AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Évitez le sucre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Évitez le sucre.   Lun 3 Oct 2016 - 12:49

A study conducted by researchers at LSU Health New Orleans suggests that age is an important factor in the association between cancer and sugar-sweetened beverages and recommends that intervention programs to reduce consumption of added sugar be focused on lower socio-economic status, young males, as well as cervical cancer survivors. The study is published in the October 2016 issue of Translational Cancer Research.

Sugar intake or sugar-sweetened beverage consumption has been demonstrated to have a positive association with obesity, diabetes and cardio-metabolic diseases, as well as some cancers. As more people are surviving cancer, the consumption of added sugar will be an increasingly important risk factor.

"The objective of this study was to closely evaluate the risk factors of sugar consumption from sugar-sweetened beverages among cancer survivors and people not diagnosed with cancer, and to our knowledge, no other studies have examined sugar-sweetened beverage intake in cancer survivors," notes Melinda Sothern, PhD, Professor of Public Health at LSU Health New Orleans and senior author. "Recently growing evidence suggests a link between sugar-sweetened beverage consumption and the risk of pancreatic and endometrial cancer, as well as the risk of colon cancer recurrence and death among cancer survivors. "

Tung-Sung Tseng, DrPH, Associate Professor of Public Health, along with colleagues at LSU Health New Orleans School of Public Health examined data from 22,182 adults from the National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES) 2003-2012 data. The survey measured the consumption of sodas, fruit-flavored drinks, sweetened fruit juices, sports drinks, energy drinks, sweetened teas and coffees and other sugar-sweetened drinks. It also ascertained cancer, smoking and obesity status, as well as demographic characteristics including age, gender, race, educational level and poverty/income ratio.

For the overall study population, 15.7% had high sugar intake from sugar-sweetened drinks. People with no cancer history had a higher sugar intake than cancer survivors, although this could be due to other factors including older age and gender. The sugar intake from sugar-sweetened beverages among women with cervical cancer history was much higher (60g/day) compared to other cancer survivors who consumed only around 30-40 g/day. The research team also found that individuals who had high sugar intake (?80g/day sugar) from sugar-sweetened beverages were younger, male, black, obese, current smokers, low-income, or had education levels at or below high school.

"Although consuming added sugar is not recommended, people are not usually aware of how much sugar they get from sugar-sweetened beverages," says lead author Tung-Sung Tseng, DrPH, Associate Professor of Public Health at LSU Health New Orleans. "The American Heart Association recommends a consumption goal of no more than 450 kilocalories (kcal) of sugar-sweetened beverages or fewer than three 12-ounce cans of soda per week."

The results of the study indicate that sugar-sweetened beverage consumption behavior varies across cancers and may be related to age. The LSU Health New Orleans translational research team, which also included Hui-Yi Lin, PhD, Associate Professor, Lauren Griffiths, Research Associate, and Kristin Cornwell, Public Health graduate student, suggests that intervention programs to reduce sugar-sweetened beverage or added sugar consumption should primarily focus on lower socio-economic status young males, both non-cancer and cancer survivors, as well as cervical cancer survivors. They also recommend that custom intervention to decrease added sugar consumption be conducted for both non-cancer individuals and cancer survivors in communities and the medical care system.


---

Une étude menée par des chercheurs de LSU Health New Orleans suggère que l'âge est un facteur important dans l'association entre le cancer et les boissons sucrées et recommande que les programmes d'intervention pour réduire la consommation de sucre ajouté se concentre sur le statut socio-économique plus faible, les jeunes hommes, ainsi que les survivants du cancer du col utérin. L'étude est publiée dans le numéro d'Octobre 2016 de la recherche translationnelle sur le cancer.

La consommation de sucre ou de la consommation de boissons sucrées a été démontré avoir une association positive avec l'obésité, le diabète et les maladies cardio-métabolique, ainsi que certains cancers. Comme plus de gens survivent au cancer, la consommation de sucre ajouté sera un facteur de risque plus important.

"L'objectif de cette étude était d'évaluer attentivement les facteurs de risque de la consommation de sucre provenant des boissons sucrées chez les survivants du cancer et les personnes non diagnostiquées avec un cancer, et à notre connaissance, aucune autre étude n'a examiné la consommation de boissons sucrées chez les survivants du cancer, "note Melinda Sothern, PhD, professeur de santé publique à LSU Health New Orleans et auteur principal. «Plus de preuves récentes suggèrent un lien entre la consommation de sucre boisson sucrée et le risque de cancer du pancréas et de l'endomètre, ainsi que le risque de récidive du cancer du côlon et de décès parmi les survivants du cancer."

Tung-Sung Tseng, DrPH, professeur agrégé de santé publique, avec des collègues à l'école Orleans New LSU Santé de la santé publique a examiné les données de 22,182 adultes de l'Enquête nationale sur la santé et la nutrition (NHANES) données 2003-2012. L'enquête a mesuré la consommation de sodas, des boissons aromatisées aux fruits, jus de fruits sucrés, boissons pour sportifs, boissons énergétiques, les thés sucrés et des cafés et autres boissons sucrées. Il a également constaté le cancer, le tabagisme et l'état de l'obésité, ainsi que les caractéristiques démographiques, y compris l'âge, le sexe, la race, le niveau d'éducation et le ratio pauvreté / revenu.

Pour la population générale de l'étude, 15,7% avaient un apport élevé en sucre des boissons sucrées. Les personnes sans antécédents de cancer avaient une consommation de sucre plus élevé que les survivants du cancer, bien que cela pourrait être dû à d'autres facteurs, y compris l'âge avancé et le sexe. La consommation de sucre des boissons sucrées chez les femmes ayant des antécédents de cancer du col était beaucoup plus élevé (60g / jour) par rapport à d'autres survivants du cancer qui ont consommé seulement environ 30-40 g / jour. L'équipe de recherche a également constaté que les personnes qui avaient l'apport en sucre élevée (? Sucre 80g / jour) des boissons sucrées étaient plus jeunes, mâle, noir, obèses, les fumeurs actuels, à faible revenu, ou avaient des niveaux d'éducation au niveau ou au-dessous de l'école secondaire.

"Bien que la consommation de sucre ajouté ne soit pas recommandé, les gens ne sont généralement pas au courant de la quantité de sucre qu'ils obtiennent dans les boissons sucrées», dit l'auteur principal Tung-Sung Tseng, DrPH, professeur agrégé de santé publique à LSU Health New Orleans. "L'American Heart Association recommande un objectif de consommation d'au plus 450 kilocalories (kcal) de boissons sucrées ou moins de trois canettes de 12 onces de soda par semaine."

Les résultats de l'étude indiquent que le comportement de la consommation de boissons sucrées varie selon les cancers et peut être liée à l'âge. L'équipe de recherche translationnelle LSU Health Nouvelle-Orléans, qui comprenait également Hui-Yi Lin, Ph.D., professeur agrégé, Lauren Griffiths, chercheur associé, et Kristin Cornwell, santé publique étudiant diplômé, suggère que les programmes d'intervention pour réduire la boisson sucrée ou de sucre la consommation devrait surtout se concentrer sur la baisse chez les jeunes hommes de statut socio-économique faible, à la fois sans cancer et survivants du cancer, ainsi que les survivantes du cancer du col utérin. Ils recommandent également l'intervention sur mesure pour diminuer la consommation de sucre ajouté peut être menée aussi pour les individus non cancéreux et les survivants du cancer dans les communautés et le système de soins médicaux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Évitez le sucre.   Lun 18 Jan 2016 - 16:40

Imaginez que vous puissiez, en arrêtant de consommer certains aliments, réduire vos cellules cancéreuses à la famine…

Votre tumeur en pleine croissance, serait brutalement stoppée. Privée de nourriture, elle se mettrait à dépérir, rétrécir, puis disparaître.

Selon certains chercheurs, ce rêve peut dans certains cas devenir une réalité. Car voici de quoi les cellules cancéreuses ont besoin pour vivre :
Les cellules peuvent fonctionner avec deux carburants différents

Les cellules ont deux carburants à leur disposition : le glucose et les acides gras.

Les cellules doivent brûler ces carburants pour les transformer en énergie cellulaire (ATP, ou adénosine triphosphate).

Elles ont pour cela besoin d’oxygène, apporté par la respiration et par le sang.

A l’intérieur de la cellule, le carburant et l’oxygène sont brûlés au sein des mitochondries, de mini-usines électriques à l’intérieur des cellules, pour produire l’énergie cellulaire.

Les mitochondries peuvent fonctionner soit avec de l’oxygène et du glucose, soit avec de l’oxygène et des acides gras.
Quand l’oxygène vient à manquer

Mais les mitochondries n’ont pas toujours assez d’oxygène à disposition. Par exemple, quand vous courrez très vite et que vous êtes essoufflé, vos cellules manquent d’oxygène.

Heureusement, vous pouvez continuer malgré tout à courir parce que vos cellules sont aussi capables de produire de l’énergie sans oxygène : par fermentation.

La fermentation permet aux cellules de fonctionner en l’absence d’oxygène. Toutefois, la fermentation ne marche qu’avec le glucose, pas avec les acides gras.
Les cellules cancéreuses accros au glucose

Les cellules cancéreuses, qui sont très agressives, qui se reproduisent rapidement, et qui sont très nombreuses au même endroit, utilisent prioritairement la fermentation pour fonctionner.

La fermentation n’étant pas possible avec les acides gras, cela veut dire que les cellules cancéreuses ont un énorme besoin de glucose.

Elles ont besoin de 20 fois plus de glucose qu’une cellule saine. A tel point que le scanner PET peut servir à voir le cancer dans l’organisme, uniquement en regardant les cellules qui consomment le plus de glucose.

Les cellules cancéreuses sont dépendantes au glucose. La seule chose qui les intéresse, c’est de trouver du glucose à tout prix, comme un toxicomane ; et comme celui-ci, elles ne tiennent plus compte de leur environnement.

Si elles n’ont que des acides gras à disposition, elles se retrouvent en famine. La production d’énergie cellulaire baisse. Les cellules cancéreuses perdent de leur agressivité et de leur capacité à se multiplier.

Ce n’est pas le cas des autres cellules du corps (cerveau, cœur et autres muscles) qui, elles, peuvent vivre uniquement grâce aux acides gras, car leur comportement est moins frénétique.
Cancer en cascade

Le glucose est donc le carburant des cellules cancéreuses. Mais manger beaucoup de sucre accroît votre risque de cancer par d’autres voies :

la fermentation du glucose par les cellules produit de l’acide lactique qui provoque une acidification des tissus cancéreux, qui favorise encore la croissance de la tumeur ;
plus vous mangez de sucre, plus votre taux de sucre sanguin monte et plus votre pancréas fabrique d’insuline. Or, l’insuline stimule la production d’une molécule appelée Insulin-like growth factor-1 (IGF), une puissante hormone responsable de la prolifération des cellules saines mais aussi cancéreuses.

C’est ce qui a amené des chercheurs à proposer un régime sans aucun glucide, appelé régime cétogène, pour aider les patients cancéreux.
Le régime sans glucides contre le cancer

En 2007, le Dr Melanie Schmidt et le biologiste Ulrike Kämmerer, à l’hôpital de Wüzburg, en Allemagne, ont mené une étude clinique avec des patients malades du cancer. Ils leur ont fait suivre un régime très pauvre en glucides, riche en graisses et riche en protéines, appelé régime cétogène. Pas de sucres, pas de céréales, pas de gâteaux, pas de pâtes, pas de riz, pas de pommes de terre, très peu de fruits, uniquement de la viande grasse, des poissons gras, des œufs entiers, des noix, de l’huile d’olive, de l’huile de lin et quelques légumes.

Ce n’était pas une nouveauté d’ailleurs. Déjà, en 1924, le Dr Otto H. Warburg (Prix Nobel en 1931) avait publié ses observations sur les tumeurs : « Une alimentation riche en glucides a un profond effet stimulant de la croissance des cellules cancéreuses. »

Les deux chercheurs de Würzburg se sont cependant heurtés à un écueil : l’hôpital ne les a autorisés à tester le régime cétogène que sur les patients ayant épuisé toutes les thérapies conventionnelles contre le cancer : chirurgie, radiations, chimiothérapie, et même les thérapies alternatives comme l’hyperthermie et l’autohémothérapie (sang veineux réinjecté par voie musculaire).

Cela signifie que les patients étaient en très mauvaise santé. Ils souffraient de cancer des ovaires, du sein, des glandes parotides, des os, du pancréas, de la thyroïde, de l’œsophage et de tumeurs du système nerveux agressives, résistant aux traitements classiques. Deux d’entre eux sont morts en moins d’un mois après le début de l’étude, un autre a abandonné parce qu’il trouvait trop pénible de se priver de boissons sucrées et de céréales et six autres ont arrêté pour des raisons personnelles. Deux autres patients ont quitté prématurément l’étude en raison d’une brusque aggravation de leur état de santé.

Toutefois, pour cinq patients qui ont respecté le régime sans glucides pendant trois mois, les résultats se sont révélés positifs. Les patients sont restés en vie, leur condition physique s’est stabilisée ou s’est améliorée, leur tumeur a arrêté de grossir et la maladie s’est stabilisée.

L’efficacité du régime cétogène réside dans le suivi rigoureux d’une alimentation la plus pauvre possible en glucides. Lorsque les glucides viennent à manquer, le corps produit des corps cétoniques dérivés des graisses qui peuvent fournir de l’énergie au corps et au cerveau mais qui est peu utilisable par les cellules cancéreuses. Or, dans l’étude des chercheurs de Würzburg, seuls deux patients sont parvenus à réduire suffisamment leur consommation de glucides alimentaires pour produire beaucoup de corps cétoniques. Ces résultats préliminaires sont donc tout à fait remarquables et les chercheurs y voient déjà une solution alternative pour le traitement du cancer, sans attendre le stade terminal de la maladie [1].
Deux enfants aidés par le régime cétogène

La première expérience humaine menée sur le régime cétogène dans le traitement du cancer fut menée en 1995 par l’oncologue (médecin spécialiste des cancers) Linda Nebeling, sur deux enfants atteints de tumeur au cerveau. Linda Nebeling est actuellement à l’Institut National du Cancer aux États-Unis.

Les deux enfants réagirent de façon positive et la progression de la maladie fut totalement stoppée chez l’un d’entre eux qui était toujours vivant 10 ans plus tard, en continuant à suivre le régime cétogène.

Il est évidemment impossible de tirer des conclusions générales d’une si petite expérience. Toutefois, le régime cétogène intéresse aujourd’hui de nombreuses équipes médicales à travers le monde.

Le Dr Thomas Graeber, un professeur de pharmacologie moléculaire et médicale, a publié avec ses collègues en 2012 une étude qui montre que la privation de glucose active une boucle d’amplification métabolique et de signalisation conduisant à la mort des cellules cancéreuses [2].

Des études publiées cet été 2013 dans la revue Plos One indiquent que les souris cancéreuses soumises au régime cétogène présentent une amélioration de leur survie par rapport à un groupe témoin, non soumis à ce régime.

Combiné à un traitement par oxygène hyperbare qui consiste à saturer les cellules cancéreuses d’oxygène, la survie des animaux était augmentée de 78 % [3].

Ces résultats ouvrent évidemment d’importants espoirs pour les malades.
Mises en garde indispensable

Mais attention, le régime cétogène cause certains problèmes, si bien qu’il est fortement déconseillé de le suivre sans surveillance médicale. Il peut provoquer une très forte fatigue, le corps ayant besoin de s’habituer à ce nouveau fonctionnement sans réserves de sucres. Le régime cétogène présente aussi un déficit de :

fibres : cela provoque de la constipation ou paradoxalement de la diarrhée, qu’il est possible de soulager avec la prise de compléments alimentaires de fibres comme le psyllium ou la pectine ;
potassium : l’essentiel de notre potassium nous vient des fruits et légumes, sources de glucides. Il faut donc prendre un complément de potassium ou privilégier des légumes pauvres en glucides (chou vert, asperges, aubergines, concombres, brocolis, céleri, laitue, poireaux, cresson) et les avocats.

Surtout, le régime cétogène ne doit surtout pas être entrepris en cas de :

insuffisance rénale, hépatique ou cardiaque, ainsi qu’infarctus récent,
diabète insulinodépendant, et non-insulinodépendant en absence d’un encadrement médical,
grossesse – allaitement,
pour toute personne au-delà de 4 semaines, sans suivi médical,
période de croissance (enfant, adolescent),
durant un traitement diurétique ou corticoïde en absence d’un encadrement médical,
en cas de troubles du comportement alimentaire,
suite à une intervention chirurgicale,
en cas de maladie du métabolisme des acides gras (porphyrie, déficit en pyruvate carboxylase et autres maladies génétiques rares).

Limiter votre risque de cancer

Sans aller jusqu’au régime cétogène, une alimentation pauvre en glucides est bénéfique aussi bien en prévention du cancer que pour améliorer son traitement. Pour limiter votre risque de nourrir une tumeur affamée de glucose :

réduisez votre consommation de nourriture transformée, industrielle, comme les plats préparés, les farines raffinées (blanches) et les aliments fabriqués avec (pain de mie, baguette blanche, viennoiserie, pâtes blanches) ainsi que les boissons sucrées et les jus ;
mangez des céréales en quantités adaptées à votre activité physique : vous pouvez vous en passer si vous ne faites pas de sport ;
recherchez la couleur dans votre assiette : légumes et fruits colorés sont riches en antioxydants qui diminuent l’inflammation (myrtilles, raisin rouge, tomates, légumes verts). Il y a bien sûr plusieurs exceptions importantes comme le chou-fleur, le raifort et les asperges qui, bien que blancs, sont excellents pour la santé ;
évitez autant que possible les grillades et fritures ;
privilégiez les produits gras de bonne qualité : petits poissons gras, noix de toutes sortes, huile d’olive extra-vierge, huile de colza, avocats, œufs bios enrichis en oméga-3 si possible ;
évitez les produits gras industriels : vinaigrettes, mayonnaises toutes faites, et bien sûr tous les biscuits apéritifs grillés et salés ;
adaptez votre mode de vie pour réduire les causes de stress : changez de métier, de lieu d’habitation, d’activités si celles-ci ne vous permettent pas d’être raisonnablement détendu dans votre vie ;
limitez l’usage de produits toxiques dans votre intérieur : produits ménagers, vernis, colles, plastiques ;
buvez un ou deux verres de bon vin par jour, si possible rouge.

SOURCES :

[1] Schmidt M, Pfetzer N, Schwab M, Strauss I, Kämmerer U. Effects of a ketogenic diet on the quality of life in 16 patients with advanced cancer: A pilot trial. Nutr Metab (Lond). 2011 Jul 27;8(1):54.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Évitez le sucre.   Lun 4 Jan 2016 - 17:20

L’étude ne porte pour l’heure que chez la souris, mais selon une équipe américaine de l’Université du Texas MD Anderson Cancer Center, les liens délétères entre la consommation de sucre et le cancer sont désormais établis. Certes, ce rapprochement n’est pas nouveau. Mais cette fois, les scientifiques sont parvenus à identifier avec précision le mécanisme par lequel le saccharose ou le fructose alimentaires, très présents dans l’alimentation surtout outre-Atlantique, facilitent chez les rongeurs la croissance de tumeurs mammaires et la survenue de métastases pulmonaires.
Plus de sucre, plus de tumeurs

Pour ce faire, les chercheurs ont élevé différents groupes de souris et les ont soumis à un régime alimentaire plus ou moins riche en sucre. Après six mois, plus de 50% du groupe ayant suivi un régime enrichi en sucre, équivalent au régime américain moyen, avaient développé des tumeurs mammaires contre moins d’un tiers des souris nourries normalement. Ce régime était tout particulièrement riche en fructose, un sucre très utilisé par l’industrie alimentaire et entrant notamment dans la composition de la plupart des boissons sucrées.
Une voie moléculaire identifiée

L’équipe texane est parvenue à identifier une voie moléculaire, dite 12-LOX (12-lipoxygénase), en cause dans le processus de croissance tumorale. Cette voie pourrait, selon les auteurs, favoriser l’inflammation des tumeurs et par conséquent leur croissance. Cette hypothèse reste à valider chez l'homme. En attendant, rappelons que conformément aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé, émises au printemps 2015, l’apport en sucre ne doit pas dépasser 6 cuillères à café de sucre par jour, soit environ 25 grammes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Évitez le sucre.   Dim 9 Aoû 2015 - 17:46



Éliminer les boissons gazeuses

Malheureusement, on entend souvent dire qu’il n’y a pas de bons ou mauvais aliments et que c’est seulement l’excès de consommation qui est néfaste. Comme le montrent les résultats de l’étude, ce n’est clairement pas le cas pour les boissons gazeuses, car ces produits n’ont absolument aucune utilité du point de vue nutritionnel et peuvent au contraire entraîner plusieurs conséquences graves sur la santé. Puisque le sucre contenu dans une seule canette de boisson gazeuse atteint la limite suggérée par l’OMS, on doit conclure que ces produits ne sont pas sécuritaires, même en faibles quantités, et que nous devrions en conséquence les éliminer complètement de l’alimentation. Rien ne remplace l’eau pour étancher sa soif.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Évitez le sucre.   Lun 20 Juil 2015 - 18:37

Le sucre peut contribuer à activer la voie insuline et élever le niveau de facteurs de croissance comme l'IGF-1 qui est en cause dans les cancers. Réduisez la consommation de sucre blanc dans les boissons chaudes (thé, café, etc.) et celle des céréales du petit déjeuner, des confiseries, des gâteaux et biscuits.
Le fructose ou le sirop de glucose-fructose ne sont pas de bonnes alternatives au sucre car on les soupçonne eux aussi de conduire à une résistance à l'insuline qui n'est désirable ni en prévention du cancer ni du diabète.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Évitez le sucre.   Jeu 24 Juil 2014 - 14:12

Trois chercheuses de la Faculté de médecine de Québec viennent de montrer, à partir d'une étude réalisée auprès de 1 555 femmes, un lien entre la consommation d'aliments et de boissons contenant du sucre et la densité mammaire, un facteur de risque du cancer du sein.

Caroline S. Duchaine, Isabelle Dumas et Caroline Diorio ont estimé la consommation de sucre dans l'alimentation des participantes en recueillant des informations sur leurs habitudes alimentaires. Les femmes devaient indiquer, à l'aide d'une liste de 161 éléments, la fréquence à laquelle elles avaient consommé divers produits au cours de l'année précédente. Ces femmes ont ensuite fait l'objet d'une mammographie qui a permis de mesurer leur densité mammaire.

Ces travaux ont montré que cette densité mammaire augmentait en fonction de la consommation de sucre. Même si cette hausse est relativement faible (environ 3 %), elle aurait, selon les chercheuses, une influence certaine sur le risque de cancer du sein. L'étude rappelle, à titre de comparaison, que la prise de tamoxifène – un médicament qui prévient le cancer du sein – pendant 30 à 54 mois - réduit la densité mammaire de 6 points, ce qui se traduit par une diminution de 30 à 50% des risques de cancer du sein.

En mars 2014, l'OMS à fait passer de 10% à 5% la limite recommandée pour le sucre dans l'apport calorique quotidien, ce qui correspond à six cuillérées à thé de sucre. Or, une seule canette de boisson gazeuse en contient dix...

BMC

Article rédigé par Georges Simmonds Pour RT Flash

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Évitez le sucre.   Mer 29 Jan 2014 - 13:51


Les cellules du cancer s'alimentent de…

Rédigé le Mardi 28 Janvier 2014 à 20:40 | Lu 218 fois | 0 commentaire(s)

Imaginez que vous puissiez, en arrêtant de consommer certains aliments, réduire vos cellules cancéreuses à la famine... Votre tumeur en pleine croissance, serait brutalement stoppée. Privée de nourriture, elle se mettrait à dépérir, rétrécir, puis disparaître.

Les cellules du cancer s'alimentent de…
Selon certains chercheurs, ce rêve peut dans certains cas devenir une réalité. Car voici de quoi les cellules cancéreuses ont besoin pour vivre : Les cellules peuvent fonctionner avec deux carburants différents.
Les cellules ont deux carburants à leur disposition : le glucose et les acides gras.
Les cellules doivent brûler ces carburants pour les transformer en énergie cellulaire (ATP, ou adénosine triphosphate).
Elles ont pour cela besoin d'oxygène, apporté par la respiration et par le sang.
A l'intérieur de la cellule, le carburant et l'oxygène sont brûlés au sein des mitochondries, de mini-usines électriques à l'intérieur des cellules, pour produire l'énergie cellulaire.
Les mitochondries peuvent fonctionner soit avec de l'oxygène et du glucose, soit avec de l'oxygène et des acides gras.
Quand l'oxygène vient à manquer
Mais les mitochondries n'ont pas toujours assez d'oxygène à disposition. Par exemple, quand vous courrez très vite et que vous êtes essoufflé, vos cellules manquent d'oxygène.
Heureusement, vous pouvez continuer malgré tout à courir parce que vos cellules sont aussi capables de produire de l'énergie sans oxygène : par fermentation.
La fermentation permet aux cellules de fonctionner en l'absence d'oxygène. Toutefois, la fermentation ne marche qu'avec le glucose, pas avec les acides gras.
Les cellules cancéreuses accros au glucose
Les cellules cancéreuses, qui sont très agressives, qui se reproduisent rapidement, et qui sont très nombreuses au même endroit, utilisent prioritairement la fermentation pour fonctionner.

La fermentation n'étant pas possible avec les acides gras, cela veut dire que les cellules cancéreuses ont un énorme besoin de glucose.
Elles ont besoin de 20 fois plus de glucose qu’une cellule saine. A tel point que le scanner PET peut servir à voir le cancer dans l’organisme, uniquement en regardant les cellules qui consomment le plus de glucose.
Les cellules cancéreuses sont dépendantes au glucose. La seule chose qui les intéresse, c’est de trouver du glucose à tout prix, comme un toxicomane ; et comme celui-ci, elles ne tiennent plus compte de leur environnement.

Si elles n'ont que des acides gras à disposition, elles se retrouvent en famine. La production d'énergie cellulaire baisse. Les cellules cancéreuses perdent de leur agressivité et de leur capacité à se multiplier.
Ce n'est pas le cas des autres cellules du corps (cerveau, cœur et autres muscles) qui, elles, peuvent vivre uniquement grâce aux acides gras, car leur comportement est moins frénétique.

Cancer en cascade
Le glucose est donc le carburant des cellules cancéreuses. Mais manger beaucoup de sucre accroît votre risque de cancer par d'autres voies :
•la fermentation du glucose par les cellules produit de l'acide lactique qui provoque une acidification des tissus cancéreux, qui favorise encore la croissance de la tumeur ;

•plus vous mangez de sucre, plus votre taux de sucre sanguin monte et plus votre pancréas fabrique d'insuline. Or, l'insuline stimule la production d’une molécule appelée Insulin-like growth factor-1 (IGF), une puissante hormone responsable de la prolifération des cellules saines mais aussi cancéreuses.

C'est ce qui a amené des chercheurs à proposer un régime sans aucun glucide, appelé régime cétogène, pour aider les patients cancéreux.

Le régime sans glucides contre le cancer
En 2007, le Dr Melanie Schmidt et le biologiste Ulrike Kämmerer, à l'hôpital de Wüzburg, en Allemagne, ont mené une étude clinique avec des patients malades du cancer. Ils leur ont fait suivre un régime très pauvre en glucides, riche en graisses et riche en protéines, appelé régime cétogène. Pas de sucres, pas de céréales, pas de gâteaux, pas de pâtes, pas de riz, pas de pommes de terre, très peu de fruits, uniquement de la viande grasse, des poissons gras, des œufs entiers, des noix, de l’huile d’olive, de l’huile de lin et quelques légumes.

Ce n'était pas une nouveauté d'ailleurs. Déjà, en 1924, le Dr Otto H. Warburg (Prix Nobel en 1931) avait publié ses observations sur les tumeurs : « Une alimentation riche en glucides a un profond effet stimulant de la croissance des cellules cancéreuses. »

Les deux chercheurs de Würzburg se sont cependant heurtés à un écueil : l'hôpital ne les a autorisés à tester le régime cétogène que sur les patients ayant épuisé toutes les thérapies conventionnelles contre le cancer : chirurgie, radiations, chimiothérapie, et même les thérapies alternatives comme l'hyperthermie et l'autohémothérapie (sang veineux réinjecté par voie musculaire).

Cela signifie que les patients étaient en très mauvaise santé. Ils souffraient de cancer des ovaires, du sein, des glandes parotides, des os, du pancréas, de la thyroïde, de l’œsophage et de tumeurs du système nerveux agressives, résistant aux traitements classiques. Deux d'entre eux sont morts en moins d’un mois après le début de l'étude, un autre a abandonné parce qu'il trouvait trop pénible de se priver de boissons sucrées et de céréales et six autres ont arrêté pour des raisons personnelles. Deux autres patients ont quitté prématurément l’étude en raison d’une brusque aggravation de leur état de santé.

Toutefois, pour cinq patients qui ont respecté le régime sans glucides pendant trois mois, les résultats se sont révélés positifs. Les patients sont restés en vie, leur condition physique s'est stabilisée ou s'est améliorée, leur tumeur a arrêté de grossir et la maladie s’est stabilisée.

L’efficacité du régime cétogène réside dans le suivi rigoureux d’une alimentation la plus pauvre possible en glucides. Lorsque les glucides viennent à manquer, le corps produit des corps cétoniques dérivés des graisses qui peuvent fournir de l’énergie au corps et au cerveau mais qui est peu utilisable par les cellules cancéreuses.

Or, dans l’étude des chercheurs de Würzburg, seuls deux patients sont parvenus à réduire suffisamment leur consommation de glucides alimentaires pour produire beaucoup de corps cétoniques. Ces résultats préliminaires sont donc tout à fait remarquables et les chercheurs y voient déjà une solution alternative pour le traitement du cancer, sans attendre le stade terminal de la maladie.
Santé Nature Innovation


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Évitez le sucre.   Mer 25 Déc 2013 - 20:16


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Évitez le sucre.   Mar 23 Juil 2013 - 10:14

Selon une étude suédoise publiée dans l’American Journal of Clinical Nutrition, boire un soda par jour augmenterait les risques de souffrir d’un cancer de la prostate. Une bonne raison de se mettre à l’eau !

Vous ne pouvez pas vous passer de votre canette quotidienne de soda ? Une étude suédoise publiée dans l’American Journal of Clinical Nutrition pourrait bien vous faire réfléchir. En effet, selon cette dernière boire un soda par jour augmenterait nettement les risques de souffrir d’un cancer de la prostate. Et les chiffres sont parlants.

Sur 8000 hommes surveillés durant 15 années, ceux qui consomment une canette de soda quotidiennement présentent 40% de risque supplémentaire de souffrir d’un cancer de la prostate. Ces chiffres vont dans le même sens que ceux d’une autre étude réalisée aux Etats-Unis (plus gros consommateur de sodas) où les hommes souffrent plus de cancers de la prostate.

Les risques sont d’autant plus accrus que l’homme consomme du sucre en quantité importante.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Évitez le sucre.   Mer 13 Mar 2013 - 22:03



Des chercheurs confirment qu'une consommation massive de sucre augmente les risques de cancer.

Nutrition News rapporte que des chercheurs espagnols ont finalement déterminé avec plus de précision les liens entre le cancer, ainsi que d'autres problèmes de santé, et une consommation élevée de sucre.

Il semble que ce soit véritablement la dose consommée qui soit en cause, notamment dans le développement du cancer et du diabète.

Peu dangereux à petites doses donc, même qu'on confirme l'utilité du sucre pour l'organisme, c'est lorsqu'on abuse de la substance que les problèmes peuvent poindre à l'horizon.

« Nous avons été surpris de constater que les changements du métabolisme causés par le sucre avaient un impact sur les risques de cancer. Nous enquêtons maintenant sur les autres composantes du régime alimentaire qui peuvent influencer les risques de cancer », explique la Dre Custodia Garcia-Jimenez.

Les chercheurs de l'Université Rey Juan Carlos rappellent que l'on ignorait jusqu'à quel point les taux de sucre, ainsi que l'obésité due au sucre, pouvaient augmenter les risques de cancer.

On croit qu'un cancer sur trois pourrait être prévenu grâce à une amélioration du régime alimentaire et à l'activité physique.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Évitez le sucre.   Ven 1 Fév 2013 - 16:54

Feb. 1, 2013 — Sugars are needed to provide us with energy and in moderate amounts contribute to our well-being. Sustained high levels of sugars, as is found in diabetics, damages our cells and now is shown that can also increase our chance to get cancer: The dose makes the poison as Paracelsus said.

Avaler trop de sucre pendant longtemps endommage nos cellules et il a été démontré maintenant que cela augmente nos chances d'avoir un cancer. La quantité fait le poison.


_________________


Dernière édition par Denis le Mer 13 Mar 2013 - 22:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Évitez le sucre.   Lun 26 Nov 2012 - 13:47

STOCKHOLM — Les hommes qui consomment l'équivalent d'une canette de soda par jour sont sujets à un risque accru de cancer de la prostate, indique une étude médicale suédoise publiée lundi.

"Parmi les hommes consommant beaucoup de sodas ou d'autres boissons contenant du sucre ajouté, nous avons constaté un risque de cancer de la prostate accru d'environ 40%", a expliqué à l'AFP une doctorante en médecine parmi les auteurs de l'étude, Isabel Drake.

L'étude, à paraître dans la prochaine édition de l'American Journal of Clinical Nutrition, s'appuie sur le suivi de plus de 8.000 hommes de la région de Malmö (sud de la Suède), âgés de 45 à 73 ans, pendant une moyenne de 15 ans. Tous notaient scrupuleusement la nourriture et les boissons qu'ils ingéraient.

Ceux qui buvaient une canette de soda (33 cl) par jour avaient au final 40% de plus de chance de développer des formes de cancer de la prostate plutôt graves, nécessitant un traitement.

Par ailleurs, ceux qui avaient un régime alimentaire riche en riz et pâtes accroissaient de 31% des formes plus bégnines, permettant souvent de se passer de traitement. Ce risque était accru de 38% pour ceux qui ingéraient de fortes quantités de sucre au petit déjeuner, a rapporté la chercheuse.

Des études antérieures avaient noté que les Chinois et les Japonais vivant aux Etats-Unis, le plus grand pays consommateur de sodas au monde, développaient davantage de cancers de la prostate que leurs concitoyens restés dans leur pays.

Une recherche approfondie sur la réaction à différents régimes alimentaires en fonction du patrimoine génétique rendrait possible d'"adapter les recommandations en termes d'alimentation et de boisson pour certains groupes à haut risque", a estimé Mme Drake.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Évitez le sucre.   Dim 18 Nov 2012 - 6:47

Trop de sucre aide le cancer, chez la souris.

Médecine Un régime alimentaire trop chargé en sucre favoriserait le développement des tumeurs cancéreuses existantes. Voici le retour sur une étude où des souris atteintes de cancer se sont mises à exagérer avec le glucose.

Glucose et p53 mutée

Dans cette étude publiée dans Cell Cycle, les chercheurs rapportent que la surconsommation de glucose chez des souris malades du cancer a augmenté de manière évidente l'expression d'une mutation du gène p53. Le gène p53 classique (i.e. non muté) a un rôle de réducteur des tumeurs. Par contre, de nombreux chercheurs pensent que ce même gène dans sa forme mutée est oncogène, c'est-à-dire qu'il favorise l'apparition du cancer. Cette caractéristique a été prouvée à la vue du nombre important d'expressions de p53 mutées retrouvées dans des tissus humains prélevés dans des tumeurs cancéreuses et récalcitrantes.

(...)

Trop de sucre aide le cancer

Tout cela montre le lien entre la diminution de la tumeur, l'autophagie et le régime alimentaire faible en glucose. On sait depuis longtemps que le régime alimentaire affecte le développement du cancer, mais le papier prouve, de façon claire et nette, le lien entre consommation de sucre et développement des cellules cancéreuses… en tout cas chez la souris. Les chercheurs sont très prudents sur la transposition de ces résultats vers l'homme. C'est l'objet de leurs prochains travaux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
diane2



Nombre de messages : 2424
Age : 71
Localisation : L'île Val D'Or à Champlain QC.
Date d'inscription : 27/09/2009

MessageSujet: Re: Évitez le sucre.   Sam 21 Avr 2012 - 17:59

Je pense que tout ça est vrai parce que si moi je mange du chocolat à Pâques par exemple, il me faut me "désintoxiquer" du chocolat ensuite et je me retrouve carrément en manque.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Évitez le sucre.   Sam 21 Avr 2012 - 16:54

Récemment, dans le cadre d’une émission de 60 minutes, l’émission d’information de CBS, le docteur Lustig déclarait que le sucre était une substance «toxique» et ne devrait pas être traité différemment de l’alcool ou du tabac. Le docteur Lustig condamne le sucre sous toutes ses formes; qu’il s’agisse de sucre de canne, de betterave, de sucre brun ou du sirop de maïs à haute teneur en fructose (HFCS). Dans ce sens, le docteur Lustig va plus loin que d’autres critiques qui pointent surtout du doigt les HFCS, la forme de sucre ajoutée la plus utilisée par l’industrie. Pour le docteur Lustig, les HFCS ne sont pas plus mauvais que les autres formes de sucre. Comme il le dit: tous les sucres sont mauvais et, surtout, ils sont tous «toxiques».

Les arguments du docteur Lustig ne reposent pas sur le sucre comme source de calories sans autres éléments nutritifs, des «calories vides». Pour lui, c’est le fructose du sucre ou des HFCS qui est la cause des problèmes associés à leur utilisation. Bien que le fructose soit «isocalorique» avec le glucose, la molécule de base de l’amidon, il n’est pas «isométabolique». Alors que le glucose est métabolisé par les cellules du corps, pour le fructose, c’est le foie qui remplit cette fonction. Chez les animaux de laboratoire tout au moins, il est clair que, quand le fructose agit sur le foie en grande quantité et trop rapidement, cela a pour conséquence de promouvoir la résistance à l’insuline, un problème associé à l’obésité, au diabète de type II et aux maladies cardiovasculaires.

Dans une de mes récentes manchettes, j’avais souligné que de nombreux scientifiques contestent le rôle du cholestérol sanguin dans les maladies cardiovasculaires. Aujourd’hui, les médecins et les autorités médicales reconnaissent ce que l’on appelle le «syndrome métabolique», une condition associée à la résistance à l’insuline, comme un facteur et possiblement le facteur principal de risques, non seulement pour les maladies cardiovasculaires, mais aussi pour le diabète de type II. La manière la plus rapide de savoir si vous souffrez de syndrome métabolique est de mesurer votre tour de taille. Si c’est dans cette région que se concentre votre excès de poids, cette «roue de secours» que beaucoup d’entre nous transportent, vous êtes plus à risque de subir une crise cardiaque, de développer un diabète ou les deux.

Le docteur Lustig va au-delà des maladies cardiovasculaires et du diabète de type II lorsqu’il qualifie le sucre de toxique. Il l’associe également au cancer. En 2004, l’étude épidémiologique EPIC réalisée par le Centre international de Recherche sur le Cancer de l’Organisation mondiale de la Santé avait révélé le lien qui existe entre l’obésité et certaines formes de cancer. Les arguments du docteur Lustig se basent, entre autres, sur les travaux du docteur Craig Thomson, du Centre de cancérologie Sloan-Kettering. Les cellules de plusieurs formes de cancer, en particulier les cancers du sang et du côlon, dépendent de l’insuline pour fournir l’énergie dont elles ont besoin pour se développer. Le syndrome métabolique et la résistance à l’insuline nous amènent à sécréter plus d’insuline et, en conséquence, favorisent ces tumeurs en particulier. D’autre part, d’après le docteur Craig Thomson, certaines cellules précancéreuses vont développer des mutations pour justement augmenter l’apport de l’insuline dont elles ont besoin. Si cette dépendance à l’insuline n’existait pas, elles auraient moins de chances de se développer en cellules cancéreuses.

Comment se fait-il que nous aimions tellement le sucre? Il est certain que l’évolution y joue un rôle. Dans la nature, les plantes sans danger ont tendance à être sucrées, alors celles qui sont toxiques sont amères. Nous avons donc été amenés à associer «sucré» et «bon». Mais maintenant, nous savons qu’il existe aussi une dépendance physiologique au sucre. Un examen du cerveau par RMN montre que, lorsqu’une personne consomme des aliments riches en sucre, cela entraîne une augmentation des niveaux de dopamine, un neurotransmetteur associé au plaisir et à la dépendance. Il s’agit du même neurotransmetteur qui est influencé par le tabac, l’alcool ou l’héroïne.

Est-ce que le sucre sera un jour amené à être classé comme «toxique» par le gouvernement canadien comme cela a été fait pour le BPA? Connaissant la puissance du lobby du sucre en Amérique du Nord, j’en doute.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
diane2



Nombre de messages : 2424
Age : 71
Localisation : L'île Val D'Or à Champlain QC.
Date d'inscription : 27/09/2009

MessageSujet: Re: Évitez le sucre.   Sam 7 Mai 2011 - 19:23

Oui effectivement il faut vraiment choisir.

Moi je ne bois plus de boissons gazeuzes depuis des siècles... mais les fruits montrés ci haut j'en mange.
Le jus d'orange c'est juste dernièrement que j'ai cessé d'en boire. Mon médecin m'a dit que je devais préférer les oranges mais non le jus qui fait monter le taux de sucre a la rapidité de l'éclair même le jus sans sucre ajouté.

C'est tellement complexe tout ça...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Évitez le sucre.   Sam 7 Mai 2011 - 19:10

Je savais que le coke c'était pas bon pour la santé mais ce n'est que dernièrement que j'ai renoncer complètement parce que je me suis aperçu que je n'étais pas bien après avoir bu le 2 litres que je m'étais ramené à la maison


Il y a des choses qu'on croirait bonnes pour la santé par contre : les pommes, le jus d'oranges, les bananes, le yogourt c'est évident que si tu mange 3 ou 4 bananes ou 3 ou 4 pommes ça monte ton taux de sucre mais on penserait que c'est permis entk moins culpabilisant que si on finit le contennat de crème glacée haagen dass ou autre...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
diane2



Nombre de messages : 2424
Age : 71
Localisation : L'île Val D'Or à Champlain QC.
Date d'inscription : 27/09/2009

MessageSujet: Re: Évitez le sucre.   Sam 7 Mai 2011 - 18:21



Merci pour ce sujet. J'ai la dent sucré et j'essaie de me contenter d'un morceau de chocolat noir mais bon...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Évitez le sucre.   Sam 7 Mai 2011 - 16:02
























_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Évitez le sucre.   Ven 1 Avr 2011 - 11:58

Des chercheurs de l'Université du Minnesota ont découvert un lien entre la consommation de sodas et le cancer du pancreas. Après avoir suivi l'état de santé de 60 000 Indonésiens, ils se sont rendu compte que les personnes qui développaient un cancer du étaient également des consommateurs réguliers de sodas.

Les chercheurs pensent que le fort taux de sucre de ces boissons augmente le taux d'insuline fabriqué par le pancréas, ce qui augmente ensuite le risque de développement de cellules cancéreuses. Le cancer du pancreas fait partie des cancers les plus rares mais il est l'un des plus mortels avec un taux de survie à 5 ans qui n'est que de 5%.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Évitez le sucre.   Sam 19 Fév 2011 - 17:35

Même si les sucres ne sont pas cancérogènes, de nombreuses études montrent que leur consommation en excès est associée à un risque accru de cancers dont celui du colon. Les mécanismes sont difficiles à cerner, mais vraisemblablement, les régimes trop sucrés détournent d'une alimentation protectrice, favorisent l'obésité et augmentent la charge glycémique et la sécrétion d'insuline. Un taux d'insuline à jeun élevé s'accompagne d'un taux élevé d'IGF-1, un facteur de croissance associé à l'insuline [1], déjà impliqué dans de nombreux types de cancers comme le cancer du sein, de la prostate, du poumon, de la thyroïde, et dans celui du colon.

Sans bannir le sucre de son alimentation, il est souhaitable de sortir de ces habitudes alimentaires en se tournant vers les formes non raffinées des sucres, plus riches et moins assimilables. Pain complet, pâtes complètes ou semi-complètes, riz complet, peu de pommes de terre, moins d'aliments ou de boissons sucrés, plus de légumineuses, des flocons d'avoine plutôt que des corn flackes, et surtout plus d'activité physique qui justifie leur consommation.
Sans revenir à une alimentation paléolithique, il faudrait nous souvenir que notre organisme n'est pas fait pour ingurgiter des aliments si éloignés de leur forme naturelle, et qu'une alimentation équilibrée passe aussi par des aliments équilibrés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Évitez le sucre.   Mer 16 Fév 2011 - 17:38

Jusqu'à 10% du riz récolté en Chine est contaminé par des métaux lourds toxiques dispersés dans la nature, conséquences incontrôlées de la rapide croissance industrielle, a rapporté mercredi la presse.
D'énormes quantités de riz sont contaminées depuis des années par ces métaux tels que le cadmium, mais pratiquement rien n'a été fait pour alerter sur les dangers posés par cette pollution, a précisé l'hebdomadaire Nouveau siècle, en se fondant sur des études scientifiques menées depuis 2007.

«Ces métaux lourds toxiques se sont diffusés dans l'air et dans l'eau, polluant une large superficie du territoire de la Chine», a expliqué la revue. «Une chaîne complète de contamination alimentaire est à l'oeuvre depuis des années».

De toutes les céréales, le riz a la plus grande capacité à se charger en cadmium, qui se retrouve dans l'eau d'irrigation des rizières après avoir ruisselé des mines, notamment des mines de plomb, d'étain et de cuivre, a précisé le magazine.


Le riz est l'aliment de base en Chine, qui en produit 200 millions de tonnes par an.

«Les études montrent qu'environ 10% du riz chinois contient des niveaux de cadmium qui dépassent les normes», a poursuivi l'hebdomadaire.

Pan Genxing, un des scientifiques ayant participé aux analyses, a indiqué à l'AFP que les taux de cadmium dans le riz étaient même parfois bien plus élevés.

«Dans les zones aux sols acides connues pour être gravement polluées, nous avons découvert que 60% des échantillons de riz prélevés contenaient des niveaux de cadmium qui dépassaient les normes», a-t-il déclaré à l'AFP. Il a souligné que cela posait un «risque potentiel à la santé».

Le cadmium est une substance reconnue toxique et cancérigène, qui s'accumule dans le corps humain tout au long de la vie, avec des impacts sur les reins, les os et le foie.

Les déversements accidentels de produits chimiques avec de graves conséquences pour la santé sont fréquents en Chine, où le respect de l'environnement est encore souvent sacrifié sur l'autel de la croissance économique. Le pays est par ailleurs régulièrement confronté à des scandales alimentaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Évitez le sucre.   Sam 5 Fév 2011 - 14:46

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Évitez le sucre.   Jeu 8 Juil 2010 - 18:42

Des chercheurs italiens ont examiné les habitudes de consommation de plus de 300 personnes atteintes d'un cancer du pancréas. Ils ont pu mesurer que la consommation régulière d'aliments à Index Glycémique élevé augmente le risque de près de 80%. A l'inverse, un goût prononcé pour les fruits a plutôt un effet protecteur.






Les aliments à charge glycémique élevée induisent la production d'insuline et d'IGF-1, une hormone pro-inflammatoire. L'augmentation de ces substances augmente le risque de diabète et d'obésité. L'étude publiée en février 2010 dans "Annals of Epidemiology" montre également une influence néfastes sur le cancer du pancréas.

Les habitudes alimentaires associées au plus fort risque de cancer du pancréas privilégient le sucre raffiné, les bonbons, le miel et les confitures. En comparaison avec ceux qui en mangent le moins, le risque est augmenté de 78%. Reste à en convaincre nos enfants !

Le risque semble lié aux glucides raffinés et non pas au total des apports en glucides
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Évitez le sucre.   Mar 9 Fév 2010 - 11:36

La consommation de boissons sucrées augmente le risque de cancer du pancréas, selon une étude américaine publiée lundi.
Les auteurs de cette recherche ont étudié des données concernant la consommation de boissons sucrées et de jus de fruits de 60 524 participants à une enquête de longue haleine menée à Singapour, baptisée Singapore Chinese Health Study.

Les chercheurs ont étudié les cas de cancer du pancréas et les décès dus à cette maladie parmi les participants à l'étude.
Ils ont découvert que le risque de cancer du pancréas était plus élevé chez ceux qui consommaient chaque jour au moins deux boissons contenant du sucre ajouté que chez les autres, selon leurs travaux publiés dans la revue Cancer Epidemiology, Biomarkers and Prevention.


Aucun lien n'a en revanche été découvert entre la consommation de jus de fruits et le cancer du pancréas.
L'étude Singapore Chinese Health Study suit depuis 14 ans le régime alimentaire, l'activité physique, l'évolution démographique et la santé d'une cohorte de 63 000 Singapouriens d'origine chinoise vivant, comme 90% de la population de la cité-Etat, dans des logements collectifs appartenant au gouvernement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Évitez le sucre.   Aujourd'hui à 12:25

Revenir en haut Aller en bas
 
Évitez le sucre.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Évitez le sucre.
» Contre le cholestérol, évitez le sucre !
» Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, tr
» sucre
» Le Xylitol - l'alternative au sucre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Alimentation-
Sauter vers: