AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La bêta-cryptoxanthine (BCX) réduit le nombre de tumeurs du poumon et les métastases chez

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: La bêta-cryptoxanthine (BCX) réduit le nombre de tumeurs du poumon et les métastases chez    Mer 2 Nov 2016 - 15:14

Beta-cryptoxanthin (BCX), a carotenoid pigment compound found primarily in plants, reduces the number and invasiveness of tumors in mouse and cell models of lung cancer, report scientists from the Jean Mayer USDA Human Nutrition Research Center on Aging at Tufts University (USDA HNRCA). The findings were published in the November issue of Cancer Prevention Research.

A team led by Xiang-Dong Wang, M.D., Ph.D., senior scientist and director of the Nutrition and Cancer Biology Laboratory at the USDA HNRCA, studied the effect of BCX using a mouse strain that develops lung tumors when exposed to NNK -- a nicotine-derived carcinogen found in tobacco products and some electronic-cigarette liquids. For two weeks prior to a single high dose of NNK and for 16 weeks after, mice were given BCX in their normal daily diet, at concentrations of either one or 10 milligrams per kilogram of food. The team calculated that these doses are equivalent to approximately 0.087 and 0.87 milligrams of daily BCX intake in humans (eating a tangerine or cup of sweet red peppers per day, for example).

At the end of the experimental period, mice fed BCX developed on average 50 to 60 percent fewer tumors than mice not fed BCX, with a slightly stronger reduction in the group that ate more BCX. No differences in tumor size or type were observed. In parallel laboratory experiments, cultured human lung cancer cells that were treated with varying doses of BCX had significantly reduced migration and invasion capacity compared with non-treated cells.

The team's findings corroborate human epidemiological studies that have found an association between higher BCX intake and lower risk of lung cancer in current smokers from North America and Asian countries. In addition, prior work from Wang's laboratory demonstrated that BCX can decrease cigarette smoke-induced lung inflammation and nicotine-related emphysema in animal models.

"For smokers, tobacco product users or individuals at higher risk for tobacco smoke exposure, our results provide experimental evidence that eating foods high in BCX may have a beneficial effect on lung cancer risk, as suggested by previous epidemiological studies. We emphasize that the best way to get BCX is from food, which include other nutrients that can have additive or complementary effects," said Wang, who is also a professor at the Friedman School of Nutrition Science and Policy at Tufts. "The amounts of BCX used in our study were easily achieved by eating a modest amount of sweet red peppers, pumpkin, oranges, or other BCX-rich foods."

Wang and his colleagues found that BCX likely reduces tumor number and invasiveness by inhibiting the production of a specific nicotine receptor, alpha7 nAChR. Prior studies have suggested that exposure to nicotine and NNK triggers overproduction of these nicotine receptors in lung tissue, which can lead to increased cell growth, cell migration and risk for tumor formation. In the current study, the research team found that BCX-fed mice had roughly half the alpha7 nAChR levels in their lung tissue after NNK exposure compared to mice on a normal diet. Additional laboratory experiments revealed that BCX suppresses the expression of alpha7 nAChR and associated signaling pathways that promote cell growth and migration, and that BCX had no effect on cells lacking the alpha7 nicotine receptor.

"Our study is the first to demonstrate that BCX prevents overproduction of the alpha7 nicotine receptor, which represents a possible mechanism for how BCX inhibits the development of lung tumors," Wang said. "While we believe BCX has preventive or therapeutic potential against lung cancer, additional studies are required as human biology cannot be fully mimicked by cell and animal models. We are now further investigating the molecular interactions between BCX and lung cancer, and exploring the possibility for small-scale human clinical trials."

Along with alpha- and beta-carotene, BCX is a provitamin A carotenoid that the human body metabolizes into vitamin A. Previous clinical trials, as well as animal studies conducted by Wang's laboratory, have found that supplementation with extremely high levels of retinyl ester -- a form of vitamin A found in animal products -- and beta-carotene is associated with increased risk of lung cancer, and that supplementation with beta-carotene has no preventative effect. In the current study, Wang and his colleagues found that the unique preventative effects of BCX against lung cancer risk are likely due to BCX itself and are unrelated to biologically generated vitamin A. The team are further investigating the underlying mechanisms.

As a carotenoid, BCX is part of the family of pigment compounds responsible for red, orange and yellow colors in fruits and vegetables. According to the USDA Agricultural Research Service's Food Composition Databases, foods containing the highest amounts of BCX include sweet red peppers, paprika, butternut squash, persimmons, tangerines, papaya, peaches and oranges. The Recommended Dietary Allowances of vitamin A for individuals aged 14 or older are 900 micrograms per day for males, 700 micrograms per day for adult females, and 750 and 1,200 micrograms per day for pregnant and lactating females respectively, according to the Food and Nutrition Board at the Institute of Medicine of the National Academies. Excessive vitamin A intake can result in liver damage and birth defects.

---

La bêta-cryptoxanthine (BCX), un composé de pigment caroténoïde trouvé principalement dans les plantes, réduit le nombre et l'envahissement des tumeurs dans les souris et les modèles cellulaires de cancer du poumon, rapportent des scientifiques du Centre de recherche sur la vieillissement de l'USDA de l'Université de Tufts (USDA HNRCA). Les résultats ont été publiés dans le numéro de novembre de "Cancer Prevention Research".

Une équipe dirigée par Xiang-Dong Wang, MD, Ph.D., scientifique et directeur du Laboratoire de nutrition et de biologie du cancer à l'USDA HNRCA, a étudié l'effet de BCX en utilisant une souche de souris qui développe des tumeurs pulmonaires lorsqu'ils sont exposés à NNK- - un carcinogène dérivé de la nicotine que l'on retrouve dans les produits du tabac et certains liquides de cigarettes électroniques. Pendant deux semaines avant une seule dose élevée de NNK et pendant 16 semaines après, les souris ont reçu du BCX dans leur alimentation quotidienne normale, à des concentrations d'un ou de 10 milligrammes par kilogramme de nourriture. L'équipe a calculé que ces doses équivalent à environ 0,087 et 0,87 milligrammes d'apport quotidien en BCX chez les humains (manger une tangerine ou une tasse de poivrons rouges par jour, par exemple).

À la fin de la période expérimentale, les souris alimentées au BCX ont développé en moyenne 50 à 60 pour cent moins de tumeurs que les souris qui n'ont pas reçu de BCX, avec une réduction légèrement plus forte dans le groupe qui a consommé plus de BCX. Aucune différence dans la taille ou le type de tumeur n'a été observée. Dans des expériences de laboratoire parallèles, les cellules de cancer du poumon humaines cultivées qui ont été traitées avec des doses variables de BCX ont significativement réduit la capacité de migration et d'invasion par rapport aux cellules non traitées.

Les résultats de l'équipe corroborent les études épidémiologiques humaines qui ont trouvé une association entre une consommation plus élevée de BCX et un risque plus faible de cancer du poumon chez les fumeurs actuels d'Amérique du Nord et des pays asiatiques. De plus, des travaux antérieurs du laboratoire de Wang ont démontré que le BCX peut diminuer l'inflammation pulmonaire induite par la fumée de cigarette et l'emphysème lié à la nicotine dans des modèles animaux.

"Pour les fumeurs, les utilisateurs de produits du tabac ou les individus à risque plus élevé d'exposition à la fumée de tabac, nos résultats fournissent des preuves expérimentales que la consommation d'aliments riches en BCX peut avoir un effet bénéfique sur le risque de cancer du poumon, comme le suggèrent les études épidémiologiques précédentes. La façon d'obtenir le BCX est de la nourriture, qui comprennent d'autres éléments nutritifs qui peuvent avoir des effets additifs ou complémentaires », a déclaré Wang, qui est également professeur à la Friedman School of Nutrition Science and Policy à Tufts. "Les quantités de BCX utilisées dans notre étude ont été facilement atteints en mangeant une quantité modeste de poivrons rouges, de citrouille, d'oranges ou d'autres aliments riches en BCX."

Wang et ses collègues ont découvert que le BCX réduit probablement le nombre de tumeurs et l'invasivité en inhibant la production d'un récepteur spécifique de la nicotine, alpha7 nAChR. Des études antérieures ont suggéré que l'exposition à la nicotine et au NNK déclenche une surproduction de ces récepteurs de la nicotine dans le tissu pulmonaire, ce qui peut conduire à une augmentation de la croissance cellulaire, à la migration cellulaire et au risque de formation de tumeurs. Dans l'étude actuelle, l'équipe de recherche a constaté que les souris BCX nourris avaient environ la moitié des niveaux alpha7 nAChR dans leur tissu pulmonaire après l'exposition NNK par rapport aux souris sur un régime alimentaire normal. D'autres expériences en laboratoire ont révélé que le BCX supprime l'expression de l'alpha7 nAChR et des voies de signalisation associées qui favorisent la croissance et la migration des cellules et que le BCX n'a ​​aucun effet sur les cellules dépourvues du récepteur de la nicotine alpha7.

"Notre étude est la première à démontrer que BCX empêche la surproduction du récepteur de la nicotine alpha7, ce qui représente un mécanisme possible pour la façon dont BCX inhibe le développement de tumeurs pulmonaires", a déclaré Wang. "Nous pensons que le BCX a un potentiel préventif ou thérapeutique contre le cancer du poumon, des études supplémentaires sont nécessaires car la biologie humaine ne peut pas être entièrement mimé par les modèles cellulaires et animaux." Nous étudions maintenant plus en détail les interactions moléculaires entre le BCX et le cancer du poumon et explorons les possibilité dans des essais cliniques à petite échelle. "

En plus de l'alpha et du bêta-carotène, le BCX est un caroténoïde de la provitamine A que le corps humain métabolise en vitamine A. Des essais cliniques antérieurs, ainsi que des études menées par le laboratoire de Wang, ont révélé que la supplémentation avec des taux extrêmement élevés d'ester rétinylique - - une forme de vitamine A présente dans les produits animaux - et le bêta-carotène est associé à un risque accru de cancer du poumon, et que la supplémentation en bêta-carotène n'a aucun effet préventif. Dans la présente étude, Wang et ses collègues ont découvert que les effets préventifs uniques du BCX contre le risque de cancer du poumon sont probablement dus au BCX lui-même et ne sont pas liés à la vitamine biologique A. L'équipe étudie de plus près les mécanismes sous-jacents.

Comme un caroténoïde, BCX fait partie de la famille des composés pigmentaires responsable des couleurs rouge, orange et jaune dans les fruits et légumes. Selon les bases de données sur la composition des aliments du USDA Agricultural Research Service, les aliments contenant les quantités les plus élevées de BCX comprennent les poivrons rouges, le paprika, la courge musquée, les persimmons, les mandarines, la papaye, les pêches et les oranges. Les Dietary Allowances recommandées de vitamine A pour les personnes âgées de 14 ans ou plus sont de 900 microgrammes par jour pour les hommes, 700 microgrammes par jour pour les femmes adultes, et 750 et 1200 microgrammes par jour pour les femmes enceintes et allaitantes respectivement, selon l'Alimentation et Nutrition Board À l'institut de médecine des académies nationales. Une consommation excessive de vitamine A peut entraîner des lésions hépatiques et des malformations congénitales.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: La bêta-cryptoxanthine (BCX) réduit le nombre de tumeurs du poumon et les métastases chez    Lun 6 Oct 2008 - 21:35

Profitez des légumes d’automne pour déguster cette soupe savoureuse !

Pour 6 personnes

Ingrédients :
2 c. à soupe 30 ml tamari ou sauce soya
1 tasse 375 ml Silk (lait de soja) non sucré
4 tasses 1 litre bouillon de légumes
1 c. à thé 5 ml sel
1  gousse d'ail, hachée
1  oignon moyen, haché
3  panais moyens, pelés et hachés
3 tasses 750 ml dés de courge musquée (1 petite courge)
1/8 c. à thé 1/2 ml noix de muscade
 poivre blanc ou noir fraîchement moulu au goût

Préparation
Dans une marmite, mélanger les dés de courge musquée, les panais, l’oignon et l'ail. Verser le bouillon de légumes sur le mélange et porter à ébullition sur feu moyen-vif. Couvrir la marmite. Réduire le feu et laisser mijoter à feu doux pendant environ 30 minutes, jusqu'à ce que les légumes soient tendres.

Ajouter le Silk et le Tamari à la préparation. Diviser la préparation en 3 portions. Passer chaque portion au mélangeur ou au robot et mélanger jusqu’à l’obtention d’une purée lisse et onctueuse. Remettre la purée dans la marmite. Ajouter la noix de muscade et assaisonner, selon le goût, avec du poivre blanc ou noir.


Dernière édition par Denis le Mer 2 Nov 2016 - 15:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
La bêta-cryptoxanthine (BCX) réduit le nombre de tumeurs du poumon et les métastases chez
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» redoué,redouet rodoué,roudouz sourdwé,sourdèw douet,duit
» Pourquoi le Bouddhisme séduit ?
» etude comparatif entre un transformateur standard et un transformateur a bruit réduit
» majoration pour effectif réduit académie de lille
» Quel "horaire à effectif réduit" en T. STI2D avec la réforme du lycée ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Alimentation-
Sauter vers: