AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Cancer du col utérin.

Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16917
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Cancer du col utérin.   Mer 14 Fév 2018 - 19:07

Cancer therapies have improved -- in some cases dramatically -- over the past two decades, but treatment for cervical cancer has remained largely unchanged. All patients receive radiation and chemotherapy, yet despite the aggressive approach, the regimen fails in about one-third of patients with cervical cancer that has spread beyond the cervix but not outside the pelvis.

Now, researchers at Washington University School of Medicine in St. Louis have shown that cervical tumors that don't respond to radiation may be vulnerable to therapies that also attack the cancer's fuel supply. Studying mice implanted with human cervical cancer cells, the investigators wiped out many of the animals' tumors with a combination of radiation and three drugs that target tumor metabolism. They chose drugs that cut off the cancer's ability to burn glucose and shut down protective processes that help cancer cells survive.

The study is published online in the journal Cancer Research.

"Cancer cell metabolism is a little bit peculiar," said senior author Julie K. Schwarz, MD, PhD, an associate professor of radiation oncology. "Tumor cells take up glucose faster and in higher amounts than normal tissues. In past imaging studies, my colleagues and I noticed that cervical tumors that took up a lot of glucose prior to radiation treatment tended to be more resistant to radiation therapy than other tumors. If consuming a lot of sugar makes them resistant, we wondered what happens if we inhibit their sugar uptake."

Schwarz and her colleagues used three different drugs, alone and in combination, to deprive cervical tumors of glucose and block downstream metabolic pathways that help protect cancer cells from building up toxic free radicals. Two of the drugs are investigational and approved by the Food and Drug Administration (FDA) for use in people as part of clinical trials; the third drug is FDA-approved to treat rheumatoid arthritis.

The researchers tested the drug combinations against four different human cervical cancer cell lines. One of the cell lines was vulnerable to being cut off from glucose alone, but the others needed more interference. All four cancer cell lines responded significantly to radiation plus the three-drug combination. One cell line was wiped out entirely. Schwarz and her team noted that the mice did not show obvious negative side effects of this therapy, likely because healthy cells don't rely on one fuel production pathway.

When Schwarz and her colleagues cut off glucose, they force a cancer cell to scavenge for an alternative fuel. With the tumor in this vulnerable state, the researchers strike again by shutting down the cell's ability to mitigate the toxic stew it creates from its own deranged metabolism. The treatment essentially forces the cell to drown in its own toxicity, according to the researchers.

"In many cases, when you cut off glucose alone, the cancer cells find ways to compensate," said first author Ramachandran Rashmi, PhD, a staff scientist in radiation oncology. "But if you then hit their metabolic pathways in two more ways at the same time, the cell can't recover from that. The stress from the toxic free radicals will escalate, eventually overwhelming the cell."

Schwarz said that historically, cervical cancer is difficult to study in the lab because most cases are caused by human papillomavirus (HPV), and there is no equivalent infection in mice.

"Ninety to 95 percent of cervical cancer cases are HPV-related, and there are very few studies of this type of cancer in mice because HPV is a human virus," Schwarz said. "It's very difficult to produce a mouse model of a solid tumor of the type we see in most women who are diagnosed with cervical cancer. Even though this is a relatively rare cancer, we know HPV is important in a number of other tumors, including those of the head and neck. We believe what we learn from studying cervical cancer will help improve treatments for any HPV-driven cancer."

---

Les thérapies contre le cancer se sont améliorées - dans certains cas de manière spectaculaire - au cours des deux dernières décennies, mais le traitement du cancer du col de l'utérus est resté largement inchangé. Tous les patients reçoivent une radiothérapie et une chimiothérapie, mais en dépit de l'approche agressive, le régime échoue chez environ un tiers des patients atteints d'un cancer du col utérin qui s'est propagé au-delà du col de l'utérus mais pas à l'extérieur du pelvis.

Maintenant, des chercheurs de l'école de médecine de l'Université de Washington à St. Louis ont montré que les tumeurs cervicales qui ne répondent pas aux radiations peuvent être vulnérables aux thérapies qui attaquent également l'approvisionnement en carburant du cancer. En étudiant des souris implantées avec des cellules de cancer du col de l'utérus humain, les chercheurs ont effacé de nombreuses tumeurs des animaux avec une combinaison de radiation et de trois médicaments qui ciblent le métabolisme de la tumeur. Ils ont choisi des médicaments qui limitent la capacité du cancer à brûler le glucose et à arrêter les processus de protection qui aident les cellules cancéreuses à survivre.

L'étude est publiée en ligne dans la revue Cancer Research.

"Le métabolisme des cellules cancéreuses est un peu particulier", a déclaré l'auteur principal Julie K. Schwarz, MD, PhD, professeur agrégé de radio-oncologie. «Les cellules tumorales absorbent le glucose plus rapidement et en plus grande quantité que les tissus normaux Dans le passé, mes collègues et moi avons remarqué que les tumeurs cervicales qui absorbaient beaucoup de glucose avant la radiothérapie avaient tendance à être plus résistantes à la radiothérapie que les autres tumeurs. Si consommer beaucoup de sucre les rend résistants, nous nous sommes demandés ce qui arriverait si nous inhibions leur consommation de sucre. "

Schwarz et ses collègues ont utilisé trois médicaments différents, seuls et combinés, pour priver les tumeurs cervicales du glucose et bloquer les voies métaboliques en aval qui aident à protéger les cellules cancéreuses contre l'accumulation de radicaux libres toxiques. Deux des médicaments sont expérimentaux et approuvés par la Food and Drug Administration (FDA) pour utilisation chez les personnes dans le cadre d'essais cliniques; le troisième médicament est approuvé par la FDA pour traiter l'arthrite rhumatoïde.

Les chercheurs ont testé les combinaisons de médicaments contre quatre différentes lignées cellulaires de cancer du col humain. Une des lignées cellulaires était vulnérable à la coupure du glucose seul, mais les autres nécessitaient plus d'interférence. Les quatre lignées de cellules cancéreuses ont répondu de manière significative au rayonnement plus la combinaison de trois médicaments. Une lignée cellulaire a été complètement éliminée. Schwarz et son équipe ont noté que les souris n'ont pas montré d'effets secondaires négatifs évidents de cette thérapie, probablement parce que les cellules saines ne dépendent pas d'une voie de production de carburant.

Quand Schwarz et ses collègues coupent le glucose, ils forcent une cellule cancéreuse à chercher un carburant alternatif. Avec la tumeur dans cet état vulnérable, les chercheurs frappent à nouveau en fermant la capacité de la cellule à atténuer le ragoût toxique qu'il crée à partir de son propre métabolisme dérangé. Le traitement force essentiellement la cellule à se noyer dans sa propre toxicité, selon les chercheurs.

"Dans de nombreux cas, lorsque vous supprimez le glucose seul, les cellules cancéreuses trouvent des moyens de compenser", a déclaré le premier auteur Ramachandran Rashmi, PhD, un chercheur en radio-oncologie. "Mais si vous atteignez ensuite leur voie métabolique de deux façons en même temps, la cellule ne peut pas se remettre de cela.Le stress des radicaux libres toxiques va s'intensifier, finissant par submerger la cellule."

Schwarz a déclaré que, historiquement, le cancer du col de l'utérus est difficile à étudier en laboratoire, car la plupart des cas sont causés par le virus du papillome humain (VPH), et il n'y a pas d'infection équivalente chez les souris.

«Quatre-vingt-dix à 95% des cas de cancer du col de l'utérus sont liés au VPH, et il y a très peu d'études sur ce type de cancer chez les souris parce que le VPH est un virus humain», a déclaré Schwarz. «Il est très difficile de produire un modèle murin d'une tumeur solide du type de celui que l'on trouve chez la plupart des femmes chez qui on a diagnostiqué un cancer du col de l'utérus, même s'il s'agit d'un cancer relativement rare. Nous croyons que ce que nous apprend l'étude du cancer du col de l'utérus aidera à améliorer les traitements contre tout cancer provoqué par le VPH.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16917
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Cancer du col utérin.   Ven 29 Déc 2017 - 20:28

According to the Centers for Disease Control and Prevention, approximately 12,000 women in the United States are diagnosed with cervical cancer each year. One of the most common treatments for cervical cancer is radiation. While radiation therapy destroys cancer cells, it also destroys nearby healthy cells. University of Missouri School of Medicine researchers studied in vitro human cancer cells to show that combining blueberry extract with radiation can increase the treatment's effectiveness.

"Radiation therapy uses high-energy X-rays and other particles such as gamma rays to destroy cancer cells," said Yujiang Fang, M.D., Ph.D., a visiting professor at the MU School of Medicine and lead author of the study. "For some cancers, such as late-stage cervical cancer, radiation is a good treatment option. However, collateral damage to healthy cells always occurs. Based on previous research, we studied blueberry extract to verify it could be used as a radiosensitizer."

Radiosensitizers are non-toxic chemicals that make cancer cells more responsive to radiation therapy. In a previous study, Fang and his research team showed that resveratrol, a compound in red grapes, could be used as a radiosensitizer for treating prostate cancer. Blueberries also contain resveratrol.

"In addition to resveratrol, blueberries also contain flavonoids," said Fang, who also has appointments as an academic pathologist and assistant professor of microbiology and immunology at Des Moines University in Iowa. "Flavonoids are chemicals that may have antioxidant, anti-inflammatory and antibacterial properties."

The researchers used human cervical cancer cell lines to mimic clinical treatment. The cell lines were divided into four groups that included a control group, a group that received only radiation, a group that received only blueberry extract, and a group that received both radiation and the extract.

"Our team used three different measures to confirm results of the study," Fang said. "Radiation decreased cancer cells by approximately 20 percent. Interestingly, the cell group that received only blueberry extract had a 25 percent decrease in cancer. However, the biggest decline in cancer cells occurred in the radiation and extract group, with a decrease of about 70 percent."

Fang explained that the mechanism that makes blueberry extract a radiosensitizer also reduces the abnormal explosion of cell growth ? which is what cancer is.

"Cancer cells avoid death by remodeling themselves," Fang said. "Along with reducing cell proliferation, the extract also 'tricks' cancer cells into dying. So it inhibits the birth and promotes the death of cancer cells."

Fang said an animal study is the next step to confirm that his team can achieve the same results.

"Blueberries are very common and found all over the world," Fang said. "They are readily accessible and inexpensive. As a natural treatment option for boosting the effectiveness of existing therapies, I feel they would be enthusiastically accepted."

---

Selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies, environ 12 000 femmes aux États-Unis reçoivent un diagnostic de cancer du col de l'utérus chaque année. L'un des traitements les plus courants pour le cancer du col de l'utérus est la radiothérapie. Alors que la radiothérapie détruit les cellules cancéreuses, elle détruit également les cellules saines voisines. Les chercheurs de l'École de médecine de l'Université du Missouri ont étudié des cellules cancéreuses humaines in vitro pour montrer que la combinaison de l'extrait de myrtille avec les radiations peut augmenter l'efficacité du traitement.

"La radiothérapie utilise des rayons X à haute énergie et d'autres particules telles que les rayons gamma pour détruire les cellules cancéreuses", a déclaré Yujiang Fang, M.D., Ph.D., professeur invité à l'École de médecine MU et auteur principal de l'étude. "Pour certains cancers, comme le cancer du col de l'utérus à un stade avancé, la radiothérapie est une bonne option de traitement, mais les dommages collatéraux aux cellules saines surviennent toujours.Sur la base de recherches antérieures, nous avons étudié l'extrait de myrtille pour vérifier qu'il pouvait être utilisé comme radiosensibilisant.

Les radiosensibilisateurs sont des produits chimiques non toxiques qui rendent les cellules cancéreuses plus sensibles à la radiothérapie. Dans une étude précédente, Fang et son équipe de recherche ont montré que le resvératrol, un composé du raisin rouge, pourrait être utilisé comme radiosensibilisant pour le traitement du cancer de la . Les bleuets contiennent également du resvératrol.

"En plus du resvératrol, les bleuets contiennent également des flavonoïdes", a déclaré Fang, qui a également nommé comme pathologiste académique et professeur adjoint de microbiologie et d'immunologie à l'Université Des Moines en Iowa. "Les flavonoïdes sont des produits chimiques qui peuvent avoir des propriétés antioxydantes, anti-inflammatoires et antibactériennes."

Les chercheurs ont utilisé des lignées cellulaires de cancer du col de l'utérus humain pour imiter le traitement clinique. Les lignées cellulaires ont été divisées en quatre groupes qui comprenaient un groupe témoin, un groupe qui a reçu seulement un rayonnement, un groupe qui n'a reçu que de l'extrait de myrtille et un groupe qui a reçu à la fois le rayonnement et l'extrait.

"Notre équipe a utilisé trois mesures différentes pour confirmer les résultats de l'étude", a déclaré Fang. Les radiations ont réduit le cancer de 20%. Il est intéressant de noter que le groupe cellulaire ayant reçu seulement de l'extrait de myrtille a eu une diminution de cancer de 25%, mais que le groupe des radiations et des extraits a diminué de 70%.

Fang a expliqué que le mécanisme qui rend l'extrait de myrtille un radiosensibilisateur réduit également l'explosion anormale de la croissance cellulaire? qui est ce qu'est le cancer.

"Les cellules cancéreuses évitent la mort en se remodelant", a déclaré Fang. «En plus de réduire la prolifération cellulaire, l'extrait« piège »les cellules cancéreuses, ce qui inhibe la naissance et favorise la mort des cellules cancéreuses.

Fang a déclaré qu'une étude sur les animaux est la prochaine étape pour confirmer que son équipe peut atteindre les mêmes résultats.

"Les bleuets sont très communs et trouvés partout dans le monde", a déclaré Fang. "Ils sont facilement accessibles et peu coûteux.En tant qu'option de traitement naturel pour augmenter l'efficacité des thérapies existantes, je pense qu'ils seraient acceptés avec enthousiasme."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16917
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Cancer du col utérin.   Mar 19 Déc 2017 - 17:27

Une nouvelle approche mise au point en Suisse pourrait mener à l'apparition de traitements à large spectre contre les virus, c'est-à-dire des traitements qui combattent une vaste gamme d'agents pathogènes.

Un texte d'Alain Labelle

Ebola, Zika, H1N1, VIH, papillomavirus, herpès. Il existe des dizaines de virus qui tuent des millions de personnes dans le monde chaque année.

Le chercheur Francesco Stellacci et ses collègues du laboratoire SUNMIL de l’École polytechnique fédérale de Lausanne affirment être parvenus à développer des nanoparticules qui ont la propriété d’attirer les virus à elles pour ensuite les détruire par une simple pression.

Citation :
Il existe des médicaments efficaces contre certains virus, comme le VIH ou l’hépatite C, qui heureusement fonctionnent. Mais ils restent spécifiques à un seul virus.
Le chercheur Francesco Stellacci

Ainsi, si des médicaments permettent de traiter certains virus, aucun n'est utile contre plusieurs, comme c'est le cas des antibiotiques à large spectre utilisés contre les bactéries, par exemple.

Un traitement en or

Dans ses travaux, l’équipe suisse a transformé des nanoparticules d’or en « combattantes virales », ce qui pourrait ouvrir la porte à un nouveau genre de médicaments. Injectées dans le corps, ces particules « trompent » les virus en imitant les cellules humaines. Lorsque les virus se lient à elles pour les infecter, les nanoparticules utilisent une pression locale produite par cet assemblage pour « casser » les virus, leur faisant perdre ainsi toute toxicité.

Des résultats positifs

À l’heure actuelle, des expériences ont été effectuées in vitro sur des tissus infectés par :

l’herpès;
le papillomavirus (pouvant mener à un cancer de l’utérus);
le virus respiratoire syncytial (VRS) pouvant mener à une pneumonie.

D’autres tests ont permis de guérir des souris atteintes du VRS.

Le détail de ces travaux est l’objet d’un article publié dans la revue Nature Materials.

Une nouvelle ère?

Jusqu’à aujourd’hui, les tentatives de création de traitements à large spectre contre les virus n’ont abouti qu’à des solutions toxiques pour l’homme, ou alors efficaces in vitro (en laboratoire) mais pas in vivo.

L’approche actuelle contourne ces deux obstacles. Les nanoparticules d’or ne sont pas toxiques pour l’homme et elles imitent parfaitement les récepteurs des cellules humaines, qui sont les éléments spécifiques auxquels viennent s’accrocher les virus.

Pour infecter notre corps, les virus utilisent nos cellules, qu’ils pénètrent et qu’ils utilisent pour se répliquer et se répandre. Dans cette étude, les virus se lient aux nanoparticules en pensant envahir une cellule humaine. Ce mécanisme d’attachement provoque ensuite une pression qui déforme le virus et l’ouvre, le rendant ainsi inoffensif. Cette pression constitue une solution non toxique, contrairement aux solutions actuelles.

Citation :
Seule cette approche permet de détruire le virus de manière irréversible.
Francesco Stellacci
Une urgence internationale

Le développement d’antiviraux à large spectre permettrait de freiner la résistance que l’humain crée aux antibiotiques. « Les médecins prescrivent souvent ces traitements lors d’infections virales, puisqu’il n’existe pas de médicament. Mais les antibiotiques sont efficaces contre les bactéries uniquement. Cette utilisation à outrance contribue au développement de mutations des virus et à une résistance chez l’homme », conclut le Pr Stellacci.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16917
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Cancer du col utérin.   Ven 21 Avr 2017 - 12:14

When combined with chemotherapy, a vaccine against the human papillomavirus (HPV) type 16 potentiated T-cell responsiveness and improved clinical outcomes in patients with advanced cervical cancer enrolled in the phase I/II CervISA study.1 The findings were reported at the 2017 ASCO-SITC Clinical Immuno-Oncology Symposium by Marij Welters, PhD, of Leiden University Medical Center in The Netherlands.

As background, Dr. Welters noted that in the setting of premalignant high-grade lesions of the vulva induced by HPV type 16, therapeutic vaccination with HPV type 16 synthetic long peptides, covering the oncoproteins E6 and E7 results in robust vaccine-induced T-cell responses and regression of lesions. For the treatment of HPV16-induced cancers, however, timed combination of the vaccine with chemotherapy is required—an approach that has proven successful in an early-phase clinical study.

“In this pilot study, we noted that a single dose of the vaccine 2 weeks after the second cycle of chemotherapy was optimal, because at this time, the abnormal high numbers of myeloid cells, including the immunosuppressive myeloid cells were normalized,” she said. “We have now completed a chemoimmunotherapy study in a larger number of patients with late-stage HPV16-positive cervical cancer, and we have shown that in these patients, the combination is worthwhile.”

Study Details

The ISA101 vaccine comprises 13 overlapping HPV16 synthetic long peptides, together covering 2 oncogenic protein: E6 and E7. Three doses of ISA101 were given 2 weeks after the second, third, and fourth cycles of standard-of-care chemotherapy consisting of paclitaxel and carboplatin. Eight cohorts involving a total of 60 patients were vaccinated with various dose levels (20, 40, 100, and 300 µg/peptide), with or without pegylated interferon-alpha, which was predicted to enhance the immune response but failed to do so in the current study.
Vaccine and Chemotherapy for Cervical Cancer

    The ISA101 vaccine against HPV type 16, administered with chemotherapy to patients with advanced cervical cancer, elicited strong responses against the virus and was associated with impressive long-term clinical outcomes.
    The response rate to the combined treatment was best for patients not previously treated with chemotherapy for their advanced disease. Long-term benefit was also greater for patients not previously treated.
    In both previously treated and previously untreated patients, overall survival was better than that observed with standard therapies.
    A strong association was observed between the magnitude of HPV-specific T-cell response and overall survival.

“We found that this chemotherapy combination potentiates T-cell responsiveness,” reported Dr. Welters. “Induction of strong HPV16-specific T-cell responses was associated with improved clinical outcomes, including overall survival.”

The objective response rate was “strong,” compared with historical controls, she noted. This was especially true for patients who received first-line chemotherapy, compared with those treated in the second line and beyond. Tumor shrinkage was “substantial” in a large proportion of patients, she added.

Potential Long-Term Benefit

Preliminary overall survival data point to the potential for long-term benefit, especially for previously untreated patients. Here again, she added, overall survival seems much better than that achieved with standard treatments.

The data are weighted toward patients receiving the lowest vaccine doses, as they have been followed longer. Median overall survival has not yet been reached for patients treated with the two highest doses. “Maturing data for higher doses might further improve the median overall survival and overall survival tail,” Dr. Welters predicted.

A strong association emerged between robust HPV-specific T-cell responses as measured by enzyme-linked immunospot [ELISpot] assay and overall survival.

The ISA101 effect on overall survival was independent of general immune status as measured by response against common recall (microbial) antigens. These results indicate that the survival advantage is specifically related to the strength of the vaccine-induced T-cell response and not due to generally better immunocompetence, she explained.

“The CervISA data provide a strong rationale to conduct randomized phase II trials. We think that additional combinations with checkpoint blockers are also an attractive strategy,” Dr. Welters said. ■

Disclosure: Dr. Welters reported no potential conflicts of interest.

---

Lorsqu'il a été combiné avec une chimiothérapie, un vaccin contre le virus du papillomavirus humain (VPH) de type 16 a potentialisé la réactivité des cellules T et des résultats cliniques améliorés chez les patients atteints d'un cancer du col de l'utérus avancé inscrit dans l'étude CervISA de phase I / II.1 Les résultats ont été signalés lors de l'ASCO 2017 Symposium sur l'immuno-oncologie clinique de SITC par Marij Welters, Ph.D., du Centre médical de l'Université de Leiden aux Pays-Bas.

À titre d'expérience, le Dr Welters a noté que, dans le cadre de lésions premalignées de la vulve induites par HPV type 16, la vaccination thérapeutique avec des peptides longs synthétiques de type 16 HPV, couvrant les oncoprotéines E6 et E7, résulte en un Réponses des cellules-T et la régression des lésions. Pour le traitement des cancers induits par HPV16, cependant, une combinaison chronométrée du vaccin avec une chimiothérapie est requise - une approche qui s'est révélée efficace dans une étude clinique de phase précoce.

"Dans cette étude pilote, nous avons noté qu'une dose unique du vaccin 2 semaines après le deuxième cycle de chimiothérapie était optimale, car à ce moment-là, le nombre élevé anormal de cellules myéloïdes, y compris les cellules myéloïdes immunosuppressives, était normalisé", at-elle déclaré. . «Nous avons maintenant terminé une étude sur la chimioimmunothérapie chez un plus grand nombre de patientes atteintes de cancer du col de l'utérus HPV16 positif, et nous avons montré que chez ces patientes, la combinaison vaut la peine».

Détails de l'étude

Le vaccin ISA101 comprend 13 peptides longs synthétiques HPV16 se chevauchant, couvrant ensemble 2 protéines oncogènes: E6 et E7. Trois doses d'ISA101 ont été administrées 2 semaines après le deuxième, le troisième et le quatrième cycles de chimiothérapie standard de soins consistant en paclitaxel et carboplatine. Huit cohortes impliquant un total de 60 patients ont été vaccinées avec différents niveaux de dose (20, 40, 100 et 300 μg / peptide), avec ou sans interféron-alpha pégylé, qui a été prédit pour améliorer la réponse immunitaire mais n'a pas réussi à le faire dans La présente étude.

Vaccins et chimiothérapie pour cancer du col de l'utérus

-Le vaccin ISA101 contre le VPH type 16, administré avec une chimiothérapie à des patients atteints d'un cancer du col de l'utérus, a suscité de fortes réponses contre le virus et a été associé à des résultats cliniques impressionnants à long terme.
    
-Le taux de réponse au traitement combiné était le meilleur pour les patients qui n'ont pas encore été traités avec une chimiothérapie pour leur maladie avancée. L'avantage à long terme était également plus élevé pour les patients qui n'ont pas été traités auparavant.

-Chez les patients précédemment traités et non traités précédemment, la survie globale était meilleure que celle observée avec les thérapies standard.
    
-Une forte association a été observée entre l'ampleur de la réponse des cellules T spécifiques du HPV et la survie globale.

"Nous avons constaté que cette combinaison de chimiothérapie potentialise la réactivité des cellules T", a déclaré le Dr Welters. "L'induction de réponses fortes aux cellules T spécifiques de HPV16 a été associée à des résultats cliniques améliorés, y compris une survie globale".

Le taux de réponse objectif était «fort» par rapport aux contrôles historiques, at-elle noté. Cela était particulièrement vrai pour les patients qui ont reçu une chimiothérapie de première intention, par rapport à ceux traités en deuxième ligne et au-delà. Le retrait tumoral était "substantiel" dans une grande proportion de patients, at-elle ajouté.

Avantage potentiel à long terme

Les données préliminaires globales de survie indiquent le potentiel d'un bénéfice à long terme, en particulier pour les patients précédemment non traités. Encore une fois, at-elle ajouté, la survie globale semble beaucoup mieux que celle obtenue avec des traitements standard.

Les données sont pondérées pour les patients recevant les doses de vaccin les plus faibles, car elles ont été suivies plus longtemps. La survie globale médiane n'a pas encore été atteinte pour les patients traités avec les deux doses les plus élevées. "La mise à jour des données pour des doses plus élevées pourrait encore améliorer la survie globale médiane et la survie générale", a déclaré le Dr Welters.

Une forte association est apparue entre des réponses robustes aux lymphocytes T spécifiques du VPH, mesurées par un dosage immuno-enzymatique [ELISpot] et une survie globale.

L'effet ISA101 sur la survie globale était indépendant de l'état immunitaire général mesuré par réponse contre les antigènes de rappel commun (microbiens). Ces résultats indiquent que l'avantage de survie est spécifiquement lié à la force de la réponse des cellules T induite par le vaccin et non pas en raison d'une immunodéficience généralement meilleure, at-elle expliqué.

"Les données de CervISA fournissent une bonne justification pour mener des essais randomisés de phase II. Nous pensons que des combinaisons supplémentaires avec les bloqueurs de point de contrôle sont également une stratégie attrayante ", a déclaré M. Welters. ■

Divulgation: M. Welters n'a signalé aucun conflit d'intérêts potentiel.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16917
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Cancer du col utérin.   Sam 11 Fév 2017 - 13:36

Researchers at the Okinawa Institute of Science and Technology Graduate university (OIST) have developed a novel technique that stops cervical cancer cell migration. The research, published in Chem could open up new avenues in cancer treatment.

The ability of cancer cells to change position within body tissues through cell migration and invasion represents the biggest threat of cancer to human health.

Traditionally, scientists have tried to approach the problem of cancer migration by targeting molecules inside cancer cells, but finding an appropriate target has proved challenging.

"We developed a technique that targets lipid rafts on cancer cell membranes," says Professor Ye Zhang from OIST's Bioinspired Soft Matter Unit, who led the research.

Lipid rafts are free-floating domains within the cell membrane that act as platforms for communication between the outside and inside of a cell. They are associated with the cell cytoskeleton -- a complex network of interlinking filaments inside the cell that is necessary for cell migration -- making them viable targets for inhibiting migration.

Dr. Guanying Li and Professor Zhang worked with colleagues from OIST's Imaging and Instrument Analysis Section, as well as scientists in the SM Application Group of JEOL in Tokyo.

The team designed and synthesized a luminescent molecule that recognizes cervical cancer cells and physically stops them from migrating. The molecule consists of a ruthenium metal complex core with three self-assembly peptide building blocks attached in a three-dimensional structure.

When these building blocks interact with a cervical cancer biomarker known as glycosylphosphatidylinositol-anchored placental alkaline phosphatase, or GPI-anchored PLAP, which is located on lipid rafts, they self-assemble into nano-scale chains, or 'nanofibrils', that glue lipid rafts into large clusters. Consequently, the associated cytoskeleton components get tied up, pinning the cancer cell on the substrate and preventing it from moving at that site.

In response, the cancer cell tries to migrate away from the immobilized site, extending projections called filopodia in the new direction of migration. Lipid rafts cluster on the filopodia tips, becoming the new sites of molecule self-assembly, that results in the pinning of the cancer cell at a second site.

This process continues as the cancer cell tries to migrate away from these immobilized regions. Progressively, the cancer cell expands its body in an attempt to escape immobilization, but the cell margins remain fixed by the nanofibrils, its body is stretched flat. The opposing stretch forces cause the cell to rupture, which leads to cell death.

Professor Zhang's team were able to visualize the pinning, stretching and rupturing of cervical cancer cells by immunostaining different parts of the cells and viewing them under a confocal fluorescent microscope and a high-resolution scanning electron microscope (SEM).

"Our research opens a window in cervical cancer therapy," says Professor Zhang. "We have shown that our molecule works on cancer cells in the lab, but the next step is to see if it works on real tumors in animals. As different cancers express different biomarkers, it might be possible to modify the molecular structure of the ruthenium molecule to target different types of cancer cell."

---

Les chercheurs de l'Université d'Okinawa (OIST) ont mis au point une nouvelle technique qui arrête la migration des cellules cancéreuses du col de l'utérus. La recherche, publiée dans Chem pourrait ouvrir de nouvelles avenues dans le traitement du cancer.

La capacité des cellules cancéreuses à changer de position au sein des tissus corporels par la migration cellulaire et l'invasion représente la plus grande menace de cancer pour la santé humaine.

Traditionnellement, les scientifiques ont essayé d'aborder le problème de la migration du cancer en ciblant les molécules à l'intérieur des cellules cancéreuses, mais trouver une cible appropriée s'est avéré difficile.

«Nous avons développé une technique qui cible les radeaux lipidiques sur les membranes des cellules cancéreuses», explique le professeur Ye Zhang de l'Unité Bioinspired Soft Matter de l'OIST, qui a dirigé la recherche.

Les radeaux lipidiques sont des domaines flottants à l'intérieur de la membrane cellulaire qui jouent le rôle de plates-formes de communication entre l'extérieur et l'intérieur d'une cellule. Ils sont associés au cytosquelette cellulaire - un réseau complexe de filaments interconnectés à l'intérieur de la cellule qui est nécessaire à la migration cellulaire - ce qui en fait des cibles viables pour inhiber la migration.

Le Dr Guanying Li et le professeur Zhang ont travaillé avec des collègues de la Section d'imagerie et d'analyse des images de l'OIST, ainsi qu'avec des scientifiques du groupe d'application SM de JEOL à Tokyo.

L'équipe a conçu et synthétisé une molécule luminescente qui reconnaît les cellules cancéreuses du col de l'utérus et les empêche physiquement de migrer. La molécule est constituée d'un noyau complexe de ruthénium métallique avec trois blocs de construction peptidiques auto-assemblés fixés dans une structure tridimensionnelle.

Lorsque ces blocs de construction interagissent avec un biomarqueur du cancer du col de l'utérus, connu sous le nom de phosphatase alcaline placentaire à base de glycosylphosphatidylinositol, ou PLAP ancré GPI, qui est situé sur des radeaux lipidiques, ils s'auto-assemblent en chaînes à nano échelle ou «nanofibrilles», qu'une sorte de colle lipidique assemble en radeaux en grands grappes. Par conséquent, les composantes du cytosquelette associées s'attachent, fixant la cellule cancéreuse sur le substrat et l'empêchant de se déplacer à ce site.

En réponse, la cellule cancéreuse essaie de migrer loin du site immobilisé, en prolongeant des projections appelées filopodes dans la nouvelle direction de migration. Les rameaux lipidiques se regroupent sur les bouts des filopodes, devenant ainsi les nouveaux sites d'auto-assemblage des molécules, ce qui entraîne l'épinglage de la cellule cancéreuse à un second site.

Ce processus se poursuit alors que la cellule cancéreuse essaie de migrer loin de ces régions immobilisées. Progressivement, la cellule cancéreuse expande son corps dans une tentative d'échapper à l'immobilisation, mais les marges cellulaires restent fixées par les nanofibrilles, son corps est étiré à plat. Les forces d'étirement opposées provoquent la rupture de la cellule, ce qui conduit à la mort cellulaire.

L'équipe du professeur Zhang a pu visualiser l'épissage, l'étirement et la rupture des cellules cancéreuses du col de l'utérus en immunocolorant différentes parties des cellules et en les observant sous un microscope fluorescent confocal et un microscope électronique à balayage (SEM) à haute résolution.

"Notre recherche ouvre une fenêtre dans le cancer du col de l'utérus," dit le professeur Zhang. "Nous avons montré que notre molécule fonctionne sur les cellules cancéreuses en laboratoire, mais la prochaine étape est de voir si elle fonctionne sur les tumeurs réelles chez les animaux. Comme différents cancers expriment différents biomarqueurs, il pourrait être possible de modifier la structure moléculaire des molécules de ruthénium pour cibler différents types de cellules cancéreuses. "


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16917
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Cancer du col utérin.   Ven 7 Oct 2016 - 22:26

Researchers from New Zealand's University of Otago have gained fresh insights into how one of the main viruses that cause cervical cancer evades its hosts' immune systems.

Their findings, which are published in the international journal Scientific Reports, suggest that a protein known as E7, produced by a high-risk type of human papillomavirus (HPV16), may be the key player in suppressing the body's immune response to the virus.

While most people with an HPV infection will clear the virus from their bodies within two years, 10-20 per cent of those infected will fail to do so and become at much higher risk of developing cervical cancer.

Around 1,550 women are diagnosed with high-grade pre-malignant cervical cancer in New Zealand, and globally around half a million women are diagnosed with cervical cancer each year. In countries without organised screening programmes, cervical cancer is a leading cause of cancer mortality in women.

Study lead author Associate Professor Merilyn Hibma says that exactly how HPV16 suppresses the body's immune responses has remained a matter of debate.

"Our new findings show that E7, in the absence of other HPV16 proteins, is sufficient enough to cause a range of effects on specialised cells normally involved in priming the body's T-cells to combat viral infection," Associate Professor Hibma says.

Further teasing out the mechanisms behind the failure of T-cells to be primed to attack the virus may allow new therapies that enable the body to fight off a persistent HPV infection, she says.

"This knowledge also helps us to understand how cancer cells avoid being detected by the immune system as E7 is also produced by cervical cancer cells. From this we may be able to identify new ways to block cancer suppression of the immune response. This approach is similar to 'checkpoint inhibitors' such as Keytruda and Opdiva."

---

Des chercheurs de l'Université de la Nouvelle-Zélande ont acquis de nouvelles perspectives sur la façon dont l'un des principaux virus qui causent le cancer du col de l'utérus élude le système immunitaire de ses hôtes.

Leurs résultats, qui sont publiés dans la revue internationale de "Scientific Reports", suggèrent qu'une protéine connue sous le nom de E7, produit par un type à haut risque du virus du papillome humain (HPV16), peut être le joueur clé dans la suppression de la réponse immunitaire de l'organisme au virus.

Alors que la plupart des gens avec une infection au VPH peuvent se débarrasser leur corps du virus dans les deux ans, 10 ou 20 pour cent des personnes infectées ne parviendront pas à le faire et deviendront beaucoup plus à risque de développer un cancer du col utérin.

Environ 1.550 femmes sont diagnostiquées avec des cellules pré-cancéreuses du col utérin en Nouvelle-Zélande, et dans le monde autour d'un demi-million de femmes sont diagnostiquées avec un cancer du col chaque année. Dans les pays sans programme organisé de dépistage, le cancer du col utérin est la principale cause de mortalité par cancer chez les femmes.

L'auteur principal le professeur agrégé Merilyn Hibma dit que savoir exactement comment le HPV16 supprime les réponses immunitaires de l'organisme est resté un sujet de débat.

«Nos nouveaux résultats montrent que E7, en l'absence d'autres protéines HPV16, est suffisante pour provoquer une série d'effets sur les cellules spécialisées normalement impliquées dans l'amorçage des cellules T du corps pour combattre l'infection virale», dit Professeur agrégé Hibma.

Testant plus les mécanismes de l'échec des cellules T à être prêtes à attaquer le virus peut permettre l'émergence de nouvelles thérapies qui permettront au corps de lutter contre une infection persistante au HPV, dit-elle.

"Cette connaissance nous aide aussi à comprendre comment les cellules cancéreuses évitent d'être détectés par le système immunitaire alors que E7 est également produite par les cellules de cancer du col. De cela, nous pouvons être en mesure d'identifier de nouvelles façons de bloquer la suppression du cancer de la réponse immunitaire. Cette approche est similaire à «inhibiteurs de point de contrôle», comme Keytruda et Opdiva ".

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julius



Nombre de messages : 58
Localisation : paca
Date d'inscription : 14/03/2012

MessageSujet: Re: Cancer du col utérin.   Sam 27 Avr 2013 - 11:06

Bonjour,

J'ai l'agréable impression que tu nous donne les infos de l' IGR en connaisseuse !
Me tromp-je?

A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16917
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Cancer du col utérin.   Ven 26 Avr 2013 - 18:28

C'est un pas de plus vers la médecine personnalisée pour traiter le cancer. Un essai clinique se déroule en ce moment à l'Institut Curie à Paris et auquel participent six autres centres français. Baptisé Shiva, cet essai est original puisqu'il s'agit de trouver un traitement en se basant uniquement sur le profil biologique de la tumeur sans tenir compte de l'organe dans lequel elle s'est développée. Concrètement, un patient atteint d'un cancer du poumon pourra par exemple bénéficier d'une thérapie ciblée utilisée aujourd'hui pour le cancer du sein. L'essai Shiva lancé en octobre 2012 devrait inclure près de 800 patients.

L'essai clinique Shiva est réservé aux patients en échec thérapeutique. Il propose de changer radicalement d'approche pour traiter le cancer comme le confirme le Dr Christophe Le Tourneau, oncologue médical responsable de l'essai Shiva : "Jusqu'à présent nous avions l'habitude de traiter le cancer en fonction de sa localisation, (…) mais pour cet essai, nous raisonnons différemment, nous faisons une carte génétique de la tumeur du patient quel que soit son cancer et nous basons notre décision pour le traitement sur les anomalies moléculaires que l'on va découvrir sur cette carte génétique".

L'objectif de cet essai clinique n'est pas de mettre au point de nouveaux médicaments, mais il s'agit de mieux utiliser des traitements déjà existants que l'on appelle les thérapies ciblées. Ces thérapies sont plus précises que les chimiothérapies mais pour l'instant, il n'existe qu'une vingtaine de thérapies ciblées. Chacune utilisée pour un cancer bien spécifique pour lequel on a identifié une anomalie moléculaire.

Pour rechercher ces anomalies au sein de la tumeur, les patients inclus dans l'essai Shiva doivent d'abord subir une biopsie. Le prélèvement est ensuite précieusement conservé dans des congélateurs à moins 80 degrés, avant d'être étudié par les biologistes. À partir d'un échantillon microscopique, les biologistes peuvent ainsi confirmer qu'il s'agit bien de tissus cancéreux. Après confirmation, ils reprennent le reste du fragment de tumeur et le place dans une machine afin de le désintégrer. L'étape suivante consiste à extraire l'ADN grâce à une centrifugeuse.

Pour pouvoir être exploitées, ces informations doivent être décryptées. Cette tâche revient aux ingénieurs biologistes chargés de séquencer les gènes de la tumeur. Les responsables du séquençage obtiennent ainsi une carte d'identité de l'ADN tumoral et en comparant cette carte d'identité génétique avec une carte d'identité génétique de personnes qui ne sont pas atteints de cancer, ils peuvent déterminer si des anomalies sont présentes dans la tumeur. "Une fois que les anomalies moléculaires sont identifiées, on peut utiliser un traitement qui va cibler cette anomalie moléculaire dans l'espoir de soigner la maladie", explique le Dr Christophe Le Tourneau.

Les médecins espèrent que la moitié des patients inclus dans cet essai pourront bénéficier d'une thérapie ciblée, utilisée jusqu'alors pour un autre cancer. L'objectif est ensuite de comparer l'efficacité de cette stratégie à celle des chimiothérapies conventionnelles. Les résultats sont attendus d'ici 2 ans.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
titlene78

avatar

Nombre de messages : 110
Age : 63
Localisation : Aubergenville - Yvelines
Date d'inscription : 01/02/2013

MessageSujet: Cancer du col utérin.   Ven 22 Mar 2013 - 21:49

11 septembre 2012 : C O M M U N I Q U E D E P R E S S E

Médecine personnalisée en cancérologie

SHIVA : Le premier essai clinique uniquement basé sur le profil biologique de la tumeur

L’Institut Curie lance le premier essai clinique basé sur le profil moléculaire de la tumeur sans considérer la localisation tumorale. En effet, si une thérapie ciblée est efficace contre un type de cancer, pourquoi ne le serait‐elle pas pour d’autres dès lors qu’ils sont porteurs de la même anomalie moléculaire ? L’essai SHIVA lancé en septembre à l’Institut Curie doit répondre à cette question : toutes les anomalies biologiques pour lesquelles il existe des thérapies ciblées approuvées seront donc recherchées chez les patients et ce quel que soit le cancer dont ils sont atteints. L’idée est de sortir du dogme de l’organe pourtraiterla maladie en fonction de son profil moléculaire.

Proposer aux malades des traitements de plus en plus personnalisés, tel est l’objectif du Dr Véronique Diéras, directrice du département de Recherche clinique à l’Institut Curie. « Il est désormais évident que chaque individu est unique et qu’il a besoin d’un traitement individualisé, adapté à son propre organisme, à son profil génétique, en fonction de son âge et de son environnement » souligne‐t‐elle.

Aujourd’hui, les traitements sont, dans une certaine mesure, déjà personnalisés. Les médecins choisissent en fonction de plusieurs critères: localisation tumorale, âge du patient, aspect des cellules, voire parfois présence d’une caractéristique biologique — une anomalie présente surles cellules cancéreuses.

Lorsqu’une anomalie est identifiée, les patients bénéficient d’une thérapie dite ciblée. Contrairement aux chimiothérapies classiques qui agissent sur toutes les cellules en division – d’où les effets secondaires comme la perte de cheveux ou les nausées — les thérapies ciblées reconnaissents pécifiquement l’anomalie présente sur les cellules tumorales. Ces thérapies ne peuvent être proposées qu’aux patients porteurs de l’anomalie en question.

SHIVA, une approche innovante

Jusqu’à présent les anomalies recherchées dépendaient de la localisation tumorale initiale. Par exemple, dans le cancer du poumon, seules les mutations du récepteur de l’EGF étaient analysées. «Nous changeons totalement d’approche en recherchant systématiquement chez les patients toutes les anomalies biologiques pour lesquelles il existe des thérapies ciblées, et ce quelle que soit la localisation de leur maladie» explique le Dr Christophe Le Tourneau (Le Dr Le Tourneau bénéficie d’un mi‐temps subventionné dans le cadre de la labellisation SIRIC (site de recherche intégré sur le cancer) 
obtenue par l’Institut Curie en 2011. Il est égalementresponsable des essais de phase I ainsi que de l'Unité d'Investigation Clinique à l’Institut Curie) oncologueédical à l’Institut Curie et coordinateur de cet essai de nouvelle génération.

Cette nouvelle approche va être testée à l’Institut Curie dansl’essai clinique SHIVA qui débute cemois‐ci pour une période de trois ans et inclura 200 patients atteints de tous types de cancers métastatiques.

Au total, la recherche d’une quarantaine d’anomalies moléculaires sera réalisée dans les prélèvements de 1 000 patients. « Environ 20% des patients devraient être porteurs d’une anomalie pour laquelle on possède une thérapie ciblée » précise Christophe Le Tourneau. Cette analyse permettra ensuite de proposer l’une des thérapies ciblées actuellement disponibles (11 dont 3 hormonothérapies).

Dans cet essai de phase II, il s’agit d’évaluer l’efficacité d’une médecine reposant entièrement sur le profil moléculaire de la tumeur. Les patients seront donc répartis dans deux groupes par tirage au sort, l’un recevant le traitement conventionnel (à savoir la chimiothérapie validée à ce jour en fonction de la localisation et de l’évolution tumorale), l’autre bénéficiant d’une des onze thérapies ciblées selon leur profil biologique.

Le recrutement des 1 000 patients s’effectuera dans les 6 centres de lutte contre le cancer partenaires (Centre Léon Bérard, Lyon ‐ Institut de Cancérologie de l’Ouest‐René Gauducheau, Nantes‐ Institut Paoli Calmettes, Marseille ‐ Centre Georges‐François Leclerc, Dijon ‐ Institut Claudius Regaud, Toulouse ‐ Centre Alexis Vautrin, Nancy). En revanche, les analyses seront centralisées à l’Institut Curie car elles nécessitent une expertise pluridisciplinaire, une collaboration forte entre recherche fondamentale,recherche clinique et soins, ainsi que les compétences d’oncologues médicaux, de radiologues, de généticiens et de bio‐informaticiens. Cet essai repose
sur la capacité de l’Institut Curie à établir le profil moléculaire de la tumeur et à en tirer des conclusions dans un temps compatible avec la prise en charge médicale.

Une partie des prélèvements sera également séquencée complètement et ce, grâce aux technologies de séquençage à haut débit acquises dans le cadre du projet ICGex « Equipement de biologie intégrative du cancer pour une médecine personnalisée » pour des analyses complémentaires.

« Avec l’essai Shiva, nous allons explorer de nouveaux territoires de la médecine personnalisée », explique Christophe Le Tourneau, responsable de l’essai à l’Institut Curie, « pour la première foisle choix thérapeutique sera fonction du profil moléculaire de la tumeur sans tenir compte de l’organe dans lequel elle s’est développée. »

Un essai européen dansles cancers du col de l’utérus

L’Institut Curie lance le premier essai clinique d’envergure européenne sur les cancers du col de l’utérus, 2e cancer féminin en termes de fréquence au monde. A ce jour, les médecins ne disposent pas de marqueurs pour évaluer les risques de récidive et la réponse au traitement. L’objectif de cet essai coordonné par le Dr Suzy Scholl à l’Institut Curie est d’identifier des groupes de patientes en
fonction de leur profil moléculaire et ainsi leur proposer la thérapie la mieux adaptée. Le recrutement des patientes et les analyses se feront dans 7 pays européens.


Avec près de 500 000 cas diagnostiqués chaque année et 270 000 décès, le cancer du col de l’utérus est le deuxième cancer féminin en termes de fréquence. En Europe, 34 000 femmes sont atteintes chaque année et 16 000 décèdent des suites d’un cancer du col de l’utérus avec une fréquence beaucoup plus élevée (de 3 à 4 fois) dans les pays de l’Est et ce, très certainement en raison de l’absence de dépistage. Autre spécificité de ce cancer: il concerne des femmes jeunes puisque la majorité des cas surviennent entre 35 et 50 ans.

Bien que l’origine de ce cancer – une infection par le papillomavirus (HPV) soit connue –, l’évolution de celui‐ci est très variable d’une patiente à l’autre. « A ce jour les médecins ne disposent d’aucun biomarqueur pour identifier les risques individuels, ni choisir le traitement le plus adapté » explique le Dr Suzy Scholl.

L’essai clinique RAID coordonné par le Dr Suzy Scholl, oncologue médical à l’Institut Curie, va rechercher les anomalies moléculaires chez 1 000 patientes réparties dans 7 pays européens (Allemagne, France, Hongrie, Moldavie, Pays‐Bas, Roumanie, Serbie). Cet essai repose sur la collaboration entre des hôpitaux et des plateformes de biotechnologies et de recherche translationnelle européennes.

Pour la première fois, le profil moléculaire complet des cancers du col de l’utérus sera établi sur 100 prélèvements tumoraux. Le séquençage sera en grande partie réalisé en Hongrie, alors que les analyses bioinformatiques et biostatistiquesseront centralisées à l’Institut Curie.

Ensuite, pour les autres prélèvements, l’analyse sera orientée sur les anomalies mises en évidence dans les 100 premiers. « L’objectif est d’établir un lien entre la présence de certaines anomalies et l’évolution de la tumeur ou la réponse au traitement », explique Suzy Scholl. « Nous espérons ainsi identifier des biomarqueurs prédictifs de l’évolution tumorale mais aussi de la réponse aux traitements standards de ce cancer, à savoir la chimiothérapie et la radiothérapie. » A l’issue de cet essai, la prise en charge du cancer du col de l’utérus devrait être harmonisée en Europe et les femmes bénéficieront du traitementlemieux adapté.

Dans un deuxième temps, l’efficacité des nouvelles pistes thérapeutiques sera évaluée. A partir de l’analyse moléculaire complète des tumeurs, il sera possible de proposer aux patientes des thérapies ciblées. Par exemple, les femmes dont la tumeur présente le virus HPV, pourront bénéficier de deux types d’immunothérapie : un essai avec les longs peptides E6 et E7 et un autre avec le vaccin Cidofovir.

En établissant pour la première fois, le profil moléculaire complet des cancers du col de l’utérus, l’essai RAID devrait aussi mettre en évidence de nouvelles cibles thérapeutiques.

L’Institut Curie est une fondation reconnue d’utilité publique associant le plus grand centre de recherche français en cancérologie et un ensemble hospitalier référent pour les cancers du sein, les tumeurs pédiatriques et celles de l’œil. Fondé en 1909 par Marie Curie, il a pour missions la recherche, les soins et l’enseignement au bénéfice des patients touchés par le cancer. L’Institut Curie rassemble près de 3 200 chercheurs, médecins et soignants mobilisés pour lutter contre le cancer. Pour accélérer les découvertes et ainsi améliorer la qualité de vie des malades, le soutien des donateurs est essentiel. Pour en savoir plus: www.curie.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cancer du col utérin.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cancer du col utérin.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: