AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Certaines molécules naturelles contre le cancer.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Certaines molécules naturelles contre le cancer.   Mar 12 Jan 2016 - 13:03

Nisin, a naturally occurring food preservative that grows on dairy products, delivers a one-two punch to two of medicine's most lethal maladies: cancer and deadly, antibiotic-resistant bacteria.

A new University of Michigan study found that feeding rats a "nisin milkshake" killed 70-80 percent of head and neck tumor cells after nine weeks and extended survival, said Dr. Yvonne Kapila, a professor at the University of Michigan School of Dentistry.

Kapila has studied nisin in cancerous tumors and as an antimicrobial to combat diseases of the mouth. After nine weeks of nisin treatment, tumors were comparable to tumors at three weeks.

Kapila's group has published positive results with less potent nisin, but the highly purified nisin ZP used in the present study nearly doubled its effectiveness. The dosage of 800 mg/kg given to mice would translate to a pill a little bigger than a third of an Advil per kilogram of body weight for people.

Nisin, a colorless, tasteless powder, is typically added to food at the rate of .25 to 37.5 mg/kg. Many foods contain nisin, but nowhere near the 800 mg/kg needed to kill cancer cells.

Several products available to consumers also contain nisin--creams and pharmaceuticals to fight infection and mastitis, and a sanitizer in lactating cows.

While promising, the results are small and in mice only, so it's too early to say if nisin will act the same way in humans, Kapila said.

Nisin also fights deadly bacteria such as antibiotic-resistant MRSA. In a recent review paper, Kapila's group looked at experimental uses of nisin to treat 30 different types of cancer; infections of the skin, respiratory system and abdomen; and oral health.

"To date, nobody had found bacteria from humans or living animals that is resistant to nisin," Kapila said.

Nisin is lethal to bacteria for two reasons: 1) it binds to a static area of bacteria, which gives nisin the opportunity to work before bacteria changes into an antibiotic-resistant superbug, and 2) nisin kills biofilms--colonies of bacteria that group together into a fortress that thwarts antibiotics.

Another positive is that nisin has withstood the test of time, Kapila said.

"Mother Nature has done a lot of the research for us, it's been tested for thousands of years," she said.

The next step for Kapila's lab will be to test nisin in a clinic setting.

"The application of nisin has advanced beyond its role as a food biopreservative," Kapila said. "Current findings and other published data support nisin's potential use to treat antibiotic resistant infections, periodontal disease and cancer."

---

Nisin (ou nisine ?), un conservateur alimentaire naturel qui pousse sur les produits laitiers, délivre un punch une-deux à deux des maladies les plus mortelles de la médecine: le cancer et des bactéries mortelles, résistantes aux antibiotiques.

Une nouvelle étude de l'Université du Michigan a constaté que l'alimentation des rats avec un «milk-shake de nisine" a tué 70 à 80 pour cent des cellules tumorales de la tête et du cou après neuf semaines de survie prolongée, a déclaré le Dr Yvonne Kapila, professeur à l'Université du Michigan School of Dentistry.

Kapila a étudié la nisine dans les tumeurs cancéreuses et comme agent antimicrobien pour combattre les maladies de la bouche. Après neuf semaines de traitement nisine, les tumeurs étaient comparables aux tumeurs à trois semaines.

Le groupe de Kapila avait publié des résultats positifs avec de la nisine moins puissante, mais la  nisine hautement purifiée utilisée dans la présente étude a presque doublé son efficacité. La dose de 800 mg / kg administré à des souris se traduirait par une pilule un peu plus grand qu'un tiers d'une Advil par kilogramme de poids corporel pour les personnes.

Nisine, une poudre incolore et insipide, est typiquement ajouté à la nourriture, au taux de 0,25 à 37,5 mg / kg. De nombreux aliments contiennent nisine, mais loin des 800 mg / kg nécessaires pour tuer les cellules cancéreuses.

Plusieurs produits offerts aux consommateurs contiennent également nisine - des crèmes et des produits pharmaceutiques pour lutter contre l'infection et la mastite, et un désinfectant pour les vaches en lactation.

Bien que prometteuse, les résultats sont petits et chez la souris uniquement, il est donc trop tôt pour dire si la nisine agira de la même façon chez les humains, dit Kapila.

La Nisine bat également des bactéries mortelles telles que le SARM résistant aux antibiotiques. Dans un document de synthèse récent, le groupe de Kapila regarda les utilisations expérimentales de nisine pour traiter 30 types de cancer différents; les infections de la peau, le système respiratoire et de l'abdomen; et la santé buccodentaire.

«À ce jour, personne n'avait trouvé des bactéries provenant d'êtres humains ou des animaux vivant qui soit résistant à la nisine", a déclaré Kapila.

La nisine est létale pour les bactéries pour deux raisons: 1) il se lie à une zone statique de bactéries, ce qui donne à la nisine l'occasion de travailler avant que les bactéries ne se transforme en une superbactérie résistante aux antibiotiques, et 2) la nisine tue les biofilms - qui sont des colonies de bactéries qui groupe ensemble dans une forteresse qui contrecarre antibiotiques.

Un autre point positif est que la nisine a résisté à l'épreuve du temps, dit Kapila.

"Mère Nature a fait beaucoup de recherches pour nous, la nisine a été testée pendant des milliers d'années», dit-elle.

La prochaine étape pour le laboratoire de Kapila sera de tester la nisine dans un cadre clinique.

"L'application de la nisine a progressé au-delà de son rôle de biopreservative alimentaire", a déclaré Kapila. "Les résultats actuels et d'autres données publiées soutiennent l'utilisation potentielle de la nisine pour traiter des infections résistantes aux antibiotiques, la maladie parodontale et le cancer."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Certaines molécules naturelles contre le cancer.   Lun 13 Juin 2011 - 23:56



Actualité publiée le 28-04-2011 Cancer Prevention Research

Alors que l’incidence du mélanome continue d'augmenter malgré l'utilisation d’écrans solaires, un composé topique appelé ISC-4 pourrait empêcher la formation des lésions du mélanome, selon cette étude de chercheurs du Penn State College of Medicine publiée dans la revue Cancer Prevention Research. Ce concentré de composés naturels présents dans certains légumes déjà reconnus pour leurs propriétés anti-cancéreuses vient de démontrer, en laboratoire, son efficacité à bloquer l'expansion des cellules tumorales de la peau humaine générées par 80 à 90% des tumeurs.
"L'augmentation constante de l'incidence du mélanome suggère que d'autres approches préventives sont nécessaires pour compléter les stratégies existantes», explique le Pr. Gavin Robertson, professeur de pharmacologie, de pathologie, de dermatologie et de chirurgie, et directeur Centre mélanome de la Penn.

Les chercheurs ont ciblé les protéines Akt3, qui jouent un rôle central dans 70% des cas de mélanome en empêchant la mort cellulaire et qui ont le potentiel de prévenir les stades précoces du mélanome. "La voie de signalisation des protéines Akt3 est dérégulée dans la majorité des mélanomes, ce qui en fait une cible prometteuse qui, si elle est inhibée pourrait empêcher la mort cellulaire et les lésions mélanocytaires, empêchant ainsi le développement de la maladie», explique le Pr. Robertson.

Les isothiocyanates ont été identifiés comme des inhibiteurs des protéines Akt3. Ces sont des composés naturels présents dans les légumes comme le brocoli et les choux de Bruxelles qui ont des propriétés naturelles anticancéreuses. Malheureusement, des recherches antérieures ont montré qu'ils n’ont qu’un effet faible de chimiothérapie sur des cellules du mélanome en raison des concentrations élevées nécessaires pour être efficaces. Pour développer une version plus puissante, les chercheurs de Penn State ont développé un composé dérivé, les isoselenocyanates (ISC-4), à base de sélénium.

80 à 90% des tumeurs bloquées: Des chercheurs ont constaté en laboratoire que les applications topiques répétées d’ISC-4 permettent de réduire l'expansion des cellules tumorales de la peau humaine générées par 80 à 90% des tumeurs. La recherche a également montré que l'utilisation de ce nouveau composé est sûre. Pour être un agent efficace de prévention, la substance doit tuer les cellules du mélanome tout en préservant les cellules normales. Or l'ISC-4 tue 2 à 5 fois plus de cellules du mélanome que de cellules normales. En outre, l'examen de la peau traitée ne présente aucune trace de toxicité organique majeure. Le potentiel d'utilisation en application topique est donc démontré.

Des résultats similaires doivent encore être confirmés chez l’Homme: Jusqu’à maintenant la preuve a été obtenue sur la souris qu’ISC-4 peut retarder ou ralentir les lésions mélanocytaires ou le développement des mélanomes dans des modèles précliniques et pourrait donc influer sur les taux d'incidence du mélanome. Actuellement, l'excision chirurgicale est utilisée pour enlever les lésions mélanocytaires ou prévenir le développement des cancers plus agressifs. ISC-4 en traitement topique pourrait être une alternative à la chirurgie pour certains patients.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Certaines molécules naturelles contre le cancer.   Dim 1 Mar 2009 - 11:20



(Mar. 1, 2009) — Compounds extracted from green vegetables such as broccoli and cabbage could be a potent drug against melanoma, according to cancer researchers. Tests on mice suggest that these compounds, when combined with selenium, target tumors more safely and effectively than conventional therapy.

Les molécules extraites de légumes comme le brocoli et le chou pourraient être un médicament puissant contre le mélanome selon les chercheurs. Des tests sur les souris suggèrent que ces molécules, lorsque combiné avec le sélénium, ciblent les tumeurs plus efficacement et de façon plus sécuritaire
que la thérapie conventionnelle.


"There are currently no drugs to target the proteins that trigger melanoma," said Gavin Robertson, associate professor of pharmacology, pathology and dermatology, Penn State College of Medicine. "We have developed drugs from naturally occurring compounds that can inhibit the growth of tumors in mice by 50 to 60 percent with a very low dose."

"Il n'y a pas de médicaments qui ciblent les protéines qui initient le mélanome. Nous avons développé des médicaments à partir de molécules naturelles qui inhibent les tumeurs dans les souris de 50 ou 60% à très petites doses."

Robertson and his colleagues previously showed the therapeutic potential of targeting the Akt3 protein in inhibiting the development of melanoma. The search for a drug to block the protein led them to a class of compounds called isothiocyanates.

Ils ciblent la protéine AKt3 avec des molécules appelées isothiocyanates.

These naturally occurring chemicals found in cruciferous vegetables are known to have certain cancer-fighting properties. However, the potency of these compounds is so low that a successful drug would require large impractical amounts of these compounds.

Instead, the Penn State researchers rewired the compounds by replacing their sulfur bonds with selenium. The result, they believe, is a more potent drug that can be delivered intravenously in low doses.

Les chercheurs ont remplacé les liens de sulfure avec du séléniuim et ils croient que le résultat est un puissant médicament qui peut être délivrer en petites doses en intraveineuse.

"Selenium deficiency is common in cancer patients, including those diagnosed with metastatic melanoma," explained Robertson, whose findings appear in the March edition of Clinical Cancer Research. "Besides, selenium is known to destabilize Akt proteins in prostate cancer cells."

To study the effectiveness of the new drug -- isoselenocyanate -- researchers injected mice with 10 million cancer cells. Six days later, when the animals developed large tumors, they were divided into two groups and treated separately with either the vegetable compounds or the compounds supplemented with selenium.

"We found that the selenium-enhanced compounds significantly reduced the production of Akt3 protein and shut down its signaling network," explained Robertson, who is also associate director of translational research and leader of the experimental therapeutics program at Penn State Hershey Cancer Institute. The modified compounds also reduced the growth of tumors by 60 percent, compared to the vegetable-based compounds alone.

When the researchers exposed three different human melanoma cell lines to the two compounds, the selenium-enhanced drug worked better on some cell lines than others. The efficiency was from 30 to 70 percent depending on the cell line.

The exact mechanism of how selenium inhibits cancer remains unclear. However Robertson, who has a filed provisional patent on the discovery, is convinced that the use of naturally occurring compounds that target cancer-causing proteins could lead to more effective ways of treating melanoma.

"We have harnessed something found in nature to target melanoma," said Robertson. "And since we only need tiny amounts to kill the cancer cells, it means even less toxic side-effects for the patient."

Human trials of the new drug are still some years away, but the Penn State researcher envisions a drug that could be delivered either intravenously to treat melanoma, or added to sunscreen lotion to prevent the disease.

Les essais sur des humains sont encore loin de quelques années.

_________________


Dernière édition par Denis le Mar 12 Jan 2016 - 13:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Certaines molécules naturelles contre le cancer.   Aujourd'hui à 15:55

Revenir en haut Aller en bas
 
Certaines molécules naturelles contre le cancer.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les molécules Dbait pour améliorer l'efficacité des chimios
» molécules en biochimie
» géométrie de molécules - modèle VSEPR
» Des molécules organiques dans la nébuleuse d'Orion
» Une nouvelle molécule dans une algue verte-bleue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: