AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Regorafenib (Stivarga)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Regorafenib (Stivarga)   Mar 30 Aoû 2016 - 14:48

Results from the phase III RESORCE trial show that regorafenib (Stivarga) tablets achieved a median overall survival improvement in patients with unresectable hepatocellular carcinoma that progressed after treatment with sorafenib (Nexavar) tablets. The study, presented by Jordi Bruix, MD, et al during the European Society of Medical Oncology (ESMO) 18th World Congress on Gastrointestinal Cancer in Barcelona,1 found that patients taking regorafenib had a median overall survival of 10.6 months vs 7.8 months for placebo plus best supportive care (hazard ratio

, 0.62; 95% confidence interval[CI], 0.50–0.78; P < .001).

“The global incidence of liver cancer continues to increase and has more than tripled in the United States over the past 3 decades, and currently there are no proven or approved systemic second-line treatment options for patients with advanced hepatocellular carcinoma,” said Dr. Bruix, of the BCLC Group, Liver Unit, Hospital Clinic, University of Barcelona, Spain. “The improvement in overall survival seen with regorafenib in the RESORCE study signals the addition of a potential option in this treatment setting.”

---

Les résultats de l'étude de phase III montrent que régorafénib (Stivarga) en comprimés a obtenu une amélioration de la médiane de survie globale chez les patients atteints de carcinome hépatocellulaire inopérable qui ont évolué après un traitement par sorafenib (Nexavar) en comprimés. L'étude, présentée par Jordi Bruix, MD, et al au cours du 18e Congrès mondial sur le cancer gastro-intestinal à Barcelone de la Société européenne d'oncologie médicale (ESMO), on a trouvé que les patients prenant régorafénib avaient une médiane de survie globale de 10,6 mois contre 7,8 mois pour le groupe placebo plus les meilleurs soins de soutien (risque relatif [RR], 0,62; intervalle de confiance à 95% [IC], de 0,50 à 0,78; P <0,001).

«L'incidence mondiale du cancer du continue à augmenter et a plus que triplé aux États-Unis au cours des 3 dernières décennies, et actuellement il n'y a pas d'options de traitement de deuxième ligne prouvé  ou approuvé  pour les patients atteints d'un carcinome hépatocellulaire avancé», a déclaré le Dr Bruix, du Groupe BCLC, Unité du foie, Hospital Clinic, Université de Barcelone, Espagne. "L'amélioration de la survie globale observée avec régorafénib dans l'étude resorce signale l'ajout d'une option potentielle dans ce cadre de traitement."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Regorafenib (Stivarga)   Dim 3 Juil 2016 - 15:43

Oral multikinase inhibitor regorafenib achieves significantly improved survival rates compared to placebo in patients with hepatocellular carcinoma, according to data from the phase III RESORCE trial (1), presented at the ESMO 18th World Congress of Gastrointestinal Cancer in Barcelona, Spain.

"Systemic treatment for hepatocellular carcinoma has long consisted of just one agent -- sorafenib -which was shown to provide a significant improvement in life expectancy almost 10 years ago, but no other agent has surpassed its benefits," said the study's principal investigator Dr Jordi Bruix, Head of the BCLC group at the Hospital Clínic and Scientific Director of the Network for Biomedical Research for Hepatic and Digestive Diseases (CIBEREHD).

While the last decade has seen many potential new agents for hepatocellular carcinoma fail in clinical trials, phase I and II data from early regorafenib trials were promising, and led to the initiation of this international, multi-center phase III trial.

Researchers enrolled 573 patients with intermediate or advanced stage hepatocellular carcinoma, who had all been previously treated with sorafenib, and randomized them 2:1 to 160mg oral regorafenib or placebo once daily for 1-3 of each four week cycle, in addition to best supportive care.

After a median of 3.6 months of treatment, patients on regorafenib showed a 38% reduction in the risk of death and a 54% reduction in the risk of progression or death compared to placebo.

Mean progression-free survival was 3.1 months with regorafenib and 1.5 months with placebo, while median overall survival was 10.6 months for regorafenib and 7.8 months with placebo.

Overall, 65.2% of patients on regorafenib showed complete or partial response or stable disease, compared to 36.1% of the placebo group.

Regorafenib had a similar safety and side effect profile to sorafenib, with hypertension, hand-foot skin reaction, fatigue and diarrhea all being significantly more common in patients taking the drug.

Dr Bruix said that the benefits of the drug were evident regardless of the cause or stage of the tumor, but analysis of biomarkers would reveal whether there might be certain sub-groups of patients likely to derive even greater benefit from this treatment.

"This is a very difficult to treat cancer but now we have an effective second-line agent, which is good news for the patients and also for the field as interest in further developments will be stimulated," Dr Bruix said.

---



L'inhibiteur de kinases multiples oral régorafénib améliore le taux de survie par rapport au placebo chez des patients atteints de carcinome hépatocellulaire, selon les données de l'essai de phase III de resorce, présenté à la ESMO 18e Congrès mondial du cancer gastro-intestinal à Barcelone, Espagne.

"Le traitement systémique pour le carcinome hépatocellulaire a longtemps consisté simplement un agent -  sorafenib qui a été montré pour fournir une amélioration significative de l'espérance de vie il y a près de 10 ans de cela, mais aucun autre agent a dépassé ses avantages», a déclaré le chercheur principal de l'étude, le Dr Jordi Bruix, chef du groupe BCLC au Clínic Hospital et directeur scientifique du Réseau pour la recherche biomédicale pour les maladies hépatiques et digestifs (CIBEREHD).

Alors que la dernière décennie a vu de nombreux nouveaux agents potentiels pour le carcinome hépatocellulaire échouer dans les essais cliniques de phase I et II, les données provenant d'essais de régorafénib précoces étaient prometteurs, et conduit à l'ouverture de ce centre multi-essai international de phase III.

Les chercheurs ont recruté 573 patients atteints de carcinome hépatocellulaire de stade intermédiaire ou avancé, qui avaient tous été préalablement traités par le sorafenib et les ont randomisés 2 pour 1 à régorafénib ou à un placebo par voie orale 160mg une fois par jour pour les semaines 1 et 3 de chaque cycle de quatre semaines, en plus d'un soutien optimal de soins.

Après une période médiane de 3,6 mois de traitement, les patients sur régorafénib ont montré une réduction de 38% du risque de décès et une réduction de 54% du risque de progression ou de décès par rapport au placebo.

Moyenne de survie sans progression était de 3,1 mois avec régorafénib et 1,5 mois avec le placebo, tandis que la survie globale médiane était de 10,6 mois pour régorafénib et 7,8 mois avec le placebo.

Au total, 65,2% des patients ont montré une réponse complète ou partielle ou une stabilisation de la maladie avec régorafénib, par rapport à 36,1% dans le groupe placebo.

Régorafénib avait un profil de sécurité et des effets secondaires similaires à sorafenib, de l'hypertension, des réactions cutanées aux mains et aux pieds, de la fatigue et de la diarrhée tout cela étant significativement plus fréquente chez les patients prenant le médicament.

Dr Bruix a déclaré que les avantages du médicament étaient évidents, peu importe la cause ou le stade de la tumeur, mais l'analyse des biomarqueurs révélerait s'il pourrait y avoir certains sous-groupes de patients susceptibles de tirer encore plus profit de ce traitement.

"Ceci est un cancer très difficile à traiter, mais maintenant nous avons un agent de deuxième ligne efficace, ce qui est de bonnes nouvelles pour les patients et aussi pour le domaine car l'intérêt pour de nouveaux développements sera stimulée», a déclaré le Dr Bruix.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Regorafenib (Stivarga)   Mar 3 Mai 2016 - 16:39

Researchers at UC Davis have shown that docosahexaenoic acid (DHA), a fatty acid commonly found in fish and fish oil supplements, reduces renal cell carcinoma invasiveness, growth rate, and blood vessel growth when combined with the anti-cancer therapy regorafenib. The study was published in the journal Molecular Cancer Therapeutics.

"Most renal cell carcinomas learn to escape therapy after a couple of years," said Robert Weiss, professor of medicine at UC Davis, chief of nephrology at Sacramento VA Medical Center, and head of the kidney cancer working group at the UC Davis Comprehensive Cancer Center. "A simple additive, which is completely nontoxic, could have a positive effect on disease, even rescuing regorafenib and similar therapies from resistance."

Regorafenib is one of a new generation of anti-cancer therapies that attack tyrosine kinases -- enzymes that activate other proteins. Unfortunately, kidney cancers mutate to resist these therapies.

From their previous work, Weiss and colleagues knew that DHA metabolites, called epoxydocosapentaenoic acid (EDP), have the potential to restrain the ability of cancers to invade and grow blood vessels. The problem was an enzyme called soluble epoxide hydrolase (sEH), which breaks down and inactivates EDP. The study found that DHA and regorafenib are greater than the sum of their parts.

"We knew that regorafenib blocks sEH," said Weiss. "If you add more DHA and block sEH, all that DHA goes towards creating EDP, which contributes to the anti-cancer effect."

To see whether DHA complemented regorafenib, researchers tested the combination against both cancer cell lines and human tumors in mice. They found that combining these compounds killed kidney cancer cells in both models.

In particular, the combination reduced tumor growth and angiogenesis, the process by which tumors recruit blood vessels to feed their expansion. Specifically, these agents targeted the MAP/ERK kinase, which contributes to tumor growth, and the VEGFR protein, which controls blood vessel development.

Though the results are encouraging, Weiss cautions that these benefits are quite narrow, relying on the synergistic interaction between regorafenib and DHA. In other words, there's no proof that taking fish oil supplements or eating fish like salmon would have any impact against kidney cancer on their own.

"We don't have any evidence for that so far," said Weiss. "It would be premature to make that assumption."

But he said the findings do highlight a relatively simple way patients with advanced kidney cancer could increase the effectiveness of their treatment. The next step will be to combine regorafenib and fish oil in patients.

"We would like to have oncologists implement this in the clinic," said Weiss. "It's an easy thing to tell your patient to take fish oil."


---


Les chercheurs de l'UC Davis ont montré que l'acide docosahexaénoïque (DHA), un acide gras couramment dans les suppléments d'huile de poisson et de poisson, réduit le carcinome à cellules rénales invasivité, leur taux de croissance, et la croissance des vaisseaux sanguins lorsqu'il est combiné avec la thérapie anti-cancer régorafénib. L'étude a été publiée dans la revue Molecular Cancer Therapeutics.

"La plupart des carcinomes à cellules rénales apprennent à échapper à la thérapie après quelques années», a déclaré Robert Weiss, professeur de médecine à l'UC Davis, chef de la néphrologie à Sacramento VA Medical Center, et la tête du groupe de travail sur le cancer du rein au Comprehensive Cancer UC Davis Centre. "Un simple additif, qui est complètement non toxique, pourrait avoir un effet positif sur la maladie, même sauver régorafénib et les thérapies similaires contre la résistance."

Régorafénib fait partie d'une nouvelle génération de thérapies anti-cancéreuses qui attaquent les tyrosine kinases - des enzymes qui activent d'autres protéines. Malheureusement, les cancers du rein mutent pour résister à ces thérapies.

De leurs travaux antérieurs, Weiss et ses collègues savaient que les métabolites DHA, appelés acide epoxydocosapentaenoic (EDP), ont le potentiel de limiter la capacité des cancers à envahir et à développer des vaisseaux sanguins. Le problème était une enzyme appelée époxyde hydrolase soluble (sEH), qui se décompose et inactive EDP. L'étude a révélé que le DHA et régorafénib sont supérieurs à la somme de leurs parties.

«Nous savions que régorafénib bloquait sEH", a déclaré Weiss. "Si vous ajoutez plus de DHA et le bloquer sEH, tout cette DHA va vers la création d'EDP, qui contribue à l'effet anti-cancer."

Pour voir si le DHA a complété le régorafénib, les chercheurs ont testé la combinaison contre les deux lignées de cellules cancéreuses et tumeurs humaines chez la souris. Ils ont trouvé que la combinaison de ces composés a tué les cellules cancéreuses du rein dans les deux modèles.

En particulier, la combinaison a réduit la croissance tumorale et l'angiogenèse, le processus par lequel les tumeurs recrutent des vaisseaux sanguins pour alimenter leur expansion. Plus précisément, ces agents ont ciblé le MAP / ERK kinase, qui contribue à la croissance de la tumeur, et la protéine VEGFR, qui contrôle le développement des vaisseaux sanguins.

Bien que les résultats sont encourageants, Weiss avertit que ces avantages sont assez étroites, reposant sur l'interaction synergique entre régorafénib et DHA. En d'autres termes, il n'y a aucune preuve que la prise de suppléments d'huile de poisson ou de manger du poisson comme le saumon aurait un impact contre le cancer du rein lui-même.

«Nous ne disposons pas de preuves pour que jusqu'à présent", a déclaré Weiss. "Il serait prématuré de faire cette hypothèse."

Mais il dit que les résultats mettent en évidence un moyen relativement simples pour les patients d'un cancer du rein avancé pour accroître l'efficacité de leur traitement. La prochaine étape sera de combiner régorafénib et huile de poisson chez les patients.

«Nous aimerions voir des oncologues mettre en œuvre ceci dans la clinique", a déclaré Weiss. «c'est une chose facile à dire à votre patient de prendre l'huile de poisson."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Regorafenib (Stivarga)   Dim 31 Mar 2013 - 17:48

Stivarga® (comprimés de régorafenib) a démontré une prolongation la survie globale chez les patients atteints de cancer colorectal métastatique dont la maladie avait progressé après l'administration de traitements antérieurs

TORONTO, le 25 mars 2013 /CNW/ - Bayer Inc. a annoncé aujourd'hui l'approbation par Santé Canada de Stivarga (comprimés de régorafenib) indiqué pour le traitement des patients souffrant de cancer du métastatique (CCRm) qui ont déjà reçu une chimiothérapie à base de fluoropyrimidine, l'oxaliplatine, l'irinotécan et un traitement anti-VEGF et, chez les porteurs d'un gène KRAS de type sauvage (ou non muté), un traitement anti-EGFRi.

« L'approbation de Stivarga représente le dernier ajout important pour le traitement du cancer colorectal métastatique. Il a démontré une amélioration de la survie à la fois globale et sans progression chez les patients dont la maladie a progressé après les traitements standards actuellement approuvés, explique le Dr Gerald Batist, chaire Minda de Gunzburg, professeur d'oncologie à l'Université McGill et directeur du Centre du cancer Segal. Il s'agit d'une nouvelle option pour les patients atteints de CCRm qui peut aussi prolonger leur espérance de vie. »

L'approbation de Stivarga (régorafenib) au Canada repose sur les résultats de l'étude pivot de phase III CORRECT, qui a démontré une amélioration statistiquement significative de la survie globale et de la survie sans progression (SSP), par rapport au placebo, chez les patients atteints de CCRm dont la maladie avait progressé après l'administration de traitements standards approuvés. Stivarga (régorafenib) est un inhibiteur de kinases multiples à prise orale qui altère les mécanismes de la croissance et de la progression tumorales, soit l'angiogenèse, l'oncogenèse et le micro-environnement de la tumeurii.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Regorafenib (Stivarga)   Jeu 22 Nov 2012 - 12:41

(Nov. 21, 2012) — A new targeted drug demonstrated its ability to control metastatic gastrointestinal stromal tumor, an uncommon and life-threatening form of sarcoma, after the disease had become resistant to all existing therapies, report investigators at Dana-Farber Cancer Institute who led the worldwide clinical trial.

Une nouvelle thérapie ciblée a démontrée sa capacité de contrôler les tumeurs gastros intestinales métastasées, une forme de sarcome assez rare, après que la maladie est devenue résistantes à toutes les formes de thérapies existantes.

The treatment of gastrointestinal stromal tumor, or GIST, even in its advanced metastatic stage, has been dramatically improved with two oral targeted drugs -- imatinib (Gleevec) and sunitinib (Sutent). To date, these have represented the only two FDA-approved treatments with the proven ability to control GIST. However, in more than 85 percent of patients, GIST becomes resistant to these drugs after seven years and the disease worsens with fatal results.

Le traitement des tumeurs gastro intestinales ou GIST, même dans sa forme avancées, a été amélioré de façon importante avec 2 médicaments ciblés à prise orale. L'imitanib (Glivec) et le sunitinib (Sutent). À date, ces deux médicaments représentent les seuls traitements approuvés par la FDA avec une capacité prouvée de contrôler le GIST. toutefois, dans plus de 85% des patients, Le GIST devient résistant à ces médicaments après 7 ans.

The new study, whose results are being published in The Lancet, demonstrated that the oral drug regorafenib, which inhibits several cancer-promoting kinase enzymes, was able to control GIST for nearly four months longer than placebo in patients for whom Gleevec and Sutent were no longer effective, a result that was highly significant statistically.

La nouvelle étude démontre que le médicament oral regorafenib qui inhibe plusieurs enzymes kinase qui promeuvent le cancer a été capable de contrôler le GIST pour plusieurs mois de plus que le placebo chez les patients avec le Glivec pour presque 4 mois de plus que le placebo chez les patients pour qui le Sutent et le Glivec n'était plus efficaces, un résultat hautement significatif statistiquement.

"When added to best supportive care, regorafenib significantly improves disease control, as measured by progression-free survival time in patients with GIST after progression which represents failure of all other therapies," said George Demetri, MD, of Dana-Farber, principal investigator of this clinical trial.

quand il est ajouté aux meilleurs soins de support, le regorafenib améliore sensiblement le contrôle de la maladie comme mesuré par le taux de survie sans la maladie chez les patients avec le GIST après la progression ce qui n'est pas une force des autres thérapies.

Demonstrating the aggressive nature of this resistant disease, the study found that tumors objectively grew in less than a month, on average, in GIST patients who were initially randomized to receive a placebo. The study's "cross-over" design made it possible to treat those patients whose tumors grew, and 85 percent of the patients initially on placebo were able to receive regorafenib, which then controlled the disease in these patients as well.

Because of the study's cross-over design, Demetri said, it was not expected to prove that the patients initially randomized to receive regorafenib survived longer -- the researchers would have had to withhold the drug from the placebo patients to demonstrate that difference. "But there is no question that people are living longer" with regorafenib treatment, he said, based on the results of this trial.

An application to have regorafenib approved for use in resistant GIST is under an accelerated review by the Food and Drug Administration, Demetri said.

GIST is a rare form of sarcoma that develops in the gastrointestinal tract, mainly in the stomach and small intestine. GIST is estimated to affect more than 5,000 people per year in the United States and about 8,000 in Europe.

Regorafenib is a novel rationally designed drug manufactured by Bayer HealthCare Pharmaceuticals that was FDA-approved in September 2012 to treat metastatic colon cancer after failure of standard chemotherapy. It blocks several cancer-promoting enzymes called kinases, which spur runaway growth in GIST and other cancers.

The phase 3 international trial involved 199 treatment-resistant GIST patients at 57 hospitals in 176 countries. Of the 199 patients, 133 received a regorafenib pill daily for three weeks followed by a one-week break, while 66 received a matching placebo. The patients were monitored for at least one year after the trial began.

As for other targeted therapies, the drug did not often shrink tumors but controlled the disease for an average of 4.8 months before it progressed, while patients in the placebo group experienced less than one month (0.9 month) before the disease worsened. There was a high rate of adverse effects including high blood pressure, fatigue, diarrhea, and redness, swelling, numbness and peeling of skin on the hands and feet. These side effects were managed by reducing or interrupting the regorafenib treatment, the report said.

A companion report in The Lancet said that the drug had a "modest" benefit in patients with metastatic colon cancer. A commentary by David Cunningham, MD, of the Royal Marsden Hospital in England, said, "In the relatively rare GIST, the case for routine use of this drug in patients following failure of existing treatments is strong."

Demetri added "We know that regorafenib can inhibit many of the mutated proteins and abnormal signals that cause this cancer, and the next step will be to investigate the molecular mechanisms by which this new treatment can control GIST after resistance appears to other 'targeted therapy' drugs for this aggressive malignancy."

Demetri a ajouté "Nous savons que le regorafenib peut inhiber plusieurs des protéines mutées et des signaux anormaux qui causent le cancer, et la prochaine étape sera d'investiger les mécanismes par lesquels ce nouveau traitement peut contrôler le GIST après résistance.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Regorafenib (Stivarga)   Mer 23 Mai 2012 - 18:17

FRANCFORT - Le groupe allemand de chimie-pharmacie Bayer a annoncé mercredi avoir déposé des demandes d'autorisation dans l'Union européenne et aux Etats-Unis de son médicament regorafenib contre les cancers colorectaux métastatiques.

Bayer a justifié sa demande d'autorisation par une étude clinique comparative -dite de phase 3- ayant prouvé que les patients traités avec le regorafenib avaient davantage de chances de survie ou du moins, vivaient plus longtemps que les personnes traitées avec un placebo, selon un communiqué.

Le regorafenib, un traitement par voie orale, est l'un des quatre médicaments phare de Bayer susceptibles de devenir des blockbusters, c'est-à-dire de générer des revenus conséquents.

Le cancer du est le 4ème cancer le plus répandu au monde, avec un million de nouveaux cas par an, selon Bayer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Regorafenib (Stivarga)   Mer 18 Jan 2012 - 17:07

January 18, 2012 (San Francisco, California) — The experimental agent regorafenib appears to significantly improve survival and delay disease progression in patients with metastatic colorectal cancer, according to data that will be presented at the 2012 Gastrointestinal Cancers Symposium.

L'agent expérimental regorafenib semble augmenter significativement la survie et le temps que la maladie prend avant de progresser à nouveau des patients avec le cancer du

In a phase 3 randomized trial, patients treated with regorafenib had a median overall survival of 6.4 months, compared with 5.0 months for placebo — a 29% increase in survival.

Dans un essai clinique de phase III, les patients traités avec le regorafenif ont une survie de 6.4 mois comparé à 5 mois pour ceux qui recoivent le placebo une augmentation de la survie de 29%.

Regorafenib is under development by Bayer, and the company says it intends to file for approval for metastatic colorectal cancer sometime this year.

Le médicament sera présenté par Bayer pour approbation quelque part cette année.

The drug is a novel oral multkinase inhibitor of a broad range of angiogenic, oncogenic, and stromal kinases, explained lead author Axel Grothey, MD, professor of oncology at the Mayo Clinic in Rochester, Minnesota. "It can inhibit a variety of different kinases; this is really the main characteristic of the drug."

"In early clinical testing, regorafenib has shown an acceptable side-effects profile and preliminary antitumor effects," he said during a presscast that was held ahead of the meeting.

The CORRECT trial was conducted to evaluate the efficacy and safety of regorafenib in patients with metastatic disease who had progressed after receiving all approved standard therapies. "This highlights a patient population that has an unmet need and for which placebo randomization is ethically sound," said Dr. Grothey.

_________________


Dernière édition par Denis le Dim 3 Juil 2016 - 15:44, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Regorafenib (Stivarga)   Aujourd'hui à 12:25

Revenir en haut Aller en bas
 
Regorafenib (Stivarga)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Regorafenib (Stivarga)
» prostate

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: