AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Nouvelle approche pour traiter le cancer de la prostate.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelle approche pour traiter le cancer de la prostate.   Ven 24 Juin 2016 - 14:15

A team of researchers led by Dr. Friederike J. Gruhl and Professor Andrew C. B. Cato at Karlsruhe Institute of Technology (KIT) are developing a three-dimensional model for prostate cancer research based on cryogels. The model will be used to reproduce natural processes and above all to examine the development and the progression of tumors.

In the western world, prostate cancer is the most common malign tumor in men. Fundamental research is facing the challenge of examining the progression of the disease from the trigger to the formation of metastases, and particularly of understanding the interaction of cancer cells with their environment. To achieve this, the group headed by Dr. Friederike J. Gruhl at the Institute of Microstructure Technology (IMT) is working closely with Professor Andrew C. B. Cato at KIT's Institute of Toxicology and Genetics (ITG) to develop a biomimetic system, in other words a cell culture model for recreating human prostate cancer in vitro. Cryogels are used as the base material. In this case, they are made of synthetic polymers which can be put together to form three-dimensional porous structures due to the formation of ice crystals from trapped water. The mechanical properties of these structures are very similar to those of natural cell tissue. Since October 2012, the state of Baden-Württemberg has been funding the "Development of a 3D prostate model for cancer research" project with €200,000, which is part of the "Development of Alternative Methods to Avoid Animal Experiments" program.

A paper on the prostate model, Superporous Poly(ethylene glycol) Diacrylate Cryogel with a Defined Elastic Modulus for Prostate Cancer Cell Research, has recently been published in the Small journal which deals with micro and nano sciences. Because of the paper's current and relevant nature, the "Prostate Cell News" platform selected it to be its top story of the week. The publication outlines results from Bettina Göppert's dissertation, a doctoral candidate at KIT's IMT. It was created in close collaboration with Professor Andrew C. B. Cato and his team at the Institute of Toxicology and Genetics (ITG), and with the help of methods that were developed at the Institute of Functional Interfaces (IFG, Thomas Sollich) and by the ANKA Synchrotron Radiation Source team (Professor Tilo Baumbach, Dr. Angelica Cecilia).

"The paper covers the implementation of the model and shows that it is a long-term stable tissue-like 3D cell culture system, with the help of which hormone-independent prostate-specific gene expression could not only be achieved, but even be reinforced compared to conventional 2D models," said Dr. Friederike J. Gruhl. This was shown by the cultivation of androgen-sensitive prostate cancer cells (LNCaP). In future, it may be possible to cultivate both healthy cells of the prostate tissue and cancer cells in the 3D cryogel model. This opens up new opportunities for preclinical research and for using it in the clinical development of anti-prostate cancer drugs.

---

Une équipe de chercheurs dirigée par le Dr Friederike J. Gruhl et le professeur Andrew C. B. Cato à Karlsruhe Institute of Technology (KIT) développent un modèle en trois dimensions pour la recherche sur le cancer de la prostate basé sur des cryogels. Ce modèle sera utilisé pour reproduire des processus naturels et surtout examiner le développement et la progression des tumeurs.

Dans le monde occidental, le cancer de la prostate est la tumeur maligne la plus fréquente chez les hommes. la recherche fondamentale est confrontée au problème de l'examen de la progression de la maladie à partir du déclenchement de la formation de métastases, et en particulier pour comprendre l'interaction des cellules cancéreuses avec leur environnement. Pour ce faire, le groupe dirigé par le Dr Friederike J. Gruhl à l'Institut de microstructure Technology (IMT) travaille en étroite collaboration avec le professeur Andrew CB Cato à l'Institut KIT de toxicologie et de génétique (ITG) pour développer un système biomimétique, en d'autres termes un modèle de culture cellulaire pour recréer le cancer de la prostate humain in vitro. Les cryogels sont utilisés comme matériau de base. Dans ce cas, ils sont constitués de polymères synthétiques qui peuvent être assemblés pour former des structures poreuses tridimensionnelles dues à la formation de cristaux de glace à partir d'eau piégée. Les propriétés mécaniques de ces structures sont très semblables à celles du tissu cellulaire naturel. Depuis Octobre 2012, le Land de Bade-Wurtemberg a financé le «Développement d'un modèle de la prostate 3D pour la recherche sur le cancer" de projet avec 200.000 €, qui fait partie du "développement de méthodes alternatives pour éviter l'expérimentation animale" programme.

Un article sur ce modèle de la prostate a été récemment publiée dans le Petit Journal qui traite des micro et nano sciences. En raison de la nature actuelle et pertinente du papier, la plate-forme "Prostate cellulaire Nouvelles" l'a choisi pour être son article-phare  de la semaine. La publication présente les résultats de la thèse de Bettina Göppert, candidate au doctorat à l'IMT de KIT. Il a été créé en étroite collaboration avec le professeur Andrew CB Caton et son équipe à l'Institut de toxicologie et de génétique (ITG), et avec l'aide de méthodes qui ont été développées à l'Institut des interfaces fonctionnelles (IFG, Thomas Sollich) et par le ANKA synchrotron Radiation Source équipe (professeur Tilo Baumbach, le Dr Angelica Cecilia).

"Le document porte sur la mise en oeuvre du modèle et montre que c'est un système stable à long terme et analogue à un tissu 3D, la culture cellulaire, à l'aide de laquelle l'hormone indépendante l'expression du gène spécifique de la prostate peut non seulement être atteint, mais même être renforcée par rapport aux modèles 2D classiques ", a déclaré le Dr Friederike J. Gruhl. Ceci a été démontré par la culture de cellules de cancer de la prostate androgéno-sensible (LNCaP). Dans le futur, il peut être possible de cultiver les cellules saines du tissu de la prostate et les cellules cancéreuses dans le modèle 3D cryogel. Cela ouvre de nouvelles possibilités pour la recherche préclinique et pour l'utiliser dans le développement clinique des médicaments anti-cancer de la prostate.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelle approche pour traiter le cancer de la prostate.   Mer 23 Mar 2016 - 14:23

Scientists from MIPT (Moscow Institute of Physics and Technology), MSU (Moscow State University), and National University of Science and Technology "MISIS" provided an overview of the most promising compounds which can be used as medications for prostate cancer. The article was published in the Journal of Drug Targeting.

A team of researchers from the four research centers -- Moscow Institute of Physics and Technology, Moscow State University, National University of Science and Technology (MISIS), and the Skolkovo Institute of Science and Technology (Skoltech) -- provided an overview of molecules capable of assisting in the fight against prostate cancer and in the diagnosis of this illness. Also authors compiled a list of the most promising compounds.

Researchers have identified 11 compounds of great promise. All these substances are currently tested in clinical trials. In other words, at the stage of preclinical studies they demonstrated the necessary qualities.

Sometimes researchers spend more than ten years before they can produce a new registered drug from a promising molecule. Initially, the scientists check the substance on cell culture -- this gives them a chance to prove that the above substance can actually slow or stop tumor growth. After that, they conduct tests on animals -- it is necessary to filter out substances which are effective only in ideal conditions of a test tube, but not in a real organism. Then they perform clinical trials, whereby at the first stage they are only checking the safety -- not effectiveness, and whether or not the potential drug reaches the target.

Prostate cancer is one of the most common cancers in men. Today, the majority of anti-cancer therapies are not selective enough and may have a detrimental effect not only on cancer cells, but on the healthy cells of the body as well. That is why it is so important to develop such drugs that would attack the cancer cells exclusively, which will increase the effectiveness of treatment and reduce the negative impact of therapy on the body as a whole. However, to ensure the drug selectivity, the scientists need some object which is present only in cancer cells -- and not anywhere else: a cancer marker.

The well-known marker for prostate cancer is PSA (prostate specific antigen), which is already used in medicine for the diagnosis of prostate cancer. However, for a number of reasons, PSA is considered as an insufficiently precise target. A promising alternative for the diagnosis and treatment of prostate cancer is PSMA (prostate specific membrane antigen). In the case of cancer, prostate tissues contain almost 10 times as many of these markers as healthy tissues of the prostate gland. Also, diagnosis by means of this marker can detect the tiniest metastases (secondary distant tumors).

"PSMA is one of the most promising biological targets for the development of new hybrids of selective PSMA ligands with antitumor medicinal substances or molecular diagnostic tools for their targeted delivery to the site of the disease -- particularly in the case of prostate cancer,"says Yan Andreevich Ivanenkov, Ph.D (biology), Head of the Laboratory of Medical Chemistry and Bioinformatics, a lecturer in MIPT.

Biocatalyst and target

PSMA, known in English language literature as a prostate specific membrane antigen, catalyzes the hydrolysis of N-acetylaspartylglutamate into N-acetylaspartate and glutamate. This precise PSMA function was taken into account in order to compile a list of the most promising substances, which form the basis of drugs used for the treatment of prostate cancer.

Hydrolysis is the chemical breakdown of a compound of organic molecules into other compounds: for example, during hydrolysis of proteins, the latter are split into amino acids.

As the authors of the review article state, all molecules capable of binding to PSMA can be divided into three groups: antibodies, aptamers, and ligands.

Antibodies are proteins synthesized by the immune system. Aptamers are peptide molecules or fragments of DNA/RNA, capable of selectively binding to specific target molecules. Ligands are substances of a rather arbitrary nature which interact with the biocatalist, whereby, as a rule, we are talking about direct interaction with its active center: exactly with that part of the molecule which allows it to perform its main function.

Comparing all three groups, the researchers concluded that ligands are the most promising group. Ligands, in our case, are molecules the size and weight of which are most suitable for synthesizing. Besides, they also have good pharmacokinetic parameters.

Pharmacokinetics: This is a science of transformation of chemical substances in the organism. With regard to drugs, it describes what happens to them after they enter the blood vessels or stomach. Any drug that is accepted for clinical trials must neither break down into useless pieces prior to contact with the target, nor produce toxic effects.

From phosphorus to urea and its derivatives

Historically -- and we should emphasize that scientists of the whole world have been searching for the ligands compatible with PSMA since the 1990s -- phosphorus compounds were among the first ligands of PSMA, which showed high efficacy on cancer cells. However, their pharmacokinetic parameters were insufficient for the conduct of clinical trials.

Later, compounds with -SH groups have become alternatives to phosphorus-containing chemicals. They demonstrated high bioavailability when taking medication by mouth (oral administration), and also they better penetrated the cell membrane. However, these drugs had insufficient selectivity and metabolic stability. That is, they adversely affected not only cancer cells and, besides, they mutated in the course of biochemical reactions in the body.

New class of ligands needed to be free of the deficiencies of their predecessors. The next candidates for treating prostate cancer were the compounds formed on the basis of urea. Currently, this is the most widely studied type of PSMA ligands.

Urea, also known as carbamide, is used by mammals for the excretion of nitrogen-containing waste from the organism. Apart from this, urea modifications -- nitrosourea and similar compounds -- have long been used for chemotherapy, thanks to their ability of blocking DNA replication (synthesis of new molecules) and, consequently, cell division.

"It is impossible to give a precise answer to the question of how soon PSMA ligands will appear in the clinic. On average, the development of a new medication can take up to 10 years. Currently, these molecules (as potential drugs for the diagnosis of prostate cancer) are in the first and second phases of clinical trials. However, the fact that the PSMA-diagnostics allows the monitoring of tumor growth and development of metastasis, makes this an attractive target for future developments of drugs. The first results are already there, and they are very promising," Anastasia Aladinskaya, an employee of the Laboratory of Medical Chemistry and Bioinformatics, concludes.

---

Une équipe de chercheurs des quatre centres de recherche - Institut de Moscou de physique et de technologie de l'Université d'Etat de Moscou, Université nationale des sciences et de la technologie (MISIS), et l'Institut Skolkovo des sciences et de la technologie (Skoltech) - a donné un aperçu des molécules capable d'aider dans la lutte contre le cancer de la prostate et dans le diagnostic de cette maladie. Aussi les auteurs ont dressé une liste des composés les plus prometteurs.

Les chercheurs ont identifié 11 moléculess promteuses. Toutes ces substances sont actuellement testés dans des essais cliniques. En d'autres termes, au stade des études précliniques ils ont démontré les qualités nécessaires.

Parfois, les chercheurs passent plus de dix ans avant de pouvoir produire un nouveau médicament enregistré à partir d'une molécule prometteuse. Dans un premier temps, les scientifiques vérifient la substance sur la culture cellulaire - ce qui leur donne une chance de prouver que la substance ci-dessus peut effectivement ralentir ou arrêter la croissance tumorale. Après cela, ils effectuent des tests sur les animaux - il est nécessaire de filtrer des substances qui sont efficaces que dans des conditions idéales d'un tube à essai, mais pas dans un organisme réel. Ensuite, ils effectuent des essais cliniques, de sorte que lors de la première étape, ils vont seulement vérifier la sécurité - pas l'efficacité, et si oui ou non le médicament potentiel atteint la cible.

le cancer de la prostate est l'un des cancers les plus fréquents chez les hommes. Aujourd'hui, la plupart des thérapies anti-cancéreuses ne sont pas assez sélectives et peuvent avoir un effet préjudiciable non seulement sur les cellules cancéreuses, mais aussi sur les cellules saines du corps. Voilà pourquoi il est si important de développer de tels médicaments qui attaquent les cellules cancéreuses exclusivement, ce qui augmentera l'efficacité du traitement et de réduire l'impact négatif de la thérapie sur le corps dans son ensemble. Toutefois, pour assurer la sélectivité du médicament, les scientifiques ont besoin d'un objet qui est présent uniquement dans les cellules cancéreuses - et nulle part ailleurs: un marqueur de cancer.

Le marqueur bien connu du cancer de la prostate PSA (antigène spécifique de la prostate), qui est déjà utilisée en médecine pour le diagnostic du cancer de la prostate. Cependant, pour diverses raisons, le PSA est considéré comme une cible insuffisamment précise. Une alternative prometteuse pour le diagnostic et le traitement du cancer de la prostate est le PSMA (antigène membranaire spécifique de la prostate). Dans le cas du cancer, des tissus de la prostate contiennent presque 10 fois plus grand nombre de ces marqueurs tels que les tissus sains de la glande de la prostate. En outre, le diagnostic au moyen de ce marqueur permet de détecter les métastases plus petites (tumeurs secondaires) distantes.

"Le PSMA est l'une des cibles biologiques les plus prometteuses pour le développement de nouveaux hybrides de sélective de ligands PSMA avec des substances médicinales antitumorales ou outils de diagnostic moléculaire pour leur délivrance ciblée sur le site de la maladie - en particulier dans le cas du cancer de la prostate», dit Yan Andreevich Ivanenkov, Ph.D (biologie), chef du Laboratoire de chimie médicale et bio-informatique, chargé de cours en MIPT.

Le biocatalyseur et la cible

Le PSMA, connu dans la littérature anglaise de langue en tant que l'antigène membranaire spécifique de la prostate, catalyse l'hydrolyse de la N-acetylaspartylglutamate en N-acétylaspartate et le glutamate. Cette fonction précise de la PSMA a été prise en compte afin d'établir une liste des substances les plus prometteuses, qui forment la base des médicaments utilisés pour le traitement du cancer de la prostate.

L'hydrolyse est la décomposition chimique d'un composé de molécules organiques en d'autres composés, par exemple, au cours de l'hydrolyse des protéines, celles-ci sont divisés en acides aminés.

Comme les auteurs de l'article disent, toutes les molécules capables de se lier à PSMA peuvent être divisés en trois groupes: les anticorps, des aptamères et des ligands.

Les anticorps sont des protéines synthétisées par le système immunitaire. Les aptamères sont des molécules peptidiques ou les fragments d'ADN / ARN, capable de se lier sélectivement à des molécules cibles spécifiques. Les ligands sont des substances de nature plutôt arbitraire qui interagissent avec le biocatalist (?), de sorte que, en règle générale, nous parlons de l'interaction directe avec son centre actif: exactement avec cette partie de la molécule qui lui permet de remplir sa fonction principale.

En comparant les trois groupes, les chercheurs ont conclu que les ligands sont le groupe le plus prometteur. Les ligands, dans notre cas, sont des molécules de la taille et de poids qui sont les plus appropriés pour la synthèse. En outre, ils ont également de bons paramètres pharmacocinétiques.

La Pharmacokinetique est une science de la transformation des substances chimiques dans l'organisme. En ce qui concerne les médicaments, elle décrit ce qui leur arrive après leur entrée dans les vaisseaux sanguins ou de l'estomac. Tout médicamnet qui est accepté pour les essais cliniques ne doit ni se décomposer en morceaux inutiles pour le contact avec la cible, ni produire des effets toxiques.

A partir du phosphore à l'urée et ses dérivés

Historiquement - et il faut souligner que les scientifiques du monde entier ont été à la recherche des ligands compatibles avec PSMA depuis les années 1990 - des composés du phosphore ont été parmi les premiers ligands de PSMA, qui a montré une grande efficacité sur les cellules cancéreuses. Cependant, leurs paramètres pharmacocinétiques étaient insuffisants pour la conduite des essais cliniques.

Plus tard, les composés avec des groupes -SH sont devenus des alternatives aux produits chimiques contenant du phosphore. Ils ont démontré une biodisponibilité élevée lors de la prise de médicaments par voie orale (administration orale), et aussi ils démontraient une meilleure pénétration dans la membrane cellulaire. Cependant, ces médicaments ont une sélectivité et une stabilité métabolique insuffidante. Autrement dit, ils ont non seulement affectés les cellules cancéreuses d'une mauvaise façon mais, en outre, ils ont subi une mutation au cours de réactions biochimiques dans le corps.

La nouvelle classe de ligands a besoin d'être libre des lacunes de ses prédécesseurs. Les prochains candidats pour le traitement du cancer de la prostate sont les composés formés sur la base d'urée. À l'heure actuelle, cela est le type le plus largement étudié des ligands PSMA.

L'urée, également connu sous le nom de carbamide est utilisée par les mammifères pour l'élimination des déchets contenant de l'azote provenant de l'organisme. En dehors de cela, des modifications de l'urée - nitrosourées et les composés analogues - ont été longtemps utilisés pour la chimiothérapie, grâce à leur capacité de bloquer la réplication d'ADN (synthèse de nouvelles molécules) et, par conséquent, la division cellulaire.

«Il est impossible de donner une réponse précise à la question de savoir quand les ligands PSMA apparaîtront dans la clinique. En moyenne, le développement d'un nouveau médicament peut prendre jusqu'à 10 ans. À l'heure actuelle, ces molécules (comme médicaments potentiels pour le diagnostic du cancer de la prostate) se trouvent dans les première et deuxième phases d'essais cliniques. Toutefois, le fait que le PSMA diagnostic permet la surveillance de la croissance tumorale et le développement des métastases, en fait une cible attrayante pour l'évolution future des médicaments. les premiers résultats sont déjà là, et ils sont très prometteurs, " conclut. Anastasia Aladinskaya, une employée du Laboratoire de chimie médicale et bioinformatique,

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelle approche pour traiter le cancer de la prostate.   Mer 5 Mar 2014 - 9:23

Researchers have discovered a link between prostate cancer aggressiveness and the accumulation of a compound produced when cholesterol is metabolized in cells, findings that could bring new diagnostic and treatment methods. Findings also suggest that a class of drugs previously developed to treat atherosclerosis might be repurposed for treatment of advanced prostate cancer.

The research showed depletion of the compound cholesteryl ester significantly reduced prostate cancer cell proliferation, impaired its ability to invade a laboratory tissue culture and suppressed tumor growth in mice.

"Our study provides an avenue towards diagnosis of aggressive prostate cancer. Moreover, we showed that depleting cholesteryl ester significantly impairs prostate cancer aggressiveness," said Ji-Xin Cheng, a professor in Purdue University's Weldon School of Biomedical Engineering and Department of Chemistry.

The research involved analysis of clinical samples harvested from prostate cancer patients, specialized cell lines and mice.

Findings are detailed in a research paper appearing in the journal Cell Metabolism. The paper was authored by researchers associated with Purdue's Center for Cancer Research and the Indiana University Melvin and Bren Simon Cancer Center at Indiana University School of Medicine.

"Prostate cancer is the second-leading cause of cancer-related mortality in American men. Our finding offers a biological foundation that supports the beneficial effect of cholesterol-lowering drugs. Second, our study heralds the potential of using cholesteryl ester as a therapeutic target for advanced prostate cancer," said study co-author Timothy Ratliff, the Robert Wallace Miller Director of Purdue's Center for Cancer Research. "These results together suggest that cholesteryl ester accumulation might be used for more accurate prediction of prostate cancer aggressiveness, if validated through further examination of a large number of tissue biopsies and correlation assessment of cholesteryl ester levels and clinical outcomes of patients."

A critical focus of the research is the analysis of individual lipid droplets inside single cells. Purdue researchers have developed an analytical tool called Raman spectromicroscopy that allows compositional analysis of single lipid droplets in living cells and mice.

"It is conceivable that cancer cells require reservoirs for lipids, namely lipid droplets. However, our imaging data revealed an unexpected, aberrant accumulation of esterified cholesterol in lipid droplets of high-grade prostate cancer and metastases," Cheng said.

The researchers learned that cholesteryl ester accumulation, which occurs only in advanced prostate cancer and its metastasis, results from the loss of a tumor-suppressing gene called PTEN and the activation of an intracellular metabolic pathway promoting tumor growth.

"These findings improve current understanding of the role of cholesterol in cancer and also suggest new opportunities for the diagnosis and treatment of aggressive prostate cancer. We have been pleased to be able to collaborate with Dr. Cheng on his important research" said Michael Koch, John P. Donohue Professor of Urology and chair of the Department of Urology at IU School of Medicine.

Findings show the drugs avasimibe and Sandoz 58-035 reduced the accumulation of cholesteryl ester and significantly hindered advanced prostate cancer growth in laboratory cell cultures and xenograft mouse models. These drugs did not show toxicity to animals.

"We note that avasimibe, Sandoz 58-035 and a class of similar drugs were developed to treat atherosclerosis, but the clinical trials were halted due to the lack of effectiveness in reducing plaque size," Cheng said. "The present study highlights a novel use of these drugs to treat advanced prostate cancer."


---

Les chercheurs ont découvert un lien entre l'agressivité du cancer de la prostate et l'accumulation d'un composé produit lorsque le taux de cholestérol est métabolisé dans les cellules, ces résultats sont susceptibles d'apporter de nouvelles méthodes de diagnostic et de traitement. Les résultats suggèrent également qu'une classe de médicaments déjà développés pour traiter l'athérosclérose pourrait être réutilisées pour le traitement du cancer avancé de la prostate.

La recherche a montré que l'appauvrissement de la molécule "ester de cholestérol"(?) a significativement réduit la prolifération de cellules du cancer de la prostate, diminué de sa capacité à envahir une culture de tissu en laboratoire et supprimé la croissance tumorale chez la souris.

«Notre étude fournit une avenue pour le diagnostic du cancer de la prostate agressif. Par ailleurs, nous avons montré qu'appauvrir l'ester de cholestérol entrave sérieusement l'agressivité du cancer de la prostate", a déclaré Ji- Xin Cheng , professeur à l'École Weldon de l'Université Purdue de génie biomédical et Département de chimie .

La recherche a impliqué l'analyse d'échantillons cliniques récoltés à partir de patients atteints du cancer de la prostate, des lignées cellulaires spécialisées et des souris.

Les résultats sont détaillés dans un document de recherche apparaissant dans la revue Cell Metabolism. Le document a été rédigé par des chercheurs associés au Centre de Purdue pour la recherche du cancer et l' Université de l'Indiana et Melvin Cancer Center Simon Bren à l'École de médecine de l'Université de l'Indiana .

"Le cancer de la prostate est la deuxième cause de mortalité par cancer chez les hommes américains . Notre découverte offre un fondement biologique qui prend en charge l'effet bénéfique des médicaments anti-cholestérol. Deuxièmement, notre étude annonce la possibilité d'utiliser des esters de cholestérol comme cible thérapeutique pour le cancer avancé de la prostate ", a déclaré le co -auteur Timothy Ratliff , Robert Wallace Miller Directeur du Centre de Purdue for Cancer Research . " Ces résultats ensemble suggèrent que l'accumulation d'esters de cholestérol peut être utilisé pour une prévision plus précise de l'agressivité du cancer de la prostate, s'il est validé par la poursuite de l'examen d'un grand nombre de biopsies de tissus et l'évaluation de la corrélation des niveaux d'ester de cholestérol et les résultats cliniques des patients. "

Une attention critique de la recherche est l'analyse des gouttelettes lipidiques individuels à l'intérieur des cellules individuelles. Les chercheurs de Purdue ont développé un outil d'analyse appelé Raman spectromicroscopie qui permet l'analyse de la composition des gouttelettes lipidiques simples dans les cellules vivantes et les souris .

" Il est concevable que les cellules cancéreuses aient besoin de réservoirs pour les lipides, à savoir les gouttelettes lipidiques. Cependant , nos données d'imagerie ont révélé une accumulation anormale de cholestérol estérifié inattendu dans les gouttelettes lipidiques du cancer et des métastases de la prostate de haut grade ", a déclaré Cheng .

Les chercheurs ont découvert que l'accumulation des esters de cholestérol , ce qui ne se produit que dans le cancer avancé de la prostate et sa métastase , résulte de la perte d'un gène suppresseur de tumeur appel PTEN et l'activation d'une croissance tumorale métabolique intracellulaire comme voie de promotion .

«Ces résultats améliorent la compréhension actuelle du rôle du cholestérol dans le cancer et suggèrent également de nouvelles opportunités pour le diagnostic et le traitement du cancer de la prostate agressif. Nous avons été heureux de pouvoir collaborer avec le Dr Cheng sur son importante recherche », a déclaré Michael Koch , John P. Donohue professeur d'urologie.

Les résultats montrent que les médicaments avasimibe et Sandoz 58-035 réduisent l'accumulation d' esters de cholestérol et entravent sensiblement la croissance du cancer de la prostate avancé dans des cultures de cellules de laboratoire et des modèles de xénogreffe de souris. Ces médicaments n'ont pas montré de toxicité pour les animaux .

"Nous notons que avasimibe , Sandoz 58-035 et une classe de médicaments similaires ont été développés pour traiter l'athérosclérose , mais les essais cliniques ont été interrompus en raison du manque d'efficacité dans la réduction de la taille de la plaque ", a déclaré Cheng . " La présente étude met en évidence une nouvelle utilisation de ces médicaments pour traiter le cancer avancé de la . "





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelle approche pour traiter le cancer de la prostate.   Lun 3 Fév 2014 - 14:34

De nouvelles preuves rapportées par des chercheurs de Roswell Park Cancer Institute ( RPCI ) apporte un soutien à l'hypothèse que le gène SSeCKS/AKAP12 est un inhibiteur-clé du cancer de la métastatique. Les données sont parmi les premières à démontrer cette dynamique dans des modèles animaux transgéniques , avec des implications prometteuses pour le développement de thérapies ciblées contre le cancer de la prostate et peut-être pour d'autres cancers à tumeur solide .

Une équipe dirigée par Irwin H. Gelman, PhD, a noté que les cancers de la prostate agressifs chez les humains suppriment généralement deux gènes régulateurs majeurs, SSeCKS/AKAP12 et Rb. Pour explorer cette dynamique , les chercheurs ont développé un modèle animal transgénique pour étudier les effets sur la progression du cancer de la prostate de la suppression de ces deux gènes. Ils signalent dans Cancer Research , une revue publiée par l'American Association for cancer research, que la perte de ces deux gènes et de protéines associées conduit à un cancer de la prostate précoce. En outre, plus de 80 pour cent des modèles transgéniques dans leur étude ont développé des lésions métastatiques dans les ganglions lymphatiques proches de la prostate.

"Cela correspond à notre constatation antérieure selon laquelle SSeCKS/AKAP12 inhibe la chimiotaxie des cellules tumorales de la prostate métastatique - c'est leur capacité à passer à un autre environnement en réponse à des attractifs chimiques », a déclaré le Dr Gelman , John et président de Santa Palisano dans génétique du cancer au RPCI . " Ainsi, nos données suggèrent que SSeCKS joue un rôle dans la prévention de la diffusion rapide des cellules cancéreuses de la prostate de sites métastatiques. Surtout, nous montrons que l'homme dont les cancers de la prostate ont désactivé ou supprimé le gène SSeCKS/AKAP12 ont des taux significativement plus élevés de la formation de métastases par rapport aux cas où les niveaux SSeCKS/AKAP12 sont soutenus " .

Bien que le gène SSeCKS/AKAP12 est supprimé dans environ un tiers des cancers de la prostate métastatiques, empêchant de bénéficier de thérapies ciblées exploitant cette vulnérabilité, les deux tiers restants de ces tumeurs peuvent être traités avec des médicaments qui induisent la relance de la production SSeCKS/AKAP12. Dr Gelman et ses collègues cherchent maintenant à identifier les signatures génomiques contrôlées par SSeCKS/AKAP12 dans la suppression des voies de métastases - au niveau des cellules tumorales elles-mêmes et dans les cellules qui forment le microenvironnement métastatique .

" Au moins 93 pour cent des patients atteints de cancer meurent en raison de complications dues à des cancers métastatiques , mais la grande majorité des voies étudiées et développées des thérapies s'adressent à la biologie des cancers primaires , " a noté le Dr Gelman . «Cette recherche actuelle est importante en ce qu'elle porte sur des mécanismes spécifiques de métastases du cancer , avec le résultat que les tests génétiques et les thérapies dérivées de ces études auront une plus grande chance d'affecter la survie des patients de cancer . "


C'est traduit à partir d'un article en anglais de science daily

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelle approche pour traiter le cancer de la prostate.   Ven 20 Sep 2013 - 14:53

Sep. 19, 2013 — Like normal cells, cancer cells require amino acids for growth, maintenance, and cell signaling, and L-type amino acid transporters (LATs) are the delivery vehicles that supply them. Metastatic, castration-resistant prostate cancer (CRPC) cells are highly dependent on LATs to deliver the amino acid leucine that the cells need for growth and proliferation, according to a study published September 19 in the Journal of the National Cancer Institute.
Share This:

To investigate the function of LATs in prostate cancer, Qian Wang, Ph.D., of the Origins of Cancer Laboratory, Centenary Institute, Sydney, Australia, and colleagues studied LAT3 expression in tissue samples from prostate cancer patients, analyzed the function of LATs in cancer cells in vitro, used microarray data to determine which genes and pathways are associated with LAT function, and assessed the role of LAT1 and LAT3 in tumor formation, growth, and metastasis in mice.

The researchers found that LAT3 was expressed at all stages of prostate cancer and that inhibition of LAT proteins inhibits nutrient signaling pathways and over 100 metastasis-related genes, including E2F transcription factors, resulting in cell cycle inhibition. In mice injected with prostate cancer cells, tumor formation, metastasis, and cell cycle progression were all inhibited when the LAT1 or LAT3 gene was knocked out.

The authors conclude that "Targeting LAT transporters, thereby inhibiting leucine uptake, may offer a new therapeutic opportunity for metastatic CRPC, affecting tumor growth and metastasis through inhibition of M-phase cell cycle and mTORC1 signaling pathways." Wang et al. note, however, that further investigation into the long-term effects of leucine deprivation is needed, as well as the effects on other cell types and resistance mechanisms.

In an accompanying editorial, Andrew R. Tee, Ph.D., of the Institute of Cancer and Genetics at Cardiff University, Wales, writes, "Such new evidence explains why malignant prostate cancer has an appetite for amino acids, where these amino acids are quickly utilized to drive their growth and proliferation." Tee adds that this discovery will have huge implications for both prostate cancer studies and therapies.


---

19 septembre 2013 - Comme les cellules normales, les cellules cancéreuses nécessitent des acides aminés pour croitre, resté en santé et fonctionner, et les transporteurs d'acides aminés de type L (LAT) sont les véhicules de livraison qui les alimentent. Les cellules prostatiques métastatique résistantes à la castration (CRPC) sont très dépendants des LAT pour offrir la l'acide aminé leucine dont les cellules ont besoin pour la croissance et la prolifération, selon une étude publiée le 19 Septembre dans le Journal of the National Cancer Institute.


Pour étudier la fonction de lats dans le cancer de la prostate, Qian Wang et ses collègues ont étudié expression de LAT3 dans des échantillons de tissus provenant de patients atteints de cancer de la prostate. Ils ont analysé la fonction de LAT dans les cellules cancéreuses in vitro, utilisés des données de puces à ADN pour déterminer quels gènes et quels voies sont associés à la fonction LAT, et ils ont évalué le rôle de LAT1 et LAT3 dans la formation de tumeurs, la croissance et les métastases chez les souris.

Les chercheurs ont constaté que LAT3 a été exprimé à tous les stades du cancer de la prostate et que l'inhibition de protéines LAT inhibe les voies de signalisation des nutriments de plus de 100 gènes liés à des métastases, y compris les facteurs de transcription E2F, aboutissant à une inhibition du cycle cellulaire. Chez les souris injectées avec des cellules prostatiques cancéreuses, la formation de tumeurs, les métastases et la progression du cycle cellulaire ont tous été inhibée lorsque le gène LAT1 ou LAT3 a été assommé.

Les auteurs concluent que «Cibler les transporteurs Lat, ce qui inhibe l'absorption de la leucine, peut offrir une nouvelle opportunité thérapeutique pour le cancer de la prostate métastatique, affectant la croissance tumorale et les métastases par inhibition de cycle cellulaire en phase M et la voie de signalisation mTORC1." Wang note cependant, qu'une enquête plus approfondie sur les effets à long terme de la privation leucine est nécessaire, ainsi que les effets sur d'autres types de cellules et des mécanismes de résistance.

Dans un éditorial d'accompagnement, Andrew R écrit: «C'est une nouvelle preuve qui explique pourquoi le cancer de la prostate malin a un appétit pour les acides aminés et où ces acides aminés sont utilisés rapidement pour conduire leur croissance et la prolifération ". Tee ajoute que cette découverte aura des implications énormes pour les deux études et les thérapies de cancer de la prostate.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelle approche pour traiter le cancer de la prostate.   Mar 28 Mai 2013 - 13:55

May 28, 2013 — A new study on prostate cancer describes a novel class of drugs developed by UT Southwestern Medical Center researchers that interrupts critical signaling needed for prostate cancer cells to grow.

Un étude sur le cancer de la décrit uen nouvelle classe de médicaments qui interrompt un signal critique dont les cellules cancéreuses ont besoin pour croitre.

In men with advanced prostate cancer, growth of cancer cells depends on androgen receptor signaling, which is driven by androgens, such as testosterone. To thwart tumor growth, most patients with advanced prostate cancer receive drugs that block the production of androgen or block the receptor where the androgen binds. Unfortunately, such treatments invariably fail and patients die of prostate cancer with their androgen receptor signaling still active and still promoting tumor growth.

Chez les hommes présentant un cancer avancé de la prostate, la croissance des cellules cancéreuses dépend de la signalisation d'un récepteur d'androgènes, qui est entraînée par les androgènes, comme la testostérone. Pour contrecarrer la croissance tumorale, la plupart des patients atteints de cancer avancé de la prostate reçoivent des médicaments qui bloquent la production d'androgènes ou bloque le récepteur où l'androgène se lie. Malheureusement, ces traitements échouent invariablement.

In the new study, available online at Nature Communications, a team of researchers led by Dr. Ganesh Raj, associate professor of urology at UT Southwestern, found that they could disrupt androgen receptor signaling using a novel class of drugs called peptidomimetics. This therapeutic agent consists of an engineered small protein-like chain designed to mimic peptides that are critical for androgen receptor function. The peptidomimetic agents block the activity of the androgen receptor even in the presence of androgen by attacking the protein in a different spot from where the androgen binds.

Dans la nouvelle étude, disponible en ligne sur le site de Nature Communications, une équipe de chercheurs dirigée par le Dr Ganesh Raj, professeur agrégé d'urologie à l'UT Southwestern, a constaté qu'ils pouvaient perturber la signalisation du récepteur des androgènes en utilisant une nouvelle classe de médicaments appelés peptidomimétiques. Cet agent thérapeutique consiste en une petite chaîne d'ingénierie des protéines conçue pour imiter les peptides qui sont essentiels pour le fonctionnement du récepteur des androgènes. Les agents peptidomimétiques bloquent l'activité du récepteur des androgènes, même en présence d'androgènes en attaquant la protéine dans un endroit différent de celui où l'androgène se lie.

"We are hopeful that this novel class of drugs will shut down androgen receptor signaling and lead to added options and increased longevity for men with advanced prostate cancer," said Dr. Raj, the senior author of the study.

nous espérons que cette nouvelle classe de médicaments fermera le récepteur d'androgène et conduira à une nouvelle option pour les patients avec le cancer avancé de la prostate et à augmenter leur longévité.

Dr. Raj compared the action that takes place to a lock and key mechanism. In prostate cancer, the androgen receptor (lock) is activated by the androgen (key) resulting in a signal that causes prostate cancer proliferation. In advanced prostate cancer, despite drugs targeting either the lock (androgen receptor) or the key (androgen production), there can be aberrant keys that open the lock or mutated locks that are always open, resulting in cancer cell proliferation. Instead of trying to block the lock or the key, peptidomimetics uncouple the lock and key mechanism from the proliferation signal. Thus, even with the androgen receptor activated, the prostate cancer cells do not receive the signal to proliferate and do not grow.

Le Dr. Raj a comparé l'action qui se déroule à un jeu de clés et de serrures. Dans le cancer de la prostate, le récepteur des androgènes (la serrure) est activé par l'androgène résultant en un signal qui provoque la prolifération du cancer de la prostate. Dans le cancer avancé de la prostate, en dépit des médicaments ciblant le système de verrouillage (récepteur des androgènes) ou sur la clé (la production d'androgènes), il peut y avoir des clés aberrantes qui ouvrent la serrure ou des serrures mutées qui sont toujours ouvertes, ce qui entraîne la prolifération des cellules cancéreuses. Au lieu de tenter de bloquer la serrure ou de la clef, des peptidomimétiques désaccouple le mécanisme de serrure et de clé à partir du signal de multiplication. Ainsi, même avec le récepteur activé par l'androgène, les cellules cancéreuses de la prostate ne reçoivent pas le signal de proliférer et ne se développent pas.

The researchers tested their drug in mouse and human tissue models. The novel drug proved non-toxic and prevented androgen receptor signaling in cancer cells. The response is highly promising and suggests that peptidomimetic targeting of prostate cancer may be a viable therapeutic approach for men with advanced disease.

Les chercheurs ont testé leur médicament sur des souris et des tissus humains. Le nouveau médicament s'est avéré non-toxique et a prévenu les récepteurs d'androgène dans les cellules cancéreuses. La réponse est hautement prometteuse et suggère que les peptodomimetiques qui ciblent le cancer de la prostate pourrait être une approche thérapuethique viable pour les hommes avec la maladie avancée.

Further testing is needed before a drug could move to Phase 1 clinical trials that involve human participants.

De plus amples tests sont nécessaires avec que le médicament puisse parvenir à une phase I qui inclue des participants humains.

"Most drugs now available to treat advanced prostate cancer improve survival rates by three or four months," Dr. Raj said. "Our new agents may offer hope for men who fail with the current drugs."

These findings represent the development of a first-in-class agent targeting critical interactions between proteins. Other cellular and disease processes eventually could also be targeted with peptidomimetics, the scientists said.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelle approche pour traiter le cancer de la prostate.   Mar 19 Mar 2013 - 11:39

Mar. 18, 2013 — Hormonal therapies can help control advanced prostate cancer for a time. However, for most men, at some point their prostate cancer eventually stops responding to further hormonal treatment. This stage of the disease is called androgen-insensitive or castration-resistant prostate cancer. In a study published March 18 in Cancer Cell, a team led by researchers at Sanford-Burnham Medical Research Institute (Sanford-Burnham) found a mechanism at play in androgen-insensitive cells that enables them to survive treatment. They discovered that a protein called Siah2 keeps a portion of androgen receptors constantly active in these prostate cancer cells. Androgen receptors -- sensors that receive and respond to the hormone androgen -- play a critical role in prostate cancer development and progression.

Les traitements hormonaux peuvent aider à lutter contre le cancer de la prostate avancé pendant un certain temps. Cependant, pour la plupart des hommes, à un moment donné, leur cancer de la prostate hormonal arrête de répondre au traitement. Ce stade de la maladie est appelé cancer de la résistant à la castration. Dans une étude publiée le 18 Mars dans Cancer Cell, une équipe de chercheurs a trouvé un mécanisme en jeu dans les cellules insensibles aux androgènes qui leur permet de survivre au traitement. Ils ont découvert une protéine appelée Siah2 qui leur permet de conserver une partie des récepteurs d'androgènes activés constamment par le cancer de la prostate dans ces cellules. Ces capteurs d'androgènes jouent un rôle essentiel dans le développement du cancer de la prostate et sa progression.


Based on this new information, Siah2 could make a promising biomarker for tracking a prostate cancer patient's response to therapy. Inhibiting Siah2's interaction with the androgen receptor complex might also provide a new method for re-sensitizing castration-resistant prostate tumors to hormone therapy.

Selon cette nouvelle information, Siah2 pourrait être un nouveau marqueur prometteur pour savoir la réponse des patients à une thérapie. Inhiber cette interaction de Siah2 avec le récepteur d'androgène pourrait aussi fournir une nouvelle méthode pour ré-sensibiliser le cancer résistant à la castration à la thérapie hormonale.

Siah2 removes the brake on androgen receptors

"Prostate tumors become castration-resistant by using diverse ways to modify androgen receptor to become constantly active. In this study, we demonstrate how this happens through a previously unknown mechanism orchestrated by Siah2. Surprisingly, it turns out that only a fraction of all androgen receptors are altered in castration-resistant tumors," said Ze'ev Ronai, Ph.D., associate director of Sanford-Burnham's National Cancer Institute-designated Cancer Center, scientific director of the Institute's La Jolla campus, and senior author of the study.

Normally, androgen receptors are kept in check by an inhibitor called NCOR1. This study revealed that, in castration-resistant prostate tumors, Siah2 tags the NCRO1-androgen receptor complex for degradation. That removes the brake, allowing the recycling of inactive androgen receptor to active status. As a result, prostate cancer cells produce more active androgen receptors, which render them resistant to hormone therapy.

Clinical relevance

Ronai and colleagues wondered if Siah2 plays the same role in real-life castration-resistant prostate cancer as they had observed in the lab. Using samples provided by collaborators at the Vancouver Prostate Centre at the University of British Columbia, the team determined that human castration-resistant prostate tumors have abnormally high levels of Siah2 and select androgen receptor targets. This finding underscores the clinical significance of the castration-resistance mechanism they uncovered.

Ronai and his team also looked at what happens when they inhibit Siah2. To do this, they used three different animal models. In each case, inhibiting Siah2 restored prostate tumors' sensitivity to hormone therapy. With Siah2 out of the picture, prostate tumors regressed during hormone therapy.

Ronai a regardé ce qui se passe lorsqu'on inhibe Siah2. Pour faire cela, il a utilisé 3 sortes d'animaux différents. Dans chaque cas, inhiber siah2 a restauré la sensibilité à la thérapie hormonale. Avec siah2 en dehors du portrait, les tumeurs de la prostate ont regressées avec la thérapie hormonale.

"We see Siah2 not only as a biomarker -- a way to track the development and progression of castration-resistance -- but also as a potential therapeutic target for prostate cancer," explained Jianfei Qi, Ph.D., staff scientist in Ronai's lab and first author of the paper.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelle approche pour traiter le cancer de la prostate.   Mar 13 Juil 2010 - 10:16

Biomarkers for particularly aggressive prostate cancers discovered

2010-07-13 15:20:00

Researchers have uncovered a mechanism that determines prostate cancer aggressiveness, providing new targets for diagnosis and treatment.

Les chercheurs ont découverts un mécanisme qui détermine l'agressivité d'un cancer de la , fournissant aussi de nouvelles cibles pour le diagnostic et le traitement.

The study, led by Ze'ev Ronai, at Sanford-Burnham Medical Research Institute (Sanford-Burnham), appears in the journal Cancer Cell.

The research uncovers a protein named Siah2, which initiates a cascade of molecular events that turn a non-malignant tumour into a metastatic neuroendocrine tumour.

La recherche a découvert une protéine Siah2 qui initie une cascade d'évênement s moléculaires qui change une tumeur non maligne en une tumeur neuroendoctrinale qui métastase.

Dr. Ronai, associate director of Sanford-Burnham's National Cancer Institute-designated Cancer Center, said: "In identifying this protein pathway, which determines the formation of neuroendocrine tumors, we've identified new markers that can be used to distinguish the dangerous cells and find new targets for therapy."


In collaboration with four other medical centres across the US, Dr. Ronai and his colleagues analyzed human prostate cancer samples and found that Siah2 and the other proteins it triggers is detected more often in the aggressive neuroendocrine forms of prostate tumors than in other types. By acting as markers for particularly aggressive prostate cancers, Siah2 and its partners could provide doctors with an early warning sign for tumors that are likely to metastasize.

To further validate these findings, the Siah2 gene was inactivated in mice already prone to developing aggressive prostate tumors. Although benign growths still appeared, they failed to develop into neuroendocrine tumors.

Pour valider encore plus ces découvertes, le gène Siah2 a été inactivé chez les souris faites pour développer le cancer de la prostate. Même si des croissances bénines ont été enregistrées, elles n'ont pas développé des tumeurs neuroendctrines.

First author Jianfei Qi, postdoctoral researcher in Dr. Ronai's laboratory, said: "When we inhibit the Siah2 pathway in mice, we eliminate the neuroendocrine-type cells from the prostate tumours. Since prostate cancers containing neuroendocrine-type cells are resistant to current therapies, we are pleased to find that targeting Siah2 might provide an alternate approach to treating this disease."
Members of the Sanford-Burnham research team are now looking for chemical compounds that inhibit the activity of Siah2 or other proteins along the chain.

They hope to find a new drug that will block the series of molecular events leading to the formation of neuroendocrine-type cancer cells, thus keeping prostate tumors in check. (ANI)

Ils espèrent trouvé un nouveau médicament qui bloquera la série d'évênemnts moléculaires ceci gardant les tumeurs de la prostate en échec
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Nouvelle approche pour traiter le cancer de la prostate.   Jeu 25 Juin 2009 - 1:28

New Approach For Treating Recurrent Prostate Cancer On The Horizon
Nouvelle approche pour traiter le cancer de la prostate à l'horizon.

(June 25, 2009) — A new study shows that an alpha-particle emitting radiopeptide—radioactive material bound to a synthetic peptide, a component of protein—is effective for treating prostate cancer in mice, according to researchers at SNM's 56th Annual Meeting in Toronto. The results could eventually result in a significant breakthrough in prostate cancer treatment, especially for patients whose cancer recurs after the prostate is removed.

Une nouvelle étude montre qu'une particule radioactive lié à un peptide synthétique, un composé d'une protéine est efficace pour traiter le cancer chez la souris, selon des chercheurs de Toronto. Les résultats pourraient éventuellement se révéler une grande avancée pour le traitement du cancer de la prostate spécialement pour les patients dont la prostate a été enlevé.

"Our study shows that this novel form of treatment has the potential to target and destroy cancer cells with minimal damage to surrounding healthy tissue," said Damian Wild, University Hospital Basel, Basel, Switzerland, lead author of the study. "Eventually, this therapy could give hope to some of the hardest-to-treat prostate cancer patients and also could be applied to other types of cancer."

'Notre étude montre que cette nouvelle forne de traitement a le potentiel de cibler et de détruire les cellules cancéreuses avec un minimum de dommage pour les tissus sains. Éventuellement cette thérapie pourra donner de l'espoir pour un des cancers les plus difficilles à traiter et pourrait mêm s'appliquer à d'autres cancers.

Every year, more than 186,000 men in the United States are newly diagnosed with prostate cancer. The most common types of treatment include surgical removal of some, or all, of the prostate, followed by radiation therapy. More than 30,000 men each year who have had their prostates removed experience recurrence of the cancer. In most of these cases, the disease cannot be localized and treated adequately with conventional treatments; therefore, a systemic treatment that efficiently kills small tumors is needed.

Because tumor cells readily bind with certain peptides, researchers have been able to develop highly specific radiopeptides that bind with tumor cells and treat them using specific therapeutic radioactive substances attached to the radiopeptide. Prostate cancer cells—and many other types of cancer cells—have an overabundance of gastrin-releasing peptide receptors, making the cancer a strong candidate for treatment with radiopeptides.

The study compared two different types of radiopeptides. One group of mice was injected with 213 Bi-DOTA-PESIN, which emits alpha particles that are effective at killing cancer cells. The other group was injected with beta-emitting 177 Lu-DOTA-PESIN, which are also effective in tumor cell-killing, but can also cause damage to nearby healthy cells. Alpha particles are able to kill cancer cells without damaging surrounding healthy tissue. A third group of mice received no treatment.

However, at the maximum tolerated dose, the alpha-emitting 213 Bi-DOTA PESIN was significantly more effective, tripling the survival rate of the mice that received the therapy. The results indicate that the alpha-emitting radiopeptide could provide a new approach for treating prostate cancer and eventually other types of cancer.

Le peptide a triplé le taux de survie des souris par rapport au groupe de comparaison.


Dernière édition par Denis le Ven 24 Juin 2016 - 14:16, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nouvelle approche pour traiter le cancer de la prostate.   Aujourd'hui à 14:35

Revenir en haut Aller en bas
 
Nouvelle approche pour traiter le cancer de la prostate.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» nouvelle venue...pour le CRPE 2011-2012...enfin j'espère
» [FMP-Casa] chere nouvelle promotion, pour votre integration....
» Pour les tumeurs ou métastases au foie, il y a une nouvelle méthode...
» Demande d'aide pour traiter le dossier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: