AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une nouvelle classe de thérapies anticancéreuses ciblant des événements épigénétiques.

Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Une nouvelle classe de thérapies anticancéreuses ciblant des événements épigénétiques.   Ven 12 Jan 2018 - 1:11

An international team of researchers has developed a novel compound that successfully inhibits growth of melanoma cells by targeting specific epigenetic modifying proteins in these cells.

In the human body cells turn genes on and off by means of chemical modifications that change DNA and related proteins. These epigenetic changes are continuous and are at the core of how healthy cells transform into cancer cells. These modifications contribute to a tumor's ability to grow indefinitely, as well as making tumor cells drug resistant and capable of surviving treatments intended to kill them.

The new compound, Corin, specifically targets these epigenetic changes in cells and could therefore provide significant improvements in patients without unwanted side effects. These findings appear in the online journal Nature Communications.

Currently there are few epigenetic drugs in clinical use, including histone deacetylase (HDAC 1) inhibitors, which are used to treat some lymphomas and histone demethylase inhibitors (LSD1) which are used to treat some leukemias. These reagents have not been more broadly useful in cancers due to their limited therapeutic window and untoward side effects.

Researchers at Boston University School of Medicine, Johns Hopkins University and Universiita di Pavia, Harvard Medical School and the University of Leicester collaborated to develop a unique compound, Corin that specifically act to inhibit both demethylase an deacetylase activity in cells. Corin is particularly attractive as an inhibitor of epigenetic modifications because it has dual-target specificity which allows for more selective targeting of epigenetic complexes in treated cells.

"It is anticipated that this novel compound will have significant efficacy in human melanomas and other cancers either as a stand-alone therapy or in combination with other targeted or immune-based therapies," explained co-corresponding author Rhoda Alani, MD, the Herbert Mescon Chair of Dermatology at Boston University School of Medicine (BUSM).

To evaluate the efficacy of this new compound, the researchers first tested it using a cell culture system to evaluate melanoma cell biology in vitro and found a variety of cancer-associated processes were affected, including cellular growth, differentiation and migration. The compound then was tested in an experimental model for melanoma and found to significantly inhibit tumor cell growth without appreciable toxicities.

The researchers believe there are other disease entities, aside from cancers, that may be significantly affected by targeted epigenetic therapies. Most notably, immune-mediated diseases are expected to be significantly influenced by such reagents as epigenetic changes have been widely noted to influence the immune system. "It is expected that this study will lay the foundation for developing a new class of potent and effective cancer therapies and the development of reagents targeting epigenetic events in immune-mediated diseases as well as other epigenetically-influenced diseases," said Alani, who also is chief of dermatology at Boston Medical Center.

In addition to Alani, the other corresponding authors included professors Mattevi (University of Pavia), Schwabe (University of Leicester) and Cole (Harvard Medical School).

Funding for this study was provided by the National Institutes of Health, FAMRI Foundation, the V Foundation and the Wellcome-Trust.

---

Une équipe internationale de chercheurs a mis au point un nouveau composé qui inhibe avec succès la croissance des cellules de mélanome en ciblant des protéines modifiant spécifiquement des aspects épigénétiques dans ces cellules.

Dans le corps humain, les cellules activent et désactivent les gènes au moyen de modifications chimiques qui modifient l'ADN et les protéines associées. Ces changements épigénétiques sont continus et sont au cœur de la transformation des cellules saines en cellules cancéreuses. Ces modifications contribuent à la capacité de la tumeur à se développer indéfiniment, ainsi qu'à rendre les cellules tumorales résistantes aux médicaments et capables de survivre aux traitements destinés à les tuer.

Le nouveau composé, Corin, cible spécifiquement ces changements épigénétiques dans les cellules et pourrait donc apporter des améliorations significatives chez les patients sans effets secondaires indésirables. Ces résultats apparaissent dans la revue en ligne Nature Communications.

Actuellement, il n'existe que quelques médicaments épigénétiques en usage clinique, y compris les inhibiteurs de l'histone désacétylase (HDAC 1), qui sont utilisés pour traiter certains lymphomes et inhibiteurs de l'histone déméthylase (LSD1) qui sont utilisés pour traiter certaines leucémies. Ces réactifs n'ont pas été plus largement utilisés dans les cancers en raison de leur fenêtre thérapeutique limitée et de leurs effets secondaires indésirables.

Des chercheurs de l'École de médecine de l'Université de Boston, de l'Université Johns Hopkins et de l'Universiita di Pavia, de la Harvard Medical School et de l'Université de Leicester ont collaboré pour développer un composé unique, Corin, qui inhibe la déméthylase et la désacétylase. La corine est particulièrement intéressante en tant qu'inhibiteur des modifications épigénétiques car elle possède une spécificité à double cible qui permet un ciblage plus sélectif des complexes épigénétiques dans les cellules traitées.

"Il est prévu que ce nouveau composé aura une efficacité significative dans les mélanomes humains et d'autres cancers soit en tant que thérapie autonome ou en combinaison avec d'autres thérapies ciblées ou immunitaires", a expliqué l'auteur co-correspondant Rhoda Alani, MD, Herbert Chaire de dermatologie Mescon à l'École de médecine de l'Université de Boston (BUSM).

Pour évaluer l'efficacité de ce nouveau composé, les chercheurs l'ont d'abord testé en utilisant un système de culture cellulaire pour évaluer la biologie cellulaire du mélanome in vitro et ont découvert une variété de processus associés au cancer, notamment la croissance cellulaire, la différenciation et la migration. Le composé a ensuite été testé dans un modèle expérimental pour mélanome et s'est avéré inhiber significativement la croissance des cellules tumorales sans toxicité appréciable.

Les chercheurs croient qu'il existe d'autres entités pathologiques, en dehors des cancers, qui peuvent être significativement affectées par des thérapies épigénétiques ciblées. Plus particulièrement, les maladies à médiation immunitaire devraient être significativement influencées par des réactifs tels que les changements épigénétiques ont été largement notés pour influencer le système immunitaire. "On s'attend à ce que cette étude jette les bases du développement d'une nouvelle classe de thérapies anticancéreuses puissantes et efficaces et du développement de réactifs ciblant les événements épigénétiques dans les maladies à médiation immunitaire ainsi que d'autres maladies épigénétiques", a déclaré Alani. est chef de dermatologie au Boston Medical Center.

En plus d'Alani, les autres auteurs correspondants comprenaient les professeurs Mattevi (Université de Pavie), Schwabe (Université de Leicester) et Cole (Harvard Medical School).

Le financement de cette étude a été fourni par les Instituts nationaux de la santé, la Fondation FAMRI, la Fondation V et le Wellcome-Trust
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Une nouvelle classe de thérapies anticancéreuses ciblant des événements épigénétiques.   Dim 5 Mai 2013 - 23:25

Je mets juste un suivi de ce fil. La vidéo est récente moins d'une semaine apparemment et l'article est plus vieux et dit en substance que les recherches continuent.




8 novembre 2012 | EN
Forests in Sarawak, Malaysia

Sarawak's forests could hold the key to important cancer treatments

Flickr/Garton

[KUALA LUMPUR] A Malaysian research centre and a leading US university are joining forces to speed up the development and commercialisation of a promising anti-cancer agent derived from a tropical tree.

If trials are successful, the royalties from the sales of the new drugs derived from the agent could provide crucial funds for the Malaysian institute and the country.

The agent, silvestrol, is a natural compound derived from the twigs, fruit and bark of the Aglaia species of tree, found in central Borneo, Indonesia, Malaysia and some Pacific islands.

It has been used as a traditional medicine in Malaysia for many years, usually to treat digestive disorders, but never as a cancer therapy.

Researchers from Ohio State University, who have been working on silvestrol since 2004, discovered that silvestrol kills cancer cells in mice, possibly paving the way to treatment for human cancers in the near future.

Alan Douglas Kinghorn, a senior researcher at the Ohio State University Comprehensive Cancer Center, and leading silvestrol specialist, who gave the compound its name, says silvestrol has shown "very good initial results in models of B-cell malignancies, such as acute lymphoblastic leukaemia and mantle cell lymphoma".

Silvestrol was also found to inhibit the growth of lung, breast and prostate cancer cells, and appears to cause no damage to normal immune system cells — a common problem with current cancer treatments for leukaemia.

Kinghorn explained that silvestrol acts as a "translation inhibitor", meaning it interferes with cancer cell multiplication. "This works in cancer cells by slowing their growth by disrupting processes that lead to the generation of new proteins," he explained.

The team are currently doing tests on animals and models, and hope to start clinical trials in humans in three to four years.

To expedite further research and development of silvestrol, the State of Ohio signed an agreement with the Malaysian-run Sarawak Biodiversity Centre (SBC), giving the university the rights to SBC's patent on silvestrol.

The centre will provide the raw plant materials to Ohio State University, which has state-of–the-art facilities for biological testing. The understanding is that upon the completion of successful clinical trials and commercialisation, SBC will get a share of the royalties.

"In order to investigate the potential of silvestrol further, a key requirement is to perform preclinical toxicology, which will require several grams of the compound being purified," Kinghorn told SciDev.Net.

"The most rapid way to obtain such quantities of the compound is through scaled up isolation from Aglaia stellatopilosa collected in Sarawak [Malaysia]," he explained.

SBC's chief operating officer, Rita Manurung, said the centre "is also investigating other leads to maximise silvestrol yields and identify potential new agents that might be useful for the semi-synthetic production of silvestrol".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Une nouvelle classe de thérapies anticancéreuses ciblant des événements épigénétiques.   Jeu 3 Juil 2008 - 14:29

Cancer : vaincre la résistance aux traitements  
 
 

Des chercheurs de la Faculté de médecine de l'Université McGill ont découvert un composé qui diminue la résistance aux agents de chimiothérapie utilisés pour traiter le cancer.


Une vaste étude menée sur des produits naturels connus sous le nom de flavaglines de cyclopenta benzofurane (CBF) révèle une possible utilisation de ce produit comme complément aux chimiothérapies anticancéreuses.


En travaillant avec des souris modifiées génétiquement pour simuler des leucémies humaines, les chercheurs ont découvert qu'un composé particulier des CBF, le silvestrol, arrive à resensibiliser des tumeurs à la chimiothérapie, les rendant à nouveau sensibles aux effets des médicaments anticancéreux.

La résistance des cellules tumorales est effectivement un problème récurrent en oncologie. Plusieurs mécanismes expliquent ce phénomène. Tout d’abord, les cellules malignes ont une grande plasticité, elles se multiplient rapidement et réagissent par des mutations très nombreuses, aboutissant à des cellules résistantes. Il existe aussi des variations génétiques individuelles qui rendent les médicaments plus ou moins efficaces. Et enfin, ces cellules cancéreuses possèdent des mécanismes de réparation de l’ADN qui sont exacerbés or les principaux traitements détruisent les cellules en ciblant justement l’ADN.

Le silvestrol est un composé naturel dérivé d’un arbre, Aglaia silvetris, trouvé en Malaisie, dans le sud de la Chine et dans certaines îles du Pacifique. Il est utilisé en médecine traditionnelle malaisienne depuis des générations, mais n'a jamais été employé en cancérologie. En laboratoire, a expliqué le Pr Pelletier directeur de l’étude, la thérapie au silvestrol a rendu de nouveau sensibles des cellules de leucémie qui étaient devenues résistantes à la doxorubicine, un agent chimiothérapique.

Ces essais encourageants ne déboucheront pas sur une application clinique immédiate, les chercheurs doivent en premier lieu affiner leur protocole. Il leur restera ensuite à résoudre le problème de l’approvisionnement en silvestrol. La synthèse artificielle de se produit est pour le moment encore assez artisanale.


p.s. Félicitations à M. Pelletier qui semble très actif dans le domaine de la recherche sur le cancer et qui est chercheur dans une université du Québec.



Dernière édition par Denis le Ven 12 Jan 2018 - 1:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une nouvelle classe de thérapies anticancéreuses ciblant des événements épigénétiques.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une nouvelle classe de thérapies anticancéreuses ciblant des événements épigénétiques.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» nouvelle venue
» Les inhibiteurs directs de la rénine (IDR) une nouvelle classe d’antihypertenseurs;
» Une nouvelle classe de médicaments synthétiques.
» Benoit evoque le BESOIN d'une nouvelle classe d'intellectuels
» votre journée scolaire!!comment vous la passez

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: