AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Xéloda devrait remplacer la chimio pour les cancers du côlon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Xéloda devrait remplacer la chimio pour les cancers du côlon   Mar 30 Mar 2010 - 14:52

Roche: l'UE homologue le médicament Xeloda contre le cancer du côlon (synthèse)
avec commentaires d'un analyste

Bâle (awp/afp) - Le groupe pharmaceutique Roche a reçu le feu vert de l'Union européenne pour l'utilisation du médicament Xeloda associé à un autre produit pour traiter une forme spécifique du cancer du côlon, a-t-il annoncé mardi.

L'Agence européenne des médicaments (EMEA) a homologué ce nouveau traitement du cancer du côlon au stade précoce avec le Xeloda associé à un autre médicament, l'oxaliplatine, utilisés immédiatement après une intervention chirurgicale, a précisé Roche dans un communiqué.

Cette combinaison a montré que les patients traités par ces médicaments "immédiatement après une intervention chirurgicale vivaient plus longtemps sans maladie que les patients uniquement traités par une chimiothérapie", selon le laboratoire bâlois.

L'homologation de ce traitement, qui intervient environ un mois après l'avis positif du Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l'UE, "est une très bonne nouvelle pour les patients, d'autant plus que nous avons affaire ici à une maladie potentiellement curable lorsqu'elle est diagnostiquée et traitée rapidement", a estimé Pascal Soriot, de la division pharmaceutiques de Roche, cité dans le communiqué.

Le groupe, qui a déjà homologué le Xeloda seul dans plusieurs régions du globe, veut maintenant obtenir le feu vert pour ce traitement associé à l'oxaliplatine dans d'autres pays.

Le cancer du côlon constitue la seconde cause de décès par cancer en Europe, selon Roche, et vient en troisième position parmi les cancers les plus fréquents dans le monde.

Xeloda fait partie des médicaments oncologiques (anti-cancer) les plus vendus par Roche, avec un chiffre d'affaires de 1,3 milliard de francs en 2009.

Vontobel estime qu'il s'agit d'une bonne nouvelle pour Roche, car cela élargira le marché de Xeloda en Europe. L'analyste Andrew Weiss laisse cependant inchangées ses prévisions de chiffre d'affaires. Selon lui, les ventes de Xeloda devraient passer de 1,25 mrd CHF en 2009 à 1,8 mrd CHF en 2013. Il reste à "buy" sur le titre, avec un objectif de cours de 210 CHF.

rp/jq

(AWP/30 mars 2010 10h40)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
frederic



Nombre de messages : 1088
Localisation : Canada/Mascouche
Date d'inscription : 08/04/2005

MessageSujet: Re: Xéloda devrait remplacer la chimio pour les cancers du côlon   Mar 3 Oct 2006 - 18:56

Ouin......encourageant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tousensemble.qc.ca
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Xéloda devrait remplacer la chimio pour les cancers du côlon   Mar 3 Oct 2006 - 15:51

AVASTIN ET XELODA RéVOLUTIONNENT LE TRAITEMENT DE PREMIèRE INTENTION DU CANCER COLORECTAL MéTASTATIQUE
02-10-2006 20:07

ISTANBUL, Turquie, October 2 /PRNewswire/ --
- XELOX offre une nouvelle option de traitement : l'association d'Avastin à une chimiothérapie par oxaliplatine améliore la survie sans progression
Les résultats d'une étude internationale de phase III présentés pour la première fois aujourd'hui au congrès de la Société européenne d'oncologie médicale (ESMO) montrent l'efficacité de deux anticancéreux, Xeloda et Avastin, dans le traitement du cancer colorectal avancé.
Conclusions de l'étude : -- La chimiothérapie XELOX (Xeloda oral plus oxaliplatine) est efficace en terme de survie sans progression et plus pratique que le schéma standard actuel FOLFOX-4 (perfusion de 5-fluoro-uracile/leucovorine plus oxaliplatine) dans le traitement du cancer colorectal avancé (métastatique). -- L'adjonction de l'agent anti-angiogénique Avastin au protocole chimiothérapeutique FOLFOX-4 ou XELOX améliore considérablement la survie sans progression par rapport à la seule chimiothérapie.
Aucun nouveau constat concernant le profil d'innocuité d'Avastin ou de Xeloda n'a été établi au cours de cette étude. Les données de survie globale sont en cours d'examen. Des études antérieures sur Avastin ont montré un effet bénéfique sur la survie sans progression et la survie globale de l'association d'Avastin à des régimes chimiothérapeutiques, par rapport à une chimiothérapie administrée seule, dans le traitement du cancer colorectal métastatique (1,2).
Les données indiquent par ailleurs qu'il est préférable de remplacer la perfusion de 5-fluoro-uracile/leucovorine par l'administration de Xeloda par voie orale dans les protocoles de traitement du cancer colorectal.
<< Ces résultats sont très encourageants pour les médecins comme pour les patients. Ils confirment l'importance de XELOX comme nouvelle option de traitement du cancer colorectal métastatique, tout aussi efficace et plus pratique que la chimiothérapie standard. Par rapport au schéma FOLFOX-4, les patients suivant le protocole XELOX bénéficient d'une durée de traitement nettement plus courte (deux heures contre 48 heures de perfusion) et d'une réduction du nombre de visites médicales >>, déclare le professeur Jim Cassidy, investigateur coresponsable de l'étude, professeur d'oncologie au Cancer research UK et titulaire de la chaire d'oncologie médicale au Beatson Oncology Centre de l'université de Glasgow, en Écosse. << En outre, cette étude démontre que le traitement adjuvant par Avastin peut améliorer encore la survie sans progression du patient. >>
L'association Avastin plus chimiothérapie s'est traduite par une amélioration cliniquement sensible et statistiquement importante (20 %) de la survie sans progression. La durée du traitement adjuvant par Avastin s'est avérée plus courte que lors des essais précédents. L'arrêt précoce du traitement, quasiment sans rapport avec la toxicité spécifique d'Avastin, a été trois fois plus fréquent dans cette étude que dans les précédentes (1,3), ce qui peut avoir influé sur l'évaluation. Les résultats des autres analyses en cours seront présentés lors des prochains colloques scientifiques.
En 2004, le cancer colorectal représentait 13 % des cancers en Europe, le plaçant en tête de liste des pathologies cancéreuses.(4) Un rapport de l'Organisation mondiale de la Santé estime que 655 000 personnes sont décédées d'un cancer colorectal dans le monde en 2005.(5)
REMARQUES AUX ÉDITEURS : -- La survie sans progression correspond à la période pendant laquelle le patient demeure en vie sans présenter les signes cliniques d'une progression de la maladie.
À propos de l'étude
L'étude NO16966 est un vaste essai randomisé international de phase III portant sur 2034 patients. Il s'agissait à l'origine de comparer les protocoles XELOX et FOLFOX dans le traitement de première intention du cancer colorectal chez 1000 patients :
-- XELOX (Xeloda plus oxaliplatine) vs FOLFOX (bolus IV et perfusion de 5-FU plus oxaliplatine)
Après la publication en 2003 des données pivot sur l'utilisation d'Avastin dans le traitement du cancer colorectal, le protocole a été modifié afin d'étudier un schéma factoriel 2x2 :
-- XELOX + placebo vs XELOX + Avastin (7,5 mg/kg q3w) vs FOLFOX + placebo vs FOLFOX + Avastin (5,0 mg/kg q2w).
L'objectif principal était de répondre aux deux questions suivantes : 1) Le protocole XELOX est-il aussi efficace que le protocole FOLFOX ? 2) Le traitement adjuvant par Avastin améliore-t-il les résultats par rapport à la seule chimiothérapie ? Les critères d'évaluation secondaires incluaient la survie globale, le taux de réponse global, le délai et la durée de réponse et le profil d'innocuité.
Les résultats à ce jour montrent que : -- XELOX (Xeloda plus oxaliplatine) est aussi efficace que FOLFOX (perfusion de 5-FU plus oxaliplatine) en terme de survie sans progression (rapport de risque : 1,05, la limite supérieure de l'intervalle de confiance à 95 % était inférieure au seuil de non- infériorité de 1,23). -- L'adjonction d'Avastin à la chimiothérapie (FOLFOX-4 ou XELOX) améliore considérablement la survie sans progression par rapport à la seule chimiothérapie (rapport de risque : 0,83). Cela signifie que le traitement adjuvant par Avastin augmente les chances de retarder la progression de la maladie de 20 %. -- Aucun nouveau constat concernant le profil d'innocuité de XELOX ou d'Avastin n'a été établi au cours de cette étude. -- Les effets indésirables survenus dans plus de 10 % des cas dans les deux bras de l'étude étaient les suivants : diarrhée (11,2 % des patients FOLFOX, 20,2 % des patients XELOX), neutropénie (43,8 % des patients FOLFOX, 7,0 % des patients XELOX) et toxicité neurosensorielle (16,5 % des patients FOLFOX, 17,4 % des patients XELOX). -- Le taux de perforations gastro-intestinales était de 0,6 % dans le bras Avastin et de 0,3 % dans le groupe placebo. Des événements thromboemboliques artériels de grade 3 et 4 se sont produits respectivement dans 1,7 % et 1,0 % des cas. Une protéinurie de grade 3 et 4 a été signalée chez 0,6 % des patients traités par Avastin. Par ailleurs, une fréquence des troubles de la cicatrisation supérieure à celle du groupe placebo n'a pas été observée (0,1 % vs 0,3 %).
À propos de XELOX
Abréviation d'un protocole chimiothérapeutique utilisé dans le traitement du cancer colorectal et associant Xeloda (capecitabine) à l'oxaliplatine.
À propos de Xeloda (capecitabine)
Xeloda est homologué dans plus de 90 pays, dont les pays de l'Union européenne, les États-Unis, le Japon, l'Australie et le Canada, et a été reconnu comme une chimiothérapie orale efficace, sans danger, simple et pratique dont plus d'un million de patients ont bénéficié à ce jour.
En 2001, Roche a obtenu l'autorisation de mise sur le marché de Xeloda pour une utilisation en monothérapie de première intention du cancer colorectal métastatique (cancer du côlon propagé à d'autres parties du corps) dans la plupart des pays (y compris dans l'UE et aux États-Unis). L'Agence Européenne pour l'Evaluation des Médicaments (EMEA) et l'agence américaine de pharmacovigilance (FDA) ont en outre approuvé l'utilisation de Xeloda dans le traitement adjuvant (post-opératoire) du cancer du côlon, respectivement en mars et juin 2005.
Xeloda est homologué en association avec Taxotere (docétaxel) chez la femme atteinte de cancer du sein métastatique (cancer du sein propagé à d'autres parties du corps) et dont la maladie a progressé après une chimiothérapie intraveineuse par anthracyclines. La monothérapie par Xeloda est également indiquée dans le traitement du cancer du sein métastatique chez les patientes n'ayant pas répondu à d'autres agents chimiothérapiques tels que le paclitaxel et les anthracyclines. Xeloda a récemment été autorisé en Corée du Sud pour le traitement de première intention du cancer du pancréas localement avancé (métastatique), en association avec la gemcitabine. En Corée du Sud, Xeloda est homologué dans le traitement de première intention du cancer de l'estomac.
Les effets secondaires le plus souvent observés suite à l'administration de Xeloda comprennent : diarrhée, douleurs abdominales, nausée, stomatite et syndrome pied-main (érythrodysesthésie palmo-plantaire).
À propos d'Avastin (bevacizumab)
Premier traitement anti-angiogénique, Avastin inhibe la croissance des vaisseaux sanguins apportant aux tissus cancéreux les nutriments et l'oxygène nécessaires à leur développement. La cible d'Avastin est le facteur de croissance endothélial vasculaire (VEGF), protéine naturelle qui joue un rôle clé dans l'angiogenèse. Avastin inhibe ce processus, enrayant ainsi le développement de la tumeur et sa dissémination dans l'organisme (métastases).
Avastin a été approuvé en janvier 2005 en Europe et en février 2004 aux États-Unis pour le traitement de première intention du cancer colorectal métastatique. Avastin a été également approuvé en janvier 2006 aux États-Unis pour le traitement de deuxième intention du cancer colorectal métastatique. La première demande d'AMM au Japon a été déposée en avril 2006 pour le traitement du cancer colorectal métastatique. À la suite des demandes d'homologation auprès de la FDA aux États-Unis, deux autres demandes ont été déposées aux autorités sanitaires européennes en juillet et en août 2006, la première pour le traitement du cancer du sein avancé et la deuxième pour le cancer du poumon non à petites cellules métastatique.
Roche et Genentech mènent conjointement un vaste programme clinique sur l'utilisation d'Avastin dans le traitement de tumeurs diverses (cancer du côlon, du sein, du poumon, du pancréas, de l'ovaire, carcinome du rein, etc.) et selon différents schémas (cancer avancé, traitement adjuvant/post- opératoire). Plus 40 000 patients devraient être recrutés dans le cadre de ce programme mondial.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Xéloda devrait remplacer la chimio pour les cancers du côlon   Dim 17 Juil 2005 - 10:08

Je mets cet article qui dit la même chose en substance mais plus récent


Chimiothérapie par voie orale

X-ACT est le nom de la nouvelle étude majeure présentée à l¹ASCO 2005 et qui montre qu¹un traitement par la capecitabine, chiomiothérapie par voie orale, après une intervention chirurgicale, augmente le nombre de rémissions des patients atteints du cancer du
Les données de l¹essai X-ACT, qui concerne presque 2000 patients, ont été présentées à l¹ASCO et démontrent que la capecitabine, une chimiothérapie orale ciblée, devrait remplacer le protocole standard actuel Mayo-Clinic, (5-FU/LV par voie intraveineuse). Cette étude a mis en évidence, que la capecitabine réduit de 14 %, le risque de réapparition des tumeurs (survie sans récidive), par rapport au 5-FU/LV par voie intraveineuse. Cela signifie que, chaque année, un traitement par Xelodapermettrait à 4000 patients supplémentaires de ne pas connaître le tourment associé à une rechute.

A noter que la FDA (Food and Drug Administration) a homologué en juin 2005 la capecitabine (Xeloda pour le nom commercial) dans le traitement adjuvant (postchirurgical) du cancer du colon par voie orale. Cette décision de la FDA va désormais permettre aux patients dont la tumeur primaire a été entièrement réséquée de bénéficier d¹une chimiothérapie par voie orale lorsque la préférence est donnée à une monothérapie par une fluoropyrimidine.

source
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
frederic



Nombre de messages : 1088
Localisation : Canada/Mascouche
Date d'inscription : 08/04/2005

MessageSujet: Re: Xéloda devrait remplacer la chimio pour les cancers du côlon   Jeu 16 Juin 2005 - 19:55

Ça semble bien mais on précise que c'est pour les patients en phase 3 du cancer. Moi, c'est un phase 4. Phase 4 étant que la tumeure est sortie du colon et que des métastases apparaissent sur un autre organe(généralement foie , poumons ou les deux). J'en parlerai au doc, merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tousensemble.qc.ca
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Xéloda devrait remplacer la chimio pour les cancers du côlon   Jeu 16 Juin 2005 - 17:22

Xéloda devrait remplacer la chimiothérapie intraveineuse incommode

BALE, Suisse, May 17 /PRNewswire/- De nouvelles données présentées à ASCO confirment que Xéloda est le choix logique comme chimiothérapie pour les patients atteints d'un cancer du colon

Les données présentées cette semaine supportent la foule d'évidence indiquant que Xéloda(R) (capécitabine), une chimiothérapie orale novatrice, devrait remplacer le traitement standard actuel de 5-fluorouracil/leucovorine intraveineux (i.v. 5-FU/LV) pour les patients atteints d'un cancer du colon dans le cadre adjuvant (post-chirurgie). En mars 2005, Roche a obtenu des autorités européennes l'approbation d'utiliser Xéloda comme traitement post- chirurgical chez les patients atteints d'un cancer du colon.

Les données présentées à ASCO dans le cadre adjuvant démontrent que Xéloda constitue une option de traitement sans pareil procurant des bienfaits inégalés aux patients atteints d'un cancer du colon. Spécifiquement, il offre aux patients:

- Une efficacité éprouvée: confirmée être au moins aussi efficace que la chimiothérapie standard
- Une vie sans cancer prolongée: les taux de survie sans rechute sont significativement plus élevés avec Xéloda qu'avec une chimiothérapie intraveineuse standard. Il existe une forte tendance vers une survie sans maladie avec Xéloda
- Tolérabilité: effets indésirables moins sérieux, plus gérables, signalés avec Xéloda qu'avec une chimiothérapie standard
- Economie: avec Xéloda, un patient ne requiert en moyenne que 8 visites à l'hôpital comparé à 30 s'il subit une chimiothérapie standard 1
- Commodité: comme Xéloda est un comprimé, le patient peut le prendre en tout confort à domicile sans avoir à se rendre à un centre de traitement du cancer

"Etre diagnostiqué avec un cancer du colon est une expérience traumatique et bouleversante pour laquelle on n'est jamais préparé," déclare Andy Griffin, un patient britannique atteint d'un cancer du colon. "Tout comme la plupart des gens atteints d'un cancer du colon, je paniquais à l'idée de subir une chimiothérapie à hôpital mais mon expérience avec Xéloda a été très positive. C'est un médicament oral que je pouvais prendre chez moi. Xéloda m'a donné la possibilité de continuer à travailler et maintenir une vie normale pendant cette période difficile."

"Le fait que ces nouvelles données confirment que Xéloda devrait remplacer la chimiothérapie 5FU/LV standard est une excellente nouvelle tant pour les patients que pour leurs médecins," commente le Professeur Chris Twelves, du Tom Connors Cancer Research Centre, Université de Leeds, Bradford, RU. "Cela donne aux patients atteints d'un cancer du colon la liberté d'utiliser un traitement oral efficace, tolérable et pratique qui est au moins aussi efficace que la chimiothérapie intraveineuse traditionnelle mais qui provoque moins d'effets indésirables et évite le problème que posent des visites fréquentes et coûteuses à l'hôpital"

Roche en Oncologie:

Le goupe Roche, y compris ses membres Genentech aux Etats-Unis et Chugai au Japon, est devenu le premier fournisseur mondial de produits contre le cancer, y compris des traitements anti-cancéreux, des produits de soins de soutien et des diagnostics. Dans le domaine de l'oncologie, il offre le nombre sans précédent de quatre produits qui présentent des avantages de survie dans différentes indications majeures du cancer: Avastin, Herceptin, et Xéloda pour le cancer avancé du sein, Herceptin pour le cancer du sein HER2-positif au stade précoce, MabThera pour le lymphome non hodgkinien, Avastin et Xéloda pour le cancer colorectal, Avastin et Tarceva pour l'épithélioma à grandes cellules et Tarceva pour le cancer pancréatique.

Outres ces agents anti-cancéreux, le portefeuille oncologique de Roche inclut une collection exhaustive de médicaments susceptibles d'améliorer la qualité de vie des cancéreux: Bondronat (prévention de certains événements du squelette dans les cas de cancer du sein et chez les patients atteints de métastases osseuses, d'hypercalcémie ou de malignité), Kytril (pour les nausées et les vomissements induits par la radiothérapie et la chimiothérapie), Neupogen (pour la neutropénie associée au cancer) ,NeoRecormon (pour l'anémie dans divers cas de cancer). CERA est la démonstration la plus récente de l'engagement de Roche envers la gestion de l'anémie. Parmi ses autres produits oncologiques, citons Furtulon (pour le cancer colorectal) et Roferon-A (pour la leucémie à tricholeucocytes et la leucémie myéloïde chronique, le sarcome de Kaposi, le mélanome malin, l'hypernéphrome). Les médicaments anti-cancéreux du groupe Roche ont généré des ventes de plus de 7,7 milliards de francs suisses en 2004.

Outres ces médicaments, Roche est en train de mettre au point de nouveaux tests diagnostiques qui auront des répercussions importantes sur la gestion des patients cancéreux dans l'avenir. Dotés d'un large portefeuille de marqueurs tumoraux pour les cancers de la prostate, colorectaux, du foie, des ovaires, du sein, de l'estomac, du pancréas et des poumons, ainsi que d'une gamme de tests d'oncologie moléculaire, Roche maintiendra sa position de leader dans la fourniture de traitements et de diagnostics axés sur le cancer.

Ce portefeuille oncologique sans pareil de Roche ainsi que sa base d'innovation externe extensive résultant de ses collaborations avec des sociétés et des académiques est ce qui permet à Roche de fournir des traitements plus efficaces contre le cancer.

Aux Etats-Unis Herceptin, MabThera (Rituxan), Avastin et Tarceva sont commercialisés soit par la société Genentech seule ou avec ses partenaires Biogen Idec Inc. (MabThera)et OSI (Tarceva). En dehors des Etats-Unis, ces médicaments sont commercialisés par Roche et son partenaire japonais Chugai.

A propos de Roche

Roche, entreprise de santé dont le siège est à Bâle, Suisse, figure parmi les leaders mondiaux dans les secteurs pharmaceutique et diagnostique. Ses produits et services novateurs trouvent leur application dans le dépistage précoce, la prévention, le diagnostic et le traitement des maladies, et contribuent en tant que tels à améliorer la santé et la qualité de vie de l'individu. Fortement axée sur la recherche, la société Roche est l'un des leaders mondiaux sur le marché des produits pour diagnostic et le premier fournisseur de médicaments destinés à la cancérologie et à la médecine de transplantation. Roche occupe également une position de premier plan en virologie. En 2004, les ventes de la Division pharmaceutique se sont élevées à 21,7 milliards de francs suisses, la Division Diagnostics ayant quant à elle réalisé des ventes de 7,8 milliards de francs suisses. Roche emploie quelque 65 000 personnes dans 150 pays. Elle entretient des accords de R&D et des alliances stratégiques avec de nombreux partenaires; elle détient notamment des participations majoritaires dans Genentech et Chugai.

Toutes les marques mentionnées ou utilisées dans ce communiqué sont protégées par la loi.



Informations supplémentaires:

- Cancer colorectal:
http://www.roche.com/pages/downloads/company/pdf/mbg010405c.pdf
- Xéloda dans le cancer colorectal:
http://www.roche.com/pages/downloads/company/pdf/mbg010405xc.pdf
- Xéloda: http://www.roche.com/pages/downloads/company/pdf/mbg010405x.pdf
- Roche en oncologie:
http://www.roche.com/pages/downloads/company/pdf/mboncology05e_a.pdf
- Roche: http://www.roche.com
- Un B-roll de qualité diffusion y compris des interviews de soignants, de médecins et de patients, est disponible et peut être téléchargé à partir de://www.thenewsmarket.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Xéloda devrait remplacer la chimio pour les cancers du côlon   Aujourd'hui à 18:06

Revenir en haut Aller en bas
 
Xéloda devrait remplacer la chimio pour les cancers du côlon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» par quoi remplacer les oeufs utilisé comme colle ?
» chimio 4h/j sur 5jour
» remplacer le tégrétol par zébinix , y a t-il des risques
» Chaleur + chimio
» Le Mahdi attendu ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: