AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Inégalités sociales face au cancer.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Inégalités sociales face au cancer.   Sam 8 Oct 2016 - 8:14


Josée Legault
Mercredi, 5 octobre 2016

Le cancer serait-il une maladie «honteuse»? Bien sûr que non.

Par contre, dans notre monde où les banques sont reines et les assureurs sont rois, c’est une autre histoire.

Si vous avez déjà eu un cancer ou connaissez quelqu’un qui en a été atteint, vous savez sûrement que d’obtenir une assurance-vie ou invalidité par la suite, du moins, à un taux raisonnable, c’est la croix et la bannière.

À vrai dire, c'est à peu près mission impossible.

Pour les personnes qui ont eu le cancer, c'est comme si on leur en faisait porter le stigmate financier pour le reste de leur vie.

Au moment où une controverse gronde autour du dernier livre de ma collègue Josée Blanchette - «Je ne sais pas pondre l’œuf, mais je sais quand il est pourri» -, un ouvrage hautement critique de la chimiotéraphie -, une proposition constructive nous arrive pour les survivants du cancer.

Ce lundi, le Journal rapportait en effet la proposition d’Alexandre Cloutier d’«éliminer les obstacles pour les survivants du cancer, qui sont souvent incapables de s’assurer ou doivent payer des surprimes astronomiques».

En plein mois du cancer du sein (transparence totale, je suis moi-même une survivante du cancer), le député et candidat à la chefferie péquiste met en effet le doigt sur une grave injustice qui frappe de nombreuses personnes - tous cancers confondus.

Une injustice réelle et concrète qui, s'additionnant aux pertes financières déjà importantes subies par de nombreux patients pendant leurs traitements, doit cesser.


***

Le droit à l’oubli

En guise de démonstration, citons des extraits de l’article en question :

«Près d’un Québécois sur deux sera atteint d’un cancer au cours de sa vie. À l’heure actuelle, 64 % des personnes survivent à leur cancer.

Mais tous ces rescapés doivent affronter des obstacles de taille, déplore le député de Lac-Saint-Jean.

Pour un survivant du cancer, contracter une assurance vie, une assurance habitation, ou même obtenir un prêt hypothécaire ou bancaire s’avère difficile, voire impossible.

«Il y a trop de gens qui sont touchés par le cancer et qui, malheureusement, sont discriminés par la suite», insiste-t-il.

Une clause de la Charte québécoise des droits et libertés de la personne permet aux compagnies d’assurance de discriminer pour des raisons de santé.

Le prétendant au trône péquiste propose de s’inspirer de la France et d’instaurer un «droit à l’oubli» pour les survivants des types de cancer les plus courants, comme le cancer du sein, de la thyroïde, de la peau, du col de l’utérus et des testicules.

Au maximum 15 ans après la fin de leurs traitements, les survivants verraient leur cancer être effacé de leur historique médical.

Pour les personnes ayant développé la maladie durant l’enfance, le délai serait d’au plus cinq ans après la fin du processus thérapeutique.

Les assureurs et les banques ne pourraient donc plus imposer des surprimes ou refuser une demande.

«Ça permet vraiment de donner aux gens une plus grande équité, soutient la députée Diane Lamarre, qui appuie M. Cloutier dans la course.

Il y a énormément de gens qui ont traversé cette épreuve d’un cancer et qui, 15 ans plus tard, se trouvent encore pénalisés.»

Pour y arriver, une modification de la Charte québécoise des droits est souhaitable, selon le candidat Cloutier.»



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Inégalités sociales face au cancer.   Dim 7 Sep 2008 - 18:55

Cancer, les inégalités sociales de mortalité touchent plus les hommes que les femmes. De fortes inégalités sociales de mortalité par cancer sont observées chez les hommes, en particulier pour les cancers des voies aérodigestives supérieures (VADS). Le risque de décéder, notamment d’un cancer, entre 30 et 65 ans, est deux fois plus élevé chez les ouvriers que chez les cadres et les professions libérales.


De très fortes inégalités sociales de mortalité existent en France, en particulier chez les hommes âgés de moins de 65 ans. Ces inégalités se retrouvent au niveau de la mortalité par cancer.



Plusieurs études menées sur la période 1980 à 1989 montrent que le risque de décéder, notamment d’un cancer, entre 30 et 65 ans, est deux fois plus élevé chez les ouvriers que chez les cadres et les professions libérales.


Dernière édition par Denis le Sam 8 Oct 2016 - 8:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Inégalités sociales face au cancer.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sujet: inégalités sociales de santé
» BOUDDHISME ET REVOLUTION SOCIALE
» Forum Economique Davos 2010
» L'Utilitarisme est-il la proposition d'une éthique sans liberté ?
» Le libéralisme économique et le marché en général entraînent-ils nécessairement l'effritement des structures traditionnelles ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Société-
Sauter vers: