AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Vaccination contre le VPH

Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Vaccination contre le VPH   Mer 8 Aoû 2018 - 16:52

Aux États-Unis, la vaccination contre le VPH est recommandée pour les filles âgées de 11 à 12 ans. Pour ceux qui n'ont pas reçu le vaccin à cet âge, la vaccination de rattrapage est recommandée pour les filles et les femmes âgées de 13 à 26 ans. Le vaccin est approuvé en tant que série de trois doses, et les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis permettent également une série de deux doses pour les filles âgées de 9 à 14 ans.

Cependant, les taux de vaccination anti-VPH chez les adolescents sont relativement faibles aux États-Unis, moins de la moitié des filles âgées de 13 à 17 ans ayant été à jour avec la série de vaccins contre le VPH.

Les résultats de la nouvelle étude suggèrent que le rattrapage avec la série complète de trois doses pour les filles et les femmes qui reçoivent la première dose à l'âge de 14-20 ans offrira une protection significative. Cependant, ils trouvent que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer l'efficacité de la vaccination de rattrapage chez les femmes âgées de 21 à 26 ans.

Fait important, l’étude a examiné l’efficacité du vaccin quadrivalent contre le VPH, et non le vaccin contre le VPH nonavalent introduit plus récemment, qui devrait prévenir plus de cas de CIN2 + que le vaccin quadrivalent contre le VPH. Par conséquent, d'autres recherches, y compris chez les femmes âgées de plus de 21 ans, seront importantes, car les nouveaux vaccins seront plus largement utilisés.

L'étude comprenait 4357 femmes avec CIN2 + ou CIN3 + âgées de 26 ans ou moins lorsque le vaccin quadrivalent contre le VPH a été introduit en 2006. Pour chaque cas, cinq témoins appariés selon l'âge sans CIN2 + ou CIN3 + ont été sélectionnés au hasard (21773). Toutes les femmes ont été inscrites à Kaiser Permanente North California. Au total, 2837 femmes inscrites à l'étude avaient reçu au moins une dose du vaccin entre 2006 et 2014.

La protection la plus forte contre CIN2 + et CIN3 + a été identifiée chez les femmes ayant reçu au moins trois doses de vaccin et ayant reçu leur première dose entre 14 et 17 ans ou entre 18 et 20 ans. Aucune protection significative n'a été trouvée chez les femmes ayant reçu leur première dose âgée de 21 ans ou plus ou ayant reçu moins de trois doses complètes de la série.

"En comparaison avec d’autres pays, l’adoption du vaccin anti-HPV aux États-Unis est relativement faible. Nos résultats montrent que les filles et les femmes qui n’ont pas reçu la série complète doses de vaccin avant l'âge de 20 ans. Les preuves suggèrent que la protection est la plus forte au début du vaccin et après 21 ans, les preuves de son efficacité ne sont pas claires. , sera désormais nécessaire pour évaluer l'efficacité de la vaccination des femmes âgées de 21 à 26 ans », explique l'auteur principal Michael J. Silverberg, chercheur à la division de recherche de Kaiser Permanente en Californie, à Oakland (États-Unis).

Les auteurs notent que 23 femmes seulement ont été diagnostiquées avec un cancer du col utérin dans l'étude, dont seulement 3 avaient déjà été vaccinées contre le VPH. Les trois femmes avaient reçu au moins trois doses et toutes avaient 21 ans ou plus à l’âge de la première dose. Cependant, le faible nombre limite la capacité des chercheurs à quantifier l'effet du vaccin contre le VPH sur l'incidence du cancer du col utérin, plutôt que les résultats composites de CIN2 + et CIN3 +, qui comprennent à la fois le cancer et les lésions précancéreuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Vaccination contre le VPH   Sam 11 Nov 2017 - 15:12

Women may only need three cervical screens in their lifetime if they have been given the human papillomavirus (HPV) vaccine, according to a new study published in the International Journal of Cancer.

The Cancer Research UK-funded team from Queen Mary University of London (QMUL), found that three screens at 30, 40 and 55 would offer the same benefit to vaccinated women as the 12 lifetime screens currently offered in England.

The results are based on how the HPV vaccine and the improved cervical screening programme will work best together. The new programme called HPV primary testing is set to be introduced in England by December 2019. It means that cervical samples are tested for HPV but only checked for abnormal cells if the virus is found. The current test checks for abnormalities first, which is less efficient.

Scotland and Wales are also preparing their own plans to introduce this new HPV test.

Since 2008, the HPV vaccine has been offered to schoolgirls aged 11-13 across the UK. This group is now reaching the age for their first cervical screening invitation. This new research shows that these women can still be effectively protected from cervical cancer with fewer screens, which could also save the NHS resources.

Professor Peter Sasieni, Cancer Research UK's screening expert and lead author based at QMUL, said: "The NHS should benefit from the investment that it's made by introducing the vaccination programme. These women are far less likely to develop cervical cancer so they don't need such stringent routine checking as those at a higher risk. This decision would free up resources for where they are needed most. The change in the screening system is a unique opportunity to reassess how often women are invited for cervical screens during their lifetimes."

HPV infects most people at some point. Most infections go away on their own, but if an infection is not cleared it can go on to cause cervical cancer. Without HPV infection there would be almost no cervical cancer.

The current HPV vaccine protects women against the most dangerous forms of HPV significantly reducing the chance of developing cervical cancer. As the risk of cervical cancer is considerably reduced, the study suggests that the number of screens should be decreased accordingly, avoiding unnecessary procedures for women.

The study also suggests that unvaccinated women should only need seven lifetime screens when the new screening test comes in, five fewer than is currently standard.

Dr Julie Sharp, head of health information at Cancer Research UK said: "This is great news for women. The cervical screening programme is already very successful, and has led to a dramatic fall in deaths from the disease since its introduction. While we hope to see these improvements to the screening programme in the future, it's important that women continue to take up invitations for cervical screening. So if you're all set for your next screen, keep that appointment."

---

Selon une nouvelle étude publiée dans l'International Journal of Cancer, les femmes n'auront besoin que de trois tests pour le cancer du col de l'utérus au cours de leur vie si elles ont reçu le vaccin contre le virus du papillome humain (VPH).

L'équipe financée par Cancer Research UK de l'Université Queen Mary de Londres (QMUL) a découvert que trois tests à 30, 40 et 55 ans offriraient le même avantage aux femmes vaccinées que les 12 tests à vie actuellement offerts en Angleterre.

Les résultats sont basés sur la façon dont le vaccin contre le VPH et le programme amélioré de dépistage du cancer du col fonctionneront le mieux ensemble. Le nouveau programme appelé test primaire du VPH devrait être introduit en Angleterre d'ici décembre 2019. Cela signifie que les échantillons du col de l'utérus sont testés pour le VPH, mais seulement pour rechercher des cellules anormales si le virus est détecté. Le test actuel vérifie d'abord les anomalies, ce qui est moins efficace.

L'Écosse et le Pays de Galles préparent également leurs propres plans pour introduire ce nouveau test HPV.

Depuis 2008, le vaccin contre le VPH a été offert aux écolières âgées de 11 à 13 ans au Royaume-Uni. Ce groupe atteint maintenant l'âge de leur première invitation au dépistage cervical. Cette nouvelle recherche montre que ces femmes peuvent encore être efficacement protégées contre le cancer du col de l'utérus avec moins de tests, ce qui pourrait également sauver les ressources du NHS.

Le professeur Peter Sasieni, expert en dépistage de Cancer Research UK et auteur principal basé à QMUL, a déclaré: "Le NHS devrait bénéficier de l'investissement qu'il a fait en introduisant le programme de vaccination .Ces femmes sont beaucoup moins susceptibles de développer un cancer du col de l'utérus. Cette décision permettrait de libérer des ressources là où elles sont le plus nécessaires.Le changement dans le système de dépistage est une occasion unique de réévaluer la fréquence à laquelle les femmes sont invitées à subir un dépistage cervical au cours de leur vie.

Le VPH infecte la plupart des gens à un moment donné. La plupart des infections disparaissent d'elles-mêmes, mais si une infection n'est pas éliminée, elle peut provoquer un cancer du col de l'utérus. Sans infection par le VPH, il n'y aurait presque pas de cancer du col de l'utérus.

Le vaccin contre le VPH actuel protège les femmes contre les formes les plus dangereuses du VPH, ce qui réduit considérablement le risque de développer un cancer du col de l'utérus. Comme le risque de cancer du col de l'utérus est considérablement réduit, l'étude suggère que le nombre de tests devrait être réduit en conséquence, en évitant les procédures inutiles pour les femmes.

L'étude suggère également que les femmes non vaccinées devraient seulement avoir besoin de sept tests à vie quand le nouveau test de dépistage arrive, cinq moins que ce qui est actuellement standard.

Le Dr Julie Sharp, responsable de l'information sur la santé à Cancer Research UK, a déclaré: «C'est une excellente nouvelle pour les femmes: le programme de dépistage du cancer du col de l'utérus connaît déjà un grand succès et a entraîné une baisse spectaculaire des décès. Pour voir ces améliorations au programme de dépistage à l'avenir, il est important que les femmes continuent de recevoir des invitations pour le dépistage du cancer du col utérin.Alors, si vous êtes prêt pour votre prochain test, gardez ce rendez-vous. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Vaccination contre le VPH   Lun 25 Sep 2017 - 15:35

Vacciner ou ne pas vacciner? Alors que la rentrée scolaire est encore toute récente, plusieurs parents d'élèves de quatrième année doivent maintenant décider s'ils consentiront ou non à l'injection du vaccin contre les virus du papillome humain (VPH) pour leur enfant, une décision qui continue de susciter craintes et hésitations.

Le programme de vaccination contre les VPH vise notamment à prévenir les cas de cancer du col de l'utérus.

Pour 2016-2017, ce sont 58 429 enfants âgés de 9-10 ans qui ont reçu au moins deux doses de vaccin contre les VPH, selon des données fournies par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS). Pour l'ensemble de la quatrième année du primaire, la couverture vaccinale contre les VPH s'est élevée à 73% chez les filles, proportion identique à celle de l'année précédente, souligne le ministère. Du côté les garçons, pour qui la couverture était offerte dans les écoles pour la première fois l'an dernier, on a observé un taux de 69%.

L'objectif du MSSS est une couverture vaccinale de 90%.

Ève Dubé, chercheure et anthropologue à l'Institut national de la santé publique du Québec, souligne toutefois que les cas d'enfants non vaccinés ne sont pas tous des cas où les parents ont refusé la vaccination. Dans certains cas, le formulaire de consentement n'a tout simplement pas été retourné, que ce soit par oubli, en raison de problèmes de littératie chez certains parents qui font en sorte que le formulaire est mal compris, ou encore par manque de temps pour s'informer.

Le vaccin contre les VPH a été testé par les autorités sanitaires du Canada et d'ailleurs dans le monde, qui ont conclu à son efficacité et à son innocuité. Le Comité consultatif mondial de la sécurité vaccinale de l'Organisation mondiale de la santé a réitéré, au cours de l'été, que le vaccin anti-VPH est «extrêmement sûr».

Malgré tout, certaines craintes persistent.

«Ce qu'on entend le plus souvent [de la part de parents], c'est la couverture médiatique négative qui a entouré [la campagne de vaccination], souligne Mme Dubé, dont les recherches s'intéressent aux causes des refus de la vaccination. Dès le début du programme, il y a eu des commentaires un peu négatifs. [...] Tout ça, c'est inquiétant pour le parent. On invoque beaucoup ça, il y a un peu de désinformation dans les médias par rapport à ce vaccin-là.»

Le directeur du département d'oncologie de la Faculté de médecine de l'Université McGill, Eduardo Franco, insiste sur l'innocuité du vaccin et, surtout, sur son efficacité pour contrer les VPH et, du même coup, le cancer du col utérin.

«Après le contrôle du tabagisme, je considère la vaccination contre les VPH comme étant la plus grande conquête de l'humanité contre le cancer», tranche-t-il, précisant par la suite que «c'est la première fois que nous pouvons enfin songer à utiliser le verbe 'éradiquer' pour un type de cancer».

«Avec la vaccination contre les VPH et les méthodes modernes de détection du cancer du col de l'utérus, nous pouvons finalement éliminer un type de cancer.»

Vacciner des enfants contre une ITS

Pour certains parents, l'hésitation à vacciner vient d'un inconfort à l'idée de protéger leur jeune enfant d'une infection transmissible sexuellement, puisque le virus se transmet lors de relations sexuelles, rapporte Ève Dubé.

Or, c'est entre 9 et 11 ans que le système immunitaire répond le mieux au vaccin contre les VPH, et il est préférable que l'enfant soit vacciné avant d'être exposé à la maladie, donc avant les premières relations sexuelles.

Pour ce qui est des effets secondaires, ils demeurent rares et minimes.

«Le risque d'anaphylaxie a été caractérisé comme étant approximativement de 1,7 cas par million de doses et la syncope a été reconnue comme une réaction courante à l'injection, associée au stress ou à l'anxiété. Aucune autre réaction indésirable n'a été identifiée», indiquait l'Organisation mondiale de la santé dans un rapport datant de l'été dernier.

Mme Dubé souligne de son côté que certains cas d'effets secondaires rapportés dans les médias n'ont pas été démontrés comme étant effectivement liés au vaccin, mais ont quand même contribué à susciter la crainte chez certains parents.

«Tout ce qui touche à la santé publique a des effets secondaires. Il n'y a pas de vaccin parfaitement sécuritaire, mais les avantages sont monumentalement plus grands que les risques des effets secondaires, qui sont infinitésimaux», conclut le Dr Franco.

Que sont les VPH?

La famille des virus du papillome humain (VPH) compte plusieurs types de virus, dont plus de 40 sont transmissibles sexuellement. Parmi ceux-ci, il y a les VPH à faible risque de cancer, dont certains causent des condylomes, ainsi que les VPH à risque élevé, qui peuvent causer le cancer.

La plupart des hommes et des femmes qui ont une vie sexuelle active auront une infection à VPH à un moment ou à un autre de leur vie. Une personne peut être infectée par plus d'un type de VPH au cours de sa vie. Elle peut aussi être infectée plus d'une fois par le même type de VPH.

Quels types de cancers les VPH peuvent-ils causer?

Les cancers du col de l'utérus, du vagin, de la vulve, du pénis, de l'anus et de la gorge.

Source: ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Vaccination contre le VPH   Lun 14 Aoû 2017 - 14:03

La proportion de cancers de la bouche et de la gorge liés au virus du papillome humain (VPH) a connu une hausse importante au Canada: les chercheurs estiment que l'infection virale serait maintenant responsable des trois quarts de ces types de cancers.

Dans une étude pancanadienne dont les résultats sont publiés lundi dans le Journal de l'Association médicale canadienne, les chercheurs estiment que l'incidence des cancers de l'oropharynx liés au VPH aurait augmenté de près de 50% entre 2000 et 2012.

Les chercheurs ont utilisé des données fournies par des centres de cancérologie en Colombie-Britannique, en Alberta, en Ontario et en Nouvelle-Écosse, soit 3643 patients de 18 ans et plus souffrant de carcinome malpighien oropharyngé. Environ 85 pour cent des cas recensés dans le cadre de cette étude étaient des hommes.

Selon les chercheurs, la proportion de cancers de la gorge liés au VPH est passée de 47 à 74% entre 2000 et 2012, soit une hausse d'environ 50% en seulement 12 ans, a indiqué la docteure Sophie Huang, coauteure de l'étude et radiothérapeute au centre de cancérologie de l'hôpital Princess Margaret de Toronto.

La Société canadienne du cancer indiquait l'automne dernier que 1335 Canadiens avaient appris en 2012 qu'ils souffraient d'un cancer de la bouche ou de la gorge lié au VPH; cette même année, 372 Canadiens en sont morts.

Le virus du papillome humain est l'infection transmissible sexuellement la plus courante dans le monde. La plupart des gens ne développent pas de symptômes: l'infection virale disparaît au cours des deux années suivantes. Mais dans certains cas, l'infection persiste et peut causer un cancer du col de l'utérus chez la femme ou un cancer du pénis chez l'homme, ainsi que des cancers de l'oropharynx.

La plupart des cancers oropharyngés liés au VPH sont causés par des pratiques sexuelles buccogénitales, indique la docteure Huang.

La chercheure rappelle que les tumeurs liées au VPH répondent mieux aux traitements et présentent un taux de survie plus élevé que les cancers liés au tabagisme ou à l'alcool - les deux autres causes majeures de cancers de la bouche.

La détection précoce de tels cancers est bien sûr importante, mais ce ne sont pas tous les centres de cancérologie qui font le dépistage d'un lien éventuel avec le VPH, précisent les chercheurs. Les médecins réservaient habituellement ce dépistage pour les jeunes hommes sans antécédent de tabagisme ou d'alcool, mais le dépistage systématique semble se généraliser petit à petit au pays.

Les chercheurs rappellent enfin que les filles et les garçons qui sont vaccinés avant leurs premières relations sexuelles sont mieux protégés contre le virus du papillome humain - et donc contre les cancers oropharyngés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Vaccination contre le VPH   Dim 17 Juil 2016 - 14:21

A research paper published in The Lancet Infectious Diseases reported that the human papillomavirus (HPV) vaccine is safe and efficacious across a wide age range of women. The international study found that it protects against HPV infection in women older than 26 years. Vaccination programs worldwide currently target routine vaccination of women 26 years and younger.

The study recruited women in 12 countries across four continents. Cosette Wheeler, PhD, at The University of New Mexico Comprehensive Cancer Center, was the lead author of the report.

The human papillomaviruses cause cancer of the cervix, anus, and middle throat. Five types of HPV account for about 85 percent of all invasive cervical cancer cases. HPV vaccines are expected to prevent most of these cancer cases.

Many countries routinely vaccinate girls and boys 25 years and younger, although vaccination rates in the United States remain low. In the US, only about 40 percent of girls and 21 percent of boys receive the three-dose vaccination series. The earlier the vaccine is given, the more efficacious it can be.

This study focused on the benefit of vaccinating women 26 years and older. Infection with HPV can take place at any time throughout adulthood and women in this age group may have already been exposed to HPV. The study showed that women in this age group were still protected from HPV infections.

The scientists followed each woman for four to seven years. They found that the vaccine protected the women against HPV infections during the follow-up period and that the women were protected from many types of HPV across a broad age range. These study results are essential to new approaches in cancer prevention, particularly those that are investigating combined approaches of cervical screening and vaccination in adult women.

Cosette Wheeler, PhD is a UNM Regents Professor in the Departments of Pathology and Obstetrics and Gynecology at the University of New Mexico Health Sciences Center. She holds the Victor and Ruby Hansen Surface Endowed Chair in Translational Medicine and Public Health. Her New Mexico research group has contributed for over 20 years to understanding the molecular epidemiology of human papillomaviruses (HPV) in cervical precancer and cancer among Native American, Hispanic and non-Hispanic women of the southwest and on a global basis. She has overseen a number of large-scale multidisciplinary population-based projects that have ultimately enabled advances in primary (HPV vaccines) and secondary cervical cancer prevention (Pap and HPV tests).


---

Un document de recherche publié dans The Lancet Infectious Diseases a rapporté que le vaccin contre le virus du papillome humain (VPH) est sûr et efficace dans une large plage d'âge des femmes. L'étude internationale a constaté qu'il protège contre l'infection par le VPH chez les femmes âgées de 26 ans. Les programmes de vaccination dans le monde entier ciblent actuellement la vaccination systématique des femmes de 26 ans et moins.

L'étude a recruté des femmes dans 12 pays sur quatre continents. Cosette Wheeler, Ph.D., à l'Université du Nouveau-Mexique Comprehensive Cancer Center, a été l'auteur principal du rapport.

Les papillomavirus humains causent le cancer du col de l'utérus, de l'anus et de la gorge. Cinq types de VPH représentent environ 85 pour cent de tous les cas de cancer du col invasifs. Les vaccins anti-HPV sont censés empêcher la plupart des cas de cancer.

De nombreux pays vaccinent systématiquement les filles et les garçons 25 ans et moins, même si les taux de vaccination dans les Etats-Unis restent faibles. Aux Etats-Unis, seulement environ 40 pour cent des filles et 21 pour cent des garçons reçoivent la série de vaccination à trois doses. Le plus tôt le vaccin est donné, le plus efficace il est.

Cette étude a porté sur le bénéfice de la vaccination des femmes de 26 ans et plus. L'infection par le VPH peut avoir lieu à tout moment à l'âge adulte et les femmes dans ce groupe d'âge peuvent avoir déjà été exposées au VPH. L'étude a montré que les femmes de ce groupe d'âge étaient encore protégés contre les infections par le VPH.

Les scientifiques ont suivi chaque femme pendant quatre à sept ans. Ils ont constaté que le vaccin protégeait les femmes contre les infections au VPH au cours de la période de suivi et que les femmes étaient protégées contre de nombreux types de HPV dans un large éventail d'âge. Ces résultats de l'étude sont essentiels à de nouvelles approches dans la prévention du cancer, en particulier ceux qui étudient des approches combinées de dépistage du col utérin et de la vaccination chez les femmes adultes.

Cosette Wheeler, Ph.D., est professeur Regents UNM dans les départements de pathologie, d'obstétrique et de gynécologie à l'Université du Nouveau-Mexique Health Sciences Center. Elle détient la surface Victor et Ruby Hansen Doué Chaire en médecine translationnelle et de la santé publique. Son groupe de recherche du Nouveau-Mexique a contribué pour plus de 20 ans à la compréhension de l'épidémiologie moléculaire des virus du papillome humain (VPH) dans lésions précancéreuses du col et le cancer chez les femmes amérindiennes, hispaniques et non-hispaniques du sud-ouest et sur une base mondiale. Elle a supervisé un certain nombre de projets multidisciplinaires basées sur la population à grande échelle qui ont finalement permis des avancées en primaires (vaccins contre le VPH) et la prévention du cancer du col secondaire (tests de Pap et HPV).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Vaccination contre le VPH   Lun 25 Avr 2016 - 18:36

Expanding human papillomavirus (HPV) vaccination programs to include males in Canada will help protect them against HPV-related cancers, according to an analysis published in CMAJ (Canadian Medical Association Journal).

HPV is the most common sexually transmitted disease in Canada and is linked to cancers of the oral cavity, pharynx, penis, anus and others, in addition to causing cervical cancer and anogenital warts. Men who have sex with men are at high risk of HPV-related diseases.

However, only three provinces -- Alberta, Nova Scotia and Prince Edward Island -- offer the HPV vaccine to boys through school-based vaccination programs. Manitoba and Quebec have pledged to extend their programs to boys in fall 2016.

"It is important for policy-makers to be cognizant that HPV infection causes cancer in males as well as females, that heterosexual males will not be consistently protected by herd immunity with current rates of HPV vaccination in females, and that [men having sex with men] will not be protected by female-only programs," writes Gilla Shapiro, McGill University and the Jewish General Hospital, Montréal, Quebec, with coauthors.

Evidence indicates that the HPV vaccine is safe and effective.

The authors cite barriers to adoption of the HPV vaccine in boys that include the misconception that HPV is only a women's health issue, not receiving a recommendation from a doctor or health care provider, and concerns over costs; in provinces where the HPV vaccine is not provided free, the cost of one dose is about $150, and multiple doses are required.

The authors recommend that HPV vaccination programs across all Canadian jurisdictions become gender neutral. To address finite health care resources, they suggest negotiating with pharmaceutical companies to decrease the cost of the HPV vaccine and changing the vaccination schedule from 3 to 2 doses, which is in line with international recommendations.


---


Élargir le papillomavirus humain (HPV) des programmes de vaccination pour inclure les hommes au Canada seront les aider à protéger contre les cancers liés au VPH, selon une analyse publiée dans le JAMC (Canadian Medical Association Journal).

Le VPH est la maladie la plus commune sexuellement transmissibles au Canada et est liée à des cancers de la cavité buccale, du pharynx, du pénis, de l'anus et d'autres, en plus de causer le cancer et les condylomes cervicaux. Les hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes sont à risque élevé de maladies liées au VPH.

Cependant, seulement trois provinces - l'Alberta, la Nouvelle-Écosse et de l'Île-du-Prince-Édouard - offrent le vaccin contre le VPH pour les garçons par le biais de programmes de vaccination en milieu scolaire. Manitoba et le Québec se sont engagés à étendre leurs programmes aux garçons à l'automne 2016.

«Il est important pour les décideurs soient conscients que l'infection par le VPH cause le cancer chez les hommes ainsi que les femmes, que les hommes hétérosexuels ne seront pas toujours protégés par l'immunité collective avec les taux actuels de vaccination contre le VPH chez les femmes, et que [les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes] ne seront pas protégés par des programmes pour femmes seulement », écrit Gilla Shapiro, l'Université McGill et à l'Hôpital général juif, Montréal, Québec, avec ses coauteurs.

Les données indiquent que le vaccin contre le VPH est sûr et efficace.

Les auteurs citent les obstacles à l'adoption du vaccin contre le VPH chez les garçons qui comprennent l'idée fausse que le VPH est seulement question de la santé des femmes, qui ne reçoivent pas une recommandation d'un médecin ou un professionnel des soins de santé, et les préoccupations sur les coûts; dans les provinces où le vaccin contre le VPH est pas fourni gratuitement, le coût d'une dose est d'environ 150 $, et des doses multiples sont nécessaires.

Les auteurs recommandent que les programmes de vaccination contre le VPH dans toutes les juridictions canadiennes deviennent neutre. Pour faire face à des ressources de soins de santé finis, ils suggèrent de négocier avec les compagnies pharmaceutiques pour réduire le coût du vaccin contre le VPH et le changement du calendrier de vaccination de 3 à 2 doses, ce qui est conforme aux recommandations internationales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Vaccination contre le VPH   Jeu 17 Sep 2015 - 16:56

Scientists have used a genetically engineered vaccine to successfully eradicate high-grade precancerous cervical lesions in nearly one-half of women who received the vaccine in a clinical trial. The goal, say the scientists, was to find nonsurgical ways to treat precancerous lesions caused by HPV.

"Every standard therapeutic option for women with these lesions destroys part of the cervix, which is particularly relevant for women of childbearing age, who may then be at risk for preterm birth due to a weakened cervix," says Cornelia Trimble, M.D., professor of gynecology and obstetrics, oncology, and pathology at the Johns Hopkins University School of Medicine, and first author of the new report, which appears online Sept. 17 in The Lancet. "A vaccine able to cure precancerous lesions could eventually be one way women can avoid surgery that is invasive and can also harm their fertility."

High-grade cervical lesions, termed CIN2/3, occur most often in women 40 or younger, according to Trimble, a member of Johns Hopkins' Kelly Gynecologic Oncology Service and Kimmel Cancer Center. Because the lesions can progress to cancer, they are usually removed by surgery, freezing or laser. The procedures are successful in removing the precancerous areas in approximately 80 percent of women, says Trimble. Less troublesome lesions, called low-grade dysplasia, are usually monitored by physicians rather than immediately removed because they pose less of a risk for cancer and usually regress on their own.

For the study, the scientists used a vaccine, originally developed by University of Pennsylvania scientist David Weiner, Ph.D., which is engineered to teach immune system cells to recognize precancerous and cancerous cells. Those cells are coated with proteins linked to an infection with two strains of HPV -- 16 and 18 -- that cause cervical cancer. The vaccine, given by injection into the arm, is made by Inovio Pharmaceuticals Inc., which funded the clinical trial, and whose employees co-authored the report with Trimble.

Between 2011 and 2013, the scientists recruited 167 women, ages 18 to 55, with newly diagnosed, high-grade precancerous cervical lesions. The women were randomly assigned to receive either three doses of the vaccine or saline injections over a 12-week period at 36 hospitals and private gynecology practices in the U.S. and six other countries.

After each of the injections, the scientists gave the women a small electric pulse at the site of the injection. Cells near the electric pulse open their pores, says Trimble, increasing the likelihood that the vaccine will be taken up by immune system cells.

Of 114 women who received at least one vaccine dose, 55 (48.2 percent) had a regression of their precancerous lesion, meaning their lesions disappeared or converted to low-grade lesions, compared with 12 of 40 (30 percent) who received saline injections. Of the 114, 107 received all three vaccine doses, and 53 of them (49.5 percent) had regression of their lesions. Of the 40 in the saline group, 36 got all three injections, and 11 of them (30.6 percent) had regression of their lesions. Thirteen women dropped out of the study after enrollment.

Two patients discontinued the study because of pain at the injection site. Skin redness was more common in the vaccine group compared with saline.

Among women who completed all three injections, scientists could find no trace of HPV in the cervixes of 56 of the 107 women who received the vaccine, compared with only nine of 35 saline recipients.

"In many of these women, the vaccine not only made their lesions disappear, but it also cleared the virus from their cervix," says Trimble. "In most unvaccinated patients whose lesions went away, the virus was still present, and many still had low-grade lesions."

Trimble says clearance of the virus is a "significant bonus" from receiving the vaccine because persistent HPV infection is a major risk factor for recurrence of cervical lesions.

After 12 weeks, doctors surgically removed lesions that did not regress and took biopsies of each study participant's cervix. In the surgically removed lesions, scientists found miniscule cancers in two of the women who received the vaccine. Trimble says these microinvasive cancers are rarely diagnosed by a biopsy but are found in surgical specimens.

In the biopsy samples, the scientists found that patients whose lesions completely regressed after treatment had more immune cells, called T cells, present in the tissue. "It's important that T cells capable of recognizing HPV stay in the cervix and fight off any recurrence of the infection," says Trimble.

"This is a great first step," says Trimble. "We showed that the vaccine may enable an immune response in a person whose immune system was initially not adequately engaged or was hampered in some way so as to let the lesion occur."

Trimble says that precancerous lesions are unlikely to progress to cancer during the vaccine treatment period, and monitoring of high-grade lesions is done routinely for pregnant women. "It typically takes about 10 or more years for precancerous cells to become cancer, so there is a window of opportunity to intervene with nonsurgical approaches to reverse the process of viral-associated cancers," says Trimble.

Trimble says she and her colleagues are now working to identify biomarkers from cervical tissue that can predict which lesions are more likely to persist and eventually progress to cancer. The research team will be monitoring this initial group of study participants to see whether they have fewer recurrences than unvaccinated patients. Trimble is also studying other types of vaccines to prevent the progression of high-grade cervical lesions to cancer.

---

Les scientifiques ont utilisé un vaccin génétiquement modifié pour éradiquer avec succès des lésions du col de l'utérus précancéreuses dans presque la moitié des femmes qui ont reçu le vaccin dans un essai clinique. Le but, disent les scientifiques, était de trouver des façons non chirurgicales pour traiter les lésions précancéreuses causées par le VPH.

"Chaque option thérapeutique standard pour les femmes avec ces lésions détruit une partie du col de l'utérus, qui est particulièrement pertinent pour les femmes en âge de procréer, qui peut alors être à risque d'accouchement prématuré en raison d'un col affaiblie», explique Cornelia Trimble, MD, professeur de gynécologie et obstétrique, cancérologie, et de pathologie à l'École de médecine de l'Université Johns Hopkins, et le premier auteur du nouveau rapport, qui paraît en ligne le 17 septembre à la revue The Lancet. «Un vaccin capable de guérir les lésions précancéreuses pourrait éventuellement être un moyen femmes peuvent d'éviter la chirurgie qui est invasive et peut également nuire à leur fertilité."

Lésions cervicales de haut grade, appelées CIN2 / 3, se produisent le plus souvent chez les femmes de 40 ans ou moins, selon Trimble, un membre du Kelly Gynecologic Oncology service de Johns Hopkins Kimmel Cancer Center. Parce que les lésions peuvent évoluer vers un cancer, elles sont habituellement retirés par la chirurgie, la congélation ou le laser. Les procédures réussissent à éliminer les zones précancéreuses dans environ 80 pour cent des femmes, dit Trimble. Les lésions moins gênantes, appelés dysplasie de bas grade, sont généralement suivis par un médecin plutôt que retiré immédiatement parce qu'elles posent moins de risque pour le cancer et généralement régressent d'elles-mêmes.

Pour l'étude, les scientifiques ont utilisé un vaccin, développé à l'origine par l'Université de Pennsylvanie scientifique David Weiner, Ph.D., qui est conçu pour enseigner aux cellules du système immunitaire à reconnaître les cellules précancéreuses et cancéreuses. Ces cellules sont revêtues avec des protéines liées à une infection par HPV deux souches de - 16 et 18 - qui causent le cancer du col utérin. Le vaccin, administré par injection dans le bras, est faite par Inovio Pharmaceuticals Inc., qui a financé l'essai clinique, et dont les employés co-auteur du rapport avec Trimble.

Entre 2011 et 2013, les scientifiques ont recruté 167 femmes, âgés de 18 à 55, avec des lésions nouvellement diagnostiqués, des lésions cervicales précancéreuses. Les femmes ont été réparties au hasard pour recevoir soit trois doses du vaccin ou des injections salines sur une période de 12 semaines dans 36 hôpitaux et des cabinets de gynécologie privés aux États-Unis et six autres pays.

Après chacune des injections, les scientifiques ont donné les femmes d'une petite impulsion électrique au niveau du site de l'injection. Les cellules proches de l'impulsion électrique ouvrent leurs pores, dit Trimble, ce qui augmente la probabilité que le vaccin sera absorbé par les cellules du système immunitaire.

Sur les 114 femmes qui ont reçu au moins une dose de vaccin, 55 (48,2 pour cent) ont eu une régression de leur lésion précancéreuse, qui signifie que leurs lésions ont disparu ou convertis en lésions de bas grade, comparativement à 12 de 40 (30 pour cent) qui ont reçu des injections de solution saline. Sur les 114, 107 reçu les trois doses de vaccin, et 53 d'entre eux (49,5 pour cent) ont eu une régression de leurs lésions. Du 40 au groupe de solution saline, 36 obtenu les trois injections, et 11 d'entre eux (30,6 pour cent) eu régression de leurs lésions. Treize femmes ont abandonné l'étude après l'inscription.

Deux patients ont interrompu l'étude en raison de la douleur au site d'injection. Rougeur de la peau était plus fréquente dans le groupe vaccin comparativement avec une solution saline.

Parmi les femmes qui ont terminé les trois injections, les scientifiques pouvaient trouver aucune trace de HPV dans les cervix de 56 des 107 femmes qui ont reçu le vaccin, comparativement à seulement neuf des 35 bénéficiaires de salines.

"Dans beaucoup de ces femmes, le vaccin a non seulement fait que leurs lésions disparaissent, mais il a aussi éliminé le virus de leur col», dit Trimble. "Dans la plupart des patients non vaccinés, le virus était toujours présent, avec de nombreuses lésions de bas grade."

Trimble dit que c'est une "prime significative" de recevoir le vaccin, car l'infection au VPH persistante est un facteur de risque majeur de récidive des lésions cervicales.

Après 12 semaines, les médecins ont enlevés chirurgicalement lésions qui ne régressaient pas et ont pris des biopsies de col de chaque participant à l'étude. Dans les lésions enlevées chirurgicalement, les scientifiques ont découvert de minuscules cancers dans deux des femmes qui ont reçu le vaccin. Trimble a dit que ces cancers microinvasifs sont rarement diagnostiqués par une biopsie, mais se trouvent par les prélèvements chirurgicaux.

Dans les échantillons de biopsie, les scientifiques ont constaté que les patientes dont les lésions ont complètement régressé après traitement avait des cellules immunitaires, appelées cellules T, présentes dans le tissu. «Il est important que les lymphocytes T capables de reconnaître séjour de VPH dans le col de l'utérus et de lutter contre toute récidive de l'infection», dit Trimble.

"Ceci est une première étape importante», dit Trimble. "Nous avons montré que le vaccin peut permettre une réponse immunitaire chez une personne dont le système immunitaire a été initialement pas suffisamment engagée ou a été entravé en quelque sorte de manière à laisser la lésion se produire."

Trimble dit que les lésions précancéreuses sont peu susceptibles d'évoluer vers un cancer au cours de la période de traitement de vaccins, et le suivi des lésions de haut grade se fait couramment pour les femmes enceintes. "Il prend généralement environ 10 ans ou plus pour les cellules précancéreuses pour devenir un cancer, donc il ya une fenêtre d'opportunité d'intervenir avec des approches non chirurgicales pour inverser le processus de cancers associé à un virus», dit Trimble.

Trimble dit qu'elle et ses collègues travaillent actuellement à identifier des biomarqueurs de tissu cervical pouvant prédire quelles lésions sont plus susceptibles de persister et finalement évoluer vers un cancer. L'équipe de recherche va surveiller ce groupe initial de participants à l'étude pour voir si elles ont moins de récidives que les patients non vaccinés. Trimble étudie également d'autres types de vaccins pour prévenir la progression des lésions cervicales de haut grade au cancer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Vaccination contre le VPH   Dim 24 Mai 2015 - 14:35

May 11, 2015 Source:Cedars-Sinai Medical Center Summary:The new 9-valent human papillomavirus vaccine, can potentially prevent 80 percent of cervical cancers in the United States, if given to all 11- or 12-year-old children before they are exposed to the virus. The study also found the 9-Valent vaccine, under the trademark of Gardasil-9, has the potential to protect against an additional 8 percent of oropharyngeal cancers, which include the base of the tongue and tonsils. This disease is the second-most-common HPV-associated cancer.

11 mai 2015 Source: Résumé Cedars-Sinai Medical Center: Le nouveau vaccin contre le papillomavirus humain 9-valent, peut potentiellement empêcher 80 pour cent des cancers du col utérin dans les États-Unis, si on leur donne à tous les enfants de 11 ou 12 ans avant qu'ils ne sont exposés au virus. L'étude a également révélé que le vaccin 9-valent, sous la marque de Gardasil-9, a le potentiel de protéger contre un 8 pour cent supplémentaire de cancers de l'oropharynx, qui comprennent la base de la langue et des amygdales. Cette maladie est le cancer associés au HPV la deuxième plus commune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Vaccination contre le VPH   Mar 23 Juil 2013 - 10:05

July 22, 2013 — Improving vaccination rates against the human papillomavirus (HPV) in boys aged 11 to 21 is key to protecting both men and women, says new research from University of Toronto Professor Peter A. Newman from the Factor-Inwentash Faculty of Social Work.

Améliorer le taux de vaccination contre le HPV chez les garçons entre 11 et 21 ans est important pour protéger les hommes et les femmes dit une nouvelle recherche.


HPV has been linked to anal, penile and certain types of throat cancers in men. Since the virus is also responsible for various cancers in women, vaccinating boys will play a crucial role in reducing cancer rates across the sexes.


Le HPV est aussi lié au cancer de la gorge, de l'anus et du pénis chez les hommes. Comme le virus est aussi responsable de divers cancers chez la femme, vacciner les garçons jouera un rôle important dans la réduction des taux de cancers chez les deux sexes.

"HPV is the single most common sexually transmitted infection," says Newman, Canada Research Chair in Health and Social Justice. "But now a vaccine is available that can change that and help to prevent the cancers that sometimes result."


Le HPV est l'infection la plus communément transmise sexuellement mais un vaccin est maintenant disponible qu peut changer cela et prévenir les cancers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Vaccination contre le VPH   Dim 20 Jan 2013 - 13:59

Three Questions About HPV Vaccination

Jan. 18, 2013 — In 2009, more than 30,000 people in the U.S. learned they had cancer linked to the human papillomavirus, or HPV. This virus is best known for causing cervical cancer, but it's also the culprit behind many cancers of the mouth, throat, anus, and genitals. Unlike many forms of cancer, for which we lack the knowledge and tools to prevent, scientists have figured out how to dodge HPV-triggered cancers -- by HPV vaccination. Vaccination against HPV thwarts the viruses' spread, wrecking its ability to jump between people. Wiping out HPV could mean shutting down a big source of cancer cases -- more than 3 percent of all diagnoses nationwide.

Nous avons les outils et le savoir pour prévenir le cancer du col de l'utérus. Le cancer du col de l'utérus représent 3% des cancers diagnostiqués aux u.s.a

What is HPV?

HPV is a family of more than 150 viruses whose members infect human skin and mucosa, the moist membranes lining the nostrils, mouth, and genital cavities. Scientists name each member, or type of virus, with a number, in order of the viruses' discovery. Many types are harmless, some cause warts on the hands or feet, and others make fleshy bumps sprout on the genitals. HPV infection is common: More than one-half of all women between the ages of 14 and 59 catch a genital HPV. Though some "low risk" types trigger skin growths, they don't lead to the unchecked growth typical of cancer. A handful of HPVs, however, do.

Le hpv est une famille de 150 virus, ils ne conduisent pas tous au cancer mais une poignée le font.

Like their less-dangerous relatives, "high-risk" types slip into people's bodies through tiny tears in the body's mucosa. Normally, the body sweeps out pesky HPV intruders, but when high-risk HPVs stick around, they can cause cancer. They set up shop in the moist membranes of the anus, genitals, and mouth, shedding new viral spawn as old cells slough off. New viruses hide in these flakes of dead cells and can move from body part to body part -- like from the vagina to the anus -- or from person to person.

Les virus peuvent aller d'une partie du corps à une autre et d'une personne à une autre.

Human cells infected with high-risk HPVs have trouble stopping mistakes made in new cells. The infected cells are like an auto assembly line with no supervisor: New cars roll off the line, but some are missing pieces. Just as production mistakes can make a car ride dangerous, mistakes in infected mucosa can drive a cell toward cancer. In cervical cancers, early signs of the disease show up as precancerous lesions -- clumps of cells that can morph into cancer. Because HPV-linked cancers grow slowly, more than 20 years can pass between infection and signs of the disease.

Les signes précoces de maladies sont des lésions pré-cancéreuses . Plus de 20 ans peuvent se passer entre l'infection et des signes de la maladie

The Pap smear, a test that collects and examines cervical cells, can catch these signs early, giving patients a chance to treat the disease before it tumbles out of control. The test has been valuable for women: From 2000 to 2009, cervical cancer rates in the U.S. dropped. Used with a DNA test to spot high-risk HPVs, traditional Pap smears may be even more powerful. Still, in 2009, nearly 12,000 women were diagnosed with cervical cancer. And rates of other HPV-linked cancers have been creeping up. Nearly 13,000 new cases of mouth and throat, or oropharynx, cancer were reported in 2009; the vast majority was in men. Anal cancer rates are also climbing, especially for black and white adults. Unlike cervical cancer, there is no approved screen for other HPV-linked cancers. But there may be a way to prevent them -- without the need to screen first for early lesions -- and to trim cervical cancer rates even further.

Le pap test peut percevoir des signes précocement et donner une chance aux patientes de traiter la maladie. Pour les hommes, le virus peut être présent dans la bouche , la gorge, l'anus et il n'y a pas de test approprié mais il y a un moyen de prévenir.

How does the HPV vaccine work?

In 2006, the FDA approved a vaccine for HPV in girls and young women. The vaccine, Gardasil, is a series of three shots spaced over six months. The injections protect against infection by four types of HPV: types 16 and 18 -- the two responsible for most cervical, anal, genital, and oropharynx cancers -- and types 6 and 11 -- two that trigger most genital warts. Three years later, the FDA approved the vaccine for use in boys and young men. In 2009, the FDA also approved a second vaccine, Cervarix, aimed at types 16 and 18.

Il y a un vaccin contre le HPV pour les jeunes filles et les jeunes hommes. Gardasil est une série de vaccins espacée de 6 mois qui protège de 4 virus qui sont responsables de la plupart des cancers. Même un second vaccin Cervarix a été approuvé par la FDA.

Both vaccines prevent people from getting HPV infections by helping the body stockpile a medley of cellular defenses. The vaccines give the body a sneak peek at HPV -- like flashing a picture of the virus's face on America's Most Wanted. Because the vaccines mimic HPV's shell -- a sturdy coat that wraps around the virus's DNA -- they can show the body what to look for without exposing it to harmful viral genes. When HPV knocks on the skin's door, a vaccinated person's immune system can answer with protections ready.

When HPV infects an unvaccinated person, the immune system stays alert in case the virus drops in again. The body's defenses are strong -- they'll usually snuff out new infections. But the defenses of a vaccinated person can be more than 1000 times stronger. This means the vaccines' protection could last a long time without the need for a booster shot -- perhaps even a lifetime.

How effective is the HPV vaccine?

In clinical trials, both vaccines blocked infection by the cancer-causing HPV types, 16 and 18, and prevented almost 100 percent of cervical lesions. Blocking infection by type 16 and 18 may stave off other cancers too. These high-risk viruses cause nearly all anal, oropharyngeal, and genital cancers that are HPV-positive. Stopping HPV can also keep warts from popping up: In a clinical trial of young men, vaccination with Gardasil slashed the rate of genital warts by nearly 90 percent.

Les vaccins préviennent presque 100% des HPV type 16 et 18 et ils peuvent protéger des autres cancers aussi. les vaccin abaissent le taux des maladies génitales de 90% pour les jeunes hommes.

In 2010, fewer than one in three U.S. teenage girls had received the full three-dose series. The numbers are even more modest for teenage boys. Series completion rates were especially low for Hispanic girls, poor girls, and girls without private insurance. Southern states tended to fare poorly as well. Only 20 percent of girls in Alabama and Mississippi received three doses of the HPV vaccine, compared to 55 percent in Rhode Island and 47 percent in Massachusetts.

Seulement 20% des filles en Alabama reçoivent le vaccin contre 55% au Rhode Island.

Researchers have shown that even two doses may help safeguard against HPV. Now, scientists are working to make a single vaccine that blocks infection by all HPV types -- wart-causing and cancer-causing ones alike. Today's vaccines, however, can prevent infection by two of the most common high-risk HPVs, and may be the first step toward preventing HPV-linked cancers.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Vaccination contre le VPH   Lun 23 Juil 2012 - 14:28

Par Michel Maietta, Sidaction < 23/07/12

A la conférence Eurogin 2012 qui se tenait du 8 au 11 juillet à Prague, le ton a été donné dès le début des sessions scientifiques par Margaret Stanley, virologue et biologiste de l'épithélium, à l'Université de Cambridge: le Papilloma Virus Humain1(HPV) est à l'origine de 5,2% de tous les cancers au niveau mondial.

Les cancers associés à l'HPV augmentent de façon dramatique chez les hommes, et si l'on se concentre sur la sous-population des hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes (MSM) et vivant avec le VIH, on peut clairement parler d'une dimension épidémique : il est urgent de vacciner la population masculine !

De nombreuses études, notamment celle menée par le Dr Anne Giuliano du Moffitt Cancer Center et celle du Dr Palesky J. de l'Université de Californie, confirment cette tendance.

Le Dr Anne Giuliano affirme que la prévalence des infections à HPV est supérieure chez les hommes. Par ailleurs, la séroprévalence et la séroconversion à l'HPV 16, 18, 6 et 11, et donc la production et présence d'anticorps spécifiques, est bien plus basse chez les hommes que chez les femmes après exposition au virus.

Encore plus inquiétant : pour des raisons encore inconnues, les infections à HPV au niveau oral sont également plus importantes chez les hommes que chez les femmes.

Le Dr Palesky, spécialiste du cancer anal, affirme que l'incidence de ce cancer croit de 2% par an, toutes populations confondues ; mais lorsqu'on se concentre sur les MSM vivant avec le VIH, certaines études révèlent une incidence supérieure à 100/100,000, et cette tendance ne semble pas du tout être impactée par l'utilisation des nouvelles thérapies antirétrovirales.

Le Dr Palensky défend la pertinence de la vaccination masculine en s'appuyant sur une étude qui montre la réduction de l'incidence des cancers anaux de 77% chez les MSM auxquels on avait administré le vaccin quadrivalent Gardasil®, versus placebo (Palensky J. et al. NEJM 2011, 365 : 1576-85)

Qu'attendons-nous? Margaret Stanley l'affirme sans ambigüité: si l'on continue à vacciner uniquement la population féminine en considérant que la population masculine bénéficiera d'une protection indirecte, dans 15 ans la population masculine sera définitivement la plus affectée par les cancers dus à l'HPV (Chaturvedi AK et al. J. Clin Oncol 2011 ; 29. 4294-4301).

> Ce texte a été publié dans une version plus courte sur Sidaction.org.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Vaccination contre le VPH   Lun 9 Juil 2012 - 13:37

(July 9, 2012) — The HPV vaccine not only has resulted in a decrease in human papillomavirus infection in immunized teens but also in teens who were not immunized.

Le vaccin contre le virus VPH n'a pas seulement résulté en une décroissance de l'infection en papillomavirus chez les ados qui ont reçu le vaccin mais aussi chez celles qui ne l'ont pas reçus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Vaccination contre le VPH   Mar 25 Oct 2011 - 15:09

WASHINGTON — Un comité d'experts américains a recommandé mardi la vaccination des jeunes garçons contre les papillomavirus humains (HPV) transmis sexuellement et responsables de maladies vénériennes dont des cancers.

Ces recommandations issues d'un comité consultatif doivent encore être approuvées par les Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (CDC) qui généralement les entérinent.

Ce comité recommande de vacciner tous les garçons à partir de onze ou douze ans avec trois doses du vaccin HPV4, indique un communiqué des CDC.

Cette vaccination, déjà approuvée pour les jeunes filles par les CDC, permettra de protéger les garçons contre certaines infections transmises sexuellement ainsi que contre certains cancers.

Etendre la vaccination contre les HPV aux garçons offrirait également une protection indirecte pour les femmes en réduisant la transmission des HPV notamment responsables des cancers du col de l'utérus.

Les CDC recommandent déjà une vaccination routinière des jeunes filles à partir de onze ou douze ans.

Le comité devait aussi faire une recommandation de l'âge maximum auquel une telle vaccination pourrait encore être faite chez les jeunes hommes. Comme pour les filles la vaccination est recommandée jeune avant qu'ils ne deviennent sexuellement actifs.

Il existe deux vaccins contre les HPV qui tous deux protègent contre les deux principaux types de ces virus responsables de cancer.

Selon les CDC, ces deux variantes du papillomavirus sont responsables chaque année aux Etats-Unis de 15.000 cancers chez les femmes et de 7.000 chez les hommes.

Si les CDC entérinent, comme cela est probable, d'étendre la vaccination contre les HPV aux garçons pré-adolescents, on peut s'attendre à ce que cela suscite de nouveau la fureur parmi les parents américains conservateurs.

Ces derniers affirment qu'une telle campagne de vaccination risque d'encourager des comportements sexuels débridés chez les jeunes adolescents.

La vaccination contre les HPV pour les jeunes filles est devenue un sujet dans la campagne présidentielle américaine alors que plusieurs candidats à l'investiture républicaine se sont prononcés contre le fait de rendre ce vaccin obligatoire.

La très conservatrice Michele Bachmann a même affirmé sans aucun fondement que ce vaccin était "responsable de retard mental" chez certains sujets. Elle est ensuite revenue sur ses propos.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Vaccination contre le VPH   Lun 27 Déc 2010 - 12:44

Le vaccin contre le virus du papillome humain (VPH) est aussi efficace que prévu, selon une nouvelle étude internationale. Les souches que vise le vaccin sont responsables de 75% des cancers du col de l'utérus du type le plus courant et de 94% du type qui est au deuxième rang des plus courants.
«Nos résultats confirment ce qu'on savait déjà, mais avec une force statistique très grande», explique Silvia de Sanjos, de l'Institut catalan d'oncologie, à Barcelone, auteure principale de l'étude publiée dans le Lancet. «De plus, d'autres études ont montré que la couverture du vaccin maintient sa force pendant au moins huit ans. On arrive au seuil des dix ans qui ferait du vaccin un bon investissement de santé publique.»

L'étude a analysé 10 600 cas de cancer du col de l'utérus dans 38 pays, dont le Canada. En 2008, une étude avait utilisé des résultats préliminaires pour conclure que, dans le meilleur des cas, la vaccination contre le VPH, maladie transmise sexuellement, coûte de 35 000$ à 40 000$US par année de vie sauvée. L'étude concluait que le programme était rentable parce qu'il se situait sous la limite de 50 000$US par année de vie sauvée, mais est souvent citée par les opposants au vaccin.

Étude trop pointue?


À la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec, qui considère que les sommes consacrées au vaccin seraient mieux utilisées dans de nouvelles campagnes de prévention et de dépistage précoce, la présidente, Régine Laurent, considère que la nouvelle étude est trop pointue pour changer cette prise de position. «Nous considérons que le vaccin va donner un faux sentiment de sécurité aux jeunes femmes, dit Mme Laurent. De plus, il semble que le vaccin réveille des souches dormantes.»

L'affirmation de Mme Laurent sur les souches dormantes provient d'une analyse réalisée par des médecins de l'île de la Réunion, qui n'a pas été soumise à un comité de lecture (peer review), mais est souvent citée par les opposants au vaccin. L'auteur principal de l'analyse, Philippe de Chazournes, s'était aussi illustré durant la vaccination contre la grippe A (H1N1), l'an dernier, en affirmant que les autorités avaient créé un climat de panique inutile et exagéré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Vaccination contre le VPH   Dim 2 Mai 2010 - 17:11

Au Nouveau-Brunswick, le gouvernement songe à administrer le vaccin contre le virus du papillome humain aux jeunes garçons. Jusqu'ici, seules les jeunes filles de 12 ans reçoivent ce vaccin, qui prévient le cancer du col de l'utérus.
Rappelons que le programme de vaccination contre le virus a été mis en veilleuse cette année au Nouveau-Brunswick. Le ministère provincial de la Santé a préféré consacrer les ressources disponibles à la campagne intensive de vaccination contre la grippe A (H1N1).
L'inoculation contre le virus du papillome humain reprendra donc à l'automne. Il faudra alors vacciner les jeunes filles de 12 ans et celles de 13 ans qui n'ont pu être vaccinées cette année.
Le Dr Yves Légère, médecin hygiéniste régional, explique que la vaccination pour les jeunes garçons, qui est présentement à l'étude, serait efficace pour prévenir des infections génitales et certains types de cancers.
« Il y a des études récentes qui démontrent qu'il pourrait y avoir certainement des bénéfices au niveau d'offrir cette protection-là aux jeunes garçons, soit au niveau de la prévention des verrues génitales ou bien aussi même à la prévention de certains cancers. Il y a un organisme au niveau national qui est en train de réviser toutes ces études-là pour finalement faire une recommandation aux provinces », dit-il.
Le Dr Légère estime que les filles pourraient bénéficier du vaccin administré aux garçons. Il précise que si l'on recommande d'inoculer les jeunes garçons, les premiers vaccins ne seront pas administrés avant l'automne 2011 au plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Vaccination contre le VPH   Jeu 18 Déc 2008 - 16:51

Foire aux questions sur le VPH à l'intention des mères




Vous avez vu les publicités télévisées et lu des articles à ce sujet, mais pourquoi faire tout un plat à propos du VPH?
Il s'agit d'un des virus les plus courants et certains types peuvent se transformer en cancer. Tous les ans, 1 500 Canadiennes reçoivent un diagnostic de cancer du col utérin et 580 femmes décèdent des causes de cette maladie. C'est pourquoi le gouvernement fédéral a alloué un budget de 300 millions de dollars en vue de programmes d'immunisation provinciaux partout au pays à la suite de l'approbation du vaccin par Santé Canada.

Une kyrielle de renseignements sur le VPH circule de nos jours. Comme vous envisagez faire vacciner votre fille, vous voulez obtenir des renseignements fiables. Nos spécialistes répondent à vos questions les plus fréquemment posées sur le VPH et sur la vaccination de votre fille.

Qu'est-ce que le VPH et pourquoi devrais-je m'en préoccuper?
Le virus du papillome humain, ou VPH, est l'infection transmissible sexuellement (ITS) la plus courante dans le monde aujourd'hui. On estime que huit Canadiens sur 10 en sont atteints à un moment donné dans leur vie. La plupart des types de VPH sont inoffensifs et disparaissent d'eux-mêmes. Certaines infections peuvent causer des verrues génitales, mais dans des cas rares, certains types de VPH peuvent se transformer en cancers du col utérin, du vagin, de la vulve ou de l'anus.

Il existe un vaccin anti-VPH grandement efficace pour prévenir 70 % des infections cancéreuses au VPH (types 16 et 18) et 90 % des types de VPH qui causent les verrues génitales.

Ma fille devrait-elle se faire vacciner?
Faire vacciner votre fille contre le VPH est une décision que vous pouvez prendre pour qu'elle soit en santé et en sécurité. Le VPH se transmet facilement d'une personne à une autre et ne présente souvent aucun signe ou symptôme. C'est le genre d'infection que votre fille peut acquérir sans le savoir. Il n'existe aucun test sanguin pour détecter le VPH. À moins que les résultats de son test de Pap soient anormaux, votre fille pourrait ne jamais se rendre compte qu'elle est atteinte du virus. Une infection non diagnostiquée pourrait se transformer en cancer.

Ma fille est trop jeune pour penser au sexe. N'est-il pas un peu tôt pour penser à la faire vacciner maintenant?
Puisque la vaccination anti-VPH a été conçue pour prévenir le VPH, et non pour le traiter, elle sera plus efficace si elle est administrée avant les premières relations sexuelles. On recommande à toutes les Canadiennes âgées entre 9 et 26 ans de se faire vacciner contre le VPH. Les recherches nous démontrent que la vaccination anti-VPH fournit la protection la plus solide et durable (anticorps) aux filles âgées entre 9 et 13 ans.

Ainsi, même si votre adolescente n'est pas encore active sur le plan sexuel maintenant, elle le sera probablement un jour. Comme huit Canadiens sur 10 deviennent infectés par le VPH pendant leur vie, il est probable que votre fille soit exposée au VPH, soit le type d'infection transmissible sexuellement le plus courant au Canada.

Ma fille est déjà active sur le plan sexuel. Est-il trop tard pour qu'elle se fasse vacciner?
La vaccination est recommandée pour les filles de moins de 26 ans, peu importe si elles sont déjà atteintes par le VPH ou si elles sont déjà actives sur le plan sexuel. Le vaccin ne guérira pas une infection existante, mais est grandement efficace pour prévenir d'autres types de VPH couverts par le vaccin.

La vaccination est-elle sécuritaire? Y a-t-il des effets indésirables?
Santé Canada a approuvé la vaccination anti-VPH pour les filles et les jeunes femmes âgées entre 9 et 26 ans. Peu d'effets indésirables ont été déclarés et le plus courant est une douleur de courte durée au point d'injection. Le VPH ne se transmet pas par la vaccination, car le vaccin ne contient aucun virus actif ou inactif, ni d'agents de conservation, ni de latex ou d'antibiotiques, comme le thimérosal ou le mercure.

Comment puis-je protéger ma fille contre le VPH?
Envisagez de faire vacciner votre fille lorsqu'elle est jeune. La vaccination est plus efficace lorsqu'elle est administrée avant les premières relations sexuelles. Mais une jeune fille peut quand même se faire vacciner même si elle est déjà active sur le plan sexuel, est infectée par le VPH ou a déjà été atteinte de l'infection. Demandez des renseignements sur la vaccination anti-VPH à un médecin ou auprès d'une clinique de santé. Plus le vaccin est administré tôt, plus il est efficace.

Parlez également du test de Pap à votre fille et misez sur son importance pour sa santé au fur et à mesure qu'elle vieillit. Même si votre fille s'est fait vaccinée contre le VPH, un test de Pap dans les trois ans suivant ses premières relations sexuelles, et par la suite aux intervalles recommandés par le médecin, est le seul moyen de détecter les premiers signes du cancer du col utérin. Assurez-vous qu'elle subit un test de Pap dans les trois ans suivant ses premières relations sexuelles. Si votre fille devient active sur le plan sexuel, son meilleur moyen de défense est d'avoir recours aux condoms régulièrement et de limiter le nombre de partenaires sexuels.
Pour obtenir davantage de renseignements, visitez www.infovph.ca. Vous trouverez en ligne tout ce dont vous avez besoin de savoir pour prévenir et traiter le VPH. Protégez-vous ainsi que votre fille contre le VPH.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Vaccination contre le VPH   Jeu 13 Nov 2008 - 16:08

Peut-être que l'idée est que les gens passent des tests quand même et ne se fie pas seulement sur le vaccin. Je ne sais pas j'ai de la difficulté à suivre son raisonnement. Il y a aussi des gens qui contestent n'importe quelle vaccination parce que c'est un acte médical et qu'il y a un risque associé même si ce risque est minime.

Peut-être qu'une personne qui a le cancer comme moi se réjouit très vite des avancées, ou supposé telle, contre le cancer...peut-être qu'une infirmière et qui plus est, est une présidente de réseau pour la santé des femmes a des informations que je n'ai pas.

Je ne suis pas nécessairement d'accord avec les raisons qu'elles donnent dans le sens que 10% de personnes d'un groupe qui vont contracter un cancer ça me parait suffisant à moi pour en faire des tonnes et vacciner tout le monde plutot que de se fier sur les individus pour aller passer un test parce que les gens ont peur des tests à ause des résultats possibles. Et elle parle d'attendre 5 ans en plus... Je ne comprends pas que l'on puisse souhaiter attendre avant d'éviter à des gens d'avoir le cancer.

Pour le 50 millions...le gouvernement en dépense 80 pour une élection que tout le monde, ou à peu près, ne souhaitait pas...

Enfin, j'espère que ça ne fait pas partie d'une espèce de négociation pour diriger le 50 millions vers le salaire des infirmières, ce serait déplorable bien sûr mais il doit y avoir juste moi pour penser des choses semblables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Optimiste
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 4838
Date d'inscription : 27/02/2005

MessageSujet: Vaccination contre le VPH   Jeu 13 Nov 2008 - 15:35

J'ai donc trouvé cet article sur le forum Francophonia , et c'est une des animatrices du forum qui l'y avait poste dans un souci legitime d'information ...Je dois dire que j'ai ete surprise de lire cela et vous savez quel est mon choix ..[/b]


Québec: la campagne de vaccination contre le VPH ne fait pas l'unanimité!

Alors que le gouvernement québécois a lancé son vaste programme de
vaccination contre le virus du papillome humain (VPH) depuis le 1
septembre dernier, le Réseau Québécois d'Action pour la Santé de la
Femme admet cependant avoir des doutes quant à la justification d'une
campagne préventive de telle ampleur.



Selon l'infirmière
qui préside le réseau, madame Claire Dubé, le gouvernement du Québec
dépensera près de 50 millions de dollars dans le but de vacciner les
jeunes filles contre le virus du papillome humain, une infection qui se
transmet lors de rapports sexuels et qui est fortement associée au
cancer de l'utérus.

Toutefois, toujours selon Claire Dubé,
cette vaccination massive ne serait pas essentielle puisque ce virus
serait supprimé de façon naturelle par l'organisme chez environs 90 %
des personnes.

Si le réseau québécois d'action pour la santé
de la femme approuve tout de même l'efficacité du vaccin Gardasil pour
enrayer le VPH, il note cependant que ses bienfaits ne sont démontrés
efficaces que sur une durée de 5 années, et estime donc qu'il serait
préférable d'attendre la mise au jours d'autres résultats de recherche.


Ainsi, pour l'infirmière, il n'en demeure pas moins que malgré
l'utilisation du vaccin Gardasil afin de prémunir les jeunes filles du
virus du papillome humain, le test PAP représentera toujours l'examen
de dépistage le plus efficace pour lutter contre le cancer du col de
l'utérus.

Source: Radio-Canada
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vaccination contre le VPH   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vaccination contre le VPH
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vaccination contre H1N1 et troubles neurologiques ...et auto-immuns!
» Vaccination contre le VPH
» La vaccination des volailles contre le virus du H5N1
» Le tétanos et les mensonges de la vaccination
» Vaccination

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Prévention-
Sauter vers: