AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le téléphone portable et le cancer.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le téléphone portable et le cancer.   Jeu 6 Oct 2016 - 14:08

C'est l'étude qui change la donne, selon plusieurs sceptiques et experts. Le 26 mai dernier, les patrons du National Toxicology Program (NTP) américain ont jugé ses résultats préliminaires assez importants pour les dévoiler en ligne avant leur publication dans une revue scientifique. Cette étude révèle que les ondes d'un téléphone cellulaire causent les mêmes types de tumeurs chez les rats que chez les gens qui parlent au cellulaire trente minutes par jour en moyenne pendant au moins dix ans. On parle ici notamment du gioblastome, un cancer du cerveau très agressif dont l'incidence augmente sans cesse depuis la fin des années 1980.

La plus vaste et la plus complète en son genre, l'étude a duré deux ans et fut menée avec un budget de 25 millions de dollars. Elle pourrait avoir des conséquences majeures pour la santé publique et l'industrie du sans-fil, d'autant plus que le NTP est réputé pour faire les meilleures études de bioessai sur les animaux au monde, selon le chercheur finlandais Dariusz Leszczynski.

Mise en contexte

L'étude fédérale américaine a stupéfié plusieurs sceptiques -- dont ceux du NTP --, qui ont alors fait un virage à 180 degrés, selon Scientific American et Microwave News (MWN). L'American Cancer Society a reconnu sa valeur scientifique et le magazine Consumer Reports la juge assez révolutionnaire pour désormais recommander à son lectorat de se protéger des RF.

«Le NTP a testé l'hypothèse selon laquelle les radiations de téléphonie cellulaire ne pouvaient pas avoir d'effets sur la santé et elle a été réfutée, a confié le toxicologue Ronald L. Melnick, qui a dirigé son équipe de conception au tournant du millénaire, en primeur le 25 mai dernier à MWN. L'expérience a été faite et, après des examens approfondis, le consensus est qu'il y avait un effet cancérogène. Ceci représente un problème de santé publique majeur, car les cellules devenues cancéreuses chez les rats étaient du même type de cellules que celles s'étant développées en tumeurs lors des études épidémiologiques portant sur le téléphone cellulaire [et qui ont incité le Centre international de recherches contre le cancer à classer toutes les RF comme ''peut-être cancérogènes" ou 2B, en 2011]. Il serait vraiment incroyable qu'il s'agisse d'une coïncidence.»

Effets thermiques ou non

Pour bien saisir l'importance de cette étude, il faut d'abord savoir que si vous portez votre cellulaire dans une poche et votre tablette sur vos cuisses, ils pourraient chauffer dangereusement vos organes. C'est ce qu'avouent implicitement les consignes de sécurité des fabricants. Prenons par exemple celles concernant votre téléphone intelligent. Les fabricants conseillent de le porter à entre 0,625 (5/8) et 0,98 pouce de votre corps pour éviter de recevoir une dose de radiofréquences (RF) dépassant la limite d'exposition recommandée par la Commission fédérale des communications (FCC) américaine, et similairement, par le Code de sécurité 6 (CS6) de Santé Canada.

Sachez surtout que ces lignes directrices ne visent qu'à éviter l'échauffement des tissus du corps d'un adulte d'un degré Celsius (car on parle bien de RF dans la bande de fréquence des micro-ondes). Or, dès 1990, trois organismes fédéraux américains affirmaient que la norme de la FCC était inadéquate, car elle ne tenait pas -- et ne tient toujours pas, tout comme le CS6 -- compte des effets biologiques non thermiques de l'exposition aux RF.

   Outre l'usage du casque d'écoute ou du haut-parleur, on peut réduire son exposition en textant et en éteignant son cellulaire le plus possible.

À ce jour, aucune étude scientifique n'a prouvé hors de tout doute que les RF causent des maladies à des doses non thermiques. Toutefois, depuis les années 1950 et encore davantage au 21e siècle, des centaines de scientifiques militaires et civils ont publié des milliers d'études démontrant que l'exposition chronique à de très faibles doses de micro-ondes provoquait divers effets biologiques inquiétants -- oxydation, baisse des antioxydants comme la mélatonine, dommages à l'ADN, baisse de la capacité de réparation de l'ADN, effets neurologiques, immunitaires, reproducteurs, comportementaux...

Jusqu'ici, une seule étude (US Air Force, 1980-1982) avait réussi à provoquer l'apparition de tumeurs chez des rats en les exposant à de faibles radiofréquences. Mais depuis 2010, trois grandes études épidémiologiques ont révélé que les utilisateurs intensifs du cellulaire augmentaient leur risque de gliome, une classe englobant plusieurs types de tumeurs du cerveau. D'autres gros utilisateurs ont développé une incidence anormalement élevée du neurinome de l'acoustique, tumeur bénigne, mais très douloureuse des cellules de Schwann qui constituent la gaine de myéline entourant le nerf auditif. Les études épidémiologiques sur le sujet ont donné des résultats contradictoires dont la valeur est limitée par des facteurs confondants et de possibles biais. Par exemple, les gens peuvent sous-estimer ou surestimer l'exposition aux radiofréquences subie il y a plusieurs années. C'est pourquoi il faut aussi faire des études animales et cliniques.

Comment réduire son exposition

Néanmoins, le poids des preuves récentes est tel qu'il a convaincu les élus français de protéger leur population en adoptant, en février 2015, la loi relative à la sobriété, à la transparence, à l'information et à la concertation en matière d'exposition aux CEM. Cette loi exige que toute publicité faisant la promotion des communications vocales par téléphonie mobile «mentionne de manière claire, visible et lisible l'usage recommandé d'un dispositif permettant de limiter l'exposition de la tête aux émissions radioélectriques émises par l'équipement». Outre l'usage du casque d'écoute ou du haut-parleur, on peut réduire son exposition en textant et en éteignant son cellulaire le plus possible, voire en le mettant au mode avion pour complètement éliminer toute communication avec les antennes environnantes.

L'ancien patron du NTP, Chris Portier, explique que le niveau d'exposition diminue au carré de la distance : la doubler par rapport à votre tête diminue l'exposition par quatre et déposer le cellulaire sur une table, à 50 fois sa distance habituelle de votre tête, diminue l'exposition de 2 500 fois. Et il vaut mieux ne pas parler au cellulaire là où la réception est mauvaise, car il augmente alors sa puissance d'émission et par le fait même votre exposition, rappelait cette sommité dans son blogue publié le 13 juin dernier par Scientific American. Son texte s'intitulait Les cellulaires causent-ils le cancer? Probablement, mais c'est compliqué. L'étude du NTP fut si bien contrôlée, écrivait-il, qu'il n'y a aucun doute que «l'exposition aux champs électromagnétiques de radiofréquences a causé les tumeurs observées chez les rats».

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le téléphone portable et le cancer.   Mer 22 Avr 2015 - 14:08

Sept cas de cancer du sein inhabituels ont été découverts aux États-Unis chez des jeunes femmes qui ont porté leur téléphone cellulaire allumé dans leur soutien-gorge pendant des années, ignorant qu'elles s'exposaient directement au rayonnement de micro-ondes. «Ce n'est pas une bonne idée, dit l'ancienne conseillère de Bill Clinton en matière de sécurité des produits chimiques, l'épidémiologiste Devra Davis. En fait, les téléphones sont livrés avec des avertissements spécifiques des fabricants contre ce genre de pratique.»

Mises en garde des fabricants

En effet, Apple recommande de tenir l'iPhone à au moins 10 mm du corps à tout moment et d'utiliser un casque d'écoute ou un haut-parleur durant un appel. Cette mise en garde est disponible dans l'iPhone sous la rubrique «Settings» puis en sélectionnant «General> About> Legal> RF exposure». Le BlackBerry et autres téléphones intelligents comportent des avertissements similaires, comme « Ne gardez pas le téléphone dans la poche » et « Gardez le téléphone à 2,54 cm de distance de l'abdomen des femmes enceintes ou des adolescents. » « Contrairement à la plupart des autres contenus de l'iPhone, le texte de cette mise en garde ne peut être agrandi ni copié », déplore Devra Davis.

Aucune de ces sept jeunes femmes n'avait des antécédents familiaux ni facteur de risque génétique la prédisposant à développer un cancer du sein. « Normalement, le cancer du sein apparaît dans le quadrant supérieur externe de la poitrine, à l'aisselle, explique Devra Davis. Ces cas inhabituels présentent des tumeurs du sein tout juste sous la peau et de multiples autres au centre de la poitrine, juste sous le contour de l'endroit où se portait le téléphone portable. Deux de ces femmes n'ont que 21 ans. Le cancer du sein se produit rarement à cet âge. Elles ont porté leur cellulaire dans leur soutien-gorge plusieurs heures par jour dès l'âge de 13 ans. Le fait d'avoir de multiples tumeurs du sein primaires est également rare (pas plus de 10 % des cas). »

Premières études sur le sujet

Des publications scientifiques turques récentes ont conclu que l'exposition aux micro-ondes émises par un cellulaire quadruple la croissance des cellules du cancer du sein. « Des études de modélisation indiquent que les téléphones tenus près du corps, dans la chemise ou la poche de pantalon, peuvent produire de deux à six fois plus d'exposition aux micro-ondes que recommandé », écrit Devra Davis. D'autres études ont démontré que les radiations d'un téléphone cellulaire triple les dommages à l'ADN et l'espérance de vie des spermatozoïdes.

Un livre percutant

D'abord fière qu'à l'âge de neuf mois son petit-fils savait allumer un portable pour y jouer un jeu, Devra Davis a vite déchanté quand elle s'est informée au sujet de cet appareil. «Ce que j'ai découvert m'a choquée, dit cette chercheure reconnue internationalement pour son travail sur la santé environnementale et la prévention des maladies. Je pensais naïvement que tous les biens de consommation avaient été suffisamment testés quant à leur sécurité. Or, j'ai découvert que la soi-disant «sécurité» des téléphones cellulaires était basée sur un paradigme très désuet qui contredit la science de pointe. J'ai également réalisé que l'industrie du mobile a utilisé sa puissance financière pour faire la guerre aux scientifiques dont les recherches ont révélé que les radiations du téléphone cellulaire étaient associées à un risque accru pour la santé humaine.

«En examinant les téléphones portables, j'ai noté un grave problème qui se profile à l'horizon - il n'y aurait plus de groupes témoins de gens non exposés aux radiofréquences, puisque la plupart du monde utilise le téléphone cellulaire. Dans mes propres recherches sur les études environnementales et de par mon travail sur la guerre contre le cancer, j'ai vu combien de temps il nous a fallu pour prendre des mesures contre le tabac, l'amiante et d'autres substances toxiques. Nous avons attendu beaucoup trop longtemps pour réduire le tabagisme. Bien que nous ayons enfin vu les décès attribués au tabac diminuer, de nombreuses vies ont été sacrifiées pendant des décennies alors que le problème était nié et que la solution a été reportée.»

En 2011, le Centre international de recherches sur le cancer a classé les radiofréquences de «peut-être cancérogènes» sur la base d'études démontrant une augmentation du risque du cancer du cerveau chez les gens qui utilisent couramment un téléphone cellulaire. En 2008, une étude du professeur d'oncologie et d'épidémiologie suédois Lennart Hardell a rapporté que ce risque est jusqu'à cinq fois plus élevé que la normale chez les gens qui collent leur cellulaire du même côté de la tête pendant plus de dix ans et adoptent cette pratique avant l'âge de 20 ans. Le Dr Hardell jouit d'une solide réputation : « il fut l'un des premiers chercheurs à dégager un lien entre les herbicides de type phénoxy (l'agent Orange) et le cancer », rapporte la chef du Parti Vert du Canada, Elizabeth May.

Devra Davis raconte ce qu'elle a découvert au sujet des risques des téléphones cellulaires pour la santé dans son livre Disconnect : The truth about cellphone radiation, what industry has done to hide it, and how to protect your family (Débancher : La vérité au sujet des radiations du téléphone cellulaire, ce que l'industrie a fait pour la cacher, et comment protéger votre famille).

Pour en savoir davantage, lire le texte de Devra Davis Sauvons nos filles en bannissant le cellulaire du soutien-gorge.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le téléphone portable et le cancer.   Jeu 1 Jan 2009 - 14:08

Une étude est actuellement en cours pour déterminer si les téléphones portables sont cancérigènes. Les résultats définitifs sont attendus pour début 2009, mais les résultats préliminaires sont plutôt mauvais mauvais mauvais:


L’étude Interphone est la plus grande étude menée à ce jour: elle examine les tumeurs de 6400 patients dans 13 pays. Les chercheurs israéliens impliqués dans l’étude ont découvert que les utilisateurs réguliers de téléphones portables ont 50 % de chances de plus de développer des tumeurs du cerveau que les non-utilisateurs.

Une autre étude Interphone sur la Grande Bretagne et la Scandinavie a révélé un risque de tumeurs 40 % plus importants chez les personnes ayant utilisé des téléphones portables pendant plus de 10 ans. En revanche, rien d’effrayant pour ceux qui les ont utilisés sur une durée plus courte.

Les résultats finaux de l’étude Interphone sont très attendus car considérés comme étant en mesure de fournir une réponse presque définitive sur la question du cancer du téléphone portable. Les autres études menées jusqu’à ce jour étaient ” statistiquement inutiles” comme l’explique PopSci, dans la mesure où le nombre de personnes étudiées était insuffisant et ou trop d’entre elles avait moins de 10 ans d’utilisation de téléphones portables au compteur, ce qui est la durée nécessaire pour développer un cancer du cerveau “dans la plupart des cas”.

L’évaluation de PopSci sur la gravité de la situation et qu’on s’achemine vers la preuve définitive que les téléphones portables provoquent le cancer un peu comme on l’avait soupçonné puis démontré pour le tabac. Si c’est vraiment le cas, ce sera un véritable problème de santé publique qui touchera aussi bien les jeunes enfants que les grand-mères.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le téléphone portable et le cancer.   Lun 28 Juil 2008 - 11:38

Une mise en garde plutôt drôle à la façon de Stéphane Laporte

Stéphane Laporte

La Presse

Collaboration spéciale

Ce matin, j'aimerais parler aux chercheurs. Oui, vous! Je sais, on ne vous interpelle pas souvent. Surtout pas dans une chronique légère du dimanche. On apostrophe davantage les cols bleus, les politiciens et les joueurs de hockey. Ben, c'est aujourd'hui que ça passe.


Pourriez-vous, S.V.P., activer vos recherches à propos des dangers du cellulaire? Ça serait ben d'adon. Il y a quelques mois, l'un de vos confrères, le Dr Lai a découvert que les téléphones cellulaires irradient le code génétique du cerveau des rats. Quand même! Le code génétique, c'est pas une verrue plantaire. C'est assez essentiel. Je ne suis pas un savant, mais quelque chose me dit que, si ton ADN est en train de fondre, tu ne dois pas filer fort. Bien sûr, quand on émet des conclusions basées sur des tests animaliers, on s'empresse d'ajouter qu'on ne peut dire si ça s'applique aux humains.

Pourquoi? Qu'est-ce que l'humain a de plus que le rat? Ce n'est pas parce qu'on est capables de faire des mots croisés que notre enveloppe charnelle est différente. Un camion qui roule sur un rat l'écrase, mais on ne peut dire si cela a les mêmes conséquences chez un humain. Combien de rats faut-il écraser avant de conclure que ce serait mieux aussi pour un humain de ne pas se retrouver en dessous d'un 10-roues?

Mais c'est vous les experts. Admettons que ce n'est pas parce qu'un rat se désintègre en parlant au cellulaire qu'il faut s'inquiéter. On se calme et on prend un autre appel?

O.K., mais voilà que, la semaine dernière, un spécialiste américain du cancer, le Dr Herberman, a recommandé de ne pas laisser les enfants manipuler les cellulaires. Ça risque de leur donner le cancer du cerveau. Rien que ça. Un pet! On s'alarme parce qu'un jouet d'enfants a des pièces trop petites qui peuvent l'étouffer, mais on reste cool quand on apprend qu'un objet inerte peut lui donner le cancer.

Et puis un enfant, ça commence à ressembler pas mal à un humain. Qu'est-ce qui nous protégerait plus, nous, les plus vieux? Le poil dans les oreilles! C'est sûr que les enfants ont le cerveau fragile et pas complètement développé, mais je connais un tas d'adultes qui ont le cerveau fragile et pas très développé.

Le spécialiste américain recommande aussi de ne pas parler au cellulaire dans un endroit public pour ne pas exposer les autres au champ électromagnétique. Bien sûr! On va parler au cellulaire seulement dans sa maison, comme ça, y a juste les membres de notre famille qui vont être menacés! Hello, spécialiste! Dans notre maison, on n'a pas besoin de cellulaire, on a un téléphone normal avec un fil que même les rats peuvent ronger sans problème. Si on ne peut pas parler au cellulaire dans un endroit public, à quoi ça sert? C'est comme avoir le droit d'avoir une auto, mais seulement dans son garage.

Autre conseil du Dr Herberman: changer d'oreille régulièrement lorsqu'on parle à quelqu'un. Je veux bien faire de l'aérobie mobile, mais le problème, c'est qu'on a juste deux oreilles. Dix minutes sur une, 10 minutes sur l'autre, notre cerveau va brûler plus égal.

Force est de le constater: cellulaire et cigarette, même combat. On a regardé des rats crever après avoir fumé des Export A pendant des années avant de prendre les mesures qui s'imposent. On a d'abord prévenu les gens que la boucane pouvait être nocive pour les bébés, puis pour les jeunes enfants, puis pour les ados, avant de finalement décider que la cigarette était la cause du décès d'une bonne partie des adultes de la planète.

Bien sûr, le cellulaire ne disparaîtra pas instantanément. On va d'abord mettre des avertissements sur les boîtes: l'usage excessif du cellulaire peut endommager vos cellules. Puis on va exiger que tous les fonds d'écran de cellulaires soient une photo d'un cerveau carbonisé. Au restaurant, il y aura des sections sans radiations pour les gens qui veulent manger loin des ondes nocives.

Finalement, les magasins n'auront plus le droit d'exposer les cellulaires en vitrine, et c'est en dessous du comptoir que seront cachés les appareils. Fido sera devenu un chien galeux.

Bien sûr, ce n'est pas pour demain. Les études sont trop floues. Il y a toujours un scientifique pour les démentir. Que ce scientifique soit un employé de Motorola est une pure coïncidence. Ça va tergiverser encore longtemps. Trop longtemps. C'est comme le trou dans la couche d'ozone. Dans les années 70, on en parlait, mais on en parlait en se mettant de la graisse Crisco sur le corps pour bronzer plus vite. Aujourd'hui, on parle des dangers du cellulaire, mais on en parle au cellulaire.

Voilà pourquoi, amis chercheurs, vous devez passer en deuxième vitesse et répondre clairement à notre angoisse. Le cellulaire est-il dangereux pour notre santé? Oui ou non? Ça irradie ou ça n'irradie pas? Si ça irradie, ce n'est peut-être pas une bonne idée de payer 100 piastres par mois pour se promener avec un Tchernobyl portatif dans les poches.

Je sais bien, les chercheurs, ce n'est pas vraiment votre faute, si on est toujours dans le nébuleux. C'est la faute des gouvernements, qui ne prennent pas leurs responsabilités. Encore une fois. C'est bien beau de payer des commissions Bouchard pour savoir si le port des tresses et des vitres givrées menacent la nation québécoise, mais ce serait plus urgent de savoir si tous les Québécois sont en train de se brûler le cerveau en jasant, en français, en anglais ou en arabe au téléphone. On est 7 millions, faut-il se parler?

Vite, on veut la réponse. Ça presse tellement que, dès que vous l'aurez, appelez-moi sur mon Blackberry. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le téléphone portable et le cancer.   Mar 24 Juin 2008 - 12:19

Le taux de mortalité des rats de laboratoire double lorsqu'ils sont exposés aux ondes des téléphones portables et réseaux wi-fi, indique une étude de l'université catholique de Louvain (UCL) citée mardi par le journal belge Le Soir.

Cette étude est publiée alors qu'une vingtaine de scientifiques et de cancérologues ont lancé le 15 juin à Paris un appel en faveur de mesures de précaution dans l'utilisation des téléphones portables, en l'absence de conclusions scientifiques définitives sur leur éventuelle dangerosité pour la santé.

Le taux de mortalité de trois groupes de rats soumis pendant 18 mois à trois niveaux d'expositions électromagnétiques utilisées dans les technologies mobiles s'est élevé à 60%, contre 29% dans un groupe de rats «épargnés», selon l'étude belge, qui constitue la thèse de doctorat en sciences appliquées défendue lundi à l'UCL par Dirk Adang.

Un résultat qualifié «d'inquiètant» par Le Soir, qui souligne que le rat «partage 90% de son patrimoine génétique avec l'homme».

Les causes de cette surmortalité chez le rat restent cependant encore à établir formellement, seuls 19 des 124 rats de laboratoire ayant jusqu'ici été autopsiés.
Mais Dirk Adang avance l'hypothèse d'un dérèglement du système immunitaire des rats, pourtant soumis à des ondes aux taux «conformes aux standards internationaux en vigueur».

«Il est remarquable que dans tous les groupes soumis à une exposition, on constate une augmentation des monocytes (globules blancs actifs dans l'élimination des particules étrangères) comparativement au groupe témoin», écrit le chercheur belge.

«Ces découvertes montrent un stress dans la formation du système sanguin après une exposition à faible dose, à long terme, de micro-ondes (...) C'est comme si l'organisme réagissait à une agression étrangère ou à une intrusion», ajoute-t-il.

Des études complémentaires seront nécessaires pour «établir si l'exposition aux micro-ondes a engendré un vieillissement prématuré des rats», estime M. Adang, qui assure toutefois que «les présomptions existent à ce niveau».

Après l'appel des scientifiques du 15 juin, l'Académie de médecine française avait estimé qu'inquiéter l'opinion sans se fonder sur des faits «relève de la démagogie».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Le téléphone portable et le cancer.   Lun 16 Juin 2008 - 11:55

Vingt scientifiques appellent à utiliser le moins possible le portable. Lien possible avec le cancer

15.06.2008 14:46

Vingt scientifiques internationaux ont lancé un appel dans le "Journal du Dimanche" contre les dangers que représentent le téléphone portable. Cet appel est coordonné par David Servan-Schreiber, professeur de psychiatrie à l'Uni de Pittsburgh et auteur de plusieurs livres sur le cancer. Il est notamment recommandé de téléphoner en utilisant un kit mains libres, d'éviter de porter un mobile sur soi, même en veille, ou de privilégier le SMS. La nocivité du portable n'est pas prouvée,mais un risque existe qu'il favorise des cancers en cas d'exposition à long terme, selon les scientifiques. (SWISS TXT)

C'est vrai qu'avant de savoir pour le tabac, on ne savait pas...


Dernière édition par Denis le Sam 8 Oct 2016 - 9:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le téléphone portable et le cancer.   Aujourd'hui à 16:34

Revenir en haut Aller en bas
 
Le téléphone portable et le cancer.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Umberto Eco sur les accros au téléphone portable
» Le téléphone portable.
» Qui a internet sur son téléphone portable? Utilité?
» vol téléphone portable dans le bureau du CE
» Elèves et téléphone portable... votre politique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Prévention-
Sauter vers: