AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'importance des PTKs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15772
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: L'importance des PTKs   Ven 10 Juin 2016 - 7:55

PLK1, polo like kinase 1

Also known as
    PLK; STPK13
Summary
    The Ser/Thr protein kinase encoded by this gene belongs to the CDC5/Polo subfamily. It is highly expressed during mitosis and elevated levels are found in many different types of cancer. Depletion of this protein in cancer cells dramatically inhibited cell proliferation and induced apoptosis; hence, it is a target for cancer therapy.

Aussi connu sous le nom
     PLK; STPK13
Résumé
     La protéine kinase Ser / Thr codée par ce gène appartient à la sous-famille Cdc5 / Polo. Elle est fortement exprimée au cours de la mitose et des niveaux élevés se trouvent dans de nombreux types différents de cancer. Diminuer cette protéine dans les cellules cancéreuses inhibe la prolifération cellulaire de façon spectaculaire et induit l'apoptose; Par conséquent, c'est une cible pour la thérapie du cancer.


---

Researchers at the Virginia Commonwealth University School of Medicine found that Polo-like kinase 1 (PLK1) gene overexpression promotes oncogenic transformation and the migration of prostate cancer cells. The findings point the way to potential new therapeutic avenues for prostate and other cancers.

The study, “Polo-like kinase 1 induces epithelial-to-mesenchymal transition and promotes epithelial cell motility by activating CRAF/ERK signaling,” published in eLife,was also presented in a poster session at the 2016 American Association for Cancer Research (AACR) annual meeting.

Mammalian polo-like kinase 1 (PLK1) is a serine/threonine kinase that plays key roles in the regulation of the cell cycle, mediating every stage of cell division. The PLK1 gene is overexpressed in several human tumors, and its expression levels are associated with increased cell proliferation and metastatic potential. Importantly, the gene is commonly overexpressed in prostate cancer (>50%), and PLK1 overexpression is linked to higher tumor grade. Recent evidence also suggests that the protein is involved in other cell processes, but any possible link between its role there and cancer development is not yet clear.

Researchers, using human cell lines, investigated the role of PLK1 in the motility of prostate epithelial cells and prostate cancer cells. According to the results, PLK1 promotes the migration of prostate cells by encouraging a process where epithelial cells change into mesenchymal (skeletal) stem cells that can move throughout the body. This process, called epithelial-to-mesenchymal transition (EMT), contributes to cancer spread and poor disease prognosis.

“We challenged a current dogma in the field that emphasized PLK1’s role in mitosis (cell division) as a primary mechanism for cancer growth,” Dr. Zheng Fu, the study’s lead investigator, said in a news release. “We showed that PLK1 drives migration of normal prostate epithelial and prostate cancer cells through an entirely different process.”

Researchers demonstrated that increased PLK1 expression activated an oncogene known as c-RAF, which in turn activated signaling through the mitogen-activated protein kinase (MAPK) pathway. Enhanced MAPK signaling induced EMT, and stimulated prostate cancer cell metastasis.

Downregulation of PLK1 also inhibited the motility of metastatic prostate cancer cells, hinting at a possible new therapeutic strategy. “Our findings could significantly impact the development of PLK1 inhibitors for the treatment of advanced prostate cancer,” Dr Fu said. “Furthermore, the findings may extend to other cancers because previous research has shown a link between enhanced PLK1 expression and invasiveness of colorectal, breast and thyroid tumors.”

---

Des chercheurs de l'École Virginia Commonwealth University of Medicine ont révélé que la surexpression du gène Polo-like kinase 1 (PLK1) favorise la transformation oncogénique et la migration des cellules cancéreuses de la . Les résultats montrent la voie vers de nouvelles avenues thérapeutiques potentielles pour la prostate et d'autres cancers.

L'étude de «kinase Polo-like 1 induit la transition épithéliale-mésenchymateuse et favorise la motilité des cellules épithéliales en activant la signalisation CRAF / ERK», publié en eLife, a également été présenté lors d'une séance de résumé à la réunion annuelle de L'Asco 2016 (American Association for Cancer Research (AACR ).
 
Polo-like kinase 1 (PLK1) est une sérine / thréonine kinase qui joue un rôle clé dans la régulation du cycle cellulaire, la médiation toutes les étapes de la division cellulaire. Le gène de la PLK1 est surexprimée dans plusieurs tumeurs humaines, et ses niveaux d'expression sont associés à une augmentation de la prolifération cellulaire et le potentiel métastatique. Surtout, le gène est généralement surexprimé dans le cancer de la (> 50%) et la PLK1 est liée à la surexpression dans les grade tumoral plus élevé. Des données récentes suggèrent également que la protéine est impliquée dans d'autres processus cellulaires, mais tout lien possible entre son rôle là-bas et le développement du cancer n'est pas encore clair.

Les chercheurs, en utilisant des lignées cellulaires humaines, ont étudié le rôle de la PLK1 dans la motilité des cellules épithéliales de la prostate et des cellules cancéreuses de la prostate. D'après les résultats, PLK1 favorise la migration des cellules de la prostate en favorisant un processus dans lequel les cellules épithéliales se transforment en mésenchymateuses des cellules souches qui peuvent se déplacer dans tout le corps. Ce processus, appelé épithéliale-mésenchymateuse transition (EMT), contribue à la propagation du cancer et de mauvais pronostic de la maladie.

"Nous avons contesté un dogme courant dans le champ qui a souligné le rôle de PLK1 dans la mitose (division cellulaire) en tant que principal mécanisme de la croissance du cancer», le Dr Zheng Fu, chercheur principal de l'étude, a déclaré dans un communiqué de nouvelles. "Nous avons montré que PLK1 entraîne la migration des cellules épithéliales de prostate et le cancer de la prostate normale grâce à un processus tout à fait différent."

Les chercheurs ont démontré que l'augmentation de l'expression de la PLK1 active un oncogène connu sous le nom de c-RAF, qui à son tour d'activation de signalisation par l'intermédiaire de la voie MAP kinases (MAPK). MAPK améliore la signalisation induite par EMT, et stimule la production de métastases dans les cellules cancéreuses de la prostate.

La régulation négative de la PLK1 a également inhibé la motilité des cellules du cancer de la prostate métastatique, faisant allusion à une éventuelle nouvelle stratégie thérapeutique. "Nos résultats pourraient avoir une incidence significative sur le développement d'inhibiteurs Plk1 pour le traitement du cancer avancé de la prostate", a déclaré le Dr Fu. "En outre, les résultats peuvent s'étendre à d'autres cancers, car des recherches antérieures ont montré un lien entre une expression accrue de PLK1 et l'invasivité des tumeurs colorectales, du et de la thyroïde."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15772
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: L'importance des PTKs   Mar 12 Aoû 2008 - 10:57

(Aug. 12, 2008) — A team of Monash University researchers has uncovered the role of a family of enzymes in the mutation of benign or less aggressive tumours into more aggressive, potentially fatal, cancers in the human body.

Une équipe de chercheurs a découvert le rôle d'une famille d'enzymes dans la mutation de tumeurs bénines en tumeurs malines et agressives.

The discovery, published August 11 in the international journal Cancer Cell, provides valuable insights into how cancer cells develop and mutate, and could ultimately change treatment options for sufferers around the world.

Team leader, Associate Professor Tony Tiganis, from the Department of Biochemistry and Molecular Biology at Monash University said their work showed that the enzymes known as protein tyrosine kinases (PTKs) had a greater role than previously thought in the rate of growth and tumour change over time.

"We already know that PTKs are associated with several types of aggressive cancers, including colon, breast and lung cancers," Associate Prof Tiganis said.

"What we have discovered is that PTKs have an important role to play as cancer cells grow and mutate to become potentially more aggressive tumours.

Nous avons découvert que les PTKs ont un important rôle à jouer dans le développement et la croissance des tumeurs lorsque celles-ci deviennent dangeureuses.

"The more we can learn about how tumours develop, the more we are able to prevent their growth in the future. There are already drugs that inhibit particular PTKs in the late stages of treatment. Our discovery could change the timing of when and how those or similar drugs are administered."

Le plus nous en savons à propos de comment les tumeurs se développent, le plus nous serons capables de prévenir leur développement dans le futur. Il y a déja des médicaments qui inhibent certains PTKs dans les derniers stages de traitement, notre découverte pourrait changer quand et comment ces médicaments sont administrés.

Assoc Professor Tiganis said all cells routinely divide and duplicate during growth. An entire genome is replicated and divides equally into two daughter cells. Sometimes things go wrong. To try to prevent this, nature has installed key cell surveillance checkpoints where molecular 'wardens' slow down DNA replication to try and correct mistakes to get the cell duplication back on track.

Normally, PTKs are turned off in the face of compromised DNA replication, but when PTK pathways remain on, unscheduled cell division can take place where cells distribute their DNA unevenly between the two resulting daughter cells. As a result, tumour cells can accumulate or lose genes and chromosomes, and gain a growth and survival advantage.

Normalement les PTKs ferment la possibilité pour la cellule anormale de se répliquer mais quand le chemin cllulaire PTK reste ouvert, des divisions imprévus peuvent arriver et les cellules mères distribuent inégalement leur ADN aux cellules filles. Comme résultat, les tumeurs cancéreuses peuvent accumuler ou perdre des gènes et des chromosomes et gagner un avantage de survie et de croissance.

"Our studies have shown that PTK pathways are intimately associated with the regulation of checkpoint responses during DNA replication," Assoc Prof Tiganis said.

"We have identified one mechanism by which PTKs may remain activated and allow cancer cells to bypass the molecular warden of DNA replication. They may lack a key enzyme called TCPTP." Experiments published in the prestigious journal Cancer Cell have been conducted using cells grown in the laboratory. "But the big question remains. What happens in the real world of human cancers?"

Nous avons identifié un moyen par lequel les PTKs restent en activité et permette ces mutations d'adn : Elles peuvent manquer d'un enzyme appelé TCPTP mais la question demeure : Qu'en est-il dans la réalité de tous les cancers ?


Dernière édition par Denis le Ven 10 Juin 2016 - 7:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
L'importance des PTKs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: