AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Nombres d'éjaculations et cancer de la prostate.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nombres d'éjaculations et cancer de la prostate.   Mar 19 Avr 2016 - 16:33

Une étude réalisée auprès de quelque 32 000 hommes sur une période de 18 ans tend à démontrer que les hommes qui éjaculent au moins 21 fois par mois présentent moins de risques de développer un cancer de la prostate.

«Cette étude à grand déploiement présente la preuve la plus solide jusqu’à maintenant sur le rôle bénéfique de l’éjaculation pour prévenir le cancer de la prostate», explique la chercheuse Jennifer Rider, un médecin spécialiste de l’école en Santé publique de Boston University, dans un article du Medscape Actualités et Opinions.

Entre 1992 et 2010, 31 925 hommes ont répondu à un questionnaire, dans lequel on leur demandait combien de fois ils éjaculaient par mois entre 20 et 29 ans, 40 et 49 ans, ainsi que l’année précédente à laquelle ils ont répondu aux questions. Parmi tous les hommes touchés par l’étude, 3839 hommes ont développé un cancer de la prostate, et 384 en sont morts.

Les résultats de l’étude tendent à démontrer que les hommes qui éjaculent au moins 21 fois par mois ont 20 % moins de risques de contracter la maladie, comparativement aux hommes qui jouissent de quatre à sept fois par mois.

Les hommes âgés de 40 à 49 ans qui ont éjaculé de 8 à 12 fois par mois ont présenté 10 % moins de risques de développer un cancer, selon la même étude. Les risques seraient aussi moins élevés de 20 % pour les hommes qui éjaculent de 13 à 20 fois par mois, toujours dans la même classe d’âge.

«L’association (entre le nombre d’éjaculations et le taux de risques de cancer de la prostate) ne veut pas dire causalité» a pour sa part affirmé Janet Stanford, chercheuse spécialisée dans le domaine du cancer de la prostate, au Centre de recherche en cancer Fred Hutchison. La chercheuse n’a pas participé à l’étude en question.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nombres d'éjaculations et cancer de la prostate.   Sam 12 Juil 2014 - 13:32

Les hommes ayant subi une vasectomie présenteraient un risque accru de contracter un cancer de la prostate sous sa forme la plus agressive, suggèrent des chercheurs d’Harvard (USA).

Menée entre 1986 et 2010 sur 50 000 hommes âgés de 40 à 75 ans, l’étude a analysé le lien entre la stérilisation et la tumeur. Les résultats montrent qu’au cours de ces 24 années, 1 homme sur 4 a subi une vasectomie et plus de 6 000 cas de cancer de la prostate ont été recensés. Au total, moins de 2% des participants ont développé la forme la plus grave de la tumeur.

10% de risques en plus

Néanmoins, les hommes ayant subi une vasectomie présentent 10% de risques supplémentaires de souffrir d’un cancer. Un taux qui augmente lorsqu’il s’agit de la forme mortelle de la pathologie. Lorelei Mucci, auteure de l’étude et professeur agrégée d’épidémiologie, a déclaré que le danger était d’autant plus élevé chez les patients dont la stérilisation chirurgicale avait eu lieu avant leur 38e anniversaire.

"La vasectomie reste une option importante en matière de contraception, mais cette nouvelle devrait entrer dans la discussion avec le patient avant qu’il prenne la décision si ce recours est bon ou non pour lui", a déclaré le Pr Malcom Mason, spécialiste du cancer de la prostate au Cancer Research UK.

Source : The Telegraph

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Nombres d'éjaculations et cancer de la prostate.   Mer 9 Avr 2014 - 9:45

Les hommes ayant été circoncis après l'âge de 35 ans courraient 45% moins de risques d'être ultérieurement atteints du cancer de la prostate, comparativement aux hommes non circoncis, démontre une étude menée auprès de 2141 hommes de Montréal par des chercheurs de l'Université de Montréal et l'INRS - Institut Armand-Frappier.

La moitié des participants avaient reçu un diagnostic de cancer de la prostate entre 2005 et 2009, tandis que les autres ont été recrutés pour former le groupe témoin. Tous ont été questionnés sur leurs habitudes de vie et leurs antécédents médicaux, en plus d'être répartis selon l'âge auquel ils avaient été circoncis, le cas échéant.

Pour l'ensemble des participants, ceux qui étaient circoncis affichaient un risque 11% moins élevé d'avoir un cancer de la prostate en comparaison de ceux qui n'étaient pas circoncis, bien que sur le plan statistique cette proportion ne soit pas tout à fait significative.

Par contre, la circoncision chez les bébés dans leur première année de vie était associée à une réduction du risque de cancer de la prostate de l'ordre de 14%. De même, l'ablation du prépuce en bas âge s'avérerait la plus protectrice, à long terme, contre les formes plus agressives de ce cancer.

Selon les auteures de l'étude, la chercheuse Andrea Spence et ses directrices de recherche Marie-Élise Parent et Marie-Claude Rousseau, le cancer de la prostate est rare dans les populations de confession juive ou musulmane, au sein desquelles les hommes sont majoritairement circoncis.

Parmi les 178 Noirs ayant pris part à l'étude montréalaise - 78% étaient d'origine haïtienne -, le risque de cancer de la prostate était 1,4 fois plus élevé que parmi les Blancs. Chez l'ensemble des participants, la proportion d'hommes circoncis était de 30% chez les Noirs et de 40% chez les Blancs. Fait intéressant, l'effet protecteur de la circoncision était limité aux hommes noirs, chez qui l'on a observé une réduction de 60% du risque de cancer de la prostate, avec un effet statistique très significatif.

On ignore pour l'instant le mécanisme par lequel la circoncision protégerait les hommes du cancer de la prostate. Toutefois, plusieurs études ont démontré que cette opération mineure réduit le risque de souffrir d'une infection transmissible sexuellement. Ainsi, peut-être l'ablation du prépuce réduit-elle le risque d'infection pouvant être lié au cancer de la prostate.

Dans tous les cas, l'effet protecteur de la circoncision - et plus particulièrement celui observé dans la population noire - doit être corroboré par d'autres études, notamment en raison du nombre relativement peu élevé de Noirs parmi les participants.

_________________


Dernière édition par Denis le Mar 19 Avr 2016 - 16:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nombres d'éjaculations et cancer de la prostate.   Aujourd'hui à 15:55

Revenir en haut Aller en bas
 
Nombres d'éjaculations et cancer de la prostate.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les nombres décimaux
» Quelques nombres Astronomiques
» Mathématiques : nombres et calculs (semaines 1, 2, 3, 4, 5)
» Les nombres gouvernent-ils le monde ?
» L'adénome de la prostate de Napoléon Premier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Prévention-
Sauter vers: