AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les statines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les statines   Lun 18 Jan 2016 - 1:20

In a recent study, researchers at Cancer Treatment Centers of America® (CTCA) at Western Regional Medical Center (Western), in collaboration with international colleagues, found that statins could be an effective therapeutic against metastatic small cell lung cancer (SCLC).

The study of 876 late-stage SCLC patients, published today in the peer-reviewed scientific journal PLOS ONE, showed that statins, a class of drugs primarily used to lower cholesterol in patients at risk for heart disease, appeared to provide an increase in overall survival for those cancer patients who received them.

"Small cell lung cancer is one of the most aggressive types of cancer, and yet in nearly three decades, no new classes of treatments have been adopted as new benchmarks for standard therapy," said Dr. Glen Weiss, M.D., M.B.A., Director of Clinical Research and Medical Oncologist at CTCA® at Western in Goodyear, Ariz., and the study's senior author. "Our study showed that statins appear to provide a statistically significant survival benefit among patients with metastatic SCLC."

In collaboration with Dr. Weiss, Dr. Zoltan Lohinai, M.D., the study's first author performed his analyses while based at CTCA under a grant from the Lung Cancer Research Scholarship of the Hungarian Society of Pulmonology 2015. Dr. Lohinai is a thoracic oncology fellow at the National Koranyi Institute of Pulmonology and a Ph.D. student at the Medical University of Budapest, Hungary. This international partnership expanded the data pool of patient information. With 51.6 cases per 100,000 people, Hungary has the world's highest rate of lung cancer. That compares to 38.4 per 100,000 in the U.S., the world's eighth highest rate of lung cancer.

Every year, lung cancer kills more than 158,000 Americans -- more than breast, colon and prostate cancers combined. Nearly 1.8 million people worldwide are diagnosed with lung cancer each year.

Past drug-repositioning reviews, involving pre-clinical data and limited numbers of patients, appeared to have demonstrated anti-SCLC activity among some FDA-approved medications for treatment of non-malignant disorders.

"The aim of our study was to confirm whether the use of these non-cancer medications might be associated with a survival benefit for cancer patients," Dr. Lohinai said.

This study published today examined late-stage SCLC patients who were prescribed statins, aspirin, clomipramine or serotonin reuptake inhibitors (antidepressants), and doxazosin or prazosin (medications for high blood pressure).

Significantly, their analyses appeared to show no statistical benefit for SCLC cancer patients taking any of those medications, except for statins.

"Our study evaluated the recent laboratory findings in a clinical setting. Among several studied drugs, statins were the only medications that appeared to increase the survival in patients suffering from this aggressive tumor," Dr. Lohinai said. "We concluded that drug repositioning studies using only preclinical data or small numbers of patients should be treated with caution."

Another finding of this study was that radiotherapy appeared to be an independent predictor of survival.

"Our data demonstrated that radiotherapy appears to be an independent survival predictor in stage 4 SCLC, thereby confirming the results of other prospective and retrospective studies," said Dr. Weiss, who leads the clinical research program at Western.

This study -- From Bench to Bedside: Attempt to Validate Repositioning of Drugs in the Treatment of Metastatic Small Cell Lung Cancer (SCLC) -- was funded by a grant from Lung Cancer Research Scholarship of the Hungarian Society of Pulmonology 2015.


---


Dans une étude récente, les chercheurs de Cancer Treatment Centers of America® (ACCT) au Centre médical régional de l'Ouest (Western), en collaboration avec des collègues internationaux, ont trouvé que les statines pourraient être une thérapeutique efficace contre le cancer à petites cellules du poumon métastatique (SCLC).

L'étude de 876 patients de stade avancé de CPPC, publiée aujourd'hui dans la revue scientifique PLoS ONE, a montré que les statines, une classe de médicaments utilisés principalement pour réduire le cholestérol chez les patients à risque de maladie cardiaque, semblaient offrir une augmentation globale la survie pour les patients atteints de cancer qui les a reçus.

"Le cancer du à petites cellules est l'un des types les plus agressives de cancer, et pourtant en près de trois décennies, aucune nouvelle classe de traitements ont été adoptées en tant que nouveaux points de repère pour la thérapie standard," a déclaré le Dr Glen Weiss, MD, MBA, Directeur de la recherche clinique et oncologue médical au CTCA® à Western à Goodyear, en Arizona., et auteur principal de l'étude. «Notre étude a montré que les statines semblent fournir un bénéfice statistiquement significatif de la survie chez les patients atteints de métastases SCLC."

En collaboration avec le Dr Weiss, le Dr Zoltan Lohinai, MD, premier auteur de l'étude effectuée ses analyses pendant qu'il était au CTCA avec une subvention de la Bourse de recherche sur le cancer du poumon de la Société hongroise de pneumologie 2015. LE Dr Lohinai est un compagnon de oncologie thoracique à l'Institut national Koranyi de pneumologie et d'un doctorat étudiant à l'Université de médecine de Budapest, en Hongrie. Ce partenariat international a élargi la quantité de données des informations sur les patients. Avec 51,6 cas pour 100.000 habitants, la Hongrie a le taux le plus élevé de cancer du poumon dans le monde. Cela se compare à 38,4 pour 100.000 aux Etats-Unis, le taux huitième plus élevé au monde de cancer du poumon.

Chaque année, le cancer du poumon tue plus de 158.000 Américains - plus quew le cancer du sein, du côlon et de la prostate réunis. Près de 1,8 millions de personnes dans le monde sont diagnostiqués avec le cancer du poumon chaque année.

Les dernières études sur le repositionnement de médicaments, impliquant des données pré-cliniques et un nombre limité de patients, semblent avoir démontré une activité anti-SCLC chez certains médicaments approuvés par la FDA pour le traitement des troubles non malins.

"Le but de notre étude était de confirmer si l'utilisation de ces médicaments non-cancéreuses pourrait être associée à un bénéfice de survie pour les patients atteints de cancer», a déclaré le Dr Lohinai.

Cette étude publiée aujourd'hui a examiné des patients CPPC à un stade avancé à qui on a prescrit des statines, aspirine, la clomipramine ou des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (antidépresseurs), et la doxazosine ou prazosine (médicaments pour la haute pression sanguine).

De manière significative, leurs analyses semblent montrer aucun avantage statistique pour les patients cancéreux SCLC prenant un de ces médicaments, sauf pour les statines.

«Notre étude a évalué les résultats de laboratoire récentes dans un cadre clinique. Parmi plusieurs médicaments étudiés, les statines étaient les seuls médicaments qui semble augmenter la survie chez les patients atteints de cette tumeur agressive," a déclaré le Dr Lohinai. "Nous avons conclu que les études médicament de repositionnement en utilisant uniquement des données précliniques ou de petits nombres de patients doivent être traités avec prudence."

Une autre conclusion de cette étude est que la radiothérapie semble être un facteur prédictif indépendant de survie.

"Nos données montrent que la radiothérapie semble être un facteur prédictif indépendant de survie au stade 4 du SCLC, confirmant ainsi les résultats d'autres études prospectives et rétrospectives," a déclaré le Dr Weiss, qui dirige le programme de recherche clinique à l'Université Western.

Cette étude - Des laboratoires au chevet: essayer de valider le repositionnement de médicaments dans le traitement des métastases du cancer du poumon à petites cellules (CPPC) - a été financé par une subvention de recherche sur le cancer du poumon bourse de la Société hongroise de pneumologie à 2015.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les statines   Lun 3 Sep 2012 - 15:46

Les statines, l'un des médicaments les plus utilisés au monde contre le «mauvais» cholestérol, pourraient être efficaces contre la formation de vaisseaux lymphatiques précurseurs de métastases, ce qui permettrait d'ouvrir de nouvelles perspectives dans le traitement du cancer.

Cette découverte inattendue a été faite par des chercheurs de l'École polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), qui ont utilisé un système de cultures cellulaires «en trois dimensions» de leur invention.

À la recherche de substances capables d'empêcher la formation de métastases, les chercheurs de l'Institut des sciences pharmaceutiques de l'EPFZ ont remarqué qu'un groupe de médicaments connu depuis longtemps, les statines, pouvait avoir un effet intéressant. Ces médicaments sont largement utilisés pour réduire les taux de «mauvais» cholestérol et font partie des substances les plus prescrites au monde.

Les chercheurs du groupe du professeur Michael Detmar ont fait leur découverte à l'aide d'un nouveau système de cultures cellulaires. Ce dernier leur permet de savoir si une certaine substance influence la croissance des vaisseaux lymphatiques accompagnant les métastases.

Le système consiste en de petites sphères tapissées de cellules lymphatiques humaines déposées sur un gel. Si la croissance de ces cellules est stimulée par des substances spécifiques, elles commencent alors à former des rejets, ou des extensions, desquelles sortent de nouveaux vaisseaux.

Pour distinguer leur système de culture des cellules des systèmes habituels en deux dimensions, les chercheurs zurichois ont conçu un système en trois dimensions qui leur a permis de tester plus d'un millier de substances, un nombre extraordinairement élevé. Le système peut en effet être complètement automatisé, selon Martin Schulz, l'un des scientifiques ayant participé aux travaux.

Les chercheurs ont obtenu près de 100 000 clichés en haute résolution des petites sphères, qui permettent de voir si les cellules ont lancé ou non des rejets.

Le nombre des rejets a même été calculé par un programme de comptage spécial. Si l'on avait dû faire le tri manuellement, seules une dizaine de substances auraient pu être testées, selon Martin Schulz.

Les chercheurs ont aussi montré que leur système est beaucoup plus performant que les cultures habituelles et qu'il a l'avantage, sur les essais avec des animaux, d'utiliser directement des cellules humaines, selon le professeur Detmar.

L'observation et le tri des quelque 1000 substances employées ont montré qu'une trentaine d'entre elles empêchaient la croissance des vaisseaux. Parmi plusieurs substances dont on ne savaient pas qu'elles avaient cette propriété, les biologistes en ont examinées deux plus précisément.

L'une de ces deux substances appartient justement à la classe des statines. Avec des collègues de l'université Berkeley, en Californie, les chercheurs zurichois ont ensuite confirmé la réalité de l'effet découvert par des essais sur des souris.

Selon les chercheurs, il est possible que les statines soient utilisées à l'avenir non seulement avec des patients ayant une affection cardio-vasculaire, mais également sur des patients atteints d'une tumeur. Comme on le sait depuis un certain temps, notamment grâce aux recherche du groupe de Michael Detmar, diverses formes de cancer s'étendent par le biais de vaisseaux lymphatiques. Certaines tumeurs leur envoient en effet des signaux qui les incitent à se transformer à leur tour en tumeurs.

Selon le professeur Detmar, «on peut imaginer que des patients à risque soient à l'avenir traités de manière préventive avec des médicaments qui empêchent une tumeur de faire des métastases».

Comme les statines «ont déjà été largement testées dans le domaine cardio-vasculaire, il suffirait de les tester dans leur fonction d'inhibiteurs de croissance de vaisseaux lymphatiques, ce qui devrait être plus simple que de faire homologuer un nouveau médicament», note-t-il.

Pour être sûr que les statines peuvent bien être un médicament actif, il reste encore des recherches à mener. Il s'agit d'explorer, entre autres, toute la question des doses efficaces.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les statines   Mar 24 Jan 2012 - 14:33

C’est la seconde étude à suggérer qu’une dose quotidienne de statines, une classe de médicaments pour abaisser le cholestérol, pourrait contribuer à bloquer la croissance et la propagation des tumeurs. Cette recherche de laboratoire, co-financée par les NIH et la Breast Cancer Research Foundation, publiée dans l’édition du 20 janvier de la revue Cell, confirme non seulement le rôle clé d'une mutation génétique sur le gène P53 dans le développement du cancer du sein mais suggère l’efficacité des statines pour stopper la progression et la diffusion des tumeurs. Cette étude confirme à nouveau* l’hypothèse statines pour le traitement du cancer du sein et peut-être d'autres cancers.

La recherche a été effectuée sur des cultures cellulaires de tumeurs du cancer du sein contenant une mutation du gène P53, par des chercheurs de l'Université de Columbia et d'autres instituts américains, du Japon et de Norvège.

Ces chercheurs ont identifié la séquence biochimique spécifique ou «voie» via laquelle la mutation génétique induit les cellules à devenir cancéreuses. Cette voie est également impliquée dans la production de cholestérol et pourrait donc, peut-être être bloquée par les statines ? Les scientifiques ont néanmoins d’abord tenté de modifier les effets de cette mutation génétique et la moitié des cellules tumorales ont repris alors une structure normale. Et lorsqu’ils introduisent une version mutée du gène P53 dans les cellules mammaires non cancéreuses, ces cellules évoluent bien vers des cellules cancéreuses.

L’efficacité de la simvastatine : Les scientifiques ont ensuite regardé comment certains médicaments, dont plusieurs statines, pourraient interférer avec les effets de ce gène muté. Ils confirment qu’une statine, la simvastatine, permet de réduire la croissance des cellules cancéreuses et accroître l’apoptose (la mort) des cellules cancéreuses, avec un impact plus important qu’en intervenant sur la seule mutation du gène. Cette constatation est vérifiée à la fois sur des cellules tumorales porteuses de la mutation P53 ou sur la croissance de cellules cancéreuses implantées sur des souris.

Cette recherche était donc à nouveau centrée sur ce fameux gène P53 qui code pour la production d'une protéine du même nom, connue pour contrôler la vie ou la mort des cellules, et l’un des acteurs clés de la recherche contre le cancer, depuis de longues années. Son inactivation est constatée chez 50 % des personnes atteintes de cancers. Nous avons couvert récemment une étude de l’Inserm, publiée dans la revue Cancer Cell, qui décrypte son mécanisme en chaine avec 2 autres protéines.

Les chercheurs confirment, avec cette recherche, que la mutation du gène P53 est nécessaire et suffisante pour générer croissance de cellules cancéreuses (en laboratoire) et suggèrent que les statines sont efficaces pour interférer avec le développement de ces tumeurs avec un triple effet, sur la croissance cellulaire, sur la mort cellulaire et la propagation.

Une étude de novembre dernier publiée dans le Journal of the National Cancer Institute* avait déjà suggéré qu’une dose quotidienne de statines lipophiles comme la simvastatine, pouvait réduire considérablement le risque de récidive de cancer du sein.

Toutefois, malgré ces premiers résultats concordants, d’autres essais cliniques seront nécessaires avant de confirmer que les statines peuvent être utilisées comme traitement du cancer du ou d'autres cancers. Cependant, si ces résultats devaient être confirmés, il est clair que les statines étant déjà bien connues et largement utilisées, leur indication dans le traitement des cancers pourrait intervenir plus rapidement.

Source: Cell, Volume 148, Issue 1, 244-258, 20 January 2012 doi:10.1016/j.cell.2011.12.017 Mutant p53 Disrupts Mammary Tissue Architecture via the Mevalonate Pathway



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les statines   Lun 20 Sep 2010 - 21:10

J'ai mis un article écrit en français sur le même sujet dans le forum sur la recherche parce qu'on parle plus de traiter avec ce médicament que de prévenir mais je laisse celui-ci aussi parce que ça va avec ceux que j'ai mis avant.

A drug commonly prescribed for people with high cholesterol may also be effective in treating prostate cancer, according to new research by Dr. Xiao-Yan Wen at St. Michael's Hospital.

Un médicament couramment prescrit pour les personnes atteintes de cholestérol élevé peut également être efficace dans le traitement du cancer de la prostate, selon une nouvelle étude par le Dr Xiao-Yan Wen à l'Hôpital St. Michael's.

Rosuvastatin -- a statin drug sold as Crestor -- suppressed the growth of transplanted human prostate cancer cells in mice.

Le rosuvastatin, vendu sous le nom de Crestor , supprime la croissance des cellules cancéreuses de la prostate implantées cehz des souris.


"Our data provided solid pre-clinical evidence and a strong rationale for clinical trials of statins in the treatment of prostate cancer," said Wen, whose research appears in the September issue of European Urology, the journal of the European Association of Urology.

"Nos données fournissent des preuves solides pré-cliniques et une forte justification pour commencer des essais cliniques de statines dans le traitement du cancer de la prostate", a déclaré Wen, dont la recherche paraît dans le numéro de Septembre de European Urology, la revue de l'Association européenne d'urologie.


Prostate cancer is the most common cancer in Canadian men -- one in seven men will develop the disease during his lifetime and one in 27 will die from it. Despite improvements in treatments such as surgery, radiation and chemotherapy, many patients still progress to advanced stages.

Recent clinical trials have shown encouraging results regarding the use of angiogenic inhibitors -- substances that prevent the growth of blood vessels that feed tumors.

Wen and his colleagues in Canada and China screened 2,000 small molecules in zebrafish embryos with 2,000 small molecules. Seven compounds -- four of them statins -- slowed or prevented the growth of those blood vessels. They then decided to investigate the cancer-fighting potential of one of those statins, rosuvastatin, and found it suppressed the growth of prostate cancer in mice without apparent side effects.

If human trials confirmed that statin drugs can optimize the benefits of radiation, that would help doctors determine the most effective, less toxic and affordable treatments for their prostate cancer patients.

Si les essais sur des humains confirment que les statines optimisent les bénéfices de la radiation ça pourrait aider les médecins à déterminer le moins toxique, le plus pensable des traitments pour leurs patients atteints de cancer de la
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les statines   Ven 8 Juil 2005 - 20:01

Les statines en prévention des cancers
2005 ASCO Annual Meeting

De plus en plus d'études concordent pour attribuer aux statines un effet préventif contre les cancers. Cancer du poumon, de la prostate, du sein, du pancréas, de l'œsophage ou du côlon, les résultats vont tous dans le même sens, annonçant une réduction du risque cancéreux, dépassant souvent les 50% !

La question qui va falloir maintenat poser et élucider : les statines joueront-elles un rôle important dans la prévention du cancer et pour quelles populations le bénéfice sera-il supérieur aux risques et inconvénient.... et en évaluer le coût financier ou les économies...

CANCER DU SEIN

Une étude à partir de 40.000 femmes montre que le risque de cancer du sein est deux fois moins élevé (51%) chez celles recevant un traitement par statines.
CANCER DU POUMON

Une de ces études a porté sur une population de 500.000 hommes, dont 34% étaient traités par statines. Les auteurs constatent que les sujets sous statines présentaient une baisse de 48% du risque de cancer du poumon.
CANCER DE LA PROSTATE

En examinant une cohorte de 450.000 hommes, un autre essai conclut à une baisse de 54% du risque de cancer de la prostate sous statine. Ici, les auteurs ont noté un effet bénéfique croissant avec la durée du traitement. Ainsi, un traitement de un à deux ans a été associé à une baisse du risque de 27%, deux à trois ans de traitement à une baisse de 58%, tandis que trois à quatre ans de prescription baisse le risque de 70%. Et enfin, si le traitement a été suivi durant plus de quatre ans, la baisse enregistrée atteint 89% !!!
CONCLUSION....

Avec 5 millions de Français déjà traités par les statines, elles représentent la première classe thérapeutique remboursée par l'Assurance maladie.
Si ces données se confirment, les statines pourraient entrer dans une nouvelle aire thérapeutique. Et si les patients déjà sous traitement anti-cholestérol seront les premiers à bénéficier de cet effet anti-cancer des statines, on peut imaginer, dans un avenir assez proche, traiter nombre de personnes avec ces molécules sous le simple prétexte de la prévention contre les cancers.
"Les statines ne sont pas sans risque et pour Ie Dr Khurana qui a participé à cette recherchel il est trop tôt pour prescrire les statines strictement pour réduire les risques de cancer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Les statines   Mar 28 Juin 2005 - 7:57

Des statines pour prévenir certains cancers ?

News 31-05-05

Largement utilisées pour combattre le cholestérol, les statines pourraient avoir d’autres effets bénéfiques. Diverses études présentées lors du congrès annuel de l’American Association for Cancer Research) en avril dernier indiquent que les statines pourraient intervenir dans la prévention du cancer de la prostate, du côlon et du sein. Les mécanismes qui pourraient expliquer ce mode d’action sont toutefois encore totalement inconnus.

Sources : Le Journal du Médecin, 03-05-05, The Wall Street Journal Europe, 23-05-05


Commentaires de la Fondation contre le Cancer

Les statines sont de puissants anti-cholestérol utilisés depuis quelques années pour prévenir les principales maladies cardiovasculaires. Mais en plus de cet effet, plusieurs chercheurs pensent que ces médicaments pourraient également freiner l’évolution de certains cancers.

Déjà en 2003, une étude menée par l’Université de Pittsburg mettait en évidence une diminution de la fréquence des cancers du sein chez les femmes prenant des statines. Plus récemment, d’autres études ont montré que les statines pouvaient inhiber la croissance du cancer de la prostate et freiner la croissance de certaines lignées de cellules cancéreuses du gros intestin.

Les mécanismes biochimiques permettant d’expliquer ces effets ne sont pas connus à l’heure actuelle. Certains experts pensent que ces effets pourraient s’expliquer par l’action anti-inflammatoire des statines. D’autres penchent plutôt pour un effet neutralisant des statines sur certaines enzymes comme l’HMG-CoA réductase, ce qui régulerait la production de substances chimiques jouant un rôle cellulaire important dans le développement du cancer. Mais ce ne sont encore là que des hypothèses.

Quoi qu’il en soit, les experts sont unanimes pour dire qu’il est encore beaucoup trop tôt pour prescrire des statines afin de réduire les risques de cancers. Des études menées à plus large échelle doivent encore être conduites. De plus, ne perdons pas de vue que les statines ne sont pas dénuées d’effets secondaires (douleurs ou faiblesses musculaires, fatigue, troubles de la mémoire et de la concentration, troubles du sommeil, troubles sexuels et difficultés à réguler la température corporelle) et que les personnes qui en prennent pour faire baisser leur taux de cholestérol doivent faire l’objet de contrôles réguliers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les statines   Aujourd'hui à 12:25

Revenir en haut Aller en bas
 
Les statines
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les statines
» STATINES
» Cholestérol, des médicaments qui entretiennent la maladie " Les Statines"
» Santé: statines et cholestérol
» Orphanews: bulletin d'information du 29 avril 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Prévention-
Sauter vers: