AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un vaccin peptidique pour éviter la rechûte du cancer du sein HER2 et la maladie elle-même

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Un vaccin peptidique pour éviter la rechûte du cancer du sein HER2 et la maladie elle-même   Lun 11 Avr 2016 - 17:12

Vaccines for both secondary and primary prevention of breast cancer are showing potential in clinical trials, according to Elizabeth A. Mittendorf, MD, PhD, who is leading much of the vaccine research at the University of Texas MD Anderson Cancer Center, Houston. Vaccine platforms being explored include dendritic cell vaccines, whole tumor cell vaccines (allogeneic, autologous), recombinant protein vaccines, peptide vaccines, DNA vaccines, and recombinant viral vectors. The focus of Dr. Mittendorf’s research has been peptide vaccines, which she described at the 2016 Miami Breast Cancer Conference.1

Peptides are derived from immunogenic proteins. They can be combined with an immunoadjuvant and given as a simple injection, which stimulates peptide-specific immune responses. “They are simple to construct, very easy to manufacture, inexpensive, and would be ‘off-the-shelf’ therapy that’s easily exportable to the community,” revealed Dr. Mittendorf, Associate Professor in the Department of Breast Surgical Oncology at MD Anderson.

Current peptide vaccines have profited from lessons learned 2 decades ago in metastatic disease, where they were not effective, presumably because of diffuse disease. “It’s unlikely that a simple approach like a peptide vaccine that stimulates a T-cell response against a single antigen would be effective in the metastatic setting,” she explained. “We now have ideas about how to use vaccines in combinations with other therapies to address this limitation.”

The vaccine strategy will probably be dictated by disease stage. For primary prevention in high-risk patients, vaccines alone might be effective. For minimal disease (ie, in the adjuvant setting), they might be effective alone or in combination with other immunomediated treatments for preventing recurrences. For patients with metastatic disease, vaccines alone are not likely to be effective but may be effective when combined with more aggressive strategies such as checkpoint blockade drugs, added Dr. Mittendorf.

HER2-Derived Peptide Vaccine

Encouraging results are coming in for her groups’ E75 HER2-derived peptide vaccine, nelipepimut-S (NeuVax), in early-stage breast cancer patients. E75 is a peptide from the extracellular domain of HER2. It directs activity against the HER2 protein by stimulation and activation of cytotoxic T lymphocytes and CD8-positive memory cells against the human leukocyte antigen (HLA)-presented HER2 epitope. The vaccine has high affinity for HLA-A2/A3; therefore, patients with this HLA profile are most likely to benefit.

A disease-free survival benefit was observed in a phase II trial of 187 early-stage breast cancer patients deemed at high risk for recurrence. Patients received six injections of E75 with granulocyte macrophage colony-stimulating factor (GM-CSF) after tumor resection (with or without chemotherapy and/or radiotherapy, as indicated).

The 5-year disease-free survival rate was 89.7% for the vaccinated group vs 80.2% for the controls (P = .08), which increased to 94.8% vs 80.2% (P = .05) among the optimally dosed cohort.2 Immune responses were observed on in vitro and in vivo assays.

Response rates were greater among patients with increased levels of cytotoxic T lymphocytes induced by E75. Recurrences were observed in only 1 of 30 patients (3%) with cytotoxic T lymphocytes above the mean, compared with 8 of 56 (14%) for patients with levels of cytotoxic T lymphocytes below the mean.3

The phase III registration PRESENT trial is evaluating E75 in 758 early-stage, node-positive HLA-A2/A3 patients with low to intermediate HER2 expression who received a complete response to standard treatment. Patients are randomized to E75 or placebo plus GM-CSF, receiving six injections monthly for 6 months, followed by a booster vaccination every 6 months for 3 years. The primary endpoint is disease-free survival at 3 years.

Strategies to Augment Response

Researchers believe that the booster is necessary for restimulating immunity and has been shown to reduce recurrences in early-phase trials. Other strategies to augment response include multiepitope vaccines (adding other class 1 epitopes or incorporating peptides stimulating a CD4-positive T-cell response), combination immunotherapy with trastuzumab (Herceptin), and combination therapy with “immunogenic” chemotherapy.

Dr. Mittendorf and her team are evaluating GP2, a class I epitope derived from the HER2 transmembrane domain, which works similarly to E75 by stimulating CD8-positive T cells. In a phase I/II trial of 190 patients with varying HER2 levels, the disease-free survival rate for patients who completed the series was 94%, vs 85% for controls—a 57% reduction in risk.4

For 48 patients who received the GP2 vaccine after receiving trastzumab, none had recurred by 4 years. This finding supports the concept that better results can be achieved when vaccines are combined with other immunomediating drugs, with trastuzumab being one, she said.

Dr. Mittendorf and her colleagues are now conducting a randomized multicenter phase II study evaluating combination immunotherapy with the E75/GM-CSF vaccine plus trastuzumab in high-risk HER2-positive patients. Patients not achieving a pathologic complete response after neoadjuvant chemotherapy plus anti-HER2 agent and patients having upfront surgery who are pathologically node-positive are eligible. Invasive disease–free survival is the primary endpoint.

“This population has about a 20% risk of recurrence within 3 years, and we think we can improve upon this with the vaccine,” she explained.

Other Combination Approaches

Also being evaluated is an allogeneic vaccine engineered from a HER2-positive cell line genetically modified to secrete GM-CSF, which is administered with trastuzumab and cyclophosphamide. In a feasibility study of 20 patients with HER2-positive metastatic disease, this combination appeared to be safe and was associated with a 40% clinical benefit rate. Correlative studies demonstrated expansion of HER2-specific CD8-positive T cells and an increase in HER2-specific delayed-type hypersensitivity in 33%. A phase II trial has been enrolled.

Dr. Mittendorf clarified that in the metastatic setting, vaccines may be ineffective alone, but in combination they could be effective. “The strategy they are working on here may make the vaccine effective, as it’s modified to secrete cytokines and is given with an immune-modulating dose of cyclophosphamide to decrease hostile regulatory T cells, and with trastuzumab, which has immunomodulatory activity.”

Researchers at the National Cancer Institute are also evaluating PANVAC, a poxviral-based cancer vaccine that includes transgenes for CEA and MUC-1 and the T-cell costimulatory molecules B7.1, ICAM-1, and LFA-3. In a phase II trial in metastatic breast cancer, patients randomized to receive PANVAC plus docetaxel had a median progression-free survival of about 8 months, vs about 4 months for docetaxel alone.5

Combinations of vaccines with immune checkpoint inhibitors are also in development, she added.

Vaccines for Primary Prevention

Researchers are also pursuing the concept of using vaccines for primary prevention. Researchers from the National Cancer Institute (NCI) recently offered a “roadmap” for this endeavor.6

One of their concepts revolves around restimulating immune responses first observed after childhood illness. It has been shown that children who have multiple infectious diseases and/or febrile illnesses in childhood are less likely to develop cancer. Their immune response, initially stimulated against epithelial antigens, can be restimulated at the first signs of a precancerous condition, such as advanced adenomas (for colorectal cancer) or ductal carcinoma in situ (for breast cancer), possibly to prevent progression.

“You give the vaccine when there’s a precursor lesion and augment the immune response to eliminate the tumor,” explained Dr. Mittendorf.

In a feasibility study, a vaccine targeting the MUC1 in individuals with advanced adenomas elicited high levels of anti-MUC1 IgG in 44% of patients.7 Nonresponders had increased levels of myeloid-derived suppressor cells, which promote tumor growth.

“This suggests an immunosuppressive environment was already in place in patients developing premalignant disease,” she said, which raises a few questions: Should we vaccinate even earlier? Can we use myeloid-derived suppressor cells to select patients for prophylactic vaccination? Can we target myeloid-derived suppressor cells at the time of vaccination?

In breast cancer, the precursor would be ductal carcinoma in situ or atypical ductal hyperplasia. It is possible that vaccination before tumor cells become genetically unstable and begin dividing rapidly could prevent evolution to malignancy.

A small study of a dendritic vaccine given neoadjuvantly demonstrated an immune response along with a reduction in HER2 expression in the tumor.8

Dr. Mittendorf and colleagues are exploring this concept in a phase II NCI-sponsored primary prevention study of the E75 vaccine in patients with ductal carcinoma in situ. Subjects will receive three doses preoperatively and then finish the series with three doses postoperatively. The endpoint is generation of E75-specific cytotoxic T lymphocytes. They will also evaluate for epitope spreading (ie, enhanced immune response to different antigens).

“We think it’s the broad immune response not only to the antigen we are vaccinating with, but also to other antigens that speaks to why vaccines could be effective,” she concluded. “By vaccinating patients in early-phase disease, we may be giving them long-lasting immunity to protect them down the line.” ■

Disclosure: Dr. Mittendorf has received institutional funding from Galena Biopharma (the maker of NeuVax) and Antigen Express.

---

Les vaccins pour la prévention primaire et secondaire du cancer du sein montrent un potentiel dans les essais cliniques, selon Elizabeth A. Mittendorf, MD, PhD, qui dirige une grande partie de la recherche sur les vaccins à l'Université du Texas MD Anderson Cancer Center, Houston. les plates-formes de vaccins comprennent les vaccins explorées de cellules dendritiques, des vaccins à cellules tumorales entiers (allogéniques autologues), les vaccins recombinants, les vaccins protéiques peptidiques, des vaccins d'ADN et des vecteurs viraux recombinants. L'objectif de la recherche du Dr Mittendorf a été les vaccins peptidiques, qu'elle décrit à 2016 Breast Cancer Miami Conférence1

Les peptides sont dérivés de protéines immunogènes. Ils peuvent être combinés avec un immunoadjuvant et donné comme une simple injection, ce qui stimule les réponses immunitaires spécifiques au peptide. "Ils sont simples à construire, très facile à fabriquer, peu coûteux, et serait une thérapie « off-the-shelf " qui est facilement exportable à la communauté», a révélé le Dr Mittendorf, professeur agrégé au Département de Breast Surgical Oncology au MD Anderson .

Les vaccins peptidiques actuels ont profité des leçons apprises il y a 2 décennies dans la maladie métastatique, où ils ne sont pas efficaces, probablement à cause de la maladie diffuse. "Il est peu probable qu'une approche simple comme un vaccin peptidique qui stimule une réponse des lymphocytes T contre un antigène unique soit efficace dans le cadre métastatique," at-elle expliqué. «Nous avons maintenant des idées sur la façon d'utiliser des vaccins dans des combinaisons avec d'autres thérapies pour remédier à cette limitation."

La stratégie vaccinale sera probablement dictée par stade de la maladie. Pour la prévention primaire chez les patients à haut risque, seuls les vaccins pourraient être efficaces. Pour la maladie minimale (ie, dans le cadre du traitement adjuvant), ils pourraient être efficaces seuls ou en combinaison avec d'autres traitements immunomediants pour la prévention des récidives. Pour les patients présentant une maladie métastatique, les vaccins seuls ne sont pas susceptibles d'être efficaces, mais peuvent être efficaces lorsqu'ils sont combinés avec des stratégies plus agressives telles que les médicaments de blocus du point de contrôle, a ajouté le Dr Mittendorf.

HER2-Derived Peptide Vaccine

Des résultats encourageants sont à venir dans pour le vaccin contre le peptide E75 dérivé de HER2 de ses groupes, nelipepimut-S (NeuVax), chez les patients atteints de cancer du sein à un stade précoce. E75 est un peptide du domaine extracellulaire de HER2. Il réalise une activité contre la protéine HER2 par la stimulation et l'activation des lymphocytes T cytotoxiques et des cellules de mémoire CD8-positives contre l'antigène leucocytaire humain (HLA) -presenté par l'épitope HER2. Le vaccin a une forte affinité pour HLA-A2 / A3; Par conséquent, les patientes atteintes de ce profil HLA sont plus susceptibles d'en bénéficier.

Un avantage de survie sans maladie a été observée dans un essai de 187 patients atteints de cancer du à un stade précoce jugés à risque élevé de récidive de la phase II. Les patientes ont reçu six injections de E75 avec les colonies de macrophages granulocytes, le facteur de stimulation (GM-CSF) après résection de la tumeur (avec ou sans chimiothérapie et / ou radiothérapie, comme il est indiqué).

Le taux de survie à 5 ans sans maladie était de 89,7% pour le groupe vacciné contre 80,2% pour les contrôles (P = .08), qui a augmenté à 94,8% vs 80,2% (P = .05) parmi la cohorte 2  dosée par les réponses immunitaires ont été observées in vitro et in vivo.

Les taux de réponse étaient plus élevée chez les patients avec des niveaux accrus de lymphocytes T cytotoxiques induits par E75. Les récurrences ont été observées chez seulement 1 des 30 patientes (3%) avec des lymphocytes T cytotoxiques au-dessus de la moyenne, par rapport à 8 sur 56 (14%) pour les patients ayant des taux de lymphocytes T cytotoxiques au-dessous de la moyenne.

L'enregistrement de l'essai de phase III  ACTUEL évalue E75 en 758 patientes à un stade précoce, les patients HLA-A2 / A3 ganglionnaire faible à l'expression de HER2 intermédiaire qui a reçu une réponse complète au traitement standard. Les patients sont randomisés pour E75 ou un placebo plus GM-CSF, recevant six injections mensuelles pendant 6 mois, suivie d'une vaccination de rappel tous les 6 mois pendant 3 ans. Le critère principal est la survie sans maladie à 3 ans.

Les stratégies visant à augmenter la réponse

Les chercheurs croient que le rappel est nécessaire pour restimuler l'immunité et a été montré pour réduire les récidives dans les essais de phase précoce. D'autres stratégies pour augmenter la réponse comprennent les vaccins multiépitopiques (ajout d'autres  épitopes de classe 1 ou incorporer des peptides stimulant une réponse des lymphocytes T CD4-positifs), la combinaison d'immunothérapie avec le trastuzumab (Herceptin), et la thérapie de combinaison avec la chimiothérapie "immunogène".

Dr Mittendorf et son équipe évaluent GP2, une classe I d'epitope dérivé du domaine transmembranaire HER2, qui fonctionne de façon similaire à E75 en stimulant les cellules T CD8-positives. Dans un essai de phase I / II de 190 patients avec des niveaux variables HER2, le taux de survie sans maladie pour les patients qui ont terminé la série était de 94%, contre 85% pour les contrôles, soit une réduction de 57% de risque.

Pour 48 patients qui ont reçu le vaccin GP2 après avoir reçu trastzumab, aucun avait récidivé en 4 ans. Cette constatation appuie l'idée que de meilleurs résultats peuvent être obtenus lorsque les vaccins sont combinés avec d'autres médicaments immunomediateurs, trastuzumab étant l'un d'eux, dit-elle.

Dr Mittendorf et ses collègues sont en train de mener une étude randomisée multicentrique de phase II évaluant l'immunothérapie de combinaison avec le vaccin E75 / GM-CSF plus trastuzumab chez les patientes HER2-positif à haut risque. Les patients qui n'atteignent pas  une réponse pathologique complète après chimiothérapie néoadjuvante, plus agent anti-HER2 et des patientes ayant une intervention chirurgicale dès le départ qui sont pathologiquement ganglionnaire sont admissibles. la survie sans maladie invasive est le critère principal.

"Cette population a environ un risque de 20% de récidive dans les 3 ans, et nous pensons que nous pouvons améliorer ce avec le vaccin," at-elle expliqué.

Autres approches de combinaison

Il y aussi un vaccin allogénique conçu à partir d'une lignée cellulaire HER2-positif génétiquement modifié à sécréter le GM-CSF en évaluation, il est administré avec le trastuzumab et la cyclophosphamide. Dans une étude de faisabilité de 20 patients atteints de la maladie métastatique HER2-positif, cette combinaison semble être sûre et a été associée à un taux de bénéfice clinique de 40%. Des études corrélatives ont démontré l'expansion des cellules T CD8-positives spécifiques HER2 et une augmentation hypersensibilité de type retardé spécifique-HER2 dans 33% des cas. Un essai de phase II a été inscrit.

Le Dr. Mittendorf a précisé que dans le cadre métastatique, les vaccins peuvent être inefficaces seul, mais en combinaison ils pourraient être efficaces. "La stratégie qu'on travaille ici peut rendre le vaccin efficace, car il est modifié à sécréter des cytokines et est administré avec une dose immunomodulatrice de cyclophosphamide pour réduire les cellules T régulatrices hostiles, et avec le trastuzumab, qui a une activité immunomodulatrice."

Des chercheurs de l'Institut national du cancer évaluent également PANVAC, un vaccin contre le cancer de poxvirus à base qui comprend des transgènes pour le CEA et MUC-1 et les molécules de costimulation des cellules T B7.1, ICAM-1 et LFA-3. Dans un essai de phase II dans le cancer du sein métastatique, les patients randomisés pour recevoir PANVAC plus docetaxel avait une survie sans progression médiane de 8 mois environ, contre environ 4 mois pour le docétaxel seul

Des combinaisons de vaccins avec des inhibiteurs de point de contrôle immunitaire sont également en développement, at-elle ajouté.

Les vaccins pour la prévention primaire

Les chercheurs poursuivent également le concept de l'utilisation de vaccins pour la prévention primaire. Des chercheurs de l'Institut national du cancer (NCI) a récemment proposé une "feuille de route" pour ce but.

Un de leurs concepts tourne autour de restimuler les réponses immunitaires première observées après une maladie de l'enfance. Il a été démontré que les enfants qui ont eu de multiples maladies infectieuses et / ou les maladies fébriles dans l'enfance sont moins susceptibles de développer un cancer. Leur réponse immunitaire, d'abord stimulée contre les antigènes épithéliales, peut être restimulées dès les premiers signes d'un état précancéreux, comme des adénomes avancés (pour le cancer colorectal) ou carcinome canalaire in situ (cancer du sein), peut-être pour prévenir la progression.

"Vous donnez le vaccin quand il y a une lésion précurseure pour augmenter la réponse immunitaire pour éliminer la tumeur», a expliqué le Dr Mittendorf.

Dans une étude de faisabilité, un vaccin ciblant le MUC1 chez les personnes ayant des adénomes avancés a provoqué des niveaux élevés d'anti-MUC1 IgG dans 44% des patients. Les non répondeurs avaient augmenté les niveaux de cellules myéloïdes suppressives dérivées, qui favorisent la croissance de la tumeur.

"Cela suggère qu'un environnement immunosuppresseur était déjà en place chez les patients développant une maladie précancéreuse," dit-elle, ce qui soulève quelques questions: Faut-il vacciner encore plus tôt? Peut-on utiliser des cellules myéloïdes suppressives dérivées pour sélectionner les patients pour la vaccination prophylactique? Peut-on cibler les cellules suppressives myéloïdes dérivées au moment de la vaccination?

Dans le cancer du sein, le précurseur serait un carcinome canalaire in situ ou une hyperplasie canalaire atypique. C'est possible que la vaccination avant que les cellules tumorales deviennent génétiquement instables et commencent une division rapide pourrait empêcher l'évolution d'une tumeur maligne.

Une petite étude d'un vaccin dendritique donné a démontré une réponse immunitaire avec une réduction de l'expression de HER2 dans la tumeur.

LeDr Mittendorf et ses collègues explorent ce concept dans une étude de phase II de NCI : "prévention primaire du vaccin E75 chez les patients ayant un carcinome canalaire in situ." Les sujets recevront trois doses préopératoire, puis termineront la série avec trois doses postopératoires. Le critère d'évaluation est la génération de lymphocytes E75 spécifiques T cytotoxiques. Ils évalueront également pour épitopes (ie, la réponse immunitaire accrue à différents antigènes).

"Nous pensons que c'est une large réponse immunitaire non seulement à l'antigène que nous utilisons pour vacciner, mais aussi à d'autres antigènes qui est la raison pour laquelle les vaccins pourraient être efficaces», conclut-elle. «En vaccinant les patients dans la maladie de phase précoce, nous pourrions leur procurer une longue durée de l'immunité pour les protéger tout le long de la ligne." ■


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Un vaccin peptidique pour éviter la rechûte du cancer du sein HER2 et la maladie elle-même   Lun 9 Jan 2012 - 16:12

C'est le but de faire circuler les informations journalières récentes qui portent un certain espoir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
diane2



Nombre de messages : 2424
Age : 71
Localisation : L'île Val D'Or à Champlain QC.
Date d'inscription : 27/09/2009

MessageSujet: Re: Un vaccin peptidique pour éviter la rechûte du cancer du sein HER2 et la maladie elle-même   Lun 9 Jan 2012 - 15:43

Je prends copie pour une amie si tu veux bien Denis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Un vaccin peptidique pour éviter la rechûte du cancer du sein HER2 et la maladie elle-même   Lun 9 Jan 2012 - 14:38

L'armée américaine aurait mis au point un vaccin pour prévenir les risques de rechute de cancer du . Le vaccin entre à présent dans sa phase finale de test qui lui permettra d'être approuvé par le secrétariat aux produits alimentaires et pharmaceutiques (Food and Drug Administration). C'est ce qu'a annoncé le directeur du Programme de développement pour un vaccin contre le cancer du centre médical militaire de San Antonio, George E.Peoples.

Cette dernière ligne droite devrait durer encore 5 ans : 2 ans de tests et trois ans d'observation.

Le docteur Peoples explique que le vaccin cible une protéine qui se développe lors d'un cancer du sein, la protéine HER2/neu. "L'idée est d'entraîner le système immunitaire à reconnaître cette protéine pour mieux s'en protéger et l'éradiquer", explique-t-il.

Les essais ont commencé en 2001 sur 200 femmes qui ont été suivies pendant 5 ans. Résultat : le taux de récidive du cancer du sein a été divisé par deux.

La prochaine phase de tests qui devrait commencer cette année concernera 700 à 1000 patientes et sera financé par le laboratoire pharmaceutique Galena Biopharma qui a les ressources nécessaires pour mener des tests de cette ampleur. S'il est approuvé par la FDA, il pourra alors être utilisé dans les hôpitaux.

De nombreux chercheurs s'intéressent à présent à l'idée d'une immunothérapie, qui forcerait le système immunitaire à éradiquer lui-même le cancer. Le docteur Peoples a développé un réseau d'hôpitaux civils et militaires qui pourraient l'assister dans ses recherches.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Un vaccin peptidique pour éviter la rechûte du cancer du sein HER2 et la maladie elle-même   Ven 14 Nov 2008 - 13:51

Eureka for cancer patients?
• Friday, Nov 7, 2008

Medical experts have announced that the trauma of breast cancer patients would end soon.
The reason being that vaccines have been produced to prevent the disease.

Les experts ont annoncés que le traumatisme des patientes du cancer du sein pourraient être fini bientôt. La raison étant que des vaccins ont été produit pour prévenir la maladie.

These vaccines, according to the information, would be available in 2009.
The vaccine is designed to curtail breast cancer caused by an excess of a protein called HER2.

Ces vaccins, selon l'information, serait disponibles en 2009.
Le vaccin est fait pour réduire le cancer du causé par un excès de la protéine appelé HER2

Typically, HER2 promotes cell growth and is found in low amounts in breast cells.

Normalement, le HER2 encourage les cellules à croitre et il est trouvé en petite quantité dans les cellules du

But HER2 can also contain many more receptors than are needed to promote a particular aggressive type tumour that affects up to 30 per cent of all breast cancer patients. The vaccine, apart from being used on cancer patients, can also be utilized as a preventive measure by administering it to non-sufferers.

MAis HER2 peut aussi contenir plus récepteurs dont il a besoin et promouvoir un type de cancer particulièrement agressif qui affecte jusqu'à 30% de tous les patients du cancer du sein. Le vaccin, mis à part être utilisé sur les patientes souffrant de cancer, peut être utilisé aussi pour prévenir celles qui n'en souffrent pas.

Medical researchers claim that the vaccine contains genes that produce the HER2 receptor and a compound which stimulates the immune system. The researchers used electrical pulses to deliver the injected vaccine into leg muscles in mice. The vaccine then produced a huge quantity of HER2 receptors which triggered a reaction by the animals’ immune systems and prime them to fight cancer. Correspondingly, an agent to temporarily suppress the activity of regulatory T-cells, which normally prevents the immune system from over-reacting is used.


Les chercheurs disent que le vaccin contient des gènes qui produisent des récepteurs HER2 et une molécule qui stimule le système immunitaire. Les chercheurs ont utilisé un pulseur électrique pour livrer le vaccin dans les muscles des jambes des souris.Le vaccin a alors produit une grande quantité de récepturs her2 qui a initié une réaction du système immunitaire de l'animal qui a alors combattu le cancer. En même temps, on a utilisé un agent pour prévenir la réaction des cellules T qui sont là normalement pour prévenir le système immunitaire pour une trop forte réation.

In the absence of these regulatory T-cells, the immune system was able to respond more strongly to the vaccine. When the vaccine was implanted into the animals, the cancer was eradicated with no side effects.

En l'absence des cellules T régulatrices, le système immunitaire aété capable de répondre fortement à ce vaccin. Quand le vaccin a été implanté dans l'animal, le cancer a été éradiqué avec aucun effet secondaire.

The production of a vaccine to prevent or eliminate breast cancer is indeed a positive development. The development may be an answer for women with these tumours who become resistant to the current therapies. I recall that the researchers had previously developed a similar vaccine which is still in early clinical trials. But now, the process has been fine-tuned, and one hopes that the new vaccine will be more effective.

La production d'un vaccin pour prévenir ou éliminer le cancer du sein est bien sûr un dveloppement positif. Le développement peut être une réponse pour les femmes avec ces tumeurs qui deviennent résistantes aux thérapies courantes. Je rappelle qu'auparavant les chercheurs avaient développé un vaccin similaire qui est encore en clinique. Maintenant, le processus a été amélioré et on peut espérer que le nouveau vaccin sera plus efficace.

Before now, drugs used for treating breast cancer had proved ineffectual including the chemotherapy procedure.

Avant maintenant, les médicaments utilisé pour traite le cancer du sein étaient inefficace incluant la chimio thérapie.

Haven discovered an anti-breast cancer vaccine, skepticism over the development still abounds. It is too early to presume that the vaccine is the antidote to the ailment. The research has only been tested on animals, so we don’t actually know if it could be used on women. Much more researches are needed to find out if it actually works and whether there are possible side effects.


While there are doubts over the existing vaccine because it has not been tested on humans, the production of a second vaccine could be contemplated. Also, the researchers should not and at producing a vaccine against breast cancer, a similar approach could be used for HIV or malaria.

Breast cancer affects both male and female but if is common among women. The early symptoms of the disease has been confirmed to include a change in outline, shape or size of the breast, puckering or dimpling of the skin, any lump or thickening in the breast or armpit, any flaking skin or discharge from the nipple and any unusual pain or discomfort in the breast. If a lump is found, techniques such as ultrasound and “fine needle aspiration” will indicate whether the affected area is cancerous or not.

It is astonishing that in spite of the numerous researches into the precise cause of breast cancer, its origin remains unknown. But it is often attributed to a combination of genetic, environmental and lifestyle factors.

In women, research has shown a link between levels of oestrogens and the risk of developing breast cancer. Oestrogen is the female sex homone. This means that women who take certain types of hormone replacement are at higher risk of breast cancer. Apart from that, medical claims that women who have their children late also appear to be at higher risk of developing breast cancer.

Although, there are doubts about the efficacy of the vaccine, be that as it may, it remains a challenge to medical practice. It gives relief that at least a vaccine has been discovered.

It is now left for the appropriate agencies to ensure that it is commonly available in Nigeria when it is mass-produced.
Easy procurement of the vaccine is my concern. As a new drug, it might come out being very expensive.

But to serve Nigerians well, as well as humanity, some donor agencies and international bodies like World Health Organisation, WHO, and World Bank should partner with manufacturers to ensure its availability and affordability.
I applaud the brains behind the drug for it has raised hopes for breast cancer cure. The formulation of a vaccine to prevent and heal breast cancer is truly a welcome development.


Dernière édition par Denis le Ven 14 Nov 2008 - 14:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Un vaccin peptidique pour éviter la rechûte du cancer du sein HER2 et la maladie elle-même   Lun 15 Sep 2008 - 16:08

Un vaccin expérimental a totalement éliminé des cancers du sein les plus agressifs chez des souris ouvrant potentiellement la voie à des traitements similaires chez les humains, selon une recherche publiée lundi dans la revue américaine Cancer Research.

Il s'agit des cancers du sein dans lesquels le gène produisant la protéine HER2 est amplifié, ce qui rend les rendent plus agressifs. Ce type de tumeur dite Her-positive représente de 20 à 30% des cancers du sein chez les femmes.

Ce vaccin a également été efficace chez des souris modèle dont la tumeur était résistante aux traitements existants chez les humains tels le trastuzumabe et le lapatinibe, et a aussi empêché une récurrence de ces tumeurs, précise le Dr. Wei-Zen Wei, professeur d'immunologie au Karmanos Cancer Institute à la Wayne State University (Michigan) et le principal auteur de cette étude.

Selon elle ce vaccin qui n'a provoqué aucun effet secondaire pourrait potentiellement être utilisé chez des femmes saines pour empêcher le développement d'un cancer du sein.

Ce vaccin s'appuie sur l'activation du système immunitaire, explique cette scientifique.

«Nous avons observé une réponse immunitaire très forte contre les récepteurs de la protéine HER2 dans cette étude qui est efficace même contre des tumeurs résistantes aux traitements actuels», souligne-t-elle.

«Ce vaccin pourrait potentiellement éliminer le besoin de recourir à ces thérapies», selon le Dr. Wei.

Le vaccin est formé de gènes qui produisent la protéine Her2 et d'un stimulant immunitaire intégrés dans un plasmide bactériel inactif. Ce plasmide, une petite molécule d'ADN, est capable de se répliquer indépendamment.

Dans cette étude les chercheurs ont utilisé des impulsions électriques pour acheminer le vaccin injecté dans les muscles de la patte des souris où les gènes ont produit une grande quantité de protéine HER2 et des lymphocyte T, partie clé du système immunitaire.


Dernière édition par Denis le Lun 11 Avr 2016 - 17:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un vaccin peptidique pour éviter la rechûte du cancer du sein HER2 et la maladie elle-même   Aujourd'hui à 14:37

Revenir en haut Aller en bas
 
Un vaccin peptidique pour éviter la rechûte du cancer du sein HER2 et la maladie elle-même
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» idées pour éviter dégradations
» Neuvaine à Saint Joseph pour éviter le divorce.
» LA SOLUTION pour éviter les suicides...
» Répétoscope : votre secret pour éviter les répétitions !
» Prière pour éviter ou écourter le Purgatoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: