AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 E-cigarette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: E-cigarette   Mer 30 Déc 2015 - 10:15

Adding to growing evidence on the possible health risks of electronic cigarettes, a lab team at the Veterans Affairs San Diego Healthcare System tested two products and found they damaged cells in ways that could lead to cancer. The damage occurred even with nicotine-free versions of the products.

"Our study strongly suggests that electronic cigarettes are not as safe as their marketing makes them appear to the public," wrote the researchers, who published their findings in the journal Oral Oncology.

The U.S. Food and Drug Administration does not regulate e-cigarettes like it does conventional tobacco products. But it has warned of possible health risks. So far, though, evidence is limited on what exactly e-cigarettes contain and whether those chemicals are safe, particularly in terms of cancer.

"There haven't been many good lab studies on the effects of these products on actual human cells," says Dr. Jessica Wang-Rodriquez, one of the lead researchers on the new study. She is a professor of pathology at the University of California, San Diego, and chief of pathology and laboratory medicine at the San Diego VA. She specializes in studying head and neck cancer.

Her team created an extract from the vapor of two popular brands of e-cigarettes and used it to treat human cells in Petri dishes. Compared with untreated cells, the treated cells were more likely to show DNA damage and die.

The exposed cells showed several forms of damage, including DNA strand breaks. The familiar double helix that makes up DNA has two long strands of molecules that intertwine. When one or both of these strands break apart and the cellular repair process doesn't work right, the stage is set for cancer.

The affected cells were also more likely to launch into apoptosis and necrosis, which lead to cell death.

In the main part of the experiment, the team used normal epithelial cells, which line organs, glands, and cavities throughout the body, including the mouth and lungs.

The scientists tested two types of each e-cigarette: a nicotine and nicotine-free version. Nicotine is what makes smoking addictive. There is also some evidence it can damage cells. The San Diego team found that the nicotine versions caused worse damage, but even the nicotine-free vapor was enough to alter cells.

"There have been many studies showing that nicotine can damage cells," says Wang-Rodriguez. "But we found that other variables can do damage as well. It's not that the nicotine is completely innocent in the mix, but it looks like the amount of nicotine that the cells are exposed to by e-cigarettes is not sufficient by itself to cause these changes. There must be other components in the e-cigarettes that are doing this damage. So we may be identifying other carcinogenic components that are previously undescribed."

She says her team is now trying to sort out those other substances and their specific effects.

Scientists already know of some troubling chemicals in the products. One is formaldehyde, a known carcinogen. Using the products at a low voltage setting may minimize the production of formaldehyde, research suggests. Another possible culprit is diacetyl, a flavoring agent that has been linked to lung disease. A Harvard study found it in more than three-quarters of flavored e-cigarettes and refill liquids, or "e-juice."

There are nearly 500 brands of e-cigarettes on the market, in more than 7,000 flavors. So scientists have their work cut out for them identifying all the potential problems.

"For now, we were able to at least identify that e-cigarettes on the whole have something to do with increased cell death," says Wang-Rodriguez. "We hope to identify the individual components that are contributing to the effect."

She notes that cells in the lab are not completely comparable to cells within a living person. The cells lines that scientists work with have been "immortalized because of certain cell changes," she says. So it could be that e-cigarette vapor has different effects than those seen in the lab.

Also, her team didn't seek to mimic the actual dose of vapor that an e-cigarette user would get.

"In this particular study, it was similar to someone smoking continuously for hours on end, so it's a higher amount than would normally be delivered," she says. "What we're looking at now is to dose-control these. We want to know at what dose it causes that critical switch-over to where we see the damage."

The overarching question is whether the battery-operated products are really any safer than the conventional tobacco cigarettes they are designed to replace.

Wang-Rodriquez doesn't think they are.

"Based on the evidence to date," she says, "I believe they are no better than smoking regular cigarettes."


---


Ajoutant plus de preuves sur les risques éventuels pour la santé des cigarettes électroniques, une équipe du laboratoire au ministère des Anciens Combattants de San Diego Healthcare System a testé deux produits et a constaté qu'ils endommagent les cellules d'une manière qui pourrait mener à un cancer. Le dommage est survenu, même avec les versions sans nicotine des produits.

"Notre étude suggère fortement que les cigarettes électroniques ne sont pas aussi sûrs que leur commercialisation le fait apparaître au public», ont écrit les chercheurs, qui ont publié leurs résultats dans la revue Oncology orale.

La Food and Drug Administration des États-Unis ne réglemente pas les e-cigarettes comme elle le fait des produits du tabac classiques. Mais elle a averti des risques éventuels pour la santé. Jusqu'à présent, cependant, la preuve est limitée sur ce que les e-cigarettes contiennent exactement et si ces produits chimiques sont sans danger, notamment en termes de cancer.

"Il n'y a pas eu beaucoup de bonnes études de laboratoire sur les effets de ces produits sur les cellules humaines réelles," explique le Dr Jessica Wang-Rodriguez, l'un des principaux chercheurs sur la nouvelle étude. Elle est professeur de pathologie à l'Université de Californie, San Diego, et le chef de pathologie et de médecine de laboratoire à l'San Diego VA. Elle se spécialise dans l'étude de cancer pour la tête et le cou.

Son équipe a créé un extrait de la vapeur de deux marques populaires de e-cigarettes et l'a utilisé pour traiter les cellules humaines dans des boîtes de Pétri. En comparaison avec des cellules non traitées, les cellules traitées étaient plus susceptibles de montrer des dommages à l'ADN et de mourir.

Les cellules exposées ont montré plusieurs formes de dommages, y compris les ruptures d'ADN. La double hélice familier qui fait l'ADN a deux longs brins de molécules qui entrelacent. Lorsque l'un ou l'autre de ces brins se brisent et le processus de réparation cellulaire ne fonctionne pas correctement, le décor est planté pour le cancer.

Les cellules affectées étaient également plus susceptibles de se lancer dans l'apoptose et la nécrose, qui conduisent à la mort cellulaire.

Dans la partie principale de l'expérience, l'équipe a utilisé des cellules épithéliales normales, qui tapissent les organes, les glandes, et des cavités dans le corps, y compris la bouche et les poumons.

Les scientifiques ont testé deux types de chaque e-cigarette: une version sans nicotine et avec de la nicotine. La nicotine est ce qui rend le fait de fumer addictif. Il y a aussi des preuves que ça peut endommager les cellules. L'équipe de San Diego a révélé que les versions à la nicotine ont causé des dommages plus importants, mais même la vapeur sans nicotine était assez pour altérer des cellules.

"Il y a eu de nombreuses études montrant que la nicotine peuvent endommager les cellules», dit Wang-Rodriguez. "Mais nous avons constaté que d'autres variables peuvent faire des dégâts aussi bien. Ce n'est pas que la nicotine soit totalement innocente dans le mélange, mais il semble que la quantité de nicotine auquel les cellules sont exposées par les e-cigarettes ne suffise pas en soi pour provoquer ces changements. Il doit y avoir d'autres composants dans les e-cigarettes qui font ce dommage. Nous avons donc peut-être identifier d'autres composants cancérigènes qui sont non décrit ".

Elle dit que son équipe est maintenant à tenter de démêler ces autres substances et leurs effets spécifiques.

Les scientifiques savent déjà de certains produits chimiques préoccupants dans les produits. L'un est le formaldéhyde, un cancérigène connu. En utilisant les produits à un réglage de basse tension peut minimiser la production de formaldéhyde, la recherche suggère. Un autre coupable possible est diacétyle, un agent aromatisant qui a été liée à la maladie du poumon. Une étude de Harvard a trouvé dans plus des trois quarts des e-cigarettes aromatisées et liquides recharge, ou "e-jus."

Il y a près de 500 marques de e-cigarettes sur le marché, en plus de 7000 saveurs. Donc, les scientifiques ont beaucoup de travail pour identifier tous les problèmes potentiels.

"Pour l'instant, nous avons pu identifier au moins que les e-cigarettes sur l'ensemble ont quelque chose à voir avec la mort cellulaire accrue», dit Wang-Rodriguez. "Nous espérons pouvoir identifier les composants individuels qui contribuent cet effet."

Elle note que les cellules en laboratoire ne sont pas tout à fait comparable aux cellules au sein d'une personne vivante. Les lignées de cellules avec lesquelles les scientifiques travaillent ont été "immortalisées en raison de certaines modifications cellulaires," dit-elle. Donc, il se pourrait que la vapeur e-cigarette a des effets différents de ceux vus dans le laboratoire.

En outre, son équipe n'a pas cherché à imiter la dose réelle de vapeur que l'utilisateur e-cigarette obtiendrait.

"Dans cette étude, il était semblable pour quelqu'un qui fume en permanence pendant des heures sur la fin, c'est donc un montant plus élevé que normalement qui serait livré," dit-elle. «Ce que nous examinons en ce moment est de contrôler les doses pour ça. Nous voulons savoir à quelle dose cela provoque un basculement vers les dégâts."

La question primordiale est de savoir si les produits fonctionnant sur batterie sont vraiment plus sûrs que les cigarettes de tabac classiques qu'ils sont destinés à remplacer.

Wang-Rodriquez ne pense pas qu'ils le sont.

"Sur la base de la preuve à ce jour," dit-elle, "je crois qu'ils ne sont pas mieux que de fumer des cigarettes régulières."














_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: E-cigarette   Mer 2 Déc 2015 - 15:21

Electronic cigarettes produce highly-reactive free radicals -- molecules associated with cell damage and cancer -- and may pose a health risk to users, according to researchers at Penn State College of Medicine.

The use of e-cigarettes is on the rise. According to the Centers for Disease Control and Prevention, more than 20 percent of young adults have tried e-cigarettes, and current smokers and recent former smokers are most likely to have used them.

E-cigarettes deliver nicotine in water vapor instead of by burning tobacco. The battery-operated devices have been marketed as an alternative to traditional cigarettes.

Despite their growing popularity, very little is known about toxic substances produced by e-cigarettes and their health effects.

"There's a perception that e-cigarettes are healthier than regular cigarettes, or at least not as harmful as regular cigarettes," said John P. Richie Jr., professor of public health sciences and pharmacology. "While e-cigarette vapor does not contain many of the toxic substances that are known to be present in cigarette smoke, it's still important for us to figure out and to minimize the potential dangers that are associated with e-cigarettes."

Previous studies have found low levels of aldehydes, chemical compounds that can cause oxidative stress and cell damage, in e-cigarette "smoke." But until now, no one has looked for free radicals, the main source of oxidative stress from cigarette smoke. Highly reactive free radicals are a leading culprit in smoking-related cancer, cardiovascular disease and chronic obstructive pulmonary disease.

Instead of smoke, e-cigarettes produce aerosols, tiny liquid particles suspended in a puff of air. The researchers measured free radicals in e-cigarette aerosols.

They found that e-cigarettes produce high levels of highly reactive free radicals that fall in the range of 1,000- to 100-times less than levels in regular cigarettes.

"This is the first study that demonstrates the fact that we have these highly reactive agents in e-cigarette aerosols," Richie said. Results were published in the journal Chemical Research in Toxicology.

"The levels of radicals that we're seeing are more than what you might get from a heavily air-polluted area but less than what you might find in cigarette smoke," Richie said. The radicals are produced when the device's heating coil heats the nicotine solution to very high temperatures.

Further research is needed to determine the health effects of highly reactive free radicals from e-cigarettes.

"This is the first step," Richie said. "The identification of these radicals in the aerosols means that we can't just say e-cigarettes are safe because they don't contain tobacco. They are potentially harmful. Now we have to find out what the harmful effects are."

Richie is currently conducting studies to carefully measure total numbers of free radicals in e-cigarette aerosols and to identify their chemical structures.

"That will help us interpret the data better to know how dangerous they are," he said.


---


Les cigarettes électroniques produisent des radicaux libres hautement réactifs - molécules associées à des dommages cellulaires et le cancer - et peuvent poser un risque pour la santé des utilisateurs, selon des chercheurs de Penn State College of Medicine.

L'utilisation de l'e-cigarette est à la hausse. Selon les Centers for Disease Control and Prevention, plus de 20 pour cent des jeunes adultes ont essayé e-cigarettes, et les fumeurs actuels et anciens fumeurs récents sont plus susceptibles de les avoir utilisés.

E-cigarettes diffusent de la nicotine dans la vapeur d'eau au lieu de par la combustion du tabac. Les dispositifs à piles ont été commercialisés comme une alternative aux cigarettes traditionnelles.

Malgré leur popularité croissante, on sait très peu sur les substances toxiques produites par les e-cigarettes et de leurs effets sur la santé.

"Il ya une perception que les e-cigarettes sont en meilleure santé que les cigarettes régulières, ou du moins pas aussi nocifs que les cigarettes régulières», a déclaré John P. Richie Jr., professeur de sciences de la santé publique et de la pharmacologie. "Alors que la vapeur e-cigarette ne contient pas un grand nombre des substances toxiques qui sont connus pour être présents dans la fumée de cigarette, il est toujours important pour nous de comprendre et de minimiser les dangers potentiels qui sont associés à des e-cigarettes."

Des études antérieures ont montré de faibles niveaux d'aldéhydes, composés chimiques qui peuvent causer le stress oxydatif et les dommages cellulaires, dans l'e-cigarette "la fumée." Mais jusqu'à présent, personne n'a cherché de radicaux libres, la principale source de stress oxydatif de la fumée de cigarette. Les radicaux libres hautement réactifs sont un principal coupable dans le cancer lié au tabagisme, les maladies cardiovasculaires et la maladie pulmonaire obstructive chronique.

Au lieu de la fumée, les e-cigarettes produisent des aérosols, des particules liquides en suspension dans de minuscules une bouffée d'air. Les chercheurs ont mesuré les radicaux libres dans les aérosols de la e-cigarette.

Ils ont constaté que les cigarettes électroniques produisent des niveaux élevés de radicaux libres hautement réactifs qui entrent dans l'intervalle de 1,000- à 100 fois moins que les niveaux de cigarettes ordinaires.

"Ceci est la première étude qui démontre le fait que nous avons ces agents hautement réactifs dans les aérosols e-cigarettes", a déclaré Richie. Les résultats ont été publiés dans la revue Chemical Research in Toxicology.

"Les niveaux de radicaux que nous voyons sont plus que ce que vous pourriez obtenir à partir d'une zone fortement de l'air pollué, mais moins que ce que vous pourriez trouver dans la fumée de cigarette», a déclaré Richie. Les radicaux sont produits lorsque la bobine de chauffage de l'appareil chauffe la solution de nicotine à des températures très élevées.

De plus amples recherches sont nécessaires pour déterminer les effets sur la santé de radicaux libres hautement réactifs de e-cigarettes.

"Ceci est la première étape», a déclaré Richie. "L'identification de ces radicaux dans les aérosols signifie que nous ne pouvons pas simplement dire les e-cigarettes sont sûrs parce qu'ils ne contiennent pas de tabac. Ils sont potentiellement dangereux. Maintenant, nous devons savoir ce que les effets néfastes sont."

Richie mène actuellement des études pour mesurer soigneusement le nombre total de radicaux libres dans les aérosols e-cigarettes et d'identifier leurs structures chimiques.

"Cela va nous aider à interpréter les données de mieux savoir comment ils sont dangereux," at-il dit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
E-cigarette
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La cigarette n'est pas bon pour la santé !
» La cigarette
» [Info] Donner du goût à une cigarette par visualisation.
» Cigarette en milieu hospitalier
» Cigarette et Chrétiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Prévention-
Sauter vers: