AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Traitement par certains virus du cancer de la prostate, du pancréas, de la peau etc.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Traitement par certains virus du cancer de la prostate, du pancréas, de la peau etc.   Mar 6 Mai 2014 - 19:24

Rice University scientists have designed a tunable virus that works like a safe deposit box. It takes two keys to open it and release its therapeutic cargo.

The Rice lab of bioengineer Junghae Suh has developed an adeno-associated virus (AAV) that unlocks only in the presence of two selected proteases, enzymes that cut up other proteins for disposal. Because certain proteases are elevated at tumor sites, the viruses can be designed to target and destroy the cancer cells.

The work appears online this week in the American Chemical Society journal ACS Nano.

AAVs are fairly benign and have become the object of intense study as delivery vehicles for gene therapies. Researchers often try to target AAVs to cellular receptors that may be slightly overexpressed on diseased cells.

The Rice lab takes a different approach. "We were looking for other types of biomarkers beyond cellular receptors present at disease sites," Suh said. "In breast cancer, for example, it's known the tumor cells oversecrete extracellular proteases, but perhaps more important are the infiltrating immune cells that migrate into the tumor microenvironment and start dumping out a whole bunch of proteases as well.

"So that's what we're going after to do targeted delivery. Our basic idea is to create viruses that, in the locked configuration, can't do anything. They're inert," she said. When programmed AAVs encounter the right protease keys at sites of disease, "these viruses unlock, bind to the cells and deliver payloads that will either kill the cells for cancer therapy or deliver genes that can fix them for other disease applications."

Suh's lab genetically inserts peptides into the self-assembling AAVs to lock the capsids, the hard shells that protect genes contained within. The target proteases recognize the peptides "and chew off the locks," effectively unlocking the virus and allowing it to bind to the diseased cells.

"If we were just looking for one protease, it might be at the cancer site, but it could also be somewhere else in your body where you have inflammation. This could lead to undesirable side effects," she said. "By requiring two different proteases -- let's say protease A and protease B -- to open the locked virus, we may achieve higher delivery specificity since the chance of having both proteases elevated at a site becomes smaller."

In the future, molecular-imaging approaches will be used to detect both the identity and concentration of elevated proteases. "With that information, we would be able to pick a virus device from our panel of engineered variants that has the right properties to target that disease site. That's where we want to go," she said.

Suh said elevated proteases are found around many diseased tissues. She suggested these protease-activatable viruses may be useful for the treatment of not only cancers but also neurological diseases, such as stroke, Parkinson's and Alzheimer's diseases, and heart diseases, including myocardial infarction and congestive heart failure.

The ultimate vision of this technology is to design viruses that can carry out a combination of steps for targeting. "To increase the specificity of virus unlocking, you can imagine creating viruses that require many more keys to open," she said. "For example, you may need both proteases A and B as well as a cellular receptor to unlock the virus. The work reported here is a good first step toward this goal."




Les scientifiques de l'Université Rice ont conçu un virus qui fonctionne comme un coffre-fort. Il faut deux clés pour l'ouvrir et libérer sa cargaison thérapeutique.

Junghae Suh a mis au point un virus adéno-associé (AAV ) qui s'ouvre uniquement en présence de deux proteases sélectionnés, des enzymes qui coupent en place d'autres protéines pour leur élimination. Parce que certaines proteases sont élevés dans les tumeurs, les virus peuvent être conçus pour cibler et détruire les cellules cancéreuses.

Le travail apparaît en ligne cette semaine dans la revue American Chemical Society ACS Nano.

Les virus AAV sont assez bénins et sont devenus l'objet de l'étude intense comme véhicules de livraison pour les thérapies géniques. Les chercheurs essaient souvent de cibler des récepteurs cellulaires avec AVV, récepteurs qui peuvent être légèrement surexprimés sur les cellules malades.

Le laboratoire Rice a une approche différente. «Nous étions à la recherche d'autres types de biomarqueurs au-delà des récepteurs cellulaires présents sur les sites de la maladie ", a déclaré Suh . " Dans le cancer du sein , par exemple , il est connu que les cellules tumorales secrete beaucoup de protéases extracellulaires, mais peut-être plus importantes encore sont les cellules immunitaires infiltrantes qui migrent dans le microenvironnement de la tumeur et le dumping de tout un tas de protéases commencent ainsi.

"C'est ce que nous allons faire par la livraison ciblée. Notre idée de base est de créer des virus qui, dans la configuration verrouillée, ne peuvent rien faire. Ils sont inertes. Lorsque le AAV programmé rencontre les clés de la protéase sur les sites de la maladie, les virus sont débloques, et se lient aux cellules pour livrer des charges qui soit tuent les cellules pour le traitement du cancer ou de livrent des gènes qui peuvent se fixer pour d'autres applications de la maladie."

Le laboratoire de Suh insère génétiquement des peptides dans les AAV d'auto-assemblage pour verrouiller les capsides, les coquilles dures qui protègent les gènes contenus à l'intérieur. Les proteases ciblés reconnaissent les peptides et détruisent les serrures de déverrouillage de manière efficace permettant au virus de se lier aux cellules malades.

"Si nous voulions juste pour une protéase, il pourrait être sur le site de cancer, mais il pourrait aussi être ailleurs dans votre corps où vous avez une inflammation . Cela pourrait conduire à des effets secondaires indésirables En exigeant deux protéases différentes - disons protéase A et protéase B - pour ouvrir le virus verrouillé , nous pouvons obtenir la livraison ultérieure spécificité car la chance d'avoir deux protéases élevés sur un site devient plus petite."

Dans le futur, les approches moléculaires d'imagerie seront utilisés pour détecter à la fois l'identité et la concentration de proteases élevées. " Avec cette information , nous serions en mesure de choisir un dispositif de virus de notre panel de variantes d'ingénierie qui peut cibler exactement ce site de la maladie. C'est là que nous voulons aller".

Suh a déclaré de nombreux protéases se trouvent autour de nombreux tissus malades . Elle a suggéré que ces virus protease - activables peuvent être utiles pour le traitement non seulement des cancers, mais aussi des maladies neurologiques, telles que la maladie de Parkinson et d'Alzheimer et les maladies cardiaques, y compris l'infarctus du myocarde et l'insuffisance cardiaque congestive.

La vision ultime de cette technologie est de concevoir des virus qui peuvent mener à une combinaison de mesures pour le ciblage. " Pour augmenter la spécificité de déverrouillage de virus , vous pouvez imaginer la création de virus qui nécessitent beaucoup plus de clés pour ouvrir , " dit-elle. " Par exemple, vous devrez peut-être les deux protéases A et B ainsi que d'un récepteur cellulaire pour déverrouiller le virus. Le travail présenté ici est une bonne première étape vers cet objectif."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Traitement par certains virus du cancer de la prostate, du pancréas, de la peau etc.   Mar 23 Avr 2013 - 19:57

Apr. 23, 2013 — Researchers from Yale University School of Medicine have demonstrated that vesicular stomatitis virus (VSV) is highly competent at finding, infecting, and killing human melanoma cells, both in vitro and in animal models, while having little propensity to infect non-cancerous cells.

"If it works as well in humans, this could confer a substantial benefit on patients afflicted with this deadly disease," says Anthony van den Pol, a researcher on the study. The research was published online ahead of print in the Journal of Virology.

Most normal cells resist virus infection by activating antiviral processes that protect nearby cells. "The working hypothesis was that since many cancer cells show a deficient ability to withstand virus infection, maybe a fast-acting virus such as VSV would be able to infect and kill cancer cells before the virus was eliminated by the immune system," says van den Pol. And indeed, the virus was able to selectively infect multiple deadly human melanomas that had been implanted in a mouse model, yet showed little infectivity towards normal mouse cells, he says.

Many different mechanisms are involved in innate immunity, the type of immunity that combats viral infection. van den Pol plans to investigate which specific mechanisms are malfunctioning in cancer cells, knowledge that would be hugely beneficial both in understanding how cancer affects immunity, and in enhancing a virus' ability to target cancer cells, he says.

Melanoma is the most deadly skin cancer. Most melanomas are incurable once they have metastasized into the body. The incidence of melanoma has tripled over the last three decades, and it accounts for approximately 75 percent of skin cancer-related deaths.


---------


Des chercheurs de l'Université de Yale ont démontré que le virus de la stomatite vésiculaire (VSV) est très compétent à trouver, infecter et tuer les cellules du mélanome humain, à la fois in vitro et dans les animaux, tout en ayant peu tendance à infecter des cellules non cancéreuses.

«Si ça marche aussi bien chez l'homme, ça pourrait conférer un avantage considérable sur les patients atteints de cette maladie mortelle», explique Anthony van den Pol, un chercheur de l'étude. La recherche a été publiée en ligne avant impression dans le Journal of Virology.

La plupart des cellules normales résistent à l'infection par le virus en activant les processus antiviraux qui protègent les cellules voisines. "L'hypothèse de travail était que depuis de nombreuses cellules cancéreuses présentent une capacité insuffisante pour résister à une infection virale, peut-être un virus à action rapide tels que VSV serait capable d'infecter et de tuer les cellules cancéreuses avant que le virus ait été éliminé par le système immunitaire», explique van den Pol. Et en effet, le virus est capable d'infecter de manière sélective plusieurs mélanomes humains mortels qui avaient été implantés dans un modèle de souris, et il a montré peu d'infectiosité vers les cellules normales de souris, dit-il.

De nombreux mécanismes différents sont impliqués dans l'immunité innée, le type d'immunité qui combat l'infection virale. van den Pol envisage d'enquêter sur des mécanismes spécifiques qui sont défectueux dans les cellules cancéreuses, ces connaissances seraient extrêmement bénéfiques tant pour comprendre comment le cancer affecte l'immunité, que dans le renforcement de la capacité d'un virus à cibler les cellules cancéreuses, dit-il.



le même article traduit par un autre

Des chercheurs de l'Université de Yale School of Medicine ont démontré chez la souris que le virus de la stomatite vésiculaire (VSV) est capable de cibler et de tuer sélectivement les cellules cancéreuses du mélanome humain, un grave cancer de la peau.

"Si notre approche thérapeutique fonctionne aussi bien chez l'homme, nous aurons accompli un progrès considérable dans la lutte contre ce type de cancer difficile à traiter", explique Anthony van den Pol, co-auteur de l'étude.

La plupart des cellules normales résistent à l'infection par un virus en activant un système de défense qui protègent les cellules voisines.

"Notre hypothèse de travail était que les cellules cancéreuses n'ont pas la capacité de résister à une infection virale et qu'un virus à action rapide, comme le VSV, serait capable d'infecter et de tuer ces cellules malignes avant que le virus ne soit éliminé par le système immunitaire", précise le professeur van den Pol.

Au cours des essais, les chercheurs ont pu vérifier cette hypothèse en montrant que le virus était capable d'infecter de manière sélective plusieurs mélanomes humains mortels qui avaient été implantés dans un modèle de souris.

Ces chercheurs vont à présent essayer de mieux comprendre les mécanismes spécifiques qui font que les cellules cancéreuses sont vulnérables aux attaques virales. Comme le souligne le professeur van den Pol, "il s'agit de faire d'une pierre deux coups : mieux comprendre comment le cancer affecte l'immunité et identifier des virus capables de repérer et de détruire efficacement les cellules cancéreuses".

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Science Daily

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Traitement par certains virus du cancer de la prostate, du pancréas, de la peau etc.   Mar 22 Mai 2012 - 18:03

Jan 2012

Pour ce qui est de l'utilisation du vsv contre le cancer du pancréas, les études continuent mais on est pas rendu encore à l'étape d'essayer sur des humains. Je trouve ce petit résumé qui parle d'essais sur des souris et qui dit que c'est prometteur...

Vesicular stomatitis virus (VSV) is a promising oncolytic agent against a variety of cancers. However, it has never been tested in any pancreatic cancer model. Pancreatic ductal adenocarcinoma (PDA) is the most common form of pancreatic cancer.

Le virus de stomatite vésiculaire est un agent prometteur contre une variété de cancer. toutefois il n'avait été testé encore contre la forme commune du cancer du

In this study, the oncolytic potentials of several VSV variants were analyzed in a panel of 13 clinically relevant human PDA cell lines and compared to conditionally replicative adenoviruses (CRAds), Sendai virus and respiratory syncytial virus.

Dans cette étude, le potentiel oncolytique de plusieurs variantes de VSV a été analysé sur 13 lignes de cellules humaines et comparé à d'autres virus comme l'Adenovirus, le sendai virus et le virus respiratoire syncytial(..?)

VSV variants showed oncolytic abilities superior to those of other viruses, and some cell lines that exhibited resistance to other viruses were successfully killed by VSV. However, PDA cells were highly heterogeneous in their susceptibility to virus-induced oncolysis, and several cell lines were resistant to all tested viruses.

Les variantes VSV ont montré des capacités oncolytiques supérieures à celle des autres virus et quelques lignes de cellules cancéreuses qui montrent de la résistance aux autres virus ont été tuée par le VSV. Toutefois, les cellules du cancer du pancréas étaient très différenciées quant à leur susceptibilité aux oncolytiques induites par des virus, et plusieurs lignes de cellules étaient résistantes à tous les virus testés.

Resistant cells showed low levels of very early VSV RNA synthesis, indicating possible defects at initial stages of infection. In addition, unlike permissive PDA cell lines, most of the resistant cell lines were able to both produce and respond to interferon, suggesting that intact type I interferon responses contributed to their resistance phenotype.

Les cellules résistantes ont montré de bas niveaux de synthès, indiquant des défauts possibles aux stages initiaux d'infection. en plus, contrairement aux lignes de cellules plus permissives du cancer du pancréas, la plupart des cellules résistantes étaient capables de produire et répondre à l'interféron, suggérant qu'une telle réponse contribuait à leur résistance.

Four cell lines that varied in their permissiveness to VSV-ΔM51 and CRAd dl1520 were tested in mice, and the in vivo results closely mimicked those in vitro. While our results demonstrate that VSV is a promising oncolytic agent against PDA, further studies are needed to better understand the molecular mechanisms of resistance of some PDAs to oncolytic virotherapy.

quatre lignes de cellules qui se différenciaient par leur permissivité au VSV-deltam51 et craddl1520 ont été testé chez des souris et les réultats étaient proches de ceux en laboratoire. Même si nos résultats montrent que le vsv est prometteur pour le cancer du :pancras: cela va prendre des études supplémentaires.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Traitement par certains virus du cancer de la prostate, du pancréas, de la peau etc.   Lun 20 Juin 2011 - 12:24

(June 19, 2011) — Mayo Clinic investigators and collaborators from the United Kingdom cured well-established prostate tumors in mice using a human vaccine with no apparent side effects. This novel cancer treatment approach encourages the immune system to rid itself of prostate tumors without assistance from toxic chemotherapies and radiation treatments. Such a treatment model could some day help people to live tumor free with fewer side effects than those experienced from current therapies.


Les enquêteurs Mayo Clinic et des collaborateurs du Royaume-Uni ont guéri des tumeurs de la bien établies chez des souris en utilisant un vaccin humain sans effets secondaires apparents. Cette approche encourage le système immunitaire à se débarrasser des tumeurs de la prostate sans l'aide de chimiothérapies toxiques et de traitements de radiothérapie. Un tel modèle de traitement pourrait un jour aider les gens à vivre libres de leurs tumeurs avec moins d'effets secondaires que ceux expérimentés par les thérapies actuelles.

The findings appear in the journal Nature Medicine.

"We are hopeful that this will overcome some of the major hurdles which we have seen with immunotherapy cancer research," says Richard Vile, Ph.D., Mayo Clinic immunologist, Richard M. Schulze Family Foundation Professor and a lead author of the study. Clinical trials could begin within two years.

Les essais cliniques pourraient commencer dans deux ans.

Mayo's immunotherapy research led by Dr. Vile already shows promise in treating prostate cancer and melanoma. It also is a prime candidate for treatment of many more aggressive cancers, such as lung, brain and pancreatic cancer.

la recherche semble prometteuse pour la la les le et le

Among the team's findings: no trace of autoimmune diseases in the mice. The murine T-cells attacked only cancerous prostate cells, leaving the healthy tissue unharmed.

Les cellules "t" des souris attaquent seulement les cellules cancéreuses de la prostate et il n'y a pas de traces de maladies auto-immunes.

To develop this new approach, geneticists assembled snippets of genetic code from healthy human prostate tissue into a complementary DNA (cDNA
) library. These bits of cDNA were then inserted into a swarm of vesicular stomatitis viruses (VSV), which were cultured and reintroduced into the test mice as a vaccine during a series of intravenous injections.

Pour développer cette nouvelle approche, les généticiens ont assemblé des bouts de code génétique de tissus prostatiques humains sains dans un ADN complémentaire (ADNc). Ces bits d'ADNc ont ensuite été inséré dans un essaim de stomatite vésiculaire virus (VSV), qui ont été cultivées et réintroduit dans la souris au cours d'une série d'injections intraveineuses.

Development of comprehensive cDNA libraries from healthy human prostate tissue represents the key to successful immunotherapy. All infections, allergens and tissues, including tumors, have a unique fingerprint called an antigen -- a molecular protein tag that triggers a response from the body's immune system. Dr. Vile deployed the human vaccine prostate cancer antigens through the mutated VSV vector to raise a full-on assault from the mice's T-cells. After exposure to the mutated viruses, the animals' immune systems recognized the antigens expressed in the virus and produced a potent immune response to attack the prostate tumors.

"Nobody really knows how many antigens the immune system can really see on tumor cells," says Dr. Vile. "By expressing all of these proteins in highly immunogenic viruses, we increased their visibility to the immune system. The immune system now thinks it is being invaded by the viruses, which are expressing cancer-related antigens that should be eliminated."

Previous attempts to vaccinate against prostate and other types of cancerous tumors have been hampered largely by researchers' inability to isolate a sufficiently diverse and robust collection of antigens in tumor cells. Because of this, tumors often mutate and re-establish themselves in spite of the body's immune system.

Les tentatives précédentes pour vacciner contre la prostate et d'autres types de tumeurs cancéreuses ont été largement entravée par l'incapacité des chercheurs à isoler une collection suffisamment diversifiée et robuste d'antigènes dans les cellules tumorales. Pour cette raison, les tumeurs ont réussi souvent à muter et à se rétablir en dépit du système immunitaire du corps.

The use of viruses as vectors for cDNA libraries overcomes the difficulty of isolating antigens in tumor cells by giving the immune system a more complete picture of the cancerous invader.

L'utilisation de virus comme vecteurs pour les banques d'ADNc surmonte la difficulté d'isoler les antigènes dans les cellules tumorales en donnant au système immunitaire une image plus complète de l'envahisseur cancéreuses.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Traitement par certains virus du cancer de la prostate, du pancréas, de la peau etc.   Jeu 18 Sep 2008 - 17:01

Supervirus contre cancer

NOUVELOBS.COM | 18.09.2008 | 17:07
Des chercheurs canadiens ont fait état d'une découverte majeure liée à l'utilisation de virus pour cibler et détruire les cellules tumorales, une approche thérapeutique connue sous le nom d’oncolyse virale.


Cellule cancéreuse.
Parmi les stratégies de luute contre le cancer, l’oncolyse virale tient une place particulière. Le concept n’est pas neuf : il consiste à faire pénétrer un virus non humain dans les cellules tumorales pour qu’il s’y réplique et les détruise. Sans pour autant endommager les cellules saines. Les premiers essais utilisant cette technique datent des années cinquante. Dans leur grande majorité, ils ne se sont pas avérés satisfaisants, de nombreuses tumeurs primitives résistant encore à cette approche thérapeutique virale.

Pourtant loin de tomber en désuétude, l’oncolyse virale a toujours suscité l’intérêt des chercheurs qui espèrent trouver des moyens pour augmenter la capacité des virus à reconnaître et à détruire les cellules tumorales. C’est peut-être à un tel résultat qu’est parvenue une équipe de chercheurs canadiens. Ils ont découvert qu'une famille de composés appelés inhibiteurs d'histone désacétylase (HDAC) pouvaient transformer les virus oncolytiques en de puissantes armes contre le cancer. Ils présentent leurs résultats dans la dernière édition des PNAS.

Les HDAC inhibent les enzymes responsables de la modulation de la structure des chromosomes dans les cellules tumorales. Les scientifiques ont testé l'association HDAC/virus, dans le cadre d'expériences avec cultures cellulaires réalisées en laboratoire sur des modèles animaux de cancer mais aussi sur des tissus humains prélevés chez des patients atteints de cancers du sein, de la prostate et du côlon immédiatement après l'excision des tumeurs. Pour ce faire, les chercheurs ont utilisé un minuscule rhabdovirus (du même genre que celui de la rage mais sans danger pour l’Homme) en forme de projectile provenant de cellules d'insecte, connu sous le nom de VSV et choisi tout particulièrement pour son incapacité à infecter les cellules humaines saines.

« Un traitement à l'aide de ces composés permet d'augmenter de façon spectaculaire la vulnérabilité de ces cancers aux virus oncolytiques », souligne l’un des auteurs, le Dr Hiscott. « Cette association thérapeutique stimule de façon marquée et inattendue la capacité de ces virus à cibler et à détruire les cellules tumorales. Comme il ne s'agit pas d'un agent pathogène humain, la plupart des personnes ne sont pas porteuses d'anticorps dirigés contre ce virus, ce qui signifie qu'il serait possible de disposer d'un intervalle suffisant pour traiter les patients avec succès avant qu'une réaction immunitaire ne s'enclenche », précise le chercheur.

Ces résultats prometteurs vont rapidement conduire à la mise au point de nouveaux traitements expérimentaux pour les cancers du sein, de la prostate et du côlon ou d'autres tumeurs primitives qui résistent actuellement à la virothérapie. Des essais sur l’Homme pourraient avoir lieu d’ici un ou deux ans. Ces expériences sont essentielles pour déterminer si ce « projectile d'origine virale » est réellement un « projectile magique » capable d'atteindre une cible bien définie.


J.I.
sciences et Avenir.com
18/09/2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Traitement par certains virus du cancer de la prostate, du pancréas, de la peau etc.   Sam 23 Fév 2008 - 16:25

Le système immunitaire peut être entraîné à délivrer des virus permettant de détruire des cancers


Les chercheurs d'une équipe internationale de la Mayo Clinic ont conçu une technique qui utilise les propres cellules de l'organisme associées à un virus pour détruire les cellules cancéreuses ayant essaimé hors des tumeurs primaires vers d'autres parties du corps. Le virus de la stomatite vésiculaire cible et détruit les cellules cancéreuses en laissant les cellules normales intactes.

Cette étude montre en outre que la technologie pourrait être la base d'un nouveau vaccin contre le cancer afin de prévenir la récurrence de celui-ci.
L'étude a été publiée le 9 décembre 2007 dans la revue Nature Medicine. Elle n'a pas encore été reproduite chez l'homme, mais elle est importante parce qu'elle décrit un nouveau traitement potentiel et une nouvelle manière de prévenir la propagation de cancers chez les patients.

Selon le Dr Richard Vile, Ph.D., spécialiste travaillant à la Mayo Clinic tant que des essais cliniques n'auront pas été effectués, il est difficile d'être certain que les résultats trouvés dans les modèles de souris puissent se traduire clairement à l'homme.

Dans les cancers du , du , de la , de la et de la , la croissance des tumeurs secondaires pose souvent plus de grands problèmes aux patients que la tumeur primitive. Le pronostic chez les patients dépend souvent du degré d'envahissement des lymphatiques et du degré de propagation du cancer.

Le docteur Vile et ses collègues ont pensé qu'ils pourraient contrôler la propagation des cancers en manipulant le système immunitaire. Pour pouvoir se servir du virus les chercheurs ont prélevé des cellules de l'organisme d'une souris saine et les ont chargé avec le virus. Une fois ces cellules remises en circulation dans l'organisme le virus s'est détaché et a sélectivement choisi les cellules tumorales pour se diviser et diminuer le taux de cellules tumorales.

Le procédé utilisé dans cette étude a déclenché une réponse immunitaire, ce qui signifie qu'il pourrait être utilisé comme vaccin contre le cancer afin de prévenir les récidives.

Cette technique a permis le traitement avec succès de différentes cellules provenant de trois maladies : le mélanome , le cancer du et le cancer colo-rectal.

Extraire les cellules de l'organisme, leur adjoindre un virus et les réinjecter chez les patients est actuellement déjà utilisé dans un processus similaire qui permet d'attacher des traceurs radioactifs à des cellules pour trouver la source d'infection de patients. Pour les auteurs il s'agit donc d'une technologie relativement facile à transposer chez l'homme.


Dernière édition par Denis le Sam 25 Juin 2011 - 14:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Un virus combattrait efficacement le gliome malin.   Jeu 2 Nov 2006 - 15:45



CALGARY, le 31 oct. /CNW/ - Des chercheurs financés par la Fondation
Terry Fox et la Société canadienne du cancer ont découvert qu'un virus qui
combat le cancer, le VSV, peut enrayer la forme la plus maligne de cancer du
cerveau chez les souris.

L'équipe a également découvert que le virus peut être administré de façon
intraveineuse et cibler les cellules tumorales envahissantes.


L'équipe de recherche a d'abord modifié le virus en altérant un de ses
gènes afin de le rendre moins dangereux pour les cellules normales tout en
maintenant sa capacité d'enrayer les cellules cancéreuses. Ensuite, elle s'est
penchée sur une nouvelle façon de l'administrer (en l'injectant de façon
intraveineuse et non directement dans la tumeur) et a été en mesure de cibler
la tumeur principale ainsi que les cellules tumorales qui s'étaient propagées.


Cette recherche a été dirigée par le Dr Peter Forsyth, oncologue médical
faisant partie du Alberta Cancer Board et professeur d'oncologie, de
neurosciences, de biochimie et de biologie moléculaire à l'Université de
Calgary. L'étude est publiée dans le numéro du 1er novembre du Journal de
l'Institut national du cancer du Canada.


Les cellules de la tumeur cérébrale qui envahissent les parties
environnantes normales du cerveau sont souvent "à l'abri" des traitements
actuels et sont celles qui provoquent généralement la récurrence de la
maladie. La recherche effectuée à l'aide du virus de la stomatite vésiculaire
(VSV) a été menée sur des souris ainsi que sur des échantillons de tumeur
prélevés chez des patients souffrant d'une forme agressive de cancer du
cerveau nommée gliome malin.


"Cette découverte est un excellent exemple de l'importance de la
collaboration scientifique", déclare Darrell Fox, directeur national de la
Fondation Terry Fox. "Le Dr Forsyth fait partie d'un groupe de chercheurs
d'avant-garde qui partage son expertise et profite des connaissances des
autres membres de l'équipe qui travaillent sur cette nouvelle forme de
traitement contre le cancer."


"La recherche sur les virus s'attaquant au cancer est une nouvelle avenue
des plus prometteuses dans le combat contre la maladie", affirme Dre Barbara
Whylie, chef de la direction de la Société canadienne du cancer. "Nous
espérons que cette recherche mène à des traitements plus efficaces de cette
maladie dévastatrice."


Malgré des avancées considérables dans le traitement du gliome malin (un
des types de cancer du système nerveux les plus communs chez les adultes), le
pronostic des patients ne s'est pas beaucoup amélioré au cours des 30
dernières années. Bien que le traitement réussisse à ses débuts, les cellules
cancéreuses finissent généralement par se propager au-delà de la tumeur
principale, et la maladie réapparaît dans d'autres parties du corps. A ce
stade, la maladie développe souvent une résistance aux traitements de
chimiothérapie usuels.


"Le virus idéal pour combattre le cancer s'attaquerait de façon efficace
à plusieurs sites au sein de la tumeur, tromperait les mécanismes de réponses
immunitaires du corps, se reproduirait rapidement, se propagerait dans la
tumeur et infecterait les cellules qui se seraient propagées. Dans cette
étude, nous avons découvert que c'est exactement ce que le VSV fait lorsqu'il
est injecté de façon intraveineuse", affirme le Dr Forsyth.


Les chercheurs ont testé le VSV sur 14 souches cellulaires du gliome
malin et ont découvert que le virus les infectait et les enrayait toutes. Les
souches cellulaires normales, c'est-à-dire celles qui ne contenaient pas de
cellules du gliome malin, n'ont pas été infectées.


"Une des limites de l'utilisation de ces virus chez les patients est la
difficulté d'en administrer une quantité suffisante, affirme le Dr Forsyth.
Bien qu'il s'agisse des premiers résultats, nous sommes très encouragés de
constater que l'administration du VSV de façon intraveineuse fait en sorte que
le virus s'attaque uniquement aux cellules cancéreuses. Du point de vue du
patient, il est évidemment beaucoup plus facile de recevoir quelques
traitements intraveineux que de subir des chirurgies aux fins d'injection du
traitement directement dans le cerveau."


En 2006, environ 2 500 Canadiens recevront un diagnostic de cancer du
cerveau et 1 670 en mourront. Même s'ils bénéficient des meilleurs traitements
existants (chirurgie et chimiothérapie ou radiothérapie), les patients
atteints du gliome malin ne survivent, en général, qu'un an.

La mission de la Fondation Terry Fox est de préserver la vision et les
principes de Terry Fox dans la collecte de fonds pour la recherche sur le
cancer par l'entremise de la Journée annuelle Terry Fox, de dons commémoratifs
et de dons planifiés. Cette année, la Fondation a versé 20 millions de dollars
à la recherche d'un bout à l'autre du pays, par l'intermédiaire de l'Institut
national du cancer du Canada.

La Société canadienne du cancer est un organisme bénévole national, à
caractère communautaire, dont la mission est l'éradication du cancer et
l'amélioration de la qualité de vie des personnes touchées par le cancer. En
tant que bailleur de fonds pour la recherche sur le cancer le plus important
au Canada, la Société versera cette année plus de 47 millions de dollars à des
projets de recherche avant-gardistes, partout au pays. Si vous voulez en
apprendre davantage sur le cancer, visitez notre site Web à www.cancer.ca ou
appelez sans frais notre Service bilingue d'information sur le cancer au 1 888
939-3333.


Le Dr Peter Forsyth sera à votre disposition pour des entrevues le 1er
novembre, de 10 h à 13 h, heure normale des Rocheuses. Pour prendre
rendez-vous pour une entrevue, veuillez communiquer avec :

Nancy Rose
Gestionnaire des communications
Alberta Cancer Board
403 698-8023
nancyros@cancerboard.ab.ca


Dernière édition par Denis le Mar 26 Fév 2008 - 12:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Traitement par certains virus du cancer de la prostate, du pancréas, de la peau etc.   Jeu 9 Fév 2006 - 15:49



Un virus qui détecte et détruit les glioblastomes, les tumeurs cérébrales les plus fréquentes et lesmoins traitables. (5/10/05) Dans une étude publiée dans le Journal of Virology, des chercheurs de Yale School of Medicine, ont découvert un virus capable de détecter et de détruire le gliobastome, un type de tumeur cérébralerésistant à la plus part des traitements actuels. D’après le Pr Anthony van den Pol, le glioblastome malin est la plus fréquente forme de tumeur cerebrale, et il n’existe pourtant pas d’approche thérapeutique efficace. L’espérance de vie lors dudiagnostic est d’un an environ. L’équipe du Pr van den Pol a testé les capacités d’infection, d’inhibition de la croissance et de destructiondes tumeurs de 9 virus différents. A partir des meilleurs candidats, l’équipe a cultivé les virus sur plusieurs générations, sélectionnant les clones les plus efficaces mais aussi les moins toxiques pour lescellules non cancéreuses. L’heureux gagnant est un virus à ARN de la famille des VSV (vesicular stomatitis virus), mais de nouvelles études sont nécessaires pour limiter les risques d’infection à d’autres types cellulaires avant les études cliniques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Traitement par certains virus du cancer de la prostate, du pancréas, de la peau etc.   Ven 27 Jan 2006 - 12:20

Article de 2005 :




L'injection du virus chez un rat à qui avaient un cancer colorectal et des métastases au foie a allongé significativement sa durée de vie.
Les virus qui se répliquent et qui tuent le cancer mais non les celllules saines sont en train d'être développés pour faire une nouvelle sorte de médicaments
Le Dr Woo et ses collègues de l'école de médecine du Mont Sinaï ont rapportés que le VSV peut atteindre les cellules cancéreuses dans le foie et se répliquer de telle sorte qu'il diminue de façon substancielle les tumeurs et qu'il prolonge la vie.
Les animaux qui n'ont pas eu le vaccin commencent à mourir aussi tôt que neuf jours après le début de l'expérience et cette période va jusqu'à 19 jours. Mais pour les animaux qui recoivent le vaccin survivent jusqu'à 24 jours. Il n'y a pas de toxicité observé et pas de dommages apparents au foie.
"Avec des améliorations additionnelles sur le potentiel de tueur de tumeurs qu'a le VSV fait par des ingénieurs moléculaires, le virus peut être développer comme une thérapie sûre et efficace pour traiter le cancer colorectal aussi bien que d'autres cancer qui métastasent au foie.


Dernière édition par le Ven 24 Fév 2006 - 1:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Traitement par certains virus du cancer de la prostate, du pancréas, de la peau etc.   Ven 27 Jan 2006 - 12:19

Article qui date de 2000 :


Les expériences ont rapidement prouvé que le VSV était effectivement un tueur puissant des cellules cancéreuses libérées dans des cultures tissulaires cultivées en laboratoire, il attaquait et détruisait les cellules des cancers de la , du , du , du et autres .

Contrairement à d'autres virus, il était également efficace contre les cellules leucémiques.


L'étape suivante fut de tester le VSV contre des tumeurs dans une lignée spéciale de souris de laboratoire. "Nous avons injecté le VSV droit dans la tumeur, précise le Dr Bell. Le traitement fut très efficace. Le virus a été en mesure de se fixer aux cellules tumorales, de pénétrer, de se
reproduire et de les tuer. " Les meilleurs résultats ont été obtenus chez des souris traitées préalablement par interféron afin de renforcer
leurs défenses contre le VSV.

Par le biais de l'Institut national du cancer du Canada, la Fondation Terry-Fox a octroyé au Dr Bell et à ses collaborateurs une somme de près de
400 000 $ Échelonnée sur trois ans, Ã l'intention des travaux qui ont abouti à la découverte du VSV.

Ces résultats encourageants ont été publiés dernièrement dans le prestigieux journal scientifique Nature Medicine. Maintenant, d'autres
centres commencent à s'intéresser à l'impact du VSV sur les tumeurs. " Nos résultats attirent beaucoup d'intérêt, déclare le Dr Bell. Un groupe
américain a confirmé nos résultats verbalement, et d'autres groupes s'intéressent à ce domaine de recherche. "Le potentiel du VSV
contre le cancer métastasique Le Dr Bell et ses collaborateurs essayent maintenant de déterminer si le VSV ira à la recherche
et tuera les tumeurs s'il est injecté dans une veine et non directement dans une tumeur. Dans l'affirmative, ce virus s'avérera être une arme
puissante contre les tumeurs qui se sont disséminées à partir du site initial du cancer. " Nous espérons commencer des essais cliniques au cours des deux prochaines années, ajoute le Dr Bell.

Notre rêve est que cette découverte servira de traitement efficace contre le cancer métastasique. " Avant de pouvoir essayer le traitement par VSV chez l'être humain, d'autres expériences animalessont nécessaires. " Nous sommes impatients de passer aux études cliniques, mais il nous faudra attendre un peu plus longtemps, signale-t-il. Nous devons d'abord être absolument certains que le virus n'entraine aucun effet indésirable jusqu'ici inconnu. " VSV ne semble pas faire de tort aux humains

En Amérique du Nord, le VSV frappe normalement le bétail et les animaux de ferme. Ce virus provoque des ampoules douloureuses sur les lèvres, dans la bouche et sur les sabots. Le virus semble être inoffensif et rare chez l'être humain, et n'entraîne que de faibles sympômes ressem-
blant à la grippe. Selon les données, personnen'est jamais tombé très malade ou décédé des suites du VSV.

Néanmoins, le VSV est particulièrement meurtrier contre les cellules cancéreuses humaines, possiblement parce que ce virus n'est pas normale
ment trouvé chez les humains. " Le VSV n'étant pas un agent pathogène humain, nous ne présentons pas une réaction immunitaire pré-
existante contre lui, ajoute le Dr Bell. Pour cette raison, le VSV devrait pouvoir se disséminer dans tous les sites tumoraux avant que l'hôte ne
puisse acquérir une réaction immunitaire. D'autres virus courants peuvent ne pas être aussi efficaces, car la majorité des gens auront une réaction
immunitaire avant que le virus ne puisse attaquer les cellules tumorales. "Pour le Dr Bell, la découverte de l'activité anti- tumorale du VSV constitue un excellent exemple de la façon dont la recherche fondamentale peut produire des percées inattendues. " Nous n'aurions
jamais fait cette découverte si nous n'avions pas fait beaucoup de recherche fondamentale pour commencer, conclut-il. Originalement, nos
travaux n'étaient pas du tout axés sur le VSV. Nous cherchions comment les cellules tumorales et les cellules saines diffèrent à un niveau fon-
damental. Ces travaux nous ont menés à une voie que nous n'avions même pas considérée. Ce phénomène est fréquent. De nombreuses
découvertes tirent leurs racines dans des recherches fondamentales bien conues dans un domaine totalement différent.


Dernière édition par le Ven 24 Fév 2006 - 1:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Un virus qui tuerait les cellules cancéreuses   Lun 12 Déc 2005 - 21:12

Un virus, présent chez les bovins et les porcs, grandit à l'intérieur des cellules cancéreuses et est ainsi capable de tuer efficacement ces cellules chez les souris. John Bell et David Stojdl, du Centre régional de cancérologie d'Ottawa, affirment que ce virus rend également les cellules normales plus résistantes et apprend au corps à se protéger contre une rechute du cancer. Ils espèrent être en mesure d'entreprendre des essais chez l'humain vers la fin 2004.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Traitement par certains virus du cancer de la prostate, du pancréas, de la peau etc.   Sam 2 Juil 2005 - 20:24



Les virus se sont bâtis une réputation peu enviable comme responsables de plusieurs maladies et épidémies. Pourtant, le monde viral n'agit pas qu'en tant qu'ennemi : d'ici quelques années, la médecine pourrait s'en faire un allié précieux pour combattre le cancer. Des résultats récents abondent en ce sens et confirment les propriétés anticancéreuses du petit virus de la stomatite vésiculaire (VSV), capable de cibler et de tuer les cellules d'une tumeur. Chez la souris, ce virus s'est avéré un traitement efficace contre le cancer du côlon ainsi que des ovaires.

Laurent Poliquin, professeur au Département des sciences biologiques de l'UQAM, s'intéresse au virus de la stomatite vésiculaire (VSV) depuis plusieurs années. Ses recherches, supportées par le CRSNG, analysent les mécanismes de l'infection virale. Parmi ses travaux récents, une collaboration avec le professeur John Bell de l'Université d'Ottawa montre que le VSV possède des propriétés qui le rendent apte à tuer sélectivement les cellules cancéreuses.

Il y a longtemps que l'on soupçonne que certains virus pourraient devenir des agents anticancéreux efficaces. Toutefois, il n'est pas aussi évident d'identifier la souche virale idéale pour cet emploi. D'abord, celle-ci doit cibler les cellules cancéreuses et non pas provoquer une infection chez les cellules saines. Ensuite, le virus doit aussi cibler les métastases, et ultimement, être éliminé par l'organisme. Dans le cadre de leur collaboration, Laurent Poliquin et John Bell ont été en mesure d'isoler deux souches du VSV, soit AV1 et AV2, qui correspondent à tous ces critères.

Des recherches antérieures avaient mis la puce à l'oreille quant aux possibilités anticancéreuses du VSV. Le secret du VSV pour détruire les cellules malignes réside en sa capacité à induire l'apoptose, soit la mort cellulaire, chez celles-ci. La réplication du virus est aussi sensible aux propriétés antivirales des interférons. Ces petites molécules sécrétées par les cellules animales jouent un rôle clé dans le contrôle de la croissance des cellules et de l'apoptose, ainsi que dans l'immunité antivirale.

Les cellules cancéreuses souffrent de nombreuses défectuosités cellulaires. Parmi celles-ci, la sécrétion d'interféron est souvent compromise. Pour cette raison, les cellules cancéreuses sont plus sensibles à une infection virale, ce qui ouvre la porte au VSV. Les cellules normales, elles, sont protégées de l'infection par le VSV. Non seulement elles sécrètent des interférons antiviraux de manière constitutive, mais le contact avec les virus des souches mutantes AV 1 et 2 en entraîne une production accrue qui les protège. Le VSV a aussi l'avantage de se reproduire très rapidement. Il peut ainsi se répandre dans les tumeurs et les enrayer efficacement en y provoquant l'apoptose.

Ces souches du VSV expriment donc des propriétés thérapeutiques exceptionnelles qui ont pu être mises en lumière grâce à l'étude de la relation complexe qu'établit le virus avec sa cellule hôte. Toutefois, les thérapies impliquant l'utilisation d'un virus soulèvent toujours la crainte d'une pathogénicité inattendue. Chez certains animaux de ferme, le VSV provoque des symptômes qui s'apparentent à ceux de la fièvre aphteuse. De plus, Laurent Poliquin a démontré que certaines souches sont déficientes à induire l'apoptose. À cause de ce mécanisme atténué, la cellule survit à l'infection, et le virus s'y installe de façon persistante, ce qui a entre autres été observé chez des cellules neurales. Chez les animaux, ces infections persistantes entraînent des symptômes neurologiques. Il est rassurant de savoir que de tels cas n'ont jamais été rapportés chez l'humain et, fait encourageant, toutes les souches testées jusqu'ici sont hautement sensibles aux interférons que les cellules humaines saines sécrètent. L'injection supplémentaire d'interférons aux souris atteintes de cancer traitées par le VSV a aussi augmenté leur taux de guérison.

L'utilisation du VSV contre le cancer n'a pas encore atteint l'étape des tests cliniques au Canada. En attendant, non seulement l'étude du VSV nous fait-elle entrevoir un tout nouveau monde thérapeutique, elle nous renseigne aussi sur la réponse cellulaire aux infections.

article datant de juin 2005


Dernière édition par Denis le Mar 6 Mai 2014 - 19:26, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Traitement par certains virus du cancer de la prostate, du pancréas, de la peau etc.   Aujourd'hui à 22:06

Revenir en haut Aller en bas
 
Traitement par certains virus du cancer de la prostate, du pancréas, de la peau etc.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Puce ADN qui détecte certains virus
» Certains virus ne font qu'effacer la partition
» ASPIRINE: traitement de certains symptômes de la SEP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: