AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le gène SPOP et Le gène MSMB

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le gène SPOP et Le gène MSMB   Mar 23 Fév 2016 - 10:14

MSMB gene variant alters the association between prostate cancer and number of sexual partners.
Stott-Miller M1, Wright JL, Stanford JL.
Author information
Abstract
BACKGROUND:

Recently, a genetic variant (rs10993994) in the MSMB gene associated with prostate cancer (PCa) risk was shown to correlate with reduced prostate secretory protein of 94 amino acids (PSP94) levels. Although the biological activity of PSP94 is unclear, one of its hypothesized functions is to protect prostatic cells from pathogens. Number of sexual partners and a history of sexually transmitted infections (STIs) have been positively associated with PCa risk, and these associations may be related to pathogen-induced chronic prostatic inflammation. Based on these observations, we investigated whether MSMB genotype modifies the PCa-sexual history association.
METHODS:

We estimated odds ratios (ORs) and 95% confidence intervals (CIs) for the association between number of sexual partners and PCa by fitting logistic regression models, stratified by MSMB genotype, and adjusted for age, family history of PCa, and PCa screening history among 1,239 incident cases and 1,232 controls.
RESULTS:

Compared with 1-4 female sexual partners, men with ≥ 15 such partners who carried the variant T allele of rs10993994 were at increased risk for PCa (OR = 1.32; 95% CI, 1.03-1.71); no association was observed in men with the CC genotype (OR = 1.03; 95% CI, 0.73-1.46; P = 0.05 for interaction). Similar estimates were observed for total sexual partners (any T allele OR = 1.37; 95% CI, 1.07-1.77; CC genotype OR = 1.11; 95% CI, 0.79-1.55; P = 0.06 for interaction).
CONCLUSIONS:

The rs10993994 genotype in the MSMB gene modifies the association between number of sexual partners and PCa risk. These findings support a hypothesized biological mechanism whereby prostatic infection/inflammation may enhance risk of PCa.

© 2013 Wiley Periodicals, Inc.

---

Une variante du gène MSMB modifie l'association entre le cancer de la prostate et le nombre de partenaires sexuels.
Stott-Miller M1, Wright JL, Stanford JL.


CONTEXTE:

Récemment, une variante génétique (rs10993994) dans le gène MSMB associé au risque du cancer de la prostate (CaP) risque connu pour être corrélé à une réduction de la protéine de sécrétion de 94 acides aminés (PSP94) dans la prostate. Bien que l'activité biologique de PSP94 ne soit pas claire, une de ses fonctions que l'on supppose est de protéger les cellules prostatiques contre les agents pathogènes. Le nombre de partenaires sexuels et des antécédents d'infections sexuellement transmissibles (IST) ont été positivement associée à un risque de CaP, et ces associations peut être liée à l'inflammation de la prostate chronique induite par un agent pathogène. Sur la base de ces observations, nous avons examiné si le génotype MSMB modifie l'association PCA- histoire sexuelle.
MÉTHODES:

Nous avons estimé les ratios (RUP) et les intervalles de confiance à 95% (IC) pour l'association entre le nombre de partenaires sexuels et de l'APC par des modèles de régression logistique de montage, stratifiées par MSMB génotype, et ajusté pour l'âge, des antécédents familiaux du cancer de la prostate, et l'histoire de dépistage cancer de la prostate parmi les 1.239 nouveaux cas et 1232 contrôles.

RÉSULTATS:

Par rapport à 1-4 partenaires sexuelles féminines, les hommes avec ≥ 15 ces partenaires qui ont la variante T de rs10993994 étaient à risque accru de cancer de la prostate (OR = 1,32; IC à 95% 1,03 à 1,71); aucune association n'a été observée chez les hommes avec le génotype CC (OR = 1,03; IC à 95% 0,73 à 1,46; P = 0,05 pour l'interaction). Des estimations similaires ont été observés pour les partenaires sexuels totaux (quelle allèle T OR = 1,37; IC à 95% 1,07 à 1,77; génotype CC OR = 1,11; IC à 95% 0,79 à 1,55; P = 0,06 pour l'interaction).

CONCLUSIONS:

Le génotype de rs10993994 dans le gène MSMB modifie l'association entre le nombre de partenaires sexuels et les risques de l'APC. Ces résultats soutiennent l'hypothèse d'un mécanisme biologique par lequel l'infection / inflammation de la prostate peut accroître le risque de cancer de la prostate.

© 2013 Wiley Periodicals, Inc.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le gène SPOP et Le gène MSMB   Sam 31 Oct 2015 - 10:57

The gene SPOP is mutated in up to 15 percent of all cases of prostate cancer, making it one of the most mutated genes in the disease. However, when the gene is functioning properly, it acts as a tumor suppressor. Despite what's known about SPOP, scientists have not been able to determine exactly how the gene is able to halt the progression of disease.

Now, new research from The Wistar Institute has found how SPOP is able to halt tumors by inducing senescence, a state of stable cell cycle arrest, which means that the cells have stopped dividing and growing. With this new information, scientists may be able to design therapeutic strategies that can halt cancers caused by these mutated genes that are able to bypass senescence.

The findings were published online by the journal Cell Reports.

In a paper published in 2012, a large study analyzed mutations in prostate cancer tumors and found that the SPOP gene was the most frequently mutated among genes identified in this cohort, suggesting that tumors exhibiting a mutation of SPOP could be characterized as a specific subtype of the disease. Further studies found several proteins that interact with SPOP, but this information still failed to explain exactly how SPOP is able to suppress tumors.

"Since this mutation appears so frequently in prostate cancer, understanding how it functions as a tumor suppressor when it operates normally helps us determine why the mutated version causes cancer," said Hengrui Zhu, Ph.D., first author of the study and a postdoctoral fellow in the laboratory of Rugang Zhang, Ph.D., associate professor in Wistar's Gene Expression and Regulation program. "Our study shows how SPOP is not only able to induce senescence but how mutated SPOP is able to bypass senescence."

The Zhang laboratory began to unravel this mystery by determining if there was a connection between SPOP and senescence. Indeed, they were able to show that SPOP was found in higher concentrations in senescent cells. Next, they compared samples of wild-type (not mutated) SPOP with their mutated counterparts, which were associated with cancer. Wild-type SPOP samples showed senescent behavior, whereas their cancer-associated mutants were impaired in their ability to induce senescence.

In this study, the research team directly linked this behavior of SPOP to an enzyme called SENP7. The function of SENP7 is not entirely clear, but this study showed just how important it is with regard to SPOP. When SPOP is not mutated, SENP7 remains in check and senescent cells are able to keep cancer activity at bay. To test what happens when SPOP is not functioning properly, the researchers inactivated the gene and observed the effect this had on SENP7. They found that the levels of SENP7 increase enough that cells are able to overcome senescence and become cancerous. Notably, when SENP7 activity was inhibited, prostate cancer cells showed senescent behavior and stopped growing, suggesting that SENP7 might be an important therapeutic target.

"These findings give us reason to believe that we may be able to develop better treatment strategies for SPOP-mutated prostate cancer," said Zhang, the lead author of the study. "Patients with mutated SPOP may be less sensitive to treatments that induce senescence, so that could help them avoid unnecessary treatment and allow physicians to pursue alternate treatment strategies. Likewise, inhibiting SENP7 directly in combination with other targeted therapies for prostate cancer may provide a synergistic effect."

---

Le gène SPOP est muté en jusqu'à 15 pour cent de tous les cas de cancer de la prostate, ce qui en fait l'un des gènes les plus mutés de la maladie. Cependant, lorsque le gène fonctionne correctement, il agit comme un suppresseur de tumeur. Malgré ce qui est connu à propos de SPOP, les scientifiques n'ont pas été en mesure de déterminer exactement comment le gène est capable de stopper la progression de la maladie.

Maintenant, une nouvelle étude de l'institut Wistar a trouvé comment SPOP est capable de stopper les tumeurs en induisant la sénescence, un état de stabilité, l'arrêt du cycle cellulaire, ce qui signifie que les cellules ont arrêté de diviser et de croitre. Avec cette nouvelle information, les scientifiques peuvent être en mesure de concevoir des stratégies thérapeutiques qui peuvent interrompre les cancers causés par ces gènes mutés qui sont en mesure de contourner la sénescence.

Les résultats ont été publiés en ligne par le Journal rapports cellulaires.

Dans un article publié en 2012, une grande étude a analysé les mutations dans les tumeurs cancéreuses de la prostate et a constaté que le gène SPOP a été le plus fréquemment muté parmi les gènes identifiés dans cette cohorte, ce qui suggère que les tumeurs présentant une mutation du SPOP pourraient être caractérisés comme un sous-type spécifique de la maladie. D'autres études ont trouvé plusieurs protéines qui interagissent avec SPOP, mais cette information n'a toujours pas réussi à expliquer exactement comment SPOP est capable de supprimer les tumeurs.

"Parce cette mutation apparaît si souvent dans le cancer de la prostate, de comprendre comment cela fonctionne comme un suppresseur de tumeur quand cela fonctionne normalement nous aide à déterminer pourquoi la version mutée provoque le cancer", a déclaré Hengrui Zhu, Ph.D., premier auteur de l'étude et un stagiaire postdoctoral dans le laboratoire de Rugang Zhang, Ph.D., professeur associé dans le programme de l'expression génique et de Wistar règlement. «Notre étude montre comment SPOP est non seulement capable d'induire la sénescence mais comment le SPOP muté est en mesure de contourner la sénescence."

Le laboratoire Zhang a commencé à démêler ce mystère en déterminant s'il y avait un lien entre SPOP et la sénescence. En effet, ils ont pu montrer que SPOP a été trouvé dans des concentrations plus élevées dans les cellules sénescentes. Ensuite, ils ont comparé des échantillons de type sauvage (non mutée) SPOP avec leurs homologues mutés, qui ont été associés au cancer. les échantillons de SPOP de type sauvage ont montré un comportement sénescent, tandis que leurs mutants associées au cancer ont été dépréciés dans leur capacité à induire la sénescence.

Dans cette étude, l'équipe de recherche directement lié ce comportement de SPOP à une enzyme appelée SENP7. La fonction de SENP7 n'est pas entièrement claire, mais cette étude a montré à quel point elle est importante en ce qui concerne SPOP. Lorsque SPOP est pas muté, SENP7 reste sous contrôle et les cellules sénescentes sont en mesure de maintenir l'activité du cancer pas dangereuse. Pour tester ce qui arrive quand SPOP ne fonctionne pas correctement, les chercheurs ont inactivé le gène et ont observé l'effet que cela a eu sur SENP7. Ils ont trouvé que les niveaux de SENP7 augmente suffisamment les cellules qui sont capables de surmonter la sénescence et devenir cancéreuses. En particulier, lorsque SENP7 a été inhibé, les cellules cancéreuses de la prostate ont montré un comportement de sénescente et ont cessé de se développer, ce qui suggère que SENP7 pourrait être une cible thérapeutique importante.

«Ces résultats nous donnent des raisons de croire que nous pourrions être en mesure de développer de meilleures stratégies de traitement pour le cancer de la prostate avec le SPOP muté," a dit Zhang, l'auteur principal de l'étude. «Les patients atteints de SPOP muté peuvent être moins sensibles aux traitements qui induisent la sénescence, de sorte que cela pourrait les aider à éviter les traitements inutiles et permettre aux médecins de poursuivre des stratégies de traitement de substitution. De même, l'inhibition de SENP7 directement en combinaison avec d'autres thérapies ciblées contre le cancer de la prostate peut fournir un effet synergique effet. "

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Le gène SPOP et Le gène MSMB   Mar 21 Avr 2009 - 2:24

Une équipe de chercheurs a découvert qu'une variation génétique courante serait à l'origine du développement du cancer de la prostate et que le gène incriminé est déjà connu pour jouer un rôle dans le fonctionnement de cette glande, selon des travaux parus lundi.

Des études précédentes avaient déjà identifié des régions dans le génome liées à un risque de cancer de la prostate, mais ces nouveaux travaux vont plus loin en expliquant le mécanisme biologique qui fait que le risque est plus élevé chez certains individus que chez d'autres, soulignent ces chercheurs dont la communication paraît dans les Annales de l'Académie nationale américaine des sciences (PNAS) datée du 20 avril.

Des différences dans la séquence de l'ADN parmi des individus constituent des variations génétiques dont certaines, sont déjà connues pour être liées à un risque accru de certaines maladies dont le cancer de la prostate.
La plus fréquente de ce type de variation est un changement dans une seule nucléotide, un des éléments de base de l'ADN.

Deux récentes études indépendantes sur le génome avaient identifié une variation génétique située dans la région du chromosome 10 qui joue un rôle dans l'expression du gène MSMB. Ce gène produit une protéine qui est un marqueur potentiel du cancer de la prostate. Cette protéine est aussi anti-tumeur.
Ces travaux précédents avaient montré que cette protéine diminue progressivement quand le cancer de la prostate se développe.

Dans cette nouvelle étude, les chercheurs dont une des deux équipes travaillent aux Instituts nationaux américains de la santé (NIH), ont confirmé une relation très forte entre la variation du gène MSMB et le développement du cancer de la prostate.


Dernière édition par Denis le Mar 23 Fév 2016 - 10:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le gène SPOP et Le gène MSMB   Aujourd'hui à 12:13

Revenir en haut Aller en bas
 
Le gène SPOP et Le gène MSMB
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Enigme posée par une petite fille qui ne grandit pas ou le gène de l'immortalité
» Le gène DAPK1
» Le gène BRAF
» Des moyens de bloquer le gène et la protéine p21.
» Peut-on breveter un gène ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: