AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Levure et cancer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Levure et cancer   Mer 3 Aoû 2016 - 14:58

Scientists at Lancaster University have shed light on the metabolic switch observed in abnormal cells like cancer.

The change in cellular energy metabolism is a hallmark of many diseases as cells change from healthy to abnormal metabolic states.

Cancer cells are known to switch from providing energy through aerobic respiration to instead providing energy from glycolysis, or burning sugar.

This is also seen in yeast cells, which enables scientists to study the phenomenon in the lab.

Data from yeast cells has been studied by physicists interested in biological oscillations, which they can describe using mathematical equations.

Their research in Nature Scientific Reports looks at the dynamics of energy production in yeast cells to examine the metabolic oscillations behind this shift.

The team included Professor Aneta Stefanovska and Dr Gemma Lancaster from Lancaster with Dr Yevhen Suprunenko from Liverpool University and Kirsten Jenkins from King's College London.

Professor Aneta Stefanovska said: "Due to the thermodynamic openness of a living cell, the inability to instantaneously match fluctuating supply and demand in energy metabolism results in nonautonomous time-varying oscillatory dynamics.

Based on experimental evidence of metabolic oscillations provided by a group in Gothenburg, Sweden, led by Dr Mattias Goksör, they show that changes in metabolic state can be described robustly by alterations in the ability of the oscillator to resist external perturbations.

"I am delighted that our recent theory about how dynamical systems can maintain stability even with continuous perturbations has been shown to be directly applicable in this very important context of cell energy metabolism."

The researchers suggest that this could be used to identifying transitions between metabolic states in a cell, for example the metabolic switch observed in cancer cells.

Dr Gemma Lancaster said: "Focusing on the transitions between metabolic states could facilitate the development of new therapeutic strategies."

---

Les scientifiques de l'Université de Lancaster ont mis en lumière le commutateur métabolique observée dans les cellules anormales comme le cancer.

Le changement dans le métabolisme énergétique cellulaire est une caractéristique de nombreuses maladies que les cellules changent d'état de la santé vers des états métaboliques anormaux.

Les cellules cancéreuses sont connus pour passer de la fourniture d'énergie par la respiration aérobie à fournir de l'énergie par la glycolyse, ou une manière de bruler du sucre.

Ceci est également observée dans les cellules de levure, ce qui permet aux scientifiques d'étudier le phénomène dans le laboratoire.

Les données provenant des cellules de levure ont été étudié par les physiciens intéressés par des oscillations biologiques, qu'ils peuvent décrire en utilisant des équations mathématiques.

Leur recherche dans Nature Scientific Reports se penche sur la dynamique de la production d'énergie dans les cellules de levure pour examiner les oscillations métaboliques derrière ce changement.

L'équipe comprenait le professeur Aneta Stefanovska et le Dr Gemma Lancaster de Lancaster avec le Dr Yevhen Suprunenko de l'Université de Liverpool et Kirsten Jenkins de King College de Londres.

Professeur Aneta Stefanovska a déclaré: «En raison de l'ouverture thermodynamique d'une cellule vivante, l'incapacité à correspondre instantanément à la fluctuation de l'offre et de la demande du métabolisme énergétique dans la dynamique résulte en oscillations non autonomes variables dans le temps.

Basé sur des données expérimentales des oscillations métaboliques fournies par un groupe à Göteborg, en Suède, dirigée par le Dr Mattias Goksör, ils montrent que les changements dans l'état métabolique peuvent être décrits solidement par des altérations dans la capacité de l'oscillateur de résister à des perturbations externes.

«Je suis ravi que notre théorie récente sur la façon dont les systèmes dynamiques peuvent maintenir leur stabilité même avec des perturbations continues montrées pour être directement applicable dans ce contexte très important du métabolisme énergétique de la cellule."

Les chercheurs suggèrent que cela pourrait être utilisé pour identifier les transitions entre les états métaboliques dans une cellule, par exemple le commutateur métabolique observée dans les cellules cancéreuses.

Dr Gemma Lancaster a déclaré: «Se concentrer sur les transitions entre les états métaboliques pourrait faciliter le développement de nouvelles stratégies thérapeutiques."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Levure et cancer   Jeu 26 Nov 2015 - 16:07

In a new study published in Nature Structural and Molecular Biology, scientists from the University of Surrey have uncovered a collection of important proteins that carry out and regulate critical biological processes. As the malfunctioning of these proteins and processes are linked to diseases such as cancer, their findings could help with the development of more effective therapies for treating incurable and debilitating illnesses.

In the study, the team provide the first comprehensive insight into an important class of regulatory proteins, RNA-binding proteins, and their interaction with the molecule mRNA -- an important molecule that guides the synthesis of proteins -- in two living organisms, baker's yeast and roundworms. Though these two organisms are very different, the scientists found a striking evolutionary conservation in the proteins they uncovered, suggesting new functions for metabolic enzymes, which the team believes has remained in existence for billions of years.

"This is an important breakthrough as the proteins and processes we have identified are also present in humans, and we know they have strong links to diseases such as cancer and neurodegenerative diseases. Now we can use our new knowledge to test whether this is the case -- a new mechanism for controlling key biological processes could eventually lead to the development of effective cancer treatments," said lead author Professor André Gerber from the University of Surrey

"It could be that the RNA is driving the function, harking back to ancient mechanisms, before proteins were on the scene, or it could be that the proteins have a hidden function that we didn't know about," added co-author, Dr Emma Laing from the University of Surrey.

---

Dans une nouvelle étude publiée dans Nature Structural and Molecular Biology, les scientifiques de l'Université de Surrey ont découvert une collection de protéines importantes qui réalisent et régulent les processus biologiques critiques. Comme le mauvais fonctionnement de ces protéines et les processus sont liés à des maladies telles que le cancer, leurs résultats pourraient aider à la mise au point de thérapies plus efficaces pour le traitement de maladies incurables et débilitantes.

Dans l'étude, l'équipe de fournir le premier aperçu complet une classe importante de protéines régulatrices, des protéines liant l'ARN, et leur interaction avec l'ARNm molécule - une molécule importante qui guide la synthèse des protéines - dans deux organismes vivants : la levure de boulangerie et les ascaris. Bien que ces deux organismes sont très différents, les scientifiques ont trouvé un conservation évolutive frappante dans les protéines qu'ils ont découvert, en proposant de nouvelles fonctions pour les enzymes métaboliques, dont l'équipe croit est resté en existence depuis des milliards d'années.

"Ceci est une percée importante parce que les protéines et les processus que nous avons identifiés sont également présents chez les humains, et nous savons qu'ils ont des liens étroits avec des maladies comme le cancer et les maladies neurodégénératives. Maintenant, nous pouvons utiliser nos nouvelles connaissances pour vérifier si tel est le cas - un nouveau mécanisme de contrôle de processus biologiques essentiels pourrait éventuellement mener au développement de traitements efficaces contre le cancer ", a déclaré l'auteur principal, le professeur André Gerber de l'Université de Surrey

"Il se pourrait que l'ARN soit le moteur de la fonction, retrouvant des mécanismes anciens, avant que les protéines soient sur le devant de la scène, ou cela pourrait être que les protéines ont une fonction cachée que nous ne connaissons pas", a ajouté le co-auteur, Dr Emma Laing de l'Université de Surrey.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Levure et cancer   Dim 22 Nov 2015 - 18:34

Magic tricks work because they take advantage of the brain's sensory assumptions, tricking audiences into seeing phantoms or overlooking sleights of hand. Now a team of UC San Francisco researchers has discovered that even brainless single-celled yeast have sensory biases that can be hacked by a carefully engineered illusion, a finding that could be used to develop new approaches to fighting diseases such as cancer.

"The ability to perceive and respond to the environment is a basic attribute of all living organisms, from the greatest to the smallest," said Wendell Lim, PhD, the study's senior author. "And so is the susceptibility to misperception. It doesn't matter if the illusion is based on molecular sensors within a single cell or neurons in the brain."

In the new study, published online Nov. 19, 2015 in Science Express, Lim and his team discovered that yeast cells falsely perceive a specifically timed pattern of stress -- caused by alternating between low and mildly increased sodium levels -- as a massive, continuously increasing ramp of stress. In response, the microbes end up over-responding and killing themselves. The results, Lim says, suggest a whole new way of looking at the perceptual abilities of simple cells and could even be used to develop new approaches to fighting diseases using the power of illusion.

Timing of stress response is yeast cells' 'Achilles heel'

"This discovery was a bit of an accident actually," said Lim, chair of the Department of Cellular and Molecular Pharmacology at UCSF, director of the UCSF Center for Systems and Synthetic Biology, and a Howard Hughes Medical Institute (HHMI) investigator. "We were interested in the general issue of how cells interpret information over time. Frequency is a key aspect of all our communications, whether it's hearing language or transmitting radio signals, but do cells themselves use this kind of information? It's something we don't know much about."

To explore this question, two postdoctoral fellows in Lim's lab, Ping Wei, PhD, now at Peking University School of Life Sciences, and Amir Mitchell, PhD, set up a system that allowed them to expose yeast to a mild stressor -- a small increase in salt in the yeast's environment -- and to oscillate between the increased salt level and the baseline level at different frequencies.

Normally, sensor molecules in a yeast cell detect changes in salt concentration and instruct the cell to respond by producing a protective chemical. After this transient response, the cell can resume growing happily as if conditions had not changed. The researchers found that the cells were perfectly capable of adapting when they flipped the salt stress on and off every minute or every 32 minutes. But to their surprise, when they tried an eight-minute oscillation of precisely the same salt level the cells quickly stopped growing and began to die off.

"That was just a jaw-dropping moment," said Mitchell. "These cells should be able to handle this level of osmotic stress, but at one particular frequency they just go haywire. We'd never seen anything like this before."

Could sensory illusions be used to fight cancer?

Mitchell, who was first author on the new study, went on to inspect the cellular mechanism underlying this unexpected, frequency-dependent toxicity. Using mathematical modeling and experiments in which he tweaked the molecular wiring of the mitogen activated protein kinase (MAPK) pathway that mediates the cells' salt-sensing system, he revealed a sensory misperception: Because of the way the MAPK pathway is set up, the cells interpret an eight-minute oscillation as an ever-increasing staircase of salt concentration. This leads to excessive activation of the cells' protective response, and ultimately to their death (see Movie).

"Why would these cells have evolved this bizarre sensitivity to salt oscillations?" Mitchell asked. "Well, we don't think that they did. It's just a side effect of the fact that the molecular signaling network yeast cells use to mediate this stress response was optimized for their natural environment, in which salt stress normally occurs in a gradually increasing ramp -- like if the yeast is sitting on a grape as morning dew slowly evaporates. It's this assumption on the part of the yeast -- their anticipation that the stress will keep getting more severe -- that creates their Achilles heel."

The study suggests that many cell types, including human cells, may be predisposed to misperceptions and could be fooled by carefully engineered illusions. For instance, Mitchell said, the signaling pathway by which human cancer cells respond to chemical growth factors is closely related to the stress-sensing MAPK pathway in yeast. Thus, identification of cell-specific misperceptions might ultimately be exploited to induce cancer cells to kill themselves, he suggested, while minimally harming healthy, neighboring cells.

"On its own, this is a humble finding," Lim said, but he believes it has broader implications for biomedical research. "Like us, cells have biased perceptions based on what environmental patterns they've evolved with. By understanding these biases, we can modulate their behavior," he said. "In particular, it's striking to realize how important the time domain is for cells. The temporal pattern with which we present any stimulus, whether it's salt concentrations, drugs or beams of light, may make all the difference."

---


Les tours de magie fonctionnent parce qu'ils profitent des hypothèses sensoriels du cerveau, incitant le public à voir des fantômes ou à se faire bluffer par des tours de passe-main. Maintenant, une équipe de chercheurs de San Francisco a découvert que même sans cervelle, les levures unicellulaires ont des biais sensoriels qui peuvent être piraté par un illusion soigneusement conçu, une constatation qui pourrait être utilisé pour développer de nouvelles approches pour lutter contre les maladies telles que le cancer.

«La capacité à percevoir et à répondre à l'environnement est un attribut de base de tous les organismes vivants, du plus grand au plus petit", a déclaré Wendell Lim, Ph.D., auteur principal de l'étude. "Cela va de la susceptibilité à la perception erronée. Cela n'a pas d'importance si l'illusion est basée sur des capteurs moléculaires dans une seule cellule ou sur des neurones dans le cerveau."

Dans la nouvelle étude, publiée en ligne le 19 novembre 2015 dans Science Express, Lim et son équipe ont découvert que les cellules de levure perçoivent à tort un motif chronométré spécifiquement du stress - provoquée par l'alternance entre faible taux de sodium et taux légèrement augmenté - qui comme une augmentation massive, augmente leniveau de stress en continue. En réponse, les microbes arrêtent de répondre et se tuent. Les résultats, dit Lim, suggèrent une toute nouvelle façon de regarder les capacités perceptives de cellules simples et pourraient même être utilisés pour développer de nouvelles approches de lutte contre les maladies en utilisant la puissance de l'illusion.

Le moment de la réponse au stress est «le talon d'Achille des cellules de levure

"Cette découverte était un peu un accident", a déclaré Lim, président du Département de pharmacologie cellulaire et moléculaire à l'UCSF, directeur du Centre de l'UCSF pour les systèmes et la biologie synthétique, et un Howard Hughes Medical Institute (HHMI) enquêteur. «Nous sommes intéressés à la question générale de la façon dont les cellules interprètent l'information au fil du temps. La fréquence est un aspect clé de toutes nos communications, que ce soit pour la langue d'audition ou pour émettre des signaux radio, mais est-ce que les cellules elles-mêmes utilisent ce genre d'information? Nous n'en savions pas beaucoup sur le sujet.

Pour explorer cette question, deux stagiaires postdoctoraux dans le laboratoire de Lim, Ping Wei, Ph.D., maintenant à l'école Université de Pékin des sciences de la vie, et Amir Mitchell, PhD, ont mis en place un système qui leur a permis d'exposer la levure à un stress léger - une petite augmentation en sel dans l'environnement de la levure - oscillant entre la concentration en sel accrue et le niveau de référence à des fréquences différentes.

Normalement, les molécules de détection dans une cellule de levure détectent des changements dans la concentration de sel et charge la cellule de réagir en produisant un produit chimique de protection. Après cette réponse transitoire, la cellule peut reprendre sa croissance comme si les conditions n'avaient pas changé. Les chercheurs ont constaté que les cellules étaient parfaitement capables de s'adapter quand elles avaient vaincu le stress salin toutes les minutes ou toutes les 32 minutes. Mais à leur grande surprise, quand ils ont essayé une oscillation de huit minutes d'exactement le même niveau de sel les cellules ont rapidement cessé de croître et a commencé à mourir.

«Ce fut un moment d'étonnement", a déclaré Mitchell. "Ces cellules devraient être en mesure de gérer ce niveau de stress osmotique, mais à une fréquence particulière elles se sont juste détraquer. Nous avions jamais vu quelque chose comme ça avant."

Les illusions sensorielles pourraient être utilisés pour lutter contre le cancer?

Mitchell, qui était le premier auteur de la nouvelle étude, a continué à inspecter le mécanisme cellulaire qui sous-tend cette réaction inattendue: la toxicité dépend de la fréquence. Grâce à la modélisation et des expériences dans lesquelles il a peaufiné le câblage moléculaire du mitogène protéine kinase activée (MAPK) qui médie le système au sel de détection des cellules mathématique, il a révélé une mauvaise perception sensorielle: En raison de la façon dont la voie MAPK est mis en place, le cellules interprètent une oscillation de huit minutes comme un escalier de plus en plus de la concentration de sel. Cela conduit à une activation excessive de la réponse protectrice des cellules, et finalement à leur mort (voir vidéo).

"Pourquoi ces cellules ont-elles développé cette sensibilité bizarre à des oscillations de sel?" s'est demandé Mitchell. "Eh bien, nous ne pensons pas qu'elles l'ont fait. C'est juste un effet secondaire du fait que les cellules de levure du réseau de signalisation moléculaires utilisent la médiation de cette réponse de stress a été optimisée pour leur environnement naturel, dans lequel le stress de sel se produit normalement dans une augmentation progressive -. comme si la levure était posée sur un végétal et que la rosée du matin s'évaporait lentement, c'est cette hypothèse de la part de la levure - c'est leur anticipation que le stress va continuer à devenir plus grave - qui crée leur talon d'Achille ".

L'étude suggère que de nombreux types de cellules, y compris les cellules humaines, peuvent être prédisposés à des perceptions erronées et pourraient être trompés par les illusions soigneusement étudiée. Par exemple, Mitchell dit, la voie de signalisation par lequel les cellules cancéreuses humaines répondent aux facteurs de croissance chimiques est étroitement liée à la voie MAPK qui détecte la contrainte dans la levure. Ainsi, l'identification des perceptions erronées spécifiques des cellules pourrait finalement être exploitée pour induire les cellules cancéreuses à se tuer, a-t-il suggéré, tout en nuisant peu aux cellules voisines saines.

"A elle seule, cette constatation est une humble découverte" a dit Lim, mais il croit qu'il a des implications plus larges pour la recherche biomédicale. "Comme nous, les cellules ont des perceptions biaisées sur la base de ce que les modèles de l'environnement qavec lequel ils ont évolué. Par la compréhension de ces biais, nous pouvons moduler leur comportement", at-il dit. "En particulier, il est frappant de constater à quel point le domaine du temps est important pour les cellules. La structure temporelle avec laquelle nous présentons tout stimulus, que ce soit des concentrations de sel, de drogues ou des faisceaux de lumière, peut faire toute la différence."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Levure et cancer   Ven 18 Oct 2013 - 13:41

Oct. 15, 2013 — Researchers from the University of Minnesota, Mayo Clinic, and University of Toronto have successfully shown that a new method for targeting mutated cells could create a major breakthrough in a personalized medicine approach to treat cancer.
Share This:

The team's findings are published in the Oct. 15 issue of Cancer Research, a journal of the American Association of Cancer Research.

The new research discovers susceptible genes in the cancer cells using synthetic lethal interactions -- pairs of genes in which mutation in either gene alone causes no damage to the cell, but where mutations in both cause the death of the cell.

"When we discover these interactions in human cells, it can hold the key to effective, targeted cancer treatments," said Professor Chad Myers, the lead researcher and computer science and engineering associate professor in the University of Minnesota's College of Science and Engineering. "Specifically, drugs could be used to target the synthetic lethal interaction partners of cancer-associated genetic mutations. These drugs would then effectively kill cancer cells but spare otherwise identical cells lacking the cancer-related genetic alteration."

Myers and his collaborators used research on yeast genes to find synthetic lethality, and then found genes in humans that were similar in structure and evolutionary origin to the yeast cells. Myers worked with Dr. Dennis Wigle, a practicing thoracic surgical oncologist at Mayo Clinic to test those interactions in human cells.

They found two striking cases where synthetic lethal interactions were similar between yeast and human cells. These interactions involve genes that are frequently mutated in specific types of cancer and provide potential new drug targets for these tumors.

"About 40 percent of yeast genes have homologs in humans, we thought that inferring interactions across species may provide a quick way of getting at these interactions," Myers said. "Given our expertise with the yeast interactions, we developed a strategy for narrowing down the large list of interactions to test, based on sequence similarity between the genes and public databases of genes commonly mutated in cancer as well as other features."

Decades of drug discovery research have produced a limited number of targeted therapies for treating cancer. The most commonly used therapies involve delivering high doses of radiation or toxic chemicals to the patient, which can help to suppress tumor growth but also cause substantial damage to normal tissue.

"The strategy of using synthetic lethal interactions to identify drug targets, particularly for 'undruggable' cancer genes is an attractive alternative method for drug target discovery," said Wigle. "This technology is an important means to fully leverage information from sequencing projects for clinical application."
---

15 octobre 2013 - Des chercheurs de l'Université du Minnesota, de la Mayo Clinic et de l'Université de Toronto ont démontré avec succès qu'une nouvelle méthode pour cibler les cellules mutées pourrait créer une percée majeure dans une approche de médecine personnalisée pour traiter le cancer.

Les conclusions de l'équipe sont publiés dans le numéro du 15 octobre de Cancer Research, une revue de l'American Association of Cancer Research.

La nouvelle recherche découvre des gènes sensibles dans les cellules cancéreuses en utilisant des interactions synthétiques létales - paires de gènes dont la mutation d'un seul gène ne cause aucun dommage à la cellule, mais où les mutations dans deux gènes cause la mort de la cellule.

" Nous découvrons ces interactions dans les cellules humaines et cela peut détenir la clé de traitements anticancéreux efficaces et ciblées », a déclaré le professeur Tchad Myers , chercheur principal et de l'informatique et de l'ingénierie professeur agrégé à l' Université de l'Université de sciences et de génie du Minnesota. "Plus précisément, les médicaments pourraient être utilisés pour cibler les partenaires d'interactions létales synthétiques des mutations génétiques associées au cancer . Ces médicaments pourraient alors effectivement tuer les cellules cancéreuses, mais épargner les cellules identiques par ailleurs dépourvus de l'altération génétique liée au cancer . "

Myers et ses collaborateurs ont utilisé la recherche sur les gènes de la levure pour trouver la létalité synthétique , puis des gènes trouvés chez les humains qui étaient semblables dans leur structure et l'origine de l'évolution des cellules de la levure. Myers a travaillé avec le Dr Dennis Wigle, un chirurgien oncologue thoracique pratiquant à la Clinic Mayo pour tester les interactions dans les cellules humaines .

Ils ont trouvé deux cas frappants où les interactions synthétiques létales étaient similaires entre la levure et les cellules humaines. Ces interactions impliquent des gènes qui sont fréquemment muté dans certains types de cancer et fournissent de nouvelles cibles médicamenteuses potentielles pour ces tumeurs.

" Environ 40 pour cent des gènes de levure ont des homologues chez l'homme , nous avons pensé que déduire les interactions entre les espèces pouvait fournir un moyen rapide d'obtenir ces interactions », a déclaré Myers. «Compte tenu de notre expertise avec les interactions de levure , nous avons développé une stratégie pour circonscrire la grande liste des interactions dans les tests, basée sur la similarité de séquence entre les gènes et les bases de données publiques de gènes mutés communément dans le cancer ainsi que d'autres fonctions . "

Des décennies de recherche de découverte de médicaments ont produit un nombre limité de thérapies ciblées pour le traitement du cancer . Les traitements les plus couramment utilisés impliquent administration de doses élevées de radiations ou produits chimiques toxiques pour le patient, ce qui peut aider à supprimer la croissance tumorale mais aussi causer des dommages importants aux tissus normaux .

«La stratégie d'utilisation des interactions synthétiques létales pour identifier des cibles de médicaments, en particulier pour les gènes du cancer "non-médicamentalble" est une méthode alternative attractive pour la découverte de cibles de médicaments ", a déclaré Wigle . «Cette technologie est un moyen important pour obtenir de l'information et un effet de levier à des projets de séquençage pour l'application clinique."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Levure et cancer   Jeu 25 Mar 2010 - 14:29



(Mar. 25, 2010) — Canadian researchers have discovered a previously hidden channel to attack leukemia and other cancer cells, according to a new study published in the Journal of Biological Chemistry. The findings from the Université de Montréal, Maisonneuve-Rosemont Hospital and Université Laval may change the way doctors treat cancer patients.

Les chercheurs canadiens ont découvert un nouveau chemin pour attaquer les cellules de la laeucémie et de d'autres cancers, selon une nouvelle étude publiée dans le journal de chimie biologique. Ces découvertes pourraient change r la façon dont les médecins traitent le cancer.

"We found a gateway, which is present in all humans, that allows anti-cancer agents such as Bleomycin to enter the body so they may reach and attack leukemia cells," says senior author Dindial Ramotar, a professor at the Université de Montréal Faculty of Medicine and a scientist at the affiliated Maisonneuve-Rosemont Hospital.

"Nous avons découvert un chemin présent dans chaque humain qui permet aux agents anti-cancer comme la bleomycine d'entrer dans le corps pour atteindre les cellules de la leucémie. a dit Dindial Ramotar.

Dr. Ramotar began testing his theory a full decade ago using baker's yeast, which is remarkably similar to human cells. "Our discovery went from that model system to human cells and will soon reach the bedside through translational therapy," he explains. "We are on the brink of testing patients."



Le docteur Ramotar a commencé à testé sa théorie voici dix ans avec de la levure de boulanger qui est remarquablement similaire aux cellules humaines

The new gateway (SLC22A16) may be a lifesaver for patients with acute myeloid leukemia (AML), a cancer that affects white blood cells. AML patients are extremely difficult to treat, since most are unresponsive to anticancer remedies. "We can now streamline anti-cancer agents to treat AML," says Dr. Ramotar. "For example, we found the anti-cancer agent Bleomycin has positive results on lymphoma cells derived from patients and depends on the presence of the gateway. That's especially good news, since Bleomycin does not act as an immunosuppressant."

Ce nouveau chemin (SLC22A16) pourait sauver la vie aux patients atteints de leucémie myéloîde, un cancer des cellules blanches. Ces patients sont difficilles à traiter parce que la plupart de répondent pas aux remèdes anti-cancer. Nous avons maintenant des agents anti-cancer pour traiter l'AML comme le Bleomycine


The newly identified gateway, Dr. Ramotar cautions, is only "present in some cell types such as those derived from bone marrow." The channel also does not function in colon and breast cancer making it difficult to treat these patients with Bleomycin, he adds. "We must now examine ways to stimulate the gateway to treat a broad range of cancers using Bleomycin and other drugs."

Cette passerelle est seulement présentes dans quelques types de cellules comme celles qui sont dérivées de la moelle osseuse.

This study was supported by the Canadian Institutes of Health Research and the National Cancer Institute of Canada.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Levure et cancer   Mer 3 Fév 2010 - 14:41

(2 février 2010) - Un chercheur de Charles Drew University of Medicine and Science étudie l'utilisation potentielle de non-pathogène de la levure de boulangerie en tant que thérapie naturelle pour le cancer.

Le Docteur Mamdooh Ghoneum a présenté ses conclusions le 2 février lors d'une conférence spéciale sur «le mécanisme de la mort cellulaire", parrainé par l'American Association for Cancer Research (AACR) à l'Hôtel Omni de San Diego à San Diego.
"L'objectif central de la réunion est de trouver le moyen de réguler la mort cellulaire et sur la façon d'exploiter à des fins thérapeutiques cette régulation».

Depuis plus de deux décennies, le Dr Ghoneum a poursuivi une théorie selon laquelle les cellules cancéreuses s'autodétruisent lorsqu'elles sont exposées à de petites quantités de levure.

Le Docteur Ghoneum a exposé les cellules cancéreuses à la levure et observé comment elles ont ingéré la levure - par le biais d'un processus appelé phagocytose - et puis les cellules cancéreuses sont mortes. Premièrement, il a étudié ce phénomène dans les tubes à essai (in vitro), présentant la levure aux cancers du sein, de la langue, du côlon, et les cancers de la peau.
«Je n'ai aucun doute que je suis proche de libérer tout le mystère et de comprendre pourquoi les cellules cancéreuse s'affaiblissent au point de mourir avoir mangé de la levure de boulanger commune», a déclaré le Dr Ghoneum.

Dans des expériences plus tard, la levure a été injecté dans les tumeurs de souris et, encore une fois, il a observé une diminution de la taille de la masse tumorale. Puis, dans ses essais les plus récents, il a examiné si la levure pouvait tuer les cellules cancéreuses chez les souris qui avaient un cancer métastasé au poumon. Ces essais montrent également significative de la clairance des cellules de cancer du poumon.

"Nous avons observé que lorsque les cellules cancéreuses mange la levure, ils meurent», a déclaré le Dr Ghoneum.
L'étape suivante, selon le docteur, est de mener des essais cliniques afin de déterminer l'innocuité, l'efficacité de la posologie et une méthode de traitement.

Né en Egypte, le Dr Ghoneum a obtenu son doctorat à l'Université de Tokyo en 1980 et a fait ses études postdoctorales à l'UCLA, School of Medicine. Dr. Ghoneum est un immunologiste de renommée internationale, qui est un expert en immunothérapie du cancer. Il détient des brevets pour l'invention de trois modificateurs de réponse biologique pour le traitement du cancer. Il a été chercheur et professeur à l'Université Charles Drew pendant vingt-cinq ans, se spécialisant dans l'identification des remèdes naturels contre le cancer.

Les travaux du Dr Ghoneum a été étudié et reproduit par des scientifiques renommés dans le monde entier avec des résultats publiés dans les meilleures revues médicales. Ses conclusions ont été confirmées par des études similaires au ministère américain de la santé et de la Science, National Institute of Health (NIH).

"Il ya une possibilité de trouver une façon de traiter non seulement la tumeur locale, mais la tumeur qui s'est répandue dans tout le corps", a déclaré le Dr Gus Gill, président émérite, Department of Otolaryngology, Charles Drew University. "En tant que chirurgien, j'ai toujours pensé que la meilleure façon est d'essayer de se débarrasser de la chirurgie (comme une nécessité) en présence d'un cancer."


Dernière édition par Denis le Jeu 25 Mar 2010 - 14:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Levure et cancer   Aujourd'hui à 12:12

Revenir en haut Aller en bas
 
Levure et cancer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Flocons de levure maltée
» levure de bière
» levure de bière ?
» Levure nutritionnelle ou de bière ou maltée en flocons
» Quelle levure ?!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: