AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 l'enzyme PACE4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: l'enzyme PACE4    Sam 9 Jan 2016 - 14:58




Le docteur Robert Day de l'université de Sherbrooke a fournit la première preuve de concept que bloquer une protéine appelé PACE4 arrête la croissance du cancer de la prostate chez les souris. Les thérapies anti-PACE4 incitent les cellules cancéreuses prostatiques à mourir et cela rétrécit les tumeurs de 60%. Une nouvelle collaboration est maintenant en marche pour de nouveaux tests et la commercialisation.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: l'enzyme PACE4    Mer 27 Fév 2013 - 8:28

La Société canadienne du cancer annonce une subvention de 1,2 M$ à une équipe de recherche de l'Université de Sherbrooke et du CHUS qui vise la mise au point d'un médicament pour les patients atteints d'un cancer de la prostate avancé.

Allant jusqu'à 1,25 M$ étalés sur cinq ans, la vocation des « subventions pour un impact » de la Société canadienne du cancer est d'investir des sommes importantes sur plusieurs années dans une recherche déjà bien avancée pour lui permettre d'aboutir à des résultats concrets. Pour l'équipe de l'U de S et du CHUS, les premiers patients pourraient bientôt bénéficier de cette avancée majeure : « Si tout se passe bien, j'envisage de commencer un essai clinique de phase I d'ici deux à trois ans », précise Dr Day. Cette subvention vient ainsi récompenser plus de 10 ans de recherche.

Le cancer de la prostate est de loin celui qui touche le plus d'hommes canadiens; un sur neuf. « Pourtant, en 20 ou 30 ans, nous n'avons pas vraiment trouvé de nouveau traitement à leur proposer », regrette Robert Day, le chercheur à la tête du projet. Face à un cancer avancé, le traitement standard, antihormonal, ne prolonge la vie que de quelques années, sans guérir les patients. En 2012, 4100 d'entre eux sont décédés au Canada, dont 890 au Québec.

Les tumeurs de la prostate grossissent grâce à la testostérone. Les traitements antihormonaux la bloquent, mais après quelques années, les cellules cancéreuses s'adaptent et trouvent d'autres facteurs de croissance. L'équipe sherbrookoise vient de fabriquer un prototype de médicament pour bloquer l'action de PACE 4 : une enzyme qui se dérègle dans tous les cancers de la et qui permet aux cellules cancéreuses de se multiplier. « Ce médicament prometteur empêche d'activer toute une série de facteurs de croissance qui alimentent le cancer, explique le Dr Day. Chez les souris, quand on bloque PACE 4, les effets sont spectaculaires, la croissance des tumeurs s'arrête. »

Claude Marsolais a été diagnostiqué à 51 ans d'un cancer de la prostate. Après un répit, il a appris que le cancer avait récidivé, puis qu'il était incurable. « Il me reste peu de temps à vivre, pour moi c'est trop tard. Mais mon espoir, c'est que grâce aux travaux du Dr Day, on puisse guérir d'autres hommes dans ma situation. »

En plus de la subvention remise à l'équipe de Sherbrooke, la SCC accorde dix autres subventions pour un impact (soit 13 M$ au total) à des chercheurs canadiens, dont trois autres au Québec (pour un total de 4,5 M$).

« La SCC fête ses 75 ans cette année et depuis ses débuts, elle a choisi d'investir dans la recherche pour avoir le plus d'impact contre la maladie : à ce jour plus de 1,2 milliard de dollars ont été accordés aux chercheurs du pays, indique Suzanne Dubois, directrice générale de la SCC- Division du Québec. Aujourd'hui, des milliers de Québécois survivent au cancer grâce à leurs travaux et la Société canadienne du cancer souhaite en faire davantage dans le futur, car, à mesure que nos connaissances sur le cancer s'élargiront, nous assisterons à des progrès plus remarquables encore. »

Depuis 75 ans, la Société canadienne du cancer est avec les Canadiens dans le combat pour la vie. Toutes ces années, nous avons travaillé sans relâche à prévenir le cancer, à financer la recherche et à soutenir les personnes touchées par la maladie. Forts de cette expérience, nous continuons de lutter avec les Canadiens pour changer le cancer à jamais afin qu'ils soient moins nombreux à y faire face et plus nombreux à y survivre. Pour en savoir plus, visitez cancer.ca ou appelez notre Service d'information sur le cancer, au 1 888 939-3333.

Source : Melody Enguix, conseillère en communication scientifique pour la Société canadienne du cancer

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: l'enzyme PACE4    Dim 6 Jan 2013 - 8:42

Une enzyme rend le cancer de la plus agressif
Médecine Une enzyme vient d'être identifiée, elle est en lien direct avec les cancers de la prostate les plus virulents. Sa désactivation permettrait de réduire le développement des métastases dans certains cancers. L'enzyme en question est la PRSS3, il s'agit d'une protéase, c'est à dire une molécule capable de casser les protéines. Elle change l'environnement des cellules cancéreuses de la prostate. En attaquant les tissus alentour, elle favorise le développement des cellules malignes.

L'action de cette enzyme n'est pas générale à tous les cancers de la prostate, mais pour un certain nombre d'entre eux, notamment les plus mortels, cette protéase joue un rôle essentiel dans la virulence de la maladie. Après avoir découvert le lien entre le cancer de la prostate et la PRSS3 dans des données et études publiques, les chercheurs ont travaillé sur des animaux. Ils ont démontré l'importance de cette enzyme sur des modèles de cancers chez les souris. Dans les modèles où la protéase était désactivée, le cancer ne s'est pas propagé.

La désactivation de PRSS3 a pu être faite, car les chercheurs ont trouvé un endroit dans cette structure où ils ont pu brancher une petite protéine inhibant l'action destructrice de la protéase. Ce principe doit être approfondi, car il pourrait déboucher sur des techniques thérapeutiques chez l'homme.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: l'enzyme PACE4    Mar 21 Déc 2010 - 12:17

(20 décembre 2010) - Des chercheurs ont démontré que l'antibiotique appelé "monensin" empêche la croissance des cellules cancéreuses de la . Le Monensin est utilisé dans l'industrie de la viande et des produits laitiers, par exemple.

Des preuves montrant les effets de la monensine ont émergé dans un projet de recherche sur les effets des médicaments et de près de 5.000 micromolécules sur la croissance des cellules cancéreuses de la prostate. Le projet comprenait la plupart des médicaments sur le marché aujourd'hui. Les chercheurs ont constaté que de petites quantités de composés - disulfirame (Antabus), le thirame, un tricostatin, et monensin - peuvent empêcher la croissance des cellules cancéreuses de la prostate sans effets significatifs sur la croissance des cellules normales de la prostate épithéliales humaines.

D'autres études ont révélé que la monensine a causé la mort de cellules cancéreuses de la en réduisant la quantité de récepteurs de la testostérone et en augmentant la production d'espèces réactives de l'oxygène et provoquant des dommages d'ADN. En outre, il a été démontré que les effets combinés de la monensin avec des anti-androgènes - les médicaments supprimant les effets des androgènes - agissent dans la prévention de la croissance des cellules cancéreuses de la prostate.

"Ces résultats de recherche donnent lieu à une nouvelle utilisation potentielle pour la monensin. Les résultats démontrent aussi que les effets des anti-androgènes pour supprimer la croissance des cellules cancéreuses peuvent être améliorés en utilisant des médicaments entraînant la production d'espèces réactives de l'oxygène", disent les chercheurs.

Les résultats de la recherche concernant les effets des médicaments et des micromolécules ont été publiés dans la revue Clinical Cancer Research en 2009. Les effets de la monensine sur la prévention de la croissance du cancer de la prostate a été publié dans la revue Molecular Cancer Therapeutics en Décembre 2010.

Récemment, les sociétés médicales ont démontré un grand intérêt dans ces sortes de projets visant à trouver de nouvelles indications pour des médicaments déterminés. Depuis le dosage et les effets indésirables des médicaments déjà utilisés et leurs effets combinés avec d'autres médicaments sont relativement bien connus, ce genre de repositionnement de médicaments peut entraîner des économies considérables.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: l'enzyme PACE4    Lun 30 Aoû 2010 - 18:23

Les PCs comme cibles thérapeutiques

Un mécanisme fondamental de l’activation des protéines se fait par le clivage endoprotéolytique par une famille d’enzymes connues sous le nom des proprotéines convertases (PCs). Parmi les précurseurs protéiques activés par les PCs, on retrouve les neurotransmetteurs peptidiques, les hormones, les facteurs de croissance, les enzymes et certains récepteurs, ainsi que des protéines virales et des pathogènes bactériennes. En raison des actions diverses et importantes de cette famille d’enzymes, nous avons émis l’hypothèse que leurs inhibitions pourraient avoir des effets bénéfiques dans plusieurs pathophysiologies. Pour mettre cette hypothèse à l’épreuve, nous avons développé une batterie de tests pharmacologiques in vitro, ex vivo et in vivo, qui nous ont permis de mettre au point des inhibiteurs spécifiques de chaque membre de la famille des PCs. De plus, grâce à une approche pharmacologique moléculaire, nous avons pu valider nos cibles thérapeutiques. Cet ensemble de plateformes technologiques représente des outils puissants à la fine pointe de la pharmacologie moderne.




Robert.Day@USherbrooke.ca

http://www.usherbrooke.ca/pharmaco/Professeurs/rday.htm



note:
Citation :
protéolytique:

Qui produit la protéolyse (dégradation des protéines sous l'effet d'enzymes au cours du métabolisme).

Citation :
■Le préfixe endo- signifie « en dedans ».

Citation :
Le métabolisme est l'ensemble des transformations moléculaires et énergétiques qui se déroulent de manière ininterrompue dans la cellule ou l'organisme vivant. C'est un processus ordonné, qui fait intervenir des processus de dégradation (catabolisme) et de synthèse organique (anabolisme). Couramment, le métabolisme est l'ensemble des dépenses énergétiques d'une personne.

On peut y distinguer le métabolisme de base et le métabolisme en activité.

L'anabolisme est le métabolisme qui permet à la cellule de synthétiser les substances indispensables à sa vie et à sa fonction. Cette synthèse s'effectue à partir des matériaux que la cellule a absorbés du milieu extérieur et de l'énergie dégagée par le catabolisme ou provenant de l'extérieur (cas de la photosynthèse).


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: l'enzyme PACE4    Lun 30 Aoû 2010 - 16:48

(Sherbrooke) Le professeur Robert Day et son équipe ont découvert une nouvelle cible thérapeutique qui pourrait freiner le développement du cancer de la prostate.


Les chercheurs de l'Université de Sherbrooke viennent de recevoir un financement de 696 000 $ du ministère du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation (MDEIE) pour ce projet.

M. Day et son équipe se sont penchés sur une enzyme, appelée PACE4, qui se retrouve en trop grand nombre dans le corps humain lorsque les hommes sont atteints d'un cancer de la prostate.

Les chercheurs ont développé des inhibiteurs qui touchent ces enzymes.


Le cancer de la prostate est le deuxième en importance en ce qui a trait aux décès liés au cancer chez les hommes.

Les chercheurs ont mené des études en parallèle et ils ont aussi constaté que le même phénomène s'applique aux cancers du poumon et de la peau: l'enzyme PACE4 est surexprimée, c'est-à-dire qu'elle se retrouve en trop grand nombre dans le corps humain. M. Day explique que les cancers diffèrent de l'un à l'autre. «C'est quasiment comme des maladies différentes», fait-il valoir. Toutefois, les chercheurs ont pu remarquer le même mécanisme dans les cancers de la , du et de la .



Dernière édition par Denis le Dim 6 Jan 2013 - 8:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: l'enzyme PACE4    Aujourd'hui à 12:24

Revenir en haut Aller en bas
 
l'enzyme PACE4
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Inhibiteur d'enzyme de conversion
» L'enzyme PKG, la colibactine
» Affamer un enzyme "glouton", peut ralentir la progression de la SEP!
» enzyme allostérique et enzyme avec inhibiteur non compétitif
» L'enzyme NEK1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: