AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Molécules SAP, protéine EAT-2 et cellules NK.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15763
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Molécules SAP, protéine EAT-2 et cellules NK.   Dim 18 Mai 2014 - 18:41

Des chercheurs de l'Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM), dirigés par le Professeur André Veillette (Département de médecine de Université de Montréal), ont découvert comment notre système immunitaire tue les globules sanguins anormaux.

"Notre équipe étudie comment les cellules natural killer (tueuses naturelles) peuvent éliminer les cellules hématopoïétiques (sanguines) anormales. Les cellules NK (natural killer) sont essentielles au système immunitaire et jouent un rôle indispensable en nous protégeant contre les virus et les cellules cancéreuses" a expliqué le Docteur Veillette, directeur de l'unité de recherche en oncologie moléculaire à l'IRCM.

Dans une étude antérieure, les chercheurs de l'IRCM avaient démontré que la molécule SAP était un élément important dans la capacité des cellules NK à tuer les globules sanguins anormaux que l'on retrouve notamment dans les cancers du sang comme la leucémie et le lymphome, ainsi que dans certaines maladies virales infectieuses telles que la mononucléose infectieuse. "En plus de SAP, une protéine nommée EAT-2 se retrouve aussi dans les cellules NK. Nous savions déjà que EAT-2 coopère avec SAP mais nous ignorions encore pourquoi ces deux molécules étaient nécessaires au bon fonctionnement des cellules NK" souligne le Professeur Veillette.

En utilisant plusieurs outils génétiques, biochimiques et d'imagerie, les chercheurs ont réussi à définir les mécanismes moléculaires et cellulaires selon lesquels EAT-2 contrôle l'activation des cellules NK. "Nous avons identifié les cascades moléculaires qui se produisent et nous avons démontré que EAT-2 et SAP exercent des fonctions différentes en utilisant des mécanismes distincts", précise le Professeur Veillette.

Ces travaux ont notamment montré que les molécules EAT-2 et SAP, qui se trouvent à l'intérieur des cellules NK, sont liées à des récepteurs de la famille SLAM à la surface des cellules. "Ces récepteurs spécifiques de surface peuvent constituer de nouvelles voies thérapeutiques pour les cancers du sang comme la leucémie et le lymphome" a conclu le Docteur Veillette.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15763
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Molécules SAP, protéine EAT-2 et cellules NK.   Lun 19 Jan 2009 - 3:43

MONTREAL, le 18 janv. /CNW Telbec/ - Le Dr André Veillette, chercheur à
l'Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM), et son équipe dirigée
par le Dr Mario-Ernesto Cruz-Munoz, stagiaire postdoctoral, feront paraître un
article dans le prochain numéro de la prestigieuse revue Nature Immunology du
Nature Publishing Group. Cette découverte pourrait influencer considérablement
le traitement des cancers et des maladies infectieuses. Les traitements
offerts actuellement aux centaines de milliers de Canadiens atteints par ces
types de maladies ne donnent souvent que des résultats mitigés.

L'équipe du Dr Veillette est parvenue à identifier l'un des mécanismes
fondamentaux contrôlant l'activité des cellules tueuses NK (natural killer).
Produites par le système immunitaire, les cellules NK reconnaissent et
éliminent les cellules cancéreuses et les cellules infectées par des virus,
tels que les virus provoquant l'hépatite et l'herpès. Une déficience en
cellules NK entraîne une plus grande incidence de cancers et d'infections
graves. "Notre percée démontre qu'une molécule appelée CRACC, présente à la
surface des cellules NK, accroît leur fonction létale", explique le Dr
Veillette. Travaillant avec des souris, les chercheurs ont démontré que la
molécule CRACC améliorait la capacité de ces animaux à éliminer des cellules
cancéreuses telles que les mélanomes (un cancer de la peau) et les lymphomes
(un cancer du sang). Des souris ne possédant pas le gène CRACC produites au
laboratoire du Dr Veillette se sont avérées être plus susceptibles à la
persistance de cancers. Inversement, l'élimination des cellules cancéreuses a
été améliorée par une stimulation de la fonction CRACC. Ainsi, la stimulation
de CRACC pourrait faire grimper l'activité des cellules NK, ce qui aiderait
l'organisme à combattre les cancers. De plus, elle pourrait améliorer sa
capacité à lutter contre les infections, qui sont également contrées par les
cellules NK.

L'augmentation de l'activité de CRACC par la thérapie génique ou des
médicaments pourrait devenir une option thérapeutique visant à stimuler la
fonction létale des cellules NK et à améliorer leur capacité à détruire les
cellules cancéreuses et celles qui sont infectées par des virus. On pourrait
recourir à ces approches conjointement à de la chimiothérapie et de la
radiothérapie afin d'augmenter l'efficacité des traitements anticancéreux. A
travers le monde, des équipes de scientifiques cherchent depuis des années,
mais sans succès, à mettre au point des méthodes pour accroître l'activité des
cellules NK. Dans cette optique, la découverte de l'équipe du Dr Veillette
ouvre les portes à de nouvelles thérapies contre les cancers et les infections
virales.

Cette publication est un nouveau jalon important pour le Dr Veillette,
cet immunologiste de réputation internationale. L'article, qui doit paraître
en ligne le 18 janvier dans Nature Immunology, fournit des preuves indéniables
de l'effet stimulateur de la molécule CRACC dans les cellules NK. Il résulte
de plus de quatre ans de travaux intensifs réalisés par l'équipe du Dr
Veillette. Ces recherches ont été subventionnées par les Instituts de
recherche en santé du Canada (IRSC), la Société canadienne du cancer et le
Howard Hughes Medical Institute (HHMI).

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15763
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Molécules SAP, protéine EAT-2 et cellules NK.   Lun 29 Oct 2007 - 15:50

Mise à jour 14 octobre 2007 article du Devoir :





André Veillette fait de grandes découvertes sans trop se poser de grandes questions existentielles. Dans son laboratoire de l'Institut de recherche clinique de Montréal, ce médecin étudie les fins mécanismes du système immunitaire: pourquoi, lors d'une infection, notre organisme réagit-il comme il le fait? Ou pourquoi, dans le cas d'une maladie auto-immune comme le lupus, réagit-il avec tant de virulence que le malade risque d'en périr? Voilà le genre de questions qui intéressent ce passionné de recherche fondamentale.

Le Dr Veillette est du genre à ne pas trop se poser de questions dans la vie. Ainsi, pourquoi est-il devenu chercheur en médecine? «Étant premier de classe, j'ai tout bonnement fait mes études de médecine à l'université Laval, répond-il. J'avais 17 ans et ce n'était pas un choix bien réfléchi! Puis, c'est en réalisant ma résidence à l'université McGill que j'ai été exposé à la recherche. Et j'ai commencé par m'intéresser à l'immunologie et à l'oncologie tout simplement parce que les patients dont je m'occupais en souffraient...» Quant à son intérêt pour le fonctionnement du système immunitaire, c'est par hasard qu'il s'y est consacré.

En fait, confie le Dr Veillette, ce qui l'intéresse depuis toujours, c'est le fonctionnement des choses, tel un enfant qui ouvre le boîtier d'une montre pour voir comment s'imbriquent les engrenages. «J'ai toujours eu la curiosité de comprendre comment ça marche, dit-il, et je n'aime pas qu'on me dise que c'est "comme ça...". Je veux savoir le pourquoi des choses. Je me rappelle que, lorsque je faisais mes études de médecine, je désirais comprendre pourquoi une maladie a telle ou telle conséquence. J'étais donc naturellement intéressé par les phénomènes de base qui expliquent la biologie humaine.»

Aux portes des gènes du cancer

Au terme de sa résidence, le Dr Veillette amorce «une longue réflexion faite de plusieurs consultations» qui l'amène à décider de se surspécialiser en oncologie. «À cette époque -- au milieu des années 1980 --, des médecins qui en savaient beaucoup plus que moi m'ont dit que la recherche sur le cancer allait bientôt exploser et qu'il y aurait des développements très importants, surtout grâce à la génétique, raconte le chercheur. C'est donc la voie que j'ai empruntée en me disant qu'il y aura des tas de choses à comprendre et beaucoup de recherches fondamentales et cliniques à faire.»

Le jeune médecin se rend donc étudier deux ans au prestigieux National Cancer Institute de Bethesda, au Maryland. Il apprend alors les rudiments de la recherche clinique, c'est-à-dire tester des thérapies sur des patients. «Presque tous nos patients suivaient des protocoles cliniques, souligne-t-il. Nous testions donc sur eux de nouveaux médicaments ou de nouvelles combinaisons de médicaments pour essayer d'améliorer le traitement de différentes maladies.»

Il poursuit ses études avancées au NCI durant cinq ans. «Au fil des ans, on nous permettait de mener nos propres travaux, se rappelle-t-il. J'ai donc entrepris d'identifier les gènes jouant un rôle dans le développement des cancers du sein et du côlon.» Curieusement, ses collègues ne l'encouragent nullement à poursuivre ce chemin: «Tous me disaient: "C'est trop compliqué, tu ne trouveras jamais rien. Depuis des années, on cherche sans jamais rien trouver!" Mais moi, je m'y suis plongé naïvement, sans trop me poser de questions.»

Or, contre toute attente, le Dr Veillette obtient de très bons résultats. «J'ai commencé par me poser des questions simples, puis j'ai développé les outils nécessaires pour y répondre. J'ai été chanceux puisque j'ai fait des découvertes à propos du système immunitaire qui ont eu un impact réel.» Le Dr Veillette découvre entre autres des «portes» qui donnent accès à l'intérieur d'un gène intervenant dans le cancer du côlon, ouvrant ainsi la voie à de nouvelles thérapies. Ces découvertes fondamentales permettent actuellement à des chercheurs de l'industrie pharmaceutique d'explorer de nouvelles avenues thérapeutiques.

Au terme de ces années d'études aux États-Unis, le Dr Veillette décide de revenir au Québec, d'abord comme chercheur à la faculté de médecine de l'université McGill, puis à l'Institut de recherche clinique de Montréal.

Les engrenages du système immunitaire

Tant à McGill qu'à l'Institut, il approfondit ses travaux entamés aux États-Unis et, une fois de plus, il fait d'importantes découvertes fondamentales. Entre autres, il découvre ce qui se passe à l'intérieur des globules blancs lorsqu'un organisme est agressé. Il s'agit d'un mécanisme comportant trois éléments: SLAM, Fyn et SAP. Lorsque SLAM reçoit un message en provenance du système immunitaire, il avertit SAP qui s'empresse d'ordonner à Fyn de produire des anticorps. Or, si l'un ou l'autre de ces engrenages ne remplit pas son rôle, la chaîne de commandement est brisée et le système immunitaire déraille. On estime que cette découverte pourrait un jour permettre de mettre au point des médicaments efficaces contre le lupus, le diabète juvénile et l'arthrite rhumatoïde.

«Aujourd'hui, je poursuis mes travaux concernant ce mécanisme, poursuit André Veillette. Il y a d'autres secrets à percer. On sait par exemple que SLAM est un récepteur et qu'il y en a six autres. On essaie donc de comprendre ce que chacun fait. Par ailleurs, on sait que SAP a deux "cousins" et on cherche à connaître leur fonction. Et il y a probablement autre chose encore que Fyn qui peut être observé... Voyez-vous, c'est comme le mécanisme d'une montre, on veut comprendre comment tout fonctionne...»

«Comme vous le voyez, enchaîne-t-il, il s'agit de recherches fondamentales qui permettent de comprendre ce qui se passe... Or moi, j'essaie toujours de trouver quels sont les mécanismes primaires de phénomènes biologiques pertinents à la santé humaine.» Le chercheur lance même, mi-sérieux mi-badin, qu'il se pose toujours des questions simples, parce qu'il ne s'estime pas «assez intelligent pour trouver des choses compliquées»!

«En fait, ajoute-t-il, je ne me pose pas trop de questions, j'essaie de faire le mieux ce que j'ai à faire avec ce que j'ai.» À cette fin, il dirige une «merveilleuse petite équipe» d'une dizaine de chercheurs qui lui procure beaucoup de satisfaction. «Je préfère diriger une petite équipe faite de gens qui sont vraiment passionnés par ce qu'ils font, plutôt qu'une grosse équipe... Je préfère les petits pots avec les meilleurs onguents!», lance-t-il en riant.

***
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15763
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Molécules SAP, protéine EAT-2 et cellules NK.   Mar 30 Aoû 2005 - 9:00

Percée importante dans le traitement du cancer


Mise à jour le lundi 29 août 2005 à 23 h 51

Des chercheurs de l'Institut de recherches cliniques de Montréal ont découvert le mécanisme de prolifération du cancer.

L'équipe dirigée par le Dr André Veillette a réussi à identifier la molécule responsable de la multiplication des cellules cancéreuses alors qu'elle travaillait sur une autre molécule.

Cette découverte ouvre la voie à de nouveaux médicaments pour lutter contre le cancer.

Comment fonctionne cette molécule?

L'être humain possède des cellulles NK, les « Natural Killer », dont la fonction est d'éliminer les cellules cancéreuses. Lorsque survient un déséquilibre, comme un stress intense, ces cellules deviennent moins performantes parce qu'une molécule supprime la fonction meurtrière des NK. Les cellules cancéreuses n'ont alors plus d'obstacles et se développent.



« L'idée, c'est de détruire [cette molécule] ou de bloquer sa capacité d'interagir avec les autres partenaires qu'elle a dans la cellule pour éliminer ce frein-là et stimuler la fonction meurtrière des cellules NK, explique le docteur Veillette.

En l'absence de la protéine, les cellules NK sont beaucoup plus aguerries, beaucoup plus déterminées à tuer les cellules cancéreuses ».

« C'est un espoir peut-être symbolique pour ceux qui ont un cancer aujourd'hui », dit-il.

Des réserves

L'oncologue Jean Latreille, de l'hôpital Charles-Lemoyne, qui soigne les patients atteints de cancer depuis plus de 20 ans, se réjouit de la découverte, mais exprime tout de même certaines réserves. « C'est une nouvelle intéressante, mais ce n'est pas un traitement. C'est un nouveau concept, qui ressort grâce à un nouveau gène qui vient d'être identifié. [...] Mais moi, en clinique, je ne suis pas certain que je vais pouvoir utiliser ça très prochainement. »



Jusqu'à maintenant, les résultats des chercheurs québécois n'ont été vérifiés que sur des souris.

Leur découverte, publiée cette semaine dans la revue Nature, vient tout de même de donner un sérieux coup de pouce à tous les chercheurs de l'industrie pharmaceutique. Le docteur Veillette estime que de nouveaux médicaments pourraient être testés sur les humains d'ici cinq ans.

Selon le département de santé publique du Québec, le cancer est devenu la première cause de décès au Québec, ayant dépassé les maladies cardio-vasculaires
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15763
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Molécules SAP, protéine EAT-2 et cellules NK.   Lun 29 Aoû 2005 - 22:15

Percée majeure dans le traitement des cancers et maladies infectieuses
28 août 2005


Le Dr André Veillette et son équipe publient dans la prestigieuse revue Nature Immunology du groupe Nature les résultats de travaux qui pourraient avoir un impact majeur sur le traitement du cancer et des maladies infectieuses. Les traitements actuels ne parviennent souvent qu’à des résultats mitigés face à ces types de maladies qui touchent des centaines de milliers de canadiens.

La découverte de l’équipe du Dr Veillette a permis d’identifier l’un des mécanismes fondamentaux contrôlant l’activité des cellules NK (« natural killer ») du système immunitaire. Ces cellules meurtrières sont produites par le système immunitaire et sont responsables de reconnaître et détruire les cellules cancéreuses et les cellules infectées par des virus tels les virus de l’hépatite et de l’herpès. Une déficience en cellules NK mène à une fréquence accrue de cancers et d’infections sévères. La percée réalisée par le Dr Veillette a démontré qu’une molécule nommée EAT-2, présente dans les cellules NK, supprime la fonction meurtrière de ces cellules. Une inhibition de cette molécule EAT-2 par des médicaments pourrait donc mener à une augmentation de l’activité des cellules NK, aidant ainsi à combattre les cancers et les infections.

Cette publication constitue un jalon déterminant dans le programme de recherche du Dr Veillette, qui est un expert international de l’identification des mécanismes moléculaires contrôlant la réponse immunitaire. L’article, qui sera publié « online » le 28 août 2005 dans Nature Immunology, apporte une preuve génétique du rôle inhibiteur de EAT-2 dans les cellules NK. Il est le fruit de plus de cinq années de travaux intenses menés par l’équipe du Dr Veillette.

Plus spécifiquement, cette découverte établit, à l’aide de souris chez qui la protéine EAT-2 est éliminée par des manipulations génétiques, que la suppression de EAT-2 mène à la production de cellules NK qui sont beaucoup plus efficaces à tuer les cellules cancéreuses. Donc une inhibition de la fonction de EAT-2 par des médicaments pourrait stimuler la fonction meurtrière des cellules NK, augmentant ainsi leur capacité de détruire les cellules cancéreuses et les cellules infectées par des virus. Ce type de médicaments pourrait être utilisé en combinaison avec la chimiothérapie et la radiothérapie pour augmenter l’efficacité des traitements anticancéreux. Par le passé, plusieurs équipes à travers le monde avaient essayé de développer des méthodes pour augmenter l’activité meurtrière des cellules NK, mais sans succès. La découverte de l’équipe du Dr Veillette ouvre donc une piste importante pour y parvenir.

Les références concernant cet article sont disponibles à l’adresse http://dx.doi.org/10.1038/ni1242 ou www.nature.com/ni/journal/vaop/ncurrent/index.html


Dernière édition par Denis le Lun 19 Mai 2014 - 12:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Molécules SAP, protéine EAT-2 et cellules NK.   Aujourd'hui à 8:13

Revenir en haut Aller en bas
 
Molécules SAP, protéine EAT-2 et cellules NK.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Molécules SAP, protéine EAT-2 et cellules NK.
» Les molécules Dbait pour améliorer l'efficacité des chimios
» molécules en biochimie
» géométrie de molécules - modèle VSEPR
» Des molécules organiques dans la nébuleuse d'Orion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: