AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Taxotère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le Taxotère   Lun 13 Juil 2015 - 15:06

Combining chemotherapy with new drugs that target a protein that helps cancer cells to withstand chemotherapy could drastically improve treatment, according to research published in Cancer Cell.

Researchers at the University of Manchester carefully studied a network of proteins that kick into action when cancer cells in the lab are treated with a class of chemotherapy drugs called taxanes*. These drugs are commonly used to treat several cancers -- including breast, ovarian and prostate cancers. But not all cancers respond to them, and it's difficult to predict which patients will benefit.

The Cancer Research UK-funded scientists measured the strength of this network in a range of cancers to try and find out why some are more likely to respond to taxane-based chemotherapy and why some are more likely to be resistant.

The team identified one particular component of this network -- a protein called Bcl-xL -- which helps the cancer cells survive treatment by blocking the self-destruct process that normally kills cells when treated with chemotherapy drugs.

Drugs to block Bcl-xL are already available and, by combining them with taxanes, the researchers showed in the lab that the combination of treatments killed far more cancer cells than taxanes alone.

Study leader Professor Stephen Taylor, Cancer Research UK Senior Research Fellow and Leech Professor of Pharmacology at the University of Manchester, said: "This important research shows us there's potential to boost the cancer-fighting power of chemotherapy -- and do more with less.

"This new combination could 'soften-up' cancer cells, making it easier for chemotherapy to deliver the final blow and destroy the tumour. And the good news is that drugs targeting Bcl-xL are already out there and being tested in clinical trials.

"Using this combination of drugs could improve treatment for patients receiving taxanes and lower their chemotherapy dose, which would also help to reduce side-effects."

Dr Emma Smith, senior science information officer at Cancer Research UK, said: "Predicting which patients will benefit most from chemotherapy is essential if we're going to make cancer treatments more effective and kinder.

"In cases where chemotherapy doesn't seem to work straight away, we could add drugs that target Bcl-xL and hopefully see a real difference. It's still early days for this research but, if the results are confirmed in clinical trials, it has the potential to improve treatment for thousands of cancer patients."


Combinant la chimiothérapie avec de nouveaux médicaments qui ciblent une protéine qui aide les cellules cancéreuses de résister à la chimiothérapie pourrait améliorer considérablement le traitement, selon une étude publiée dans Cancer Cell.

Des chercheurs de l'Université de Manchester ont soigneusement étudié un réseau de protéines qui bottent en action lorsque les cellules cancéreuses en laboratoire sont traités avec une classe de médicaments de chimiothérapie appelé taxanes *. Ces médicaments sont couramment utilisés pour traiter plusieurs cancers - y compris les cancers du sein, de l'ovaire et de la prostate. Mais pas tous les cancers répondent à eux, et il est difficile de prédire quels patients bénéficieront.

Les scientifiques Cancer Research UK-financés ont mesuré la force de ce réseau dans une gamme de cancers pour essayer de savoir pourquoi certains sont plus susceptibles de répondre à la chimiothérapie à base de taxane et pourquoi certains sont plus susceptibles d'être résistant.

L'équipe a identifié un composant particulier de ce réseau - une protéine appelée protéine Bcl-XL - qui aide les cellules cancéreuses survivent traitement en bloquant le processus d'auto-destruction qui tue normalement les cellules lorsqu'ils sont traités avec des médicaments de chimiothérapie.

Médicaments pour bloquer Bcl-xL sont déjà disponibles et, en les combinant avec les taxanes, les chercheurs ont montré en laboratoire que la combinaison de traitements tué beaucoup plus de cellules de cancer de taxanes seul.

Etude leader professeur Stephen Taylor, Cancer Research UK Senior Research Fellow et professeur Leech de pharmacologie à l'Université de Manchester, a déclaré: "Cette importante recherche nous montre qu'il ya un potentiel pour augmenter la puissance de lutte contre le cancer de la chimiothérapie - et faire plus avec moins.

"Cette nouvelle combinaison cellules cancéreuses pourrait" adoucir-up », ce qui rend plus facile pour la chimiothérapie pour porter le coup final et détruire la tumeur. Et les bonnes nouvelles sont que des médicaments ciblant la protéine Bcl-XL sont déjà là-bas et testés dans des essais cliniques.

«Grâce à cette combinaison de médicaments pourraient améliorer le traitement pour les patients recevant des taxanes et de réduire leur dose de chimiothérapie, ce qui contribuerait aussi à réduire les effets secondaires."

Dr Emma Smith, scientifique principal agent d'information au Cancer Research UK, a déclaré: «Prédire les patients qui bénéficieront le plus de la chimiothérapie est essentielle si nous allons faire les traitements du cancer plus efficace et plus respectueux.

"Dans les cas où la chimiothérapie ne semble pas travailler tout de suite, nous pourrions ajouter des médicaments qui ciblent la protéine Bcl-xL et nous espérons voir une réelle différence. Il est encore trop tôt pour cette recherche, mais, si les résultats sont confirmés dans des essais cliniques, il a le potentiel pour améliorer le traitement des milliers de patients atteints de cancer ".

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le Taxotère   Mer 27 Jan 2010 - 8:21

Jan. 26, 2010 — Taxanes, a group of cancer drugs that includes paclitaxel (Taxol®) and docetaxel (Taxotere®), have become front-line therapy for a variety of metastatic cancers. But as with many chemotherapy agents, resistance can develop, a frequent problem in breast, ovarian, prostate and other cancers. Now, cancer researchers at Children's Hospital Boston report a protein previously unknown to be involved in taxane resistance and that could potentially be targeted with drugs, making a cancer more susceptible to chemotherapy.


Citation:
Les taxanes forment un groupe de médicaments qui inclue le Taxol (paclitaxel) et le taxotere (docetaxel) et ces médicaments sont en première ligne contre une variété de cancers métastasiques. Mais comme beaucoup d'autres médicaments, des résistances se développent
fréquemment dans le cancer de l' , de la du et de d'autres. Les chercheurs ont trouvé une protéine, inconnue jusqu'alors, qui serait impliquée dans cette résistance et que pourrait cibler de potentiel médicaments rendant le cancer plus susceptible d'être combattu.

The researchers believe that this protein, prohibitin1, could also serve as a biomarker, allowing doctors to predict a patient's response to chemotherapy with a simple blood test. The study was published online by the Proceedings of the National Academy of Sciences in its online early edition during the week of January 25.

Citation:
Les chercheurs croient que cette protéine, la prohibitin1, pourrait aussi servir de biomarqueur avec un simple test sanguin.

The study, led by Bruce Zetter, PhD, of Children's Vascular Biology Program, used proteomics techniques to compare the proteins present in Taxol-susceptible versus Taxol-resistant human tumor cell lines. The researchers found that the resistant cell lines, but not the susceptible cell lines, had prohibitin1 on their surface. When they suppressed prohibitin1 with RNA interference techniques, the tumor cells became more susceptible to Taxol, both in cell culture and in live mice with implanted Taxol-resistant tumors.

Citation:
Quand ils suppriment la prohibitin1 avec des ARM d'interférences, les cellules cancéreuses deviennent plus sensibles au taxol dans les tubes de laboratoires et chez les animaux.

Zetter's lab is still investigating why having prohibitin1 on the cell surface makes a tumor cell resistant to taxanes. But in the meantime, he believes that not only could prohibitin1 be suppressed to overcome taxane resistance, but that it could also be exploited as a means of targeting chemotherapy selectively to resistant cancer cells.

Citation:
On ne sait pas encore pourquoi les cellules avec la prohibitin1 à leur surfaces résistent plus au chimio mais on travaille à le comprendre.
"We are working to target various cancer drugs to taxane-resistant cells by attaching them to compounds that bind to prohibitin," Zetter explains. One such compound is already known, and works well in animals to target other prohibitin-rich cells, but has yet to be tested in humans.
Suppressing prohibitin1 alone probably isn't enough to make a cancer fully Taxol-susceptible, but could be combined with other strategies aimed at increasing taxane susceptibility, such as targeting another protein called GST Pi, the researchers say. Other mechanisms of resistance are known, but they so far haven't been shown to present effective targets for therapy.
Zetter's lab is also trying to develop prohibitin1 as a biomarker for taxane resistance that physicians could use in the clinic. Since it's on the surface of the cell, Zetter believes prohibitin1 may circulate in the blood where it could easily be detected. His lab is in talks with several cancer centers to obtain serum samples from patients who did and didn't respond to Taxol, so that prohibitin1 levels could be measured and compared.
Zetter notes that prohibitin1 could easily have been overlooked, and was found only because the team happened to look specifically at proteins in the cell membrane, rather than simply doing a whole-cell proteomic analysis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le Taxotère   Sam 8 Juil 2006 - 10:50

Le tabac pour lutter contre le cancer

Saint-Paul-les-Durance, France


Un biologiste français et son équipe tentent de cultiver le tabac pour lutter contre le cancer car cette plante, après modification génétique, produirait des molécules destinées à entrer dans la composition des traitements anti-cancéreux.

Ces molécules - le Taxol et le Taxotère -«sont utilisées dans le traitement des cancers de l':ovaire:, du , du et de la », indique le biologiste Alain Tissier, président de Librophyt, une entreprise neuf personnes qu'il a créée en 2003 à Saint-Paul-lès-Durance, dans l'enceinte du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) de Cadarache, où doit être construit le réacteur expérimental de fusion thermonucléaire Iter.

Les molécules sont utilisées en chimiothérapie et sont indispensables pour éviter «la prolifération des cellules cancéreuses» dans un organe et dans le reste du corps, poursuit Alain Tissier.

Le Taxol et le Taxotère sont déjà produits par l'if - naturellement pour le premier, par synthèse pour le second à partir d'une autre molécule de l'if, la 10 déacetylbaccatin III (10 DAB III).

Mais la concentration de ces molécules est extrêmement faible, ce qui a conduit à une surexploitation de l'arbre et à sa quasi-disparition dans certains pays.

Autres inconvénients: le coût, vu la faible quantité de molécules, et le temps, car il faut attendre que l'arbre soit arrivé à maturité.

D'où l'idée d'Alain Tissier de tenter de produire ces anti-cancéreux à partir de tabac - un tabac sauvage et non celui utilisé pour l'industrie de la cigarette. Une plante choisie parce qu'elle produit déjà «des molécules de la même classe que celles que nous voulons produire», précise Alain Tissier.

Par ailleurs, c'est une plante facile à exploiter, ce qui réduirait les coûts de production et par voie de conséquence des traitements anti-cancéreux. On serait aussi «sûr de la régularité de la production mais aussi de la quantité de molécules produites», dit le biologiste.

C'est dans son laboratoire que sont réalisées les manipulations de modification génétique: tout commence par l'introduction de fragments d'ADN de l'if dans des morceaux de feuilles de tabac, via des bactéries.

Les cellules ayant reçu ces fragments vont dès lors se multiplier et donner de petits plants. Ceux-ci seront cultivés en serres confinées. Objectif de Librophyt: arriver à ce que le plant de tabac produise la 10 DAB III, indispensable pour obtenir le Taxotère.

Mais ceci n'interviendra qu'au terme d'un processus dont «on ne connaît pas toutes les étapes», indique Alain Tissier. Combien de temps cela prendra-t-il ? «Deux ou trois ans», selon lui.

Reste que chaque étape intermédiaire sera mise à profit «pour développer d'autres molécules» qui pourraient avoir un but médical ou thérapeutique. «Mais là, c'est l'inconnue, dit Alain Tissier. On est convaincu qu'il y a un potentiel mais il n'a pas encore été exploré».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le Taxotère   Jeu 29 Juin 2006 - 18:03

Aujourd'hui l'institut national du cancer et de l'excellece clinique (NICE) au Royaume-uni a fait la recommandation que les patients éligibles avec un cancer de la avancé ait accès au médicament Taxotere (docetaxel) .Le taxotere a des effets secondaires acceptable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Le Taxotère   Ven 3 Juin 2005 - 8:44

PARIS, le 1 juin /CNW Telbec/ - Sanofi-aventis annonce aujourd'hui la
publication dans le New England Journal of Medicine les résultats de l'étude
pivot de phase III qui démontre après 55 mois de suivi , qu'un traitement
adjuvant (après chirurgie) à base de TAXOTERE(R) (docétaxel) réduit de 28 % le
risque de rechute (p égale 0.001) , et de 30 % le risque de décès
(p égale 0.008) chez les femmes atteintes d'un cancer du opérable avec
envahissement ganglionnaire. Ces résultats sont observés indépendamment du
nombre de ganglions atteints, du statut ménopausal et de la positivité des
récepteurs hormonaux et HER2neu .
Conduite par le Breast Cancer International Research Group (BCIRG), cet
essai multicentrique BCIRG 001/ TAX 316 a recruté près de 1 500 patientes à
travers le monde. L'analyse de cette étude a porté sur l'ensemble des
patientes incluses et traitées après chirurgie (analyse en intention de
traiter : ITT), que ce soit par le régime TAC, association de TAXOTERE(R) avec
la doxorubicine et le cyclophosphamide ou par le traitement de référence,
combinaison de 5-fluorouracile avec la doxorubicine et le cyclophosphamide
(régime FAC) .
"Ce qui est particulièrement important dans ces résultats avec
TAXOTERE(R) c'est que le risque de rechute est diminué aussi bien chez les
patientes ayant des récepteurs hormonaux positifs que chez celles ayant des
récepteurs hormonaux négatifs et ce , quel que soit le nombre de ganglions
envahis, ce qui signifie , que toutes les femmes atteintes d'un cancer du sein
opérable avec envahissement ganglionnaire peuvent bénéficier d'un traitement
par TAC" a ajouté le Dr Miguel Martin (Hôpital Clinico San Carlos, Madrid-
Espagne), Président du GEICAM (Grupo Espanol de Investigacion en Cancer de
Mama) et membre du comité de gestion du BCIRG.
TAXOTERE(R) est le seul taxane à etre approuvé par la FDA sur la base
d'un bénéfice de survie sans maladie, à la fois dans les cancers du sein
hormonaux-sensibles et non hormonaux-sensibles.
Les résultats de l'étude sont publiés pour la première fois. Cependant,
les données ont été présentées en 2003 au 26ème symposium sur le cancer du
sein à San Antonio. (...)

TAXOTERE(R), une molécule de chimiothérapie de la classe des taxanes,
inhibe le processus de division cellulaire en "gelant" le squelette interne de
la cellule, constitué de microtubules. Ces microtubules s'assemblent puis se
séparent au cours du cycle de division cellulaire. TAXOTERE(R) facilite leur
assemblage, puis bloque leur séparation. Il empêche de ce fait la
multiplication de cellules cancéreuses et conduit même certaines à la mort.
TAXOTERE(R) est déjà indiqué dans le traitement du cancer du sein aux
stades précoce et métastatique, dans le cancer du (forme "non à petites
cellules"), dans le cancer métastatique de la prostate hormono-résistant, et
est aujourd'hui étudié de façon approfondie, tant sur le plan de l'efficacité
que sur celui de la tolérance, dans les cancers ORL et de l'estomac. A propos
de sanofi-aventis Le Groupe sanofi-aventis est le 3ème groupe pharmaceutique
mondial et le numéro 1 en Europe.

http://www.cnw.ca/fr/releases/archive/June2005/02/c6850.html


Dernière édition par Denis le Sam 18 Juil 2015 - 13:15, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Taxotère   Aujourd'hui à 2:01

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Taxotère
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Taxotère
» Taxotere et cyclophosphamide (TC) mieux que AC
» nous obtenons aujourd’hui 80% de guérisons vraies
» EFFETS SEC.DU TAXOTERE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: