Partagez | 

 Des tumeurs et des métastases qui disparaissent

Aller en bas 
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 16802
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Des tumeurs et des métastases qui disparaissent   Dim 4 Fév 2018 - 15:42

Injecting minute amounts of two immune-stimulating agents directly into solid tumors in mice can eliminate all traces of cancer in the animals, including distant, untreated metastases, according to a study by researchers at the Stanford University School of Medicine.

The approach works for many different types of cancers, including those that arise spontaneously, the study found.

The researchers believe the local application of very small amounts of the agents could serve as a rapid and relatively inexpensive cancer therapy that is unlikely to cause the adverse side effects often seen with bodywide immune stimulation.

"When we use these two agents together, we see the elimination of tumors all over the body," said Ronald Levy, MD, professor of oncology. "This approach bypasses the need to identify tumor-specific immune targets and doesn't require wholesale activation of the immune system or customization of a patient's immune cells."

One agent is currently already approved for use in humans; the other has been tested for human use in several unrelated clinical trials. A clinical trial was launched in January to test the effect of the treatment in patients with lymphoma.

Levy, who holds the Robert K. and Helen K. Summy Professorship in the School of Medicine, is the senior author of the study, which will be published Jan. 31 in Science Translational Medicine. Instructor of medicine Idit Sagiv-Barfi, PhD, is the lead author.

'Amazing, bodywide effects'

Levy is a pioneer in the field of cancer immunotherapy, in which researchers try to harness the immune system to combat cancer. Research in his laboratory led to the development of rituximab, one of the first monoclonal antibodies approved for use as an anticancer treatment in humans.

Some immunotherapy approaches rely on stimulating the immune system throughout the body. Others target naturally occurring checkpoints that limit the anti-cancer activity of immune cells. Still others, like the CAR T-cell therapy recently approved to treat some types of leukemia and lymphomas, require a patient's immune cells to be removed from the body and genetically engineered to attack the tumor cells. Many of these approaches have been successful, but they each have downsides -- from difficult-to-handle side effects to high-cost and lengthy preparation or treatment times.

"All of these immunotherapy advances are changing medical practice," Levy said. "Our approach uses a one-time application of very small amounts of two agents to stimulate the immune cells only within the tumor itself. In the mice, we saw amazing, bodywide effects, including the elimination of tumors all over the animal."

Cancers often exist in a strange kind of limbo with regard to the immune system. Immune cells like T cells recognize the abnormal proteins often present on cancer cells and infiltrate to attack the tumor. However, as the tumor grows, it often devises ways to suppress the activity of the T cells.

Levy's method works to reactivate the cancer-specific T cells by injecting microgram amounts of two agents directly into the tumor site. (A microgram is one-millionth of a gram). One, a short stretch of DNA called a CpG oligonucleotide, works with other nearby immune cells to amplify the expression of an activating receptor called OX40 on the surface of the T cells. The other, an antibody that binds to OX40, activates the T cells to lead the charge against the cancer cells. Because the two agents are injected directly into the tumor, only T cells that have infiltrated it are activated. In effect, these T cells are "prescreened" by the body to recognize only cancer-specific proteins.

Cancer-destroying rangers

Some of these tumor-specific, activated T cells then leave the original tumor to find and destroy other identical tumors throughout the body.

The approach worked startlingly well in laboratory mice with transplanted mouse lymphoma tumors in two sites on their bodies. Injecting one tumor site with the two agents caused the regression not just of the treated tumor, but also of the second, untreated tumor. In this way, 87 of 90 mice were cured of the cancer. Although the cancer recurred in three of the mice, the tumors again regressed after a second treatment. The researchers saw similar results in mice bearing breast, colon and melanoma tumors.

Mice genetically engineered to spontaneously develop breast cancers in all 10 of their mammary pads also responded to the treatment. Treating the first tumor that arose often prevented the occurrence of future tumors and significantly increased the animals' life span, the researchers found.

Finally, Sagiv-Barfi explored the specificity of the T cells by transplanting two types of tumors into the mice. She transplanted the same lymphoma cancer cells in two locations, and she transplanted a colon cancer cell line in a third location. Treatment of one of the lymphoma sites caused the regression of both lymphoma tumors but did not affect the growth of the colon cancer cells.

"This is a very targeted approach," Levy said. "Only the tumor that shares the protein targets displayed by the treated site is affected. We're attacking specific targets without having to identify exactly what proteins the T cells are recognizing."

The current clinical trial is expected to recruit about 15 patients with low-grade lymphoma. If successful, Levy believes the treatment could be useful for many tumor types. He envisions a future in which clinicians inject the two agents into solid tumors in humans prior to surgical removal of the cancer as a way to prevent recurrence due to unidentified metastases or lingering cancer cells, or even to head off the development of future tumors that arise due to genetic mutations like BRCA1 and 2.

"I don't think there's a limit to the type of tumor we could potentially treat, as long as it has been infiltrated by the immune system," Levy said.

The work is an example of Stanford Medicine's focus on precision health, the goal of which is to anticipate and prevent disease in the healthy and precisely diagnose and treat disease in the ill.

Injecter des quantités infimes de deux agents immunostimulants directement dans les tumeurs solides chez les souris peut éliminer toutes les traces de cancer chez les animaux, y compris les métastases lointaines et non traitées, selon une étude menée par des chercheurs de la Stanford University School of Medicine.

L'approche fonctionne pour de nombreux types de cancers, y compris ceux qui surviennent spontanément, selon l'étude.

Les chercheurs croient que l'application locale de très petites quantités d'agents pourrait servir de thérapie anticancéreuse rapide et relativement peu coûteuse qui ne devrait pas causer les effets secondaires indésirables souvent observés avec la stimulation immunitaire corporelle.

"Lorsque nous utilisons ces deux agents ensemble, nous voyons l'élimination des tumeurs dans tout le corps", a déclaré Ronald Levy, MD, professeur d'oncologie. "Cette approche contourne le besoin d'identifier des cibles immunitaires spécifiques à une tumeur et ne nécessite pas d'activation complète du système immunitaire ou de personnalisation des cellules immunitaires d'un patient."

Un agent est actuellement déjà approuvé pour une utilisation chez les humains; l'autre a été testé pour l'utilisation humaine dans plusieurs essais cliniques non apparentés. Un essai clinique a été lancé en janvier pour tester l'effet du traitement chez les patients atteints de lymphome.

Levy, titulaire de la chaire Robert K. et Helen K. Summy à l'École de médecine, est l'auteur principal de l'étude, qui sera publiée le 31 janvier dans Science Translational Medicine. Instructeur de médecine Idit Sagiv-Barfi, PhD, est l'auteur principal.

"Incroyables effets à travers tout le corps "

Levy est un pionnier dans le domaine de l'immunothérapie du cancer, dans lequel les chercheurs tentent d'exploiter le système immunitaire pour lutter contre le cancer. La recherche dans son laboratoire a conduit au développement du rituximab, l'un des premiers anticorps monoclonaux approuvés pour être utilisés comme traitement anticancéreux chez l'homme.

Certaines approches d'immunothérapie reposent sur la stimulation du système immunitaire dans tout le corps. D'autres ciblent les points de contrôle naturels qui limitent l'activité anticancéreuse des cellules immunitaires. D'autres encore, comme la thérapie CAR T-cell récemment approuvée pour traiter certains types de leucémie et de lymphomes, exigent que les cellules immunitaires d'un patient soient retirées du corps et modifiées génétiquement pour attaquer les cellules tumorales. Beaucoup de ces approches ont été couronnées de succès, mais elles ont toutes des inconvénients - allant des effets secondaires difficiles à gérer à des temps de préparation ou de traitement longs et coûteux.

"Toutes ces avancées en immunothérapie modifient la pratique médicale", a déclaré Levy. "Notre approche utilise une seule application de très petites quantités de deux agents pour stimuler les cellules immunitaires seulement dans la tumeur elle-même.Pour les souris, nous avons vu des effets incroyables, y compris l'élimination des tumeurs dans tout l'animal."

Les cancers existent souvent dans un étrange type de limbes en ce qui concerne le système immunitaire. Les cellules immunitaires comme les cellules T reconnaissent les protéines anormales souvent présentes sur les cellules cancéreuses et s'infiltrent pour attaquer la tumeur. Cependant, à mesure que la tumeur se développe, elle conçoit souvent des moyens de supprimer l'activité des cellules T.

La méthode de Levy travaille à réactiver les cellules T spécifiques au cancer en injectant des quantités microgrammes de deux agents directement dans le site de la tumeur. (Un microgramme est un millionième de gramme). L'un, un court segment d'ADN appelé oligonucléotide CpG, travaille avec d'autres cellules immunitaires voisines pour amplifier l'expression d'un récepteur activateur appelé OX40 sur la surface des cellules T. L'autre, un anticorps qui se lie à OX40, active les cellules T pour mener la charge contre les cellules cancéreuses. Parce que les deux agents sont injectés directement dans la tumeur, seules les cellules T qui l'ont infiltrée sont activées. En effet, ces cellules T sont «présélectionnées» par le corps pour ne reconnaître que les protéines spécifiques du cancer.

Rangers destructeurs du cancer

Certaines de ces cellules T activées spécifiques aux tumeurs quittent alors la tumeur d'origine pour trouver et détruire d'autres tumeurs identiques dans tout le corps.

L'approche a fonctionné étonnamment bien chez des souris de laboratoire avec des tumeurs de lymphome de souris transplantées dans deux sites sur leurs corps. L'injection d'un site tumoral avec les deux agents a provoqué la régression non seulement de la tumeur traitée, mais aussi de la deuxième tumeur non traitée. De cette manière, 87 des 90 souris ont été guéries du cancer. Bien que le cancer ait récidivé chez trois des souris, les tumeurs ont de nouveau régressé après un deuxième traitement. Les chercheurs ont observé des résultats similaires chez des souris portant des tumeurs du , du et du mélanome .

Des souris génétiquement modifiées pour développer spontanément des cancers du sein dans l'ensemble de leurs 10 masses mammaires ont également répondu au traitement. Le traitement de la première tumeur a souvent empêché l'apparition de futures tumeurs et augmenté significativement la durée de vie des animaux, ont découvert les chercheurs.

Enfin, Sagiv-Barfi a exploré la spécificité des cellules T en transplantant deux types de tumeurs chez la souris. Elle a transplanté les mêmes cellules cancéreuses de lymphome à deux endroits, et elle a transplanté une lignée de cellules cancéreuses du côlon dans un troisième endroit. Le traitement de l'un des sites de lymphome a provoqué la régression des deux tumeurs du lymphome, mais n'a pas affecté la croissance des cellules cancéreuses du côlon. "C'est une approche très ciblée", a déclaré Levy. "Seule la tumeur qui partage les cibles protéiques affichées par le site traité est affectée Nous attaquons des cibles spécifiques sans avoir à identifier exactement quelles protéines les cellules T reconnaissent."

L'essai clinique en cours devrait recruter environ 15 patients atteints d'un lymphome de bas grade. En cas de succès, Levy estime que le traitement pourrait être utile pour de nombreux types de tumeurs. Il envisage un avenir dans lequel les cliniciens injecteraient les deux agents dans des tumeurs solides chez les humains avant l'ablation chirurgicale du cancer comme moyen de prévenir la récurrence due à des métastases non identifiées ou aux cellules cancéreuses persistantes, ou même de prévenir le développement de futures tumeurs. en raison de mutations génétiques comme BRCA1 et 2.

"Je ne pense pas qu'il y ait une limite au type de tumeur que nous pourrions potentiellement traiter, tant qu'il a été infiltré par le système immunitaire", a déclaré Levy. Ce travail est un exemple de l'accent mis par Stanford Medicine sur la santé de précision, dont le but est d'anticiper et de prévenir la maladie chez les personnes saines et de diagnostiquer et traiter avec précision les maladies chez les malades.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 16802
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Des tumeurs et des métastases qui disparaissent   Lun 11 Sep 2017 - 14:45

Des chercheurs australiens ont évalué l’efficacité d’une combinaison de médicaments, issus d’une nouvelle approche thérapeutique, dans le traitement du mélanome, un cancer agressif de la peau.

Le mélanome est le moins fréquent des cancers de la peau, mais il est le plus agressif. Le risque de métastases est élevé, les cellules malignes peuvent ainsi se diffuser dans le corps. Depuis quelques années à peine, une nouvelle arme thérapeutique a fait son apparition : l’immunothérapie. Ces traitements ciblent les cellules immunitaires pour qu’elles accomplissent leur mission : défendre l’organisme et combattre les intrus dangereux, en l’espèce les cellules cancéreuses.

Les médicaments mis au point ont montré une vraie efficacité sur le mélanome à un stade avancé. Mais cette efficacité peut-elle encore meilleure en administrant aux patients non pas une molécule mais deux ? C’est ce qu’a voulu évaluer via une étude sur des centaines de malades une équipe de scientifiques australiens, comme d’autres chercheurs avant eux. Les résultats, publiés dans la revue scientifique The New England Journal of Medicine, sont positifs : la survie des patients s’en trouve augmentée.

Pour autant, ce type de traitements n’agit pas sur tous les malades. Et l’administration de deux médicaments augmente les effets secondaires. Pour Georgina Long, coauteure de cette étude, « les résultats de ces essais suggèrent que nous pouvons arrêter net la maladie et sauver des vies ». La révolution de l’immunothérapie est en marche.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 16802
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Des tumeurs et des métastases qui disparaissent   Jeu 17 Nov 2016 - 17:17

The most common form of cancer in the United States is skin cancer, and melanoma is the deadliest variety. Yet when high school math teacher Trey Simmons of Fleetwood, North Carolina, was diagnosed with melanoma in 2013, he didn't flinch.

"I had done research knowing it might be cancer and at the time I knew that with melanoma, they could cut it out and it would be gone," Simmons said. "And that's exactly what happened -- at first."

By 2015, however, Simmons was not feeling well, even though the screenings he had every three months following his original diagnosis and treatment had not indicated any problems. He returned to Wake Forest Baptist Medical Center in Winston-Salem for a PET scan, a type of imaging that studies metabolic changes in an organ or tissue at the cellular level.

The scan revealed that the melanoma had returned in several places in Simmons' body, eliminating surgery as an option. He was at stage IV, the most advanced cancer stage, with melanoma under his collarbone, in his hip and in his lymph nodes.

But Simmons, 56, has since been treated at Wake Forest Baptist with therapies that are giving new hope to late-stage melanoma patients.

In December, Simmons began an immunotherapy regimen -- intravenous doses of ipilimumab, a drug that helps bolster the body's immune system to limit the growth of cancer cells, and injections of a clinical-trial drug called HyperAcute Melanoma (HAM) vaccine, which is designed to help the immune system attack cancer cells.

These days, Simmons is feeling much better and doesn't at all look like a patient with stage IV cancer.

"I've been extremely fortunate," he said. "Other than fatigue and a rash, I haven't suffered any side effects."

Joyce Fenstermaker, a registered nurse at Wake Forest Baptist who sees Simmons for the HAM trial, said improvements in melanoma treatment over the past few years have been remarkable.

"Patients who have tumors that can't be removed surgically often respond to immunotherapy and can work and live a very good life taking these agents," she said.

Approximately 70,000 new cases of melanoma are diagnosed in the United States each year. In 2015, former President Jimmy Carter brought heightened attention to both the disease and recent advances in treating it. Carter announced in August that he had metastatic melanoma that had spread to his brain and liver. But in December, after undergoing surgery, radiation and immunotherapy treatment, he revealed that he was cancer-free.

Melanoma typically occurs on the skin, where it is easily noticed. Pierre Triozzi, M.D., a Wake Forest Baptist hematologist and oncologist who specializes in melanoma, said surgery has always been the best treatment option for the disease. When it is caught early, the prognosis for recovery is excellent.

By stage III, however, melanoma is in the lymph nodes, and at stage IV it has spread to other organs. At that stage, Triozzi said, chemotherapy and radiation directly targeting cancer cells can produce some shrinkage of melanomas, but neither therapy is known to prolong survival.

That's where immunotherapy has made an impact.

"It's not treating the cancer, but focusing on the host," Triozzi said. "The immune system kills viruses foreign to the body."

Still, immunotherapy doesn't work for many cancer patients because cancers are "of the body" and not necessarily seen as foreign by the immune system. Immunotherapy has proven effective, however, against certain types of cancer, especially melanoma.

Studies suggest that sun exposure and ultraviolet light, the typical causes of melanoma, damage cells in such a way that they appear foreign to the body's immune system. That, in turn, makes the immune system's response likely to be more effective when boosted by existing drugs and clinical-trial medications such as HAM, Triozzi said.

"Most of the time in the past when you had melanoma at an advanced stage, there were not a whole lot of options," Triozzi said. "Now, with all the new treatments available, there is reason for optimism. It may be too soon to speak the word cure, but with these new treatments we are seeing people even in stage IV cured of their melanoma."

Simmons said that when the HAM trial was suggested to him, he didn't hesitate to sign up.

"I said if I qualify, I'll be glad to," he said. "Even if it doesn't help me, maybe it would help somebody else."

Simmons said he willingly shares his story with his students at Ashe County High School in West Jefferson.

"I have two or three students going through cancer. We talk a lot," he said. "Maybe they can gain a boost from me."


La forme la plus courante de cancer aux États-Unis est le cancer de la peau, et le mélanome est la variété la plus mortelle. Pourtant, lorsque le professeur de mathématiques de l'école secondaire Trey Simmons de Fleetwood, en Caroline du Nord, a été diagnostiqué avec un mélanome en 2013, il n'a pas hésité.

«J'avais fait des recherches en sachant que cela pouvait être du cancer et à l'époque, je savais que, avec le mélanome, ils pourraient le couper et il serait parti», a déclaré Simmons. "Et c'est exactement ce qui s'est passé - au début."

En 2015, cependant, Simmons ne se sentait pas bien, même si les projections qu'il avait tous les trois mois après son diagnostic et son traitement originaux n'avaient montré aucun problème. Il est retourné à Wake Forest Baptist Medical Center à Winston-Salem pour un PET scan, un type d'imagerie qui étudie les changements métaboliques dans un organe ou un tissu au niveau cellulaire.

Le scanner a révélé que le mélanome était retourné à plusieurs endroits dans le corps de Simmons, éliminant la chirurgie en option. Il était au stade IV, le stade le plus avancé du cancer, avec un mélanome sous la clavicule, dans la hanche et dans les ganglions lymphatiques.

Mais Simmons, 56 ans, a depuis été traité à Wake Forest Baptist avec des thérapies qui donnent un nouvel espoir aux patients atteints de mélanome à un stade avancé.

En décembre, Simmons a commencé un régime d'immunothérapie - des doses intraveineuses d'ipilimumab, un médicament qui contribue à renforcer le système immunitaire du corps pour limiter la croissance des cellules cancéreuses, et des injections d'un médicament d'essai clinique appelé HyperAcute Melanoma (HAM) Conçu pour aider le système immunitaire à attaquer les cellules cancéreuses.

Ces jours-ci, Simmons se sent beaucoup mieux et n'a pas du tout ressembler à un patient atteint de cancer du stade IV.

«J'ai été extrêmement chanceux,» dit-il. "Mis à part la fatigue et une éruption cutanée, je n'ai pas souffert d'effets secondaires."

Joyce Fenstermaker, une infirmière autorisée à Wake Forest Baptist qui voit Simmons pour le test HAM, a déclaré que les améliorations dans le traitement du mélanome au cours des dernières années ont été remarquables.

"Les patients qui ont des tumeurs qui ne peuvent pas être enlevés chirurgicalement répondent souvent à l'immunothérapie et peuvent travailler et vivre une très bonne vie en prenant ces agents", at-elle dit.

Environ 70 000 nouveaux cas de mélanome sont diagnostiqués aux États-Unis chaque année. En 2015, l'ancien président Jimmy Carter a porté une attention accrue à la fois à la maladie et aux progrès récents dans son traitement. Carter a annoncé en août qu'il avait un mélanome métastatique qui s'était propagé à son cerveau et à son foie. Mais en Décembre, après avoir subi une chirurgie, radiothérapie et une immunothérapie, il a révélé qu'il était sans cancer.

Le mélanome se produit généralement sur la peau, où il est facilement remarqué. Pierre Triozzi, M.D., un hématologue baptisé Wake Forest et oncologue spécialisé dans le mélanome, a déclaré chirurgie a toujours été la meilleure option de traitement pour la maladie. Quand il est pris au début, le pronostic de récupération est excellent.

Au stade III, cependant, le mélanome est dans les ganglions lymphatiques, et au stade IV, il s'est propagé à d'autres organes. A ce stade, Triozzi dit, la chimiothérapie et le rayonnement ciblant directement les cellules cancéreuses peuvent produire un certain rétrécissement des mélanomes, mais aucune thérapie n'est connu pour prolonger la survie.

C'est là que l'immunothérapie a eu un impact.

"Ce n'est pas traiter le cancer, mais se concentrer sur l'hôte", a déclaré Triozzi. "Le système immunitaire tue les virus étrangers au corps."

Pourtant, l'immunothérapie ne fonctionne pas pour de nombreux patients atteints de cancer parce que les cancers sont «du corps» et ne sont pas nécessairement considérés comme étrangers par le système immunitaire. L'immunothérapie s'est avérée efficace, cependant, contre certains types de cancer, en particulier le mélanome.

Des études suggèrent que l'exposition au soleil et la lumière ultraviolette, les causes typiques du mélanome, endommagent les cellules de telle sorte qu'elles apparaissent étrangères au système immunitaire du corps. Cela, à son tour, rend la réponse du système immunitaire susceptible d'être plus efficace lorsque stimulé par les médicaments existants et les médicaments d'essai clinique tels que HAM, Triozzi dit.

"La plupart du temps dans le passé, lorsque vous aviez un mélanome à un stade avancé, il n'y avait pas beaucoup d'options", a déclaré Triozzi. "Maintenant, avec tous les nouveaux traitements disponibles, il y a raison d'espérer. Il est peut-être trop tôt pour dire le mot guérison, mais avec ces nouveaux traitements, nous voyons des gens même dans la phase IV qui guérissent de leur mélanome.

Simmons a déclaré que lorsque le test HAM lui a été suggéré, il n'a pas hésité à s'inscrire.

"J'ai dit que si je me qualifiais, je serai heureux", dit-il. «Même si ça ne m'aide pas, peut-être que ça aiderait quelqu'un d'autre.

Simmons a dit qu'il partage volontiers son histoire avec ses étudiants à Ashe County High School à West Jefferson.

«J'ai deux ou trois étudiants qui passent par le cancer, nous parlons beaucoup», dit-il. "Peut-être qu'ils peuvent obtenir un coup de pouce de moi."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 16802
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Des tumeurs et des métastases qui disparaissent   Jeu 6 Juin 2013 - 15:39

June 5, 2013 — Scientists are reporting development and successful lab tests on the first potential drug to pack a lethal one-two punch against melanoma skin cancer cells. Hit number one destroys cells in the main tumor, and the second hit blocks the spread of the cancer to other sites in the body, according to their report in the journal ACS Chemical Biology.

Les scientifiques rapportent avoir développer et tester avec succès en laboratoire un médicament potentiel avec une action à deux niveaux pour la première fois contre les cellules du cancer de la Le premier niveau détruit les cellules de la tumeur principale et le second bloque les cellules qui se sont propagées dans le corps.

Nathan Luedtke and colleagues explain that the spread of melanoma and other forms of cancer beyond the original location -- a process called metastasis -- makes cancer such a serious disease. Photodynamic therapy (PDT), which involves administering a drug that kills cancer cells when exposed to light, already is available. But PDT works only on the main tumor and has other drawbacks. Luedtke's team set out to find an improved approach to PDT.

Une thérapie photodynamique implique que les cellules sont tuées après qu'un médicament ait été administré et qu'on a exposé le mallade à une lumière qui fait réagir ce médicament. Le principe existait déjà mais ne marchait que sur la tumeur principal et avait d'autres inconvénients. L'équipe de chercheurs a amélioré la chose.

The scientists describe successful tests in laboratory mice of one compound they synthesized that not only killed melanoma cells, but also stopped them from metastasizing by blocking a key signal inside the tumor cells. The compound "provides the first example of a preclinical candidate possessing both of these properties," the scientists state.

Les scientifiques décrivent des tests sur les souris en laboratoire comme un succès parce qu.ils ont réussi non seulement sur la tumeur primaire mais aussi en bloquant un signal clé dans les cellules cancéreuses. C'est la première fois qu'on réussit à faire les deux choses en même temps.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 16802
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Des tumeurs et des métastases qui disparaissent   Lun 27 Oct 2008 - 23:01

Grâce à la perfusion de ses propres lymphocytes, un patient atteint d'un mélanome (forme sévère de cancer cutané) est en rémission depuis deux ans. Porteur de métastases dans les poumons et les ganglions, le malade était insensible aux traitements conventionnels. Les chercheurs du Centre de recherche sur le cancer de Seattle ont prélevé dans son sang des lymphocytes T4, un type de globules blancs. Ils ont ensuite sélectionné ceux qui ciblaient spécifiquement un antigène lié au mélanome (NY-ESO-1), puis les ont clonés. Plusieurs milliards des cellules ainsi obtenues ont été réinjectés au patient.
Deux mois plus tard, la tumeur et ses métastases avaient disparu. Ces résultats spectaculaires restent à confirmer à long terme, et chez d'autres malades.

Dernière édition par Denis le Dim 4 Fév 2018 - 15:44, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Des tumeurs et des métastases qui disparaissent   

Revenir en haut Aller en bas
Des tumeurs et des métastases qui disparaissent
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
» Des tumeurs et des métastases qui disparaissent
» Pour les tumeurs ou métastases au foie, il y a une nouvelle méthode...
» Empêcher les métastases : on s'approche.
» Régressions tumorales spectaculaires
» La signalisation Notch versus la formation de métastases.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: