AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ne pas commencer à consommer du soja, si on ne le faisait pas déjà avant un cancer du sein

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16462
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Ne pas commencer à consommer du soja, si on ne le faisait pas déjà avant un cancer du sein   Mer 1 Fév 2017 - 15:22

Georgetown Lombardi Comprehensive Cancer Center researchers have used animal models to reveal new information about the impact -- positive and negative -- that soy consumption could have on a common breast cancer treatment.

The scientists have uncovered the biological pathways in rats by which longtime soy consumption improves effectiveness of tamoxifen and reduces breast cancer recurrence. But they also show why eating or drinking soy-based foods for the first time while being treated with tamoxifen can, conversely, reduce effectiveness of the drug, and promote recurrence.

The study, published in Clinical Cancer Research, uncovers the molecular biology behind how soy consumption, especially its most active isoflavone, genistein, affects tamoxifen -- both positively and negatively.

It also mirrors what has been observed in breast cancer patients, says the study's senior investigator Leena Hilakivi-Clarke, PhD, professor of oncology at Georgetown Lombardi.

"There has long been a paradox concerning genistein, which has the similar structure as estrogen and activates both human estrogen receptors to a degree. Estrogen drives most breast cancer growth, yet high soy intake among women in Asian countries has been linked to a breast cancer rate that is five times lower than Western women, who eat much less soy," she says. "So why is soy, which mimics estrogen, protective in Asian women?"

More than 70 percent of the 1.67 million women diagnosed with breast cancer worldwide in 2012 was estrogen-receptor positive, and tamoxifen and other endocrine therapies meant to reduce the ability of estrogen to promote cancer growth, are the most common drugs used for these cancers. Although endocrine therapies can be highly effective in preventing or treating breast cancer, about half of patients who use them exhibit resistance and/or have cancer recurrence.

Employing a more advanced rat model of breast cancer and tamoxifen use than has been used in past studies, the researchers found that the timing of genistein intake is the central issue.

Longtime sustained use of genistein before development of breast cancer improves overall immunity against cancer, thus protecting against cancer development and recurrence, says the study's lead researcher, Xiyuan Zhang, PhD.

"It also inhibits a mechanism called autophagy that would allow cancer cells to survive, which explains why it helps tamoxifen work," says Zhang, a member of Hilakivi-Clarke's laboratory when this study was conducted. She is currently a postdoctoral researcher at the National Institutes of Health.

Previous studies in women show no evidence of adverse effects of soy intake on breast cancer outcome, the researchers say, adding that research has also shown that Asian and Caucasian women who consumed as little as 1/3rd cup of soymilk daily (10 mg. of isoflavones) had the lowest risk of breast cancer recurrence.

The animal studies suggest it is a different story when soy consumption begins after breast cancer develops.

Starting consuming genistein in a diet after breast cancer develops in the animals did not trigger anti-tumor immune response to eliminate cancer cells, Zhang says. "We do not know yet why this made the animals resistant to the beneficial effects of tamoxifen and increased risk of cancer recurrence," she continued.

Animals consuming genistein as adults on had a 7 percent chance of breast cancer recurrence after tamoxifen treatment, compared with a 33 percent recurrence with rats exposed to genistein only after breast cancer developed.

"We have solved the puzzle of genistein and breast cancer in our rat model, which perfectly explains the paradox seen in earlier animal studies and patients," says Hilakivi-Clarke. "While many oncologists advise their patients not to take isoflavone supplements or consume soy foods, our findings suggest a more nuanced message -- if these results hold true for women. Our results suggest that breast cancer patients should continue consuming soy foods after diagnosis, but not to start them if they have not consumed genistein previously."

---

Les chercheurs du Georgetown Lombardi Comprehensive Cancer Center ont utilisé des modèles animaux pour révéler de nouvelles informations sur l'impact - positif et négatif - que la consommation de soja pourrait avoir sur un traitement commun du cancer du sein.

Les scientifiques ont découvert les voies biologiques chez les rats par lesquels la consommation de soja de longue date améliore l'efficacité du tamoxifène et réduit la récurrence du cancer du sein. Mais ils montrent également pourquoi manger ou boire des aliments à base de soja pour la première fois tout en étant traité avec le tamoxifène peut, inversement, réduire l'efficacité du médicament, et promouvoir la récurrence.

L'étude, publiée dans Clinical Cancer Research, révèle la biologie moléculaire derrière comment la consommation de soja, en particulier son isoflavone la plus active, la génistéine, affecte le tamoxifène - à la fois positivement et négativement.

Il reflète également ce qui a été observé chez les patients atteints de cancer du , explique le chercheur principal de l'étude Leena Hilakivi-Clarke, PhD, professeur d'oncologie à Georgetown Lombardi.

"Il y a longtemps que la génistéine, qui a la même structure que l'œstrogène, active les récepteurs de l'œstrogène humain à un degré élevé. Taux qui est cinq fois plus bas que les femmes occidentales, qui mangent beaucoup moins de soja », dit-elle. "Alors pourquoi le soja, qui imite l'œstrogène, protège chez les femmes asiatiques?"

Plus de 70 pour cent des 1,67 millions de femmes diagnostiquées avec le cancer du sein dans le monde en 2012 était avec le récepteur d'oestrogène positif, et le tamoxifène et d'autres thérapies endocriniennes visant à réduire la capacité des oestrogènes à promouvoir la croissance du cancer, sont les médicaments les plus courants utilisés pour ces cancers. Bien que les thérapies endocriniennes puissent être très efficaces dans la prévention ou le traitement du cancer du sein, environ la moitié des patients qui les utilisent présentent une résistance et / ou ont une récidive du cancer.

Employant un modèle plus avancé de rat pour le cancer de sein et en utilisant le tamoxifen dans les études passées, les chercheurs ont trouvé que le moment de l'apport de genistéine est une question centrale.

L'utilisation prolongée prolongée de génistéine avant le développement du cancer du sein améliore l'immunité globale contre le cancer, protégeant ainsi contre le développement et la récidive du cancer, indique le chercheur principal de l'étude, Xiyuan Zhang, PhD.

«Cela inhibe également un mécanisme appelé autophagie qui permettrait aux cellules cancéreuses de survivre, ce qui explique pourquoi il aide au travail de tamoxifène», explique Zhang, un membre du laboratoire de Hilakivi-Clarke lorsque cette étude a été menée. Elle est actuellement chercheuse postdoctorale aux National Institutes of Health.

Des études antérieures chez des femmes ne montrent aucune preuve d'effets indésirables de la consommation de soja sur les résultats du cancer du sein, les chercheurs disent, ajoutant que la recherche a également montré que les femmes asiatiques et du Caucase qui consommaient aussi peu que 1/3 tasse de lait de soja quotidiennement (10 mg. Isoflavones) avaient le plus faible risque de récidive du cancer du sein.

Les études animales suggèrent que c'est une autre histoire lorsque la consommation de soja commence après le cancer du sein se soit développé.

Le fait de commencer à consommer de la génistéine dans une alimentation après le développement du cancer du sein chez les animaux n'a pas déclenché de réponse immunitaire anti-tumorale pour éliminer les cellules cancéreuses, explique Zhang. "Nous ne savons pas encore pourquoi cela a rendu les animaux résistants aux effets bénéfiques du tamoxifène et le risque accru de récidive du cancer", at-elle poursuivi.

Les animaux qui consommaient de la génistéine à l'âge adulte présentaient une probabilité de 7 pour cent de récidive du cancer du sein après traitement par le tamoxifène, comparativement à une récidive de 33 pour cent avec des rats exposés à la génistéine seulement après le développement du cancer du sein.

"Nous avons résolu le casse-tête de la génistéine et du cancer du dans notre modèle de rat, ce qui explique parfaitement le paradoxe observé dans les études antérieures chez l'animal et les patients", explique Hilakivi-Clarke. "Bien que de nombreux oncologues conseillent à leurs patients de ne pas prendre de suppléments d'isoflavones ou de consommer des aliments à base de soja, nos résultats suggèrent un message plus nuancé - si ces résultats sont vrais pour les femmes. Elles devraient continuer à en consommer si elles le faisaient déjà mais ne pas les démarrer si elles n'ont pas consommé la génistéine auparavant. "

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16462
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Ne pas commencer à consommer du soja, si on ne le faisait pas déjà avant un cancer du sein   Dim 1 Jan 2017 - 19:41

La rumeur selon laquelle le soja pourrait favoriser l’apparition d’un cancer du sein circule depuis déjà quelque temps. Le soja contient des isoflavones, des substances phyto-œstrogènes, qui ont un effet similaire (quoique beaucoup plus faible) à celui des œstrogènes produits par le corps. Ces derniers jouent effectivement un rôle dans le développement des cancers du sein hormono-dépendants.

Cependant, les études ont permis d’établir que la consommation de soja n’augmente pas le risque de cancer du sein. Au contraire, le fait d’en avoir consommé durant l’enfance apporterait même un certain degré de protection. La consommation de soja durant ou après un cancer du sein ne pose pas de problème non plus.

La majorité des Belges considère déjà que le soja a un effet protecteur, ou pas d’effet du tout, sur le risque de cancer.

Il faut cependant apporter une nuance importante. Si le soja est inoffensif, les compléments alimentaires à base de soja sont à déconseiller. Ils peuvent présenter de fortes concentrations de phyto-œstrogènes, et ceux-ci peuvent augmenter le risque de cancer du sein hormono-dépendant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16462
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Ne pas commencer à consommer du soja, si on ne le faisait pas déjà avant un cancer du sein   Lun 6 Oct 2008 - 21:31

Un granité spécial au Silk pour l’été.

Cet excellent dessert glacé est un pur rafraîchissement, par une chaude journée d'été. Pour une présentation spéciale, ajouter des petits fruits.

Pour 6 coupes

Ingrédients :
 brins de menthe (facultatif)
1 c. à thé  5 ml extrait de vanille
1/3 tasse  75 ml sucre
1/3 tasse  75 ml eau
2 1/2 tasses  625 ml Silk à la vanille  
1/4 c. à thé 1 ml cannelle moulue
1/3 tasse  75 ml amandes effilées grillées

Préparation
Dans une petite casserole, mélanger le sucre et l'eau. Porter à ébullition et faire cuire 1 minute ou jusqu'à ce que le sucre se dissolve. Retirer du feu et incorporer, en remuant, la vanille, la cannelle et le Silk à la vanille.

Laisser le mélange refroidir complètement. Verser le mélange dans un plat et le couvrir. Mettre le plat au congélateur pendant au moins 8 heures, jusqu'à ce que le mélange devienne ferme. Retirer le plat du congélateur. À l’aide d’une fourchette, gratter tout le mélange et le remuer jusqu’à ce qu’il devienne granuleux. À l’aide d’une cuillère, mettre le mélange dans un récipient. Couvrir le récipient et le mettre au congélateur pour au moins 1 heure. Lorsque le dessert est prêt, le servir dans des coupes à glace, saupoudrer d’amandes et garnir avec les brins de menthe.


Dernière édition par Denis le Mer 1 Fév 2017 - 15:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ne pas commencer à consommer du soja, si on ne le faisait pas déjà avant un cancer du sein   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ne pas commencer à consommer du soja, si on ne le faisait pas déjà avant un cancer du sein
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le Soja: bon ou mauvais pour la santé?
» lait de soja - date limite
» Surveiller ou non sa consommation de soja ???
» _*Consommer moins, polluer moins !!!*_
» Curcuma : une épice à consommer tous les jours !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Alimentation-
Sauter vers: