AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Des nouvelles rassurantes quant au DCIS (duct carcinome in situ)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16462
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Des nouvelles rassurantes quant au DCIS (duct carcinome in situ)   Dim 29 Jan 2017 - 13:24

Amsterdam, The Netherlands: Women over 50 who have been treated for ductal carcinoma in situ (DCIS) are more likely to be alive ten years later than women in the general population, according to new research presented at the European Cancer Congress 2017.

DCIS differs from breast cancer because it is non-invasive, meaning it cannot spread around the body. However, because it can progress into an invasive breast cancer, which can be life-threatening, it is usually treated with surgery, or surgery and radiation therapy. The number of women being diagnosed with DCIS is increasing because it is picked up by breast screening programmes.

The findings, presented at the Congress by Dr Lotte Elshof, showed that, although women with DCIS have a higher risk of dying from breast cancer, overall they have a slightly lower risk of dying from any cause.

Researchers from the Netherlands Cancer Institute say their results should provide reassurance to women who are diagnosed with the disease.

Led by Dr Jelle Wesseling, a breast pathologist at the Netherlands Cancer Institute, the team studied data on almost 10,000 Dutch women who were diagnosed with DCIS between 1989 and 2004. They tracked the patients over an average of 10 years and compared their death rates with the expected mortality in the general population. They found that women over 50 who had been treated for the condition had a ten per cent lower risk of dying from any cause compared to the general population.

Dr Lotte Elshof, research physician and epidemiologist at the Netherlands Cancer Institute who analysed the data, told the Congress: "Being diagnosed with DCIS can be extremely distressing, and research indicates that many women overestimate the risks involved and are confused about treatment. This study should provide reassurance that a diagnosis of DCIS does not raise the risk of dying.

"It might seem surprising that this group of women actually has a lower mortality rate than the general population. However, the vast majority would have been diagnosed via breast screening, which suggests they may be health-conscious and well enough to participate in screening."

The study shows that DCIS patients had a two and half per cent risk of dying of breast cancer after ten years. At 15 years, the risk was four per cent. These rates are higher than in the general population. However, the study also showed that the rates were getting lower in women diagnosed with DCIS more recently.

Patients were ten per cent less likely to die from all causes combined compared to the general population. Specifically, they had a lower risk of dying from diseases of the circulatory, respiratory and digestive systems and other cancers. The researchers say this finding is important because treating DCIS with radiotherapy could cause side-effects, including damage to nearby organs such as the heart.

The team are beginning an international collaboration with researchers in the UK and USA. This will allow them to increase the size of the study and to try to understand why some cases of DCIS progress into invasive cancer, while others do not.

Professor Philip Poortmans, President-elect of ECCO and head of the Radiation Oncology Department at Radboud university medical center (Nijmegen, The Netherlands), said: "Ductal carcinoma in situ can be a worrying and confusing diagnosis for many women, especially due to the word 'carcinoma'. Although it should be considered as being clearly different from breast cancer, it can progress into breast cancer, even after removal of the entire breast or after breast conserving therapy consisting of surgery, generally combined with radiation therapy.

"Moreover, those treatments can have side-effects, including on the heart. This research provides reassurance for women diagnosed with DCIS because it shows that they are as likely to be alive ten years after the diagnosis as people in the general population who did not have DCIS. This is also reassuring with regards to the potential risks of side-effects.

"However, we have to recognise that in one fifth of the patients who die, the cause is breast cancer, which is likely to result from progression of the DCIS they were diagnosed with. Therefore, we are eagerly waiting for the results of further research to identify the factors -- including age, as clearly shown in this study -- that contribute to the risk for recurrence and progression from DCIS for each individual patient.

"Remarkably, the increased risk of dying from breast cancer is completely offset by a lower risk of dying from other causes compared to women in the general population. This might be explained by the generally better health and socioeconomic status of women who regularly participate in breast cancer screening. This could also be tested in the on-going research."

---

Amsterdam, Pays-Bas: Les femmes de plus de 50 ans qui ont été traitées pour carcinome canalaire in situ (DCIS) sont plus susceptibles d'être en vie dix ans plus tard que les femmes dans la population générale, selon une nouvelle recherche présentée au Congrès européen du cancer 2017.

Le DCIS diffère du cancer du sein car il est non invasive, ce qui signifie qu'il ne peut pas se répandre autour du corps. Cependant, parce qu'il peut progresser dans un cancer du sein invasif, qui peut être mortelle, il est généralement traité par la chirurgie, ou la chirurgie et la radiothérapie. Le nombre de femmes diagnostiquées avec DCIS augmente parce qu'il est pris en charge par des programmes de dépistage du cancer du sein.

Les conclusions, présentées au Congrès par le Dr Lotte Elshof, ont montré que, bien que les femmes ayant DCIS ont un risque plus élevé de mourir du cancer du sein, dans l'ensemble, ils ont un risque légèrement inférieur de mourir de toute cause.

Des chercheurs de l'Institut néerlandais du cancer affirment que leurs résultats devraient rassurer les femmes qui sont diagnostiquées avec la maladie.

Dirigée par le Dr Jelle Wesseling, pathologiste du sein à l'Institut néerlandais du cancer, l'équipe a étudié les données sur près de 10 000 femmes néerlandaises qui ont été diagnostiquées avec DCIS entre 1989 et 2004. Elles ont suivi les patients sur une moyenne de 10 ans et comparé leurs taux de mortalité avec La mortalité attendue dans la population générale. Ils ont constaté que les femmes de plus de 50 ans qui avaient été traités pour la condition avait un risque de dix pour cent moins de mourir de toute cause par rapport à la population générale.

Le Dr Lotte Elshof, médecin de recherche et épidémiologiste à l'Institut néerlandais du cancer qui a analysé les données, a déclaré au Congrès: «Le diagnostic de DCIS peut être extrêmement pénible et la recherche indique que beaucoup de femmes surestiment les risques et sont confuses au sujet du traitement. Cette étude devrait rassurer sur le fait qu'un diagnostic de DCIS ne soulève pas le risque de mourir.

«Il pourrait sembler surprenant que ce groupe de femmes a effectivement un taux de mortalité plus faible que la population générale. Cependant, la grande majorité aurait été diagnostiquée par le dépistage du cancer du sein, ce qui suggère qu'ils peuvent être conscientes de leur santé et assez bien pour participer au dépistage. "

L'étude montre que les patients DCIS avaient un risque de deux et demi pour cent de mourir de cancer du sein après dix ans. À 15 ans, le risque était de 4%. Ces taux sont plus élevés que dans la population générale. Cependant, l'étude a également montré que les taux étaient plus faibles chez les femmes diagnostiquées avec DCIS plus récemment.

Les patients étaient dix pour cent moins susceptibles de mourir de toutes causes combinées par rapport à la population générale. Plus précisément, ils avaient un risque moindre de mourir de maladies des systèmes circulatoire, respiratoire et digestif et d'autres cancers. Les chercheurs disent que cette découverte est importante parce que traiter DCIS avec la radiothérapie pourrait causer des effets secondaires, y compris des dommages aux organes proches tels que le coeur.

L'équipe commence une collaboration internationale avec des chercheurs au Royaume-Uni et aux États-Unis. Cela leur permettra d'augmenter la taille de l'étude et d'essayer de comprendre pourquoi certains cas de DCIS progressent dans le cancer invasif, tandis que d'autres ne le font pas.

Le professeur Philip Poortmans, président élu d'ECCO et chef du département d'oncologie radiologique du centre médical universitaire de Radboud (Nijmegen, Pays-Bas), a déclaré: «Le carcinome ducal in situ peut être un diagnostic inquiétant et confus pour beaucoup de femmes, spécialement à cause du mot "carcinome" Mais il devrait être considéré comme différent du cancer du sein, il peut se développer en cancer du sein cependant même après l'ablation de la totalité du sein ou après une thérapie de conservation du sein consistant en une chirurgie, généralement combinée à une radiothérapie.

"Ces recherches peuvent avoir des effets secondaires, y compris sur le cœur. Cette recherche fournit réconfort pour les femmes diagnostiquées avec DCIS, car il montre qu'elles sont aussi susceptibles d'être en vie dix ans après le diagnostic de plus que les personnes dans la population générale qui n'ont pas de DCIS. Cela est également rassurant en ce qui concerne les risques potentiels d'effets secondaires.

"Cependant, nous devons reconnaître que dans un cinquième des patients qui meurent, la cause est le cancer du sein, qui est susceptible de résulter de la progression de la DCIS pour lesquel elles ont été diagnostiqués . Par conséquent, nous attendons avec impatience les résultats de la recherche plus approfondie Pour identifier les facteurs - y compris l'âge, comme clairement montré dans cette étude - qui contribuent au risque de récidive et de progression à partir de DCIS pour chaque patient.

«Le risque accru de décès par cancer du sein est totalement compensé par un risque moindre de décès par d'autres causes par rapport aux femmes de la population en général, ce qui s'explique par la santé et le statut socioéconomique généralement meilleurs des femmes qui participent Le dépistage du cancer. Cela pourrait également être testé dans la recherche en cours. "

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie

avatar

Nombre de messages : 398
Age : 57
Localisation : Picardie France
Date d'inscription : 22/05/2006

MessageSujet: Des nouvelles rassurantes quant au DCIS (duct carcinome in situ)   Dim 13 Fév 2011 - 7:07

L’angiotensine (1-7), une molécule présente dans le sang et les tissus, permettrait de réduire les tumeurs du cancer du sein de 40 %. Des chercheurs de l'Université Wake Forest ont publié en janvier 2011, dans la revue "Cancer Research", une étude (2) menée sur des souris dévoilant les vertus de l’angiotensine (1-7).
Cette molécule inhiberait la croissance des tumeurs du sein et la fibrose (transformation fibreuse de certains tissus) autour de la tumeur. Elle permettrait également d’augmenter l'effet de la chimiothérapie.

Quelle est sa disponibilité ? Des essais cliniques de phase I devraient prochainement être menés. Si les résultats sont concluants, les phases II et III suivront avant une demande d’autorisation de mise sur le marché. Cela peut prendre plusieurs années...

L’avis du Pr Jean-François Morere, cancérologue : "On est enthousiasmé par ce que l’on voit chez l’animal mais la transposition chez l’homme est vraiment très difficile pour des raisons de toxicité entre autres. Et donc on ne peut pas vraiment extrapoler..."


voir ici aussi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Des nouvelles rassurantes quant au DCIS (duct carcinome in situ)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des nouvelles rassurantes quant au DCIS (duct carcinome in situ)
» Ovni-ufo Nouvelles archives du MOD britannique
» (3e) Recherche nouvelles du XXe siècle "liées" à l'histoire...
» Les milles usages du Duct tape
» Henri Troyat, "Les Eygletière", des nouvelles "Le carnet vert", "Les mains" et autres.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: