AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Inhibiteur d'autotaxines.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16455
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Inhibiteur d'autotaxines.   Sam 29 Juil 2017 - 21:29

A natural healing mechanism of the body may be reducing the efficiency of radiotherapy in breast cancer patients, according to a new study.

Research led by scientists at the University of Alberta found that irradiation of breast fat (also known as adipose tissue) produces an inflammatory response that in normal circumstances promotes healing, but in cases of cancer, enables the cancer cells to survive. The team is now seeking a way to counteract the effect.

"Patients often undergo 25 daily doses of radiotherapy to the whole breast after surgical removal of the tumor to ensure that any remaining breast cancer cells are destroyed," said David Brindley, UAlberta professor of biochemistry and a member of the Cancer Research Institute of Northern Alberta. "During this treatment, the adipose tissue releases autotaxin, an enzyme that initiates a wound-healing response. This response ends up protecting the remaining cancer cells, allowing them to survive and avoid destruction."

As part of the study, Brindley and colleagues exposed rat and human adipose tissue to radiation doses similar to levels patients would experience during radiation therapy. They confirmed the procedure not only increased autotaxin production but also a general inflammatory wound healing response.

They are now working with an experimental autotaxin inhibitor with the hope that it can counteract the wound-healing response, which they expect would improve the effectiveness of radiotherapy. The compound is already being tested in clinical trials for a separate inflammatory condition.

"Cancer cells adopt a variety of strategies for avoiding the immune response in the body. If we can block the autotaxin response, we think the body would then be more able to use its own immune system to attack residual cancer cells and to eliminate them, particularly when they are already damaged," said Brindley.

"The advantage of attacking the autotaxin as a target is that it is independent of the characteristic and mutations in the tumour. We are not targeting the cancer cell itself, but its environment, which should be similar in different tumours. We're hopeful that our treatment will be applicable to all kinds of breast cancer and not just a particular subtype."

According to Brindley, the strategy also holds great promise for the treatment of other types of cancer such as thyroid cancer and glioblastoma. The team believes the same strategy can be used to improve the efficacy of chemotherapy. They hope to soon move their work into rodent animal models to provide further evidence that the approach works.

"This is not pie-in-the-sky thinking," said Brindley. "It has great promise."

---

Un mécanisme de guérison naturel du corps peut réduire l'efficacité de la radiothérapie chez les patients atteints de cancer du sein, selon une nouvelle étude.

La recherche menée par des scientifiques de l'Université de l'Alberta a révélé que l'irradiation des graisses du sein (également connu sous le nom de tissu adipeux) produit une réponse inflammatoire qui, dans des circonstances normales, favorise la guérison, mais en cas de cancer, permet aux cellules cancéreuses de survivre. L'équipe recherche maintenant un moyen de contrer l'effet.

"Les patients subissent souvent 25 doses journalières de radiothérapie sur l'ensemble de la poitrine après l'élimination chirurgicale de la tumeur pour s'assurer que les cellules cancéreuses restantes sont détruites", a déclaré David Brindley, professeur de biochimie d'UAlberta et membre du Cancer Research Institute of Northern Alberta . "Au cours de ce traitement, le tissu adipeux libère de l'autotaxine, une enzyme qui déclenche une réponse de guérison des plaies. Cette réponse finit par protéger les cellules cancéreuses restantes, leur permettant de survivre et d'éviter la destruction".

Dans le cadre de l'étude, Brindley et ses collègues ont exposé le tissu adipeux des rats et humains à des doses de rayonnement similaires aux niveaux que les patients ressentiraient pendant la radiothérapie. Ils ont confirmé la procédure non seulement une augmentation de la production d'autotaxine, mais aussi une réponse générale à la guérison des plaies inflammatoires.

Ils travaillent maintenant avec un inhibiteur de l'autotaxine expérimentale avec l'espoir qu'il peut contrecarrer la réponse à la guérison des plaies, ce qui, selon eux, améliorerait l'efficacité de la radiothérapie. Le composé est déjà testé dans les essais cliniques pour une affection inflammatoire distincte.

"Les cellules cancéreuses adoptent une variété de stratégies pour éviter la réponse immunitaire dans le corps. Si nous pouvons bloquer la réponse de l'autotaxine, nous pensons que le corps serait plus capable d'utiliser son propre système immunitaire pour attaquer les cellules cancéreuses résiduelles et les éliminer, En particulier quand ils sont déjà endommagés ", a déclaré Brindley.

"L'avantage d'attaquer l'autotaxine comme cible est qu'il est indépendant des caractéristiques et des mutations de la tumeur. Nous ne ciblons pas la cellule cancéreuse elle-même, mais son environnement, qui devrait être similaire dans différentes tumeurs. Nous espérons que notre traitement sera applicable à toutes sortes de cancer du et pas seulement à un sous-type particulier ".

Selon Brindley, la stratégie est également très prometteuse pour le traitement d'autres types de cancer tels que le cancer de la thyroïde et le glioblastome. L'équipe croit que la même stratégie peut être utilisée pour améliorer l'efficacité de la chimiothérapie. Ils espèrent bientôt déplacer leur travail dans des modèles animaux de rongeurs pour fournir d'autres preuves que l'approche fonctionne.

"Ce n'est pas une pensée dans le ciel", a déclaré Brindley. "C'est très prometteur".


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16455
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Inhibiteur d'autotaxines.   Jeu 9 Juin 2005 - 18:37

08-06-2005

Nouveau traitement combiné avec des oméga 3 contre le cancer du


Les omégas 3 que l'on trouve chez certains poissons peuvent, combinés avec un anesthésique couramment utilisé, être utilisés comme médicaments pour traiter le cancer du sein, selon une recherche publiée dans le journal médical Breast Cancer Research.

Ces acides gras et le propofol réduisent la capacité des cellules cancéreuses à se développer, inhibent la migration de ces cellules à raison de 50% et réduisent significativement l'activité métastasique.

Le Dr Rafat Siddiqui, de l'Institut Methodist Research et de l'université Indiana à Indianapolis, et ses collègues ont étudié l'effet de deux acides gras oméga 3 (docosahexaenoic acid (DHA) and eicosapentaenoic acid (EPA)) et du propofol sur des lignées cellulaires cancéreuses in vitro. DHA et EPA ont peu d'effets lorsqu'ils sont employés seuls. Le propofol est un anti oxydant connu pour inhiber la migration des cellules cancéreuses à raison de 5 à 10%.

L'effet combiné de ces substances réduit la migration des cellules cancéreuses de 50% et augmente la mort de ces cellules de 40 %. Selon les auteurs ces résultats suggèrent que cette nouvelle association pourrait être utile pour traiter les cancers du sein. Les acides gras sont d'ailleurs souvent combinés avec des médicaments pour faciliter leur absorption. Les auteurs pensent qu'ils peuvent avoir ce même effet avec le propofol.

Les acides gras oméga 3 se trouvent notamment dans le thon, le saumon, les harengs, les sardines et les maquereaux. Il sont déjà connus pour avoir beaucoup d'effets bénéfiques. Ils sont notamment recommandés pour les cardiaques car diminuent les taux de cholestérol. Des recherches suggèrent une action positive dans l'arthrite, le lupus et l'asthme


Dernière édition par Denis le Mar 1 Aoû 2017 - 11:16, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Inhibiteur d'autotaxines.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Inhibiteur d'enzyme de conversion
» Inhibiteur d'hormone prometteur.
» ATP inhibiteur de la phosphofructokinase ?
» enzyme allostérique et enzyme avec inhibiteur non compétitif
» inhibiteur de MRCK

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: