AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Greffe de la trachée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
diane2



Nombre de messages : 2424
Age : 71
Localisation : L'île Val D'Or à Champlain QC.
Date d'inscription : 27/09/2009

MessageSujet: Re: Greffe de la trachée.    Sam 9 Juil 2011 - 19:21

Beurk à regarder mais quelle belle avancée dans la médecine... ok
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Greffe de la trachée.    Sam 9 Juil 2011 - 12:56

Le mythe de l'homme bionique se concrétise un peu plus. En Suède, l'équipe du professeur de chirurgie régénérative Paolo Macchiarini, vient de réaliser une première mondiale : ils ont greffé sur un patient atteint d'un cancer une trachée entièrement artificielle.

L'organe ne vient en effet pas d'un donneur mais a été produit en laboratoire avant d'être implantéesur le patient de 36 ans. L'urgence de son cas ne permettait pas de suivre la procédure de greffe habituelle.

Pour réaliser cet exploit, l'équipe du professeur Macchiarini a prélevé de la moelle osseuse du patient pour en extraire des cellules souches. Mises en contact avec des éléments nutritifs et d'autres substances, elles se sont transformées en cellule de trachée.

Une équipe de Londres a ensuite travaillé à partir de scanner en trois dimensions du patient afin de produire une reproduction de l'organe cancéreux dans un plastique spécial. En forme de Y cette matrice disposait de la forme adéquate pour pourvoir être reliée aux poumons du patient.

Prêt en 48 heures
La trachée artificielle, tout comme les cellules, ont ensuite été placées dans un instrument spécial, baptisé bioréacteur, qui maintient une température constance de 37 degrés. Cette machine tournait toutes les minutes plongeant une partie de la trachée dans le bain de cellules tandis que l'autre était en contact avec de l'oxygène. En 48 heures, le plastique était entièrement recouvert de cellules et prêt à être implanté sur le patient. Lors de la greffe, les chirurgiens ont enfin veillé à irriguer la trachée. Avec les propres cellules du patient, ce nouveau greffon a très peu de chance d'être rejeté par l'organisme.











L'organe artificiel qui a été greffé sur le patient



D'un point de vue scientifique, l'avancée est assez minime. Cette technique d'ingénierie cellulaire existe en effet depuis les années 1980 mais jusqu'à présent, les application se limitaient à des rongeurs. C'est la première fois qu'elle s'applique à l'Homme.

« Pour parler franchement, j'ai eu très peur explique le patient au journal USA Today. J'ai été sur le point de refuser la chirurgie, mais le Dr Macchiarini m'a tout expliqué. Je priais. Je l'ai acceptée. J'y ai cru » poursuit-il. Depuis l'opération qui s'est déroulée le 9 juin, il semblerait qu'il soit sur le point d'une guérison totale.

Une prouesse qui pourrait trouver de nombreuses applications : « Mon rêve en tant que chirurgien est d'utiliser la médecine régénérative pour restaurer la fonction des cellules endommagées par le vieillissement et la maladie » conclut Paolo Macchiarini. Le futur est donc déjà en marche.

Par Romain Katchadourian

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kary0615MC



Nombre de messages : 43
Age : 62
Localisation : France
Date d'inscription : 01/03/2011

MessageSujet: Re: Greffe de la trachée.    Sam 5 Mar 2011 - 17:41

Il est certain que la médecine avance, mais quand on est dans la maladie, on voudrait qu'elle avance encore plus vite.

Hélas de tous temps, il y a eu des maladies et il a toujours fallu attendre de trouver les moyens de les maîtriser correctement.

Ne serait ce que l'appendicite, il y a quelques années, on en mourrait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
diane2



Nombre de messages : 2424
Age : 71
Localisation : L'île Val D'Or à Champlain QC.
Date d'inscription : 27/09/2009

MessageSujet: Re: Greffe de la trachée.    Sam 5 Mar 2011 - 15:37

Wowww génial... c'est si encourageant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Greffe de la trachée.    Sam 5 Mar 2011 - 13:32

Un homme de 78 ans, qui a reçu une greffe de bronche artificielle à l’hôpital Avicenne de Bobigny, vit aujourd’hui parfaitement.
Le plus meurtrier des cancers va-t-il prochainement succomber ? En réussissant une greffe de bronche artificielle sur un homme de 78 ans, les équipes du professeur Emmanuel Martinod, de l’hôpital Avicenne de Bobigny, ont remporté une bataille contre le cancer du poumon, qui provoque en France près de 30 000 décès chaque année.

Cette première mondiale, réalisée le 28 octobre 2009, a permis «...non seulement d’ôter la lésion cancéreuse avec des marges de sécurité plus importantes, rapportent les services hospitaliers, mais aussi d’éviter l’ablation complète prévue du poumon». Cette opération était auparavant la seule solution lorsque la tumeur était placée à proximité du médiastin, véritable carrefour entre les poumons gauche et droit. Or, cette intervention était la plus risquée avec un taux de mortalité atteignant 26% à quatre-vingt-dix jours. «Le poumon, c’est un peu comme un arbre, explique le pneumologue ­Dominique Valeyre. On pouvait intervenir au niveau des feuilles ou au niveau du tronc, mais remplacer une branche était impossible.»

À Bobigny, le professeur Martinod a travaillé durant dix années pour élaborer cette technique et cette greffe artificielle, constituée d’une sorte de ressort métallique recouvert d’un tissu biologique prélevé sur l’aorte d’un donneur.
Cette «bioprothèse», réalisée dans les laboratoires du professeur Alain Carpentier, mondialement connu pour ses créations de valves cardiaques artificielles, présente l’avantage de ne pas nécessiter de médicaments antirejet, contre-indiqués dans les cancers.

Plus d’un an après, le patient opéré «va très bien». Il marche et s’est même rendu dans sa maison de campagne. Souhaitant tout de même rester «très prudent», le chirurgien a attendu très longtemps avant de rendre publique cette prouesse, qui donnera lieu à une publication scientifique.

Une étude va être lancée auprès de vingt à trente patients pour valider cette nouvelle intervention et permettre d’étendre cette solution à d’autres malades. Pour des milliers de familles de malades, cette nouvelle a déjà créé une vague d’espoir sans précédent.

« En Seine-Saint-Denis, la médecine avance aussi ! »
Dominique Valeyre pneumologue, chef du pôle 
hémato-onco-thorax 
à l’hôpital public de Bobigny.

« La satisfaction de cette innovation médicale se double 
du fait qu’elle a eu lieu à Bobigny, ce qui prouve que l’on peut aussi faire avancer la médecine dans les hôpitaux 
de Seine-Saint-Denis. C’est important dans ce département pointé du doigt par certains discours et dont, souvent, 
on ne parle qu’à l’occasion de faits divers ou de problèmes de drogue. C’est l’alliance de l’université Paris-XIII (basée 
à Villetaneuse et Bobigny – NDLR) et des Hôpitaux de Paris qui a permis de mettre en œuvre cette avancée, publiée par The Annals of Thoracic Surgery. Elle est surtout le fruit du travail d’une excellente équipe en chirurgie thoracique autour d’Emmanuel Martinod. En tant que chef de pôle, j’ai tout fait pour rendre possibles ses travaux, mais c’est lui que l’on doit adresser des félicitations pour des travaux d’expérimentation longs de dix ans. Âgé de seulement quarante ans, ce jeune chirurgien très brillant a travaillé sous la direction d’Alain Carpentier, membre de l’Académie des sciences. Il est entouré de toute une équipe, formidable, qu’il faut aussi saluer. Je pense, par exemple, aux anesthésistes, qui ont fortement contribué à élaborer ce nouveau mode opératoire, moins risqué. C’est extrêmement important car la chirurgie et l’ablation des lésions cancéreuses constituent la pierre angulaire du combat contre le cancer du .

Bien sûr, cela ne veut absolument pas dire que l’on peut continuer de fumer et qu’il faut arrêter de mener des politiques de prévention ! »


Pierre Duquesne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Greffe de la trachée.    Jeu 3 Mar 2011 - 10:37

La greffe d’une bronche artificielle a sauvé un patient, atteint d’une tumeur, de l’ablation totale de son poumon droit. Cette première mondiale est française, et redonne de l’espoir aux malades de ce cancer très meurtrier.

Après plusieurs « premières » réussies dans le domaine de la greffe (greffe de trachée, de larynx, d’artères biosynthétiques), c’est au tour de la première transplantation de bronche artificielle d’être sous le feu des médias. Un homme de 78 ans, atteint d’un cancer du poumon, a bénéficié de cette opération en octobre 2009 et serait aujourd’hui en bonne santé.



Le patient greffé était atteint d’une forme non métastasique de cancer du poumon, dont la tumeur maligne bronchopulmonaire était étendue au niveau des deux lobes supérieurs du poumon droit. Dans le cas du cancer du poumon (l’un des plus difficiles à traiter), l’ablation de la tumeur est souvent la seule solution thérapeutique efficace. Mais si les chirurgiens essaient au maximum de ne retirer que les tissus affectés, une pneumonectomie (ou ablation totale du poumon) s’avère parfois être la seule solution pour éliminer une tumeur trop centrée. Malheureusement, cet acte chirurgical est risqué pour le patient, puisque plus d’un quart des personnes opérées décèdent dans les trois mois qui suivent l’opération.



Ablation de deux lobes pulmonaires sur trois



Pour retirer les cellules cancéreuses chez ce patient, les chirurgiens n’avaient d’autre choix que d’effectuer une bilobectomie (ablation de deux lobes pulmonaires), et ne laisser en place que le troisième lobe pulmonaire sain. Mais cette intervention a également nécessité l’ablation d’une partie des tissus bronchiques, ne permettant plus la continuité du conduit respiratoire entre le lobe pulmonaire restant et les voies aériennes supérieures.



Pour essayer de conserver malgré tout ce dernier lobe pulmonaire non atteint par la maladie, les chirurgiens de l’hôpital Avicenne de Bobigny (Assistance publique-Hôpitaux de Paris), dont le chirurgien thoracique et vasculaire Emmanuel Martinod, ont alors tenté une nouvelle méthode. Développée pendant dix ans et préalablement testée avec succès sur des animaux, la technique repose sur la greffe d’un tissu biologique provenant d’un donneur décédé.



Une aorte transformée en bronche



Il s’agit plus précisément d’un morceau d’artère au diamètre particulièrement large (l’aorte), obtenue auprès d’une banque de tissus où les organes biologiques sont préservés par cryoconservation, à l’image des banques de cellules souches ou germinales. Pour maintenir une certaine solidité afin d’éviter que la structure ne s’écrase sur elle-même et n’empêche la bonne circulation de l’air une fois greffée sur le patient, un stent métallique interne a été installé dans cette bronche artificielle. Vue l’origine du tissu biologique, le patient n’est pas contraint de suivre un traitement antirejet, contrindiqué chez les malades de cancer.



Malgré quelques difficultés postopératoires (arythmie supraventriculaire, œdème pulmonaire, affaissement des alvéoles pulmonaires du lobe droit et une colonisation bactérienne), l’intervention a mené à un résultat qui semble satisfaire les médecins. Plus d’un an après la greffe, toutes les analyses s’accordent à dire que le lobe pulmonaire survivant joue son rôle respiratoire. La bronche greffée elle-même ne montre aucun signe de complication suite à son séjour à très basses températures.



Ces résultats positifs, publiés dans la revue scientifique The Annals of Thoracic Surgery, donnent de l’espoir à tous les malades du cancer du poumon, mais doivent cependant être confirmés prochainement sur une vingtaine ou une trentaine de patients. Une conférence de presse est prévue cet après-midi à l'hôpital Avicenne à Bobigny, en présence des chirurgiens à l'origine de cette avancée médicale : Emmanuel Martinod, Dominique Valeyre (chef du pôle hémato-oncothorax) et Alain Carpentier (père du cœur artificiel).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Greffe de la trachée.    Lun 29 Nov 2010 - 17:11

Des greffes de trachée suscitent l'espoir pour les malades du cancer
Des médecins français ont réussi à greffer à sept malades une trachée reconstruite avec leurs propres tissus.
Anne Jeanblanc



Cinq des sept malades qui ont subi une greffe de la trachée ont repris une activité normale.

C'est une première mondiale : sept patients ont bénéficié d'une autogreffe de trachée artificielle, dite greffe "autologue". Le Pr Philippe Dartevelle, du centre chirurgical Marie Lannelongue (Seine-Saint-Denis) et le Dr Frédéric Kolb, de l'institut de cancérologie Gustave Roussy (Val-de-Marne) ont remplacé les trachées détruites ou obstruées des patients par un nouveau tube identique, reconstruit avec leurs propres tissus afin d'éviter tout risque de rejet.

En pratique, ce greffon a été reconstitué avec un morceau de la peau du patient et du cartilage prélevé sur ses côtes. Cette technique est utilisée couramment en chirurgie réparatrice pour refaire des nez. Le fragment de peau et son armature ont ensuite été courbés et suturés pour obtenir un tube de remplacement parfaitement vascularisé et présentant à sa face intérieure un "épithélium" (ensemble de cellules recouvrant la surface externe et les cavités internes de l'organisme) pour le protéger, comme il le fait naturellement de l'agression extérieure des microbes présents dans l'air.

Sur les sept patients ainsi traités, deux ont développé des infections mortelles. Les cinq autres - qui étaient atteints de cancers - sont vivants et mènent une vie normale en respirant normalement, sauf un, qui garde une canule de trachéotomie et qui devra être réopéré. Tous présentent un recul de la maladie : 6 ans pour le plus ancien malade et un peu moins d'un an pour la dernière. Ces personnes n'ont pas besoin de traitements antirejet, leurs trachées ne nécessitent pas la présence de matériaux de soutien (de stents, sortes de ressorts) comme cela avait été le cas avec de nombreuses tentatives antérieures, toutes vouées à l'échec.


Imperfection


Cette technique représente un espoir raisonnable pour les patients dont la trachée était envahie (voire complètement obstruée) par un cancer et qui n'avaient d'autre issue que celle de mourir à court terme. Ces interventions constituent une avancée purement chirurgicale, sans prothèse artificielle, sans traitement coûteux postérieur, sans don d'organe et extrêmement "entropique" en ce qu'elles reposent à la fois sur l'utilisation des propres tissus du malade, pour éviter le phénomène de rejet, celle d'un épithélium pour protéger l'intérieur de la trachée des agressions microbiennes et une vascularisation permanente et fonctionnelle grâce à l'utilisation de vaisseaux importants.

Les auteurs de ces greffes tentent maintenant de corriger une "imperfection" de cette nouvelle trachée, liée à l'absence des "cils" qui tapissent la trachée normale. Ce problème explique les infections développées chez les deux patients décédés. Des travaux menés au laboratoire de chirurgie expérimentale devraient permettre de trouver une solution en remplaçant l'épithélium de la peau utilisé jusqu'à présent par un épithélium doté de cils provenant d'une culture de l'épithélium du nez et du pharynx.


Dernière édition par Denis le Jeu 3 Mar 2011 - 10:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Greffe de la trachée.    Aujourd'hui à 19:55

Revenir en haut Aller en bas
 
Greffe de la trachée.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» greffe réussie de trachée artérielle
» suivi post-greffe, nouvelles...
» greffe de la langue pour combler une fistule au palais
» tout sur le greffe osseuse alvéolaire
» Démonstration de greffe en 13 photos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: