, et la combinaison avec d'autres traitements d'immunothérapie.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Des cibles dans le cancer du poumon   Jeu 9 Jan 2014 - 13:31

Jan. 9, 2014 — The Genes and Cancer Group at the Cancer Epigenetics and Biology Program of the IDIBELL has found that the MAX gene, which encodes a partner of the MYC oncogene, is genetically inactivated in small cell lung cancer. Reconstitution of MAX significantly reduced cell growth in the MAX-deficient cancer cell lines. These findings show that MAX acts as a tumor suppressor gene in one of the more aggressive types of lung cancer.

In addition to identifying the tumor suppressor role of MAX in lung cancer, the group led by Montse Sanchez-Cespedes has unveiled a functional relationship between MAX and another tumor suppressor, BRG1, in virtue of which BRG1 regulates the expression of MAX through direct recruitment to the MAX promoter. However, the functional connection is even more complex. On one hand, the presence of BRG1 is required to activate neuroendocrine transcriptional programs and to up-regulate MYC-targets, such as glycolytic-related genes. Moreover, the depletion of BRG1 strongly hinders cell growth, specifically in MAX-deficient cells, heralding a synthetic lethal interaction. The preferential toxicity of the inactivation of BRG1 in MAX-deficient lung cancer cells opens novel therapeutic possibilities for the treatment of SCLC patients with MAX-deficient tumors.

The Genes and Cancer group has identified several genes altered in lung cancer. Among these is BRG1 (also called SMARCA4) and the latest generation-sequencing technologies have extended these findings to other tumor types evidencing that BRG1 inactivation is widespread in cancer. BRG1 encodes one ATPase of the SWI/SNF chromatin remodeling complex and Dr. Sanchez-Cespedes group had previously shown that loss of BRG1 is closely related to the activation of MYC in lung cancer. Both conditions are mutually exclusive and act preventing cell differentiation and promoting cell growth. The current discovery that MAX acts as a tumor suppressor in lung cancer provides evidence that an aberrant SWI/SNF-MYC/MAX network is essential for lung cancer development.

---

Janvier 9, 2014 - Le groupe de l'épigénétique et de la biologie du cancer du programme de la IDIBELL a trouvé que le gène MAX, qui code un partenaire de l'oncogène MYC, est génétiquement inactivé dans le cancer de poumon à peites cellules. la reconstitution de MAX réduit de manière significative la croissance cellulaire dans les lignées cellulaires ou MAX est déficient. Ces résultats montrent que MAX agit comme un gène suppresseur de tumeur dans l'un des types plus agressives de cancer du poumon.

En plus d'identifier le rôle du suppresseur de tumeurs de MAX dans le cancer du poumon, le groupe dirigé par Montse Sanchez-Cespedes a dévoilé une relation fonctionnelle entre MAX et un autre suppresseur de tumeur, BRG1, en vertu de laquelle BRG1 régule l'expression de MAX par le recrutement direct du promoteur de MAX. Toutefois, la connexion fonctionnelle est encore plus complexe. D'une part, la présence de BRG1 est nécessaire pour activer la transcription des programmes neuroendocrines et à réguler à la hausse la cible myc, tels que les gènes glycolytiques liés. De plus , l'épuisement des BRG1 entrave fortement la croissance des cellules , en particulier dans des cellules déficientes en MAX , annonçant une interaction létale synthétique . La toxicité préférentielle de l'inactivation de BRG1 dans des cellules de cancer du poumon déficientes en MAX ouvre des perspectives thérapeutiques nouvelles pour le traitement des patients atteints de tumeurs SCLC déficientes en MAX.

Le groupe de gènes et le cancer a identifié plusieurs gènes modifiés dans le cancer du poumon . Parmi ceux-ci est BRG1 ( également appelé SMARCA4 ) et les dernières technologies génération de séquençage ont étendu ces résultats à d'autres types de tumeurs attestant que l'inactivation de BRG1est très répandue dans le cancer . BRG1 code une ATPase de la chromatine SWI / SNF de remodelage complexe et le groupe Dr Sanchez-Cespedes avait déjà montré que la perte de BRG1 est étroitement liée à l'activation de MYC dans le cancer du poumon . Ces deux conditions sont mutuellement exclusives et agissent empêcher la différenciation cellulaire et la promotion de la croissance cellulaire. La découverte actuelle que MAX agit comme un suppresseur de tumeur dans le cancer du poumon apporte la preuve qu'un réseau SWI / SNF -MYC / MAX aberrante est essentiel pour le développement du cancer du poumon .

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Des cibles dans le cancer du poumon   Ven 2 Nov 2012 - 14:08

A team of UC Davis investigators has discovered a protein on the surface of lung cancer cells that could prove to be an important new target for anti-cancer therapy. A series of experiments in mice with lung cancer showed that specific targeting of the protein with monoclonal antibodies reduced the size of tumors, lowered the occurrence of metastases and substantially lengthened survival time. The findings will be published in the November issue of Cancer Research.

Because they know that HB22.7 homes in on cancer cells, they also are exploring the use of HB22.7 as a vehicle to deliver drugs to lung cancer, which may make current drug therapy more effective. The article is titled "The CD22 antigen is broadly expressed on lung cancer cells and is a target for antibody-based therapy."

Une équipe de chercheurs a découvert une protéine à la surface des cellules du cancer du qui pourrait se révéler une importante cible pour une thérapie anti-cancer. Une série d'expérience avec des souris avec le cancer du poumon a montré que cibler spécifiquement cette protéine avec des anticorps monoclonaux réduit la taille des tumeurs, réduit le nombre des métastases et rallonge la durée de la vie substanciellement. Les découvertes seront publiées en Novembre dans Cancer research.

(...)parce qu'ils savent que HB22.7 se loge sur les cellules cancéreuses, ils expérimentent l'utilisation de HB22.7 comme un véhicule pour livrer des médicaments du cancer du poumon, ce qui pourrait rendre ces médicaments plus efficaces. L'article initial est intitul un antigène de CD22 est largement exprimé sur les cellules cancéreuses du poumon et est la cible d'une thérapie basée sur un anticorps.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Des cibles dans le cancer du poumon   Sam 28 Jan 2012 - 18:05

Un tableau de chasse de nouvelles cibles dans le cancer du poumon

Le traitement du cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) vit une véritable révolution, conduite par une meilleure compréhension des facteurs génétiques entretenant cette maladie. Dans la thérapie personnalisée, il n'est plus question d'administrer une chimiothérapie correspondant au type de cancer mais plutôt de choisir des molécules en fonction des mutations exprimées dans la tumeur.

Le Lung Cancer Mutation Consortium (LCMC) [2], comprenant 14 centres à travers les Etats Unis, a fortement contribué à l'amélioration des connaissances en matière de cibles génétiques. Ce dernier a mené une étude prospective dans laquelle les extraits de tissus tumoraux étaient analysés avec une technique « multiplex » qui identifiait les 10 mutations principales connues. En plus de EGFR et ALK, étaient recherchées les mutations de KRAS, HER2, BRAF, PIK3CA, AKTI, MEKI, NRAS et MET. La plupart de ces mutations motivent le développement de nouveaux agents ciblés. Pour HER2, des thérapies sont déjà sur le marché (trastuzumab et lapatinib pour le cancer du sein).

Dans ce travail, 54% des échantillons tumoraux testés avaient une mutation unique dominante. Cette information est maintenant utilisée pour traiter les patients en première ligne avec erlotinib

« Même si la mutation principale est unique, avec un pourcentage d'incidence inférieur à 10%, quand vous pensez à toutes les mutations existant dans le cancer du , vous êtes à peu près certain d'en trouver une » a commenté le Dr. Mark G. Kris (chef de Chirurgie thoracique au MSKCC, New York) pour Medscape. « Et nous savons quel traitement ne pas administrer à ces patients. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Des cibles dans le cancer du poumon   Sam 23 Fév 2008 - 16:28

Un gène pourrait servir de cible pour lutter contre le cancer du


Une des formes les plus mortelles de cancer semble avoir un point faible.
Selon les résultats de la recherche du Dr Haian Fu, Ph.D., professeur de pharmacologie, d'hématologie et d'oncologie à l' école de Médecine de l'université Emory , publiés le 24 décembre 2007 dans Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), lorsque le gène appelé14 - 3 - 3zeta est réduit au silence, les cellules cancéreuses pulmonaires ne peuvent survivre par leurs propres moyens. Le gène est dès lors , selon l'auteur, une cible potentielle pour les traitements sélectifs anticancéreux.
Les résultats de la recherche ont de plus des implications au-delà du cancer du poumon, puisque le 14-3-3zeta est également actif dans d'autres formes de cancer comme le cancer du sein et des cancers oraux.
Depuis que le gène 14 - 3 - 3zeta a été identifié comme une cible prometteuse, l'auteur et ses collègues ont fait usage d'un robot au centre de biochimie médicale de l'université Emory pour classer les milliers de substances chimiques susceptibles de perturber spécifiquement son action.
Ils espèrent que des composés seront rapidement identifiés pour pouvoir commencer les études cliniques car les options de traitement actuelles sont très limitées.

Publié le 07-01-2008


Dernière édition par Denis le Dim 23 Oct 2016 - 1:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des cibles dans le cancer du poumon   Aujourd'hui à 12:25

Revenir en haut Aller en bas
 
Des cibles dans le cancer du poumon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Curcuma : une épice à consommer tous les jours !
» L'enseignement de la prière dans l'Evangile
» Fourmillements et faiblesses dans les mollets
» Dispositif à action direct dans le logement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: