AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Vitamine d et cancer du sein.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15763
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Vitamine d et cancer du sein.   Mar 9 Juil 2013 - 11:49

C'est un article intéressant sur la quantité de Vitamine D qui est nécessaire soit pour éviter le cancer, soit pendant le cancer. Cela a une incidence par exemple sur les douleurs ressenties dans les os pour les femmes qui prennent de l'aromatase.
Je crois que ça peut combattre le cancer aussi et ils disent que les doses données ne peuvent pas être standard pour tout le monde alors que les médecins donnent des doses standards. La vitamine D s'obtient en prenant du soleil et en pharmacie (calcitrol).

Ils disent que ça a une influence sur le cancer du également et sur celui de la , ça semble moins certain . sur d'autres cancers aussi comme celui du




Integrative Medicine Service, Memorial Sloan-Kettering Cancer Center, New York
June 25, 2013, Volume 4, Issue 10


To overcome genetic variability in receptors, monitoring vitamin D levels and titrating supplementation to achieve target levels may be more prudent than administering a single vitamin D dose to all patients. Large randomized controlled trials designed to address specific oncology-relevant endpoints are warranted to define optimal vitamin D level(s) in oncology.
—Kathleen M. Wesa, MD, (top), and Barrie R. Cassileth, MS, PhD

Integrative Oncology is guest edited by Barrie R. Cassileth, MS, PhD, Chief of the Integrative Medicine Service and Laurance S. Rockefeller Chair in Integrative Medicine at Memorial Sloan-Kettering Cancer Center, New York.

The Integrative Medicine Service at Memorial Sloan-Kettering Cancer Center developed and maintains a free website—About Herbs (www.mskcc.org/aboutherbs)—that provides objective and unbiased information about herbs, vitamins, minerals, and other dietary supplements, and unproved anticancer treatments. Each of the 265 and growing number of entries offer health-care professional and patient versions, and entries are regularly updated with the latest research findings.

In addition, the About Herbs app, Memorial Sloan-Kettering Cancer Center’s very first mobile application, was launched last fall. In the week following its release on September 21, the app was downloaded more than 6,300 times, making it #4 on the top new medical apps chart. The app is compatible with iPad, iPhone, and iPod Touch devices, and can be downloaded at http://itunes.apple.com/us/app/about-herbs/id554267162?mt=8.

Technically, vitamin D is a secosteroid hormone, not a vitamin. Increasing evidence indicates that vitamin D exerts effects beyond calcium homeostasis. Importantly, for example, higher serum vitamin D levels are associated with better cancer outcomes, including survival.1-3 The protective effects of vitamin D result from its role as a nuclear transcription factor that regulates cell growth,4 differentiation,5 and a wide range of cellular mechanisms crucial to the development and progression of cancer. Vitamin D acts as an immunomodulator through multiple pathways and enhances immune tolerance.6

Serum vitamin D levels influence both gene expression and regulation in hundreds of genes.7 Vitamin D activates the Wnt-cadherin pathway, and vitamin D deficiency permits increased colon cancer cell growth.8 Vitamin D increases aromatase inhibition9 and decreases both VEGF and IL-8 synthesis.6

New evidence indicates that vitamin D plays a role in BRCA1-mediated cancers and may modulate triple-negative breast cancer by preventing cathepsin L–mediated degradation of 53BP1.10 BRCA1 deficiency induces increased degradation of 53BP1 in breast cancer cells, facilitating unregulated cellular growth. Because administration of vitamin D reverses the 53BP1 degradation, thus enhancing serum vitamin D levels, therapeutic benefits in triple-negative breast cancer and other BRCA1-mediated cancers may result.10

Vitamin D Synthesis

Vitamin D is predominantly synthesized in two steps: First, calcidiol (25-hydroxy vitamin D) is formed from ergocalciferol (D2) or cholecalciferol (D3) via 25-hydroxylation in the liver by CYP2R1, CYP27A1, or CYP3A4. Calcidiol then undergoes 1α-hydroxylation primarily in the kidney via CYP27B1, resulting in its active form, calcitriol (1, 25-dihydroxy vitamin D).

Local calcitriol tissue synthesis also occurs through activation of the vitamin D receptor, driven by the serum concentration of calcidiol. Local calcitriol synthesis also has been demonstrated in cancerous cell lines in colorectal,11 breast,12 and prostate13 tissues. Because extraskeletal benefits of vitamin D are likely secondary to local synthesis, enhancing serum vitamin D levels may provide tissue-specific protective effects.

Vitamin D and Cancer Prevention

The strongest and most consistent evidence for vitamin D’s protective effects is seen in patients with colorectal14 and breast cancer.1 Some epidemiologic studies suggest that vitamin D levels of approximately 30 ng/mL may protect against breast cancer15; while meta-analyses conclude at least 50 ng/mL is required to decrease risk by 50%.16 Meta-analyses find a 50% decreased incidence of colorectal cancer with serum vitamin D levels ≥ 33 ng/mL.17

Prostate cancer data are inconsistent.18 Prostate cells can lose their vitamin D receptor as they become more anaplastic, rendering cells resistant to vitamin D’s antiproliferative effects.13 This vitamin D receptor loss provides insight into potential mechanisms behind U-shaped survival curves, where both higher and lower serum vitamin D levels show worse survival. Similar mechanisms may be in effect for pancreatic and other cancers, as higher levels were associated with poorer outcomes in the Vitamin D Pooling Project.19

Two prospective trials that are underway address whether vitamin D3 supplementation helps prevent cancer. The VITamin D and OmegA-3 TriaL (VITAL) uses a 2×2 factorial design with vitamin D3 at 2,000 IU daily with or without omega-3 fatty acid supplementation to assess cancer and cardiovascular disease incidence in 20,000 subjects. The three-armed FINnish Vitamin D (FIND) trial administers vitamin D3 at 1,600 or 3,200 IU daily vs placebo and will study the incidence of cardiovascular disease and cancer in 18,000 participants.

Different Doses May Achieve Similar Serum Levels

Vitamin D receptor genetics may contribute to the detrimental effects of low vitamin D.20 Receptor variability and medications can alter vitamin D metabolism, affecting daily vitamin D requirements needed to maintain steady serum levels. Vitamins D3 and D2 are fat-soluble; therefore, coadministration with resin binders such as cholestyramine or clinical malabsorption syndromes decrease vitamin D absorption. Vitamin D2 has a shorter half-life and is approximately 80% less potent than vitamin D3.

Calcidiol is synthesized by CYP3A4, and calcitriol induces CYP3A4. Thus, there is theoretical potential for serum drug alterations in medications that utilize the CYP3A4 pathway. That said, a recent review21 concluded there was insufficient evidence regarding most interactions.

Breast Cancer and Aromatase Inhibitors

Aromatase inhibitors utilize CYP3A4, which may increase the vitamin D daily requirement. Higher serum vitamin D levels than typically achieved with most vitamin D3 maintenance doses may be required to decrease aromatase inhibitor treatment–related side effects. Vitamin D has tissue-selective aromatase inhibitor action9 and may also modulate aromatase inhibitor–associated osteoporosis.

The B-ABLE study of 232 women on aromatase inhibitors for early breast cancer showed significantly decreased aromatase inhibitor–associated bone density loss after 1 year of aromatase inhibitor treatment in women with serum vitamin D levels ≥ 40 ng/mL22 compared with levels < 30 ng/mL. Women with vitamin D ≥ 40 ng/mL at 3 months post–aromatase inhibitor initiation had reduced bone loss of 1.7% (P = .005) compared to women with levels < 30 ng/mL.

Phase II trials using vitamin D supplementation to prevent aromatase inhibitor–associated arthralgias showed increased arthralgias with vitamin D < 40 ng/mL. A pilot trial using cholecalciferol (vitamin D3) supplementation showed significantly decreased aromatase inhibitor–associated arthralgias with vitamin D levels > 66 ng/mL.23 Another randomized controlled trial using 50,000 IU of vitamin D2 showed significant reduction in arthralgias with weekly vitamin D2 administration, which dissipated once dose was decreased to 50,000 IU monthly.24 Larger confirmatory randomized controlled trials are needed.

Conflicting Recommendations

The Institute of Medicine (IOM),25 U.S. Preventive Services Task Force,26,27 and Endocrine Society28 published conflicting recommendations regarding vitamin D sufficiency. A 2011 IOM report recommends at least 20 ng/mL for skeletal health, whereas the Endocrine Society requires > 30 ng/mL. Neither may be applicable to the oncology setting.

Long-term vitamin D3 use of 10,000 IU daily has been shown safe,29 and risk of toxicity even with serum levels of 150 ng/mL is minimal.30 Most intervention trials have not reported vitamin D levels > 60 ng/mL; thus, the overall risk-benefit ratio of enhanced serum levels remains undefined.

Population-based screening for vitamin D deficiency is not recommended, but determining vitamin D levels in patients at risk for falls, osteoporosis, or other complications of vitamin D deficiency is appropriate. Vitamin D testing does not ensure adequate vitamin D levels, given the inconsistency in responses to vitamin D supplementation and the wide variability in over-the-counter product potency.31

Concluding Thoughts

The IOM guidelines do not appear to be useful in the oncology setting. More aggressive vitamin D3 administration may be required to achieve serum vitamin D levels in a range adequate to determine risk-benefit ratio, especially for patients receiving aromatase inhibitors.

To overcome genetic variability in receptors, monitoring vitamin D levels and titrating supplementation to achieve target levels may be more prudent than administering a single vitamin D dose to all patients. Large randomized controlled trials designed to address specific oncology-relevant endpoints are warranted to define optimal vitamin D level(s) in oncology. ■

-----

Service de médecine intégrative, Memorial Sloan-Kettering Cancer Center, New York
25 juin 2013, Volume 4, Issue 10


Pour surmonter la variabilité génétique des récepteurs, la surveillance des niveaux de vitamine D on doit être plus prudents que juste l'administration d'une dose unique de vitamine D pour tous les patients. De grands essais randomisés visant à répondre à des questions d'oncologie pertinentes et spécifiques sont nécessaires pour définir le niveau optimal de vitamine D en oncologie.

Le service de médecine intégrative à l'Université Memorial Centre Sloan-Kettering Cancer a développé et maintient un site Web à propos d'herbes (www.mskcc.org / aboutherbs) qui fournit des informations objectives et impartiales sur les herbes, vitamines, minéraux et autres compléments alimentaires, et autres traitements anticancéreux non prouvés. Chacun des 265 (et un nombre croissant d'entrées) offre une versions professionnelle de soins de santé, et les entrées sont régulièrement mises à jour avec les derniers résultats de la recherche.

Techniquement, la vitamine D est une hormone sécostéroïde, pas une vitamine. En plus des preuves indiquent que la vitamine D exerce des effets au-delà de l'homéostasie du calcium. Par exemple, des niveaux plus élevés sériques de vitamine D sont associés à de meilleurs résultats sur le cancer, y compris survie. Les effets protecteurs de la vitamine D Résultent de son rôle en tant que facteur de transcription nucléaire qui régule la croissance cellulaire, de la différenciation,  et d'une large gamme de mécanismes cellulaires essentiels pour le développement et la progression du cancer. La vitamine D agit comme un immunomodulateur par des voies multiples et améliore la tolérance immunitaire.

Les taux sériques de vitamine D influencent à la fois l'expression du gène et de la réglementation dans des centaines de genes. La vitamine D active la voie de signalisation Wnt-cadhérine, et la carence en vitamine D permet la croissance de cellules du cancer du côlon. La vitamine D augmente  inhibition de l'aromatase et diminue à la fois le VEGF et la synthèse de IL-8.

De nouvelles preuves montrent que la vitamine D joue un rôle dans les cancers BRCA1 et peut moduler le cancer du sein triple négatif en empêchant la degradation de la cathepsine L médiée par 53BP1.10 déficience du gène BRCA1 induit une dégradation accrue 53BP1 dans les cellules de cancer du sein, en facilitant la croissance cellulaire non régulée. Parce que l'administration de la vitamine D renverse la dégradation 53BP1, améliorant ainsi les taux sériques de vitamine D, les avantages thérapeutiques dans le cancer du sein triple négatif et d'autres cancers BRCA1.

La synthèse de la Vitamine D

La vitamine D est essentiellement synthétisé en deux étapes: d'abord, le calcidiol (25-hydroxy vitamine D) est formée à partir d'ergocalciférol (D2) ou le colécalciférol (D3) par l'intermédiaire de 25-hydroxylation au niveau hépatique par CYP2R1, CYP27A1, ou CYP3A4. Le calcidiol subit ensuite 1α-hydroxylation principalement dans le rein via CYP27B1, résultant en sa forme active, le calcitriol (1, 25-dihydroxy vitamine D).

La synthèse des tissus de calcitriol local se produit également par l'activation du récepteur de la vitamine D, entraîné par la concentration sérique de calcidiol. La synthèse de calcitriol locale a également été démontrée dans des lignées cellulaires cancéreuses colorectales, du sein , 12 et des tissus de la prostate. Comme les prestations extrasquelettiques de vitamine D sont probablement secondaire à la synthèse locale, l'amélioration des taux sériques de vitamine D peut fournir des effets protecteurs des tissus spécifiques.

La vitamine D et la prévention du cancer

La preuve la plus solide et la plus cohérente pour les effets protecteurs de la vitamine D est observé chez les patients avec des cancers colorectaux et du sein. Certaines études épidémiologiques suggèrent que les niveaux de vitamine D d'environ 30 ng / ml peuvent protéger contre le cancer du sein, tandis que les méta-analyses concluent qu'au moins 50 ng / ml est nécessaire pour diminuer le risque de 50% .Les méta-analyses trouvent une diminution de 50% del'incidence du cancer colorectal avec la vitamine D sérique à des niveaux de ≥ 33 ng/mL.17

Les données sur le cancer de la prostate sont inconsistent. Les cellules de la prostate peuvent perdre leur récepteur de la vitamine D, ils deviennent plus anaplasique, rendant les cellules résistantes aux effets anti-prolifératif. Cette perte du récepteur de la vitamine D donne un aperçu sur les mécanismes potentiels derrière les courbes de survie en forme de U, dont les deux taux de vitamine D sérique supérieurs et inférieurs montrent le pire taux de survie. Des mécanismes similaires peuvent être en vigueur pour les cancers pancréatiques et autres, comme si des niveaux plus élevésde vitamine D étaient associés à de moins bons résultats.

Deux essais prospectifs qui sont en cours s'intéresse à la question à savoir si la supplémentation en vitamine D3 aide à prévenir le cancer. L'essai avec la vitamine D et oméga-3  (VITAL) utilise un facteur 2 × 2  avec la vitamine D3 à 2.000 UI par jour avec ou sans supplémentation en acides gras oméga-3 pour évaluer l'incidence du cancer et de maladies cardiovasculaires chez 20.000 sujets. Dans l'essai finlandais à trois bras sur la vitamine D (FIND), on  administre la vitamine D3 à 1600 ou 3200 Unités vs placebo tous les jours et on étudiera l'incidence des maladies cardiovasculaires et le cancer chez 18.000 participants.

Les Différentes doses peuvent atteindre des niveaux sériques similaires

Les récepteurs de vitamine D génétiques peuvent contribuer aux effets néfastes de la vitamine D. Les variables et médicaments à faible récepteur peuvent modifier métabolisme de la vitamine D, ce qui affecte les besoins quotidiens de vitamine D nécessaires pour maintenir les niveaux sériques à l'équilibre. Vitamines D3 et D2 sont liposolubles, par conséquent, l'administration concomitante avec des liants de résine comme la cholestyramine ou syndrome de malabsorption cliniques diminuent l'absorption de vitamine D. La vitamine D2 a une demi-vie plus courte et est environ 80% moins puissant que la vitamine D3.

Le Calcidiol est synthétisée par le CYP3A4 et CYP3A4 calcitriol et induit le calcitriol. Ainsi, il existe un potentiel théorique d'altérations sériques de médicaments dans les médicaments qui utilisent la voie du CYP3A4. Cela dit, un revue récente a conclu qu'il y avait suffisamment de preuves en ce qui concerne la plupart des interactions.

Le Cancer du sein et les inhibiteurs de l'aromatase

Les inhibiteurs d'aromatase utilisent CYP3A4, ce qui peut augmenter le besoin en vitamine D par jour. Des niveaux plus élevés de sérum de vitamine D que généralement obtenus avec la plupart des doses d'entretien vitamine D3 peut être nécessaire de diminuer inhibiteur de l'aromatase des effets secondaires liés au traitement. La vitamine D est un inhibiteur de l'aromatase sélective des tissus et peut également moduler l'aromatase et inhiber l'ostéoporose associé.

L'étude B-ABLE de 232 femmes sur les inhibiteurs de l'aromatase pour le cancer du sein au stade précoce a montré une diminution significative de la perte de densité osseuse associée aux inhibiteurs d'aromatase après 1 an de traitement avec l'inhibiteur de l'aromatase chez les femmes ayant un taux sérique de vitamine D niveaux ≥ 40 ng/mL22 par rapport aux niveaux <30 ng / ml. Les femmes avec de la vitamine D ≥ 40 ng / ml à 3 mois d'initiation inhibiteur post-aromatase avaient réduit la perte osseuse de 1,7% (P = .005) par rapport aux femmes ayant des taux <30 ng / mL.

Les essais de phase II utilisant des suppléments de vitamine D pour prévenir L'althralgie associée aux inhibiteurs d'aromatase ont montré une augmentation des arthralgies avec de la vitamine D <40 ng / mL. Un essai pilote utilisant la supplémentation en cholécalciférol (vitamine D3) a montré une diminution significative des athralgies associées aux inhibiteurs d'aromatase avec les niveaux de vitamine D> 66 ng/mL.23 Un autre essai contrôlé randomisé en utilisant 50.000 UI de vitamine D2 a montré une réduction significative des arthralgies avec l'administration hebdomadaire de vitamine D2, qui dissipée une fois la dose a été réduite à 50.000 UI monthly.De grands essais randomisés de confirmation sont nécessaires.

Recommandations contradictoires

L'Institute of Medicine (IOM), Preventive Services Task Force US, et Societé endocrinienne a publié des recommandations contradictoires quant à la suffisance en vitamine D. Un rapport de l'IOM 2011 recommande au moins 20 ng / mL pour la santé du squelette, alors que l'Endocrine Society demande > 30 ng / mL.

L'utilisation de vitamine D3  de 10.000 UI par jour à long terme a été démontré sûr, et le risque de toxicité, même avec des taux sériques de 150 ng / ml est minimal.La plupart des essais d'intervention ont pas rapporté des niveaux de vitamine D> 60 ng / mL, ainsi, le rapport bénéfice-risque global de taux sériques accru reste indéfini.

Dépistage basé sur la population de carence en vitamine D n'est pas recommandée, mais la détermination des niveaux de vitamine D chez les patients à risque d'ostéoporose, ou d'autres complications de la carence en vitamine D est approprié. Le test de vitamine D ne garantit pas un niveau adéquat de vitamine D, compte tenu de l'incohérence dans les réponses à la supplémentation en vitamine D

Réflexions finales

Les lignes directrices de l'OIM ne semblent pas être utiles dans le cadre de l'oncologie. L'administration plus agressive de vitamine D3 peut être nécessaire pour atteindre les niveaux de vitamine D sérique pour déterminer le rapport bénéfice-risque, en particulier chez les patientes recevant des inhibiteurs de l'aromatase.

Pour surmonter la variabilité génétique des récepteurs, la surveillance des niveaux de vitamine D peut être plus prudente que l'administration d'une dose unique de vitamine D pour tous les patients. De grands essais spécifiques randomisés visant à répondre à des questions en oncologie sont pertinents et sont nécessaires pour définir le niveau de vitamine D optimal en oncologie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Plumedange



Nombre de messages : 693
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Vitamine d et cancer du sein.   Lun 16 Mai 2011 - 12:16

La Vitamine D est relativement peu répandue dans la nature. On la trouve essentiellement dans les aliments d'origine animale, ainsi que dans quelques aliments d'origine végétale :
• Origine Animale : Sous forme de Cholécalciférol la Vitamine D est présente essentiellement dans les huiles de foie de poissons.
• Origine Végétale : Sous forme d'Ergocalciférol, la Vitamine D est présente dans les champigons, les levures et les céréales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15763
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Vitamine d et cancer du sein.   Dim 8 Mai 2011 - 14:52

ROCHESTER, New York – Les femmes souffrant d’un cancer du sein et affichant un bas niveau de vitamine D seraient aux prises avec des tumeurs plus agressives, selon une étude menée par des chercheurs de l’Université de Rochester. Les pronostics de survie sont également moins favorables en cas de carence de cette vitamine.

«En se basant sur ces résultats, les médecins devraient surveiller les taux de vitamine D chez leurs patientes souffrant d’un cancer du et le corriger si nécessaire», explique l’auteur principal de cette étude, Luke J. Peppone.

Les chercheurs ont analysé les données correspondant à 155 femmes qui avaient subi une chirurgie pour traiter leur cancer du sein, comparant la progression de la maladie et leur taux de vitamine D.

Ces travaux ont permis de faire le lien entre les tumeurs très agressives et un bas niveau de vitamine D. Les chercheurs ont constaté que la gravité du cancer semblait inversement proportionnelle au niveau de vitamine relevé chez les patientes.

Selon Luke J. Peppone, d’autres travaux seront nécessaires pour tirer totalement au clair le lien existant entre cancer du sein et vitamine D, mais il souligne que d’ores et déjà, on a fait la preuve qu’il est important de mesurer le taux de vitamine D chez les femmes souffrant d’un cancer du sein.

Actuellement, la dose quotidienne recommandée au Canada et aux États-Unis est de 600 UI. Toutefois, des quantités supérieures sont souvent prescrites aux malades du cancer.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Plumedange



Nombre de messages : 693
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Vitamine d et cancer du sein.   Lun 19 Mai 2008 - 15:01

ok merci Denis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15763
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Vitamine d et cancer du sein.   Ven 16 Mai 2008 - 6:32

Vitamin D deficiency linked to breast cancer, study finds



Une insufficance de vitamine D serait lié au cancer du




Patients with deficient levels at the time of diagnosis are more likely to have their cancer metastasize and turn deadly, researchers say. But experts caution against treating cancer with supplements.

Les patientes avec des niveaux déficients de vitamine d sont plus à risque de voir leur cancer métastaser. Mais les chercheurs mettent en gardent du même souffle contre le traitement du cancer par les suppléments.

By Thomas H. Maugh II, Los Angeles Times Staff Writer

May 16, 2008

Women who had a vitamin D deficiency when they were diagnosed with breast cancer were 94% more likely to have their cancer metastasize and 73% more likely to die within 10 years, Canadian researchers reported Thursday.

Les femmes qui ont un niveau de vitamine D insuffisant ont 94 % plus de risques de voir leur cancer métastaser.

The team also found that only 24% of the women in its study had what are normally considered adequate levels of vitamin D at the time of the diagnosis.

Seulement 24% des femmes de l'étude avaient un niveaude vitamine D suffisant.

The study represents "the first time that vitamin D has been linked to breast cancer progression," said Dr. Pamela Goodwin of Mount Sinai Hospital in Toronto, who led the study.

C'est la première fois qu'on liait la vitamine D à la progression du cancer du

The results are "very provocative," said Dr. Joanne Mortimer, a breast cancer specialist at City of Hope Comprehensive Cancer Center in Duarte, who was not involved in the study.

"There is some evidence that some of the drugs we use to treat breast cancer, such as aromatase inhibitors, need vitamin D to be activated and metabolized."

"Il y a des preuves que quelques uns des médicaments que nous utilisons pour traiter le cancer du sein comme les inhibiteurs d'aromatase ont besoin de vitamine D pour être actifs et métaboliser.

Some women who take the drugs get joint aches, Mortimer said, and when they are put on vitamin D, "they get better."

Experts cautioned, however, that it was too soon to recommend vitamin D supplements as a general treatment for breast cancer.

Les experts mettent en garde et disent qu'il est trop tot pour recommander la vitamine D comme traitement général pour le cancer du

"We have no idea whether correcting a vitamin D deficiency will in any way alter these outcomes," said Dr. Julie Gralow of the University of Washington, who was not involved in the study.

"Nous ne savons pas si corriger la défience en vitamine d va changer les résultats" dit le docteur Julie Gralow qui n'était pas impliquée dans l'étude.

The study was released by the American Society for Clinical Oncology. It will be presented next month in Chicago at the society's annual meeting.

Separately, a team from UC San Diego reported Thursday in the Breast Journal that global breast cancer incidence was linked to the amount of sunlight received annually. The skin makes vitamin D when exposed to sunlight.

The vitamin is also found in certain foods, but in a less effective form than the vitamin D manufactured by the body.

Earlier studies have suggested that vitamin D may prevent prostate and colon cancer. In laboratory dishes and animals, the chemical blocks the formation of new blood vessels feeding tumors and interferes with the growth of abnormal cells.

About 215,000 cases of breast cancer are diagnosed in the United States each year and 41,000 women die from it.

In the Canadian study, sponsored by the Breast Cancer Research Foundation, Goodwin and her colleagues studied 512 Toronto women who were diagnosed with breast cancer between 1989 and 1995, using stored blood samples taken at the time of diagnosis.

They found that 37.5% of the women were deficient in vitamin D and 38.5% had levels considered insufficient.

Ten years after their diagnosis, 83% of those who had adequate vitamin D levels were still alive, compared with 79% of those with insufficient levels and 69% of those who were deficient.

10 ans après le diagnostic 83 % des femmes avec des niveaux adéquats de viamine D vivent encore comparativement à 79% de celles qui avaient des déficiences et 69% d'un autre groupe encore plus carencé.

None of the patients were given vitamin D supplements.

Worldwide, approximately 1,150,000 women develop breast cancer each year and 410,000 die from it.

Epidemiologist Frank C. Garland, of the Moores Cancer Center at UC San Diego, and his colleagues used data that recently became available from an international database of cancer incidence, called Globocan, developed by the World Health Organization's International Agency for Research on Cancer.

They plotted countrywide incidence of breast cancer for each country against that country's latitude.

Controlling for known variables such as meat, vegetable and alcohol intake, cigarette consumption, weight and fertility, they found that breast cancer incidence rose with increasing distance from the equator -- and thus with decreasing exposure to sunlight.

Incidence rates were about 30 cases per 100,000 at the equator and reached 90 to 100 per 100,000 at latitudes that encompassed New Zealand, Uruguay, France, Iceland and the United States.


Dernière édition par Denis le Lun 16 Juin 2008 - 18:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vitamine d et cancer du sein.   Aujourd'hui à 8:13

Revenir en haut Aller en bas
 
Vitamine d et cancer du sein.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vitamine K
» S'engager au sein d'une association/Soutenir une cause
» Un peu de vitamine D ?
» Le parler de l'île de Sein
» La vitamine C : à quoi sert-elle, et où la trouve-t-on ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: