AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Chronothérapie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chronothérapie   Ven 25 Juil 2014 - 12:31

Des implications énormes pour les patientes traitées par tamoxifène et régulièrement exposées à la lumière la nuit en raison de troubles du sommeil et de l’utilisation d’écrans d'ordinateur et de télévision.

Pour article complet cliquer sur ce lien :

http://espoirs.forumactif.com/t676-la-lumiere-du-jour-contre-le-cancer-du-sein#33839

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chronothérapie   Ven 9 Mai 2014 - 13:27

MIT researchers have devised a novel cancer treatment that destroys tumor cells by first disarming their defenses, then hitting them with a lethal dose of DNA damage.

In studies with mice, the research team showed that this one-two punch, which relies on a nanoparticle that carries two drugs and releases them at different times, dramatically shrinks lung and breast tumors. The MIT team, led by Michael Yaffe, the David H. Koch Professor in Science, and Paula Hammond, the David H. Koch Professor in Engineering, describe the findings in the May 8 online edition of Science Signaling.

"I think it's a harbinger of what nanomedicine can do for us in the future," says Hammond, who is a member of MIT's Koch Institute for Integrative Cancer Research. "We're moving from the simplest model of the nanoparticle -- just getting the drug in there and targeting it -- to having smart nanoparticles that deliver drug combinations in the way that you need to really attack the tumor."

Doctors routinely give cancer patients two or more different chemotherapy drugs in hopes that a multipronged attack will be more successful than a single drug. While many studies have identified drugs that work well together, a 2012 paper from Yaffe's lab was the first to show that the timing of drug administration can dramatically influence the outcome.

In that study, Yaffe and former MIT postdoc Michael Lee found they could weaken cancer cells by administering the drug erlotinib, which shuts down one of the pathways that promote uncontrolled tumor growth. These pretreated tumor cells were much more susceptible to treatment with a DNA-damaging drug called doxorubicin than cells given the two drugs simultaneously.

"It's like rewiring a circuit," says Yaffe, who is also a member of the Koch Institute. "When you give the first drug, the wires' connections get switched around so that the second drug works in a much more effective way."

Erlotinib, which targets a protein called the epidermal growth factor (EGF) receptor, found on tumor cell surfaces, has been approved by the Food and Drug Administration to treat pancreatic cancer and some types of lung cancer. Doxorubicin is used to treat many cancers, including leukemia, lymphoma, and bladder, breast, lung, and ovarian tumors.

Staggering these drugs proved particularly powerful against a type of breast cancer cell known as triple-negative, which doesn't have overactive estrogen, progesterone, or HER2 receptors. Triple-negative tumors, which account for about 16 percent of breast cancer cases, are much more aggressive than other types and tend to strike younger women.

That was an exciting finding, Yaffe says. "The problem was," he adds, "how do you translate that into something you can actually give a cancer patient?"

From lab result to drug delivery

To approach this problem, Yaffe teamed up with Hammond, a chemical engineer who has previously designed several types of nanoparticles that can carry two drugs at once. For this project, Hammond and her graduate student, Stephen Morton, devised dozens of candidate particles. The most effective were a type of particle called liposomes -- spherical droplets surrounded by a fatty outer shell.

The MIT team designed their liposomes to carry doxorubicin inside the particle's core, with erlotinib embedded in the outer layer. The particles are coated with a polymer called PEG, which protects them from being broken down in the body or filtered out by the liver and kidneys. Another tag, folate, helps direct the particles to tumor cells, which express high quantities of folate receptors.

Once the particles reach a tumor and are taken up by cells, the particles start to break down. Erlotinib, carried in the outer shell, is released first, but doxorubicin release is delayed and takes more time to seep into cells, giving erlotinib time to weaken the cells' defenses. "There's a lag of somewhere between four and 24 hours between when erlotinib peaks in its effectiveness and the doxorubicin peaks in its effectiveness," Yaffe says.

The researchers tested the particles in mice implanted with two types of human tumors: triple-negative breast tumors and non-small-cell lung tumors. Both types shrank significantly. Furthermore, packaging the two drugs in liposome nanoparticles made them much more effective than the traditional forms of the drugs, even when those drugs were given in a time-staggered order.

As a next step before possible clinical trials in human patients, the researchers are now testing the particles in mice that are genetically programmed to develop tumors on their own, instead of having human tumor cells implanted in them.

The researchers believe that time-staggered delivery could also improve other types of chemotherapy. They have devised several combinations involving cisplatin, a commonly used DNA-damaging drug, and are working on other combinations to treat prostate, head and neck, and ovarian cancers. At the same time, Hammond's lab is working on more complex nanoparticles that would allow for more precise loading of the drugs and fine-tuning of their staggered release.

"With a nanoparticle delivery platform that allows us to control the relative rates of release and the relative amounts of loading, we can put these systems together in a smart way that allows them to be as effective as possible," Hammond says.


---


Les chercheurs du MIT ont mis au point un nouveau traitement contre le cancer qui détruit les cellules tumorales en désarmant d'abord leurs défenses, puis en les frappant avec une dose létale pour des dommages à leur ADN .

Dans des études sur des souris, l'équipe de recherche a montré que ce double coup, qui repose sur une nanoparticule qui porte deux médicaments et les libère à des moments différents, rétrécit considérablement les tumeurs pulmonaires et les tumeurs du sein. L'équipe du MIT, dirigé par Michael Yaffe , le David H. Koch professeur en sciences, et Paula Hammond, le David H. Koch professeur en génie, ont décrit les résultats en mai 8 édition en ligne de Science Signaling .

" Je pense que c'est un signe avant-coureur de ce que la nanomédecine peut faire pour nous à l'avenir », dit Hammond , qui est membre de l'Institut Koch du MIT for Cancer Research intégrative . «Nous passons du modèle le plus simple de la nanoparticule - qui est de juste rendre le médicament dans la tumeur en ciblant bien à avoir des nanoparticules intelligentes qui offrent des combinaisons de médicaments de la façon dont vous en avez besoin pour attaquer vraiment la tumeur."

Les médecins donnent régulièrement aux malades du cancer deux ou plusieurs médicaments de chimiothérapie différents dans l'espoir que d'une attaque sur plusieurs fronts sera plus efficace qu'un seul médicament. Alors que de nombreuses études ont identifié des médicaments qui fonctionnent bien ensemble, un document du laboratoire de Yaffe 2012 a été la première à montrer que le moment de l'administration du médicament peut considérablement influencer le résultat.

Dans cette étude, Yaffe et ancien postdoc MIT Michael Lee ont découvert qu'ils pouvaient affaiblir les cellules cancéreuses par l'administration de l'erlotinib, qui arrête l'une des voies qui favorise la croissance tumorale incontrôlée. Ces cellules tumorales préalablement traités étaient beaucoup plus sensibles au traitement avec un médicament endommageant l'ADN appelé doxorubicine qu'avec deux médicaments donnés simultanément .

«C'est comme recâblage un circuit , " dit Yaffe , qui est également membre de l'Institut Koch . " Quand vous donnez le premier médicament , les connexions des fils se permutent de sorte que le second médicament fonctionne d'une manière beaucoup plus efficace . "

L'erlotinib , qui cible une protéine appelée récepteur du facteur de croissance épidermique (EGF ) , qui se trouve sur la surface des cellules de la tumeur , a été approuvé par la Food and Drug Administration pour traiter le cancer du pancréas et de certains types de cancer du poumon . La doxorubicine est utilisée pour traiter de nombreux cancers , y compris la leucémie , le lymphome et de la vessie , du sein , du poumon, et des tumeurs de l'ovaire .

Rassembler ces médicaments se révéle particulièrement puissant contre un type de cellules de cancer du sein connu comme triple - négatif, qui n'a pas l'oestrogène hyperactive, la progestérone, ou récepteurs HER2 . Tumeurs triple-négatives, qui représentent environ 16 pour cent des cas de cancer du sein, et sont beaucoup plus agressifs que les autres types et ont tendance à frapper les femmes plus jeunes .

C'est une constatation intéressante , dit Yaffe . " Le problème a été , " at-il ajouté , " comment traduisez-vous cela en quelque chose que vous pouvez réellement donner un patient atteint de cancer ?"

De résultat de laboratoire pour l'administration de médicaments

Pour aborder ce problème , Yaffe fait équipe avec Hammond , un ingénieur chimiste qui a déjà conçu plusieurs types de nanoparticules qui peuvent transporter deux médicaments à la fois . Pour ce projet , Hammond et son étudiant diplômé , Stephen Morton, ont conçus des dizaines de particules candidates. Le plus efficace étaient un type de particule appelée liposomes - gouttelettes sphériques entourées par une enveloppe extérieure gras.

L'équipe du MIT a conçu leurs liposomes pour transporter la doxorubicine à l'intérieur du noyau de la particule, avec l'erlotinib intégré dans la couche externe. Les particules sont revêtues d'un polymère appelé PEG, ce qui leur évite d'être décomposé dans le corps ou filtré par le foie et les reins. Une autre étiquette, l'acide folique, permet se de diriger vers les particules de cellules tumorales qui expriment de grandes quantités de récepteurs de folate.

Une fois que les particules atteignent une tumeur et sont absorbés par les cellules , les particules commencent à se briser . L'erlotinib, présent dans l'enveloppe extérieure, est libéré en premier, mais la libération de la doxorubicine est retardée et prend plus de temps à s'infiltrer dans les cellules, ce qui donne du temps à l'erlotinib pour affaiblir les défenses des cellules. " Il ya un décalage de quelque part entre 4 et 24 heures entre le moment où les pics de l'erlotinib sont à leur efficacité maximum et les pics d'efficacité de la doxorubicine », dit Yaffe .

Les chercheurs ont testé les particules dans des souris implantées avec deux types de tumeurs humaines : tumeurs du sein triple - négatifs et des tumeurs pulmonaires non à petites cellules. Les deux types de tumeurs ont diminué de manière significative. En outre, l'emballage des deux médicaments dans des nanoparticules de liposomes est beaucoup plus efficace que les formes traditionnelles du médicament, même si ces médicaments ont été administrés dans un ordre décalée dans le temps.

Dans une prochaine étape avant les essais cliniques possibles chez des patients humains, les chercheurs sont en train de tester les particules dans les souris qui sont génétiquement programmés pour développer des tumeurs sur leur propre corps, au lieu d'avoir des cellules tumorales humaines implantées dans eux.

Les chercheurs croient que les délais de livraison, décalés pourrait également améliorer d'autres types de chimiothérapie. Ils ont mis au point plusieurs combinaisons impliquant le cisplatine, un médicament endommageant l'ADN couramment utilisé, et nous travaillons sur d'autres combinaisons pour traiter le cancer de la prostate ,celui de la tête et du cou , et les cancers de l'ovaire. Dans le même temps, le laboratoire de Hammond travaille sur des nanoparticules plus complexes qui permettraient de chargement plus précise des médicaments et l'ajustement de leur libération de façon échelonnée.

"Avec une plate-forme de livraison de nanoparticules qui nous permet de contrôler les taux relatifs de relâchement et les quantités relatives de chargement, nous pouvons mettre ces systèmes entre eux d'une manière intelligente qui leur permet d'être aussi efficace que possible », dit Hammond.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chronothérapie   Jeu 5 Déc 2013 - 15:05

On sait depuis longtemps que l'efficacité d'un médicament varie en fonction du moment où il est administré au patient car notre organisme est soumis à une horloge biologique reposant sur les rythmes circadiens.

En matière de chimiothérapie contre le cancer, il a ainsi été démontré notamment grâce aux travaux de Francis Lévi, que l'efficacité des médicaments anticancéreux peut doubler, et leur toxicité diminuer de cinq fois selon l'heure d'administration. Le problème est qu'il existe une grande diversité de "réglage" de ces horloges biologiques en fonction des individus. Dans la réalité en effet, on observe chez la moitié des patients une avance ou un retard d'une heure par rapport à l'horloge biologique "standard".

Pour essayer de déterminer le moment optimal d'administration de médicaments anticancéreux, une équipe internationale de recherche associant notamment le CNRS, l'Inserm et l'université Paris-1, a réussi à montrer chez la souris que l'heure de tolérance optimale à l'irinotécan, médicament anticancéreux largement utilisé, varie de 8 heures selon le sexe et le patrimoine génétique des rongeurs.

Ces chercheurs sont parvenus à concevoir un modèle mathématique permettant de prévoir, pour chaque animal, l'heure optimale d'administration du médicament.

Pour parvenir à calculer l'heure optimale d’efficacité de ce médicament indépendamment du sexe et du patrimoine génétique, les chercheurs ont employé les grands moyens : ils ont mesuré sur une période de 24 heures l'expression de 27 gènes dans le foie et le côlon. Grâce à ces données, les scientifiques ont pu concevoir un modèle mathématique permettant de prédire précisément l'heure à laquelle l'irinotécan est le moins toxique pour l'organisme.

Ne comptant pas s'arrêter en si bon chemin, cette équipe compte étendre le champ d'application de son nouvel outil de façon à pouvoir prédire le moment optimal d'administration de nombreux médicaments, non seulement en cancérologie mais également dans d'autres pathologies. À terme, ces travaux devraient considérablement améliorer l'efficacité et la tolérance de nombreux traitements médicamenteux, ce qui entraînera des effets très positifs sur la qualité de vie des malades.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chronothérapie   Dim 1 Juil 2012 - 18:17

Selon une étude récente, le « timing » de la prise des différents médicaments de chimiothérapie (polychimiothérapie) aurait une influence positive sur la réponse thérapique.

Pour être efficace, le traitement du cancer doit souvent faire appel à l’utilisation combinée de plusieurs médicaments de chimiothérapie. Des résultats récents indiquent que le moment ainsi que la séquence avec laquelle ces médicaments sont administrés peuvent grandement influencer le succès de la thérapie.

UN C’EST BIEN, DEUX C’EST MIEUX

Le cancer est une maladie complexe qui demeure très difficile à traiter adéquatement. Le type de tumeur, sa taille, sa localisation dans l’organisme ainsi que la nature des cellules qui la composent (ce qu’on appelle communément le stade), de même que l’état de santé général du patient sont tous des paramètres importants pour le choix de la meilleure stratégie de traitement.

La chimiothérapie représente une facette essentielle de plusieurs traitements anticancéreux, car l’administration de médicaments par voie intraveineuse permet d’atteindre les cellules cancéreuses disséminées dans l’organisme, ce qui est impossible par la chirurgie ou la radiothérapie. Par contre, les cellules cancéreuses parviennent la plupart du temps à acquérir une résistance à un traitement donné et il devient nécessaire d’utiliser des molécules ayant des mécanismes d’action différents pour attaquer la tumeur sur plus d’un front. Cette combinaison de médicaments permet d’améliorer l’efficacité du traitement en créant une synergie entre deux familles thérapeutiques distinctes, tout en permettant souvent d’augmenter la dose du traitement anticancéreux sans pour autant entraîner d’effets toxiques supplémentaires.

RÉSISTANCE AUX POISONS

Malgré les avantages de la polychimiothérapie, cette approche demeure impuissante face à plusieurs types de cancer. La plupart des médicaments utilisés en chimiothérapie sont des poisons cellulaires extrêmement puissants qui endommagent l’ADN des cellules cancéreuses et les empêchent ainsi de se reproduire.

Mais, même si la très grande majorité des cellules tumorales meurent en présence de ces molécules, il est fréquent qu’une proportion d’entre elles réussisse à reprogrammer leurs mécanismes de survie et ainsi à résister à leur action toxique. En favorisant l’apparition de récidives ainsi que de métastases, cette résistance à la chimiothérapie est responsable d’une grande partie des décès causés par le cancer. Un des grands défis de la recherche sur le cancer est donc d’identifier les combinaisons de médicaments les plus actives contre les cellules cancéreuses, tout en réduisant au minimum l’apparition d’une résistance au traitement.

REPROGRAMMER LE CANCER

Un grand pas dans ce sens vient d’être réalisé par les travaux de chercheurs du MIT et de l’Université Harvard sur le cancer du sein appelé « triple négatif » (1). Ce type de cancer, qui représente environ 15 % des cancers du sein, se caractérise par une croissance très rapide, une résistance à la chimiothérapie et un faible taux de survie des patientes atteintes.

Pour améliorer cette réponse thérapeutique, les chercheurs ont eu l’idée de tester plusieurs dizaines de combinaisons de molécules anticancéreuses, administrées conjointement ou l’une à la suite de l’autre. À leur grande surprise, ils ont obser­vé que le simple fait de décaler légèrement dans le temps l’administration des médicaments provoquait une grande différence dans l’efficacité du traitement.

Par exemple, alors qu’une combinaison d’un médicament anti-EGF (qui cible la croissance incontrôlée des cellules) et de la doxorubicine (un anticancéreux cyto­toxique) n’a que peu d’effet sur les cellules cancéreuses, l’administration de l’anti-EGF suivie, quelques heures plus tard, de la doxorubicine, tue la plupart des cellules tumorales ! Une analyse détaillée de la réponse des cellules à ce traitement a révélé que l’administration initiale de l’anti-EGF induisait une reprogrammation de l’expression des gènes de la tumeur, en particulier la réactivation d’une voie impliquée dans le « suicide » de ces cellules par le processus d’apoptose. En conséquence, la tumeur devient beaucoup plus sensible à des agents cytotoxiques comme la doxorubicine et peut être plus facilement éliminée par l’administration subséquente de ce médicament.

On dit souvent, dans notre vie de tous les jours, que tout est une question de synchronisme, de « timing ». À la lumière de ces résultats, il semble que ce soit également le cas pour le traitement du cancer!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chronothérapie   Mer 18 Jan 2012 - 21:08

Pendant longtemps, du XIXe siècle au milieu du XXe, les physiologistes se sont surtout attachés à mettre en valeur les constantes biologiques de l’organisme humain, comme la température, la tension artérielle ou encore les concentrations sanguines. Depuis les années 1950-1960, des chercheurs tels que Halberg, Kleitman, Aschoff, les pères de la chronobiologie, ont démontré que le corps est, en fait, perpétuellement en changement. « Selon l’heure où l’on introduit les médicaments dans le corps, le traitement peut être plus ou moins toxique et plus ou moins efficace, explique Francis Lévi, cancérologue à l’hôpital Paul-Brousse de Villejuif, l’un des premiers établissements au monde à tenir compte de l’horloge biologique dans l’application des chimiothérapies. Parce qu’elles fonctionnent sur un rythme biologique de 24 heures, comme notre organisme, les cellules sont plus ou moins réceptives à certaines molécules en fonction de la journée. Les médicaments comme les anticancéreux, mais aussi les antiasthmatiques (contre les allergies) ou encore les antalgiques (contre la douleur), ont des effets qui varient en fonction du moment d’administration. »

Une explication scientifiquement démontrée par l’équipe de Francis Lévi, qui dirige aussi une unité de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) : Rythmes biologiques et cancers, la seule unité à travailler sur le cancer parmi les six laboratoires de recherche en chronothérapie en France. Son objectif : améliorer la qualité de vie et la survie des patients atteints de cancers, notamment digestifs. Les scientifiques ont déjà déterminé, pour une trentaine de médicaments anticancéreux, les tranches horaires où ils sont le mieux tolérés par l’organisme.

Selon l’heure, les effets secondaires sont cinq fois moins violents
Annick Massé, jeune retraitée, est perfusée à domicile pendant plusieurs jours, 24 heures sur 24, à des doses qui varient selon les heures. Elle reçoit ses médicaments en fonction de sa réceptivité. « Je ne voulais plus subir de chimio classique, raconte Annick. J’en ai eu pendant des mois lorsqu’on a découvert, l’an dernier, mon cancer du côlon qui a succédé à un cancer du rein. Mon médecin n’était pas optimiste. Quand le cancer a métastasé, une amie, soignée par chronothérapie pour un cancer du sein, m’a conseillée d’aller voir le Dr Lévi. » Dans son sac, sa chimio portable : une pompe électronique, qui ressemble à un petit boîtier vert, ­reliée à quatre poches de produits différents, dans laquelle ont été ­programmées les doses et les horaires des médicaments qui seront injectés en alternance.

« Vous voyez, dit Annick en tendant une feuille avec quatre courbes les unes sous les autres, chaque courbe correspond à un médicament ». Elle montre à quelle dose et à quelle heure chacune des quatre substances qui composent son traitement doit être diffusée dans son corps. La courbe de l’oxaliplatine, par exemple, indique que le médicament passe de 10 heures à 22 heures, d’abord à faible dose, pour atteindre un pic à midi, heure à laquelle un débit maximal passe dans le sang. « Souvent, aux pics, j’ai un coup de fatigue, je ne me sens pas bien ou j’ai des nausées. Alors, je me repose. » D’autres médicaments couramment utilisés pour soigner les cancers digestifs, comme le fluorouracile, sont mieux tolérés la nuit. Perfusé avec un pic à 4 heures du matin plutôt qu’à 16 heures, il peut être jusqu’à cinq fois moins toxique. « Et quand on dort, on ressent moins les effets secondaires », ajoute Annick.

"Plus un traitement est toxique, plus
il peut rendre le patient vulnérable"
L’inconvénient majeur des produits utilisés en chimiothérapie est qu’ils détruisent les cellules saines autant que les cellules malades. Francis Lévi déplore le principe de la chimiothérapie classique selon lequel plus on est toxique, plus on est efficace. « Avec l’approche chronobiologique, nous découvrons que c’est précisément l’inverse, explique-t-il. En étant trop toxique, le traitement dérègle le rythme biologique, et le patient est alors plus vulnérable. En revanche, en dessous d’un certain seuil de toxicité, la qualité de vie du malade est meilleure et ses chances de survie sont supérieures. » Actuellement, les créneaux horaires établis pour la diffusion des substances sont les mêmes pour tous. Mais dès l’an prochain, les traitements seront plus personnalisés. Ils seront établis d’après des informations relevées à partir d’un ­actimètre, une sorte de grosse montre posée sur le poignet du patient qui enregistre les rythmes activité-repos et la température du malade pendant plusieurs jours.

Mais la recherche veut aller encore plus loin, faire du sur-mesure en adaptant les horaires de diffusion des traitements au patrimoine génétique de chacun. Certains scientifiques, comme James Bendayan, sont en phase d’application. En séquençant le génome de Bernard Giraudeau, Bendayan avait déterminé que, pour être parfaitement efficace, le traitement de l’acteur devait avoir lieu entre 16 heures et 19 heures. « Grâce à l’approche chronothérapeutique, des patients comme Bernard atteints d’un cancer du rein avec métastases sont en rémission depuis plusieurs années », expliquait le scientifique, en 2009, lors d’une conférence organisée par l’Association pour la recherche sur les tumeurs du rein (Artur), dont Bernard Giraudeau était le parrain. Mais rémission ne veut pas dire guérison : l’acteur est décédé en juillet 2010. « Bendayan va un peu vite. Je dirais même qu’il exagère. On n’a pas encore prouvé l’utilité de l’étude du génome pour adapter les traitements. Nous en sommes toujours à la phase de recherche », temporise Francis Lévi, qui ne veut pas donner de faux espoirs à ses patients.


Pompes programmables, enregistrement des rythmes, télétransmission
Il n’empêche. Dans la salle d’attente de la consultation du cancérologue, les malades se disent tous plus ou moins « miraculés ». N’y arrivent que des cas graves, des personnes pour qui la chimio conventionnelle n’a pas donné de résultats satisfaisants ou qui souffrent d’effets secondaires trop importants. Comme Salika, l’une des trente patientes hebdomadaires du service. Elle a d’abord été atteinte, en 2006, d’un cancer du côlon, puis du foie. « J’étais condamnée. Mon médecin m’a dit que ce n’était même pas la peine de faire de chimio. Il m’a dirigé vers le Dr Lévi, un peu comme si c’était le médecin de la dernière chance. Aujourd’hui, je viens juste pour une visite de contrôle. Depuis septembre dernier, je suis en rémission et je pète le feu », témoigne cette battante, avant de louer les qualités humaines du Dr Lévi qui n’oublie jamais de lui souhaiter son anniversaire. Nicole, elle, a subi une chimio classique pendant un an pour un cancer du côlon, découvert tardivement en 2008, et qui s’est étendu au foie. « Cette année-là, les médecins m’ont fait comprendre que je ne passerais pas Noël, explique la Strasbourgeoise qui en est à sa 33e cure, en deux ans, de chronothérapie. Et vous voyez, je suis toujours là. »


Parce que son traitement est particulièrement lourd, Nicole préfère le suivre à l’hôpital. Mais 85 % des malades le font chez eux. « On est en plein dans la médecine du futur, la domomédecine ou médecine à domicile », explique Francis Lévi. Pompes de traitements programmables, systèmes d’enregistrement des rythmes thermiques et des phases d’activité-repos, vérification des symptômes à distance..., les technologies modernes se mettent en place pour développer les soins en chronothérapie chez soi. Les infos arrivent dans les services du Dr Lévi par télétransmission.

Une chimio à domicile qui ne coûte
pas plus cher qu'une chimio classique
Annick : « Deux mardis par mois, à 22 heures, avant de me coucher, j’appuie sur le bouton “Valid” du boîtier pour mettre en route mon traitement. A chaque fois, j’ai une petite appréhension, mais au moindre problème on peut contacter l’assistance téléphonique de l’hôpital, 24 heures sur 24. Et le dimanche qui suit, c’est une infirmière de ville qui vient débrancher mon truc. » Francis Lévi insiste sur le moral du malade « soigné dans son environnement, au sein de sa famille. C’est aussi une solution à l’engorgement des hôpitaux, et ce n’est pas plus cher : toutes les études montrent que, sur une durée moyenne de six chimiothérapies, le coût de la chimio en chronothérapie est le même qu’en chimio classique ».

Les labos se mettent aux médicaments chronoprogrammés
Nombreux sont les médecins qui restent dubitatifs. La méthode n’arrange pas tout le monde. « L’approche chronothérapeutique remet en question toutes les orientations de la recherche actuelle », explique le cancérologue. Jusqu’à présent, les laboratoires pharmaceutiques ont travaillé sur des médicaments s’adaptant au plus grand nombre. Les labos s’ajustent. Lévi cite ce nouveau médicament récemment enregistré par l’Agence européenne des médicaments, un corticoïde pour soigner la polyarthrite rhumatoïde, dont les principes actifs sont chronobioprogrammés : avalé à 22 heures, il atteint son pic d’efficacité vers 5 heures du matin.

Laure Pain, médecin anesthésiste à Strasbourg, est convaincue : « Nous sommes au début des applications médicales de la chronothérapie. Vous allez voir, cela va révolutionner la médecine ! » En cancérologie, mais aussi dans toutes les maladies qui modifient l’horloge interne, comme les maladies rhumatismales, l’asthme, l’obésité, la dépression… En anesthésie également. « Dans mon service, nous adaptons la quantité de produits anesthésiants à l’heure de la journée », témoigne le Dr Pain. Il a été démontré, par exemple, que la morphine était plus efficace le matin ; ou que les femmes prêtes à accoucher sont plus sensibles aux produits de la péridurale le soir.« Soigner en s’adaptant aux rythmes biologiques du patient, c’est la médecine d’avenir, conclut Francis Lévi, et c’est une urgence. Surtout pour les maladies qui exigent des traitements longs et lourds. Comme les maladies chroniques, qui sont en perpétuelle augmentation. »

article du Paris Match

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Chronothérapie   Mar 22 Déc 2009 - 14:00

La prise en compte de l’horloge biologique de chaque patient dans l’administration des chimiothérapies anticancéreuses, permettrait d’en diminuer fortement la toxicité. Et par conséquent, de réduire les effets indésirables qui leur sont fréquemment liés. Est-ce un pas de plus vers la personnalisation des traitements anti-cancers ?

L’ensemble des chercheurs investis dans le projet européen TEMPO, coordonné par l’INSERM, souligne ainsi l’intérêt de la chronothérapie. La nocivité des molécules, étudiée chez la souris pour le moment, varie du simple au triple voire davantage selon l’heure de prise des médicaments… et selon les profils biologiques des sujets.
Menés chez l’animal en effet, ces essais ont montré que la « chronotoxicité » varie selon le sexe et le profil génétique de chacun. La difficulté tient alors à la détermination du rythme biologique de chaque sujet, pour adapter au mieux le traitement de chacun.
La température corporelle étant un marqueur intéressant, un « thermomètre » virtuel spécialement adapté, est en cours de développement. Il doit permettra au médecin d’adapter la chronothérapie aux rythmes de chaque patient, et à ses dérèglements éventuels.
« La prise en compte de ces résultats est essentielle pour être en mesure de proposer une médecine personnalisée dans le traitement des cancers », explique Francis Levi, responsable de l’Unité INSERM « Rythmes biologiques et cancers ».
En France, une quinzaine de services de cancérologie recourt déjà à la chronothérapie dans le traitement des cancers colorectaux, une pompe délivrant automatiquement la chimiothérapie aux heures les plus adaptées au profil chronobiologique de chaque patient.
Source : Inserm, 8 décembre 2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chronothérapie   Aujourd'hui à 12:36

Revenir en haut Aller en bas
 
Chronothérapie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chronothérapie
» Chronothérapie en cours, besoin de conseils !
» Décalage de phase et chronothérapie
» chronothérapie et photothérapie
» comment retablir un retard de phase sans chronotherapie.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: