AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Thérapeutique anti-cancer : le virus modifié

Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17033
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Thérapeutique anti-cancer : le virus modifié   Dim 27 Mai 2018 - 1:07

For decades, scientists and doctors have looked for ways to stop the damage that viruses cause to humans.

But in recent years, certain safe, modified viruses have emerged as potential allies to tackle cancer.

And our scientists are among those searching for new forms of cancer-killing viruses.

Previous studies have shown that some viruses naturally kill cancer cells, but how they do this has never been fully understood.

Professor Len Seymour’s lab, at the Cancer Research UK Oxford Centre, has been focusing on one particular cancer-killing virus that operates under the code name of Enadenotucirev (or EnAd for short).

And a new study, published in Molecular Therapy – Oncolytics, has revealed EnAd to have a rather unusual method of killing cancer cells.

aught at the scene of the crime

Arthur Dyer, a researcher in Professor Seymour’s lab, and the team have installed their own version of ‘cell CCTV’ to catch the act of cell-killing on camera.

The footage below was recorded using a normal light cell microscope, commonly found in a lab that takes a snap every minute.

“Each frame is one photo taken every minute and then we’ve stuck all the photos together as a video,” says Dyer. The end result is the clip below:

Dyer explains: “Here we’ve got human lung cancer cells in a dish and we’ve infected them with a virus that’s trained to kill cancer cells.”

This lab technique has given researchers valuable intelligence as to how EnAd kills cancer cells.

“When the cells are infected with the virus they balloon up, blister and then die,” says Dyer, adding that it was a cause of cell death he’d never seen before.

“When I first saw it I thought I was going mad. It’s such a weird cell death, it seems to use up the energy in the cell which then causes it to swell.”

Cancer cells blistering

Ways to kill a cancer cell

One of the ways in which viruses survive in the human body is by hijacking healthy cells’ internal machinery.

EnAd takes over the cancer cells’ machinery, using up the cell’s energy to such an extent that it has no more strength left to live.

“This virus needs cells that are already hyperactive,” adds Dyer, explaining that as the metabolism of cancer cells has gone haywire they make the perfect victim.

Cells normally die in a very controlled way, but these cancer cells balloon up to 2 or 3 times their size, giving the appearance of blistering.

And it’s this precise effect that gives EnAd potential to be a great cancer cell killer.

Cancer cells can disguise themselves from the body’s immune system, but when EnAd destroys cancer cells in the lab it leaves the ‘crime scene’ upturned, with lots of evidence carelessly left behind. Seymour’s team believe this could encourage the immune system to ring the alarm for other immune cells to come and investigate the scene.

And to test this further, they’ve been putting lots of versions of the virus to work in the lab.
How to train a virus

Seymour’s team has made sure they’ve got the deadliest of cancer cell killers by using a tough training programme.

“Viruses are naturally good at killing cancer cells so even harmless ones have some ability to attack them,” says Dyer.

“To find the best virus, we grow them repeatedly in cancer cells and compare them all head to head.”

– Arthur Dyer, CRUK Oxford Centre

“But to find the best virus, we grow them repeatedly in cancer cells and compare them all head to head.”

It’s important that the virus can tell the difference between healthy tissue and cancer cells. So the team also tests them on healthy cells to make sure the viruses can’t grow in them.

“So at the same time we also look for the ones that are least able to infect normal cells,” says Dyer.

This tough selection process leaves the viruses with only one mission: to infect and destroy cancer cells.
The future’s bright for cancer-killing viruses

EnAd has passed these lab examinations and is now being tested in an early stage clinical trial in a very small number of people.

“These trials are making sure the virus is safe and to find the best way to give it to the patient. Ideally we’d like to use an injection so the virus can get into the bloodstream and reach cells that have gone to other parts of the body,” says Dyer.

Some cancers can also become resistant to the ways in which treatments destroy them. But because EnAd has a different method of destroying cancer cells, Seymour’s team believes the virus might also be able to kill cancers that have become resistant to treatment.

Ultimately, the team hopes to test how it performs with other drugs and in specific types of cancer, bringing it that little bit closer to becoming a new ally for targeting cancer.

---

Pendant des décennies, les scientifiques et les médecins ont cherché des moyens d'arrêter les dommages que les virus causent aux humains.

Mais au cours des dernières années, certains virus modifiés et sans danger sont apparus comme des alliés potentiels pour s'attaquer au cancer.

Et nos scientifiques sont parmi ceux qui recherchent de nouvelles formes de virus tuant le cancer.

Des études antérieures ont montré que certains virus tuent naturellement les cellules cancéreuses, mais comment ils le font n'a jamais été entièrement compris.

Le laboratoire du professeur Len Seymour, du Centre de recherche sur le cancer du Royaume-Uni à Oxford, s'est concentré sur un virus particulier qui tue le cancer et qui fonctionne sous le nom de code Enadenotucirev (ou EnAd pour faire court).

Et une nouvelle étude, publiée dans Molecular Therapy - Oncolytics, a révélé qu'EnAd avait une méthode plutôt inhabituelle pour tuer les cellules cancéreuses.

rien sur les lieux du crime

Arthur Dyer, un chercheur dans le laboratoire du professeur Seymour, et l'équipe ont installé leur propre version de 'CCTV cellulaire' pour attraper l'acte de tuer des cellules à la caméra.

Les images ci-dessous ont été enregistrées à l'aide d'un microscope à cellules légères normal, couramment trouvé dans un laboratoire qui prend un instantané toutes les minutes.

"Chaque image est une photo prise toutes les minutes et ensuite nous avons collé toutes les photos sous forme de vidéo", explique Dyer. Le résultat final est le clip ci-dessous:

Dyer explique: "Nous avons ici des cellules cancéreuses humaines dans un plat et nous les avons infectés avec un virus qui a été entraîné pour tuer les cellules cancéreuses."

Cette technique de laboratoire a donné aux chercheurs des renseignements précieux sur la façon dont EnAd tue les cellules cancéreuses.

«Lorsque les cellules sont infectées par le virus, elles gonflent, cloquent puis meurent», explique Dyer, ajoutant que c'était une cause de mort cellulaire qu'il n'avait jamais vue auparavant.

"Quand je l'ai vu pour la première fois, je pensais que je devenais fou. C'est une mort cellulaire tellement bizarre qu'elle semble épuiser l'énergie de la cellule qui la fait alors gonfler. "

Les cellules cancéreuses font des cloques

Façons de tuer une cellule cancéreuse

L'une des façons dont les virus survivent dans le corps humain est en détournant la machinerie interne des cellules saines.

EnAd prend en charge la machinerie des cellules cancéreuses, utilisant l'énergie de la cellule à un point tel qu'elle n'a plus de force à vivre.

"Ce virus a besoin de cellules qui sont déjà hyperactives", ajoute Dyer, expliquant que le métabolisme des cellules cancéreuses est devenu la victime parfaite.

Les cellules meurent normalement de manière très contrôlée, mais ces cellules cancéreuses gonflent jusqu'à 2 ou 3 fois leur taille, donnant l'apparence de cloques.

Et c'est cet effet précis qui donne à EnAd le potentiel d'être un grand tueur de cellules cancéreuses.

Les cellules cancéreuses peuvent se déguiser du système immunitaire du corps, mais quand EnAd détruit les cellules cancéreuses dans le laboratoire, elle laisse la «scène du crime» renversée, avec beaucoup de preuves négligemment laissées pour compte. L'équipe de Seymour pense que cela pourrait encourager le système immunitaire à sonner l'alarme pour que d'autres cellules immunitaires viennent enquêter sur la scène.

Et pour tester cela plus loin, ils ont mis beaucoup de versions du virus à travailler dans le laboratoire.

Comment former un virus

L'équipe de Seymour s'est assurée qu'ils ont le plus meurtrier des tueurs de cellules cancéreuses en utilisant un programme d'entraînement difficile.

«Les virus sont naturellement efficaces pour tuer les cellules cancéreuses, de sorte que même les personnes inoffensives ont la capacité de les attaquer», explique Dyer.

Citation :
"Pour trouver le meilleur virus, nous les cultivons à répétition dans des cellules cancéreuses et les comparons tous en tête à tête."

- Arthur Dyer, CRUK Oxford Centre

"Mais pour trouver le meilleur virus, nous les cultivons à plusieurs reprises dans des cellules cancéreuses et les comparons tous en tête à tête."

Il est important que le virus puisse faire la différence entre les tissus sains et les cellules cancéreuses. Ainsi, l'équipe les teste également sur des cellules saines pour s'assurer que les virus ne peuvent pas s'y développer.

«En même temps, nous cherchons également ceux qui sont le moins capables d'infecter les cellules normales», explique Dyer.

Ce processus de sélection difficile laisse les virus avec une seule mission: infecter et détruire les cellules cancéreuses.

L'avenir est prometteur pour les virus qui tuent le cancer

EnAd a passé ces examens de laboratoire et est maintenant testé dans un essai clinique en phase précoce dans un très petit nombre de personnes.

"Ces essais permettent de s'assurer que le virus est sûr et de trouver le meilleur moyen de le donner au patient. Idéalement, nous aimerions utiliser une injection pour que le virus pénètre dans la circulation sanguine et atteigne les cellules qui sont allées dans d'autres parties du corps », explique Dyer.

Certains cancers peuvent également devenir résistants à la façon dont les traitements les détruisent. Mais parce que EnAd a une méthode différente de détruire les cellules cancéreuses, l'équipe de Seymour croit que le virus pourrait également être capable de tuer les cancers qui sont devenus résistants au traitement.

Ultimement, l'équipe espère tester comment il performe avec d'autres médicaments et dans certains cancers spécifiques, l'amenant un peu plus près de devenir un nouvel allié pour cibler le cancer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17033
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Thérapeutique anti-cancer : le virus modifié   Ven 20 Avr 2018 - 13:53

Adenovirus is a common virus that causes infectious diseases of the respiratory tract, eyes and gastrointestinal tract in humans and animals. Researchers at Umeå University study molecular mechanisms of infection in order to understand how adenovirus causes disease.

The researchers in Umeå, together with research groups from Germany, the UK and Hungary, have now discovered a new type of mechanism used by a rare adenovirus type to attack cells.

Human Adenovirus type 52 (HAdV-52) is one of the few adenoviruses that has two different types of fiber proteins on its surface, which are 'used' by the virus for the attachment to target cells. In collaboration with researchers in the Glycosciences Laboratory at Imperial College in London, who are world leading in the research field of glycobiology, the scientists have shown that the shorter fiber binds to an unusual type of carbohydrate-based receptor, polysialic acid (a long chain of repeated sialic acids). Annasara Lenman working with Niklas Arnberg has subsequently corroborated that HAdV-52 binds to polysialic acid on target cells, and that this leads to infection. In collaboration with experts in structural biology at the University of Tübingen, the interaction between the short fiber and polysialic acid has been mapped at the atomic level.

"We knew earlier that the short fiber binds to sialic acid, but not how the underlying carbohydrate chain was constructed," explains Annasara Lenman postdoc at the Department of Clinical Microbiology and The Laboratory for Molecular Infection Medicine Sweden (MIMS) at Umeå University, Sweden.

As polysialic acid is overexpressed on cancer cells in the brain and lungs, our findings could open new possibilities to use HAdV-52 for treatment for the corresponding types of cancer.

For a long time, adenovirus and other viruses have been considered suitable weapons for the treatment of different types of cancer. Viruses can kill cancer cells themselves, but in recent years it has also been understood that a virus infection in a tumor can activate the immune system against the cancer cells. You can also "arm" viruses with different genes that can for example counteract the development of resistance against different drugs. A major challenge has been to target viruses specifically against the cancer cells.

"Most adenoviruses tested so far have only one type of cell-binding fiber. HAdV-52 has two different fibers, one of which has a natural predilection for cancerous cells that express polysialic acid. This opens up a more effective harnessing of viruses against the right kind of cells," Annasara Lenman explains.

The results can also be of importance in other research areas:

"Perhaps the most important function of polysialic acid is its contribution to the brain's development. However, one has not known much about how polysialic acid interacts with its environment. Our research makes it pertinent to investigate whether polysialic acid plays a part in brain development by interacting with specific cellular molecules." says Annasara Lenman.

---

L'adénovirus est un virus commun qui provoque des maladies infectieuses des voies respiratoires, des yeux et du tractus gastro-intestinal chez les humains et les animaux. Des chercheurs de l'Université d'Umea étudient les mécanismes moléculaires de l'infection afin de comprendre comment l'adénovirus provoque la maladie.

Les chercheurs d'Umeå, ainsi que des groupes de recherche d'Allemagne, du Royaume-Uni et de Hongrie, ont découvert un nouveau type de mécanisme utilisé par un type d'adénovirus rare pour attaquer les cellules.

L'adénovirus humain de type 52 (HAdV-52) est l'un des rares adénovirus à posséder deux types différents de protéines fibreuses qui sont «utilisées» par le virus pour se fixer aux cellules cibles. En collaboration avec des chercheurs du laboratoire de glycosciences de l'Imperial College de Londres, leaders mondiaux dans le domaine de la glycobiologie, les scientifiques ont montré que la fibre la plus courte se lie à un type inhabituel de récepteur à base de glucides, l'acide polysialique d'acides sialiques répétés). Annasara Lenman travaillant avec Niklas Arnberg a ensuite corroboré que HAdV-52 se lie à l'acide polysialique sur les cellules cibles, et que cela conduit à l'infection. En collaboration avec des experts en biologie structurale de l'Université de Tübingen, l'interaction entre la fibre courte et l'acide polysialique a été cartographiée au niveau atomique.

«Nous savions plus tôt que la fibre courte se lie à l'acide sialique, mais pas comment la chaîne glucidique sous-jacente a été construite», explique Annasara Lenman postdoc au Département de microbiologie clinique et au Laboratoire de médecine moléculaire de l'infection de l'Université d'Umeå en Suède. .

Comme l'acide polysialique est surexprimé sur les cellules cancéreuses dans le cerveau et les poumons, nos résultats pourraient ouvrir de nouvelles possibilités d'utiliser HAdV-52 pour le traitement des types de cancer correspondants.

Pendant longtemps, les adénovirus et autres virus ont été considérés comme des armes appropriées pour le traitement de différents types de cancer. Les virus peuvent tuer les cellules cancéreuses elles-mêmes, mais ces dernières années, on a également compris qu'une infection virale dans une tumeur peut activer le système immunitaire contre les cellules cancéreuses. Vous pouvez également "armer" des virus avec des gènes différents qui peuvent par exemple contrecarrer le développement de la résistance contre différents médicaments. Un défi majeur a été de cibler les virus spécifiquement contre les cellules cancéreuses.

"La plupart des adénovirus testés ne possèdent qu'un seul type de fibre fixant les cellules: le HAdV-52 possède deux fibres différentes, dont l'une a une prédilection naturelle pour les cellules cancéreuses exprimant l'acide polysialique, ce qui permet d'exploiter plus efficacement les virus. bon type de cellules », explique Annasara Lenman.

Les résultats peuvent également être importants dans d'autres domaines de recherche:

"La fonction la plus importante de l'acide polysialique est peut-être sa contribution au développement du cerveau, mais on ne sait pas très bien comment l'acide polysialique interagit avec son environnement.Notre recherche permet de déterminer si l'acide polysialique joue un rôle dans le développement cérébral et interagissant avec des molécules cellulaires spécifiques. " dit Annasara Lenman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17033
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Thérapeutique anti-cancer : le virus modifié   Dim 8 Avr 2018 - 8:38

Une équipe d'oncologues, de chirurgiens et de chercheurs aux États-Unis tente un traitement étonnant pour s'attaquer au glioblastome, la forme la plus fréquente du cancer du cerveau. Leur arme? Le virus de la poliomyélite.

Un texte de Dominique Forget, de Découverte

« Le glioblastome est un cancer tentaculaire. La tumeur projette ses racines dans les méandres du , un peu comme une pieuvre », explique la Dre Annick Desjardins, une neuro-oncologue originaire du Québec qui supervise les essais cliniques à l’Université Duke, en Caroline du Nord.

Même si les chirurgiens retirent la tumeur, ils n’arrivent pas à enlever toutes ses ramifications, car ils risquent de perturber des fonctions cérébrales essentielles, comme la mémoire.

Des cellules malignes sont laissées derrière et, tôt ou tard, la tumeur revient. La survie moyenne après un diagnostic de glioblastome est de 15 mois.

Au milieu de cette noirceur, une lueur apparaît à l’horizon.

Depuis 2012, l’équipe du Duke Cancer Center injecte le virus de la polio directement dans la tumeur de patients. Quelques-uns sont encore en vie, six ans après avoir reçu le traitement.

Un vieil ennemi devenu un allié

Le poliovirus est extrêmement virulent. Il peut s’attaquer au système nerveux et entraîner des paralysies sévères, voire la mort. Avant la mise au point d’un vaccin, dans les années 1950, la poliomyélite a tué des millions de personnes.

Grâce à des années de travail, le chercheur Matthias Gromeier a modifié le virus. Pour l’empêcher de déclencher la poliomyélite, il a remplacé une partie de son bagage génétique par celui d’un virus beaucoup moins dangereux : un rhinovirus.

« C’est un virus qui cause un rhume banal, dit le Dr Gromeier. On a pris un petit morceau de ce rhinovirus et on l’a inséré dans le virus de la polio. Cela nous a permis de substituer environ 10 % des gènes du poliovirus. On a obtenu un nouveau virus, un mutant. Quand on l’a injecté dans le cerveau d’animaux, il ne causait plus la polio. »

Le virus mutant n’infecte pas les cellules saines. En revanche, il se propage dans les cellules tumorales. Cette infection envoie une alerte au système immunitaire.

Dans le monde entier, des scientifiques cherchent des moyens de réveiller le système immunitaire pour attaquer des tumeurs. C’est ce qu’on appelle l’immunothérapie.

Le poliovirus est l’une des premières tentatives d’immunothérapie pour traiter le glioblastome.

Les patients qui participent à l’étude clinique subissent d’abord une chirurgie sous anesthésie générale afin d’ouvrir un passage pour le virus à travers le crâne.

Le virus est injecté dès le lendemain. Le patient, éveillé, est branché à la réserve de poliovirus pendant six heures. Il faut procéder très lentement pour ne pas créer trop de pression d’un seul coup à l’intérieur du cerveau.

Si tout se passe bien, deux mois après l’injection, le système immunitaire se met à attaquer la tumeur.

Citation :
C'est comme s'il y avait un petit Pac-Man qui prenait des morceaux de la tumeur. Il y a des petits trous qui apparaissent dans la tumeur, un peu comme du fromage suisse.
Annick Desjardins, Duke Cancer Center
La Dre Desjardins ne parle pas de traitement miracle.

Entre 2012 et 2017, 61 patients ont reçu le traitement dans le cadre de l’essai clinique de phase 1. Un peu plus de 25 % d’entre eux sont encore en vie.

Chez certains patients, la tumeur grossit trop vite. Le système immunitaire n’arrive pas à la neutraliser. Les patients plus jeunes dont la tumeur est plus petite semblent mieux répondre au traitement.

Pour le moment, le traitement à l’aide du virus de la polio est uniquement disponible aux États-Unis. Les patients étrangers doivent débourser des centaines de milliers de dollars pour se faire traiter au Duke Cancer Center.

La Dre Desjardins espère que d’ici un an ou deux des centres puissent offrir le traitement partout dans le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17033
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Thérapeutique anti-cancer : le virus modifié   Mer 31 Jan 2018 - 14:06

Scientists have redesigned an adenovirus for use in cancer therapy. To achieve this they developed a new protein shield that hides the virus and protects it from being eliminated. Adapters on the surface of the virus enable the reconstructed virus to specifically infect tumor cells.

Viruses have their own genetic material and can infect human cells in a very specific manner. They will then reproduce as directed by their own genes but using the resources of the host cell. These properties make them interesting "gene shuttles" to fight hereditary diseases or cancer. There are innumerable different viruses, but the human adenovirus 5, which normally causes the symptoms of a typical cold, has substantial advantages: Its genome can be replaced completely by an artificial one which contains only "useful" genes. Without any of the viral genes left, the virus can no longer replicate and trigger diseases. In addition, the genome of the adenovirus is very large and does not integrate into human chromosomes.

Adapter molecules dock the virus to the tumor

Until now the use of adenoviruses in tumor therapy has been very limited. They lack the ability to infect cancer cells and therefore cannot inject the genetic blueprints for the therapeutic molecules to fight the disease. Moreover, adenoviruses are efficiently neutralized by the immune system and very rapidly eliminated by the liver. Researchers led by Andreas Plueckthun, professor at the Department of Biochemistry at the University of Zurich, have now succeeded in rebuilding the viruses so that they effectively recognize and infect tumor cells. "For this purpose we have created molecules which act as an adapter between the virus and the tumor cell," explains Markus Schmid, first author of the study.

The adapters, which cling very tightly to the coat of the virus, can -- depending on their version -- bind to different surface molecules on the tumor cell. The scientists tested adapters for several receptors such as HER2 and EGFR, which are present on various types of cancer cells. Only viruses which were equipped with these adapters were able to infect the tumor cells.

New protein shield masks and protects against the immune system

In a next step the researchers hid the virus under a novel protein coat, which serves as camouflage for the virus and which protects it from the immune system. As a basis for this shield the researchers used an existing antibody that they redesigned. In an interdisciplinary collaboration between the different research teams, the exact architecture of the complete protective coat was described almost down to the level of atoms.

The shield does not only protect the redesigned virus from the immune cells but also prevents the virus from being eliminated by the liver, which normally quickly removes unmodified adenoviruses from the bloodstream, often making therapeutic applications impossible. The virus, redesigned using sophisticated protein engineering techniques, works: With its shield and its adapter, these viral gene shuttles efficiently infected tumor cells in laboratory animals.

Valuable tool for gene therapy of aggressive tumors

Using these stealth gene shuttles, the UZH scientists want to develop novel therapies for different types of cancer. The numerous advantages of adenoviruses will likely help to tackle one of the greatest problems of cancer medicine: The development of resistances against drugs. Biochemist Andreas Plueckthun is optimistic: "With this gene shuttle, we have opened up many avenues to treat aggressive cancers in the future, since we can make the body itself produce a whole cocktail of therapeutics directly in the tumor."

---

Les scientifiques ont repensé un adénovirus pour une utilisation dans la thérapie du cancer. Pour y parvenir, ils ont développé un nouveau bouclier protéique qui cache le virus et le protège contre l'élimination. Les adaptateurs à la surface du virus permettent au virus reconstruit d'infecter spécifiquement les cellules tumorales.

Les virus ont leur propre matériel génétique et peuvent infecter des cellules humaines d'une manière très spécifique. Ils vont ensuite se reproduire selon leurs propres gènes mais en utilisant les ressources de la cellule hôte. Ces propriétés en font des «navettes génétiques» intéressantes pour lutter contre les maladies héréditaires ou le cancer. Il existe d'innombrables virus différents, mais l'adénovirus humain 5, qui provoque normalement les symptômes d'un rhume typique, présente des avantages substantiels: son génome peut être remplacé complètement par un génome artificiel qui ne contient que des gènes «utiles». Sans aucun des gènes viraux, le virus ne peut plus se répliquer et déclencher des maladies. De plus, le génome de l'adénovirus est très important et ne s'intègre pas dans les chromosomes humains.

Les molécules adaptatrices ancrent le virus à la tumeur

Jusqu'à présent, l'utilisation d'adénovirus dans la thérapie tumorale a été très limitée. Ils n'ont pas la capacité d'infecter les cellules cancéreuses et ne peuvent donc pas injecter les plans génétiques pour les molécules thérapeutiques pour lutter contre la maladie. De plus, les adénovirus sont efficacement neutralisés par le système immunitaire et éliminés très rapidement par le foie. Les chercheurs dirigés par Andreas Plueckthun, professeur au Département de biochimie de l'Université de Zurich, ont maintenant réussi à reconstruire les virus afin qu'ils reconnaissent et infectent efficacement les cellules tumorales. "Dans ce but, nous avons créé des molécules qui agissent comme un adaptateur entre le virus et la cellule tumorale", explique Markus Schmid, premier auteur de l'étude.

Les adaptateurs, qui adhèrent très étroitement à l'enveloppe du virus, peuvent - selon leur version - se lier à différentes molécules de surface sur la cellule tumorale. Les scientifiques ont testé des adaptateurs pour plusieurs récepteurs tels que HER2 et EGFR, qui sont présents sur divers types de cellules cancéreuses. Seuls les virus qui étaient équipés de ces adaptateurs étaient capables d'infecter les cellules tumorales.

Nouveaux masques protecteurs protéiques et protège contre le système immunitaire

Dans une prochaine étape, les chercheurs ont caché le virus sous une nouvelle couche de protéines, qui sert de camouflage pour le virus et qui le protège du système immunitaire. Comme base pour ce bouclier, les chercheurs ont utilisé un anticorps existant qu'ils ont redessiné. Dans une collaboration interdisciplinaire entre les différentes équipes de recherche, l'architecture exacte de la couche protectrice complète a été décrite presque jusqu'au niveau des atomes.

Le bouclier protège non seulement le virus redessiné des cellules immunitaires, mais empêche également l'élimination du virus par le foie, qui élimine normalement rapidement les adénovirus non modifiés de la circulation sanguine, rendant souvent les applications thérapeutiques impossibles. Le virus, redessiné à l'aide de techniques sophistiquées d'ingénierie des protéines, fonctionne: Avec son bouclier et son adaptateur, ces navettes géniques virales infectent efficacement les cellules tumorales chez les animaux de laboratoire.

Outil précieux pour la thérapie génique des tumeurs agressives

En utilisant ces navettes de gène furtif, les scientifiques UZH veulent développer de nouvelles thérapies pour différents types de cancer. Les nombreux avantages des adénovirus aideront probablement à résoudre l'un des plus grands problèmes de la médecine du cancer: le développement de résistances aux médicaments. Le biochimiste Andreas Plueckthun est optimiste: «Avec cette navette génétique, nous avons ouvert de nombreuses voies pour traiter les cancers agressifs dans le futur, puisque nous pouvons faire produire à l'organisme lui-même un cocktail de médicaments directement dans la tumeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17033
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Thérapeutique anti-cancer : le virus modifié   Mer 11 Oct 2017 - 18:20

Hélène Laurin
Lundi, 25 septembre 2017

L’immunothérapie pour traiter le cancer est un filon de plus en plus intéressant pour les chercheurs. Le but de cette voie thérapeutique est de «réveiller» le système immunitaire. Pour ce faire, plusieurs méthodes sont en train d’être développées.

Depuis quelques années, un virus modifié de la poliomyélite (ou tout simplement «polio») fait l’objet de plusieurs essais cliniques. Une de ces initiatives de recherche a été publiée la semaine dernière dans Science Translational Medicine. Rappelons que la polio est une maladie terrible qui peut mener à la paralysie et qui a heureusement été éradiquée avec la vaccination.

Le comportement du virus modifié, appelé PVS-RIPO, a été étudié dans des cas de mélanome et de cancer du sein. Les nouvelles sont bonnes, puisque non seulement PVS-RIPO aiderait à tuer les cellules cancéreuses, il empêcherait également la tumeur de croître à nouveau.

Voici, résumé très grossièrement, comment ça marche.

   Le virus modifié, injecté par un vaccin, s’attache aux cellules cancéreuses, puisque celles-ci ont un surplus d’une certaine protéine (la CD155, pour entrer dans les détails), qui est un récepteur pour le virus.

   En s'attachant aux cellules cancéreuses, PVS-RIPO déclenche la production d’antigènes. Les antigènes sont des molécules qui provoquent le système immunitaire. C’est comme si le cancer était un voleur qui déclenche (involontairement) l’interrupteur du système d’alarme. Réveillé par la présence d’antigènes, le système immunitaire peut commencer à attaquer les cellules cancéreuses.

   Le virus infecte aussi les cellules dendritiques et les macrophages. En étant infectées de la sorte, les cellules dendritiques «ordonnent» aux lymphocytes T - des super cellules immunitaires qui tuent tout - d’attaquer les cellules cancéreuses. Les macrophages sont là pour ramasser les débris.

   Les cellules cancéreuses sont détruites! Bon débarras!

Déjà que ce processus est une bonne nouvelle, il y a aussi une super bonne nouvelle dans cette étude: les cellules cancéreuses continuent d’être vulnérables sur une plus longue période de temps. Autrement dit, la réponse immunitaire persiste et empêcherait le cancer de revenir.

Les recherches sur l’immunothérapie pour contrer le cancer avancent donc dans la bonne direction. Tout indique que les essais cliniques avec le virus PVS-RIPO se poursuivront.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17033
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Thérapeutique anti-cancer : le virus modifié   Mar 5 Sep 2017 - 22:44

L’équipe de Zhe Zhu de l'école universitaire de médecine de Saint Louis et de l'université de Californie à San Diego a injecté le virus Zika ou un placebo d'eau salée dans les tumeurs du cerveau induites de 33 souris.

Deux semaines plus tard, les tumeurs étaient nettement réduites dans le groupe de rongeurs traités avec le virus par rapport à ceux ayant reçu le placebo. Et ces souris ont également survécu nettement plus longtemps que celles du groupe témoin, indiquent les chercheurs.

L'efficacité du virus Zika s'explique par le fait qu'il attaque les cellules souches du cerveau qui, le plus souvent, survivent aux traitements classiques ce qui explique la réapparition de la tumeur, précise l’étude.

Toutefois, il faudra attendre les résultats de recherches supplémentaires avant que ce traitement puisse être testé cliniquement, avertissent les scientifiques. Ils n’écartent pas la possibilité de devoir injecter le virus directement dans la zone de la tumeur après son ablation.

Cette tumeur cérébrale frappe environ 12 000 personnes par an aux États-Unis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17033
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Thérapeutique anti-cancer : le virus modifié   Dim 19 Fév 2017 - 18:57

Researchers of the Cancer Virotherapy Research Group of Bellvitge Biomedicine Research Institute (IDIBELL), led by Dr. Ramon Alemany, have developed an oncolytic virus capable of redirecting the patient's immune system against their tumor cells. Their work, published in the Cancer Research journal, may lead to the development of new therapeutic strategies for several types of cancer.

"We work with oncolytic adenoviruses, viruses that are modified to exclusively attack cancer cells without attacking normal tissue, like a targeted therapy," explains Carlos Fajardo, lead author of the study. Adenoviruses are a family of viruses that can cause colds, conjunctivitis or gastroenteritis. However, these viruses, once modified to acquire selectivity towards tumor cells, have great potential to be used as cancer therapy.

There are several limitations in this field; one of them is our own immune system, which recognizes the virus as a pathogen and therefore attacks it. "What we are trying to do is redirect the immune system to attack the cancer cells instead of the virus. In this way, we not only prevent the virus from being eliminated from the organism too soon, but complement its action by adding that of T lymphocytes," says Fajardo.

To achieve this, the researchers used the newly developed BiTE antibodies (bispecific T-cell engager antibodies). These antibodies are capable of specifically connecting T lymphocytes with some proteins expressed on the surface of cancer cells; this connection activates the T cell, which then attacks and destroys the tumor cell.

"We modified the virus so that when it infects the tumor cell, it secretes a specific BiTE against the EGFR protein, which is overexpressed in many types of cancer." In in vitro studies, the research team found that these BiTEs were able to capture the T lymphocytes present in the medium to attack adjacent cancer cells. In addition, mouse studies demonstrated that the virus armed with BiTE were able to increase the presence of T lymphocytes in tumors, resulting in improved antitumor efficacy.

At the moment virotherapy in cancer is a very active field in research thanks to the advances in immunotherapy developed in recent years. "With these results, we will try to attract the interest of the companies that develop BiTEs to establish collaboration agreements for the clinical development of viruses armed with BiTEs," added Dr. Alemany, the last author of the study. "We are also exploring the development of viruses that target T lymphocytes against tumor stroma fibroblasts to eliminate them."

---

Les chercheurs du groupe de recherche sur la virothérapie du cancer de l'Institut de Recherche en Biomédecine de Bellvitge (IDIBELL), dirigé par le Dr Ramon Alemany, ont développé un virus oncolytique capable de réorienter le système immunitaire du patient contre ses cellules tumorales. Leur travail, publié dans la revue Cancer Research, peut conduire au développement de nouvelles stratégies thérapeutiques pour plusieurs types de cancer.

«Nous travaillons avec des adénovirus oncolytiques, des virus qui sont modifiés pour attaquer exclusivement les cellules cancéreuses sans attaquer les tissus normaux, comme une thérapie ciblée», explique Carlos Fajardo, auteur principal de l'étude. Les adénovirus sont une famille de virus pouvant causer des rhumes, une conjonctivite ou une gastro-entérite. Cependant, ces virus, une fois modifiés pour obtenir une sélectivité vis-à-vis des cellules tumorales, ont un grand potentiel pour être utilisés comme traitement contre le cancer.

Il existe plusieurs limites dans ce domaine; L'une d'entre elles est notre propre système immunitaire, qui reconnaît le virus comme un agent pathogène et donc l'attaque. "Ce que nous essayons de faire est de rediriger le système immunitaire pour attaquer les cellules cancéreuses au lieu du virus. De cette façon, non seulement nous empêchons le virus d'être éliminé de l'organisme trop tôt, mais nous complétons son action en ajoutant celle des Lymphocytes T », explique Fajardo.

Pour y parvenir, les chercheurs ont utilisé les anticorps BiTE nouvellement développés (anticorps bis-spécifiques des cellules T). Ces anticorps sont capables de relier spécifiquement les lymphocytes T à certaines protéines exprimées à la surface des cellules cancéreuses; Cette connexion active la cellule T, qui attaque et détruit la cellule tumorale.

"Nous avons modifié le virus afin que lorsqu'il infecte la cellule tumorale, il sécrète un BiTE spécifique contre la protéine EGFR, qui est surexprimée dans de nombreux types de cancer. Dans les études in vitro, l'équipe de recherche a constaté que ces BiTEs étaient capables de capturer les lymphocytes T présents dans le milieu pour attaquer les cellules cancéreuses adjacentes. En outre, des études sur souris ont démontré que le virus armé avec BiTE était capable d'augmenter la présence de lymphocytes T dans les tumeurs, ce qui améliore l'efficacité antitumorale.

Actuellement la virothérapie dans le cancer est un domaine très actif dans la recherche grâce aux progrès de l'immunothérapie développés ces dernières années. «Avec ces résultats, nous tenterons d'attirer l'intérêt des entreprises qui développent les BiTE pour établir des accords de collaboration pour le développement clinique de virus armés avec des BiTE», a ajouté le Dr Alemany, dernier auteur de l'étude. "Nous explorons également le développement de virus qui ciblent les lymphocytes T contre les fibroblastes tumoraux du stroma pour les éliminer."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17033
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Thérapeutique anti-cancer : le virus modifié   Ven 13 Mai 2016 - 18:57

A team from the International School for Advanced Studies (SISSA) in Trieste has obtained very promising results by applying gene therapy to glioblastoma. Tests in vitro and in vivo on mice provided very clear-cut results, and modelling demonstrates that the treatment targets at least six different points of tumour metabolism. Gene therapy, a technique that selectively attacks a tumour, might provide hope in the fight against this type of deadly cancer, for which surgery is practically impossible and chemo- and radiotherapy are ineffective against very aggressive recurrences. The study was published in the journal Oncotarget.

Only a few days ago, the press (especially in English-speaking countries) enthusiastically announced the publication of a study that described in great detail the genetics of breast cancer, a discovery that according to many marks a breakthrough in the battle against this cancer. This kind of news confirms the impression that in the near future the war against cancer will be fought on the battlefields of genetics. Italy too, is working on this front. At SISSA, for example, where Antonello Mallamaci and his group have just published highly promising results on the application of gene therapy against glioblastomas, a family of brain tumours among the most common and aggressive. A diagnosis of glioblastoma is literally equal to a very imminent death sentence: "surgery is rarely curative, as these tumours insinuate themselves in healthy tissues, and also chemo- and radiotherapy have little effectiveness. In a short while, very aggressive recurrences develop and that marks the end" explains Antonello Mallamaci, SISSA professor who also collaborates with the Telethon Foundation. "Our approach is radically different: we introduce an additional copy of a given gene into the tumour cells so as to impair their reproductive capacity and lead them to suicide."

The idea for this study came to Mallamaci -- who is not an oncologist -- after years of close investigation of a particular gene called Emx2. One of the characteristics of this gene, explains the scientist, is to inhibit proliferation of astrocytes during embryonic growth. Glial cells, including astrocytes, are part of the nervous system, where they nourish and protect neurons and finely regulate their function.

"We know that during the early stages of development of the nervous system only neurons grow, whereas glial cells only start to proliferate when neuronal growth is practically complete," explains Carmen Falcone, SISSA research scientist and first author of the paper. "In our previous studies we discovered that Emx2 is expressed at very high levels during the neuronal generation phase, whereas its action declines dramatically when the glial cells start to grow. So the gene keeps astrocyte growth in check up to a certain point."

If it can block astrocytes, why not try and use it to block glioblastomas? "These tumours share many features with astroglia" comments Mallamaci, "hence the idea to use them to our advantage. With the contribution of IST in Genoa, which supplied us with cultures of various types of glioblastoma, we started doing some in vitro tests." And these tests went "beyond our rosiest expectations," explain Falcone and Mallamaci: "in nearly all of the samples, the tumour tissue literally collapsed in less than a week.."

At this point the study continued in two directions. The team first modelled in vitro the molecular mechanisms intervening between when the therapeutic gene is "switched on" and the final effect, finding that the gene attacks tumour metabolism at no less than six points, a result defined as "very robust" by the researchers.

A Trojan horse inside the tumourAfter the in vitro studies, the group started its first in vivo experiments on mice, adopting all due precautions to prevent unacceptable suffering of the animals. "So, to prevent damage to the healthy cells, neurons and astrocytes, we selected a specific 'promotor', a piece of DNA that causes the therapeutic gene to become activated only in tumour cells, without attacking the other cells, and we replicated the same result as seen in the first in vitro tests."

Gene therapy is based on the insertion of ad hoc genes into a host cell's genome so that these genes can function inside the cell by borrowing its genetic machinery. How is a bit of genetic code added to a living cell? Scientists use the mechanisms naturally adopted by viruses. Viruses are strange entities: although they have their own genome, they are not able to duplicate, and reproduce, by themselves. For this reason they sneak into cells, and insert their own DNA into the host genome, so that the cell starts working for them by duplicating their genes as well and forming other viruses. "By making the virus harmless, that is, by emptying the shell containing its genome and filling it with therapeutic genes, we can add new genes, or enhanced versions of endogenous genes, to the host cell," explains Falcone.

So that is precisely what Mallamaci and colleagues did: they introduced a particularly active version of Emx2 into the tumour cells. The results so far have been unequivocal and have demonstrated that Emx2 is able to kill the cells of at least four different types of glioblastoma, both in vitro and in vivo in rodents, without damaging the healthy cells of nervous system. Since they also observed that the treatment targeted may points of the tumour process, there are good chances of effectively contrasting the development of aggressive recurrences. "For these to form, there has to be a process of selection of the strongest tumour cells. By targeting them at a variety of different points, we raise the standards in this selection process and -- hopefully -- we prevent the recurrences," concludes Mallamaci. "Now we plan to extend the in vivo tests to other glioblastomas. With a lot of hard work and a bit of luck we hope that in a few years' time all this can translate into a tangible benefit for the unfortunate patients afflicted by this disease."

---

Une équipe de l'International School for Advanced Studies (SISSA) à Trieste a obtenu des résultats très prometteurs en appliquant la thérapie génique pour le glioblastome. Des tests in vitro et in vivo sur des souris ont fourni des résultats très claires, et la modélisation montre que les objectifs de traitement cible au moins six points différents du métabolisme de la tumeur. La thérapie génique, une technique qui attaque sélectivement une tumeur, pourrait donner de l'espoir dans la lutte contre ce type de cancer.

Il y a seulement quelques jours, la presse (en particulier dans les pays anglo-saxons) a annoncé avec enthousiasme la publication d'une étude qui décrit en détail la génétique du cancer du , une découverte qui, selon plusieurs marques une percée dans la lutte contre ce cancer. Ce genre de nouvelles confirme l'impression que dans un proche avenir la guerre contre le cancer sera combattu sur les champs de bataille de la génétique. L'Italie aussi, travaille sur ce front. À SISSA, par exemple, où Antonello Mallamaci et son groupe viennent de publier des résultats très prometteurs sur l'application de la thérapie génique contre les glioblastomes, une famille de tumeurs cérébrales parmi les plus courantes et agressives. «Notre approche est radicalement différente: nous introduisons une copie supplémentaire d'un gène donné dans les cellules tumorales de façon à nuire à leur capacité de reproduction et de les conduire au suicide."

L'idée de cette étude est venu à Mallamaci - qui n'est pas un oncologue - après des années d'étroite enquête d'un gène particulier appelé EMX2. Une des caractéristiques de ce gène, explique le scientifique, consiste à inhiber la prolifération des astrocytes au cours de la croissance embryonnaire. Les cellules gliales, y compris les astrocytes, font partie du système nerveux, où ils nourrissent et protègent les neurones et finement régulent leur fonction.

"Nous savons que, pendant les premiers stades du développement du système nerveux seulement la croissance des neurones, tandis que les cellules gliales ne commencent à proliférer lorsque la croissance neuronale est pratiquement complète», explique Carmen Falcone, SISSA chercheur et premier auteur du papier. «Dans nos études précédentes, nous avons découvert que EMX2 est exprimée à des niveaux très élevés pendant la phase neuronal de génération, alors que son action diminue considérablement lorsque les cellules gliales commencent à se développer. Ainsi, le gène maintient la croissance des astrocytes en échec jusqu'à un certain point."

Si elle peut bloquer les astrocytes, pourquoi ne pas essayer de l'utiliser pour bloquer les glioblastomes? "Ces tumeurs partagent de nombreuses caractéristiques avec les astroglias», commente Mallamaci, "d'où l'idée de les utiliser à notre avantage. Avec la contribution des IST à Gênes, qui nous a fourni avec des cultures de différents types de glioblastome, nous avons commencé à faire des tests in vitro. " Et ces tests sont allés "au-delà de nos attentes plus optimistes," expliquer Falcone et Mallamaci: "dans presque tous les échantillons, le tissu tumoral littéralement effondré en moins d'une semaine .."

À ce stade, l'étude a continué dans deux directions. L'équipe première a modélisé in vitro les mécanismes moléculaires intervenant entre le moment où le gène thérapeutique est "allumé" et l'effet final, concluant que le métabolisme de la tumeur des attaques de gènes à pas moins de six points, un résultat défini comme étant «très robuste» par les chercheurs .

Un cheval de Troie à l'intérieur de la tumeur. Après les études in vitro, le groupe a commencé sa première des expériences in vivo sur des souris, en adoptant toutes les précautions nécessaires pour éviter des souffrances inacceptables des animaux. "Donc, pour éviter d'endommager les cellules saines, les neurones et les astrocytes, nous avons sélectionné un« promoteur »spécifique, un morceau d'ADN qui provoque le gène thérapeutique pour devenir activé uniquement dans les cellules tumorales, sans attaquer les autres cellules, et nous avons reproduit la même résultat, comme on le voit dans la première des tests in vitro. "

La thérapie génique est fondée sur l'insertion de gènes ad hoc dans le génome d'une cellule hôte, de sorte que ces gènes peuvent fonctionner à l'intérieur de la cellule en empruntant la machinerie génétique. Comment un peu de code génétique est ajouté à une cellule vivante? Les scientifiques utilisent les mécanismes naturels adoptés par des virus. Les virus sont des entités étranges: bien qu'ils aient leur propre génome, ils ne sont pas en mesure de reproduire, et de se reproduire, par eux-mêmes. Pour cette raison, ils se faufilent dans des cellules, et insèrent leur propre ADN dans le génome de l'hôte, de sorte que la cellule commence à travailler pour eux en dupliquant les gènes ainsi et former d'autres virus. «En rendant le virus inoffensif, qui est, en vidant l'enveloppe contenant son génome et de le remplir avec des gènes thérapeutiques, nous pouvons ajouter de nouveaux gènes, ou des versions améliorées de gènes endogènes, à la cellule hôte," explique Falcone.

Donc, c'est ce qu'ont fait précisément ce que Mallamaci et ses collègues : ils ont introduit une version particulièrement active de EMX2 dans les cellules tumorales. Les résultats obtenus jusqu'ici ont été sans équivoque et ont démontré que EMX2 est capable de tuer les cellules d'au moins quatre types de glioblastome différents, à la fois in vitro et in vivo chez les rongeurs, sans endommager les cellules saines du système nerveux. Comme ils ont également observé que le traitement ciblé des points du processus tumoral, il y a de bonnes chances de manière efficace contrastant le développement des récurrences agressifs. "Pour que celles-ci se forment, il doit y avoir un processus de sélection des cellules les plus fortes de la tumeur en les ciblant dans une variété de différents points, nous élevons les normes dans ce processus de sélection et -., Espérons - que nous empêcherons les récurrences," conclut Mallamaci. "Maintenant, nous prévoyons d'étendre les tests in vivo pour d'autres glioblastomes. Avec beaucoup de travail acharné et un peu de chance, nous espérons que dans le temps de quelques années tout cela peut se traduire par un avantage tangible pour les patients malheureux affligés par cette maladie ».

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17033
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Thérapeutique anti-cancer : le virus modifié   Ven 15 Avr 2016 - 11:26

Buenos Aires: Researchers in Argentina say they have genetically modified an adenovirus — which can cause colds, conjunctivitis and bronchitis — to home in on cancer, killing tumour cells in patients without harming healthy tissue.

Scientists have long been intrigued by the idea of using viruses to alert the immune system to seek and destroy cancerous cells. That interest has taken off in recent years as advances in genetic engineering allow them to customise viruses that target tumours.

Dr. Osvaldo Podhjacer, Chief of the Laboratory of Molecular and Cellular Therapy at the Fundacion Instituto Leloir in Buenos Aires, and his team developed an ‘oncolytic’ virus designed to target both malignant cells and tumour-associated stromal cells.

In February, Unleash Immuno Oncolytics announced it had entered a license agreement with Leloir Institute to develop immuno-oncology products for cancer treatment in Saint Louis. Unleash’s leading product, developed thanks to work by Podhjacer, is called UIO-512.

Dr. Podhjacer explained how the virus helps to attack cancer.

“This is a virus, which, by genetic modification, we have restricted their infectivity exclusively to malignant cells, in spite of the fact, originally, the virus can infect normal cells and cause colds, conjunctivitis and bronchitis. Why immunotherapy? Because in addition to the changes we have made to restrict the infection only to malignant cells, it also has a gene that exacerbates the immune response. Then there is a direct attack on the tumour initial and an additional immunological response which in principle eliminates the residual tumour, which was not eliminated by the virus and disseminated metastases,” Dr. Podhjacer said.

Scientific journal Nature reported in October last year that cancer-fighting viruses had started to win approval.

Researchers hope that ongoing clinical trials of similar oncolytic viruses and their approval will generate the enthusiasm and cash needed to spur further development of the approach.

“These viruses are very effective in preclinical models of cancer, we have tested and in particular, ovarian cancer and melanoma but we also have other viruses for pancreatic and colon rectal cancer. These are non-toxic and they are as important as their therapeutic efficacy, where we have managed to reverse the levels of liver enzymes to a normal level with animals that have a tumour. These levels become very high due to the toxicity. In general terms, it allows us to qualify this virus as an ideal candidate to be taken to a clinical trial in humans beings,” Dr. Podhjacer, said.

Professor Lawrence Young, a cancer specialist from the University of Warwick, said that while similar research has been ongoing for many years, Podhjacer’s team had added a mechanism to influence the cells surrounding the cancer tumour.

“To be honest, it’s not particularly novel. What they have done, however, which is a bit interesting is introduce a new bell or a new whistle, if you like, in terms of the virus, which is to also have an effect on some of the supporting cells. So one of the things that’s very exciting about current cancer biology is an increased understanding of the fact that while you’ve got cancer cells and tumour cells, which are important targets; actually there’s a lot of supporting cells around the cancer that also get modified in that environment and start to misbehave,” Young told Reuters.

Podhajcer said that the virus attacks the entire tumour mass, not only the malignant cells themselves but also the stromal cells that support cancer dissemination.

“We have prepared a virus with the ability to study everything that is characteristic of the tumour and to attack all the cells of the tumour. In other words, we have an approach different to what has been done to this day today, even within what is being used in the oncolytic therapy using these viruses which also generate secondary immune responses. In other words, it is a disruptive technology and we also add something that is unique to our research,” Podhajcer said.

Professor Young cautioned that there are a number of hurdles for the therapy to overcome. In addition to the cost implications for eventually making it widely available, he said that the body’s own immune system could make subsequent doses of a treatment increasingly less effective.

“Some of those immune responses will target the tumour, some won’t. And so the degree to which you can reuse these viruses is a problem because as you get an immune response to them, as soon as you then expose a patient to a second or third dose their immune system starts to think “wait a minute, we’ve seen that before, we’re going to wipe it out”. So these are very challenging therapies,” he said.

According to the journal Nature, the strategy builds on a phenomenon which has been recognised for more than a century.

Physicians in the 1800s first noted their cancer patients sometimes unexpectedly went into remission after experiencing a viral infection. Based on these reports, doctors in the 1950s and 1960s were then inspired to start injecting cancer patients with a menagerie of viruses. Sometimes the therapy destroyed the tumour, and on occasion it killed the person instead.

According to Professor Young, however, the field of immunotherapy has advanced rapidly in the past ten years and there is a great deal of positivity for what the future holds in the fight against cancer.

“I think that there’s so much excitement about this now, and so much excitement about being able to use non-viral approaches to delivering drugs and genes, that it’s quite clear that over the next ten years or so, we’re going to see more of these therapies, especially in the more difficult to manage tumours,” he said.

---

Buenos Aires: Les chercheurs en Argentine disent qu'ils ont génétiquement modifié un adénovirus - qui peut causer le rhume, la conjonctivite et la bronchite - qui se concentre sur le cancer, tuant les cellules tumorales chez les patients sans nuire au tissu sain.

Les scientifiques ont longtemps été intrigué par l'idée d'utiliser des virus pour alerter le système immunitaire pour rechercher et détruire les cellules cancéreuses. Cet intérêt a pris son envol au cours des dernières années alors que les progrès du génie génétique leur permettent de personnaliser les virus qui ciblent les tumeurs.

Le dr. Osvaldo Podhjacer, Chef du Laboratoire Moléculaire et la thérapie cellulaire à la Fundacion Instituto Leloir à Buenos Aires, et son équipe ont développé un virus oncolytique »conçu pour cibler les cellules malignes et les cellules stromales associées à la tumeur.

En Février, Unleash Immuno Oncolytics a annoncé qu'elle avait conclu un accord de licence avec Leloir Institut pour développer des produits immuno-oncologie pour le traitement du cancer à Saint Louis. le premier produit Unleash, développé grâce au travail par Podhjacer, est appelé UIO-512.

Le dr. Podhjacer explique comment le virus aide à attaquer le cancer.

"Ceci est un virus dont, par modification génétique, nous avons limité l'infectivité exclusivement à des cellules malignes, en dépit du fait, à l'origine, que le virus peut infecter des cellules normales et causer le rhume, la conjonctivite et la bronchite. Pourquoi l'immunothérapie? Parce que, en plus des changements que nous avons fait pour limiter l'infection uniquement aux cellules malignes, il possède également un gène qui exacerbe la réponse immunitaire. Ensuite, il y a une attaque directe sur la première de la tumeur et une réponse immunologique supplémentaire qui élimine en principe la tumeur résiduelle, qui n'a pas été éliminé par le virus et les métastases disséminées ", a déclaré le Dr Podhjacer.

La revue scientifique Nature a rapporté en Octobre l'année dernière que les virus de la lutte contre le cancer ont commencé à gagner l'approbation.

Les chercheurs espèrent que les essais cliniques en cours de virus oncolytiques similaires et leur approbation va générer l'enthousiasme et de l'argent nécessaire pour stimuler le développement de l'approche.

"Ces virus sont très efficaces dans des modèles précliniques de cancer, nous avons testé et, en particulier, le cancer des   et du  mélanome mais nous avons également pour d'autres virus du et du cancer du par voie rectale.

Ceux-ci sont non toxiques et ils sont aussi importants que leur efficacité thérapeutique, où nous avons réussi à inverser les niveaux d'enzymes hépatiques à un niveau normal avec des animaux qui ont une tumeur. Ces niveaux deviennent très élevés en raison de la toxicité. En termes généraux, il nous permet de qualifier ce virus comme un candidat idéal à prendre pour un essai clinique chez l'homme  », a déclaré le Dr Podhjacer.

Professeur Lawrence Young, un spécialiste du cancer de l'Université de Warwick, a déclaré que, bien que des recherches similaires sont en cours depuis de nombreuses années, l'équipe de Podhjacer avait ajouté un mécanisme pour influencer les cellules entourant la tumeur cancéreuse.

"Pour être honnête, ce n'est pas particulièrement nouveau. Ce qu'ils ont fait, cependant, et ce qui est un peu intéressant est d'introduire un nouveau coup de sifflet, si vous voulez, en termes de virus, ce qui peut avoir également un effet sur certaines des cellules de soutien. Donc l'une des choses qui est très excitante à propos de la biologie du cancer est une meilleure compréhension du fait que si vous avez des cellules cancéreuses et des cellules tumorales, qui sont des cibles importantes; c'est qu'en fait il y a beaucoup de cellules de soutien autour du cancer qui se modifient aussi dans cet environnement et qui commencent à mal se conduire, " a dit Young à Reuters.

Podhajcer a indiqué que le virus attaque la totalité de la masse tumorale, non seulement les cellules cancéreuses elles-mêmes, mais aussi les cellules stromales qui favorisent la dissémination du cancer.

"Nous avons préparé un virus ayant la capacité d'étudier tout ce qui est caractéristique de la tumeur et à l'attaque de toutes les cellules de la tumeur. En d'autres termes, nous avons une approche différente de ce qui a été fait à ce jour d'aujourd'hui, même au sein de ce qui est utilisé dans la thérapie oncolytique utilisant ces virus qui génèrent également des réponses immunitaires secondaires. En d'autres termes, c'est une technologie perturbatrice et nous ajoutons aussi quelque chose qui est unique à notre recherche ", a déclaré Podhajcer.

Le professeur Young a averti qu'il existe un certain nombre d'obstacles à surmonter pour la thérapie. En plus des répercussions sur les coûts pour finalement le rendant largement disponible, il a dit que le système immunitaire de l'organisme pourrait rendre les doses ultérieures d'un traitement de moins en moins efficace.

"Certaines de ces réponses immunitaires vont cibler la tumeur, d'autres non. Et donc la mesure dans laquelle vous pouvez réutiliser ces virus est un problème parce que vous obtenez une réponse immunitaire spécifiques à elles, dès que vous ensuite exposer un patient à une deuxième ou une troisième dose de leur système immunitaire commence à penser "attendez une minute, nous 'ai vu ça avant, nous allons être anéantis ". Donc, ce sont des thérapies très difficiles ", at-il dit.

Selon la revue Nature, la stratégie repose sur un phénomène qui a été reconnu depuis plus d'un siècle.

Les médecins dans les années 1800 d'abord noté leurs patients atteints de cancer ont parfois de façon inattendue en rémission après avoir connu une infection virale. Sur la base de ces rapports, les médecins dans les années 1950 et 1960 ont ensuite été inspirés pour commencer à injecter des patients cancéreux avec une ménagerie de virus. Parfois, le traitement détruit la tumeur, et à l'occasion il a tué la personne à la place.

Selon le professeur Young, cependant, le domaine de l'immunothérapie a progressé rapidement au cours des dix dernières années et il y a beaucoup de positivité pour que ce soit  l'avenir dans la lutte contre le cancer.

"Je pense qu'il y a tant d'excitation à ce sujet maintenant, et autant d'excitation d'être en mesure d'utiliser des approches non-virales pour délivrer des médicaments et des gènes, qu'il est tout à fait clair qu'au cours des dix prochaines années, nous allons voir plusieurs de ces thérapies, en particulier dans le cas des tumeurs les plus difficiles à gérer "at-il dit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17033
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Thérapeutique anti-cancer : le virus modifié   Dim 12 Juil 2015 - 16:09

Après 15 ans de travail, une équipe de chercheurs ontariens a mis au point un traitement expérimental unique au monde pour combattre le cancer, tout en éliminant les effets secondaires désagréables.

David Stojdl, du Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario, Brian Lichty, de l'Université McMaster, et John Bell, de l'Hôpital d'Ottawa, ont annoncé la tenue du tout premier essai clinique mondial de la virothérapie.

Ce traitement expérimental combine deux virus pour attaquer et tuer les cellules cancéreuses, tout en stimulant une réponse immunitaire anticancéreuse chez les patients.

«Ce sont des virus qui font la différence entre les cellules cancéreuses et celles en santé. Nous savons que les cellules cancéreuses se cachent dans le système. Les virus permettront de les cibler tout en régénérant le corps humain», explique le Dr Stojdl.

Un premier essai clinique

En janvier dernier, Christina Monker, une ancienne infirmière de Rockland, est devenue la toute première patiente à participer à l'essai clinique. On lui a diagnostiqué un cancer en 2012.

Malgré six semaines de radiothérapie et deux cycles de chimiothérapie, le cancer s'est propagé aux poumons de la dame de 75 ans originaire des Pays-Bas. Trente autres traitements de chimiothérapie subséquents n'ont pas porté fruit.

C'est à ce moment que l'équipe de chercheurs l'a approchée pour participer à un essai clinique. «Le cancer ne cessait de progresser, a-t-elle témoigné. Les traitements étaient terribles et la chimio était encore pire. Je ne pouvais plus continuer ainsi. J'étais évidemment un peu nerveuse d'entreprendre cette démarche, mais j'ai senti qu'il s'agissait de ma dernière chance.»

Il est trop tôt pour savoir si le traitement révolutionnaire est un véritable succès. L'essai clinique doit durer 18 mois. Chose certaine, Mme Monker ressent déjà les bienfaits du traitement expérimental. «C'est le jour et la nuit entre les deux traitements. Les effets secondaires sont minimes. Et on ne doit pas subir un traitement - difficile - aux quatre semaines. Avec la virothérapie, j'ai simplement ressenti les symptômes d'une grippe pendant quelques jours et je pouvais facilement les gérer.»

L'essai clinique doit accueillir jusqu'à 79 patients dans quatre hôpitaux du pays.

L'idée d'utiliser un virus pour traiter le cancer existe depuis plus d'un siècle. Au fil des ans, des cas de patients atteints de la maladie s'étant rétablis après une infection virale apparaissent régulièrement dans des publications scientifiques. Ce n'est que récemment que la virothérapie a été mise au point et testée de façon vigoureuse.

«Le traitement n'est pas une certitude parce que nous le testons toujours, rappelle le Dr Bell. Mon rêve est que ce traitement remplace la radiothérapie et la chimiothérapie, mais au bout du compte, la guérison passera peut-être par une combinaison de tous ces procédés. Nous sommes prêts à tout faire pour vaincre cette maladie.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17033
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Thérapeutique anti-cancer : le virus modifié   Dim 5 Avr 2015 - 7:21

NEW YORK | Une chercheuse québécoise se trouve au cœur d’une percée révolutionnaire dans la lutte contre le cancer aux États-Unis. La Dre Annick Desjardins traite des patients atteints de tumeurs au cerveau avec le virus de la polio. Dans certains cas, les résultats sont quasi miraculeux.
«Le but est de réveiller le système immunitaire, explique Dre Annick Desjardins. On lui joue un tour en lui faisant croire que la polio est présente dans le cerveau, mais il s’agit de la tumeur».
Cette nouvelle thérapie n’est encore qu’à ses premiers tests sur des patients, mais elle attire déjà l’attention de nombreux médias.
L’émission 60 Minutes de CBS y a consacré un reportage d’une heure, dimanche dernier.

Dre Desjardins est neuro-oncologue au «Brain Tumor Center» de l’université Duke, en Caroline du Nord, depuis 10 ans.
En mai 2012, son équipe a traité pour la première fois une jeune femme atteinte d’un glioblastome, la forme de cancer du cerveau la plus agressive. Le taux de survie n’est que de quelques mois.
On a injecté dans la tumeur un poliovirus modifié génétiquement (voir page de gauche). Il est létal pour les cellules cancéreuses, mais sans danger pour les cellules normales.
Quatorze mois plus tard, la jeune femme est en rémission totale, sans l’utilisation de chimio ou radiothérapie. La tumeur a tout simplement disparu.
Dose toxique à évaluer
Jusqu’à maintenant, 22 patients atteints d’un glioblastome ont été traités avec le virus de la polio. Quatre sont en rémission et onze ont perdu la vie pour diverses raisons.
«L’état physique de certains patients était déjà trop faible, d’autres ont eu des crises épileptiques, certains ont décidé d’arrêter le traitement parce que leur qualité de vie avait trop régressé», explique Dre Desjardins.
L’étude est toujours au stade expérimental. «On évalue la toxicité et la dose adéquate à injecter. À chaque patient on apprend à se réajuster», explique la médecin.
L’idée de traiter le cancer avec des virus fait son chemin depuis au moins 100 ans, mais s’est précisée récemment, grâce aux progrès technologiques.
Prudence
Éventuellement, le poliovirus pourrait être utilisé pour traiter d’autres types de cancer.
Dre Desjardins est prudente, il est encore trop tôt pour crier victoire.
«On n’a pas fait assez de suivis encore, mais on est clairement en train de faire un bon de géant dans la recherche sur le cancer», se réjouit-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17033
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Thérapeutique anti-cancer : le virus modifié   Mar 1 Déc 2009 - 15:40

(Dec. 1, 2009) — Ohio State University cancer researchers have developed a tumor-attacking virus that both kills brain-tumor cells and blocks the growth of new tumor blood vessels.

Les chercheurs ont développé un virus qui attaque les tumeurs qui tue les cellules cancéreuses du cerveau et bloque les nouveaux vaisseaux tumoraux.
Their research shows that viruses designed to kill cancer cells -- oncolytic viruses -- might be more effective against aggressive brain tumors if they also carry a gene for a protein that inhibits blood-vessel growth.

La recherche montre que les virus adapté pour tuer les cellules cancéreuses - les virus oncologiques - pourraient être plus efficaces contre les tumeurs au s'ils transportaient aussi un gène pour produire une protéine qui inhibe les vaisseaux sanguins.

The protein, called vasculostatin, is normally produced in the brain. In this study, an oncolytic virus containing the gene for this protein in some cases eliminated human glioblastoma tumors growing in animals and significantly slowed tumor recurrence in others. Glioblastomas, which characteristically have a high number of blood vessels, are the most common and devastating form of human brain cancer.

La protéine appelée vasculostatine est normalement produite par le cerveau. dans l'étude, le virus oncologique contient le gène pour cette protéine et dans quelques cas éliminent les tumeurs du glioblastome qui ont un grand nombre de vaisseaux sanguins et sont les plus dévastatrices des tumeurs au cerveau.

"This is the first study to report the effects of vasculostatin delivery into established tumors, and it supports further development of this novel virus as a possible cancer treatment," says study leader Balveen Kaur, associate professor of neurological surgery and a researcher with the Ohio State University Comprehensive Cancer Center-Arthur G. James Cancer Hospital and Richard J. Solove Research Institute. "Our findings suggest that this oncolytic virus is a safe and promising strategy to pursue for the treatment of human brain tumors.

"This study shows the potential of combining an oncolytic virus with a natural blood-vessel growth inhibitor such as vasculostatin. Future studies will reveal the potential for safety and efficacy when used in combination with chemotherapy and radiation therapy," she says.

The findings were recently published online in the journal Molecular Therapy.
Jayson Hardcastle, a graduate student in Dr. Kaur's laboratory, injected the cancer-killing virus, called RAMBO (for Rapid Antiangiogenesis Mediated By Oncolytic virus), directly into human glioblastoma tumors growing either under the skin or in the brains of mice.
Of six animals with tumors under the skin, those treated with RAMBO survived an average of 54 days. In addition, three of the RAMBO mice were tumor-free at the end of the experiment. Control animals treated with a similar virus that lacked the vasculostatin gene, on the other hand, survived an average of 26 days and none were tumor-free.

Des 6 animaux avec des tumeurs sous-cutanées, ceux traités avec RAMBO ont survécu une moyenne de 54 jours. de plus, 3 des souris RAMBO ont demeuré sans tumeur à la fin de l'expérience. Les animaux de contrôle traités avec un virus similaire qui manque de gène vasculostatine ont survécu 26 jours et aucun restèrent libres de tumeurs.

Of the animals with a human glioblastoma in the brain, five were treated with RAMBO and lived an average of 54 days. One animal remained tumor-free for more than 120 days. Control animals, by comparison, lived an average of 26 days with no long-term survivors.

Des animaux avec un glioblastome humain, 5 ont été traité avec RAMBO et ont vécu 54 jours. Un des naimaux a resté en vie pour plus de 120 jours. Chez les animaux de contrôle, la survie a été en moyenne de 26 jours avec aucun cas de survie à long terme.

In another experiment, the investigators followed the course of tumor changes in animals with tumors in the brain. After an initial period of tumor shrinkage, the remaining cancer cells began regrowing around day 13 in animals given the virus that lacked the blood-vessel inhibitor. In animals treated with RAMBO, tumor regrowth didn't begin until about day 39.

Dans un autre expérience, les chercheurs ont suivi le cheminement des tumeurs dans les animaux avec des tumeurs aux cerveaux. Après une période initiale de rétrécissement des tumeurs, les cellules cancéreuses ont recommencé à recroitre aux alentours du jour 13 chez les animaux auxquels avaient été le virus sans l'inhibiteur de vaisseaux sanguins. Chez les animaux traités avex RAMBO, la tumeur a reprogresser aux alentours du jour 39.

"With additional research, this virus could lead to a new therapeutic strategy for combating cancer," Kaur says.

"Avec des recherches additionnelles, ce virus pourrait conduire à une nouvelle thérapie pour combattre le cancer" dit Kaur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17033
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Un virus pour soigner le cancer.   Dim 28 Oct 2007 - 16:32

One new way to treat individuals with cancer that is being developed is the use of viruses that infect and kill cancer cells while leaving normal cells unharmed. These viruses are known as virotherapeutics.

Un nouveau moyen de combattre le cancer chez les individus est d'utiliser les virus pour infecter et tuer les cellules cancéreuses tandis que les cellules saines ne sont pas attaquer. 3 virus sont connus pour être thérapeuthiques.

In a new study, David Kirn and colleagues at Jennerex Biotherapeutics, San Francisco, have described the development of a new virotherapuetic with antitumor effects in both mice and rabbits.

Dans une nouvelle étude, DAvid Kirn et ses collègues à San Francisco ont décrit le développement d'un nouveau virus thérapeuthique avec des effets anti tumeurs chez les souris et les lapins.

After selecting a highly potent strain of poxvirus that was able to traffic to tumors when administered intravenously to mice the authors engineered the virus such that it would target only specific cancer cells -- those with increased expression of a protein known as E2F and/or activation of signaling downstream of a protein known as EGFR.

Après avoir sélectionner une souche de poxvirus (varicelle je crois ?!) à haut potentiel qui est capable de migrer vers les tumeurs quand administrés de façon intraveineuse aux souris. Les chercheurs ont modifié le virus pour qu'il cible seulment certaines celllules canécreuses spécifiques - celles avec une expression en augmentation de la protéine E2F et/ou l'activation du chemin cellulaire de EGFR.

Further engineering to enable the virus to produce the soluble factor GM-CSF was designed to enhance the induction of anti-tumor immune responses. In addition to its antitumor effects in mice and rabbits, the virotherapeutic showed high selectivity for cancer cells in tumor-bearing rabbits and in human tissue samples, leading the authors to suggest that this virotherapeutic should be tested in clinical trials for the treatment of cancer.

D'autres manipulations ont rendu le virus capable de produire le facteur soluble GM-CSF qui est fait pour augmenter la réponse immunitaire. En addition à ces effets anti-tumeurs chez les souris et les lapins, le virus a montré une haute sélectivité pour les cellules canécreuses chez les animaux et les tissus humains ce qui a conduit les auteurs à demander de tester cette virusthérapie en test clinique pour le traitement du cancer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17033
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Thérapeutique anti-cancer : le virus modifié   Dim 5 Juin 2005 - 19:20

Nouvelle avancée thérapeutique anti cancer

Selon l'article publié dans Proceedings of the National Academy of Sciences par le Pr Paul B. Fisher, professeur de pathologie clinique à la Columbia University, une technique qui utilise un virus modifié peut aider à surmonter un bloquage majeur dans la thérapie génique du cancer.

Cette approche apporte une solution au problème de la destruction involontaire de cellules saines en combattant les cellules cancéreuses. En laboratoire et au cours d'essais sur les animaux, cette méthode a tué les cellules cancéreuses prostatiques mais laissé les cellules saines intactes.

Selon les auteurs cette modalité thérapeutique devrait fonctionner dans différents types de tumeurs comme les tumeurs du sein, du cerveau, des ovaires, de la peau et du colon. Elle sera particulièrement utile pour éradiquer les métastases que l'on ne trouve pas et que l'on ne peut dès lors enlever chirurgicalement ou irradier.

SOURCE: Columbia University, news release, Jan. 25, 2005


Dernière édition par Denis le Dim 27 Mai 2018 - 1:10, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Thérapeutique anti-cancer : le virus modifié   

Revenir en haut Aller en bas
 
Thérapeutique anti-cancer : le virus modifié
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une nouvelle thérapie basée sur un virus.
» Le virus du herpès modifié.
» les derniers virus en circulation
» La théorie gravitationnelle modifiée.
» Virus?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: