AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Exercices physiques et cancer.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15375
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Exercices physiques et cancer.   Jeu 2 Jan 2014 - 21:41

Une étude réalisée par des chercheurs américains du Lawrence Berkeley National Laboratory de Berkeley, en Californie, a analysé le taux de mortalité par cancer du sein de près de 80.000 femmes durant 11 années pour tenter d'évaluer précisément le bénéfice d'un exercice physique régulier sur le risque de ce type de cancer.

Ce travail a pu montrer que la pratique d'une activité physique quotidienne, même de courte durée, de la marche à la course à pied, pouvait diminuer le risque de décès par cancer du sein d'environ 40 %, un gain sensiblement supérieur aux précédentes estimations qui tablaient sur une diminution d'environ 25 %.

L'étude est d'autant plus intéressante qu'elle montre que ce gain en termes de diminution de la mortalité peut être obtenu avec seulement 11 km de marche rapide par semaine, ou 7,5 km de course à pied !

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15375
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Exercices physiques et cancer.   Lun 16 Sep 2013 - 12:34

Sport gratuit sur ordonnance: Strasbourg élargit le dispositif au cancer

AFP - La ville de Strasbourg a annoncé lundi qu'elle allait permettre aux patients ayant souffert d'un cancer de pratiquer gratuitement une activité sportive afin de réduire le risque de récidive, élargissant ainsi son dispositif de "sport sur ordonnance" lancé fin 2012.

La procédure, qui a bénéficié jusqu'à présent à plus de 300 patients traités pour obésité ou diabète, va être élargie aux personnes ayant été traitées pour un cancer du côlon ou du sein, a indiqué le Dr Alexandre Feltz, conseiller municipal délégué à la santé, lors d'une conférence de presse destinée à dresser un premier bilan de l'opération.

"Plusieurs études le montrent: faire régulièrement du sport permet aux personnes ayant été traitées pour un cancer, et désormais en rémission, de diminuer le risque de récidive de 30 à 50%", selon le Dr Feltz.

Lancé en novembre 2012 par la municipalité (PS) de Strasbourg, l'Agence régionale de santé et le régime local d'assurance-maladie, notamment, le dispositif de "sport sur ordonnance" vise à inciter les malades à faire du sport, en leur donnant accès gratuitement à certaines activités - marche en club, vélo, natation, gymnastique douce... -, tout en étant encadrés par un éducateur sportif.

Plus de 120 médecins généralistes strasbourgeois participent à l'opération en prescrivant des activités sportives.

Les bénéficiaires présents lundi lors de la conférence de presse ont témoigné de l'efficacité de la démarche: Bernard Sermesant, patient de 59 ans souffrant d'hépatite, a ainsi expliqué avoir perdu plus de 40 kilos en dix mois, grâce à une pratique régulière de la natation et du vélo.

"Avant, quand mon médecin me disait de faire du sport, je le prenais pour un fou, je pensais que ce n'était pas pour moi!" a raconté ce quinquagénaire, qui, comme beaucoup d'autres bénéficiaires, a souligné que la gratuité des activités proposées a joué un rôle déterminant dans sa conversion au sport.

Selon le Dr Feltz, l'opération a contribué à "faire sortir de chez lui" un public fragilisé, issu à 50% de quartiers défavorisés et qui, parfois, "ne faisait plus grand chose" du fait des difficultés liées à la maladie.

Quelque 70% des patients ne savaient ni nager ni faire du vélo avant d'être pris en charge par un éducateur sportif, a souligné l'élu.

Au vu de ce bilan, les promoteurs du projet ont décidé de le renforcer. Le budget annuel va ainsi passer de 160.000 à 200.000 euros, dont la moitié sera apportée par la municipalité, et un deuxième poste d'éducateur sportif sera créé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15375
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Exercices physiques et cancer.   Lun 15 Juil 2013 - 11:22

L'activité physique a été étudiée à trois niveaux en cas de cancer : en cours de traitement, après celui-ci et en phase palliative. Pratiqué de manière régulière en cours de traitement (radiothérapie, chimiothérapie, post-chirurgie), l'exercice physique améliore de manière significative la fonction cardiaque et la force musculaire comme l'a démontré la méta-analyse de 17 essais randomisés réalisés en la matière. « Cerise sur le gâteau »: la fatigue est nettement et significativement améliorée par l'activité physique et non l'inverse comme d'aucuns pourraient le croire, et l'incidence des dépressions moindre.

Après traitement, l'exercice physique (marche à allure soutenue durant 7 heures par semaine) réduit la mortalité totale de 36 %. Lorsque cet exercice est effectué de manière intensive, la réduction du risque est de 61 %! Et, si ce bénéfice est lié à l'amélioration de la mortalité cardio-vasculaire, l'essentiel du bénéfice est lié à la réduction des récidives. Un essai spécifique a pu démontrer que la pratique d'un effort physique modéré à intense durant au moins 5 jours par semaine réduit de 30 % la mortalité par cancer du sein. En cas de cancer colorectal, cette réduction est de 50 % lorsque l'effort physique est pratiqué durant au moins 6 heures par semaine. De plus, la morbidité est très nettement réduite: moins de lymphoedème, réduction de la cardiotoxicité de la chimiothérapie, amélioration de la fonction immunitaire, réduction du risque d'ostéoporose,…

Enfin, en cas de traitements palliatifs, la pratique d'un exercice physique réduit la fatigue, améliore l'humeur et l'appétit.

On n'a pas encore d'explication physiopathologique formelle de ces bénéfices, mais les experts s'accordent à stigmatiser l'effet positif sur le poids (et l'on connaît la relation péjorative poids/cancer), l'action positive sur les hormones sexuelles, l'insuline et l'insuline growth factor, ainsi que sur les marqueurs inflammatoires.


Dr Dominique-Jean Bouilliez


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15375
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Exercices physiques et cancer.   Mer 24 Avr 2013 - 9:42

Faire du sport après un cancer réduit d’au moins 50% le risque de récidive. Pourtant, de nombreux malades renoncent à pratiquer une activité physique car ils se sentent trop affaiblis par des traitements souvent très éprouvants. Pour la première fois en Ile-de-France, la ville d’Ozoir-la-Ferrière va mettre en place des cours de sport adaptés à leurs besoins.

SUR LE MÊME SUJET

«Je n’ai pas la force de faire un sport classique»

Le dispositif Gym’après cancer a été présenté lundi. Des sessions gratuites sont prévues jusqu’en juin afin que les réticents puissent tester leurs capacités. Les véritables cours individualisés commenceront en septembre.

Les bénéfices de la pratique du sport après un cancer sont connus de longue date. D’ailleurs, de nombreux hôpitaux proposent des entraînements à leurs patients, en complément des soins. « Mais il n’existe rien pour ceux qui ont terminé leur traitement, s’étonne Sabine Dreyer, l’animatrice qui dirigera les séances. Et ils font rarement l’effort de se remettre au sport. » Cela fait quelques années que le dispositif Gym’après cancer est testé dans le sud de la France. A ce jour, une cinquantaine de professeurs ont été formés et les premiers arrivent en région parisienne.

Deux heures par semaine

Ces cours « sont bien tolérés et sans effet indésirable », assure Sabine Dreyer. Pour ajuster les efforts à ses capacités, chaque participant aura droit à un suivi personnalisé après un test physique. La gymnastique se pratique au rythme de deux cours d’une heure par semaine en groupe de quinze au maximum. Ces cours sont découpés en trois parties : des séances d’aérobic pour commencer, puis des exercices de renforcement musculaire avant de terminer par des étirements. A cela s’ajoute une séance de marche hebdomadaire à effectuer seul. « L’important est d’être régulier, insiste la professeur. C’est grâce à cela qu’on observe de très bons résultats, même chez les personnes qui ne faisaient pas de sport auparavant. »

Le but de la Gym’après cancer est de gagner en autonomie afin de continuer le sport par soi-même. Ses adeptes pourront pratiquer un sport conventionnel après trente-six semaines d’efforts. Pour effectuer la transition en douceur, ils peuvent faire appel à la Fédération française d’éducation physique et de gymnastique volontaire, chargée du programme. Elle propose, depuis plusieurs années, des activités de sport santé pour tous. « Nous ne savions pas quel accueil recevrait Gym’après cancer car le concept est nouveau, explique Jack Dutruel, président du comité départemental. Mais la mairie d’Ozoir nous a toute de suite donné son accord. »

« C’est une fierté et un devoir d’être les premiers à mettre en place ce dispositif, se félicite Jean-François Oneto, le maire (UMP) de la commune. Il faut combattre le sentiment d’abandon que peuvent avoir les malades. »

Séances d’initiation gratuites tous les lundis de 14 heures à 15 heures jusqu’au 24 juin. Un certificat médical est nécessaire. Centre municipal des Margotins, 4, rue du Bois-Prieur. Tél. 06.88.08.89.34.

Le Parisien

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15375
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Exercices physiques et cancer.   Mar 12 Fév 2013 - 8:06

Santé Log rapporte une nouvelle étude concernant le cancer de la prostate qui risque de donner le goût à plusieurs hommes de se mettre à l'exercice physique.

Selon l'étude britannique, les hommes actifs verraient leurs risques de développer un cancer de la prostate être diminués de moitié, rien de moins.

Publiées dans la plus récente édition du magazine Cancer, ces recherches en provenance du Durham Veterans Affairs Medical Center ne sont pas complètes, mais apportent certains éléments qui tendent à prouver cette théorie.

Cette dernière parle de 50 % moins de risque concernant le cancer de la prostate, mais aussi d'une meilleure capacité de rétablissement en cas de cancer, en plus de risques atténués de subir des lésions graves lors des traitements ou du développement d'une maladie du genre.

L'étude semble controversée depuis sa sortie, puisqu'elle parle des bienfaits de l'exercice physique en matière de cancer de la chez les hommes blancs seulement, ce qui fait bondir certains spécialistes et observateurs.

Il est clair que d'autres études sur le sujet sont à prévoir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avignon
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 1379
Date d'inscription : 29/09/2011

MessageSujet: Re: Exercices physiques et cancer.   Sam 9 Fév 2013 - 9:46

Denis a écrit:
Les chercheurs pensent donc qu'en pratiquant un exercice physique les malades se débarrassent des cellules qui ne servent pas à grand-chose et font, du même coup, de la place aux cellules vraiment utile à combattre les maladies.

Cela met en lumière, le rôle important d'une activité physique, y compris chez les malades voire chez les cancéreux ou les ex-cancéreux. Ces deux populations pourraient bénéficier d’un meilleur système immunitaire prêt à détecter et à combattre l’arrivée d’un nouveau cancer. Pour les chercheurs, la messe est dite. Les bénéfices du sport sont si importants, qu’il est urgent d’apprendre à ces personnes à se prendre en main et à organiser leur vie autour de leurs activités physiques.

c'est vraiment intéressant, ce point de vue.. je me dis aussi que ça fait super du bien au moral, et que du coup là, physique et mental se rencontrent pour contrecarrer la maladie. je sais que je n'ai jamais complètement laissé tomber le sport, suaf dans les mois les plus noirs de la maladie.. maintenant, que, quelque part, ça m'a vraiment aidé à ne pas me laisser sombrer.

_________________
"on croit que tout est fini, mais alors il y a un oiseau qui se met à chanter"
Paul Claudel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15375
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Exercices physiques et cancer.   Sam 9 Fév 2013 - 9:15

Les chercheurs pensent donc qu'en pratiquant un exercice physique les malades se débarrassent des cellules qui ne servent pas à grand-chose et font, du même coup, de la place aux cellules vraiment utile à combattre les maladies.

Cela met en lumière, le rôle important d'une activité physique, y compris chez les malades voire chez les cancéreux ou les ex-cancéreux. Ces deux populations pourraient bénéficier d’un meilleur système immunitaire prêt à détecter et à combattre l’arrivée d’un nouveau cancer. Pour les chercheurs, la messe est dite. Les bénéfices du sport sont si importants, qu’il est urgent d’apprendre à ces personnes à se prendre en main et à organiser leur vie autour de leurs activités physiques.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15375
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Exercices physiques et cancer.   Lun 14 Jan 2013 - 16:17



Le taux de rechute diminué de 50 %

La recherche est passée par là. Aujourd’hui, plus personne ne doute que faire du sport fait du bien aux personnes atteintes d’un cancer. Jean-Marc :

« Si vous avez une activité physique alors que vous êtes en rémission, ça diminue le taux de rechute jusqu’à 50 %. C’est ce que l’on observe sur les trois cancers les plus répandus : celui du colon, du sein et de la prostate.

Quand vous savez que chez les gens qui sont en rémission et qui ont ces cancers, en moyenne 30 % d’entre eux rechutent, ce n’est pas rien. »

Cela crée-t-il un rapport particulier au sport ? Les gestes sportifs sont-ils vécus comme des armes dirigées contre la maladie ? Nous l’avons pensé, quand nous avons vu les participants au cours donner fermement des coups de poings dans le vide, l’air déterminé.



« Il faut être vivant, quoi »

Pourtant seul un participant, Gilbert, raconte ressentir cette lutte. Le sport contre le crabe.

« Quand on donne un coup, on y va. Ça fait énormément de bien. On se sent fort. C’est une guerre contre la maladie. »

Les autres participants aux cours de la Cami disent autre chose. Cathy se méfie même de cette idée dont elle craint qu’elle n’amorce une culpabilité.

« On dit toujours : “Il faut se battre, il faut être fort”. C’est une notion un peu vaste. Il faut être vivant, quoi. Si on peut... Nous, on peut le faire, parce qu’on a le mental et le physique.

Mais il y a des gens qui n’ont ni le mental, ni le physique. J’en connais qui restent enfermés, qui vivent en autarcie. Ces gens-là, il ne faut pas les culpabiliser. »

Ils aiment le kiai, ce cri qui défoule

Les bénéfices que ressent Cathy en venant à la Cami, sept heures par semaines, sont ailleurs. Elle dit que le sport, « c’est bon » ; qu’elle aime se défouler.

« On est boostés. Ça répond à un besoin qu’on a de se dépenser parce que la chimio fait prendre un peu de poids et qu’on ne se reconnaît plus trop physiquement. »

Au karaté, il y a aussi le kiai, ce cri dont nous vous parlions il y a un an, dans un article sur la fonction du cri dans le sport. Un professeur de karaté nous expliquait alors que le kiai était « une implication totale de l’être, une union des énergies. »

Beaucoup d’adhérents nous ont parlé du bien qu’ils avaient à pousser ce cri. Angèle, 31 ans, lance un cri ferme mais délicat.

« Je suis quelqu’un qui n’exprime pas beaucoup ses sentiments. Le kiai, ça m’aide. Avant, je n’arrivais jamais à crier. Quand je fais le kiai, ça me fait du bien. »

Gilbert a retrouvé sa « virilité » en faisant du karaté

Mentalement, faire du sport aide sur des plans plus inattendus. Pascale, adhérente depuis cinq ans, raconte les regards qui changent.

« Quand on me demande “Ça va ta maladie ?” et que je réponds que je fais du karaté, le regard n’est plus le même. »

Gilbert raconte comment il a eu l’impression de retrouver sa virilité après son cancer de la prostate.

« Ici, c’est viril. C’est tonique. »

Pourtant, quand il a commencé à venir, cela faisait trente-neuf ans qu’il n’avait plus fait de sport. Il avait laissé tomber en se mariant à 27 ans. S’était concentré sur sa nouvelle de vie de famille, sur sa carrière.

C’est un homme sec, pétillant, dynamique. A 77 ans, il est le plus ancien des adhérents. Il vient depuis douze ans.

« C’est mon cancérologue Thierry Bouillet qui m’a envoyé là, parce que j’étais en grande dépression. Il m’a proposé de venir ici et il a bien fait : ça m’a sauvé. Carrément.

En tant qu’homme, on n’est plus le même quand on a un cancer de la prostate. On m’a coupé les nerfs érecteurs.
Les femmes plus nombreuses à la Cami

Jean-Marc Descotes, explique qu’il y a beaucoup plus de femmes à la Cami que d’hommes. Le ratio est de 70% contre 30%. Pour lui, cela s’explique par une gestion souvent différente de la maladie.

“Beaucoup d’hommes, quand ils sont malades, ont l’impression que tout s’écroule : leur virilité, leur capacité à prendre en charge les choses... Les femmes se mobilisent plus vite.”

Je ne sais pas si vous savez ce que c’est... Le cerveau ne peut plus donner d’ordre... C’est une paraplégie. »

Il parvient aujourd’hui à parler de la disparition de sa sexualité comme ceux qui ont gagné un combat.

En me regardant droit dans les yeux. Et en souriant.

« Je n’osais plus parler à une femme parce que pour moi, les femmes ont un sixième sens et je me disais : “Elle va le voir”. Ici, il y a un maximum de femmes qui ont toutes un cancer. L’approche est plus facile. »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15375
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Exercices physiques et cancer.   Dim 13 Jan 2013 - 19:35

L'Association du cancer de l'Est du Québec (ACEQ), en collaboration avec Santé 2000 Le Club, reconduit son programme Énergie-Santé, offert gratuitement et exclusivement aux personnes touchées par le cancer.

Au moyen d'un programme d'exercices adaptés, les participants auront l'opportunité d'améliorer leur qualité de vie et d'atténuer les effets négatifs des traitements.

Pour participer, les candidats doivent obligatoirement être âgés de 18 à 80 ans, être présentement en traitement de cancer ou avoir eu leur dernier traitement il y a moins de 12 mois.

Ils doivent avoir le consentement écrit de leur médecin et être aptes à participer à un programme d'activité physique.

Le programme dure 14 semaines, à raison d'une fois par semaine. Il débute le 17 janvier et se termine le 18 avril . Seulement dix places sont disponibles.

Les formulaires requis sont disponibles à l'Association du cancer de l'Est du Québec.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15375
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Exercices physiques et cancer.   Dim 16 Déc 2012 - 23:28

La fatigue est très souvent la compagne encombrante des cancéreux, pendant et même après leur traitement. Bien des études ont été consacrées aux bénéfices de l’exercice physique dans ce domaine. Une équipe britannique a passé en revue un grand nombre de ces travaux, pour tenter de déterminer quel sport serait le plus efficace pour contrer cette intense fatigue.

Les chercheurs ont travaillé à partir de 56 études portant au total, sur 4 068 patients souffrant d’un cancer. La moitié présentait une tumeur mammaire. Tous ces travaux avaient pour objectif d’évaluer l’efficacité de la pratique sportive sur le niveau de fatigue, pendant et après un traitement anticancéreux. Il en ressort que les activités en aérobie sont les plus efficaces pour diminuer la fatigue des patients et leur redonner de l’énergie. Il s’agit donc, des sports pratiqués avec une intensité modérée : course à pied, cyclisme. En revanche, les exercices en anaérobie, autrement dit réalisés avec plus d’intensité, se sont révélés inutiles. Tout comme les programmes proposant différents sports.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15375
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Exercices physiques et cancer.   Jeu 6 Déc 2012 - 15:21

Bénéfique pour la santé en général, l'activité physique s'avère particulièrement efficace contre le cancer du sein, a souligné une conférence européenne ce mardi rapportée par La Libre. De nombreux cas de maladies pourraient ainsi être évités si toutes les femmes bougeaient 30 minutes par jour.

On ne parle pas ici de sport intensif. "Tout est efficace, marcher, faire du vélo ou le ménage; il suffit simplement de se bouger pour obtenir un effet bénéfique au niveau de la prévention, le sport n'étant qu'une partie de l'activité physique", rappelle Martine Duclos, de l'Institut national français de la santé et de la recherche médicale.

Les effets de l'activité physique se remarquent tant en prévention qu'en termes de récidives du cancer. En pratiquant au moins 30 minutes d'activité physique cinq fois par semaine, le risque de récidive diminue de 34% chez les femmes déjà traitées pour un cancer du sein.

"Nutrition équilibrée et activité physique régulière constituent le duo gagnant. On pourrait ainsi réduire entre un quart et un tiers des cancers, dont 30% de cancers du sein. Rien qu'en changeant son mode de vie, 1,2 million de cancers du sein pourraient être évités chaque année en Europe", conclut Martine Duclos.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15375
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Exercices physiques et cancer.   Mer 7 Nov 2012 - 10:52




Un tableau des bénéfices attendues par l'exercice physique, ça semble des bénéfices très importants. Too bad pour moi parce que j'en fais pas ou très peu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15375
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Exercices physiques et cancer.   Mer 10 Oct 2012 - 6:04

En plein octobre rose, mois de sensibilisation contre le cancer du , une nouvelle étude américaine montre l'importance de la motivation pour rester active au sortir d'un traitement contre cette maladie.

Selon des chercheurs de l'Oregon State University, plus de 40% des femmes ayant fait face à un cancer du sein ne font pas assez d'exercice, au sortir de leur traitement. Comme l'activité physique régulière contribue à réduire les risques de rechute, les spécialistes conseillent fortement à ces dernières de ne pas se laisser aller, une fois traitées.

Pour comprendre les bienfaits d'un programme sportif de douze mois, les chercheurs américains ont conduit des tests cliniques sur une soixantaine de femmes, âgées de 65 ans et plus.

On questionna les femmes sur leur «sentiment d'efficacité personnelle», ce que les chercheurs ont décrit comme la «confiance» qu'elles avaient en elle de parvenir à s'astreindre à faire de l'exercice. Les femmes disposant d'un fort «sentiment d'efficacité personnelle» étaient plus susceptibles de rester actives six mois après leur programme sportif que les femmes peu confiantes.

«Nous pouvons enseigner aux personnes ayant subi un cancer des stratégies pour faire face aux barrières les empêchant de rester actives», a expliqué l'auteur de l'étude, Paul Loprinzi. «Il est surtout important de minimiser la prise de poids suite à un cancer du sein, parce qu'une prise de poids excessive peut accroître le risque de rechute.»

Pour conserver leur motivation, les femmes doivent mettre en place un programme progressif, être patientes et ne pas attendre d'incroyables résultats tout de suite, expliquent les chercheurs.

De plus, «lorsque les professeurs de sport sont des personnes ayant survécu à un cancer, elles deviennent de véritables modèles pour les autres», ajoute le professeur Bradley Cardinal, qui a aussi pris part à l'étude.

Les scientifiques ajoutent par ailleurs que le fait d'avoir un réseau d'amis et de proches pouvant soutenir la personne en rémission est aussi un facteur positif pour encourager les anciennes malades à faire du sport.

Ces résultats sont parus dans l'édition d'octobre de la revue Supportive Care in Cancer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talleyrand



Nombre de messages : 339
Date d'inscription : 31/03/2011

MessageSujet: Re: Exercices physiques et cancer.   Sam 18 Aoû 2012 - 13:02

Et bien voilà encore une recherche qui ne va pas m'inciter à devenir sédentaire. Car je pense qu'au delà des différents sports ou activités, c'est surtout la sédentarité qu'il faut combattre.
A condition de pouvoir, évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15375
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Exercices physiques et cancer.   Sam 18 Aoû 2012 - 8:00

Article pris sur le web aujourd'hui le 18 aout 2012


L'exercice peut améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de cancer, selon ces analyses publiées dans 2 éditions de la Cochrane review, qui réunissent les preuves montrant que des activités physique comme la marche et le vélo peuvent bénéficier aux patients en cours ou en fin de traitement pour leur cancer.

Car les patients atteints de cancer éprouvent de nombreux symptômes physiques, psychologiques et sociaux liés à la maladie et à son traitement. De nombreuses études ont déjà traité l’intérêt de l'exercice physique pour le bien-être psychologique chez les personnes atteintes de cancer, aucune n’a, de manière exhaustive examiné ses bénéfices sur la qualité de vie et sur les symptômes liés au traitement. Si les traitements et les taux de survie s'améliorent, la qualité de la vie reste une priorité pour les patients, pendant et après, rappellent les auteurs.

· La première analyse a porté sur 56 essais sur un total de 4.826 personnes en cours de traitement pour différents types de cancer, notamment du sein et de la prostate.

· La seconde analyse a porté sur 40 essais sur un total de 3.694 personnes qui avaient terminé leur traitement.

· Les types d'exercices dans les 2 analyses incluaient la marche, le vélo, le yoga, le Qi Gong, des exercices de résistance et de force.

Les résultats concluent que l'exercice physique peut réellement améliorer la santé par la qualité de vie mais aussi la qualité des interactions sociales et diminuer la fatigue des patients. Les principaux bénéfices sont constatés,

· dans le bien-être physique des patients sous traitement

· et dans l'estime de soi, le bien-être émotionnel, la sexualité, la qualité de sommeil, la diminution de l’anxiété et de la douleur chez les personnes ayant terminé le traitement.



L’exercice physique peut rétablir une véritable qualité de vie pour les personnes qui subissent ou ont subi un traitement pour le cancer conclut l'auteur principal, le Dr Shiraz I. Mishra de l'Université du Nouveau-Mexique (Albuquerque, USA). « Toutefois, nous devons considérer ces résultats avec prudence parce que nous avons inclus dans les études prises en compte de nombreux types d’exercices. Nous devons encore identifier les types d’exercices spécifiquement adaptés à chaque cancer ».


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15375
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Exercices physiques et cancer.   Dim 29 Juil 2012 - 13:15

De récentes recherches ont permis de savoir les réels impacts du sport sur la prévention de certains types de cancer. L’OMS confirme même que près de 25 % des cancers du et du pourraient être évités si on pratique une activité physique régulière à raison de 30 minutes par jours et 5 fois par semaine. De son côté, le Fonds mondial de recherche contre le cancer (FMRC) rajoute que le risque de cancer de l’endomètre est réduit à 30% chez la femme et celui des à 20% (valable pour les deux sexes) si on s’attèle au sport.

Pour mieux comprendre le mécanisme, il faut se souvenir d’un facteur à risque : la sédentarité. Avec tous les moyens de locomotion qui sont mis à notre disposition, nous marchons de moins en moins. Du coup, les masses graisseuses s’entassent et les ennuis s’amassent.

Il est grand temps donc de réagir, en commençant par exemple à nous investir un peu plus dans les tâches ménagères. Laver les vitres et les parquets, ou encore, faire notre lit peut déjà nous aider à brûler quelques grammes de graisses chaque jour. On les classe d’ailleurs parmi les activités physiques modérées. Et si nous rajoutons à cela une petite séance de vélo, de natation ou de marche rapide, nous remplissons sans peine notre quota.

Sachez aussi que rester actif a des effets notables sur nos intestins. Les substances cancérigènes n’auront pas l’occasion d’affecter les cellules saines de ces fameux canaux lorsque le transit n’est pas défaillant. Cela réduit donc le risque du cancer du côlon.

Particulièrement chez la femme, le cancer du qui est principalement causé par l’obésité et le stress peut être évité grâce au sport. Les efforts que nous fournissons sont de véritable brûle-graisse et nous permettent de garder notre indice de masse corporelle à moins de 25.

Par ailleurs, le sport aurait aussi des effets bénéfiques pour ceux qui sont déjà atteints d’un cancer. Tant que leur force leur permet encore de bouger un peu, le risque de déprime et la sensation de fatigue permanente s’écartent progressivement.

Pour un sujet sain, les exercices physiques chassent le stress et nous permet de garder une attitude positive vis-vis de chaque situation.

Mais le rôle du sport ne se limiterait pas à la prévention. Le pratiquer d’une façon régulière pourrait même réduire les risques de rechute et de décès. Autant s’y mettre dès maintenant donc pour vivre plus longtemps !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15375
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Exercices physiques et cancer.   Mar 17 Juil 2012 - 16:31

17/07/12 19:31

France
Des activités physiques adaptées pour améliorer la survie au cancer


Paris - Des activités physiques adaptées permettent de diminuer de 50% le risque de rechute chez des patients atteints de cancer du sein, du côlon ou de la prostate, selon le cancérologue Thierry Bouillet.




Co-fondateur de la CAMI (cancer, arts martiaux et informations), le seul réseau national sport et cancer qui propose aujourd'hui des séances de karaté, yoga, gymnastique... à quelque 3.000 patients dans plus d'une vingtaine de centres en France, le Dr Bouillet n'a de cesse de relayer le message.




"Les études montrent qu'il y a un bénéfice quelque soit le facteur pronostic", précise-t-il dans un entretien à l'AFP, en citant les trois cancers les plus réceptifs à l'activité physique, celui du sein (comme l'attestent 8 études), du côlon (3 études) et de la prostate (2 études). Mais les données scientifiques montrent également que la pratique d'une activité physique ne sert à rien si elle n'est pas assez intense.




"L'insuline, les oestrogènes et la leptine, qui sont des facteurs de croissance des cancers, ne baissent qu'à partir d'un certain niveau d'intensité" qui n'est pas le même pour les trois cancers, précise le Dr Bouillet. Pour le cancer du sein, le seuil a été fixé à l'équivalent d'environ trois heures de marche rapide par semaine, mais pour les deux autres cancers, c'est le double.






Difficulté supplémentaire, l'effort doit être pratiqué sur une période de 6 à 12 mois avant d'obtenir un effet quelconque. Proposer un tel programme à des malades épuisés par leur cancer n'a bien entendu pas été une chose facile. "Il a fallu trouver des motivations, des structures pour donner aux patients l'envie de pratiquer une activité sportive", relève le cancérologue, auteur de "Sport et cancer".


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15375
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Exercices physiques et cancer.   Mar 24 Avr 2012 - 7:26

Les femmes qui ont récemment été atteintes d'un cancer du sein qui parviennent à renoncer à certains de leurs buts et à s'en donner de nouveaux améliorent leur bien-être global, selon une étude québécoise publiée dans la revue Psycho-Oncology.

Carsten Wrosch, du Département de psychologie de l'Université Concordia, et Catherine Sabiston, du Health Behaviour and Emotion Lab de l'Université McGill, ont mené cette étude avec 176 femmes, âgées de 28 à 79 ans, ayant survécu à un cancer du sein. En moyenne, elles avaient reçu leur diagnostic 11 mois plus tôt et terminé leur traitement depuis 3 mois.

Les chercheurs visaient à identifier les facteurs qui influencent l'activité physique chez les femmes ayant vécu un cancer du sein. 48 % d'entre elles ont un surpoids ou une obésité et elles ont tendance à être plus sédentaires que les femmes n'ayant pas été atteintes de cette maladie.

La capacité à redéfinir ses objectifs, l'activité physique et la sédentarité, le bien-être émotionnel et les symptômes physiologiques ressentis quotidiennement (tels que la douleur ou la nausée) étaient évalués au début de l'étude et trois mois plus tard.

Se fixer de nouveaux buts était associé à une augmentation de l'activité physique, un accroissement du bien-être émotionnel et une diminution des symptômes physiologiques. Les participantes qui ont su abandonner certaines aspirations et en établir de nouvelles ont adopté un comportement moins sédentaire, ce qui était lié, après de trois mois, à l'amélioration de leur bien-être.

Se donner de nouveaux buts peut atténuer la détresse causée par le désir de réussir l'impossible, notent les chercheurs. Trouver d'autres aspirations satisfaisantes permet d'éprouver un sentiment d'accomplissement. L'abandon d'objectifs fixés dans le passé permet d'investir suffisamment de temps et d'énergie pour composer efficacement avec la nouvelle réalité.

Les femmes qui ont récemment vécu un cancer du sein devraient faire au moins 150 minutes d'activité physique, à un rythme modéré ou soutenu, pour que leur santé se renforce, indiquent les chercheurs. Mais, peu d'entre elles le font.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15375
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Exercices physiques et cancer.   Ven 24 Fév 2012 - 11:05



Arts martiaux, yoga ou marche à pied ... l'activité physique éloigne les risques de cancer et aide à combattre la maladie. Pourtant, les patients ont du mal à se mettre au sport. Pour les aider, des cours adaptés se développent partout en France

Le karaté est une arme contre la maladie. Dominique, 53 ans, souffre d'un cancer du sein. Elle a commencé ce sport en novembre après sa première chimiothérapie. Elle assure y avoir puisé une grande force pour lutter contre le mal. « On se retrouve complètement perdu, on a des cicatrices à cause des opérations, on perd ses cheveux, mais les cours nous donnent l'effet d'être dans la vie active et normale », confie-t-elle.

Le bénéfice de l'activité physique sur la santé, en particulier dans le cas du cancer, est désormais une certitude. Les patients gardent pourtant de fortes réticences à se mettre au sport, déplorent les responsables d'une étude présentée fin février 2012 à Marseille. En France, le nombre de cancers a bondi de 25% en 20 ans pour atteindre 365.000 nouveaux cas en 2011.

Prévenir les cancers du côlon et du sein
La sédentarité est une des principales causes de l'augmentation du nombre de cancers sur cette période, rappelle Fabien Calvo, directeur de la recherche de l'Institut national du cancer (INCa). A l'inverse, « bouger, c'est la santé », affirment les médecins. Les personnes plus actives sont moins exposées à certains cancers : le risque de cancer du côlon diminue ainsi de à 17%, celui du sein chute de 20% (après la ménopause) et celui de l'endomètre de 27%.

Si bien que l'OMS recommande de pratiquer une activité physique quotidienne afin notamment de diminuer les risques de tumeurs du colon et du sein. Pour d'autres cancers, les recherches « suggèrent un rôle protecteur de l'activité physique », même si « les données sont encore insuffisantes pour en tirer des conclusions », souligne l'INCa.

Aider à guérir et à ne pas rechuter

Outre l'aspect préventif, le sport joue un rôle important dans le traitement. Il améliore « la qualité de vie (bénéfice sur l'anxiété, la dépression, le sommeil, l'image du corps et le bien-être) » et réduit « la sensation de fatigue .» L'activité physique aide ainsi à guérir et à ne pas rechuter. Au point que pour le cancer du sein, le risque de décès chute de 34% et le taux de récidive de 24%.

Mais rien n'y fait, « les patients sont massivement inactifs », observe Fabienne d'Arripe-Longueville, directrice adjointe du laboratoire motricité humaine, éducation, sport, santé à l'université de Nice. Elle souhaite désormais lancer des travaux de recherche afin d'« identifier les barrières psychologiques » qui empêchent de sauter le pas.

Parmi les principales raisons invoquées, les patients disent « ne pas s'en sentir capables », manquer d' « énergie », à cause des effets secondaires du traitement. Certains pointent aussi les supposés effets négatifs du sport sur leur organisme. Afin d'affiner l'analyse, un questionnaire destiné aux patients, au grand public et au corps médical doit être lancé prochainement, annonce Charlène Falzon, auteur d'une thèse sur le sujet. Objectif : convaincre les médecins généralistes et les infirmières du bienfait de l'activité physique.

Les cours de sport conçus pour les patients

L'activité physique peut d'ailleurs prendre différentes formes parfois très modérées. Par exemple, il peut s'agir de 30 minutes de marche ou de jardinage. Les plus motivés peuvent se diriger vers des cours conçus pour les malades du cancer.

De telles séances sont d'ores et déjà proposées en région Paca dans le programme Gym'Après (qui devrait bientôt être déployé au niveau national). Parallèlement, le projet pilote Activ' a été lancé en janvier par l'Institut Curie. L'association Cancer, arts martiaux et informations (CAMI ) propose dans une vingtaine de centres en France des séances d'arts martiaux, de yoga ou de danse


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15375
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Exercices physiques et cancer.   Dim 12 Fév 2012 - 16:05

Cancer du sein : réduire la récidive par l'exercice
Par Martine Perez - le 26/01/2012

L'Institut Curie propose aux femmes traitées la pratique d'une activité physique qui diminue de 20 % à 50 % le risque de récidive.
On sait avec de plus en plus de précision que l'exercice physique régulier au moins trois ou quatre fois par semaine pendant au moins trente minutes réduit le risque de cancer du , du ... Il a été également démontré par une enquête publiée en 2005 dans le Journal of the American Medical Association (JAMA), que les femmes ayant eu un cancer du sein qui pratiquaient une activité physique régulière avaient un risque réduit de récidive (de 20 % pour plus de trois heures d'exercice par semaine) à 50 % (plus de neuf heures par semaine).

Malgré ces données très importantes, et mis à part quelques exhortations médiatiques à faire du sport, aucune action concrète utilisant l'exercice physique comme arme contre le cancer du sein n'avait été lancée jusqu'à présent.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15375
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Exercices physiques et cancer.   Sam 11 Fév 2012 - 15:15

C'est tiré d'une étude de l'institut national du cancer (en France), ça explique la relation entre le manque d'activité physique et le cancer. Il parle du cancer du et du et de l'endomètre mais ils disent que sur d'autres camcers comme le et la ça joue probablement mais les études ne sont pas encore suffisante pour l'affirmer. Ce n'est pas non plus parce que moi je me suis complètement déshabitué de l'exercise physique que ce n'est pas un bon moyen de prévenir le cancer ( quoique rien n'est jamais sûr car on connait des athlètes professionnels avec le cancer).

1.4 - Mécanismes d’action de l’activité physique vis-à-vis
du risque de cancer.

Les principaux mécanismes qui pourraient expliquer l’effet
bénéfique de l’activité physique sur le risque de cancers
seraient liés à ses effets sur le poids et l’adiposité (en parti-
culier abdominale), et sur les taux circulants de diverses hor-
mones et facteurs de croissance : diminution, entre autres,
des taux plasmatiques d’insuline et d’IGF-1 qui à l’inverse
sont augmentés par le surpoids et l’obésité et favorisent la
prolifération cellulaire.

De plus, l’activité physique pourrait diminuer spécifiquement
le risque de cancer du via l’accélération du transit intes-
tinal, réduisant ainsi le temps d’exposition de la muqueuse
digestive aux cancérogènes d’origine alimentaire. Concernant
les cancers du en postménopause et les cancers de
l’endomètre, l’activité physique exercerait un rôle protecteur,
notamment en diminuant la production du taux d’oestrogènes
(facteur de risque du cancer du sein), en augmentant la SHBG
(sex hormone binding globulin) qui induit une diminution
de la disponibilité des oestrogènes, et en stimulant l’immunité
(augmentation du nombre et/ou de l’activité des macro-
phages et des lymphocytes).

1.5 - Activité physique et risque de mortalité par cancers
Plusieurs études ontmontré que l’activité physique et l’inactivité
influencent le risque de mortalité par cancers de façon oppo-
sée. En particulier, une étude prospective américaine, incluant
252 925 hommes et femmes, a observé une association inverse
entre le niveau d’activité physique et le risque de mortalité
par cancers : les individus ayant une activité physique modé-
rée ou une activité sportive plus intense ont un risque demor-
talité par cancers significativement plus faible que les indi-
vidus inactifs.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
diane2



Nombre de messages : 2424
Age : 71
Localisation : L'île Val D'Or à Champlain QC.
Date d'inscription : 27/09/2009

MessageSujet: Re: Exercices physiques et cancer.   Jeu 26 Jan 2012 - 17:17

Denis a écrit:
En fait, j'aime pas trop quand on mets l'accent sur l'activité physique pour éviter les rechûtes du cancer. Ils ont beaux faire des études, je trouve qu'ils ne montrent jamais le lien physique (comme telle protéine, telle enzyme produit un effet X et déclanche etc...). S'agissant des études genre survol des récidives comme celle que je copie ici, comment peuvent-ils être sûr que ces femmes qui ont repris une forme de sport après leur chirugie au sein que c'est justement parce qu'elles se sentaient mieux et que par conséquent l'activité physique est une conséquence et non une cause de la bonne continuité de leur cancer. En plus, ça contribue à culpabiliser la personne, de sous-entendre que c'est parce qu'elle ne fait pas d'exercices que son cancer reveint. J'ai l'impression qu'on écrit ses articles pseudos-scientifiques en se disant "Ça ne peut pas leur faire de mal..."





Je suis tout à fait d'accord avec ça...haro sur la culpabilité quand le cancer revient. Il ne faut pas.

L'exercice par contre ça avale le stress comme 12 calmants pour les nerfs. J'essaie de marcher une heure par jour et parfois je vais jusqu'à 2h mais ça n'est pas beaucoup par contre ça aide tellement à passer le stress, que c'est très important pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15375
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Exercices physiques et cancer.   Jeu 26 Jan 2012 - 15:17

En fait, j'aime pas trop quand on mets l'accent sur l'activité physique pour éviter les rechûtes du cancer. Ils ont beaux faire des études, je trouve qu'ils ne montrent jamais le lien physique (comme telle protéine, telle enzyme produit un effet X et déclanche etc...). S'agissant des études genre survol des récidives comme celle que je copie ici, comment peuvent-ils être sûr que ces femmes qui ont repris une forme de sport après leur chirugie au sein que c'est justement parce qu'elles se sentaient mieux et que par conséquent l'activité physique est une conséquence et non une cause de la bonne continuité de leur cancer. En plus, ça contribue à culpabiliser la personne, de sous-entendre que c'est parce qu'elle ne fait pas d'exercices que son cancer reveint. J'ai l'impression qu'on écrit ses articles pseudos-scientifiques en se disant "Ça ne peut pas leur faire de mal..."



A l'occasion de la Journée mondiale contre le cancer qui se déroule le 4 février prochain, l'Institut Curie, en collaboration avec l'association Siel (Sport, Initiative Et Loisirs) Bleu, annonce le lancement d'un programme pilote d'activités physiques, dédié aux femmes traitées pour un cancer du sein. Basé sur de nombreuses études montrant une baisse du taux de rechute chez les femmes pratiquant une activité physique, ce programme personnalisé vise essentiellement à réduire le risque de récidive chez les femmes ayant achevé leur traitement.

Baptisé "Activ'", ce programme pilote concerne actuellement une centaine de patientes traitées à l'Institut Curie, dans le cadre de son plan personnalisé de surveillance. Toutefois, il pourrait à long terme être proposé systématiquement à l'ensemble des patientes surveillées après un cancer du sein.

Concrètement, les patientes concernées profitent dans un premier temps d'un bilan physique individuel lors de leur consultation d'entrée en surveillance. Des professionnels de l'association Siel Bleu leur proposent ensuite des cours de sport, collectifs ou individuels. Le but est de les encourager à poursuivre une activité physique à l'issue du programme.

"Les patientes ayant terminé leur traitement ont souvent besoin d'être aidées dans le retour à une vie normale. C'est aussi notre rôle, en tant que médecin, de rappeler aux patientes les règles d'une bonne hygiène de vie et si nécessaire les aider à les mettre en pratique pour éviter le risque de rechute", explique le Dr Laure Copel, responsable de l'Unité mobile d'accompagnement et de soins continus de l'Institut Curie.

Les médecins de l'Institut recommandent aux femmes concernées de marcher de façon soutenue pendant au moins trente minutes par jour, six jours par semaine, et d'adopter une alimentation saine et riche en fibres, fruits et légumes.

Les activités de type endurance sont à privilégier, notamment le cyclisme, la marche à pied, le jogging, la natation, le ski de fond, le golf ou la gymnastique.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talleyrand



Nombre de messages : 339
Date d'inscription : 31/03/2011

MessageSujet: Re: Exercices physiques et cancer.   Mer 16 Nov 2011 - 14:21

Et bien voilà qui semble presque exhaustif sur l'activité physique et ses bienfaits.
Même réserve toutefois que dans bien d'autres domaines : pas d'excès ! Stimuler les défenses immunitaires, d'accord, mais pas en se carbonisant le palpitant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15375
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Exercices physiques et cancer.   Mar 15 Nov 2011 - 17:39

C'est un article que je copie et qui liste les meilleures raisons pour faire de l'Exercice physique :

1. Pour le plaisir
haut Courir à quatre pattes avec un bébé, presser le pas pour attraper l'autobus, se baigner dans l'eau fraîche du lac, jouer à la balle avec les enfants, danser, monter une dizaine de marches, prendre une marche après un repas, pousser le chariot d'épicerie, ramasser les feuilles à l'automne et même se brosser les dents, c'est de l'activité physique.

Le corps humain aime l'activité parce qu'il n'est pas fait pour vivre assis; il crie même souvent son impatience par des douleurs de tension. Lui fournir des occasions variées de bouger en fera un « corps heureux »1.

L'activité physique peut être une grande source de plaisir! Pour s’en convaincre et l’expérimenter, il faut rayer de son esprit toutes les images déplaisantes (pour soi) auxquelles on a pu associer l’effort physique. Les salles de gym vous dépriment? N'y allez pas. Vous détestez la promiscuité? Oubliez les cours d'aérobie. Vous vous ennuyez seul? Le jogging n'est pas pour vous. L'essoufflement vous fait paniquer? Vous pouvez très bien l'éviter.

Si vos activités « actives » vous procurent du plaisir, vous gagnerez sur tous les plans. Et quand on est en forme, les activités courantes – comme sortir les poubelles ou laver les vitres – sont nettement moins pénibles.

2. Pour relaxer
haut Bouger avec entrain est un moyen naturel de stimuler le phénomène appelé « réponse de relaxation ». Les symptômes de l'anxiété (bouche sèche, accélération du rythme cardiaque, augmentation de la tension artérielle, etc.) sont attribuables à une activité excessive de la branche sympathique du système nerveux, dite « l'accélérateur ». Or, l'activité physique stimule et renforce la branche parasympathique du système nerveux, dite « le frein ». Comme l'écrit le Dr David Servan-Schreiber dans Guérir : « Puisque les systèmes sympathique et parasympathique sont toujours en opposition, plus on stimule le parasympathique, plus il se renforce, comme un muscle qui se développe, et il bloque tout simplement les manifestations de l'anxiété. »2

On sait aussi qu'une bonne alimentation aide l'organisme à mieux gérer les réactions physiologiques de stress; or, les personnes qui font de l'activité physique ont naturellement tendance à choisir des aliments plus nutritifs3.

3. Pour le moral
haut Chez les adeptes de l'activité physique énergique comme les joggeurs, le fait suivant est bien connu : au bout de 15 à 30 minutes d'effort soutenu, l'esprit atteint un état légèrement euphorique où les pensées sont spontanément positives et même créatives. Le phénomène est attribuable à des hormones appelées endorphines qui sont libérées dans l'organisme pendant l'effort. Dans un chapitre où il explique l'effet des endorphines, le Dr David Servan-Schreiber affirme que ce phénomène ne s'émousse pas avec le temps : « Plus le mécanisme naturel du plaisir est stimulé [de cette façon], plus il semble devenir sensible. Et les gens qui font régulièrement de l'exercice tirent plus de plaisir des petites choses de la vie : de leurs amis, de leur chat, des repas, de leurs lectures, du sourire d'un passant dans la rue. »4

Des recherches démontrent que l'exercice physique peut être aussi efficace, sinon plus, que les médicaments pour soigner la dépression5-9. Le dosage de l'activité a son importance – tant dans l'intensité, la durée que la fréquence –, trop n'étant pas mieux que pas assez. Le consensus chez les chercheurs semble être que 20 minutes à intensité moyenne, trois fois par semaine, suffisent pour obtenir un effet sur la partie du cerveau qui module l'humeur10.

4. Pour perdre du poids
haut Le poids, c'est comme un compte en banque : quand on dépose (calories ingérées), il monte, quand on retire (calories dépensées), il baisse. Or, notre métabolisme s'est développé au cours de milliers d'années où l'humain était très actif; comme on mange encore tous les jours, la seule façon d'éviter l'augmentation de poids, c'est de « se dépenser ». En réalité, plus on fait de l'activité physique, plus on peut manger sans prendre de poids. Une recherche menée auprès de femmes ménopausées obèses a révélé que la pratique régulière d'une activité d'intensité modérée était une façon efficace de perdre du poids11. La marche (d'un bon pas) et la danse aérobique sans sauts (low-impact) sont de bons choix.

Mais il y a mieux : l'activité de type aérobique (avec élévation du rythme cardiaque) permet de perdre du poids sans qu’on doive réduire de façon majeure l’apport de calories, à condition qu’on la pratique de façon assidue. C'est qu'une telle pratique transforme l'organisme en « brûleur » : le corps augmente alors le rythme auquel il brûle les calories, non seulement pendant l'activité elle-même, mais tout le reste du temps (selon, bien sûr, la durée et l'intensité de l'activité)12.

5. Pour le pep
haut La conviction d'être « trop fatigué » pour aller marcher (ou patiner, nager, etc.) est basée sur une perception erronée. Car les humains qui mangent à leur faim possèdent, dans leurs graisses accumulées, une réserve quasi inépuisable d'énergie, du moins pour s'adonner à des activités de faible intensité13. Ce genre de « fatigue » relève davantage de la tension nerveuse, c'est-à-dire du stress. Or, les bénéfices de l'activité physique se manifestent aussi dans l'immédiat : 15 à 20 minutes d'exercice physique soulagent justement du stress et de la fatigue, et accroissent l'énergie. Mentionnons simplement qu'en assurant une meilleure circulation de l'oxygène, l'exercice libère l'organisme du « sable dans l'engrenage », comme la lourdeur mentale et la tension musculaire.

6. Pour le sexe
haut La qualité de la vie sexuelle dépend notamment de la santé générale, de la capacité à se détendre et d'une certaine endurance cardiovasculaire, trois facteurs sur lesquels l'activité physique joue un rôle incontournable. Ça prend de l'énergie pour faire l'amour (même pour avoir envie de faire l'amour) et une vie active donne de l'énergie!

Lorsque des hommes en santé, mais sédentaires, se mettent à faire 1 heure d'exercice physique 3 ou 4 fois par semaine, ils déclarent moins de dysfonction érectile, une activité sexuelle plus soutenue et davantage de plaisir14. Et une enquête menée sur 14 ans auprès de plus de 30 000 hommes américains a révélé que les deux principaux facteurs à jouer dans le maintien d'une bonne fonction érectile sont l'activité physique et la minceur15.

7. Pour ne pas souffrir
haut Les recherches démontrent que l'activité physique pratiquée régulièrement réduit de manière substantielle les risques de troubles cardiovasculaires et cérébrovasculaires, d'hypertension, de diabète de type 2, d'ostéoporose, de cancer du côlon (et peut-être de cancer du sein et de cancer de la prostate)16-21. Si les données les plus convaincantes obtenues jusqu'à présent concernent les maladies graves, on sait que l'effet préventif et curatif de l'activité physique ne se limite pas à ces maladies22. Par exemple, plusieurs exercices spécifiques (dont ceux renforçant les muscles abdominaux) seraient un bon moyen de prévenir les maux de dos23,24.

Par ailleurs, de très nombreux problèmes de santé existants peuvent être soulagés, ou leurs symptômes allégés, par une activité physique régulière – la fatigue chronique, la fibromyalgie, l’asthme, le diabète de type 2 et l'arthrite, notamment25. Même la récidive du cancer du sein peut être mise en échec par l'exercice physique26,27.

8. Pour renforcer son système immunitaire
haut L’exercice physique modéré contribuerait à augmenter l’immunité. D’abord, en améliorant la circulation sanguine, on croit que les cellules et les autres substances du système immunitaire peuvent circuler plus facilement dans le corps (indispensable pour prévenir l’infection d’une plaie, par exemple). Aussi, on a observé que certaines composantes immunitaires sont stimulées par l’activité physique28,29. Mais attention, le surentraînement pourrait avoir l’effet contraire29.

9. Pour vieillir en santé
haut Les recherches démontrent que la moitié de la perte d'autonomie observée de l'âge de 30 ans à 70 ans est attribuable à un mode de vie sédentaire, et non au vieillissement en soi30. Les données sont claires : l'activité physique est efficace pour augmenter la longévité31,32. De plus, quelques études indiquent que l’exercice physique pratiqué régulièrement par les personnes âgées aide à prévenir le déclin des fonctions immunitaires33-36.

10. Parce que ce n'est pas si compliqué...
haut Même une petite augmentation de l'activité s'accompagne d'importants effets positifs sur la santé : un peu, c'est déjà beaucoup. Car l'activité physique minimale susceptible d'avoir un effet préventif ou curatif n'est pas aussi élevée que celle qui est nécessaire pour améliorer la performance sportive (mais les bénéfices s'estompent assez rapidement quand l'activité cesse).

On a récemment découvert qu'il n'est pas nécessaire d'avoir une activité ininterrompue pendant 30 ou 40 minutes, comme on l'a déjà cru; trois périodes de 10 minutes dans la journée procurent autant de bénéfices qu'une période unique de 30 minutes22. De plus, si un minimum de 10 minutes d’affilée est nécessaire pour des bienfaits concernant la santé à long terme, des activités courtes (monter l’escalier, par exemple) demeurent efficaces pour des bienfaits à court terme (renforcement des muscles, souplesse, etc.).

Rappelons que toutes sortes de types et de natures d’activités font partie de ce qu'on appelle « l'activité physique » : la marche dans les déplacements quotidiens, les activités reliées au travail, les jeux avec les enfants, l'entretien domestique, le jardinage, le sport...


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Exercices physiques et cancer.   Aujourd'hui à 7:49

Revenir en haut Aller en bas
 
Exercices physiques et cancer.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Deux exercices de notre interrogation écrite de Physique TC
» 5ème_Animations et exercices corrigés
» Mars 500 : six voyageurs immobiles vers la Planète rouge
» Oral X-2010 Physique
» Pourquoi l'exercice physique permet de garder la ligne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Société-
Sauter vers: