AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Résistance aux médicaments contre le cancer.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Résistance aux médicaments contre le cancer.   Mer 24 Aoû 2016 - 12:39

Researchers at the University of Massachusetts Medical School have designed a nanoparticle that mimics the bacterium Salmonella and may help to counteract a major mechanism of chemotherapy resistance.

Working with mouse models of colon and breast cancer, Beth McCormick, Ph.D., and her colleagues demonstrated that when combined with chemotherapy, the nanoparticle reduced tumor growth substantially more than chemotherapy alone.

The results of their research were published July 25 in Nature Communications.

Chemotherapy Resistance

A membrane protein called P-glycoprotein (P-gp) acts like a garbage chute that pumps waste, foreign particles, and toxins out of cells. P-gp is a member of a large family of transporters, called ATP-binding cassette (ABC) transporters, that are active in normal cells but also have roles in cancer and other diseases. For instance, cancer cells can co-opt P-gp to rid themselves of chemotherapeutic agents, severely limiting the efficacy of these drugs.

In previous work, Dr. McCormick and her colleagues serendipitously discovered that Salmonella enterica, a bacterium that causes food poisoning, decreases the amount of P-gp on the surface of intestinal cells. Because Salmonella has the capacity to grow selectively in cancer cells, the researchers wondered whether there was a way to use the bacterium to counteract chemotherapy resistance caused by P-gp.

"While trying to understand how Salmonella invades the human host, we made this other observation that may be relevant to cancer therapeutics and multidrug resistance," explained Dr. McCormick.

Salmonella and Cancer Cells

To determine the specific bacterial component responsible for reducing P-gp levels, the researchers engineered multiple Salmonella mutant strains and tested their effect on P-gp levels in colon cells. They found that a Salmonella strain lacking the bacterial protein SipA was unable to reduce P-gp levels in the colon of mice or in a human colon cancer cell line. Salmonella secretes SipA, along with other proteins, to help the bacterium invade human cells.

The researchers then showed that treatment with SipA protein alone decreased P-gp levels in cell lines of human colon cancer, breast cancer, bladder cancer, and lymphoma.

Because P-gp can pump drugs out of cells, the researchers next sought to determine whether SipA treatment would prevent cancer cells from expelling chemotherapy drugs.

When they treated human colon cancer cells with the chemotherapy agents doxorubicin or vinblastine, with or without SipA, they found that the addition of SipA increased drug retention inside the cells. SipA also increased the cancer cells' sensitivity to both drugs, suggesting that it could possibly be used to enhance chemotherapy.

"Through millions of years of co-evolution, Salmonella has figured out a way to remove this transporter from the surface of intestinal cells to facilitate host infection," said Dr. McCormick. "We capitalized on the organism's ability to perform that function."

A Nanoparticle Mimic

It would not be feasible to infect people with the bacterium, and SipA on its own will likely deteriorate quickly in the bloodstream, coauthor Gang Han, Ph.D., of the University of Massachusetts Medical School, explained. The researchers therefore fused SipA to gold nanoparticles, generating what they refer to as a nanoparticle mimic of Salmonella. They designed the nanoparticle to enhance the stability of SipA, while retaining its ability to interact with other proteins.

In an effort to target tumors without harming healthy tissues, the researchers used a nanoparticle of specific size that should only be able to access the tumor tissue due to its "leaky" architecture. "Because of this property, we are hoping to be able to avoid negative effects to healthy tissues," said Dr. McCormick. Another benefit of this technology is that the nanoparticle can be modified to enhance tumor targeting and minimize the potential for side effects, she added.

The researchers showed that this nanoparticle was 100 times more effective than SipA protein alone at reducing P-gp levels in a human colon cancer cell line. The enhanced function of the nanoparticle is likely due to stabilization of SipA, explained the researchers.

The team then tested the nanoparticle in a mouse model of colon cancer, because this cancer type is known to express high levels of P-gp. When they treated tumor-bearing mice with the nanoparticle plus doxorubicin, P-gp levels dropped and the tumors grew substantially less than in mice treated with the nanoparticle or doxorubicin alone. The researchers observed similar results in a mouse model of human breast cancer.

There are concerns about the potential effect of nanoparticles on normal tissues. "P-gp has evolved as a defense mechanism" to rid healthy cells of toxic molecules, said Suresh Ambudkar, Ph.D., deputy chief of the Laboratory of Cell Biology in NCI's Center for Cancer Research. It plays an important role in protecting cells of the blood-brain barrier, liver, testes, and kidney. "So when you try to interfere with that, you may create problems," he said.

The researchers, however, found no evidence of nanoparticle accumulation in the brain, heart, kidney, or lungs of mice, nor did it appear to cause toxicity. They did observe that the nanoparticles accumulated in the liver and spleen, though this was expected because these organs filter the blood, said Dr. McCormick.

Moving Forward

The research team is moving forward with preclinical studies of the SipA nanoparticle to test its safety and toxicity, and to establish appropriate dosage levels.

However, Dr. Ambudkar noted, "the development of drug resistance in cancer cells is a multifactorial process. In addition to the ABC transporters, other phenomena are involved, such as drug metabolism." And because there is a large family of ABC transporters, one transporter can compensate if another is blocked, he explained.

For the last 25 years, clinical trials with drugs that inhibit P-gp have failed to overcome chemotherapy resistance, Dr. Ambudkar said. Tackling the issue of multidrug resistance in cancer, he continued, "is not something that can be solved easily."

Dr. McCormick and her team are also pursuing research to better characterize and understand the biology of SipA. "We are not naïve about the complexity of the problem," she said. "However, if we know more about the biology, we believe we can ultimately make a better drug."

---

Des chercheurs de l'Université du Massachusetts Medical School ont conçu une nanoparticule qui imite la bactérie Salmonelle et peut aider à contrecarrer un mécanisme majeur de résistance à la chimiothérapie.

Travaillant avec des modèles de souris du côlon et du cancer du sein, Beth McCormick, Ph.D., et ses collègues ont démontré que lorsqu'elle est combiné avec la chimiothérapie, la nanoparticule a réduit la croissance tumorale nettement plus que la chimiothérapie seule.

Les résultats de leurs recherches ont été publié le 25 Juillet dans Nature Communications.

Résistance chimiothérapie

Une protéine membranaire appelée P-glycoprotéine (P-gp) agit comme un vide-ordures qui pompe des déchets, des particules étrangères, et les toxines hors des cellules. P-gp est un membre d'une grande famille des transporteurs, appelé ATP-binding cassette  transporteurs (ABC), qui sont actifs dans les cellules normales, mais qui ont également un rôle dans le cancer et d'autres maladies. Par exemple, les cellules cancéreuses peuvent co-opter P-gp pour se débarrasser des agents chimiothérapeutiques, ce qui limite considérablement l'efficacité de ces médicaments.

Dans des travaux antérieurs, le Dr McCormick et ses collègues ont découvert que la Salmonelle, une bactérie qui provoque une intoxication alimentaire, diminue la quantité de P-gp sur la surface des cellules intestinales. Parce que la Salmonelle a la capacité de croître de manière sélective dans les cellules cancéreuses, les chercheurs ont demandé s'il y avait un moyen d'utiliser la bactérie pour lutter contre la résistance à la chimiothérapie provoquée par la P-gp.

"Tout en essayant de comprendre comment la Salmonelle envahit l'hôte humain, nous avons fait cette autre observation qui peuvent être pertinents pour la thérapeutique du cancer et la multirésistance», a expliqué le Dr McCormick.

La Salmonelle et les cellules cancéreuses

Pour déterminer la composante bactérienne spécifique responsable de la réduction des niveaux de P-gp, les chercheurs ont été conçus de multiples souches mutantes de Salmonelle et ont testé leur effet sur les niveaux P-gp dans les cellules du côlon. Ils ont découvert qu'une souche de Salmonelle dépourvue de la protéine bactérienne SIPA a été incapable de réduire les niveaux P-gp dans le côlon de souris ou une lignée de cellules de cancer du côlon humain. La Salmonelle sécrète SiPa, ainsi que d'autres protéines, pour aider à la bactérie à envahir les cellules humaines.

Les chercheurs ont ensuite montré que le traitement avec la protéine SIPA seule amenait une diminution des niveaux P-gp dans des lignées cellulaires du cancer humain du , du cancer du , du cancer de la , et du lymphome.

Parce que la P-gp peut pomper des médicaments sur les cellules, les chercheurs ont ensuite cherché à déterminer si le traitement SiPa empêchait les cellules cancéreuses d'expulser les médicaments de chimiothérapie.

Quand ils ont traité les cellules cancéreuses du humaines avec les agents de chimiothérapie doxorubicine ou vinblastine, avec ou sans SiPa, ils ont constaté que l'ajout de SiPa a augmenté la rétention du médicament à l'intérieur des cellules. SiPa a également augmenté la sensibilité des cellules cancéreuses aux deux médicaments, ce qui suggère qu'il pourrait être utilisé pour améliorer la chimiothérapie.

«Grâce à des millions d'années de co-évolution, la Salmonelle a trouvé un moyen de retirer ce transporteur de la surface des cellules intestinales pour faciliter l'infection de l'hôte», a déclaré le Dr McCormick. "Nous avons capitalisé sur la capacité de l'organisme à remplir cette fonction."

Une imitation de Nanoparticules.

Il ne serait pas possible d'infecter les personnes avec la bactérie, et SiPa seule se dériorerait probablement rapidement dans la circulation sanguine, a expliqué Gang co-auteur Han, Ph.D., de l'Université du Massachusetts Medical School. Les chercheurs ont donc fusionné SiPa à des nanoparticules d'or, générant ce qu'ils appellent un synoptique de nanoparticules de Salmonelle. Ils ont conçu la nanoparticule pour améliorer la stabilité de SIPA, tout en conservant sa capacité à interagir avec d'autres protéines.

Dans un effort pour cibler les tumeurs sans endommager les tissus sains, les chercheurs ont utilisé une nanoparticule de taille spécifique qui ne devrait être en mesure que d'accéder au tissu tumoral en raison de son architecture faible. "En raison de cette propriété, nous espérons être en mesure d'éviter des effets négatifs sur les tissus sains», a déclaré le Dr McCormick. Un autre avantage de cette technologie est que la nanoparticule peut être modifiée pour améliorer le ciblage de la tumeur et réduire les risques d'effets secondaires, at-elle ajouté.

Les chercheurs ont montré que cette nanoparticule était 100 fois plus efficace que la protéine SiPa seule pour réduire les niveaux P-gp dans une lignée de cellules de cancer du côlon humain. La fonction améliorée de la nanoparticule est probablement due à la stabilisation des SiPa, a expliqué les chercheurs.

L'équipe a ensuite testé la nanoparticule dans un modèle murin de cancer du côlon, parce que ce type de cancer est connu pour exprimer des niveaux élevés de P-gp. Quand ils ont traité des souris porteuses de tumeurs avec la nanoparticule ainsi que la doxorubicine, les niveaux P-gp ont chuté et les tumeurs ont augmenté beaucoup moins que chez les souris traitées avec la nanoparticule ou doxorubicine seule. Les chercheurs ont observé des résultats similaires dans un modèle murin de cancer du humain.

Il y a des préoccupations au sujet de l'effet potentiel des nanoparticules sur les tissus normaux. "P-gp a évolué comme un mécanisme de défense" pour débarrasser les cellules saines de molécules toxiques, a déclaré Suresh Ambudkar, Ph.D., chef adjoint du Laboratoire de biologie cellulaire au Centre de NCI for Cancer Research. Il joue un rôle important dans la protection des cellules de la barrière sang-cerveau, du foie, des testicules et des reins. "Donc, lorsque vous essayez d'interférer avec cela, vous pouvez créer des problèmes», at-il dit.

Les chercheurs ont toutefois trouvé aucune preuve de l'accumulation de nanoparticules dans le cerveau, le cœur, les reins ou les poumons de souris, ni, a-t-il semblé, provoquer une toxicité. Ils ne constatent pas que les nanoparticules s'accumulent dans le foie et la rate, bien que cela ait été prévu, car ces organes filtrent le sang, a déclaré le Dr McCormick.

Avancer

L'équipe de recherche va de l'avant avec des études précliniques de la nanoparticule SiPa pour tester son innocuité et de toxicité, et d'établir des niveaux de dosage appropriés.

Toutefois, le Dr Ambudkar a noté, «le développement de la résistance aux médicaments dans les cellules cancéreuses est un processus multifactoriel. En plus des transporteurs ABC, d'autres phénomènes sont impliqués, tels que le métabolisme des médicaments." Et parce qu'il y a une grande famille des transporteurs ABC, un transporteur peut compenser si un autre est bloqué, at-il expliqué.

Au cours des 25 dernières années, des essais cliniques avec des médicaments qui inhibent la P-gp ont réussi à surmonter la résistance à la chimiothérapie, le Dr Ambudkar dit. Faire face à la question de la résistance multi-médicaments dans le cancer, il a continué, "ce n'est pas quelque chose qui peut être résolu facilement."

Le dr McCormick et son équipe ont également des activités de recherche afin de mieux caractériser et comprendre la biologie de SiPa. «Nous ne sommes pas naïfs au sujet de la complexité du problème," dit-elle. "Cependant, si nous en savons plus sur la biologie, nous croyons que nous pouvons finalement faire un meilleur médicament."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Résistance aux médicaments contre le cancer.   Mer 3 Aoû 2016 - 23:07

The DNA of our cells is continuously damaged by numerous external agents, such as carcinogens contained in tobacco smoke or UV radiation emitted by the sun. If left unrepaired, this damage leads to mutations which ultimately favor the emergence of cancerous cells, which is why the cell must rapidly and efficiently repair its DNA. To do so, the cell employs a battery of enzymes which must act in a synchronous fashion to identify and repair the damaged parts of its genome. The complexity of this process has long stumped researchers trying to understand the mechanisms at play.

Thanks to new nanotechnologies, a team of scientists which brings together both physicists and biologists has been able to film, in real-time, the enzymes that repair DNA damage. This work started in 2012, when the team focused on the initial steps of the DNA repair mechanism. Today the team has revealed, for the first time, the repair process in its entirety.

A special type of microscope, which makes it possible to both manipulate and observe single molecules of DNA and proteins, has enabled the team to observe a single DNA molecule, damaged by UV. They added to it the RNA polymerase enzyme, the one naturally responsible for "reading" the lengths of the DNA code and initiating production of protein from this DNA code, but which can get "stalled" if it reads a segment of damaged DNA. It is thanks to this "stalling" that the cell recognizes that the DNA has been damaged and launches its repair. In practical terms, the team of scientists was able to observe a series of four proteins (named Mfd, UvrA, UvrB and UvrC) successively interacting with the RNA polymerase and coordinating among themselves and the UV-damaged DNA to enact the latter's repair.

By determining the order in which these components acted and by characterizing the manner in which they "handed off" to each other in a kind of molecular relay-race, the team was able to define the critical steps of this process.

This work will ultimately lead to new applications, both in the fight against cancer and in efforts to treat pathogenic bacteria. Indeed, when cancer cells become resistant to chemotherapy or radiation therapy -- the purpose of which is to damage the DNA of cancer cells -- it is because these cancer cells have activated DNA repair and undone clinically-generated DNA damage. One can thus work towards preventing DNA repair during cancer therapy so as to prevent tumor resistance to therapy. It also turns out that some pathogenic bacteria, including those responsible for tuberculosis, use proteins very similar to Mfd to proliferate. Thus, identifying how these proteins work together to enact DNA repair could also be useful in fighting pathogenic bacteria.

---

L'ADN de nos cellules est constamment endommagé par de nombreux agents externes, tels que des agents cancérigènes contenues dans la fumée de tabac ou d'un rayonnement UV émis par le soleil. S'ils restent irréparés, ces dommages conduisent à des mutations qui favorisent finalement l'apparition de cellules cancéreuses, ce qui est la raison pour laquelle la cellule doit rapidement et efficacement réparer son ADN. Pour ce faire, la cellule utilise une batterie d'enzymes qui doivent agir de manière synchrone pour identifier et réparer les parties endommagées de son génome. La complexité de ce processus a longtemps laisser les chercheurs perplexes et essayant de comprendre les mécanismes en jeu.

Merci à de nouvelles nanotechnologies, une équipe de scientifiques qui réunit les deux physiciens et biologistes a pu filmer, en temps réel, les enzymes qui réparent les dommages de l'ADN. Ce travail a commencé en 2012, lorsque l'équipe est concentrée sur les premières étapes du mécanisme de réparation d'ADN. Aujourd'hui, l'équipe a révélé, pour la première fois, le processus de réparation dans son intégralité.

Un type spécial de microscope, qui permet à la fois de manipuler et d'observer des molécules simples d'ADN et de protéines, a permis à l'équipe d'observer une seule molécule d'ADN, endommagé par les UV. Ils ont ajouté à cette molécule l'enzyme polymérase de l'ARN, celui qui est naturellement responsable de la «lecture» des longueurs du code de l'ADN et d'initier la production de protéines à partir de ce code de l'ADN, mais qui peut resté "bloqué" s'il lit un segment d'ADN endommagé. C'est grâce à ce "calage" que la cellule reconnaît que l'ADN a été endommagé et lance sa réparation. En termes pratiques, l'équipe de scientifiques a pu observer une série de quatre protéines (appelées Mfd, UvrA, uvrB et UvrC) qui interagissent successivement avec l'ARN polymérase et se coordinent entre eux et avec l'ADN endommagé par les UV pour adopter la réparation de ce dernier.

En déterminant l'ordre dans lequel ces composants ont agi et en caractérisant la manière dont ils se sont succédé dans une sorte de relais moléculaire-course, l'équipe a été en mesure de définir les étapes critiques de ce processus.

Ce travail aboutira à de nouvelles applications, à la fois dans la lutte contre le cancer et dans les efforts pour traiter les bactéries pathogènes. En effet, lorsque les cellules cancéreuses deviennent résistantes à la chimiothérapie ou la radiothérapie - dont le but est d'endommager l'ADN des cellules cancéreuses - c'est parce que ces cellules cancéreuses ont activé la réparation d'ADN et défait les dommages à l'ADN cliniquement généré. On peut ainsi travailler à la prévention de réparation de l'ADN au cours de la thérapie du cancer afin d'éviter que la résistance de la tumeur au traitement. Il se révèle aussi que certaines bactéries pathogènes, y compris les responsables de la tuberculose, utilisent des protéines très semblables à Mfd pour proliférer. Ainsi, déterminer comment ces protéines travaillent ensemble pour adopter la réparation de l'ADN pourrait également être utile dans la lutte contre les bactéries pathogènes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Résistance aux médicaments contre le cancer.   Sam 3 Sep 2011 - 18:39

LONDRES, Royaume-Uni – Bloquer certaines protéines rendrait la chimiothérapie plus efficace, selon une étude menée par des chercheurs britanniques.


Les auteurs de ces travaux ont constaté que lorsque la protéine nommée TGFBI était présente en moins grande quantité pendant le traitement au paclitaxel, celui-ci fonctionnait mieux dans les cas de cancer des et du .

Cette protéine envoie des signaux qui stabilisent les microtubules, minuscules éléments qui sont à la base de la structure des cellules. Les scientifiques ont remarqué que bloquer d’autres protéines avait aussi le même effet.

Cette découverte est d’autant plus intéressante qu’avec le temps, certaines tumeurs développent une résistance aux traitements de chimiothérapie. Supprimer les protéines permettrait au paclitaxel de continuer à combattre les tumeurs, ont indiqué les chercheurs.

«Éliminer la résistance aux médicaments est un défi pour les scientifiques dans la lutte contre le cancer, explique le Dr Julie Sharp du Cancer Resarch UK. Déchiffrer la génétique du cancer de façon à savoir pourquoi un patient répond au traitement et un autre non nous aidera à mieux circonscrire le problème.»

«Cette approche pourrait contribuer à développer des traitements présentant moins d’effets secondaires et constituer une bouée de sauvetage pour les patients qui ont cessé de répondre aux traitements de chimiothérapie conventionnels», ajoute-t-elle.

Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue scientifique Cancer Research.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ACHILLE



Nombre de messages : 91
Date d'inscription : 31/03/2011

MessageSujet: Re: Résistance aux médicaments contre le cancer.   Mar 19 Juil 2011 - 4:51


Merci pour tout cela Denis.

On l'attend effectivement ce fameux traitement qui va guérir les cancers mas je crois qu'il faudra attendre, et c'est vrai que l'espoir fait du bien.
Ton site m'aide beaucoup, tout les jours je viens lire les nouvelles (Je deviens Junkie... de l'information...), et je vais voir aussi les autres registres de ton site (cuisine etc.....).

Cette recherche et découverte potentiel sur le méchanisme de résistance au Taxol (Paclitaxel je crois) est une très bonne chose, dans l'espoir que les Hôpitaux et clinicien se mettent de suite au travail sur l'analyse de ces chercheur qui ont trouver, peut être, la faille ces cellules cancéreuses dans leurs résistance à ce traitement qui est utilisé par tous et toute (Le Taxol)

Merci également à Optimiste pour son mot, j'ai bien compris tout cela et ferait au mieux.

Très bonne journée et a ++ Wink
ACHILLE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
milou



Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 26/11/2010

MessageSujet: Re: Résistance aux médicaments contre le cancer.   Mar 19 Juil 2011 - 3:30

okok
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Résistance aux médicaments contre le cancer.   Lun 18 Juil 2011 - 14:54

Salut Achille,

J'ai cherché un peu avec les mots "résistance au Taxol et j'ai trouvé quelque chose d'intéressant :

Citation :
MicroRNA-125b confers the resistance of breast cancer cells to paclitaxel through suppression of pro-apoptotic Bcl-2 antagonist killer 1 (Bak1)
Ming Zhou1, Zixing Liu1, Yuhua Zhao1, Yan Ding1, Hao Liu1, Yaguang Xi1, Wei Xiong2, Guiyuan Li2, Jianrong Lu3, Oystein Fodstad4, Adam I Riker5 and Ming Tan6,*
+ Author Affiliations

1 Mitchell Cancer Institute,University of South Alabama, United States;
2 Cancer Research Institute, Central South University, China;
3 Department of Biochemistry and Molecular Biology, University of Florida, United States;
4 Institute for Cancer Research,The Norwegian Radium Hospital, Norway;
5 Ochsner Cancer Institute, Ochsner Health System, United States;
6 Mitchell Cancer Institute, University of South Alabama, United States
* Corresponding author; email: mtan@usouthal.edu
Abstract

Paclitaxel (Taxol) is an effective chemotherapeutic agent for treatment of cancer patients. Despite impressive initial clinical responses, the majority of patients eventually develop some degree of resistance to Taxol-based therapy.


Le Paclitaxel ou Taxol est une chimothérapie efficace pour le traitement du cancer. Mais en dépit de réponses cliniques impressionnantes, la majorité des patientes développent une résistance (différents degrés) au Taxol.  


The mechanisms underlying cancer cells resistance to Taxol are not fully understood. MicroRNA (miRNA) has emerged to play important roles in tumorigenesis and drug resistance. However, the interaction between the development of Taxol resistance and miRNA has not been previously explored.


Le mécanisme sous0jacent à la résistance des cellules cancéreuses n'est pas pleinement compris. In microARN a émergé comme jouant un rôle important dans la tumérisation et la résistance au médicament, l'interaction entre le médicament et les ARNs nA'vaient pas été exploré auparavant.

In this study, we utilized a miRNA array to compare the differentially expressed miRNAs in Taxol-resistant and their Taxol-sensitive parental cells. We verified that miR-125b, miR-221, miR-222, and miR-923 were up-regulated in Taxol-resistant cancer cells by real-time PCR.

Dans cette étude, nous avons utilisé un essai sur les micros ARNs pour comparer les plus exprimés dans la résistance au Taxol et aux cellules sensible au Taxol. Nous avons trouvé que le miR-125b, le miR-221, le miR-222 et le miR-923 étaient sur-exprimé dans la résistance au Taxol en temps réel.

We further investigated the role and mechanisms of miR-125b in Taxol resistance. We found that miR-125b was up-regulated in Taxol-resistant cells, causing a marked inhibition of Taxol-induced cytotoxicity and apoptosis, and a subsequent increase in the resistance to Taxol in cancer cells.

Nous avons invetigé le rôle et le les mécanismes du miR-125b dans la résistance au Taxol.nous avons découvert que le miR-125b était sur-exprimé dans les cellules résistantes au Taxol ce qui causait une inhibition dans la toxicité du taxol et dans l'apoptose (suicide des cellules) en découlant. Ceci entraine et explique le phénomène de la résistance au Taxol.

Moreover, we demonstrated that the pro-apoptotic Bcl-2 antagonist killer 1 (Bak1) is a direct target of miR-125b. Down-regulation of Bak1 suppressed Taxol-induced apoptosis and led to an increased resistance to Taxol. Restoring Bak1 expression by either miR-125b inhibitor or re-expression of Bak1 in miR-125b overexpressing cells recovered Taxol sensitivity, overcoming miR-125-mediated Taxol resistance. Taken together, our data strongly supports a central role for miR-125b in conferring Taxol resistance through the suppression of Bak1 expression. This finding has important implications in the development of targeted therapeutics for overcoming Taxol resistance in a number of different tumor histologies.


De plus, nous avons démontré que Bcl-2 (pro-apoptose et antagoniste de Bak-1) est une cible pour le mir-125b. La régulation à la baisse de Bak-1 supprime l'apoptose induite par le Taxol et conduit à une résistance plus forte au Taxol. Restaurer l'expression se BAk-1 soit par des inhibiteurs de miR-125b soit en  ré-exprimant celle-ci ferait retrouver la sensibilité au Taxol et metrait fin à résistance au TAxol. En résumé nos données suggèrent un rôle central pour le miR-125b qui conferre la résistance au taxol par la supression de Bak-1. Cette découverte a d'importantes implications dans le développement de thérapies ciblées pour vaincre la résistance au taxol.


Received November 15, 2009. Accepted May 11, 2010.


Je vais resté vigilant sur le sujet et pour voir si on annonce un inhibiteur de miR-125b. Je sais le stress que tu vis avec ton double, j'ai peur pour ma propre peau et je trouve toujours que ça n'avance pas leurs recherches mais je me dis qu'un beau matin ça peut arrivere comme un coup de tonnerre dans un ciel bleu : le médicament qui vaincrait la plupart des cancers, entk ça meprend un petit peu d'espoir pour continuer à vivre et l'espoir quand on le partage, il a ceci de particulier qu'il ne se divise pas mais se multiplie. Bonne journée à vous deux.

Voir ici aussi

_________________


Dernière édition par Denis le Mer 3 Aoû 2016 - 23:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Résistance aux médicaments contre le cancer.   Aujourd'hui à 6:30

Revenir en haut Aller en bas
 
Résistance aux médicaments contre le cancer.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Médicaments génériques, qu'en pensez-vous ?
» Médicaments contre fièvre, douleur...
» Télomérase et inhibiteurs de télomérase...
» Sprycel
» Raloxifène

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: