AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'herceptin et le cancer du sein (percée majeure)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: L'herceptin et le cancer du sein (percée majeure)   Mar 23 Déc 2014 - 16:44

Les conclusions d’une longue étude viennent de confirmer que l’addition du médicament Herceptin à la chimiothérapie conventionnelle augmente de 40 % la survie à certains types de cancer du sein. Coup d’œil sur ce médicament fort particulier, qui a complètement révolutionné le traitement de ce cancer.
L’Herceptin n’aurait jamais vu le jour sans le travail acharné du Dr Dennis Slamon, un oncologue de l’hôpital universitaire de Los Angeles (UCLA). Alarmé par l’échec des traitements de chimiothérapie chez plusieurs patientes atteintes d’un cancer du sein, il travailla sans relâche à découvrir les facteurs responsables de cette résistance. Un effort qui fut couronné de succès: il remarqua qu’environ 30 % des femmes atteintes d’un cancer du sein présentaient une anomalie génétique bien spécifique, qui mène à la surproduction d’une protéine appelée HER-2/neu par les cellules mammaires. Plus important encore, il a constaté qu’un anticorps développé par la compagnie Genentech bloquait la fonction de cette protéine et entraînait la mort des cellules cancéreuses.
Pour le Dr Slamon, ces résultats étaient on ne peut plus clairs: il était possible d’améliorer significativement la survie d’un grand nombre de femmes touchées par un cancer du sein en leur administrant cet anticorps.
Cet enthousiasme n’était cependant pas partagé par les dirigeants de Genentech, déçus par l’échec d’autres médicaments anticancéreux qui avaient été développés par cette compagnie. Malgré leur refus de soutenir financièrement le projet, le Dr Slalom s’obstina et réussit à obtenir l’appui de quelques scientifiques et, avec l’aide de campagnes de financement privées, parvint à développer ce qui allait devenir le trastuzumab, mieux connu sous le nom commercial d’Herceptin (1).
Oncogène neutralisé
L’Herceptin est le premier traitement anticancéreux qui cible une altération génétique spécifique, ce qui permet de tuer les cellules malignes en épargnant les cellules saines. En se fixant à l’oncogène HER-2/neu présent à la surface des cellules mammaires, l’anticorps neutralise l’activité de cet oncogène et bloque du même coup la croissance des cellules cancéreuses. Il s’agit d’un traitement tout à fait révolutionnaire, car la surexpression de HER-2 cause une croissance très rapide des cellules cancéreuses.
Avant l’avènement de l’Herceptin, les femmes touchées par un cancer du HER-2 positif avaient un pronostic plus sombre que pour les cancers HER-2 ­négatifs, avec un plus haut risque de ­récidive, une plus forte probabilité de métastases et une mortalité plus élevée. L’addition d’un inhibiteur spécifique à HER-2 à l’arsenal thérapeutique des oncologues permettait donc pour la première fois d’envisager d’améliorer ce pronostic.
Hausse de survie
L’impact positif de l’Herceptin vient d’être confirmé par les résultats d’une étude réalisée auprès de 4046 femmes atteintes d’un cancer HER-2 positif à un stade précoce (2). Les patientes ont reçu dans un premier temps une chimiothérapie combinant la doxorubicine et la cyclophosphamide, suivie par un traitement au paclitaxel avec ou sans Herceptin. Les résultats sont sans équivoque: l’addition de l’Herceptin à la chimiothérapie provoque une hausse de 37 % de la survie des patientes et une réduction de 40 % du risque de récidive.
Dans l’ensemble, l’étude montre que l’Herceptin exerce un effet bénéfique pour tous les sous-groupes d’âge ou types de cancer (récepteur à œstrogène positif ou non) et est associé à une augmentation notable du taux de survie à 10 ans, qui passe de 75 à 84 %.
L’amélioration durable de la survie des patientes par l’Herceptin montre à quel point ce médicament représente l’une des plus grandes réussites de la recherche sur le cancer des dernières années.
Cette découverte souligne aussi l’importance de continuer à investir dans la recherche pour identifier de nouvelles molécules qui peuvent être ciblées par les agents anticancéreux et ainsi donner naissance à de nouvelles thérapies.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: L'herceptin et le cancer du sein (percée majeure)   Sam 8 Déc 2012 - 15:07

Dec. 7, 2012 — Adding the drug trastuzumab to chemotherapy prevents cancer recurrence and improves survival in a large number of women with early stage HER2-positive breast cancer. But trastuzumab does not stop tumors from returning in about 25 percent of patients -- and oncologists haven't been able to identify these women before treatment. This situation may soon change, according to a Mayo Clinic study being presented at the 2012 CTRC-AACR San Antonio Breast Cancer Symposium.

Ajoouter le médicament trastuzumab à la chimio prévient la récurence et augmente la survie pour beaucoup de femmesavec un cancer du Her2 + au stage précoce.Mais le trastuzumab n'empêche pas le cancer de revenir dans 25% des cas et les oncologistes n'avaient pas été capable d'identifier ces cas avant le traitement. Cette situation pourrait changer bientôt selon une étude que la clinique Mayo présentera au symposium de San Antonio de 2012.

A team of U.S. researchers, led by oncologists at Mayo Clinic's campus in Florida, have discovered 27 genes that are significantly associated with a good outcome with concurrent use of trastuzumab and chemotherapy, as well as five other genes linked to a poor outcome using the same treatment regimen.

Une équipe a découvert 27 gènes associés avec un bon pronostic de l'emploi de Herceptin (trastuzumab)+ chimio. Et 5 autres gènes associé à un mauvais pronostic.

Results of their study -- believed to be the first to use gene expression profiling to predict outcome to trastuzumab as part of adjuvant breast cancer therapy -- offer a number of future potential benefits, says Edith Perez, M.D., deputy director at large of the Mayo Clinic Comprehensive Cancer Center and director of the Breast Cancer Translational Genomics Program at Mayo Clinic.

"These findings also are getting us closer to unraveling the biological factors that are relevant to patient outcome, which will help us improve clinical care," Dr. Perez says.

Ces découvertes vont nous aider à comprendre les facteurs biologiques qui fait que le pronostic est bon ou mouvais et ainsi améliorer nos traitements.

For example, the discovery may help scientists devise a genetic test that can help oncologists select the best treatment for their HER2-positive patients, she says.

Further analysis will illuminate the inner biological workings of individual HER2-positive tumors, which could provide clues for novel treatments, Dr. Perez adds. The researchers have already found that the genes linked to outcome can be grouped into different categories that affect tumor functioning, such as cell cycle, cell death, cell receptor signaling, and gene transcription.

Dr. Perez and her team plan to validate their findings through collaborations with researchers in the United States and Europe who have led other trastuzumab clinical studies.

"We are on our way to developing a predictive test that can define the right treatment for individual patients, and that is very exciting," she says.

Nous sommes aussi en voie de développer un test prédictif pour pourra définir le bon traitement pour chaque patiente.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: L'herceptin et le cancer du sein (percée majeure)   Jeu 30 Sep 2010 - 13:35



Recherche : triple négatif, cancer du sein, progestérone, neu/HER 2, oestrogène
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: L'herceptin et le cancer du sein (percée majeure)   Ven 29 Jan 2010 - 17:04

Un nouveau traitement déjà utilisé dans le cancer du sein vient d'être homologué par la Commission européenne pour le cancer de l'estomac. Bien que réservé à certains types de tumeurs, l'Herceptin devient la première thérapie ciblée démontrant un bénéfice sur la survie dans ce terrible cancer gastrique.



Doctissimo vous en parlait dès le 31 mai 2009 en direct du congrès de la société américaine d'oncologie clinique (ASCO), l'Herceptin (trastuzumab) semblait efficace face à certaines cancers de l'estomac. En effet, tout comme certaines tumeurs du sein, 20 % des tumeurs de l'estomac présentent à leur surface un récepteur particulier HER2 (on parle alors de tumeur HER2+), pour lequel ce traitement anticancéreux est efficace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: L'herceptin et le cancer du sein (percée majeure)   Mer 11 Mar 2009 - 10:20

Roche: étude confirme allongement durée survie avec Herceptin cancer du sein
Bâle (AWP) - Roche Holding a confirmé l'allongement de la durée de vie supplémentaire des femmes atteintes d'un cancer du sein HER2-positif à un stade précoce et traitée avec Herceptin. Les derniers résultats de l'étude HERA démontrent que les patientes traitées par Herceptin voyaient leur risque de récidive du cancer réduit de 25% comparativement aux femmes n'ayant pas reçu ce médicament.

Après un suivi médical de quatre ans en moyenne, près de 90% des femmes traitées par Herceptin étaient toujours en vie, selon un communiqué du groupe bâlois publié mercredi.

Outre le bénéfice thérapeutique significatif, cette analyse a confirmé le profil d'innocuité à long terme d'Herceptin, une innocuité et une tolérance cardiaques satisfaisantes ayant été maintenues pendant les quatre années de suivi, précise Roche.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: L'herceptin et le cancer du sein (percée majeure)   Sam 27 Déc 2008 - 5:13

26/12/2008 10:53 pm

Environ 70 % des femmes atteintes d'un cancer du sein HER2 positif localement avancé ne présentaient plus aucun signe de la maladie trois ans après l'initiation du traitement préopératoire par Herceptin en association avec la chimiothérapie, comparativement à seulement près de 50 % des patientes traitées avec chimiothérapie préopératoire seulement.

Ces résultats, tirés de l'analyse finale de l'étude de phase III NOAH (NeOAdjuvant Herceptin), seront présentés aujourd'hui à l'occasion du Symposium international sur le cancer du sein de San Antonio (San Antonio Breast Cancer Symposium, SABCS) du CTRC-AACR. Il s'agit d'excellentes nouvelles puisque les patientes atteintes de ce type de cancer du sein précoce, bien que localement avancé, dont la maladie a atteint les tissus entourant le sein, comme la peau, les muscles ou les ganglions lymphatiques, sont généralement exposées à un risque plus élevé de récurrence ou ont une espérance de vie plus courte.

<< Les résultats positifs de l'étude NOAH montrent que l'initiation d'un traitement préopératoire par Herceptin offre des bienfaits à long terme aux femmes atteintes d'un cancer du sein HER2 positif >>, a déclaré William M. Burns, PDG de la division Pharmaceuticals de Roche. << L'Herceptin continue à fournir un pronostic bien meilleur aux femmes atteintes d'un cancer du sein précoce, et ce, même si le cancer est localement avancé. >>

<< Les femmes atteintes d'un cancer du sein HER2 positif localement avancé sont difficiles à traiter >>, selon le professeur Luca Gianni, de l'Istituto Nazionale Tumori Milano de Milan, en Italie, l'un des chercheurs principaux de l'étude NOAH. << Les résultats de l'étude NOAH suggèrent que l'initiation d'un traitement d'un an par Herceptin en association avec la chimiothérapie devrait devenir la norme en matière de traitement pour les femmes atteintes d'un cancer du sein HER2 positif localement avancé. >>

L'objectif du traitement préopératoire (néoadjuvant) offert aux femmes atteintes du cancer du sein est d'améliorer le contrôle local de la tumeur afin de faciliter la chirurgie. En même temps, l'objectif consiste à déterminer la sensibilité de la tumeur à un traitement spécifique. L'étude NOAH est le plus important essai randomisé de phase III comparant les bienfaits d'un traitement néoadjuvant par Herceptin en association avec la chimiothérapie à ceux d'un traitement uniquement par chimiothérapie chez les femmes atteintes d'un cancer du sein HER2 positif localement avancé. Les résultats de cette étude ont permis de démontrer que le fait d'entreprendre un traitement préopératoire par Herceptin contribue à réduire la taille du cancer du sein localement avancé et améliore les devenirs à long terme.

À propos de l'étude NOAH

L'essai NOAH (NeOAdjuvant Herceptin) est un essai clinique ouvert, multicentrique et randomisé portant sur 228 patientes atteintes d'un cancer du sein HER2 positif localement avancé (CSLA), une forme particulièrement difficile à traiter de la maladie. Dans le cadre de l'essai, 115 patientes ont reçu un traitement néoadjuvant par chimiothérapie standard en association avec Herceptin (pendant un an) et 113 patientes ont reçu un traitement préopératoire par chimiothérapie uniquement. Le principal critère de l'étude était la survie sans événement, définie comme la période s'étendant de la randomisation à la récurrence ou la progression de la maladie, ou le décès lié à une cause quelconque. Les critères d'évaluation secondaires étaient la réponse complète pathologique (RCp), le taux de réponse global (TRG), la survie globale (SG) et l'innocuité.

Les résultats finaux de l'étude NOAH de phase III ont permis de démontrer que le traitement par Herceptin en association avec la chimiothérapie augmente la survie sans événement après 3 ans à 70 %, comparativement à 53 % pour le traitement par chimiothérapie uniquement ; l'ajout d'Herceptin à la chimiothérapie diminue de moitié environ les risques de récurrence (HR 0,56, P = 0,006). De plus, le traitement par Herceptin en association avec la chimiothérapie permet d'éliminer complètement la tumeur (une réponse complète pathologique au traitement) chez près de deux fois plus de patientes (39 %) que le traitement par chimiothérapie uniquement (20 %) (P = 0,002). Le taux de réponse global est lui aussi beaucoup plus élevé (89 % contre 77 %, P = 0,02).

À propos du cancer du sein

Le cancer du sein est le type de cancer le plus fréquent chez la femme dans le monde.(i) Chaque année, plus d'un million de nouveaux cas de cancer du sein sont diagnostiqués dans le monde et l'on déplore 400 000 décès par année liés à cette affection.(ii)

En cas de cancer du sein HER2 positif, des quantités accrues de la protéine HER2 sont présentes à la surface des cellules tumorales. On parle alors de "positivité HER2". Des taux élevés de HER2 sont notamment observés dans une forme particulièrement difficile à traiter de la maladie, qui ne répond que très peu à la chimiothérapie. Des études ont montré que la positivité HER2 touche environ 20 % des femmes présentant un cancer du sein.


Herceptin est un anticorps humanisé, conçu pour cibler et inhiber la fonction de la HER2, une protéine produite par un gène spécifique possédant un potentiel oncogène. Le mode d'action d'Herceptin est unique puisqu'il déclenche le système immunitaire et supprime la protéine HER2 afin de cibler et de détruire la tumeur. Herceptin a démontré une efficacité inégalée pour traiter le cancer du sein HER2 positif tant au stade précoce qu'au stade avancé (métastatique). Administré seul en tant que monothérapie, ou en association avec - ou consécutivement à - une chimiothérapie standard, Herceptin a permis d'améliorer les taux de réponse, la survie sans maladie et la survie globale, tout en préservant la qualité de vie des femmes présentant un cancer du sein HER2 positif.

Herceptin a été homologué au sein de l'Union européenne pour le traitement du cancer du sein HER2 positif à un stade avancé (métastatique) en 2000, et pour le traitement du cancer du sein HER2 positif à un stade précoce en 2006. Pour le cancer du sein à un stade avancé, Herceptin est aujourd'hui approuvé en tant que traitement de première ligne en association avec le paclitaxel lorsque les anthracyclines ne conviennent pas, en tant que traitement de première ligne en association avec le docétaxel, et en tant que monothérapie en traitement de troisième ligne. Il est également autorisé en association avec un inhibiteur de l'aromatase pour le traitement des patientes ménopausées présentant un cancer du sein métastatique à la fois HER2 positif et à récepteurs hormonaux positifs. Pour le cancer du sein à un stade précoce, Herceptin est autorisé dans le cadre d'une utilisation consécutive à une chimiothérapie standard (adjuvante).

À l'heure actuelle, Herceptin est évalué pour le traitement du cancer de l'estomac HER2 positif dans le cadre d'un important programme international d'essais cliniques.

Herceptin est commercialisé aux États-Unis par Genentech, au Japon par Chugai, et dans le reste du monde par Roche. Depuis 1998, Herceptin a été utilisé pour traiter plus d'un demi-million de patientes atteintes d'un cancer du sein HER2 positif à l'échelle mondiale.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: L'herceptin et le cancer du sein (percée majeure)   Mar 1 Mai 2007 - 10:07

20ou 30 pourcent des cancers du sein surexpriment une protéine connue sous le nom de HER2


L'herceptin est un agent qui cible contre le récepteur de HER2 et aide à ralentir ou à stopper la progression des cellules cancéreuses qui surexprime cette protéine. MAlheureusement, quelques femme qui n'ont pas la surexpression de HER2 sur les cellules cancéreuses du sein ne répondent pas à l'herceptin.

Le journal de l'institut national du Cancer a publié un rapport qui dit que celles dont les cellules expriment aussi un récepteur appelé p95HER2
ont une basse réponse avec le HErceptin. L'étude a inclu 47 femmes avec des cancers métastasics du sein. Toutes furent traitées avec Herceptin. 9 de ces patientes exprimaient aussi p95HER2.


Les résultats ont montré que seulement 11% des femmes avec le p95HER2 avaient une réponse anti-cancer avec le hereptin. Des patientes qui n'exprimaient pas le p95HER2 51 % ont eu une réponse. Le rapport dit aussi que les cellules cancéreuses qui exprimaient le p95HER2 étaient sensibles au Tykerb en laboratoire.



Les chercheurs ont conclu que les patientes qui surexprimaient le HER2 dans leur cancer et qui exprimaient aussi le p95HER2 étaient plus résistantes au traitement avec le Herceptin et pourraient demander à leurs docteurs de regarder pour participer à des études qui évalueraient leurs marquers biologicaux ce qui pourraient aider à prédire les réponses à certaines thérapies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Les résistantes au herceptin   Mer 21 Fév 2007 - 11:11

In the February 15 issue of Clinical Cancer Research, the researchers found that HER2-positive tumors that did not respond to Herceptin expressed certain basal markers, growth factors and growth factor receptors. One of these, insulin-growth factor receptor 1(IGF-1R), was associated with a Herceptin response rate that was half that of tumors that did not express IGF-1R.

Les chercheurs ont trouvé que les tumeurs HER-2 qui n'ont pas répondu au Herceptin exprimaient certains biomarqueurs, des récepteurs de facteurs de croissances 1 (1GF-1R) et avaient des taux de réponse de moitié comparé aux tumeurs qui n'exprimaient pas le 1GF-1R.

They also discovered that resistant tumors continue to over-express the HER2 growth factor protein -- an important finding given that many scientists had thought that loss of HER2 was likely responsible for Herceptin resistance.

Ils ont aussi découvert que les tumeurs résistantes continuaient à sur-exprimer la protéine facteur de croisance HER-2. C'est une importante découverte puisque beaucoup de scientifiques croyaient que la perte de HER-2 étaitent responsable pour la résistance à l'herceptin.

"Herceptin has revolutionized the care of HER2-positive breast cancer for many patients, but unfortunately, not for some. This work demonstrates that digging deeper into the molecular subtypes of these tumors helps us understand why some tumors are resistant and may point to ways to remedy that," said the study's lead author, Lyndsay Harris, M.D., associate professor and Director of the Breast Cancer Disease Unit at Yale University Medical Center.

"L'herceptin a révolutionné le traitement pour les cancers du positif au HER-2 pour beaucoup de patientes mais malheureusement pas pour toutes. CE travail démontre qu'en creusant plus dans la compréhension des sous-types de cancer, nous comprenons plus pourquoi quelques tumeurs sont résistantes et peut nous indiquer comment remédier à ça." dit le docteur Lyndsay Harris.

If additional studies validate these findings, it may be possible to select those patients that will be resistant to Herceptin and treat them with additional drugs to restore Herceptin sensitivity, according to Harris. "Our goal is to see what the tumor tells us before any treatment starts and tailor therapy accordingly," she said.

Si les études additionelles valident ces déocuvertes,il sera possible de sélectionner des patientes réistantes au herceptin et les traiter avec des médicaments additionnelles pour restaurant la sensibilité au herceptin. Selon Harris: "Notre but est de voir ce que les tumeurs disent avant d'entreprendre un traitement."

To determine Herceptin sensitivity, investigators took a small tumor biopsy from 48 patients with newly diagnosed and operable stage II/III breast cancer. They examined the biopsy tissue using both single and multi-gene microarrays, looking for RNA that has been activated to produce proteins.

They then treated the women with a combination of Herceptin and the chemotherapy drug Navelbine weekly for 12 weeks. Although this is not the first study to test Herceptin use before surgery, it is the first to examine the use of Navelbine, a drug approved for lung cancer treatment, in combination with Herceptin to treat HER2-positive tumors. "We were motivated to use Navelbine because we found it has few side effects when used to treat metastatic breast cancer," said Harris, who conducted much of the research study at Harvard before moving to Yale.

After treatment, the tumors were surgically removed and gene chips were again used to examine RNA transcription -- making these investigators the first to use such a technique on Herceptin treated tumors. "This kind of profiling has been done to look at response to chemotherapy drugs, but not at Herceptin resistance," Harris said.

The researchers then divided tumors into groups depending on how well they responded to therapy, and examined the baseline and post-therapy RNA profiles to find genes that were more commonly expressed in Herceptin sensitive and Herceptin resistant tumors.

They first found that some single gene markers, such as HER2 and ER (estrogen receptor), did not change in the majority of tumors. "That tells us that the cancer cells are still creating HER2 surface proteins even as Herceptin is being used, and that means HER2 loss does not appear to be a mechanism of resistance in early stage breast cancer," Harris said.

Then, using multigene chips, the researchers derived a bevy of transcribed genes that likely play a role in Herceptin resistance. Some, such as IGF-1R, were suspected, because this protein is frequently over-expressed in breast tumors, Harris says, but others were not. For example, non-responding tumors were more likely to express genes associated with basal-like breast cancer, which the researchers found to be surprising. "Most basal-like tumors are HER2-negative," Harris said.

Herceptin resistant tumors were also more likely to express a variety of growth factors, suggesting that "activation of parallel pathways may release tumors from dependence on HER2 proliferation and survival," she said.

Although the study was not designed to look at outcome, the researchers determined that 42 of 48 patients had a clinical response (16 complete responses and 26 partial responses) from the neoadjuvant treatment, and five patients experienced cardiotoxicity. After a median 2.6-year-follow-up, three of 48 patients relapsed and one died of her disease.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: L'herceptin et le cancer du sein (percée majeure)   Sam 6 Jan 2007 - 15:18

L'Herceptine pourra intervenir plus tôt dans le traitement du cancer du sein.

Déjà utilisé pour traiter ce type de cancer à un stade avancé avec métastases, le médicament a reçu son homologation pour soigner le stade précoce et agressif de la maladie.

L'Herceptine (trastuzumab) est un anticancéreux qui vise une altération génétique se manifestant par l'excès de la protéine HER-2 au niveau de la tumeur.


Environ 20 % des femmes ayant un cancer du sein au stade précoce développent cette altération.

Des recherches menées sur deux ans ont démontré que, associé à d'autres traitements anticancéreux, l'Herceptine peut réduire le risque de récidive de près de 50 % chez des patientes atteintes du type précoce du cancer du sein .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: L'herceptin et le cancer du sein (percée majeure)   Sam 16 Déc 2006 - 13:35

Le Groupe International de Recherche sur le Cancer et Sanofi-Aventis ont annoncé hier les résultats de la deuxième analyse intermédiaire d’efficacité et de tolérance de l’étude de Phase III dans le cancer du sein, BCIRG 006.

Après 3 ans de suivi, cette étude confirme que Herceptine (trastuzumab) associé à des régimes à base de Taxotere(docetaxel) améliore significativement la survie sans récidive des femmes atteintes de forme précoce de cancer du sein HER2 positive.

Le groupe pharmaceutique déclare qu'il s'agit là de la plus importante réduction du risque de décès jamais obtenue.
(© 2006 AG Presse)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fatima



Nombre de messages : 96
Localisation : new york
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: L'herceptin et le cancer du sein (percée majeure)   Ven 11 Aoû 2006 - 15:33

bonsoir Denis
merci pour tout que le tout ses renseignements que le tout puissant te donne une sante de fer avec beaucoup de bonneur
je te fais des cargoos de bec bec
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumlunion.discutforum.com
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: L'herceptin et le cancer du sein (percée majeure)   Ven 11 Aoû 2006 - 7:51

Les chercheurs ont découvert que l'anticorps monoclonal Herceptin (trastuzumab) utilisé en combianison avec certaines chimiothérapies combat efficacement les cancers du sein qui produisent peu de l'oncogène HER-2 mais surexprime le facteur de croissance heregulin, une oncoprotéine activatrice de HER-2. Les niveaux de HER-2 sont associés avec un mauvais pronostic car il augmente les métastases.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: L'herceptin et le cancer du sein (percée majeure)   Lun 17 Juil 2006 - 10:35

"Booster" les cellulles tueuses peut augmenter l'efficacité d'un médicament contre le cancer du

Des recherches préliminaires suggèrent qu'un médicament qui cible un type particulier de cancer du sein pourrait être plus efficace si on donnait aussi aux patientes une substance produite par le corps qui stimule certaines cellules immunitaires.

Les études en laboratoire et sur les animaux suggèrent que l'interlukin 21 (IL-21) pourrait augmenter l,efficacité du médicament nommé Herceptin. LEs découvertes suggèrent que cela arrive parce que le IL-21 rend plus forte l'activité des cellules NK (natural killers) qui attaquent la tumeur.

Les chercheurs espèrent commencer un test sur les humains bientôt.
L'herceptin est utilisé pour combattre le le cancer du sein HER2 qui représente 20% de tous les cancers du Les cancers HER2 ont une protéine appelé HER2 à la surface de leurs cellules cancéreuses.

L'herceptin s'attache à HER2 et enveloppe la cellule.
Les découvertes ondiquent que le IL-21 stimules les cellules NK pour attaquer ces cellules cancéreuses enveloppées et les détruire.
"seulement 25 ou 35 % des patientes avec cette forme de cancer du sein répondent au Herceptin" dit le chercheur principal William Carson
"Nos résultats suggèrent que donner le IL-2 avec le Herceptin pourrait augmenter la réponse immunitaire sur la tumeur et peut-être augmenter l'efficacité du médicament."

Plusieurs chercheurs croient que Herceptin marche en empêchant la cellule cancéreuse de croitre et en faisant qu'elle commence le processus d'apoptose.

"Mais nos recherches prouvent que Herceptin fonctionne, au moins en partie, en stimulant les cellules NK. Ce que le IL-21 peut favoriser."
Les chercheurs ont choisi d'étudier le IL-21 parce que cette substance est connue pour activer les cellules NK et faire que ces cellules émettent des substances qui appellent d'autres celllules immunitaire sur le site de la tumeur.

Ces études viennent de plusieurs expériences. Premièrement les chercheurs ont exposés des cellules NK dans des éprouvette à l'herceptin en même temps que l'IL-21. Cette façcon de faire a produit 10 fois plus d'une substance appelé interféron gamma que les cellules mises en présence de l'herceptin seul.

Les chercheurs ont répété l'expérience chez la souris. Ils ont découvert que l'animal produisait des cellules enrobées avec de l'IL-21 et de l'Herceptin et avait 3 fois plus d'interféron gamma dans le sang que si on lui avait inject l'une ou l'autre des 2 substances seules.
Une autre expérience utilisent les souris Her2. Quand l'animal a reçu les deux composés en semble, sa tumeur a rétréci 2 fois plus que s'il avait reçu l'un ou l'autre des composés seul.

Enfin, pour vérifier si l'interféron gamma était important pour faire rétrécir la tumeur, les chercheurs ont répété l'expérience utilisant des souris qui ne peuvent produire de l'interféron.
Les chercheurs ont eu la surprise de constater que l'interféron gamma manquai, le médicament et l'IL-21 n'avaient plus d'effet sur les tumeurs.
"Nous avions pensé que si nous enlevions l'inteféron gamma, les cellules NK pourraient tuer quand même les cellules cancéreuses mais ce ne fut pas le cas"

"Ceci est très intéressant parce que ça suggère que la production de l'interféron gamma pourrait être critique pour répondre à l'herceptin et nous pcroyons être les premiers à démontrer cela.
"En bout de ligne nos résultats suggèrent que l'IL-21 pourrait augmenter l'efficacité de l'Herceptin et peut-être de médicaments similaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: L'herceptin et le cancer du sein (percée majeure)   Lun 5 Juin 2006 - 8:45

DE NOUVELLES DONNéES RéVèLENT UN TAUX DE SURVIE REMARQUABLE POUR LE HERCEPTIN DANS LE TRAITEMENT PRéCOCE DU CANCER DU SEIN AVEC SUREXPRESSION DE HER2
04-06-2006 12:31

BÂLE, Suisse, June 4 /PRNewswire/ --
- Les données du suivi de l'étude internationale HERA continuent à démontrer les avantages importants du Herceptin pour les patientes

BÂLE, Suisse, June 4 /PRNewswire/ --
Les nouvelles données du suivi à 23 mois de l'essai HERA, l'une des plus vastes études jamais menées sur le cancer du sein, montrent qu'après une chimiothérapie standard, le Herceptin (trastuzumab) réduit de 34 %, ce qui est significatif, le risque d'issue fatale chez des patientes atteintes d'un cancer du HER2 positif au stade précoce[1]. Ces données montrent également un risque moindre de récidive du cancer chez les patientes sous Herceptin. Le cancer du sein avec surexpression de HER2 affecte environ 20 à 30 %[2] des femmes atteintes d'un cancer du sein. Cette condition demande une attention spéciale et immédiate parce que les tumeurs grandissent rapidement et les chances de rechute sont plus grandes.

BÂLE, Suisse, June 4 /PRNewswire/ --
Les données de l'étude internationale HERA (HERceptin Adjuvant) ont été présentées aujourd'hui à l'assemblée annuelle de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO) à Atlanta, la plus importante conférence des oncologistes du monde entier. Ces données desuivi montrent que le Herceptin administré pendant 12 mois augmente les chances de survie à long terme en empêchant le développement des métastases (ou stade avancé) de la maladie. Deux autres études américaines importantes[3] sur le Herceptin dans ce contexte ont rapporté des résultats similaires concernant la non-rechute et le taux de survie. L'étude HERA a permis de réaliser toute une série de chimiothérapies standards avant le traitement par Herceptin, ce qui, dans de nombreux endroits du monde, rend ces résultats très significatifs.

BÂLE, Suisse, June 4 /PRNewswire/ --
Selon le professeur Ian Smith, directeur de la Breast Unit du Royal Marsden Hospital de Londres au Royaume-Uni et investigateur de l'étude HERA : << Ces résultats obtenus par le Herceptin dans le traitement du cancer du précoce sont très importants. L'an dernier, les résultats de l'étude HERA ont montré que le Herceptin pouvait réduire le risque de récidive. Maintenant, pour la première fois, nous obtenons la confirmation d'une meilleure chance de survie. Le cancer du sein HER2 positif est une forme plus agressive de la maladie. Il est très important que les patientes diagnostiquées avec un cancer du sein précoce subissent un test HER2 afin de déterminer si le Herceptin pourrait convenir. >>


Dernière édition par le Lun 17 Juil 2006 - 10:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: L'herceptin et le cancer du sein (percée majeure)   Jeu 25 Mai 2006 - 11:00

Les femmes européennes avec un cancer du qui surexpriment HER-2 dans les premiers stages vont pouvoir prendre Herceptin. Voila 6 ans le médicament qui est reconnu pour réduire le risque de récurence de 46% étaient approuvé pour les femmes avec ce type de cancer dans les derniers stages mais pas pour celles dans les premiers stages. Dans le royaume-uni, il y a eu des prostestations et des articles quasi-quotidien dans les journeaux au sujet de femmes qui se voyaient refuser le médicament par le régime universel de soin de santé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: L'herceptin et le cancer du sein (percée majeure)   Mar 8 Nov 2005 - 14:09

8 novembre 2004 congrès de Paris

Une petite révolution

L'herceptine, le premier traitement du cancer qui vise une altération génétique spécifique et donc capable de tuer les cellules malignes en épargnant les cellules saines a été la star du congrès. Plusieurs experts n'ont pas hésité à parler de médicament «révolutionnaire», «stupéfiant», pour décrire les effets de l'Herceptine. Certains évoquent même la «guérison» d'un nombre considérable de femmes.

Les études publiées dans le New England Journal of Medicine ont montré que ce médicament réduit de près de 50 % la résurgence d'un cancer du peu développé mais particulièrement agressif (HER2). «La force de cette preuve est telle que ce serait une erreur de ne pas en donner à toutes les femmes qui en ont besoin», a déclaré le Dr Gabriel Hortobagyi, du Centre Anderson du cancer, à l'Université du Texas. Gabriel Hortobagyi est par ailleurs président élu de la Société américaine d'oncologie clinique. L'herceptine n'agit seulement que pour 20% des femmes, celles souffrant d'une forme de cancer caractérisée par une mutation génétique qui entraîne un excès de production de la protéine dite «HER-2».


Dernière édition par le Lun 17 Juil 2006 - 10:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: L'herceptin et le cancer du sein (percée majeure)   Jeu 20 Oct 2005 - 10:42

Je l'ai fait.

Denis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
frederic



Nombre de messages : 1088
Localisation : Canada/Mascouche
Date d'inscription : 08/04/2005

MessageSujet: Re: L'herceptin et le cancer du sein (percée majeure)   Jeu 20 Oct 2005 - 7:38

Tu devrais mettre cela sur Les Battantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tousensemble.qc.ca
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: L'herceptin et le cancer du sein (percée majeure)   Mer 19 Oct 2005 - 23:28

Le 19 octobre 2005 - 18:57
Un médicament s'avère très efficace contre le cancer du au stade précoce

Presse Canadienne
Ce médicament, le Herceptin, est déjà utilisé pour combattre le cancer à un stade avancé. Mais dans trois études ayant impliqué des milliers de femmes ayant la maladie à un stade précoce, il a réduit le risque de rechute de moitié.

Plusieurs experts ont employé des mots comme "révolutionnaire" et "étonnante" pour décrire la découverte.

Le Herceptin, dont l'appellation générique est le trastuzumab, ne peut pas aider tout le monde. Il est approprié seulement pour les 20 pour cent de cas de cancer (selon une estimation) dans lesquels les tumeurs produisent trop d'une protéine appelée HER2. Dans les études les plus récentes, le médicament a été administré en même temps que les traitements habituels, incluant la chirurgie et la chimiothérapie.

Néanmoins le Herceptin pourrait s'avérer la plus grosse avancée dans le domaine des médicaments anti-cancer depuis que des recherches ont démontré, il y a dix ans, l'efficacité extraordinaire du tamoxifène, un autre médicament qui a transformé le traitement de la maladie en ciblant les cellules cancéreuses tout en épargnant les cellules saines.

Le Herceptin, produit par la firme Genentech, pourrait avoir fait "d'un type de cancer parmi les plus inquiétants un cancer pouvant donner lieu à un pronostic relativement favorable", a déclaré le docteur Ed Romond, de l'Université du Kentucky.

Le Dr Romond est l'un des chercheurs qui font état des résultats des trois études sur le Herceptin jeudi, dans le dernier numéro du New England Journal of Medicine. L'une était une étude internationale parrainée par Roche, le distributeur européen de Herceptin. Les autres étaient des études nord-américaines pilotées par le National Cancer Institute aux Etats-Unis.

Les chercheurs ont suivi en tout plus de 6500 femmes atteintes de cancer du au stade primaire.

Le gouvernement américain a déjà approuvé le médicament en 1998 pour le cancer du sein avancé avec métastases. Mais les cas de cancers du sein primaires sont nettement plus courants.


Dernière édition par le Lun 17 Juil 2006 - 10:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: L'herceptin et le cancer du sein (percée majeure)   Sam 9 Juil 2005 - 23:48



Changement d'époque

On se souvenait des résultats impressionnants de l'essai AC versus AC suivis de Taxol® en phase adjuvante présentés par Georges Sledge. Cette fois, c'est le bénéfice apporté par l'Herceptin® à ce schéma qui s'est avéré impressionnant. On évite plus de la moitié des rechutes avec un gain en survie majeur. Aucun traitement adjuvant n'a jamais démontré une telle amélioration de la survie dans le cancer du

Bien sûr, des questions se posent d'ores et déjà :

le recul est court, le bénéfice va t-il se maintenir ?
faut-il traiter 1 an ou 2 ans ?
faut-il traiter en association avec la chimiothérapie, avec les taxanes ?
Cependant, ces résultats démontrent que finalement les tumeurs de plus mauvais pronostic sont celles qui seront les meilleures demain.
De plus, les patientes traitées par Herceptin® ne rechutent plus, au-delà de 3 ans (abstract 7355).

Si cela se confirme, on pourra ainsi véritablement guérir le cancer du sein.

Quant au bevacizumab en phase métastatique, les résultats sont surprenants par rapport aux résultats présentés l'an dernier par Kathy Miller. Cependant, il apparaît qu'il faut traiter précocement ces patientes par bevacizumab, contrairement à ce qui a été réalisé dans l'étude avec la capécitabine.

En définitive, on voit se dessiner à moyen termes : Herceptin® ou un autre inhibiteur de HER2 en phase adjuvante pour les patientes HER2+ et le bevacizumab probablement très rapidement dans cette population.

Quant aux patientes HER2-, le bevacizumab sera utilisé en métastatique mais certainement très rapidement en adjuvant.

Le SU 11248, dans le cancer du (abstract 563) : là encore preuve de l'efficacité des thérapeutiques anti-angiogéniques dans le cancer du sein.


source


Dernière édition par le Lun 17 Juil 2006 - 10:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: L'herceptin et le cancer du sein (percée majeure)   Jeu 30 Juin 2005 - 15:16

Un vaccin a protégé des souris contre le développement du type Her2/neu du cancer du sein



Selon l'article du Pr Lawrence Lachman, Ph.D., professeur au Department of Experimental Therapeutics de l'université du Texas M. D. Anderson Cancer Center, publié dans le online journal Breast Cancer Research, du 29 Novembre 2004 un nouveau vaccin pourrait offrir une voie pour traiter certains cancers humains du sein.

Selon l'auteur c'est une stratégie qui semble obtenir une réponse immunologique complète contre l'HER2/neu. Un médicament, l'Herceptin, traite cette sorte de cancer du mais ce traitement ne produit qu'une réaction immunisée transitoire et passive. Le vaccin paraît créer une mémoire dans le système immunitaire qui produit une réponse protectrice durable.

Dans les expériences, trois groupes de sept souris furent traitées avec trois injections du vaccin. Les chercheurs ont implanté ensuite une tumeur HER2/neu dans le tissu mammaire des souris. Toutes les souris de contrôle ont développé le cancer du sein mais seulement une souris dans chaque groupe vacciné a été atteinte, soit un taux de 86% de protection contre le cancer. L'expérience fut répétée de nombreuses fois avec le même résultat.

Le Pr Lachman suggère que le vaccin pourrait chez l'humain enrayer les métastases ou la propagation, mais ajoute que cette notion doit d'abord être testée dans des essais clinique.




Rechercher un article


Publié le 13-01-2005


Dernière édition par le Lun 17 Juil 2006 - 10:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: L'herceptin et le cancer du sein (percée majeure)   Sam 11 Juin 2005 - 13:20

News et opinions : Actualité
Cancer du sein : la percée de l’Herceptin


Article de Jean-Yves Nau


Andrew von Eschenbach, directeur de l’Institut national américain du cancer (NCI) vient de qualifier de «percée majeure» les derniers résultats obtenus dans le traitement de certaines formes de cancer du sein à partir de l’Herceptin ® (ou trastuzumab) en association avec une chimiothérapie classique. «Ces résultats constituent un exemple de plus indiquant que nous sommes à un tournant important dans l’usage de thérapies ciblées pour mettre fin à la souffrance et à la mortalité provoquées par le cancer» a commenté le directeur du NCI. Le NCI précise que les résultats détaillés devaient être présentés devant l’assemblée annuelle de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO), qui s’est tenue du 13 au 17 mai 2005.
Roche et Genentech viennent pour leur part de rendre publics les derniers éléments disponibles quant aux deux grandes études de phase III menées en Amérique du Nord et qui montrent que l’administration d’Herceptin ® «augmentait significativement la survie de patientes présentant un cancer du sein HER2-positif au stade précoce» et qui «prouvent pour la première fois qu’Herceptin ® est potentiellement en mesure de réduire le risque de récidive à un stade précoce et de prolonger la vie des femmes souffrant de cette forme particulièrement agressive de la maladie».
Ces deux études ont comparé l’administration d’Herceptin ® associé à une chimiothérapie, à une chimiothérapie utilisée seule après intervention chirurgicale initiale (traitement adjuvant). L’analyse intermédiaire conjointe a montré que l’étude satisfaisait à ses critères d’évaluation primaire et secondaire consistant en une amélioration statistiquement significative de la survie sans progression de la maladie et de la survie globale.
Herceptin® est un anticorps humanisé conçu pour cibler et bloquer la fonction de HER2, protéine produite par un gène spécifique doté d’un potentiel cancérogène. Herceptin a été homologué dans l’Union européenne en 2000, pour être utilisé chez des patientes atteintes de cancer du sein métastatique, dont la tumeur surexprime la protéine HER2. Cette molécule est commercialisée par Genentech aux Etats-Unis, par Chugai au Japon et par Roche dans le reste du monde.
Les deux études américaines ont été sponsorisées par le NCI et conduites par un réseau de chercheurs sous l’égide du National Surgical Adjuvant Breast and Bowel Project (NSABP) ainsi que du North Central Cancer Treatment Group (NCCTG). L’étude NCCTG a commencé son recrutement en juin 2000 et compte aujourd’hui 3406 patientes ; l’étude NSABP a pour sa part enrôlé sa première patiente en mars 2000 et englobe aujourd’hui 2085 patientes. L’analyse intermédiaire conjointe a porté sur les données de 3300 patientes. Ces deux études vont mettre fin au recrutement de nouvelles patientes et les malades traitées vont être suivies à long terme.
Plus précisément, chacune des études, randomisées et contrôlées, a évalué l’association doxorubicine/cyclophosphamide (AC) avec administration subséquente de paclitaxel selon différents schémas thérapeutiques, combiné ou non à Herceptin ®, chez des femmes souffrant de cancer du sein HER2-positif au stade précoce. Les effets indésirables observés dans ces études étaient conformes à ceux relevés dans de précédentes études cliniques sur Herceptin ®.

Selon le NCI, ces essais cliniques ont montré que dans le groupe des femmes traitées avec l’Herceptin ® le taux de réapparition du cancer a baissé de 52% comparativement à l’autre groupe.

Roche et Genentech soulignent d’autre part que chacune de ces études est dotée d’un Data Monitoring Committee (DMC) externe et indépendant qui contrôle les données obtenues, notamment celles concernant l’innocuité sur le plan cardiaque. Les DMC ont régulièrement vérifié les données et constaté une augmentation de trois à quatre pour cent des événements cardiaques sévères ou mettant en jeu le pronostic vital (à issue fatale dans de rares cas), consistant le plus souvent en insuffisance cardiaque congestive, chez des patientes sous traitement combiné par Herceptin ® plus chimiothérapie. Les patientes de ces études continueront donc d’être suivies quant à la survenue éventuelle d’autres effets indésirables.
«Les informations provenant de ces études menées en Amérique du Nord ne font qu’ajouter aux espoirs que l’on fonde sur la prochaine analyse intermédiaire de l’étude HERA, qui porte également sur l’administration d’Herceptin ® lors de cancer du au stade précoce, mais en association avec un plus grand nombre de protocoles chimiothérapiques» a déclaré le Dr Martine Piccart, chef du département de médecine à l’Institut Jules Bordet de Bruxelles et principal investigateur de l’étude HERA (HERceptin Adjuvant), autre essai de grande envergure sur Herceptin ® administré à titre de traitement adjuvant.

Le recrutement dans l’étude HERA, conduite par le Breast International Group et Roche, a commencé en décembre 2001. Près de 5100 patientes ont été enrôlées sur 480 sites répartis dans 39 pays du monde. HERA évalue le recours à une chimiothérapie systémique adjuvante standard et à une radiothérapie (si celle-ci est appropriée), suivies ou non par l’administration d’Herceptin ® toutes les trois semaines pendant 12 à 24 mois, chez des femmes atteintes de cancer du sein HER2-positif au stade précoce. Pour William M. Burns, responsable de la division pharmaceutique de Roche, les derniers résultats obtenus «font que la détermination du statut HER2 dès la pose du diagnostic de cancer du devient une étape essentielle dans la prise en charge de cette pathologie.» Le cancer du sein HER2-positif touche environ 20-30% des femmes atteintes de cancer du sein.


Dernière édition par Denis le Jeu 30 Sep 2010 - 13:52, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'herceptin et le cancer du sein (percée majeure)   Aujourd'hui à 22:09

Revenir en haut Aller en bas
 
L'herceptin et le cancer du sein (percée majeure)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» S'engager au sein d'une association/Soutenir une cause
» Le parler de l'île de Sein

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: