AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La protéine LEM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: La protéine LEM   Jeu 16 Avr 2015 - 17:12

Scientists have discovered a protein that plays a central role in promoting immunity to viruses and cancer, opening the door to new therapies.

Experiments in mice and human cells have shown that the protein promotes the proliferation of cytotoxic T cells, which kill cancer cells and cells infected with viruses. The discovery was unexpected because the new protein had no known function and doesn’t resemble any other protein.

Researchers from Imperial College London who led the study are now developing a gene therapy designed to boost the infection-fighting cells, and hope to begin human trials in three years.

The study also involved researchers at Queen Mary University of London, ETH Zurich and Harvard Medical School. Their discovery, which has been six years in the making, is reported today in the journal Science.

Cytotoxic T cells are an important component of the immune system, but when faced with serious infections or advanced cancer, they are often unable to proliferate in large enough quantities to fight the disease.

By screening mice with genetic mutations, the Imperial team discovered a strain of mice that produced 10 times as many cytotoxic T cells when infected with a virus compared with normal mice. These mice suppressed the infection more effectively, and were more resistant to cancer. They also produced more of a second type of T cells, memory cells, enabling them to recognise infections they have encountered previously and launch a rapid response.

The mice with enhanced immunity produced high levels of a hitherto unknown protein, which the researchers named lymphocyte expansion molecule, or LEM. They went on to show that LEM modulates the proliferation of human T cells as well as in mice.

The researchers now aim to develop a gene therapy designed to improve immunity by boosting the production of LEM. With the support of Imperial Innovations, the technology commercialisation company for the College, the researchers have filed two patents. A company called ImmunarT has been formed with the aim of commercialising the technology.

Professor Philip Ashton-Rickardt from the Section of Immunobiology in the Department of Medicine at Imperial, who led the study, said: “Cancer cells have ways to suppress T cell activity, helping them to escape the immune system. Genetically engineering T cells to augment their ability to fight cancer has been a goal for some time and techniques for modifying them already exist. By introducing an active version of the LEM gene into the T cells of cancer patients, we hope we can provide a robust treatment for patients.

“Next we will test the therapy in mice, make sure it is safe and see if it can be combined with other therapies. If all goes well, we hope to be ready to carry out human trials in about three years.”

Dr Claudio Mauro, who led the research from the Centre for Biochemical Pharmacology, based within Queen Mary University of London’s William Harvey Research Institute, said: “This study has identified the novel protein LEM and unlocked an unexpected way of enhancing the ability of our immune system to fight viruses or cancers. This is based on the ability of the protein LEM to regulate specific energy circuits, and particularly mitochondrial respiration, in a subset of white blood cells known as cytotoxic T cells. This discovery has immediate consequences for the delivery of innovative therapeutic approaches to cancer. Its ramifications, however, are far greater as they can help explaining the biological mechanisms of widespread human diseases involving altered immune and inflammatory responses. These include chronic inflammatory and autoimmune disorders, such as atherosclerosis and rheumatoid arthritis.”

The research was funded by the Medical Research Council, the Wellcome Trust and the British Heart Foundation.

Dr Mike Turner, Head of Infection and Immunobiology at The Wellcome Trust, said: “The discovery of a protein that could boost the immune response to not only cancer, but also to viruses, is a fascinating one. Further investigation in animal models is needed before human trials can commence, but there is potential for a new type of treatment that capitalises on the immune system’s innate ability to detect and kill abnormal cells.”

Les scientifiques ont découvert une protéine qui joue un rôle central dans la promotion de l'immunité aux virus et au cancer, ouvrant la porte à de nouvelles thérapies.

Des expériences chez la souris et les cellules humaines ont montré que la protéine promeut la prolifération de cellules T cytotoxiques qui tuent les cellules cancéreuses et les cellules infectées par des virus. La découverte était inattendue parce que la nouvelle protéine n' avait pas de fonction connue et ne ressemblait à aucune autre protéine.

Des chercheurs de l'Imperial College de Londres, qui a dirigé l'étude sont en train de développer une thérapie génique conçu pour stimuler les cellules qui combattent l'infection, et nous espérons commencer les essais humains d'ici trois ans.

L'étude a également impliqué des chercheurs de l'Université Queen Mary de Londres, d'ETH Zurich et de la Harvard Medical School. Leur découverte, qui a pris six ans à peaufiner, est annoncé aujourd'hui dans la revue Science.

Les cellules T cytotoxiques sont une composante importante du système immunitaire, mais lorsqu'ils sont confrontés à des infections graves ou d'un cancer avancé, elles sont souvent incapables de proliférer en quantités suffisantes pour combattre la maladie.

En criblant des souris avec des mutations génétiques, l'équipe Imperial découvert une souche de souris qui a produit 10 fois plus de cellules T cytotoxiques lorsqu'elles sont infectées par un virus par rapport aux souris normales. Ces souris ont supprimé l'infection plus efficacement, et étaient plus résistants au cancer. Elles ont également produit plus d'un second type de cellules T, des cellules de mémoire, leur permettant de reconnaître les infections qu'ils ont rencontrés précédemment et de lancer une réponse rapide.

Les souris à immunité renforcée produit des niveaux élevés d'une protéine inconnue jusqu'ici, que les chercheurs ont nommé molécule d'expansion des lymphocytes, ou LEM. Ils sont allés à montrer que LEM module la prolifération des cellules T humaines ainsi que chez les souris.

Les chercheurs souhaitent maintenant développer une thérapie génique visant à améliorer l'immunité en stimulant la production de LEM. Avec le soutien de Imperial Innovations, la société de commercialisation de la technologie pour le Collège, les chercheurs ont déposé deux brevets. Une compagnie appelée ImmunarT a été formé dans le but de commercialiser la technologie.

Le professeur Philip Ashton-Rickardt de la Section d'immunobiologie au Département de médecine de l'Imperial, qui a dirigé l'étude, a déclaré: "Les cellules cancéreuses ont des moyens pour supprimer l'activité des lymphocytes T, ce qui les aide à échapper au système immunitaire. Les cellules T génétiquement modifées pour augmenter leur capacité à lutter contre le cancer a été un objectif pour un certain temps et les techniques pour modifier existent déjà. En introduisant une version active du gène LEM dans les cellules de patients atteints de cancer T, nous espérons que nous pouvons fournir un traitement robuste pour les patients.

"Ensuite, nous allons tester la thérapie chez les souris, et nous assurer qu'elle est sûre et voir si elle peut être combinée avec d'autres thérapies. Si tout va bien, nous espérons être prêts à effectuer des essais humains dans environ trois ans ".

Le dr Claudio Mauro, qui a dirigé la recherche a déclaré: «Cette étude a identifié la protéine nouvelle LEM et a ouvert d'une manière inattendue la capacité de notre immunitaire système de lutter contre le virus ou des cancers. Ceci est basé sur la capacité de la protéine de LEM à réguler des circuits d'énergie spécifiques, et la respiration mitochondriale en particulier, dans un sous-ensemble de globules blancs appelés cellules T cytotoxiques. Cette découverte a des conséquences immédiates pour la livraison des approches thérapeutiques innovantes au cancer. Ses ramifications, cependant, sont beaucoup plus importantes, car elles peuvent aider à expliquer les mécanismes biologiques de maladies humaines répandues impliquant des réponses immunitaires et inflammatoires modifiés. Celles-ci comprennent des troubles inflammatoires et auto-immunes chroniques, comme la polyarthrite rhumatoïde et l'athérosclérose ».

La recherche a été financée par le Conseil de recherches médicales, le Wellcome Trust et la British Heart Foundation.

Le dr Mike Turner, chef des maladies infectieuses et immunobiologie a déclaré: "La découverte d'une protéine qui pourrait stimuler la réponse immunitaire au cancer, et aux virus, est fascinante. Une enquête plus poussée dans des modèles animaux est nécessaire avant que des essais humains puissent commencer, mais il y a un potentiel pour un nouveau type de traitement qui capitalise sur la capacité innée du système immunitaire pour détecter et détruire les cellules anormales ".

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: La protéine LEM   Mer 14 Jan 2009 - 18:49

(Jan. 14, 2009) — Scientists at Albert Einstein College of Medicine of Yeshiva University have identified a small intracellular protein that helps cells commit suicide. The finding could lead to drugs for combating cancer and other diseases characterized by overproduction of cells.

Les scientifiques ont découvert une petite molécule qui aide les cellules à se suicider. La découverte pourrait conduire à de nouveaux médicaments pour combattre le cancer et d'autre maladies caractérisées par la production de cellules.

The research was led by the late Dennis Shields, Ph.D., a professor in Einstein's Department of Developmental and Molecular Biology for 30 years, who died unexpectedly in December.

In response to stress or as a natural part of aging, many cells undergo programmed suicide, also known as apoptosis. Cancer cells often become immortal and dangerous by developing the ability to suppress apoptosis.

En réponse à un stress ou au veillissement, plusieurs cellules échappent au programme du suicide connu sous le nom d'apoptose. Les cellules cancéreuses deviennent souvent immortelles et dangeureuses en développant leur capacité de supprimer l'apoptose.

A decade ago apoptosis was thought to be directed solely by the nucleus and mitochondria of cells. Dr. Shields' laboratory was the first to show that a cellular organelle known as the Golgi apparatus also plays a role in apoptosis.

The Golgi package proteins and other substances made by cells and direct them to their destination within the cell. A protein called p115 is vital for maintaining the structure of the Golgi. In earlier research, Dr. Shields' group demonstrated that the Golgi's p115 protein splits into two pieces early in apoptosis and that the smaller of these protein fragments—205 amino acids in length—helps to maintain the cell-suicide process.

Une protéine appelé p115 est vital pour le maintien de la structure Golgi. Dans une recherche précédente, il a été démontré que la protéine Golgi se divise en deux et que la plus petite de ces protéines - une chaine de 205 acides aminés - aide à maintenit le processu suicidaire de la cellule.

In the present study, the Einstein researchers identified the smallest region of this p115 protein fragment that is required for apoptosis: a peptide of just 26 amino acids in length that exerts its apoptotic action by traveling to the nucleus.

Dans la présente étude, les chercheurs identifient la plus petite des régions de cette protéine p115 qui est requise pour l'apoptose : un peptide de 26 acides aminés.

_________________


Dernière édition par Denis le Jeu 16 Avr 2015 - 17:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La protéine LEM
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Manque de protéines? attention danger!
» protéines de soja structurées
» Protége genoux
» Vulgarisation 4 - Les protéines
» Comment protéger ses yeux au mieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: