AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le récepteur sst2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le récepteur sst2   Lun 28 Mar 2016 - 13:23

A radiolabeled somatostatin analog compound, 177Lu-DOTA0-Tyr3-Octreotate (177Lu-Dotatate), reduced the risk of disease progression or death by 79% in the international phase III NETTER-1 population of previously treated, advanced neuroendocrine tumors of midgut origin.1

177Lu-Dotatate belongs to a therapeutic class known as peptide receptor radionuclide therapy, which has been used far more commonly in Europe than in the United States. The agent is composed of a somatostatin analog linked to a radioactive molecule, which enables targeted delivery of radiation to tumors, according to Jonathan R. Strosberg, MD, of Moffitt Cancer Center, Tampa, Florida, who reported the NETTER-1 findings at the 2016 Gastrointestinal Cancers Symposium.

Dr. Strosberg explained that in Europe, hospitals’ nuclear medicine centers are allowed to produce their own radiolabeled somatostatin analogs for treatment, but this is not done in the United States. Advanced Accelerator Applications, which is marketing 177Lu-Dotatate as Lutathera, has now conducted the trials necessary to apply for regulatory approval in the United States.

“With neuroendocrine tumors being a rare disease, until recently there was not a pharmaceutical company willing to invest in a large randomized controlled trial that is required for regulatory approval here,” he told The ASCO Post.

177Lu-Dotatate is the latest of several generations of peptide receptor radionuclide therapies and has a therapeutic index that appears to be more favorable, compared with previous generations, according to Dr. Strosberg.

NETTER-1 Trial Results

NETTER-1 is the first trial to prospectively evaluate a peptide receptor radionuclide therapy in a randomized trial. It evaluated 230 patients progressing after somatostatin analog therapy, assigning them to 177Lu-Dotatate (7.4 GBq) once every 8 weeks (by 30-minute infusion) for four total treatments or high-dose octreotide LAR [long-acting repeatable] at 60 mg.

The main analysis of NETTER-1 was presented in the fall of 2015 at the European Cancer Congress, showing a reduction in disease progression of 79%.2 Median progression-free survival was not reached with 177Lu-Dotatate but was 8 months with octreotide LAR (P < .0001). “There was substantial separation of the curves,” noted Dr. Strosberg.

Response rates, typically very low in this disease, were 18% vs 3% (P < .0008), making this “the only large study showing double-digit response rates in midgut neuroendocrine tumors,” according to Dr. Strosberg. “Only 5% of patients had progressive disease as their best response,” he noted, emphasizing that outcomes were assessed by central radiology review, with reviewers completely blinded to treatment assignment.

“The study met its primary endpoint in an extremely impressive fashion,” Dr. Strosberg commented. “With roughly a year and a half of follow-up, the expected median progression-free survival is likely to be longer than 3 years.”

Thirteen patients have died in the experimental arm vs 22 patients in the control arm (P < .019), a numerical trend that “is suggestive of an improvement” in overall survival, he said.

It may be possible to predict response to this treatment via the level of expression of the somatostatin receptor. This can be measured with an Octreoscan or with more sophistication using a gallium-68-somatostatin analog–PET [positron emission tomography] scan, he added.


Le Composé somatostatine analogique radiomarqué, 177Lu-DOTA0-Tyr3-octréotate (177Lu-Dotatate), réduit le risque de progression de la maladie ou de décès de 79% dans la phase internationale III NETTER-1 de la population de traités antérieurement pour les tumeurs neuroendocrines avancées d'origine mésentéron. 1

177Lu-Dotatate appartient à une classe thérapeutique connue sous le nom de thérapie du récepteur du peptide radionucléide, qui a été utilisé beaucoup plus souvent en Europe qu'aux Etats-Unis. L'agent est composé d'un analogue de la somatostatine liée à une molécule radioactive, ce qui permet la livraison ciblée de rayonnement à des tumeurs, selon Jonathan R. Strosberg, MD, du Moffitt Cancer Center, Tampa, en Floride, qui a rapporté les NETTER-1 conclusions au symposium gastrointestinal sur le cancer.

Le dr. Strosberg a expliqué qu'en Europe, les centres de médecine nucléaire des hôpitaux sont autorisés à produire leurs propres analogues de la somatostatine radiomarqués pour le traitement, mais cela ne se fait pas aux États-Unis. L'accélérateur avance d'applications, qui est le marketing de 177Lu-Dotatate et Lutathera, a maintenant effectué les essais nécessaires pour demander l'approbation réglementaire aux États-Unis.

"Les tumeurs neuroendocrines étant une maladie rare, jusqu'à récemment il n'y avait pas une société pharmaceutique prêt à investir dans un grand essai contrôlé randomisé qui est requis pour l'approbation réglementaire ici," at-il déclaré à l'ASCO Post.

177Lu-Dotatate est la dernière de plusieurs générations de récepteurs de peptide radiothérapies isotopiques et a un indice thérapeutique qui semble être plus favorable, par rapport aux générations précédentes, selon le Dr Strosberg.

NETTER-1 Résultats d'essai

NETTER-1 est le premier essai pour évaluer prospectivement un récepteur de peptide comme thérapie radionucléide dans un essai randomisé. Il a évalué 230 patients progressant après un traitement somatostatine analogique, qui les affectaient à 177Lu-Dotatate (7,4 GBq) une fois toutes les 8 semaines (par perfusion de 30 minutes) pour quatre traitements totaux ou à haute dose octréotide LAR [longue durée d'action répétable] à 60 mg .

L'analyse principale de NETTER-1 a été présenté à l'automne 2015 au Congrès européen sur le cancer, montrant une réduction de la progression de la maladie de 79% .2 La survie médiane sans progression n'a pas été atteint avec 177Lu-Dotatate mais était de 8 mois avec octréotide LAR (P <0,0001). «Il y avait une séparation substantielle des courbes", a noté le Dr Strosberg.

Les taux de réponse, généralement très faibles dans cette maladie, étaient 18% vs 3% (P <0,0008), ce qui en fait «la seule grande étude montrant les taux de réponse à deux chiffres dans les tumeurs neuroendocrines mésentéron," selon le Dr Strosberg. "Seulement 5% des patients avaient une maladie progressive comme leur meilleure réponse," at-il noté, soulignant que les résultats ont été évalués par un examen de radiologie centrale, avec les examinateurs complètement aveugles à l'affectation du traitement.

"L'étude a atteint son critère principal d'une manière très impressionnante", a commenté le Dr Strosberg. «Avec environ un an et demi de suivi, la survie sans progression médiane prévue est susceptible d'être plus de 3 ans."

treize patients sont morts dans le groupe expérimental vs 22 patients dans le bras de contrôle (P <0,019), une tendance numérique qui "est évocateur d'une amélioration" de la survie globale, at-il dit.

Il peut être possible de prédire la réponse à ce traitement par le niveau d'expression du récepteur de la somatostatine. Ceci peut être mesuré avec un octreoscan ou avec plus de sophistication à l'aide d'un convertisseur analogique-PET



---
note : Qu’est-ce que le cancer neuroendocrinien?

Le cancer neuroendocrinien est une tumeur maligne qui prend naissance dans les cellules neuroendocrines. Le mot « maligne » signifie que la tumeur peut se propager (métastases) à d’autres parties du corps.

Les cellules neuroendocrines font partie du système neuroendocrinien diffus, qui est un réseau de cellules neuroendocrines dispersées dans tout le corps. Elles sont aussi présentes dans le système endocrinien, qui comprend l’hypophyse, l’épiphyse (glande pinéale), la glande thyroïde, les glandes parathyroïdes, les glandes surrénales, ainsi que les îlots pancréatiques (également connus sous le nom d’îlots de Langerhans) et les ovaires ou les testicules. Les cellules neuroendocrines ont une structure semblable à celles des cellules nerveuses, ou neurones. Tout comme les cellules endocrines, elles fabriquent des hormones. Elles reçoivent des messages du système nerveux auxquels elles répondent en sécrétant des hormones. Bien que les cellules neuroendocrines soient présentes dans différentes parties du corps, on les trouve surtout dans l’appareil digestif et l’appareil respiratoire.

Read more: http://www.cancer.ca/fr-ca/cancer-information/cancer-type/neuroendocrine/neuroendocrine-cancer/?region=mb#ixzz44DbMN3UQ

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le récepteur sst2   Ven 8 Fév 2013 - 20:19

09/01/2013


A l'occasion du congrès de la Société européenne de thérapie génique et cellulaire, Le Professeur Louis Buscail (Toulouse) a présenté une nouvelle technique de transfert intratumoral de gènes qui provoque une chimiosensibilisation à la gemcitabine dans le cadre du traitement du cancer du pancréas.

Face à ce cancer redoutable, ces chercheurs de Toulouse travaillent sur une nouvelle approche utilisant la thérapie génique. Il s'agit, en utilisant conjointement deux gènes thérapeutiques, de provoquer une chimiosensibilisation à la gemcitabine.

Le premier de ces gènes est le sst2 qui commande un récepteur disparaissant dans le cancer du . En réactivant ce récepteur, on provoque une inhibition de la prolifération des cellules cancéreuses ainsi qu'un un effet antiangiogénique (blocage de la formation de nouveaux vaisseaux sanguins pour alimenter le tumeur). L’autre gène est le DCK-UMK qui commande les enzymes de phosphorylation de la gemcitabine. Ces deux gènes associés permettent une puissante chimiosensibilisation ainsi qu'une action antitumorale.

Les premiers essais sur l'animal ont montré la faisabilité de ce transfert de gène dans le pancréas et ont confirmé l'action de réduction de la dissémination des cellules cancéreuses qui est obtenue à la fois par cette sensibilisation des cellules à la chimiothérapie et par le blocage de l’angiogenèse nécessaire au développement de la tumeur.

D'autres résultats sur 22 patients atteints d'un cancer du pancréas sont également encourageants et montrent une réponse partielle au traitement dans neuf cas sur dix et une réduction des marqueurs tumoraux dans la moitié des cas. Une nouvelle étude clinique plus étendue sera lancée en 2013 sur 80 patients.

Article rédigé par Mark FURNESS pour RTFlash

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le récepteur sst2   Jeu 16 Sep 2010 - 12:44

A new investigational drug designed to penetrate and attack pancreatic cancer cells has been administered to a patient for the first time ever at the Virginia G. Piper Cancer Center at Scottsdale Healthcare.

Un nouveau médicament fait pour pénétrer et attaquer les cellules cancéreuses du a été administré à un patient pour la premi;re fois

ASG-5ME is a potent, targeted compound designed to selectively kill cancer cells, says Daniel Von Hoff, MD, a principal investigator in the Phase I clinical trial. Pancreatic cancer is a fast-growing and difficult to treat form of cancer, and is the fourth leading cause of cancer death in the United States.

ASG-5ME est une puissante molécule faite pour tuer sélectivement les cellules cancéreuses du pancréas. Autrement le médicament est en phase 1 des essais. Le cancer du pancréas en est un à croissance rapide et il est le 4ième tueur aux États-unis.


"ASG-5ME is intended for pancreatic cancer patients who do not have a good prognosis with currently available therapies. We are very pleased to be able to offer this exciting agent in a clinical trial for patients with advanced pancreatic cancer," says Dr. Von Hoff. "Our goal at the Virginia G. Piper Cancer Center is to deliver cell-killing medicine through the best possible individually targeted therapies, and ASG-5ME fits the bill."

The new investigational compound uses a monoclonal antibody against a target which is found in more than 90 percent of pancreatic cancer patients. The monoclonal antibody delivers a highly potent molecule called monomethyl auristatin E (MMAE) to selectively kill the pancreatic cancer cells.


La molécule expérimentale utilise un anticorps monoclonal contre une cible qui se trouve dans 90% des cancers du pancréas. L'anticorps monoclonal livre une molécule appelé monomethyl auristatin E (MMAE)



"It is a precision approach that is designed to avoid non-targeted cells, increasing antitumor activity in preclinical models and potentially reducing the toxic effects of traditional chemotherapy" says Dr. Von Hoff. Researchers are studying the drug to evaluate its safety and tolerability and identify the maximum tolerated dose.

The Virginia G. Piper Cancer Center at Scottsdale Healthcare was the first to offer patient access to ASG-5ME. Researchers hope to enroll up to 50 patients in clinical trials of the drug in multiple centers across the U.S.

The drug was co-developed by Seattle Genetics, Inc. of Bothell, Wash. and Agensys, Inc., an affiliate of Tokyo-based Astellas Pharma Inc.

More than 36,000 people are expected to die from pancreatic cancer in 2010, according to the American Cancer Society. Most patients with advanced pancreatic cancer die within one year of diagnosis.

The Virginia G. Piper Cancer Center at Scottsdale Healthcare opened in 2001 as the first major cancer center in greater Phoenix to offer comprehensive cancer research, diagnosis, treatment, prevention and support services in a single location. The Commission on Cancer of the American College of Surgeons has awarded Accreditation with Commendation to the Scottsdale Healthcare cancer program.

Dr. Von Hoff is chief scientific officer at the Virginia G. Piper Cancer Center at Scottsdale Healthcare and physician-in-chief at the Translational Genomics Research Institute (TGen).

Research at the Virginia G. Piper Cancer Center at Scottsdale Healthcare is conducted in collaboration with TGen and the Scottsdale Healthcare Research Institute, allowing molecular and genomic discoveries to reach the patient bedside as quickly as possible through clinical trials of therapies directed at specific targets in a patient's tumor.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Le récepteur sst2   Mer 30 Juin 2010 - 12:12



Sans doute un espoir dans la lutte contre le cancer du pancréas. Corinne Bousquet, chercheuse à l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) et son équipe toulousaine développent un projet visant à améliorer le dépistage précoce et le traitement des cancers du . La scientifique a orienté son travail sur le rôle d'une protéine appelée somatostatine (sst2), présente dans un pancréas sain, mais absente en cas de cancer.

« Cette maladie ne présente aucun symptôme avant d'atteindre un stade irréversible. La tumeur se développe vite et la chimiothérapie reste à ce jour inefficace », explique Corinne Bousquet. L'équipe de l'institut a déjà obtenu une première série de résultats prometteurs qui indique que le récepteur sst2 pourrait jouer le rôle d'un médicament anticancéreux. « Quand on réinjecte la molécule dans un pancréas atteint, on remarque une amélioration car elle bloque la croissance de la tumeur », poursuit la chercheuse. Basés sur ces découvertes, des essais cliniques de thérapies géniques vont être réalisés sur des patients du CHU Rangueil, fin 2010.Sur cette lancée pleine d'espoir, l'équipe entreprend aujourd'hui de nouvelles recherches.

« Nous allons étudier les différents stades d'évolution du cancer sur des souris où la molécule sera absente. Nous pourrons alors identifier des marqueurs précoces pour élaborer ensuite des tests permettant de déceler le plus tôt possible la pathologie, à un stade où elle pourra encore être soignée », poursuit la chercheuse. À ce titre, l'association pour la recherche sur le cancer a remis officiellement hier dans les locaux de l'institut de médecine moléculaire de Rangueil, une subvention de 50 000 euros à Corinne Bousquet.


Dernière édition par Denis le Lun 28 Mar 2016 - 16:40, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le récepteur sst2   Aujourd'hui à 19:54

Revenir en haut Aller en bas
 
Le récepteur sst2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le récepteur sst2
» Le récepteur PPAR.
» Emetteur ou récepteur
» récepteur de la vitamine D .
» Récepteur TNT: simple, double tuner...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: