AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Divers médicaments contre le cancer de la prostate : Itraconazole...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Divers médicaments contre le cancer de la prostate : Itraconazole...   Mar 8 Sep 2015 - 16:37

Researchers at Southern Methodist University, Dallas, have discovered three new drug-like compounds that could ultimately offer better odds of survival to prostate cancer patients.

The drug-like compounds can be modified and developed into medicines that target a protein in the human body that is responsible for chemotherapy resistance in cancers, said biochemist Pia D. Vogel, lead author on the scientific paper reporting the discovery.

So far there's no approved drug on the market that reverses cancer chemotherapy resistance caused by P-glycoprotein, or P-gp for short, said Vogel, a biochemistry professor at SMU. One potential drug, Tariquidar, is currently in clinical trials, but in the past, other potential drugs have failed at that stage.

"The problem when a person has cancer is that the treatment itself is composed of cellular toxins -- the chemotherapeutics that prevent the cells from dividing. Usually upon the first chemo treatment the cancer responds well, and initially goes away. Ideally it doesn't come back," said Vogel, who is director of SMU's Center for Drug Discovery, Design, and Delivery.

"Sometimes, however, the cancer returns," she said. "The reason often is that some of the cancer cells "learn," after the first rounds of chemotherapy, how to make a lot of this P-gp pump. The normal function of P-gp is to pump toxins from cells, so it has evolved to protect cells against a large variety of toxins, including almost all currently available chemotherapeutics. After initial exposure, the cells surviving the chemo make so much P-gp that it allows the cells to pump the chemotherapy drugs straight back out of the cells during subsequent rounds of treatment."

As a result, P-gp causes resistance of the diseased cells to a majority of drugs currently available for the treatment of cancer, as well as drugs used for treatment of infectious diseases like HIV/AIDS.

Using computer-generated model speeds up the drug discovery process

The new drug-like compounds discovered by Vogel and her co-authors offer hope that using a computer-generated P-gp model, explained here http://bit.ly/1LVmR7a, developed to accurately mimic the physical, chemical and biological functions of the protein in the human body, will speed up the drug discovery process and work in real life as well.

"These are not drugs yet. We still have to develop them before they can go in the clinic," Vogel said. "But what we know now is that they're not toxic -- they have low toxicity to noncancerous cells, so that's a pretty good predictor that they may be good candidates for drug development. But we need to do much more work."

A pharmaceutical hit compound, like those discovered by Vogel and her co-authors, is a compound that is a promising candidate for chemical modification so it can eventually be delivered to patients as a therapeutic drug. In the case reported here, the compounds were commercially available for testing. The timeline from drug discovery to development to clinical trials and approval can take a decade or more.

Vogel and her co-authors, SMU biologist John G. Wise, and doctoral candidates Courtney A. Follit and Frances K. Brewer, reported their findings in the journal Pharmacology Research & Perspectives.

The research was funded in part by the National Institutes of Health. The lab was recently awarded a second grant from the Institute.

Researchers virtually screened 15 million drug-like compounds via SMU supercomputer

The SMU researchers discovered the three hit compounds after virtually screening more than 15 million small drug-like compounds made publically available in digital form from the pharmacology database Zinc at the University of California, San Francisco.

Using SMU's ManeFrame high performance computer, Wise ran the compounds through a computer-generated model of P-gp. The virtual model, designed and built by Wise, is the first computational microscope of its kind to simulate the actual behavior of P-gp in the human body, including interactions with drug-like compounds while taking on different shapes.

The ultra-high throughput computational searches by ManeFrame led the researchers to 300 compounds that looked like they may inhibit P-gp. The researchers then tested 38 of those in their physical lab and found four that inhibited the biochemical function of P-gp, stopping it in its action.

Each of the four compounds was then tested in the lab to see how it would affect a line of prostate cancer cells relatively sensitive to the chemotherapeutic Paclitaxel, commonly used to treat prostate cancer patients. Also, each was tested on a companion cell line already multi-drug resistant, as if the patient already had undergone chemotherapy using Paclitaxel.

The researchers found that with three of the four compounds, they were able to push back the sensitivity of the resistant cancer line to the level of the non-resistant one.

"So the compounds re-sensitized the cancer cell lines to a really high degree, just as if the cancer was seeing the chemotherapy for the first time," Vogel said.

About 14 percent of men will be diagnosed over their lifetime with prostate cancer, according to the National Cancer Institute. Survival is highest if diagnosed early before it has spread, the institute reports.

---

Des chercheurs de la Southern Methodist University, Dallas, ont découvert trois nouveaux composés drug-like qui pourrait finalement offrir de meilleures chances de survie aux patients atteints de cancer de la prostate.

Les composés de drug-like peuvent être modifiés et développés en médicaments qui ciblent une protéine dans le corps humain qui est responsable de la résistance à la chimiothérapie dans les cancers, a déclaré Pia biochimiste D. Vogel, auteur principal de l'article présentant cette découverte scientifique.

Jusqu'à présent, il n'y a pas de médicament approuvé sur le marché qui inverse la résistance à la chimiothérapie du cancer causé par la glycoprotéine P, ou P-gp pour faire court, a déclaré Vogel, professeur de biochimie à SMU. Un médicament potentiel, le Tariquidar, est actuellement en essais cliniques, mais dans le passé, d'autres médicaments potentiels ont échoué à ce stade.

"Le problème quand une personne a un cancer est que le traitement lui-même est composé de toxines cellulaires -.. Des agents chimiothérapeutiques qui empêchent les cellules de se diviser Habituellement sur le premier traitement de chimiothérapie du cancer répond bien, et initialement en va Idéalement, il ne le fait pas revenir ", a déclaré Vogel, qui est directeur du Centre de SMU pour la découverte de médicaments, conception et livraison.

"Parfois, cependant, le cancer revient», dit-elle. "La raison en est souvent que certaines des cellules cancéreuses "apprennent", après les premiers cycles de chimiothérapie, comment faire beaucoup de cette pompe P-gp. La fonction normale de la P-gp est de pomper les toxines de cellules, de sorte qu'elle a évolué pour protéger les cellules contre une grande variété de toxines, y compris presque tous les médicaments chimiothérapeutiques actuellement disponibles. Après l'exposition initiale, les cellules survivantes la chimio fait tellement de P-gp que cela permet aux cellules de pomper les médicaments de la chimiothérapie dehors des cellules au cours des cycles de traitement ultérieurs ".

En conséquence, la P-gp provoque la résistance des cellules malades à la majorité des médicaments actuellement disponibles pour le traitement du cancer, ainsi que des médicaments utilisés pour le traitement de maladies infectieuses telles que le VIH / SIDA.

En utilisant le modèle généré par ordinateur pour accélérer le processus de découverte de médicaments

Les nouveaux composés "drug-like" (semblable aux médicaments) découverts par Vogel et ses co-auteurs offrent l'espoir que l'utilisation d'un modèle P-gp généré par ordinateur expliqué ici http://bit.ly/1LVmR7a, développé pour simuler avec précision les fonctions biologiques physiques, chimiques et de la protéine dans le corps humain, permettra d'accélérer le processus de découverte de médicaments et de travailler dans la vraie vie aussi.

"Ce ne sont pas des médicaments encore. Nous avons encore à les développer avant qu'ils ne puissent entrer dans la clinique", a déclaré Vogel. "Mais ce que nous savons maintenant est qu'ils ne sont pas toxiques -. Ils ont une faible toxicité pour les cellules non cancéreuses, de sorte que est un assez bon prédicteur qu'ils peuvent être de bons candidats pour le développement de médicaments, mais nous devons faire beaucoup plus de travail."

Un composé pharmaceutique, comme ceux découverts par Vogel et ses co-auteurs, est un composé qui est un candidat prometteur pour la modification chimique de sorte qu'il peut éventuellement être délivré aux patients comme médicament thérapeutique. Dans le cas rapporté ici, les composés sont disponibles dans le commerce pour les tests. La chronologie de la découverte de médicaments au développement pour les essais cliniques et l'approbation peut prendre une décennie ou plus.

Vogel et ses co-auteurs, SMU biologiste John G. Wise et doctorants Courtney A. Follit et Frances K. Brewer, ont rapporté leurs résultats dans la revue Pharmacology Research & Perspectives.

La recherche a été financée en partie par les Instituts nationaux de la santé. Le laboratoire a récemment reçu une deuxième subvention de l'Institut.

Les chercheurs pratiquement crible 15 millions de composés médicamenteux "drugs-like" avec le supercalculateur SMU

Les chercheurs ont découvert les trois molécules SMU après pratiquement fait le dépistage de plus de 15 millions de petits composés drug-like publiquement disponibles sous forme numérique à partir de la base de données de pharmacologie à l'Université de Californie, San Francisco.

L'utilisation de l'ordinateur ManeFrame de haute performance de SMU, Sage a parcouru les molécules grâce à un modèle de la P-gp généré par ordinateur. Le modèle virtuel, conçu et construit par Sage, est le premier microscope de calcul de son genre à simuler le comportement réel de la P-gp dans le corps humain, y compris les interactions avec des molécules "drugs-like" tout en prenant des formes différentes.

Les ultra-haut débit de recherches informatiques par ManeFrame conduit les chercheurs à 300 molécules "drugs-like" qui peuvent inhiber la P-gp. Les chercheurs ont ensuite testé 38 de ceux-là dans leur laboratoire physique et ont trouvé quatre qui inhibe la fonction biochimique de la P-gp, c'est-à-dire qui peuvent l'arrêter dans son action.

Chacun des quatre composés a ensuite été testé dans le laboratoire pour voir comment il aurait une incidence sur une lignée de cellules de cancer de la relativement sensibles à la chimiothérapie paclitaxel, couramment utilisés pour traiter les patients atteints de cancer de la prostate. En outre, chaque été testé sur une lignée de cellules d'accompagnement déjà multi-résistante, comme si le patient avait déjà subi une chimiothérapie utilisant paclitaxel.

Les chercheurs ont découvert que, avec trois des quatre composés, ils ont été en mesure de repousser la sensibilité de la lignée de cancer de résistante à non-résistante.

"Ainsi, les molécules ont re-sensibilisé les lignées cellulaires du cancer à un très haut degré, comme si le cancer recevait la chimiothérapie pour la première fois», a déclaré Vogel.

Environ 14 pour cent des hommes seront diagnostiqués au cours de leur vie avec le cancer de la prostate, selon l'Institut national du cancer. La survie est plus élevé si elle est diagnostiquée tôt, avant qu'il ne soit répandu, rapporte l'institut.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
titlene78



Nombre de messages : 110
Age : 62
Localisation : Aubergenville - Yvelines
Date d'inscription : 01/02/2013

MessageSujet: CANCER DE LA PROSTATE : LES NOUVEAUX TRAITEMENTS, ESSAIS CLINIQUES   Lun 18 Mar 2013 - 7:48

Le cancer de la prostate fait l'objet de nombreuses recherches à l'IGR. La nature, la durée et la combinaison des traitements peuvent être optimisées.
Des études visent à évaluer différents schémas d'administration (modifications de durée ou de chronologie des traitements), ainsi que de nouveaux anticancéreux ayant des mécanismes d'action innovants, et des techniques d'irradiation permettant d'augmenter l'efficacité et de réduire la toxicité.

Conformément à la loi française, ces recherches sont effectuées dans le cadre d'études cliniques, qui peuvent vous être proposées par votre médecin. Votre participation est volontaire, non obligatoire. Une information complète vous sera délivrée et vous pourrez poser toutes les questions qui vous viendront à l'esprit. Si vous ne souhaitez pas participer à ces recherches, un traitement standard vous sera proposé.

Ces études comportent des critères d'inclusion qu'il faudra vérifier avant que vous puissiez y participer si vous le souhaitez. Cette évaluation sera faite par le médecin que vous verrez en consultation.

Pour prendre rendez-vous : urologie@igr.fr ; 01 42 11 62 64

Cancer de la prostate : des médicaments prometteurs dès maintenant disponibles à l’Institut Gustave Roussy


Plusieurs médicaments innovants sont dès maintenant disponibles dans le cadre d’études cliniques menées à l’Institut Gustave Roussy.
C’est le cas du MDV 3100 et de l'orteronel, des médicaments d’hormonothérapie utilisés sous forme de comprimés et dont les résultats sont particulièrement encourageants, y compris chez des patients dont la tumeur progresse malgré l’hormonothérapie et la chimiothérapie. Ces médicaments sont habituellement bien supportés. Un autre médicament, l’abiraterone a été utilisé avec succès dès 2088 à l’Institut Gustave Roussy dans le cadre d’une étude consacrées aux patients ayant déjà reçu une chimiothérapie par le docetaxel (Taxotere®) : grâce aux résultats de cette étude,l’abiraterone a été mise sur le marché en France en Septembre 2011. Plusieurs études utilisant ces médicaments d'hormonothérapie de nouvelle génération portent désormais sur des patients n'ayant pas reçu de chimiothérapie. Enfin, deux nouveaux médicaments d'hormonothérapie (Orion et Astellas) sont en cours d'évaluation à l'Institut Gustave-Roussy pour la première fois au monde.

Parmi les traitements ciblés disponibles pour les patients atteints de cancer de la prostate, un traitement ciblant la clusterine, une protéine en partie responsable de la résistance des cellules cancéreuses à l'hormonothérapie et à la chimiothérapie, l'OGX-011, est également prometteur. Ainsi l'OGX-011 s’est avéré efficace dans une première étude portant sur une centaine de patients atteints de métastases et en échec du traitement hormonal. L'OGX-011 est actuellement disponible à l’Institut Gustave Roussy à la fois pour les patients relevant d'une chimiothérapie par docetaxel ou par cabazitaxel. Le traitement est administré sous forme de perfusion et est habituellement bien toléré.

Enfin, un médicament permettant de stimuler l’immunité anti-tumorale, l’ipilimumab, est disponible en association à la radiothérapie dirigée sur les métastases osseuses chez les patients ayant déjà reçu une chimiothérapie par docetaxel.

Pour évaluer si l’un ou l’autre de ces médicaments est approprié à la situation, l’équipe d’oncologie médicale du cancer de la prostate est prête à accueillir rapidement les patients en consultation.
Les essais thérapeutiques du cancer de la prostate en cours et à venir

Cancer de la prostate localisé

Étude comparant la radiothérapie post-opératoire immédiate associée à une hormonothérapie courte au même traitement utilisé seulement en cas de rechute, chez les patients opérés d'un cancer de la prostate (étude GETUG 17)
Étude évaluant l’intérêt d’une hormonothérapie courte chez des patients opérés d’un cancer de la prostate et relevant d’une radiothérapie post-opératoire (étude européenne de l’EORTC)
Cancer de la prostate métastatique résistant au traitement hormonal (patient n’ayant pas reçu de chimiothérapie)

Etude comparative évaluant une nouvelle hormonothérapie, le MDV3100, médicament utilisé sous forme de comprimés (étude Prevail)
Etude comparative évaluant une nouvelle hormonothérapie, l'Orteronel (TAK 700), médicament utilisé sous forme de comprimés
Etude comparative évaluant une nouvelle thérapie ciblée, un 'inhibiteur des intégrines", médicament injecté toutes les 3 semaines par voie intra-veineuse (étude Perseus)
Etude comparative évaluant une nouvelle immunothérapie, l'Ipilimumab, médicament utilisé sous forme d'injections intraveineuses toutes les 3 semaines
Cancer de la prostate métastatique résistant au traitement hormonal : patient nécessitant une chimiothérapie)

Etude comparant une chimiothérapie par Docetaxel (Taxotere), avec ou sans un médicament cherchant à réverser la résistance à l'hormonothérapie et à la chimiothérapie (OGX-011) (étude SYNERGY)
Cancer de la prostate métastatique résistant au traitement hormonal : patient ayant déjà reçu une chimiothérapie

Etude comparant une chimothérapie par Cabazitaxel, avec ou sans un médicaments cherchant à réverser la résistance à l'hormonothérapie et à la chimiothérapie (OGX-011) (étude SATURN), chez des patients atteints de métastases osseuses douloureuses.
Etude évaluant une nouvelle hormonothérapie "Orion", utilisée sous forme de comprimés (étude ARADES) et nécessitant une hospitalisation de quelques jours.
Etude évaluant une nouvelle hormonothérapie "Astellas", utilisée sous forme de comprimés (étude ARADES) et nécessitant une hospitalisation de quelques jours.
Etude comparative évaluant un traitement cherchant à stimuler les défenses immunitaires "Orion", contre les métastases, l'Ipilimumab, en association avec la radiothérapie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Divers médicaments contre le cancer de la prostate : Itraconazole...   Mer 5 Déc 2012 - 8:11

(Dec. 4, 2012) — A new drug demonstrated dramatic and rapid effects on prostate cancer that had spread to the bone, according to a study reported by University of Michigan Comprehensive Cancer Center researchers.

Un nouveau médicament a démontré des effets spectaculaires et rapides sur cancer de la prostate qui s'était propagé aux os, selon une étude publiée par des chercheurs de l'Université du Michigan complets Cancer Center.

About two-thirds of patients treated with cabozantinib had improvements on their bone scans, with 12 percent seeing complete resolution of uptake on bone scan. Bone scans assess the degree to which cancer is in the bone; improvements on these scans suggest a response to the drug.

Environ les deux tiers des patients traités par cabozantinib eu des améliorations sur leurs scintigraphies osseuses, avec 12 pour cent qui ont vu la résolution complète de l'avancée du cancer sur la scintigraphie osseuse. Les scintigraphies osseuses évaluent la progression du cancer est dans l'os, l'amélioration de ces analyses suggèrent une réponse au médicament.

"The effects of cabozantinib on bone scans are unprecedented in the treatment of prostate cancer," says lead study author David C. Smith, M.D., professor of internal medicine and urology at the University of Michigan Medical School.

«Les effets de cabozantinib sur la scintigraphie osseuse sont sans précédent dans le traitement du cancer de la prostate», explique l'auteur de l'étude, David C. Smith

Cabozantinib is designed to target two important pathways linked to the growth and spread of prostate cancer. The drug had the most effect on tumors that had spread to the bone, which is the major site where prostate cancer spreads. These tumors are typically very challenging to treat once they become resistant to hormone-based therapies.

Cabozantinib est conçu pour cibler deux voies importantes liées à la croissance et la propagation du cancer de la prostate. Le médicament a eu le plus d'effet sur les tumeurs qui s'étaient répandues à l'os, qui est le principal site où prostate cancer se propage. Ces tumeurs sont généralement très difficiles à traiter une fois qu'elles deviennent résistantes aux traitements à base d'hormones.

In addition to the improvements on bone scans, 67 percent of patients with bone pain reported an improvement in pain control and 56 percent decreased or eliminated narcotic painkillers after treatment with cabozantinib. Results of the study appear in the Journal of Clinical Oncology.

En plus des améliorations sur les scintigraphies osseuses, 67 pour cent des patients atteints de douleurs osseuses ont rapporté une amélioration de la douleur et 56 pour cent ont diminué ou éliminé les analgésiques narcotiques après le traitement avec cabozantinib. Les résultats de l'étude figurent dans le Journal of Clinical Oncology.

The trial enrolled 171 men with castration-resistant prostate cancer, meaning their tumors no longer responded to hormone-based therapies. The study began as a randomized trial in which all patients received cabozantinib for 12 weeks, after which patients were randomized to receive continued cabozantinib or placebo. The randomization was stopped early because of the dramatic effects on bone scan, and because patients receiving placebo saw their cancer progress much more quickly than those that remained on drug.

Among the 31 patients who were randomized, cancer progressed after a median 23.9 weeks for patients taking cabozantinib, compared with 5.9 weeks for patients on placebo.

"Discontinuing randomization is not common. Stabilization of disease in advanced prostate cancer is rarely due to the natural history of the disease and is in this case due to drug effect," Smith says.

"While these initial results are promising, we are still uncertain how cabozantinib will impact the gold standard of survival," he adds.

Phase III studies have begun at some institutions, and U-M researchers are conducting a phase II study to better understand the effect cabozantinib has on bone. This drug is not offered routinely in clinical care at this time. For information about prostate cancer treatment options or clinical trials currently open at the U-M Comprehensive Cancer Center, call the Cancer AnswerLine at 800-865-1125.[b]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Divers médicaments contre le cancer de la prostate : Itraconazole...   Dim 30 Sep 2012 - 23:33

A proof-of-concept study of ODM-201 in patients with progressive castration-resistant prostate cancer

In a dose-escalation trial, 87% of 15 patients who received a novel androgen receptor agonist called ODM-201 experienced a PSA decrease at 12 weeks. "These early results are very promising, and such are rarely seen in these early trials. ODM-201 might be a new hormonal treatment option, and its efficacy-safety profile seems to be very promising in prostate cancer patients," said study author Dr Christophe Massard from Institute Gustave Roussy. "Unlike other anti-androgens, according to non-clinical data, ODM-201 has minimal or no brain entrance, and thus no testosterone increase in animal models. Therefore ODM-201 could be a promising new drug option for patients with metastatic or non metastatic prostate cancer. The results need to be confirmed in bigger patient population of course."

Une étude sur la preuve du concept du médicamnet ODM-201 chez des patients avec un cancer de la résistant pourrait avoir fourni un nouveau médicament pour les hommes aux prises avec un cancer de la prostate métastasé ou non.

87% de 15 patients qui ont reçu le nouvel agoniste de récepteur androgène appelé ODM-201 ont expérimenté un déclin de leur psa.

Ces résultats sont très prometteurs et rarement vus dans des essais préliminaires comme ceux-là

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Divers médicaments contre le cancer de la prostate : Itraconazole...   Jeu 16 Aoû 2012 - 11:42

Professor Martin Gore, medical director of The Royal Marsden Hospital, said: "We are delighted with the recent progress that has been made in the treatment of advanced prostate cancer and to see the impact this is having on our patients, many of whom are living longer with a better quality of life as the result of these new drugs."

"Nous sommes enchantés avec les progrès récents qui ont été fait dans le traitement du cancer avancé de la et de voir l'impact de ces médicaments parmi les patients qui ont une vie plus longue pour plusieurs comme résultat de ces nouveaux médicaments."


Enzalutamide, a new type of hormone treatment, was assessed in 1,199 patients with metastatic castration-resistant prostate cancer that had previously received chemotherapy, in a multinational, randomised placebo-controlled trial sponsored by pharmaceutical companies Medivation and Astellas.

L'enzalutamide, un nouveau type de traitement par hormones a été essayé sur 1,199 patients avec le cancer de la métastasique résistant qui ont eu déjà de la chimio.

Median survival with enzalutamide was 18.4 months, compared with 13.6 months for men receiving a placebo. Around 43 per cent of men taking enzalutamide as part of the AFFIRM trial reported an improved quality of life, compared with 18 per cent of men taking a placebo. In November last year, the trial's Independent Data Monitoring Committee recommended that the trial be stopped early and men who received the placebo be offered enzalutamide.

La survie moyenne avec l'enzalutamide a été de 18,4 mois comparé à 13, 6 mois avec l eplacebo. 43% des hommes avec le enzalutamide ont rapporté une amélioration de la qualité de vie contre 18% pour le placebo. L'essai a été arrêté plus tôt pour que les hommes avec le placebo puissent bénéficier du médicament

The Phase III trial was jointly led by Professor Johann de Bono, head of the Drug Development Unit at the ICR and The Royal Marsden.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Divers médicaments contre le cancer de la prostate : Itraconazole...   Lun 9 Juil 2012 - 21:08

(July 9, 2012) — Scientists at the Johns Hopkins Kimmel Cancer Center, working with Danish researchers, have developed a novel anticancer drug designed to travel -- undetected by normal cells -- through the bloodstream until activated by specific cancer proteins. The drug, made from a weedlike plant, has been shown to destroy cancers and their direct blood supplies, acting like a "molecular grenade," and sparing healthy blood vessels and tissues.

Des scientifiques ont développé un nouveau médicament anti-cancer fait pour voyager dans le sang sans être détecté par les cellules normales jusqu'à ce qu'il soit activé par des protéines spécifiques du cancer. Le médicament fait à partir d'une plante détruit le cancer et ses approvisionnements directs en sang, il agit comme une grenade moléculaire et épargne les tissus sains.

In laboratory studies, researchers said they found that a three-day course of the drug, called G202, reduced the size of human prostate tumors grown in mice by an average of 50 percent within 30 days. In a direct comparison, G202 outperformed the chemotherapy drug docetaxel, reducing seven of nine human prostate tumors in mice by more than 50 percent in 21 days. Docetaxel reduced one of eight human prostate tumors in mice by more than 50 percent in the same time period.

Dans des études de laboratoires, les chercheurs disent qu'ils ont trouvé que pour un cheminement de 3 jours, le médicament, appelé G202, réduit la grosseur de la tumeur de 50% dans les 30 jours. En comparaison direct, il fait mieux que le docetaxel, il réduit 7 des 9 tumeurs de la  humaine implanté chez une souris de moitié en 21 jours alors que le docetaxel réduit l'une des huit tumeurs chez la souris durant la même période.

In a report June 27 in the journal Science Translational Medicine, the researchers also reported that G202 produced at least 50 percent regression in models of human breast cancer, kidney cancer and bladder cancer.

Les chercheurs ont aussi rapporté que le G202 produisait une réduction d'au moins 50% dans des modèles humains de cancer du , du et de la

Based on these results, Johns Hopkins physicians have performed a phase I clinical trial to assess safety of the drug and have thus far treated 29 patients with advanced cancer. In addition to Johns Hopkins, the University of Wisconsin and the University of Texas-San Antonio are participating in the trial. A phase II trial to test the drug in patients with prostate cancer and liver cancer is planned.

En se basant sur ces résultats, Les médecins de Johns Hopkins ont fait des essais d'une phase clinique 1 pour vérifié la sécurité du médicament et et ont traité 29 patients avec un cancer avancé. Une phase II pour testé le médicament sur des patients avec le cancer de la et du est aussi planifié.

The drug G202 is chemically derived from a weed called Thapsia garganica that grows naturally in the Mediterranean region. The plant makes a product, dubbed thapsigargin, that since the time of ancient Greece has been known to be toxic to animals. In Arab caravans, the plant was known as the "death carrot" because it would kill camels if they ate it, the researchers noted.

Le médicament G202 est dérivé chimiquement d'une plante appelé thapsia garganica qui croit naturellement dans la région méditéranéenne. La plante fait un produit, le thapsigargin, qui depuis le temps des Grecs anciens est connu pour être toxique pour les animaux. Dans les caravanes arabes, la plante était connu comme la carotte de la mort parce qu'elle tuait les chameaux s'ils la mangeaient.

"Our goal was to try to re-engineer this very toxic natural plant product into a drug we might use to treat human cancer," says lead study author Samuel Denmeade, M.D., professor of oncology, urology, pharmacology and molecular sciences. "We achieved this by creating a format that requires modification by cells to release the active drug."

"notre but était de refaire la structure de la plante pour faire un médicament pour traiter le cancer humain. Nous avons fait cela en faisant un format qui demande la modification des cellules pour laisser aller le médicament actif."

By disassembling thapsigargin and chemically modifying it, the researchers created a form that Denmeade likens to a hand grenade with an intact pin. The drug can be injected and can travel through the bloodstream until it finds the site of cancer cells and hits a protein called prostate-specific membrane antigen (PSMA). PSMA is released by cells lining tumors of the prostate and other areas, and in effect "pulls the pin" on G202, releasing cell-killing agents into the tumor and the blood vessels that feed it, as well as to other cells in the vicinity. Specifically, G202 blocks the function of a protein called the SERCA pump, a housekeeping protein necessary for cell survival that keeps the level of calcium in the cell at the correct level, the researchers report.

En désassemblant le thapsigargin et en le modifiant chimiquement, les chercheurs ont créé une forme qui s'apparente à une grenade avec une petite goupille intacte. Le médicament peut être injecté dans le sang et voyagé jusqu'aus site ou sont les cellules cancéreuses et atteindre une une membrane appelé PSMA. CE PSMA est relaché par les cellules du bord de la tumeur et de d'autres endroits, et l'effet du PMSA sur le médicament, c'est comme tiré la goupille de la grenade: les agents anti-cancer sont relâché dans la tumeur eet les vaisseaux qui l'approvisionnent. Spécifiquement, le G202 bloque la fonction d'une protéine appellé la pompe SERCA, une sorte de protéine "gardienne de maison" nécessaire à la survie de la cellule qui garde le niveau de calcium de la cellule à un niveau convenable.

"The exciting thing is that the cancer itself is activating its own demise," says senior study author John Isaacs, Ph.D., professor of oncology, urology, chemical and biomedical engineering at Johns Hopkins.

La chose exitante c'est que le cancer lui-même se désengage.

Because the drug is targeted to the SERCA pump, which all cells need to stay alive, researchers say it will be difficult for tumor cells to become resistant to the drug, because they cannot stop making the protein.

Parce que le médicament cible la pompe SERCA dont toutes les cellules ont beosin pour survivre, les chercheurs disent que ça va être difficille pour le cancer de devenir résistant à ce médicament parce qu'il ne peut pas arrêter de produire cette protéine.


_________________


Dernière édition par Denis le Mer 29 Oct 2014 - 17:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Divers médicaments contre le cancer de la prostate : Itraconazole...   Dim 11 Déc 2011 - 14:07

GenSpera, Inc. is a development stage oncology company focused on therapeutics that deliver a potent, unique and patented drug directly to tumors. GenSpera’s technology platform combines a potent, plant-derived cytotoxin (thapsigargin) with a prodrug delivery system that releases the drug only within the tumor.  Unlike standard cancer drugs, thapsigargin kills cells independent of their division rate, thus making it effective at killing all fast- and slow-growing cancers and cancer stem cells.

Le seul médicament qui tue les cellules cancéreuses indépendamment de leur statut de division (rapide ou lent) ce qui en fait un médciament qui tue les cellules cancéreuses qui se divisent kentement et les cellules souches cancéreuses.

G-202 g115


http://www.genspera.com/index.html


_________________


Dernière édition par Denis le Mer 29 Oct 2014 - 17:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Divers médicaments contre le cancer de la prostate : Itraconazole...   Mer 30 Nov 2011 - 12:00

A recent report in Cancer Discovery, a journal of the American Association for Cancer Research, suggests that a new treatment may be on the horizon for neuroendocrine prostate cancers, the most lethal subtype of this disease.

Un rapport récent de Cancer discovery, un journal américain de recherches sur le cancer, suggère qu'un nouveau traitement pourrait voir le jour contre le cancer de la endocrinien , le type de cancer le plus léthale.

Mark Rubin, M.D., professor of pathology and laboratory medicine at Weill Cornell Medical College, said although fewer than 2 percent of men with prostate cancer present with neuroendocrine prostate cancer, the more common prostate adenocarcinoma can also evolve into a neuroendocrine prostate cancer, and the prognosis is grim.

Mark Rubin a dit que même si moins de 2% des cancers de la prostate sont des cancers endocriniens, le pronostic de celui-ci est sombre.

"This is a highly lethal form of prostate cancer," said Rubin. "It is also rare enough that it's hard to get samples. This study is the largest of its kind, and it shows that we may be able to treat this highly aggressive disease."

Rubin and colleagues used next-generation RNA sequencing to profile samples of seven neuroendocrine prostate cancers, 30 prostate adenocarcinomas and five benign samples of prostate tissue.

They found that the genes AURKA and MYCN were overexpressed and amplified in 40 percent of neuroendocrine prostate cancers and in 5 percent of prostate adenocarcinomas.

Moreover, the researchers found that treatment with the investigational aurora kinase (AURKA) inhibitor PHA-739358 inhibited the growth of these neuroendocrine tumors.

Rubin said that PHA-739358 has been studied in prostate cancers before without success, but this may be due to the fact that previously studied prostate cancers were not neuroendocrine cancers.

Le médicament PHA-739358 ont ét étudié avant mais sans succès mais ceci pourrait être dû au fait que les cancers étudiés n'étaient pas des cancers endocriniens.

"Prostate cancer is not a homogenous disease. We need to continue to sort out the aggressive disease from the indolent and treat accordingly," said Rubin.

Le cancer de la prostate n'est pas une maladie homogène. Nous avons besoin de différencier les formes bénignes de ce cancer des formes mortelles.

The study was funded by the Prostate Cancer Foundation, the Ann and William Bresnan Foundation, the Early Detection Research Network and the Department of Defense.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Divers médicaments contre le cancer de la prostate : Itraconazole...   Lun 11 Juil 2011 - 13:42

On estime que le cancer de la prostate (KP) touche un homme sur 6 et en tue un sur 34.

Les effets secondaires des traitements actifs ont amené à proposer la simple surveillance active (SA) chez des patients à faible risque (antigène spécifique de la prostate-PSA- < 10 ng/ml, score de Gleason < 6, tumeur limitée à un lobe T2a), mais celle-ci implique un contrôle fréquent des paramètres pour changer de stratégie s’ils venaient à se modifier.

Les inhibiteurs de la 5-α réductase (5-ARI) ont démontré leur efficacité dans la réduction du risque de survenue du KP (25 % par rapport au placebo). Ce travail cherche à prouver qu’ils peuvent aussi ralentir l’évolution des KP à faible risque suivis par SA.

Option inhibiteurs de la 5-α réductase dans les cancers de la à faible risque

Les auteurs de Toronto ont retenu tous les KP dépistés à faible risque (tel que défini ci-dessus) avec moins de 4 biopsies positives, et n’ayant pas reçu de 5-ARI. La SA a consisté en un dosage de PSA tous les 3 mois pendant 2 ans puis tous les 6 mois, un toucher rectal (TR) semestriel, et de nouvelles biopsies après un an puis tous les 2 ans jusqu’à 80 ans (ou plus tôt en cas d’augmentation du PSA ou de modifications des données du TR). Ont été considérées comme des progressions anatomopathologiques (PAP) l’élévation du score de Gleason, la présence de KP sur plus de 3 carottes, ou l’envahissement de plus de 50 % de l’une d’elles.

L’étude a concerné 288 hommes suivis en moyenne pendant 3 ans. Parmi eux, 96 (33 %) ont abandonné la SA pour diverses raisons (aggravation ou angoisse) et 93 (32 %) ont eu effectivement une PAP.

Sur les 288 sujets, les 70 qui ont reçu des 5-ARI (GARI), avaient des prostates plus volumineuses et des taux de PSA plus élevés que les 210 du groupe sans médicament (GSM), mais les conclusions restent valables si on ne retient que les prostates de même taille.

Or, sur les 93 PAP, 80 intéressaient le GSM (38 %) et 13 le GARI (18 %) : p=0,004. La nécessité de passer à un traitement chirurgical ou à une radiothérapie a concerné 14 hommes du GARI (23 %) vs 82 (39 %) du GSM, les 5-ARI ayant aussi retardé cette échéance (42 vs 31 mois). Le risque de PAP est près de 3 fois plus faible avec les 5-ARI.

Les inhibiteurs de l’α-5-testostérone réductase, prescrits pour des cancers de la prostate peu évolutifs, réduisent significativement leur taux de progression anatomopathologique.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Divers médicaments contre le cancer de la prostate : Itraconazole...   Mer 8 Juin 2011 - 12:23

Article en Français sur le même sujet et disant la même chose ou à peu près :

Le problème des cancers de la qui, malgré une castration chimique, continuent de progresser est leur tendance à envahir d’autres organes, en particulier les os. Les métastases se logent sur la colonne vertébrale pouvant provoquer des fractures aux conséquences parfois lourdes sur la moelle épinière.

Une nouvelle molécule étudiée dans ces cancers semble ouvrir la voie à une piste fort intéressante. Le cabozantinib (CABO) appartient à la déjà longue famille des inhibiteurs de la tyrosine kinase (TKI). Il agit à deux niveaux dans les mécanismes de cancérisation : sur le récepteur c-MET et sur le récepteur VEGF. Le premier est impliqué dans la prolifération cellulaire. Le second dans la pousse de nouveaux vaisseaux chargés d’irriguer les métastases.

Le CABO a été administré à 171 hommes, âgés en moyenne de 68 ans, et dont le cancer prostatique avait disséminé. Plusieurs d’entre eux devaient avoir recours à des narcotiques pour calmer leurs douleurs osseuses.

Après 12 semaines, la maladie n’a pas progressé chez 68 % des patients/ A 29 semaines ils étaient encore 50 % à ne pas voir leur maladie évoluer.
Mais le plus impressionnant c’est la façon dont le CABO a ‘nettoyé’ les lésions osseuses comme l’atteste les images obtenues par scintigraphie. Près de 86 % des patients ont eu une résolution totale ou partielle de leurs lésions.

Cette disparition radiologique s’est traduite dans 2/3 des cas d’une diminution, voire d’un arrêt des narcotiques.
Il va falloir maintenant continuer les évaluations dans des essais cliniques plus conséquents pour confirmer l’intérêt de cette molécule dans ces cancers prostatiques avancés.

Deuxième information de la journée, venue de Suède. Elle concerne le dépistage du cancer de la prostate à partir de la mesure sanguine du PSA.
Ce test est fait très régulièrement en Europe et aux Etats-Unis sur un mode annuel. Plusieurs évaluations ont montré que ce test répété ainsi n’avait pas vraiment de valeur. Mais rien n’y fait, il reste prescrit en pagaille et une campagne ridicule a même été lancée il y a quelques mois en France pour inciter à ce dépistage.

Un travail suédois de longue haleine, sur près de 30 ans, présenté à Chicago, montre que la meilleure façon de dépister le risque de cancer métastatique de la prostate est de faire trois dosages seulement : un à la quarantaine vers 45-48 &ns, un deuxième vers 52-53 ans et un à la soixantaine. Les auteurs de l’étude proposent de comparer les valeurs obtenues à la médiane des hommes de la même classe d’age.
On peut ainsi avoir la meilleure idée de ce qui peut se passer et éviter de jeter des prostates sous les bistouris des urologues pour tout et rien.
Parfois, il suffit donc de deux doigts de bon sens.

Les résumés des études peuvent être consultés sur le site de l’ASCO à la rubrique Annual Sessions 2011
Cabozantinib : abstract 4516
Dépistage : abstract 4512


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Cabozantinib pour le cancer de la prostate.   Mar 7 Juin 2011 - 20:44

(June 7, 2011) — A new drug to treat prostate cancer shows early promise, particularly against tumors that have spread to the bone, a multi-site study shows.

Un nouveau médicament pour traiter le cancer de la montre de belles promesses dans les premiers essais, particulièrement contre les tumeurs qui se sont répandus dans les os.

The drug Cabozantinib is designed to target mainly two important pathways linked to the growth and spread of prostate cancer. The drug had the most effect on tumors that had spread to the bone.

Le médicament appelé Cabozantinib est fait pour cibler principalement 2 importants chemins cellulaire liés à la croissance et à la métastatisation du cancer de la prostate. Le médicament fait effet principalement sur les métastases qui se sont répandues dans les os.

"Not only did three-quarters of bone scans have partial or complete resolution, but this was accompanied by improvement in bone pain and decreased need for narcotic use," says lead study author Maha Hussain, M.D., FACP, professor of internal medicine and urology and associate director of clinical research at the University of Michigan Comprehensive Cancer Center.

"Non seulement les 3 quarts des scans des os ont des résolutions partielles ou complètes mais c'est accompagné par l'amélioration de la douleur dans les os et d'un besoin moins grand de narcotiques" dit l,auteur principal de l'étude.


Hussain presented the findings at the American Society of Clinical Oncology annual meeting.

The trial enrolled 171 men with metastatic prostate cancer. In more than three-quarters of the men enrolled, cancer had spread to the bone.

L'essai comportait 171 hommes avec un cancer métastasique de la Dans plus de 3 quarts des cas, le cancer avaient métastasé dans les os.

Researchers found 76 percent of patients saw some or all of their tumor shrink on bone scans following treatment with Cabozantinib. In addition, among patients who were on narcotics due to bone pain, 67 percent reported less pain and 56 percent either stopped taking narcotics or reduced the dosage. In addition, more than two-thirds of patients had some tumor regressions in areas of spread outside the bone. The treatment effects lasted on average 29 weeks.

Les chercheurs ont trouvé que 76 % des patients ont vu quelques unes ou toutes les métastases rapetissées sur les os d'après un scan suivant l'administration du Cabozantinib. En plus, parmi les patients qui étaient sur les narcotiques à cause de la douleur, 67% ont rapporté moins de douleurs et 56% ont arrêté de prendre ces narcotiques ou ont réduit leurs dosages. De pluys, plus de 2/3 des patients ont eu des régressions de tumeurs qui ne conceranient pas les os. Les effets du traitement ont duré 29 semaines en moyenne.

The study found moderate side effects from Cabozantinib, including fatigue, gastrointestinal symptoms and high blood pressure.

Le Cabozantinib a montré des effets secondaires modérés comme la fatigue, des problèmes gastro-intestinaux de la haute pression.

"What's interesting about this drug is it brings to the table something we haven't seen before. Dramatic improvements in bone scans are unprecedented in this disease. Despite measurable progress, current treatment options for advanced prostate cancer tend to be modest in effect, so adding to and improving these options is a high priority," Hussain says.

Ce qui est intéressant à propos de ce médicament c'est qu'il amène quelque chose de jamais vu encore. Les améliorations dramatiques dans les scans des os c'est sans précédent dans cette maladie. En dépit de progrès mesurables, les traitements courants pour le cancer de la prostate avancé tendent à être modeste dans leurs effets, aussi ajouter à ces options et les améliorer est une grande priorité.

Hussain cautions that this is very early data, but it opens a new door for further investigation. The manufacturer, Exelixis, has developed a randomized clinical trial that is currently open at the U-M Comprehensive Cancer Center and other locations. For information, call the U-M Cancer AnswerLine at 800-865-1125.

Hussain prévient que ce sont des données très préliminaires, mais ça ouvre une nouvelle avenue pour de futures recherches. Le manufacturier, Exelixis, a développé un essai clinique qui est ouvert présentement.

U-M researchers are also planning a clinical trial with this drug in patients with metastatic cancer who have had no previous chemotherapy. Laboratory research at the University of Michigan will look to better understand Cabozantinib's effects on the bone. Cabozantinib is not approved by the U.S. Food and Drug Administration.

Les chercheurs veulent aussi faire un essai clinique pour les patients avec le cancer de la métastasique qui n'ont pas eu de chimiothérapie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Divers médicaments contre le cancer de la prostate : Itraconazole...   Jeu 2 Juin 2011 - 21:19

(June 2, 2011) — The oral antifungal drug itraconazole, most commonly used to treat nail fungus, may keep prostate cancer from worsening and delay the need for chemotherapy in men with advanced disease. Details of the finding, from a clinical trial led by Johns Hopkins experts, are scheduled for presentation on June 4 at the 2011 American Society of Clinical Oncology (ASCO) annual meeting.

Le médicament oral itraconazole, employé d'ordinaire pour combattre une forme de champignon, pourrait empêcher le cancer de la d'empirer et pourrait retarder la chimio chez les hommes avec la maladie avancée.

_________________


Dernière édition par Denis le Lun 1 Oct 2012 - 16:14, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: 2 médicaments pour combattre le cancer de la prostate.   Sam 28 Oct 2006 - 16:28

Deux médicaments pour combattre le cancer de la
Source : INSERM, le 26/10/2006 à 12h36




Jean-Sébastien Annicotte, chargé de recherche à l’Inserm, et Lluis Fajas, directeur de recherche à l’Inserm, responsable de l’Unité Inserm « Métabolisme et Cancers » et leurs collaborateurs, viennent de mettre en évidence l’effet bénéfique chez la souris de l’association de deux médicaments, actuellement utilisés pour traiter le diabète et l’épilepsie, dans le traitement du cancer de la prostate.

Aujourd’hui on estime en France que 40 000 décès par an seraient liés à un cancer de la prostate. Cette étude devrait ouvrir de nouveaux axes de recherche pour le traitement de cette pathologie, seconde cause de mortalité par cancer chez l'homme. Des essais cliniques sont aujourd’hui à l’étude par Stéphane Culine au Centre régional de lutte contre le cancer de Montpellier.

La prostate est une glande située sous la vessie, à proximité des voies urinaires et génitales. Dans de nombreux cas de cancers de la prostate et notamment pour des stades avancés, les stratégies thérapeutiques hormonales utilisées s’avèrent inefficaces. Il est donc nécessaire d’envisager de nouvelles approches pour le traitement de cette pathologie.

Des études récentes ont mis en évidence qu’un récepteur nucléaire, nommé PPARγ jouait un rôle important dans la prolifération des cellules cancéreuses. Activé par un ligand spécifique, le complexe ligand/récepteur bloque cette multiplication incontrôlée. Par ailleurs, d’autres études de l’équipe ont montré que la capacité de PPARγ à stopper la prolifération des cellules cancéreuse était stimulée par une autre famille de molécule : les inhibiteurs d’histone déacétylase.

Ces deux constats laissent suggérer que PPARγ puisse devenir une cible thérapeutique intéressante. Les chercheurs ont donc testé, chez la souris, un traitement novateur combinant ces deux molécules : un agoniste de PPARγ (c’est à dire une molécule mimant l’action du ligand spécifique) et un inhibiteur d’histone déacétylase.

Et les résultats obtenus sont probants. Non seulement cette association médicamenteuse bloque la progression de la tumeur sur des cancers localisés, mais elle stoppe également le mécanisme d’invasion de la tumeur lors de cancer métastasés. La réalisation d’essais clinique chez l’homme est d’ores et déjà à l’étude. L’utilisation de cette association de médicaments déjà connus dans le traitement du diabète et de l’épilepsie, devrait permettre aux chercheurs de s’affranchir de longues étapes inhérentes à tout essai clinique.

Lluis Fajas a été lauréat du programme Avenir, lancé par l’Inserm pour la première fois en 2001. Avenir est un appel à projets de recherche soutenu par l’Inserm et destiné à financer les travaux scientifiques innovants de jeunes chercheurs titularisés et de post-doctorants (ces étudiants qui ont souhaité après leur thèse compléter leur formation par un stage effectué à l'étranger, pour la plupart, et qui peuvent rencontrer des difficultés à exercer leurs activités de recherche en France). Lluis Fajas dirige aujourd’hui une Unité de recherche Inserm baptisée « Métabolisme et Cancers» au sein du Centre régional de lutte contre le cancer Val d’Aurelle Paul Lamarque à Montpellier. L’Unité participe au projet de création du Centre de Recherche en Cancérologie de Montpellier (CRCM) avec la tutelle de l’Inserm, du CRLC, et de l’Université de Montpellier. Ce nouveaux Centre de Recherche, dirigé par André Pelegrin, a pour vocation, non seulement de mener des recherches fondamentales sur le cancer, mais aussi de faciliter le transfert vers la clinique des résultats obtenus à la paillasse. L’objectif final est de développer de nouvelles thérapies contre le cancer, et de nouveaux outils diagnostics, à partir de la compréhension des mécanismes moléculaires impliqués dans le développement des tumeurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Divers médicaments contre le cancer de la prostate : Itraconazole...   Aujourd'hui à 9:43

Revenir en haut Aller en bas
 
Divers médicaments contre le cancer de la prostate : Itraconazole...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Médicaments génériques, qu'en pensez-vous ?
» Médicaments contre fièvre, douleur...
» Télomérase et inhibiteurs de télomérase...
» Sprycel
» Raloxifène

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: