AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Vulgarisation scientifique sur le cancer.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Vulgarisation scientifique sur le cancer.   Mar 18 Sep 2012 - 11:27

L’UQAR, Telus, l’Agence de la santé et les CSSS de la région s’unissent pour organiser des conférences sur la santé qui s’adressent à toute la population. La première série, offerte cet automne, comprendra six conférences sur le cancer.

C’est la première fois qu’une série de conférences sur la santé est orchestrée à une aussi grande échelle. « Notre organisons des conférences grand public pour favoriser un partage de connaissances et d’échanges dynamiques entre des professionnels de la santé et la population », explique le recteur de l’UQAR, Jean-Pierre Ouellet. Michel Plante, de l’Agence de la santé et des services sociaux du Bas-Saint-Laurent, ajoute que les conférences visent à fournir aux citoyens de l’information et des outils qui leur permettront d’agir positivement sur leur santé, de mieux prévenir les maladies mais aussi de mieux comprendre les traitements.

La première série de conférences s’échelonnera du 16 octobre au 20 novembre. Chacune des conférences aura lieu le mardis soir, à compter de 19h, à l’amphithéâtre Ernest-Simard de l’UQAR (F-210). La première conférence aura pour thème « Qu’est-ce que le cancer ? » et sera donnée le 16 octobre par le Dr André Blais, hémato-oncologue au CSSS de Rimouski-Neigette. Suivront la conférence des Dres Mélanie Gionet et Sabrina Selmani portant sur les principaux traitements du cancer, le 23 octobre, la conférence de la Dre Katerine Marquis ayant pour thème « Le parcours typique d’un patient atteint de cancer », le 30 octobre, celle du Dr Sylvain Leduc sur la prévention du cancer, le 6 novembre, la conférence du Dr Jean Lépine portant sur la recherche, le 13 novembre et finalement, celle de Cristina Scholand, psychologue en oncologie, le 20 novembre.

Notons également la participation du Centre d’expertise en santé de Sherbrooke dans l’organisation de ces événements. Les CSSS de Rimouski-Neigette et de La Mitis sont également des partenaires de premier ordre.

Dans le Bas-Saint-Laurent, 1200 nouveaux cas de cancer sont dénombrés chaque année. 40 % à 45 % des Canadiens auront un diagnostic de cancer au cours de leur vie. Heureusement, la grande majorité d’entre eux survivront.
Principal commanditaire de la série de conférences, Telus note que le développement des technologies permet de plus en plus aux Québécois de prendre leur santé en main.

Les six conférences de l’automne sont accessibles au prix de 90 $ (pour la série). Un prix de 70 $ sera chargé aux étudiants. Les formulaires d’inscription sont disponibles sur le site de l’UQAR. Pour s’inscrire, les gens peuvent également composer le 418 723-1986, poste 1818.
D’autres séries de conférences sont également prévues pour l’an prochain, dont une qui portera sur la douleur au printemps.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Vulgarisation scientifique sur le cancer.   Jeu 24 Fév 2011 - 11:26

Chapeauté par plusieurs scientifiques, le projet vise à répertorier, en Bretagne, toutes les plantes pouvant être exploitées pour combattre la maladie.

Un éden contre le cancer... L'idée a de quoi séduire. Qui ne rêve pas de faire une cure santé en déambulant avec flegme dans les allées d'un parc ensoleillé. Si la réalité est moins bucolique, l'enjeu reste néanmoins de taille. "Le but est de présenter au grand public toutes les plantes liées au traitement et à la prévention du cancer", résume Pierre Da Silva, responsable du Jardin de Plantes Anticancéreuses (JPAC), bientôt installé sur la commune de Saint Pol de Léon, en Bretagne. Quatre types de végétaux y trouveront leur place.

Tout d'abord, les plantes dont la molécule est utilisée en chimiothérapie, telle l'if ou la pervenche de madagascar. Ensuite, celles qui peuvent être utilisées pour la prévention des cancers, comme les brassicaées, légumes de la famille des choux (choux fleurs, brocoli...), mais aussi l'ail. Certaines plantes peuvent être utilisées comme adjuvant, c'est-à-dire qu'elles aident à combattre les effets secondaires des traitements chimiothérapiques. Parmi celles-ci, on retrouve les molécules issues de l'ananas, du curcuma ou encore de l'ail. Enfin, une partie du jardin sera allouée à des expositions temportaires, comme la phytothérapie, la médecine par les plantes, ou la biodiversité.

Ce projet, sur l'initiative du Dr Meijer, chercheur du CNRS à la station biologique de Roscoff, est sans précédent en Europe. Après des années de recherches, "il a souhaité créer un moyen ludique et pédagogique pour faire connaître ces plantes aux vertus méconnues", raconte Pierre Da Silva. Mais son jardin se veut, aussi, un terrain de travaux scientifiques. Certains végétaux ne sont en effet pas du tout étudiés, alors même qu'ils appartiennent à des familles dont certains membres sont connus pour aider les traitements anti-cancer. Des plantations expérimentales occuperont donc une partie de l'espace vert. Mais avant d'obtenir des résultats, il faudra patienter. "C'est très long, confirme Pierre Da Silva. De la plante au médicament, plus de quinze années peuvent s'écouler. Sur 10 000 molécules testées, une ou deux seulement aboutissent à un traitement."

Les travaux d'aménagement démarrent le 24 février, mobilisant notamment les élèves de quatrième et de première de l'Institut rural de Lesneven. Le jardin sera "probablement visitable" dès 2011, promettent ses organisateurs, mais il ne sera "totalement abouti" qu'à partir de l'année suivante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Vulgarisation scientifique sur le cancer.   Dim 30 Jan 2011 - 13:10

Dans le cadre du Plan cancer 2009-2013, l'Institut national du cancer fait le bilan ce jeudi 27 janvier des avancées de sa plateforme d'informations, Cancer Info. Disponible sous trois formes - guides d'informations imprimés, rubrique Internet et ligne téléphonique, elle s'adresse aux personnes atteintes de cette maladie, ainsi qu'à leur entourage. En partenariat avec la Ligue nationale contre le cancer, une campagne de promotion va être lancée le 29 janvier pour mieux faire connaître encore ce dispositif.



Tout d'abord, l'Institut national du cancer rappelle qu'au début de leur prise en charge médicale les patients reçoivent des guides d'informations, au format papier de 50 à 100 pages, pour les accompagner tout au long de leur traitement. 19 références sont disponibles, dont 14 dans la collection "Cancer Info". En 2011, viendront s'ajouter notamment Les traitements du cancer du sein, Les traitements du cancer du col de l'utérus, ou encore Les traitements du cancer du rein.

En ce qui concerne la rubrique Cancer Info, sur le site Internet E-cancer.fr, l'Institut national du cancer note une hausse de fréquentation mensuelle, passant de près de 11.000 à son lancement, en novembre 2009, à près de 40.500 visites en décembre dernier. Rappelons que cette rubrique est organisée selon quatre thèmes : Les cancers, Pendant le traitement, Après le traitement et Ressources pratiques.

La ligne téléphonique Cancer info, joignable au 0810 810 821 (prix d'un appel local), voit son nombre d'appels se stabiliser à environ 1.000 appels par mois depuis le début de l'année 2010. Est à noter que 7 appels sur 10 sont effectués par des femmes.

En 2011, l'Institut national du cancer, en partenariat avec la Ligue national contre le cancer, lance le 29 janvier une campagne d'information et de promotion en radio, pour se développer ensuite notamment sur la Toile.

Des affichettes seront par ailleurs déployées dans les offices des professionnels de santé et dans les lieux d'informations des patients. Comme slogan pour promouvoir Cancer Info, les personnes pourront lire par exemple : "Quand le cancer devient mon cancer, j'ai besoin d'en parler et qu'on m'écoute". Un dépliant de présentation et des cartes mémo complètent par ailleurs ce dispositif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Vulgarisation scientifique sur le cancer.   Sam 7 Juin 2008 - 12:22

Comprendre les cancers: un espace de vulgarisation sur le site de l'INCa
Il y a 1 jour

PARIS (AFP) — L'Institut national du cancer (INCa) a lancé un nouvel espace de vulgarisation scientifique sur son site internet (www.e-cancer.fr), présentant différents moyens de faire face à cette maladie qui reste la plus redoutée des Français.

"Est-ce qu'on peut prévenir tous les cancers ?", "Quels sont les signes qui doivent m'alerter ?", "Comment choisir le lieu où l'on va être soigné ?", "Est-ce que participer à un essai clinique, ça n'est pas servir de cobaye ?": partant de questions qui se posent dans la vie de tous les jours, ce nouvel espace, nommé "Cancer, il y a des moyens pour agir", a l'ambition de rendre accessibles des notions scientifiques et médicales parfois complexes.

Il vise à "lutter contre le sentiment d'impuissance" face à la maladie en expliquant "les moyens pour agir": prévenir, détecter tôt, soigner et chercher, explique l'INCa.

L'institut lance également, du 9 au 29 juin, une campagne à la télévision donnant la parole à quatre "héros ordinaires", des personnes touchées par le cancer qui témoignent des moyens existant pour lutter contre la maladie.

Entre 1980 et 2005, le nombre de nouveaux cas de cancer a quasiment doublé chez l'homme (+93%) et fortement augmenté chez la femme (+84%), atteignant 320.000 par an. Une hausse due à l'augmentation et au vieillissement de la population, aux progrès du diagnostic et du dépistage, mais aussi à "une augmentation réelle du risque", liée essentiellement aux modes de vie, souligne l'INCa.

Dans le même temps, le nombre de décès par cancer a diminué de 24% (146.000 décès en 2005).

Les contenus de l'espace internet "Cancer, il y a des moyens pour agir" seront rassemblés sur un DVD disponible à partir de septembre sur simple demande auprès de Cancer Info Service (0810 810 821).

Toujours avec la volonté de "promouvoir un nouveau regard sur les cancers", l'INCa a par ailleurs inauguré jeudi à Paris une exposition photographique en plein air, dans le Parc de la Villette (XIXe arrondissement). Jusqu'au 30 juin seront exposés une trentaine de portraits de "héros ordinaires", réalisés par le photographe Jean-Gabriel Barthélémy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vulgarisation scientifique sur le cancer.   Aujourd'hui à 12:12

Revenir en haut Aller en bas
 
Vulgarisation scientifique sur le cancer.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Magazines de vulgarisation scientifique ?
» Avis de lecture pour livre de vulgarisation scientifique
» Publications et vulgarisation scientifique
» 2010: Le 07/03 vers 10h30 - Qui a vu comme moi une énorme lumière ds le ciel à Bxl ? (Belgique)
» livre et blog de vulgarisation math et physique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Société-
Sauter vers: