AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 HtrA2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
titlene78



Nombre de messages : 110
Age : 62
Localisation : Aubergenville - Yvelines
Date d'inscription : 01/02/2013

MessageSujet: Re: HtrA2   Ven 15 Mar 2013 - 11:48

Voilà une traduction complète de l'article l'autre partie arrive dès que possible.

Unlike other human therapeutic monoclonal antibodies, which can target only proteins that remain on the outside of cancer cells, the new monoclonal antibody, called ESK1, targets a protein that resides on the inside of the cell.

Contrairement à d'autres anticorps monoclonaux thérapeutiques humains, qui peuvent cibler uniquement les protéines qui restent à l'extérieur des cellules cancéreuses, le nouvel anticorps monoclonal, appelé ESK1, cible une protéine qui se trouve à l'intérieur de la cellule.

ESK1 is directed at a protein called WT1, which is over expressed in a range of leukemias and other cancers including myeloma and breast, ovarian, and colorectal cancers. WT1 is a high priority target for cancer drugs because it is an oncogenic protein, meaning that it supports the formation of cancer. In addition, it is found in few healthy cells, so there are less likely to be side effects from drugs that target it.

ESK1 est dirigé vers une protéine appelée WT1, qui est surexprimée dans un éventail de leucémies et autres cancers, notamment le myélome et cancer du sein, ovaire, et le cancer du côlon. WT1 est une cible prioritaire pour les médicaments contre le cancer, car c'est une protéine oncogène, ce qui signifie qu'il permet la formation du cancer. En outre, on le trouve dans peu de cellules saines, donc il y a peu de chance que les traitements qui le ciblent provoquent des effets secondaires.

"This is a new approach for attacking WT1, an important cancer target, with an antibody therapy. This is something that was previously not possible," said David A. Scheinberg, MD, PhD, Chair of the Sloan-Kettering Institute's Molecular Pharmacology and Chemistry Program and an inventor of the antibody. "There has not been a way to make small molecule drugs that can inhibit WT1 function. Our research shows that you can use a monoclonal antibody to recognize a cancer-associated protein inside a cell, and it will destroy the cell."

"C’est une nouvelle approche pour attaquer WT1, un objectif important pour le cancer, avec un traitement d'anticorps. C'est quelque chose qui était auparavant impossible,"a déclaré David A. Scheinberg, MD, PhD, Président de pharmacologie de l'Institut Sloan-Kettering moléculaire et chimie et un inventeur de l'anticorps. "Le moyen de faire fonctionner les médicaments à petites molécules qui peuvent inhiber la fonction WT1 n’a pas été trouvé. Notre recherche montre que l’on peut utiliser un anticorps monoclonal pour reconnaître une protéine associée au cancer à l'intérieur d'une cellule, et cela détruira la cellule. »

The first studies of the antibody are showing promise in preclinical research as a treatment for leukemia as reported March 13, 2013, in Science Translational Medicine.

Les premières études de l'anticorps dans la recherche pré clinique sont prometteuses pour le traitement de la leucémie comme annoncé le 13 mars 2013, dans « Science Translational Medicine ».

"ESK1 represents a paradigm change for the field of human monoclonal antibody therapeutics," said Cheng Liu, PhD, President and Chief Executive Officer of Eureka Therapeutics. "This research suggests that human antibody therapy is no longer limited to targeting proteins present outside cancer cells, but can now target proteins within the cancer cell itself."

« ESK1 représente un changement de paradigme dans le domaine de la thérapie de l'anticorps monoclonal humain, » a déclaré Cheng Liu, Ph.d., président et Chief Executive Officer of Therapeutics Eureka. « Cette recherche suggère que la thérapie anticorps humain n'est plus limitée au ciblage des protéines présentes à l'extérieur des cellules cancéreuses, mais peut maintenant cibler les protéines au sein de la cellule cancéreuse elle-même. »

ESK1 was engineered to mimic the functions of a T cell receptor, a key component of the immune system. T cells have a receptor system that is designed to recognize proteins that are inside the cell. As proteins inside the cell get broken down as part of regular cellular processes, molecules known as HLA molecules carry fragments of those proteins -- known as peptides -- to the surface. When T cells recognize certain peptides as abnormal, the T cell kills the diseased cell.

ESK1 a été conçu pour imiter les fonctions d'un récepteur des lymphocytes T, une composante clé du système immunitaire. Les lymphocytes T ont un système de récepteurs qui est conçu pour reconnaître les protéines qui sont à l'intérieur de la cellule. Comme les protéines à l'intérieur de la cellule se décomposent (se divisent ?) durant les processus cellulaires réguliers, des molécules appelées molécules HLA transportent des fragments de ces protéines--appelées peptides--à la surface. Lorsque les lymphocytes T reconnaissent certains peptides comme anormaux, la cellule T tue les cellules malades.

In the current study, the investigators showed that ESK1 alone was able to recognize WT1 peptides and kill cancer cells in the test tube and also in mouse models for two different types of human leukemia. "We were surprised that the antibody worked so well on its own," said Dr. Scheinberg, senior author of the paper. "We had originally expected that we might need to use the antibody as a carrier to deliver a drug or a radioactive therapy to kill the cancer cells, but this was not necessary."

Dans l’étude actuelle, les chercheurs ont montré que ESK1 seul était capable de reconnaître des peptides WT1 et tuer les cellules cancéreuses dans le tube à essai et également dans des modèles de souris pour deux différents types de leucémie humaine. « Nous avons été surpris que l'anticorps ait si bien fonctionné à lui seul, » dit le Dr Scheinberg, auteur principal de l’article. « Nous avions initialement prévu que nous pourrions avoir besoin d'utiliser l'anticorps comme moyen d’administrer un médicament ou une thérapie radioactive pour tuer les cellules cancéreuses, mais ce n'était pas nécessaire. »

Additional studies must be done in the laboratory before ESK1 is ready to be tested in patients. But the monoclonal antibody was engineered to be fully human, which should speed the time it takes to move the drug into the clinic. Researchers expect that the first clinical trials, for leukemia, could begin in about a year.

Des études complémentaires doivent être faites en laboratoire avant ESK1 est prêt à être testé chez des patients. Mais l’anticorps monoclonal a été conçu pour être complètement humain, ce qui devrait accélérer le temps nécessaire pour utiliser le médicament dans une clinique. Les chercheurs s'attendent a ce que les premiers essais cliniques, pour la leucémie, puissent commencer dans environ un an.

The antibody was developed under a collaborative effort between Memorial Sloan-Kettering and Eureka, which have jointly filed for patent protection.

L'anticorps a été développé suite à un effort de collaboration entre « Memorial Sloan-Kettering et Eureka », qui ont déposé conjointement un brevet.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: HtrA2   Mer 13 Mar 2013 - 18:44

Merci à Titlene qui a traduit cet article au complet (voir suivant...)

Unlike other human therapeutic monoclonal antibodies, which can target only proteins that remain on the outside of cancer cells, the new monoclonal antibody, called ESK1, targets a protein that resides on the inside of the cell.

Le nouvel anticorps appelé ESK1 cible une protéine qui est dans la cellule.

ESK1 is directed at a protein called WT1, which is overexpressed in a range of leukemias and other cancers including myeloma and breast, ovarian, and colorectal cancers. WT1 is a high priority target for cancer drugs because it is an oncogenic protein, meaning that it supports the formation of cancer. In addition, it is found in few healthy cells, so there are less likely to be side effects from drugs that target it.

ESK1 est dirigé contre une protéine appelé WT1 qui est surexprimée dans une série de leucémies et de d'autres cancers incluant le myélome, le cancer su de l' et

"This is a new approach for attacking WT1, an important cancer target, with an antibody therapy. This is something that was previously not possible," said David A. Scheinberg, MD, PhD, Chair of the Sloan-Kettering Institute's Molecular Pharmacology and Chemistry Program and an inventor of the antibody. "There has not been a way to make small molecule drugs that can inhibit WT1 function. Our research shows that you can use a monoclonal antibody to recognize a cancer-associated protein inside a cell, and it will destroy the cell."

C'est une nouvelle approche pour attaquer WT1, une cible importante, avec une thérapie d'anticorps. C'est quelque chose qui n'était pas possible jusqu'ici.

The first studies of the antibody are showing promise in preclinical research as a treatment for leukemia as reported March 13, 2013, in Science Translational Medicine.

Les premières études de l'anticorps montrent des promesse en recherche cliniques comme traitement contre la leucémie

"ESK1 represents a paradigm change for the field of human monoclonal antibody therapeutics," said Cheng Liu, PhD, President and Chief Executive Officer of Eureka Therapeutics. "This research suggests that human antibody therapy is no longer limited to targeting proteins present outside cancer cells, but can now target proteins within the cancer cell itself."

ESK1 représente un nouveau paradigme dans le champs des anticorps monoclonaux

ESK1 was engineered to mimic the functions of a T cell receptor, a key component of the immune system. T cells have a receptor system that is designed to recognize proteins that are inside the cell. As proteins inside the cell get broken down as part of regular cellular processes, molecules known as HLA molecules carry fragments of those proteins -- known as peptides -- to the surface. When T cells recognize certain peptides as abnormal, the T cell kills the diseased cell.

ESK1 a été fait pour mimer les fonctions des récepteurs de cellule T, une composante importante du système immunitaire.

In the current study, the investigators showed that ESK1 alone was able to recognize WT1 peptides and kill cancer cells in the test tube and also in mouse models for two different types of human leukemia. "We were surprised that the antibody worked so well on its own," said Dr. Scheinberg, senior author of the paper. "We had originally expected that we might need to use the antibody as a carrier to deliver a drug or a radioactive therapy to kill the cancer cells, but this was not necessary."

Dans la courante étude, les chercheurs ont montré que ESK1 seul a été capable de reconnaitre la peptide WT1 et tuer les cellules cancéreuses dans un tube et dans des modèles de souris de deux leucémies différentes."On a été surpris que l'anticorps marche si bien"

Additional studies must be done in the laboratory before ESK1 is ready to be tested in patients. But the monoclonal antibody was engineered to be fully human, which should speed the time it takes to move the drug into the clinic. Researchers expect that the first clinical trials, for leukemia, could begin in about a year.

Des études additionnelles doivent être faites en laboratoire avant que ESK1 soit prêt àêtre testé sur des patients.

The antibody was developed under a collaborative effort between Memorial Sloan-Kettering and Eureka, which have jointly filed for patent protection.

_________________


Dernière édition par Denis le Ven 15 Mar 2013 - 12:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: HtrA2   Dim 9 Déc 2012 - 13:39

Dec. 7, 2012 — Early results of a trial to treat leukemia with a WT1 DNA vaccine, has shown robust vaccine-specific antibody responses in all vaccinated patients evaluated to date.

Des résultats précoces d'un essai pour traiter la leucémie avec un vaccin ADN Wt1 a montré un taux de réponses des anticorps spécifiques impressionnant chez tous les patients évalués à date.

Furthermore, T cell immune responses, including those of the "killer T cells," were detected. Antibody and T cell responses are strong signals of the DNA vaccine's potential to treat the disease.

De plus, des réponses des cellules T immunitaires, incluant les cellules T tueuses ont été détectées. Des réponses de l'anticorps et des cellules T sont des signaux forts que le vacinn avec ADN agit.

Presented at the DNA Vaccines 2012 conference in California by Christian Ottensmeier, the trial's principal investigator and Professor of Experimental Cancer Research at the University of Southampton, these interim results, from eight patients, are part of a phase II trial that will enroll 31 patients in its chronic myelogenous leukemia (CML) arm.

Un essai de phase II enrôlera 31 patients avec le LMC, la leucémie myéloîde chronique

To date, 14 CML patients have been enrolled while another 13 unvaccinated CML patients have been enrolled to serve as a control group. The vaccine has been shown to be safe overall and well-tolerated in the trial subjects. A detailed analysis of T cell immune responses as well as the impact of the vaccination on the molecular marker, BCR-ABL, which is a specific chromosomal abnormality that is associated with CML disease, will be performed during the trial.

Une analyse détaillée des réponses des cellules T aussi bien que de l'impact de la vaccination sur le marqueur moléculaire BCR-ABL avec un chromosome anormal associé avec la leucémie myéloide chronique sera réalisée durant l'essai.

As a result of the favorable safety and immunogenicity profiles observed in the CML vaccinated group, the trial is now open to enroll the acute myeloid leukemia (AML) clinical trial arm, with a total target of 37 subjects in each of the vaccinated and control groups.

L'essai est mainteant ouvert à ceux qui ont la leucémie myéloide aigue.

Professor Ottensmeier comments: "These preliminary data show strong vaccine-induced immune responses in vaccinated subjects in the CML arm. We are looking forward to enrolling and testing the vaccine's impact in AML patients, who currently have limited treatment options and a low rate of progression free survival."

This open-label, multi-center phase II clinical trial is evaluating a DNA vaccine-based immune therapy to treat these two types of leukemia. The DNA vaccine, developed by the University of Southampton, is delivered using Inovio Pharmaceuticals, Inc proprietary electroporation technology. The trial is funded by research charity leukemia and Lymphoma Research (LLR) and the National Institute for Health Research Efficacy and Mechanism Evaluation Programme.

Leukemia is a cancer of the bone marrow and blood that accounts for at least 300,000 new cases and 222,000 deaths worldwide each year -- a very high death rate. Wilms' Tumor gene 1 (WT1) is highly associated with these types of cancer. Preclinical data from mice showed strong induction of antigen-specific CD8+ T cells and the ability to kill human tumor cells expressing WT1.. This is the first study to combine DNA vaccination with electroporation delivery of WT1 antigens with the goal of stimulating high and durable levels of immune responses, in particular T cells, which are considered critical for improving clinical outcomes for this disease.

In this ongoing phase II trial, all participants initially receive six doses of two DNA vaccines (called p.DOM-WT1-37 and p.DOM-WT1-126) delivered at four week intervals. Vaccine responders may continue with booster vaccinations every three months out to 24 months. An additional 60 to 75 AML/CML patients are being enrolled across the two arms as non-vaccinated controls for comparison. The primary endpoints are molecular response to a disease marker called BCR-ABL in CML patients and time to disease progression in AML patients. The study is also monitoring WT1 transcript levels, immune responses to the WT1 antigen, time to progression and overall survival, and two-year survival in the AML group. The trial is taking place at hospitals in Southampton, London and Exeter.

Inovio's CEO, Dr. J. Joseph Kim, adds: "We are encouraged by preliminary phase II data showing a WT1 DNA vaccine's potential, administered with our novel delivery technology, to generate T cells and robust antibodies to treat leukemia. These results follow on our recent scientific breakthrough represented by our human data showing the powerful killing effect of T cells generated by our cervical dysplasia therapeutic vaccine."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: HtrA2   Mer 3 Fév 2010 - 0:02

(2 février 2010) - Des scientifiques ont découvert qu'un enzyme peut débarrasser les cellules d'un gène soupçonnés d'être responsables d'un large éventail de cancers.

Dr Jörg Hartkamp et le Dr Stefan Roberts ont constaté que la HtrA2 protéase peut "nettoyer" les cellules de la WT1 oncogène, qui se trouve à des niveaux élevés dans plusieurs leucémies et cancers solides tels que le cancer du et du .

Leur travail a donné aux concepteurs de médicaments une nouvelle cible qui leur permettra de développer des traitements pour tous ces cancers dans lesquels l'expression WT1 est élevé.

WT1 est un facteur bien connu dans le cancer, après avoir été découvert il ya 20 ans. Il supprime le développement de la tumeur de Wilms du , un cancer rare qui touche une personne sur 10.000 enfants. Toutefois, il a un rôle causant le cancer dans d'autres formes de la maladie, notamment les leucémies, comme la leucémie myéloïde aiguë (AML) et la leucémie myéloïde chronique (LMC).

En plus haute expression de WT1 est associé à un mauvais pronostic chez les patients AML, tandis que des essais avec des vaccins peptidiques contre WT1 chez des patients atteints de cancer du poumon, cancer du sein et la leucémie étaient prometteurs.

Cette dernière étude - publiée dans la revue Molecular Cell et financé par le Wellcome Trust, Cancer Research UK et l'Association of International Cancer Research (AICR) - est le premier à identifier l'enzyme qui peut débarrasser des cellules de WT1.

Dr Hartkamp, à l'Université de Manchester Faculté des sciences de la vie, a déclaré: «Le rôle des cancérogènes WT1 est connue depuis de nombreuses années, mais comment il travaillait n'était pas compris. Nous avons effectué une expérience et ont a découvert le rôle de la protéase HtrA2 par hasard. Cette découverte a un impact très grand.

Dr Roberts, qui a lancé les travaux à Manchester et est maintenant à l'Université de Buffalo, a ajouté: "Il ya de grandes implications pronostiques dans la leucémie, mais cette protéase pourrait en avoir de plus grandes encore plus. Il est peu probable qu'une protéase efface un seul facteur de transcription tels que WT1.

Dr Lesley Walker, directeur de l'information sur le cancer Cancer Research UK, a déclaré: «Cette étude apporte un nouvel éclairage sur la façon dont les niveaux de WT1 sont contrôlés et nous aidera à mieux comprendre son rôle dans le cancer. Bien qu'encore à un stade précoce, cette recherche est une avancée passionnante et pourrait contribuer à améliorer le traitement des types de cancer où WT1 est connu pour avoir une influence ».

L'équipe prévoit d'étudier encore plus HtrA2, de découvrir comment il est inactivé dans les cellules cancéreuses (ce qui permet à WT1 de proliférer ) et quelles sont les autres objectifs HtrA2 a fait. Cela aidera les sociétés pharmaceutiques de concevoir un médicament pour réactiver HtrA2 et d'appliquer la protéase à différentes maladies.

Il est à espérer que les patients seront projetés pour un niveau élevé de WT1 et, si tel est le cas, les cliniciens peuvent réactiver HtrA2. Et comme l'expression WT1 est faible chez l'adulte sain, l'expression oncogène de WT1 a été constaté que la tumeur spécifique afin WT1 ciblage sera moins nuisible à la santé générale du patient.

Le document «La tumeur de Wilms Suppressor protéine WT1 est traitée par la sérine protéase HtrA2/Omi» est disponible à http://www.cell.com/molecular-cell/fulltext/S1097-2765 (09) 00954-X


Dernière édition par Denis le Dim 9 Déc 2012 - 13:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: HtrA2   Aujourd'hui à 18:10

Revenir en haut Aller en bas
 
HtrA2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HtrA2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: