AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le lymphome, une maladie méconnue, difficile à dépister mais qui se soigne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le lymphome, une maladie méconnue, difficile à dépister mais qui se soigne   Mer 20 Jan 2016 - 13:31

When the cancer-causing Epstein-Barr virus moves into a B-cell of the human immune system, it tricks the cell into rapidly making more copies of itself, each of which will carry the virus.

To satisfy a sudden increase in demand for more building parts, rapidly dividing host cells will chew up their insides to free up more amino acids, fats and nucleotides.

But if supplies of these materials run low, the cell will enter a suspended state called senescence and cell division will stop, freezing the advance of the virus, according to new findings from a Duke University research team that appear in Proceedings of the National Academy of Sciences.

The first virus shown to cause cancer in humans, Epstein-Barr (EBV) has long been a puzzle to researchers. It is found in more than 90 percent of adults worldwide, yet only a small proportion of people ever succumb to the lymphomas and other cancers the virus can cause.

A big part of the answer is the body's immune system, said lead study author Micah Luftig, an associate professor of molecular genetics and microbiology in the Duke School of Medicine, and deputy director of Duke's Center for Virology. For the most part, a healthy immune system stops Epstein-Barr virus from making much headway, Luftig said. In fact, many of the cancers linked to EBV are found mostly in immune-compromised patients whose ability to fight it off has been weakened.

But another answer may be this newly discovered senescence trigger, Luftig added.

Using a new technology that allows researchers to see what state of maturation individual cells are in, the team could see variations in the activity of viral genes from one cell to the next.

They found that the EBV is able to switch the cell's fuel source to keep the cells proliferating even as they chew up their internal parts to create more building supplies.

So the team tried making B-cells sense they were starving by using the drug Rapamycin. The strategy worked well enough that they could turn the senescence of EBV-infected cells on and off.

The next phase of this research will involve colleagues at the University of North Carolina at Chapel Hill who have developed mice with a human immune system. These mice will be infected with EBV and then researchers will test various drugs to see if the senescence response can be triggered and controlled, Luftig said.

---

Lorsque le virus causant le cancer Epstein-Barr se déplace dans une cellule B du système immunitaire humain, il trompe la cellule en faisant rapidement plusieurs copies de lui-même, chacun de qui porteront le virus.

Pour répondre à une augmentation soudaine de la demande de plusieurs éléments de construction, rapidement division des cellules hôtes seront mâcher leur intérieur afin de libérer les acides aminés plus, les graisses et les nucléotides.

Mais si l'approvisionnement de ces matériaux sont épuisées, la cellule va entrer dans un état suspendu appelé sénescence et la division cellulaire vont arrêter, le gel de l'avance du virus, selon de nouveaux résultats d'une équipe de recherche de l'Université Duke qui apparaissent dans les Actes de l'Académie nationale des Les sciences.

Le premier virus montré pour causer le cancer chez l'homme, d'Epstein-Barr (EBV) a longtemps été une énigme pour les chercheurs. Il est présent dans plus de 90 pour cent des adultes dans le monde, mais seule une petite proportion de personnes jamais succomber aux lymphomes et autres cancers, le virus peut causer.

Une grande partie de la réponse est le système immunitaire de l'organisme, a déclaré le principal auteur de l'étude Michée Luftig, professeur associé de génétique moléculaire et de microbiologie à l'école Duke of Medicine et directeur adjoint du Centre de duc de virologie. Pour la plupart, un système immunitaire sain arrête virus Epstein-Barr de faire beaucoup de progrès, Luftig dit. En fait, la plupart des cancers liés à l'EBV se trouvent surtout chez les patients immunodéprimés dont la capacité de le combattre a été affaibli.

Mais une autre réponse pourrait être ce déclencheur de la sénescence nouvellement découvert, Luftig ajouté.

En utilisant une nouvelle technologie qui permet aux chercheurs de voir dans quel état de cellules individuelles de maturation sont dans, l'équipe a pu voir les variations dans l'activité des gènes viraux d'une cellule à l'autre.

Ils ont constaté que l'EBV est capable de changer la source de carburant de la cellule pour maintenir les cellules en prolifération alors même qu'ils mâchent leurs pièces internes pour créer plus de matériaux de construction.

Ainsi, l'équipe a essayé la fabrication de cellules-B sens, ils étaient affamés en utilisant le médicament rapamycine. La stratégie a fonctionné assez bien qu'ils puissent tourner la sénescence des cellules infectées par l'EBV sur et en dehors.

La prochaine phase de cette recherche consistera à ses collègues de l'Université de Caroline du Nord à Chapel Hill, qui ont développé des souris avec un système immunitaire humain. Ces souris seront infectées par EBV et les chercheurs vont tester divers médicaments pour voir si la réponse de la sénescence peut être déclenchée et contrôlée, Luftig dit.

voir aussi : http://espoirs.forumactif.com/t1598-le-lymphome-a-large-cellules-b

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le lymphome, une maladie méconnue, difficile à dépister mais qui se soigne   Ven 15 Jan 2016 - 17:05

Imagine that your immune system could be educated so that it was able to recognize specific diseases and then destroy them. Science fiction? Or perhaps futuristic? Not anymore.

Health Canada recently approved, for the first time in Canada, a clinical project for a Phase I study aimed at treating lymphomas associated with the Epstein-Barr virus (EBV) through adoptive cellular immunotherapy that is specific to EBV. The tests will be led by Dr. Jean-Sébastien Delisle, Professor at the Faculty of medicine of University of Montreal, and his team at the Centre of Excellence for Cellular Therapy (CETC) at Maisonneuve-Rosemont Hospital.Montreal, East Island Integrated University Health and Social Services Centre (CIUSSS-Est).**

In simple terms, by adapting methods initially developed in the US, the Centre of Excellence for Cellular Therapy project is designed to help restore the ability of immune-compromised patients to fight EBV. The virus, which is carried by most people and causes mononucleosis in someone who is otherwise healthy, may also cause life-threatening lymphomas, particularly in a patient with a compromised immune system.

"We're starting with EBV," said Dr. Delisle, "but once we have proof that this cellular product is safe, we'll be able to attack all the viruses that can jeopardize the health of patients, and other targets, such as those expressed by tumours."

How the treatment works

Cells are gathered and placed in a culture for approximately two weeks. This culture, combined with various stimulants, makes it possible to stimulate only those cells that are capable of recognizing the target virus. This "super-soup" of T lymphocytes that responds aggressively to the virus, forms a sort of army against the virus. When built up to "combat strength," it is then injected into the patient.

A crucial first phase

The first phase of tests which has just received approval from Health Canada is intended to make sure that the treatment is well tolerated by patients. While the primary effect is to combat resurgence of the virus, it is important to realize that EBV is an oncogene: it can cause cancer cells to appear. There is therefore an additional effect, which is to reduce the risk of relapse or transformation. Although Dr. Delisle has targeted EBV as a strategic opening, once the treatment is shown to be safe for patients, the same production of cultures can be applied to any sort common virus, and it is even possible that one cell culture can be "educated" to fight several viruses at once, with a "one-stop" solution foreseeable in the future.

---


Imaginez que votre système immunitaire pourrait être éduqué de sorte qu'il serait en mesure de reconnaître les maladies spécifiques, puis les détruire. La science-fiction? Ou peut-être futuriste? Plus maintenant.

Santé Canada a récemment approuvé, pour la première fois au Canada, un projet clinique pour une étude de phase I visant à traiter les lymphomes associés au virus d'Epstein-Barr (EBV) par une immunothérapie cellulaire adoptive qui est spécifique à l'EBV. Les tests seront conduits par le Dr Jean-Sébastien Delisle, professeur à la Faculté de médecine de l'Université de Montréal, et son équipe au Centre d'excellence en thérapie cellulaire (CETC) à Maisonneuve-Rosemont Hospital.Montreal, universitaire intégré de Island East Centre de santé et des services sociaux (CIUSSS-Est). **

En termes simples, en adaptant les méthodes initialement développé aux États-Unis, le Centre d'excellence pour le projet de thérapie cellulaire est conçu pour aider à rétablir la capacité des patients immuno-compromis pour lutter contre l'EBV. Le virus, qui est porté par la plupart des gens et provoque la mononucléose à quelqu'un qui est en bonne santé, peut également provoquer des lymphomes mortelles, en particulier chez un patient ayant un système immunitaire affaibli.

«Nous commençons par l'EBV," a déclaré le Dr Delisle, "mais une fois que nous avons la preuve que ce produit cellulaire est sûr, nous allons être en mesure d'attaquer tous les virus qui peuvent compromettre la santé des patients, et d'autres objectifs, tels que celles exprimées par les tumeurs ".

Comment les travaux de traitement

Les cellules sont recueillies et placées dans une culture pendant environ deux semaines. Cette culture, combiné avec divers stimulants, permet de stimuler uniquement les cellules qui sont capables de reconnaître le virus de la cible. Cette "super-soupe» de lymphocytes T qui répond agressivement au virus, forme une sorte d'armée contre le virus. Lorsque constitué pour "lutter contre la force", elle est alors injectée dans le patient.

Une première phase cruciale

La première phase de tests qui vient de recevoir l'approbation de Santé Canada vise à faire en sorte que le traitement est bien toléré par les patients. Bien que l'effet principal est de lutter contre la réapparition du virus, il est important de se rendre compte que l'EBV est un oncogène: il peut provoquer l'apparition de cellules cancéreuses. Il y a donc un effet supplémentaire, qui est de réduire le risque de rechute ou de transformation. Bien que le Dr Delisle a ciblé EBV comme une ouverture stratégique, une fois que le traitement est indiqué pour être sûr pour les patients, la même production des cultures peut être appliquée à tout virus commun, et il est même possible que une culture cellulaire puisse être «éduqués »pour lutter contre plusieurs virus à la fois, avec une solution " one-stop " envisageable dans le futur.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le lymphome, une maladie méconnue, difficile à dépister mais qui se soigne   Sam 20 Juil 2013 - 20:10

Des probiotiques pour réduire le risque de cancer des globules blancs ?

En utilisant des souris malades fortement susceptibles de développer des cancers des globules blancs, des chercheurs ont mis en évidence l’influence de la flore intestinale sur l’apparition de ces maladies. Cette découverte pourrait conduire à l’élaboration d’un traitement probiotique pour lutter contre les lymphomes.

Le 20/07/2013 à 09:38 - Par Agnès Roux, Futura-Sciences

Les globules blancs, ou cellules immunitaires, interviennent dans la lutte contre les infections. Les deux principaux types sont les lymphocytes et les macrophages. Ces cellules peuvent également devenir cancéreuses et induire le développement d’un lymphome.

L’influence de la flore intestinale sur la santé n’est plus à prouver. Les recherches qui abondent sur le sujet montrent l’existence d’un lien entre les microbes du tube digestif et un certain nombre de pathologies comme l’obésité et le diabète de type 2. Les micro-organismes influenceraient même le système nerveux et les comportements humains ! Ces résultats ne sont pas vraiment surprenants, compte tenu de l’importance du microbiote chez l’Homme. Le corps humain abriterait en effet plus de 500 espèces de bactéries différentes, ce qui représenterait environ 100.000 milliards de cellules, soit 10 fois plus que de cellules humaines.


Des chercheurs de l’UCLA's Jonsson Comprehensive Cancer Center à Los Angeles ont récemment étudié l’impact de la flore intestinale sur l’apparition de lymphomes, des cancers qui touchent les cellules de l’immunité. Selon la Haute autorité de santé, ces maladies toucheraient presque 11.000 personnes et en tueraient près de 5.000 par ans en France. Ces chiffres inquiétants montrent la nécessité d’étudier les lymphomes et de décrypter les facteurs qui déclenchent leur apparition. Les résultats de l’étude américaine sont publiés dans la revue Cancer Research.
La flore intestinale liée au cancer des globules blancs

Pour cette étude, les scientifiques ont utilisé des souris souffrant d’ataxie télangiectasie, ou syndrome de Louis-Bar, une maladie génétique qui se caractérise entre autres par un risque élevé de développer un lymphome. Cependant, bien que souffrant toutes de la même maladie, les souris n’avaient pas la même probabilité de voir apparaître un lymphome. Afin de déterminer l’origine de cette différence, les chercheurs ont établi un arbre phylogénétique des populations microbiennes de chaque souris, grâce à une technologie de séquençage d’une petite région d’ADN.

Leurs résultats montrent que la flore intestinale influence l’apparition de lymphomes. Les souris les plus touchées ne possèdent pas l’espèce Lactobacillus johnsonii, une bactérie probiotique dont l’effet sur la santé humaine est bénéfique. D’autre part, en nourrissant les souris avec cette bactérie, les auteurs ont pu réduire les dégâts génétiques et le développement de lymphomes. « Cette étude est la première à souligner un lien entre la flore intestinale et les lymphomes », explique Robert Schiest, le directeur de cette étude.

Grâce à ces expériences, les auteurs ont réussi à établir une liste détaillée des bactéries pouvant favoriser la formation de lymphomes. Ces résultats pourraient être utilisés pour mettre au point un traitement stimulant la croissance des bonnes bactéries, tout en luttant contre les mauvaises.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le lymphome, une maladie méconnue, difficile à dépister mais qui se soigne   Jeu 18 Aoû 2011 - 20:49

Agence France-Presse
Londres


Des chercheurs de l'université anglaise de Birmingham ont découvert une forme modifiée de l'ecstasy (MDMA), 100 fois plus efficace pour détruire les cellules cancéreuses que la drogue elle-même, ouvrant la voie à une possible application thérapeutique.

Les chercheurs sont partis de recherches menées il y a six ans montrant que la moitié des cancers des cellules sanguines examinées en laboratoire réagissaient aux propriétés des psychotropes ayant pour effet de supprimer leur croissance.

Les psychotropes, qui agissent principalement sur l'état du système nerveux central, comprennent aussi bien des dérivés d'amphétamines tels que l'ecstasy, des antidépresseurs comme le Prozac ou des substances amaigrissantes.

À l'époque, l'équipe de l'université de Birmingham avait souligné la difficulté de traduire ces résultats initiaux en médicaments, car la dose d'ecstasy nécessaire pour traiter une tumeur aurait été fatale pour le malade.


Des travaux menés avec des collègues australiens (University of Western Australia) ont permis d'identifier des formes beaucoup plus efficaces à moindre dose.

L'étude publiée en ligne vendredi dans Investigational News Drugs montre que ces formes modifiées d'ecstasy étaient capables d'attaquer et de détruire les cellules cancéreuses avec une efficacité cent fois supérieure.

Ces résultats préliminaires ouvrent la voie à des utilisations potentielles pour les traitements de cancers tels que les leucémies, lymphomes et myélomes.

«Nous ne voulons pas donner de faux espoirs aux gens, mais les résultats de notre recherche offrent un potentiel pour améliorer les traitements dans les années qui viennent», a indiqué le professeur John Gordon, dans un communiqué publié par l'université de Birmingham.

L'équipe espère progresser vers des études pré-cliniques, précise le communiqué.

Le docteur David Grant, dont l'association Leukaemia and Lymphoma Research, a contribué au financement des travaux, estime qu'il s'agit d'«un pas significatif vers le développement d'un nouveau traitement potentiel».

«Bien des types de lymphomes (cancers du système lymphatique) restent très difficiles à traiter et nous avons désespérément besoin de médicaments efficaces, avec peu d'effets secondaires», a-t-il observé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Le lymphome, une maladie méconnue, difficile à dépister mais qui se soigne   Mer 17 Sep 2008 - 17:28

LE LYMPHOME OCCUPE LA 1RE PLACE CHEZ L’ENFANT
Un cancer du sang qui se soigne
17 Septembre 2008 - Page : 7
Lu 82 fois

L’association «Nour Doha» célèbre pour la 1re fois la Journée mondiale sur le «lymphome».

En célébrant, hier, la Journée mondiale du lymphome, l’association bénévole Nour Doha (Lumière du jour) vise à sensibiliser l’opinion publique et de l’informer sur le cancer du «lymphome», une maladie méconnue, difficile à dépister mais qui se soigne. Occupant la 6e place parmi les cancers chez l’homme et la 7e chez la femme, ce cancer peut survenir à tout âge, de 16 à 98 ans pour les âges extrêmes, en moyenne à 50 ans chez nous et 65 ans en Occident. Aujourd’hui, son diagnostic et sa prise en charge par les hématologues sont établis. 208 malades ont été recensés à Alger suivie de Béjaïa avec 67 cas.
A travers cette rencontre, qui a réuni hier à Alger une centaine de médecins spécialistes, étudiants, des malades-mêmes et des parents de malades (qui ont requis l’anonymat), l’association vise à favoriser un diagnostic suffisamment précoce pour permettre un traitement adapté et efficace. Méconnu, malgré une augmentation de sa fréquence, c’est la forme de cancer du sang la plus répandue. 3e cancer le plus commun chez l’enfant et 6e en termes d’incidence. Sa fréquence a doublé ces dernières années. Comme pour la plupart des tumeurs, ses origines exactes ne sont pas connues avec précision. Les symptômes communs révélateurs de la maladie peuvent être confondus avec ceux d’autres maladies moins graves (grippe).
La Journée mondiale du lymphome s’inscrit dans la volonté de poursuivre les échanges engagés et de communiquer sur la maladie, ses symptômes et sa prise en charge. En Algérie, elle reste aussi problématique qu’ailleurs.
«Nour Doha», qui travaille pour défendre le droit du patient cancéreux à un traitement efficace et une bonne prise en charge, a souhaité faire de cette journée une occasion pour l’amélioration de la situation du patient, faire connaître cette maladie et développer le traitement.
Les médecins spécialistes présents, se sont prononcés pour la constitution de groupes de travail, à l’instar du groupe d’études algérien de lymphome (Geal), pour uniformiser les méthodes de travail et de réaliser des études multicentriques sur des diagnostics fiables, validés par un comité de lecture.
Ces deux points figurent parmi les recommandations de l’étude rétrospective menée par le Dr Nadia Boudjerra. Menée entre 1993 et 2003, cette étude a concerné 1723 patients répartis dans de 13 centres hospitaliers de tout le pays. Elle a précisé qu’elle a porté sur 1011 patients hommes et 712 femmes. Les pics de fréquence concernent les sujets âgés de 16 à 35 ans et de 60 à 69 ans. De prédominance masculine, elle touche en premier lieu les agriculteurs (20%) souvent exposés aux herbicides, suivis de commerçants et artisans, notamment les coiffeurs qui utilisent des teintes et autres produits chimiques. Une longue durée est notée entre l’apparition de la pathologie et son diagnostic. Elle est de 40 mois en Algérie. Selon une étude, 60% de ces patients sont admis aux hôpitaux à un stade avancé de la maladie.
Le président du Conseil scientifique de l’association Nour Doha, le Dr Salah Dilem, a souligné la difficulté de diagnostic du lymphome qui se manifeste souvent par l’apparition d’un ganglion axillaire ou au niveau du cou. S’il ne disparaît pas et se développe, une biopsie s’impose. Pour la présidente de l’association, Mme Samia Gasmi, cette Journée mondiale est célébrée dans un but d’échanges et de communication sur la maladie, ses symptômes et sa prise en charge.

Abdelkrim AMARNI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le lymphome, une maladie méconnue, difficile à dépister mais qui se soigne   Aujourd'hui à 9:44

Revenir en haut Aller en bas
 
Le lymphome, une maladie méconnue, difficile à dépister mais qui se soigne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le lymphome, une maladie méconnue, difficile à dépister mais qui se soigne
» Maladie Méconnue : Déficit ALPHA1 ANTITRYPSINE
» L’ALCAPTONURIE :Maladie Rare Méconnue:
» J'ai 21 ans et je n'arrive plus à vivre avec la maladie de ma mère, besoins d'aide...
» Maladie de korsakoff

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: