AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Alimentation au cours de la chimio (2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16505
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Alimentation au cours de la chimio (2)   Dim 5 Fév 2017 - 15:41

"Eat well to maximize your body's fuel for everyday tasks." This is a key behavior for a healthy lifestyle.

In treatment you may be advised to avoid any unnecessary bacteria to prevent food-borne infections. Meanwhile, you read and hear often about needing to eat more fruits and vegetables on a daily basis. But what happens when you are told to avoid fresh produce during treatment? Is it still possible to eat well while avoiding fresh fruits and vegetables?

In the past, you may have been told to follow a neutropenic diet if your white blood cell count was low during treatment. Over the past year, recommendations have changed and that's no longer necessary. However, it's still important to follow rules of good food safety during treatment.

Rather than remembering long lists of what's safe and what might be a problem, think about how these general guidelines to limit your risk of food-borne illnesses.

Make sure that meat and fish is fully cooked.
Choose cooked vegetables instead of fresh.
If eating vegetables at home, wash them well, even if they are pre-washed.
Eat hard cheeses instead of softer cheeses. Avoid those made from unpasteurized milk.
Choose fruits that are easy to clean well or are cooked, such as canned peaches, pears, applesauce, etc.
Use pasteurized eggs when preparing recipes that call for raw or undercooked eggs.

These suggestions may help you to eat healthy and avoid food infections during treatment. I’d love to hear what has worked well for you. Please share your suggestions with each other on the blog.

----

"Mangez bien pour maximiser le carburant de votre corps pour les tâches quotidiennes." C'est un comportement clé pour un mode de vie sain.

Au cours du traitement, il peut être conseillé d'éviter toute bactérie inutile pour prévenir les infections d'origine alimentaire. Pendant ce temps, vous lisez et entendez souvent sur le besoin de manger plus de fruits et légumes sur une base quotidienne. Mais que se passe-t-il quand on vous dit d'éviter les produits frais pendant le traitement? Est-il encore possible de bien manger tout en évitant les fruits et légumes frais?

Dans le passé, on vous a peut-être demandé de suivre un régime neutropénique si votre numération de globules blancs était faible pendant le traitement. Au cours de la dernière année, les recommandations ont changé et cela n'est plus nécessaire. Cependant, il est toujours important de suivre les règles de bonne sécurité alimentaire pendant le traitement.

Plutôt que de se rappeler de longues listes de ce qui est sûr et de ce qui pourrait être un problème, pensez à des lignes directrices générales pour limiter votre risque de maladies d'origine alimentaire.

Assurez-vous que la viande et le poisson est bien cuit.
Choisissez des légumes cuits plutôt que frais.
Si vous mangez des légumes à la maison, lavez-les bien, même s'ils sont pré-lavés.
Mangez des fromages durs plutôt que des fromages plus doux. Évitez ceux faites à partir de lait non pasteurisé.
Choisissez des fruits faciles à nettoyer ou bien cuits, tels que des pêches en conserve, des poires, de la compote de pommes, etc.
Utilisez des oeufs pasteurisés pour préparer des recettes qui demandent des œufs crus ou mal cuits.

Ces suggestions peuvent vous aider à manger sainement et éviter les infections alimentaires pendant le traitement.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16505
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Alimentation au cours de la chimio (2)   Mer 7 Déc 2016 - 23:16

Our current healthcare (or ‘sick care’) system does not work! Americans spend more money on healthcare than any other country and yet we suffer with a shorter life expectancy and a greater prevalence of chronic conditions. Fortunately, there is a revolutionary new therapy that holds great promise for the prevention of disease and the treatment of many chronic health disorders including: autism, ADD, ADHD, migraines, bipolar disease, depression, rheumatoid arthritis, atherosclerosis, cardiovascular disease, Alzheimer’s disease, macular degeneration and cancer to name a few. Read-on to discover what this new therapy is, and how it can positively transform the health of you and your family.

Improper Methylation: The Root of Disease

Thanks to a 4-billion-dollar investigation into the human genetic code (titled ‘the Human Genome Project’), the concept of Genetic Enzymatic Methylation Syndrome, or GEMS, has been brought to the attention of leading health experts and scientists. Without getting too scientific, methylation is the term used to describe the process where a methyl group (3 hydrogen atoms bonded to one carbon atom), is added to another molecule. It is a biochemical process that acts as an on-off switch inside your body, and it’s involved in almost every single bodily function, including: brain function, neurotransmitter production, energy production, detoxification, the stress response, inflammation, genetic expres​sion(turns genes on and off), cellular and DNA repair, free radical neutralization and the immune response. GEMS is basically the concept that genetic errors can cause abnormal methylation, which compromises one or all of the above processes, and leads to disease in genetically predisposed patients. “The list of illnesses related to the methylation pathways is long because the methylation pathway is so crucial for normal genetic and cellular function”, says GEMS expert Dr. Rozakis.”In fact, insufficient methylation is the most common finding in all cancers. When evaluating a patient, if there is a positive family history of any of the conditions mentioned (in the introductory paragraph), it is highly likely the patient has GEMS.”

GEMS and Autism

Autism spectrum is used to describe the wide range of symptoms, skills, and levels of disability among autistic individuals; it encompasses Asperger’s syndrome, mild autism and severe autism. Emerging research suggests that impaired methylation is present throughout the entire autism spectrum, and it is also likely at play with ADD (Attention Deficit Disorder) and ADHD (Attention Deficit Hyperactivity Disorder). Researchers have discovered that children with autism have a tremendous amount of methylation pathway disturbances, and when those disturbances are treated clinically (with epigenetic therapy), the symptoms vastly improve. It’s important to note that proper methylation is not a stand alone treatment however. Epigenetic therapy should also include nutraceutical supplements, the identification and elimination of problematic foods, inflammation and free radical reduction; and when necessary, hormone balancing – all of these combined will provide the greatest reduction of symptoms.

Finally, proper methylation is also imperative for mothers-to- be, because a methylation disturbance may markedly increase the risk for giving birth to an autistic child.

Who Should Optimize Methylation

Optimizing methylation is beneficial for the prevention of autoimmune diseases and for almost everyone who suffers with chronic pain, inflammation, or disease. In addition to autism, methylation may be especially beneficial for the reduction of chronic aches and pains and migraines; and for chronic fatigue syndrome; inflammatory disorders such as IBS, and rheumatoid arthritis; and as an adjunctive therapy for cancer patients. More research needs to be done, but it may also benefit those with insomnia because methylation is intimately involved in the creation and breakdown of the sleep-inducing hormone melatonin.

*Lupus is one of the rare exceptions where methylation optimization isn’t beneficial and lupus patients should avoid it.

How to Optimize Methylation

Start by eating a healthy, organic, wholefoods based diet. Vastly reduce (or better yet eliminate) sugar, alcohol, packaged foods and any foods with pesticides on it – as they put stress on the methylation cycle. Folate is absolutely essential for methylation and you should increase your dietary intake with folate-rich foods, such as: raw, leafy greens; asparagus, broccoli, Brussels Sprouts, okra, citrus fruits, avocados, beans and legumes.

Be sure to get at least 8 hours of high quality, restorative sleep nightly, and practice stress reduction techniques such as yoga, meditation, deep breathing, walking, getting out in nature, and/or listening to music. Certain supplements can also help, and both 5-methyltetrafolate (the natural form of folic acid) and methylcobalamin (natural B12) promote methylation by replacing depleted methyl groups. SAMe, glutathione, methylcobalamin, trimethylglycine and anything that has ‘methyl’ as part of its name can also help. Finally, DIM and I3C (both of which are found in EstroBlock) are particularly beneficial ingredients that not only help with methylation, but also help to balance hormones.

*If you have a chronic disease you should consult with an epigenetic, methylation, or biochemistry expert, in order to restore proper methylation. One site that is highly recommended for this process is: https:// xrmd.com/

---

Notre système actuel de soins de santé (ou «soins de maladie») ne fonctionne pas! Les Américains dépensent plus d'argent sur les soins de santé que n'importe quel autre pays et pourtant nous souffrons avec une espérance de vie plus courte et une plus grande prévalence de maladies chroniques. Il y a une nouvelle thérapie révolutionnaire prometteuse pour la prévention des maladies et le traitement de nombreux troubles de santé chroniques, notamment: l'autisme, l'ADD, le TDAH, les migraines, la maladie bipolaire, la dépression, la polyarthrite rhumatoïde, l'athérosclérose, les maladies cardiovasculaires, la maladie d'Alzheimer , La dégénérescence maculaire et le cancer pour n'en nommer que quelques-uns. Lisez pour découvrir ce que cette nouvelle thérapie est, et comment elle peut transformer positivement la santé de vous et votre famille.

Methylation impropre: la racine de la maladie

Grâce à une enquête de 4 milliards de dollars sur le code génétique humain (intitulé «Human Genome Project»), le concept de syndrome génétique de méthylation enzymatique (GEMS) a été porté à l'attention des plus grands spécialistes de la santé et des scientifiques. Sans être trop scientifique, la méthylation est le terme utilisé pour décrire le processus où un groupe méthyle (3 atomes d'hydrogène liés à un atome de carbone), est ajouté à une autre molécule. Il s'agit d'un processus biochimique qui agit comme un interrupteur marche-arrêt à l'intérieur de votre corps, et il est impliqué dans presque toutes les fonctions corporelles, y compris: le fonctionnement du cerveau, la production de neurotransmetteurs, la production d'énergie, la désintoxication, la réponse au stress, l'inflammation, Gènes en et hors), la réparation cellulaire et ADN, la neutralisation des radicaux libres et la réponse immunitaire. GEMS est fondamentalement le concept que les erreurs génétiques peuvent causer une méthylation anormale, ce qui compromet un ou tous les processus ci-dessus, et conduit à la maladie chez les patients génétiquement prédisposés. «La liste des maladies liées aux voies de méthylation est longue parce que la méthylation est si cruciale pour la fonction génétique et cellulaire normale», affirme l'expert GEMS Dr. Rozakis. «En fait, la méthylation est la plus fréquente dans tous les cancers. Lors de l'évaluation d'un patient, s'il existe des antécédents familiaux positifs de l'une des conditions mentionnées (dans le paragraphe introductif), il est très probable que le patient a GEMS.

GEMS et l'autisme

Le spectre autistique est utilisé pour décrire la vaste gamme de symptômes, de compétences et de niveaux d'incapacité chez les personnes autistes; Il englobe le syndrome d'Asperger, l'autisme léger et l'autisme sévère. Des recherches émergentes suggèrent que la méthylation altérée est présente dans tout le spectre de l'autisme, et elle est également susceptible de jouer avec l'ADD (Trouble déficitaire de l'attention) et le TDAH (trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité). Les chercheurs ont découvert que les enfants atteints d'autisme ont une énorme quantité de perturbations de la voie de méthylation, et lorsque ces troubles sont traités cliniquement (avec thérapie épigénétique), les symptômes s'améliorent considérablement. Il est important de noter que la méthylation appropriée n'est pas un traitement autonome cependant. La thérapie épigénétique devrait également inclure des suppléments nutraceutiques, l'identification et l'élimination des aliments problématiques, l'inflammation et la réduction des radicaux libres; Et si nécessaire, l'équilibre hormonal - tous ces combinés fournira la plus grande réduction des symptômes.

Enfin, une méthylation appropriée est également impérative pour les futures mamans, car une perturbation de la méthylation peut augmenter de façon marquée le risque de naissance d'un enfant autiste.

Qui devrait optimiser la méthylation?

L'optimisation de la méthylation est bénéfique pour la prévention des maladies auto-immunes et pour presque tous ceux qui souffrent de douleur chronique, d'inflammation ou de maladie. En plus de l'autisme, la méthylation peut être particulièrement bénéfique pour la réduction des maux et des douleurs chroniques et des migraines; Et pour le syndrome de fatigue chronique; Des troubles inflammatoires tels que le SCI et la polyarthrite rhumatoïde; Et comme une thérapie adjuvante pour les patients atteints de cancer. Plus de recherche doit être fait, mais il peut également bénéficier à ceux qui souffrent d'insomnie parce que la méthylation est intimement impliqué dans la création et la ventilation de l'hormone de sommeil-hormones induisant.

* Le lupus est l'une des rares exceptions où l'optimisation de méthylation n'est pas bénéfique et les patients de lupus devraient l'éviter.

Comment optimiser la méthylation

Commencez par manger un régime sain, organique, wholefoods basé. Réduire grandement (ou mieux encore éliminer) le sucre, l'alcool, les aliments préparés et tous les aliments avec des pesticides sur eux - car ils mettent l'accent sur le cycle de méthylation. L'acide folique est absolument essentiel pour la méthylation et vous devriez augmenter votre apport alimentaire avec des aliments riches en folate, tels que: les aliments crus, verts et feuillus; Les asperges, le brocoli, les choux de Bruxelles, le gombo, les agrumes, les avocats, les haricots et les légumineuses.

Assurez-vous d'obtenir au moins 8 heures de sommeil reparateur de haute qualité et pratiquez des techniques de réduction du stress comme le yoga, la méditation, la respiration profonde, la marche, la sortie dans la nature et l'écoute de la musique. Certains suppléments peuvent également aider, et à la fois le 5-méthyltétrafolate (la forme naturelle de l'acide folique) et la méthylcobalamine (B12 naturel) favorisent la méthylation

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16505
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Alimentation au cours de la chimio (2)   Jeu 16 Avr 2015 - 8:46

Après avoir complété un dernier cycle de chimiothérapie, quels moyens peut-on adopter pour améliorer ses chances de survie après le traitement?
Pour réduire les risques de récidives, les survivants doivent adopter un mode de vie optimal qui combine une saine alimentation à une activité physique régulière. Dans son dernier rapport, le Fonds Mondial de Recherche sur le Cancer énonce 8 recommandations en ce sens :

Demeurer aussi près que possible d’un poids santé, c’est-à-dire un indice de masse corporelle situé entre 21 et 23.
Être actif physiquement au moins 30 minutes par jour. L’activité physique régulière a des effets bénéfiques sur la santé en général, sans compter son influence positive sur la fatigue, l’anxiété et la dépression, des états qui touchent souvent les survivants du cancer.
Éviter les boissons gazeuses et les aliments très riches en énergie contenant de fortes quantités de sucre et de gras (fast-food).
Consommer en abondance une grande variété de fruits, de légumes, de légumineuses ainsi que d’aliments à base de grains entiers. On recommande de manger de 5-10 portions de fruits et de légumes, en particulier ceux qui contiennent des quantités importantes de molécules anticancéreuses (famille des choux et de l’ail, petits fruits, thé vert, curcuma, vin rouge, algues, champignons, probiotiques…). Ces aliments peuvent jouer un rôle crucial dans la prévention secondaire en empêchant la croissance des tumeurs résiduelles qui ont survécu aux traitements.
Réduire la consommation de viandes rouges (bœuf, agneau, porc) à environ 500 g par semaine en remplaçant par des repas à base de poissons (idéalement des poissons gras, riches en oméga-3), d’œufs ou de protéines végétales. De plus, éviter complètement la consommation de charcuteries, de mauvais aliments qui augmentent le risque de cancer.
Pour ceux qui consomment de l’alcool, privilégier le vin rouge et limiter la consommation à 2 verres pour les hommes et à un verre pour les femmes.
Limiter la consommation de produits conservés dans du sel (poissons salés par exemple) ainsi que les produits contenant beaucoup de sel.
Ne pas utiliser de suppléments ou autres produits naturels pour prévenir les récidives de cancer.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16505
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Alimentation au cours de la chimio (2)   Mar 3 Fév 2015 - 17:50

Les nausées sont un effet secondaire fréquent de la chimiothérapie. Conséquence : les malades désertent la cuisine. En effet, 32% redoutent le moment des repas et 14% le trouvent même insupportable*. C'est ainsi que "le cancer peut amener à une dénutrition : d'une part, il pompe de l'énergie et, d'autre part, les effets secondaires du traitement, à savoir la perte d'appétit, les déviances des sens olfactif et gustatif, une grande fatigue et des nausées, accentuent cet effet", explique à metronews le docteur en immunopharmacologie Philippe Pouillart, spécialiste des questions de pratique culinaire et santé.

Or, si l'alimentation n'est pas considérée comme efficace pour lutter à elle seule contre la maladie, elle contribue fortement à la réussite du traitement. On estime même que "25% des décès par cancer sont directement dus à cette dénutrition", alerte le docteur Pouillart. À l'occasion de la Journée mondiale contre le cancer, ce mercredi 4 février 2015, voici quelques conseils pour retrouver le plaisir de manger et pouvoir mieux lutter contre la maladie et les effets secondaires des traitements.

► Préparez des petits plats plus riches pour contrer la perte d'appétit

La moitié des malades évoquent une diminution de l'appétit. Pour éviter que cela ne conduise à une dénutrition, vous pouvez fractionner les repas et en faire plusieurs petits dans la journée, assortis de deux ou trois collations. Autre solution : augmenter la valeur nutritionnelle des plats sans augmenter la quantité à ingérer, par exemple en y incorporant de la crème fraîche, du beurre, du jambon haché ou des œufs.

► Cuisinez au micro-ondes pour éviter les nausées

"Les malades se détournent des produits grillés, ce qui va aboutir à l'éviction de certains aliments. Je conseille de se réapproprier le four à micro-ondes comme mode de cuisson, parce qu'il ne génère pas d'odeur de friture", poursuit le docteur Pouillart. Vous pouvez aussi vous tourner vers des repas froids, moins odorants.

► Mélangez viande et fromage pour supprimer le goût métallique de la viande

43% des malades perçoivent un mauvais goût en bouche, un goût métallique associé à la viande rouge ou une saveur acide lorsqu'ils mangent des légumes. Pour éviter que la moindre bouchée ne devienne désagréable, "associez la viande à du fromage, comme du gruyère râpé : cela masque le goût métallique". Pour continuer à manger des légumes, n'hésitez pas à utiliser de la crème fraîche ou du fromage frais. D'autant que cela a un effet rafraîchissant en bouche et "aide à repousser les aphtes ou à en diminuer l'intensité".


Voir aussi :

http://espoirs.forumactif.com/t2925-conseils-sur-l-alimentation-au-cours-de-la-chimio

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alimentation au cours de la chimio (2)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alimentation au cours de la chimio (2)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Conseils sur l'alimentation au cours de la chimio.
» Alimentation au cours de la chimio (2)
» Alimentation vivante : végétalisme à 80% cru
» cours alimentation des personnes agées
» que faut il savoir ds les cours du cned

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Alimentation-
Sauter vers: