AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le test MG5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le test MG5   Jeu 15 Oct 2015 - 11:51

A new gene test can identify which patients are likely to suffer more aggressive forms of the childhood cancer rhabdomyosarcoma, new research reports.

Examining the activity of only five genes in a sample of the tumour was enough to identify high-risk children who might benefit from more intensive treatment or from new therapies in clinical trials.

The findings, published in the journal Clinical Cancer Research, could open up the opportunity for doctors to prescribe personalised treatment for children with cancer depending on the gene activity of their tumours.

This five-gene signature, known as MG5, was developed by researchers at The Institute of Cancer Research, London.

It has now been validated in tests of samples from 68 patients led by scientists from the Children's Oncology Group in the US, in collaboration with The Institute of Cancer Research (ICR).

The work was supported in the UK by the Chris Lucas Trust and the NIHR Biomedical Research Centre at The Royal Marsden and the ICR, and also received funding from the US National Cancer Institute and Fondation Medic.

The test for gene activity -- known scientifically as gene 'expression' -- is the first to be able to predict accurately which children with a type of rhabdomyosarcoma called 'fusion-negative' will have more aggressive forms of the disease.

Children with fusion-negative tumours lack a particular genetic defect often found in rhabdomyosarcoma that results in two genes, called PAX3 and FOXO1, becoming fused together.

Rhabdomyosarcoma -- the most common soft tissue sarcoma in children and adolescents -- looks like muscle tissue, and its severity depends on various factors including where in the body it developed.

Previous work at the ICR has shown that fusion-negative patients generally have a lower risk of developing aggressive disease than fusion-positive cases.

But in the new study, researchers showed that the ICR's MG5 test splits fusion-negative patients into two distinct groups, based on the activity of the five genes. Patients with high scores have significantly worse survival chances than those with low scores, suggesting the test could ultimately be included in assessment of children with rhabdomyosarcoma across Europe and the US to decide the best treatment option.

UK study leader Professor Janet Shipley, Professor of Cancer Molecular Pathology at The Institute of Cancer Research, London, whose laboratory originally developed the test, said:

"Our research showed a significant link between a particular gene signature from tumour samples and higher-risk, aggressive rhabdomyosarcoma. This study is an important step towards introducing an approach that identifies children who are unlikely to benefit from current, standard treatments and can be offered more intensive or new treatment strategies that will improve their outcome."

"We now hope to bring our test for this gene signature to the clinic as soon as possible. Our aim is to identify these high-risk cases of rhabdomyosarcoma more quickly in the clinic, and ultimately improve treatment for these children."

Professor Paul Workman, Chief Executive of The Institute of Cancer Research, London, said:

"We're determined to bring the same kind of molecular advances that are starting to transform treatment for adult cancer patients to children too. A key step is to begin dividing up children's cancers depending on their genetics and gene activity, so that we can adjust their treatment according to the aggressiveness of the disease. That should help us to increase the chances of survival in those with aggressive cancer, while easing the side-effects from treatment in less deadly forms."


---


Un nouveau test de gène peut identifier quels patients sont susceptibles de subir des formes plus agressives du rhabdomyosarcome, un cancer chez les enfants, selon de nouveaux rapports de recherche.

L'examen de l'activité de seulement cinq gènes dans un échantillon de la tumeur a été suffisant pour identifier les enfants à haut risque qui pourraient bénéficier d'un traitement plus intensif ou de nouvelles thérapies dans des essais cliniques.

Les résultats, publiés dans la revue Clinical Cancer Research, pourraient ouvrir la possibilité pour les médecins de prescrire un traitement personnalisé pour enfants atteints de cancer en fonction de l'activité des gènes de leurs tumeurs.

Cette signature de cinq gène, dénommé MG5, a été développé par des chercheurs de l'Institut de recherche sur le cancer, à Londres.

Il a maintenant été validé dans les tests d'échantillons provenant de 68 patients dirigés par des scientifiques du Groupe d'oncologie pour enfants aux États-Unis, en collaboration avec l'Institut du cancer (IC).

Le travail a été soutenu au Royaume-Uni par le Chris Lucas Trust et le Centre de recherche biomédicale INDH au Royal Marsden et l'ICR, et a également reçu des fonds de l'Institut national du cancer des États-Unis et la Fondation Medic.

Le test de l'activité des gènes - le nom scientifique est «l'expression« de gène - est le premier à être en mesure de prédire avec précision où les enfants avec un type de rhabdomyosarcome appelé «fusion-négatif» auront des formes plus agressives de la maladie.

Les enfants atteints de tumeurs de fusion négatif ont un défaut génétique particulier qu'on retrouve souvent dans le rhabdomyosarcome qui se traduit par deux gènes, appelé PAX3 et FOXO1, devenant fusionnés.

Le Rhabdomyosarcome - sarcome le plus commun des :mous: chez les enfants et les adolescents - ressemble le tissu musculaire, et de sa gravité dépend de divers facteurs, y compris dans le corps où elle a développé.

Des travaux antérieurs à l'ICR a montré que les patients de fusion-négative ont généralement un risque plus faible de développer une maladie agressive que dans les cas de fusion-positif.

Mais dans la nouvelle étude, les chercheurs ont montré que le test de MG5 de l'ICR divise les patients de fusion-négative en deux groupes distincts, sur la base de l'activité des cinq gènes. Les patients avec des scores élevés ont significativement de pires chances de survie que ceux avec des scores faibles, suggérant le test pourrait finalement être inclus dans l'évaluation des enfants atteints de rhabdomyosarcome à travers l'Europe et les Etats-Unis pour décider de la meilleure option de traitement.

Le chef de l'étude au Royaume-Uni Professeur Janet Shipley, professeur de Molecular Cancer pathologie à l'Institut de recherche sur le cancer, à Londres, dont le laboratoire à l'origine développé le test, a déclaré:

«Notre recherche a montré un lien significatif entre la signature particulieres de ces gènes à partir d'échantillons de tumeurs et un risque élevé de rhabdomyosarcome agressif. Cette étude est une étape importante vers l'introduction d'une approche qui identifie les enfants qui sont peu susceptibles de bénéficier des traitements actuels, standards et à qui peuvent être offerts des traitements stratégies ou plus intensifs ou de nouveaux traitements qui permettront d'améliorer leur résultat ".

"Nous espérons maintenant amener notre test pour cette signature génétique à la clinique dès que possible. Notre objectif est d'identifier ces cas à risque élevé de rhabdomyosarcome plus rapidement à la clinique, et finalement améliorer le traitement de ces enfants."

Le professeur Paul Workman, chef de la direction de l'Institut de recherche sur le cancer, à Londres, a déclaré:

"Nous sommes déterminés à apporter le même genre de progrès moléculaires qui sont en train de transformer le traitement des patients adultes atteints de cancer pour les enfants aussi. Une étape clé est de commencer à diviser les cancers de l'enfant en fonction de leur génétique et l'activité des gènes, de sorte que nous pouvons ajuster leur traitement selon l'agressivité de la maladie. Cela devrait nous aider à augmenter les chances de survie chez les personnes atteintes de cancer agressif, tout en allégeant les effets secondaires d'un traitement dans des formes moins mortelles ".

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le test MG5   Lun 13 Juin 2011 - 23:49

mai 2011


Ainsi, un essai de phase II est-t-il ouvert pour les patients porteurs d’un rhabdomyosarcome métastatique ou d’un autre sarcome des tissus mous métastatique, et randomise l’adjonction du bévacizumab à une chimiothérapie classique associant vincristine, actinomycine, ifosfamide et doxorubicine

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Le test MG5   Jeu 4 Sep 2008 - 16:57

(Sep. 4, 2008) — The tumor suppressor gene pRb2/p130 may provide the first independent prognostic biomarker in cases of soft tissue sarcoma (STS), according to an international collaboration of researchers, including scientists at the Sbarro Institute for Cancer Research and Molecular Medicine at the College of Science and Technology at Temple University in Philadelphia, PA, the Department of Human Pathology and Oncology, University of Siena and the Center of Oncological Research of Mercogliano (CROM) in Avellino, Italy.

Le gène pRb2/p130 pourrait servir de biomarqueur dans le cas du cancer des tissus mous.


The findings show that a reduction in the expression of pRb2/p130 can mean a higher risk of recurrence and death from STSs. The gene pRb2/p130, a member of the retinoblastoma family of genes, regulates a portion of the cell cycle.

Une réduction dans l'expression du gène peut vouloir dire la récurrence du cancer.

Clinicians have long sought a prognostic test for the disease, which can be highly aggressive and unpredictable, making it difficult to determine the most beneficial course of chemotherapy and/or radiation treatments following surgery.

Les cliniciens ont longtemps chercher un moyen de savoir lequels des cancers des tissus mous étaient agressifs et lesquels ne l'étaient pas.

A prognostic indicator will help doctors determine which patients have a higher risk of recurrence of the disease and who might benefit from a more aggressive adjuvant therapy.

In the study, researchers examined specimens taken from 41 patients with STS. In a subset of 31 cases of nonmetastatic cancers, they found a direct relationship between pRb2/p130 expression and the clinical outcome of patients.

"We found that pRb2/p130 expression was lost or decreased and significantly correlated with recurrence of disease and poor survival rates in the subset of patients with nonmetastatic tumors," said Valeria Masciullo, M.D., Ph.D., lead author of the study.

"A prognostic test could define the natural history of STSs, while also helping to identify possible targets for new kinds of therapies," said Antonio Giordano, M.D., Ph.D., the Director of the Sbarro Institute, Professor of Molecular Biology at the College of Science and Technology at Temple University in Philadelphia, PA and Full Professor of Pathological Anatomy and Histology of the University of Siena.

Un test pronostic pourrait aider à définir l'histoire de la maladie ainsi qu'à définire de nouvelles cibles pour de nouvelles thérapies.

The researchers noted that the reliability of pRb2/p130 as a potential marker in the clinical routine assessment and management of patients with STS deserves to be further evaluated in long-term follow-up studies on a larger number of cases.

The research appears in the latest issue of Clinical Cancer Research.


Dernière édition par Denis le Sam 4 Juin 2016 - 8:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le test MG5   Aujourd'hui à 2:02

Revenir en haut Aller en bas
 
Le test MG5
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le test de Rorschach
» Test de Student !
» test unilatéral vs test bilatéral
» Test de levene sous SPSS
» Corrélation entre 2 séries de données, quel test?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: