AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

  Les combats du doc Béliveau : PCK3145, contre le cancer de la prostate.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les combats du doc Béliveau : PCK3145, contre le cancer de la prostate.   Mar 8 Nov 2011 - 21:21

Il y a une vidéo qui explique la découverte du docteur Béliveau pour combattre le cancer et les métastases au à cet endroit:

http://video.telequebec.tv/video/8729

angiopep angiochem


Organe central de la grand majorité des gens, le cerveau est du fait de son importance plutôt bien protégé. Abrité d’un côté par le crâne, il est de l’autre côté isolé du reste du corps par la barrière hémato-encéphalique. Cette barrière est composée de cellules endothéliales, qui forment un maillage très serré. Ce maillage est en partie régulé par les astrocytes qui permettent l’alimentation des neurones, puisqu’aucun oxygène ni aucune ressource « alimentaire » n’est directement produite dans le cerveau. Notre matière grise est donc à l’abri derrière des fortifications dont le rôle est de laisser entrer toutes les denrées nécessaires apportées par le sang, en écartant le reste.

Là où les choses se compliquent, c’est lorsqu’un problème se produit, par exemple l’apparition d’une tumeur. Des médicaments existent pour les traiter, mais toute la difficulté réside dans le fait des les acheminer à bon port, sans être refoulé à l’entrée du cerveau pour une faute de goût moléculaire. Et pour cela, il existe une technique vieille comme Homère, celle du cheval de Troie. On a pu en apprendre un peu plus sur cette technique grâce à une communication du Symposium EORTC-NCI-AACR, au sujet du liposome cheval de Troie, ou THL (pour Trojan Horse Liposome).

L’idée est donc de protéger un molécule utilisée pour le traitement de cellules cancéreuses, la mitoxantrone, à l’aide d’une couche de lipides. Cette couche sera ensuite combiné à une technologie déjà existante, Angiopep, un petit peptide que l’on a conçu pour sa capacité à passer la barrière hémato-encéphalique. Ce déguisement a deux fonctions : tout d’abord, arriver jusqu’au cerveau, et ensuite, éviter les effets secondaires. En effet, la membrane lipidique permet d’empêcher le médicament d’interagir sur d’autres organes que ceux ciblés, et a en outre l’avantage de ne nécessiter aucune transformation chimique de la substance qu’elle transporte.

Le THL a été testé avec succès sur des souris au cerveau métastasé, mais on peut également imaginer d’autres applications dans le futur. On peut en effet changer de ligand, en délaissant l’Angiopep pour une autre substance si l’on veut atteindre un autre organe, et la substance transportée, pour soigner autre chose que le cancer. Sans doute le début de l’odyssée…


------------

One of the primary challenges in effectively treating brain cancers is the ability to get therapeutic agents into the brain; the blood-brain barrier (BBB) acts as a natural defense system to keep most drugs out. Angiochem addresses this challenge by engineering its drugs with the dual-targeting ability of crossing the BBB via the lipoprotein receptor-related protein (LRP-1) as well as to access cancer cells expressing LRP-1 throughout the body and in the brain.

Un des premeirs défis pour traiter efficacement les cancers du est la capacité d'avoir des agents thérapeuthiques dans le cerveau. La barrière de sang agit naturellement comme une défense pour garder tout médicament à l'extérieur. Angiochem fait face à ce défi en faisant ces médicaments pour qu'ils passent la barrière de protection du cerveau avec la protéine LRP-1 et qu'ils accèdent aux cellules cancéreuses exprimant lrp-1 à travers le corps et dans le cerveau.

In the area of oncology, Angiochem has multiple pharmacologic agents designed to cross the blood-brain barrier under evaluation, including one in which it has partnered with Geron Corporation (GRN1005) currently in clinical development.


http://angiochem.com/fr/node/20

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les combats du doc Béliveau : PCK3145, contre le cancer de la prostate.   Jeu 9 Déc 2010 - 13:46




Une découverte majeure faite à Montréal pourrait bientôt permettre de traiter les tumeurs du cerveau. L'entreprise Angiotech vient de signer une entente d'une valeur de 35 millions $ avec la firme américaine Geron pour la phase finale d'étude chez l'humain.


Le médicament créé par le Dr Richard Béliveau et son équipe permet au traitement anti-cancer de passer à travers la barrière du . Jusqu'à maintenant, tous les traitements de chimiothérapie n'arrivaient pas à s'attaquer efficacement aux tumeurs cérébrales.


«C'est quelque chose de majeur», s'enthousiasme le Dr Béliveau. Lors des essais de toxicité réalisés aux États-Unis auprès d'une centaine de patients, on a même noté deux rémissions complètes. «On ne voit jamais ça en oncologie», lance le titulaire de la Chaire en prévention et traitement du cancer de l'UQAM qui est également un auteur bien connu notamment pour son livre Les aliments contre le cancer.


Pour d'autres maladies ?

Celui qui a consacré sa carrière à la bataille contre le cancer explique que le médicament pourrait servir pour d'autres maladies. «C'est une sorte de cheval de Troie moléculaire qui permet de cacher le médicament jusqu'à ce qu'il se rende au cerveau. Ça pourrait s'appliquer pour des maladies comme l'Alzheimer, le Parkinson, tout ce qui touche le cerveau», explique celui qui tient une chronique hebdomadaire dans le Journal.

Normalement, la barrière «sang-cerveau» agit comme une défense naturelle contre les composés phytochimiques des plantes qui pourraient être très dommageables.


Or, elles bloquent aussi les chimiothérapies qui ne parviennent pas au cerveau. Le médicament mis au point par Angiotech permet de transporter la chimiothérapie Taxol jusqu'au cerveau pour tuer les cellules cancéreuses. «Présentement pour les décès, le diagnostic de tumeur est de dix mois, c'est la même chose qu'il y a cinquante ans. C'est donc une percée majeure pour les tumeurs au cerveau et d'autres maladies », lance le Dr Béliveau. Ce dernier est particulièrement fier de voir qu'une molécule créée à 100 % à Montréal sera maintenant testée partout aux États-Unis en vue d'une éventuelle commercialisation.


Les études cliniques se dérouleront dans les plus grands centres d'oncologie américains comme le MD Anderson cancer center à Houston et le Dana-Farber cancer Institute à Boston.


* L'entente entre Angiotech et Geron lui donne une licence d'exclusivité internationale.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les combats du doc Béliveau : PCK3145, contre le cancer de la prostate.   Mer 20 Jan 2010 - 16:48

MONTREAL, QUEBEC ET NEW YORK, NEW YORK--(Marketwire - 16 juillet 2009) - Ambrilia (TSX:AMB) et Kotinos Pharmaceuticals inc., annoncent aujourd'hui la conclusion d'une entente pour laquelle Kotinos acquiert les brevets et la technologie PCK3145 d'Ambrilia ciblant le cancer de la prostate et ses actifs associés. Selon l'entente, Ambrilia pourra recevoir jusqu'à concurrence de 15 millions $US en paiements d'étape de développement et de vente, y compris un paiement initial de 200 000 $US, et des redevances à deux chiffres sur les ventes nettes de produits.

"Le PCK3145 est pour nous une occasion de développer une thérapie novatrice très prometteuse qui pourrait répondre à la demande pressante de traitement du cancer de la prostate métastatique avancé", a déclaré Nicholas G. Bacopoulos, h.D., président du conseil et président et chef de la direction de Kotinos. "Nous sommes impatients de poursuivre le développement de ce composé aux perspectives prometteuses et d'enrichir les données cliniques probantes obtenues par Ambrilia dans le cadre de son programme de phase 1. Nous sommes particulièrement heureux d'accueillir le Dr Chandra Panchal, coinventeur du PCK3145, au sein de notre comité consultatif scientifique, garantissant ainsi la continuité du projet".

"Cette entente s'inscrit dans notre plan de restructuration stratégique qui met l'accent sur la valorisation externe de nos actifs restants", a déclaré le Dr Philippe Calais, président et chef de la direction d'Ambrilia. "C'est avec plaisir que nous confions le PCK3145 à des gestionnaires expérimentés en matière de développement de médicaments anticancereux. Nous prévoyons une transition des responsabilités sans encombre et des efforts de développement fructueux du produit par Kotinos Pharmaceuticals".

A propos de PCK3145 :

Le PCK3145 est un peptide synthétique correspondant aux acides aminés 31-45 de la protéine sécrétoire de la prostate (PSP94). Celle-ci est reconnue pour sa capacité de freiner la croissance des tumeurs et des métastases osseuses expérimentales dans divers modèles de tumeurs de la prostate. Ce composé a fait preuve d'une activité antiangiogénique et antimétastatique. Une étude de phase 1/2 menée par Ambrilia a démontré que le PCK3145 présente une activité clinique chez les patients atteints d'un cancer de la prostate métastatique. Le PCK3145 possède un bon profil d'innocuité et de tolérabilité. De plus, il augmente le temps de doublement du PSA et normalise à la baisse le MMP-9, un enzyme impliqué dans la prolifération des métastases. Une stabilité de la maladie a été observée chez plusieurs patients, telle qu'évaluée par le temps de progression radiographique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les combats du doc Béliveau : PCK3145, contre le cancer de la prostate.   Dim 26 Juil 2009 - 14:12

16 juil. 2009 17h21

HEAmbrilia conclut la transaction de vente du PCK3145MONTREAL, QUEBEC ET NEW YORK, NEW YORK--(Marketwire - 16 juillet 2009) - Ambrilia (TSX:AMB) et Kotinos Pharmaceuticals inc., annoncent aujourd'hui la conclusion d'une entente pour laquelle Kotinos acquiert les brevets et la technologie PCK3145 d'Ambrilia ciblant le cancer de la prostate et ses actifs associés. Selon l'entente, Ambrilia pourra recevoir jusqu'à concurrence de 15 millions $US en paiements d'étape de développement et de vente, y compris un paiement initial de 200 000 $US, et des redevances à deux chiffres sur les ventes nettes de produits.

"Le PCK3145 est pour nous une occasion de développer une thérapie novatrice très prometteuse qui pourrait répondre à la demande pressante de traitement du cancer de la prostate métastatique avancé", a déclaré Nicholas G. Bacopoulos, h.D., président du conseil et président et chef de la direction de Kotinos. "Nous sommes impatients de poursuivre le développement de ce composé aux perspectives prometteuses et d'enrichir les données cliniques probantes obtenues par Ambrilia dans le cadre de son programme de phase 1. Nous sommes particulièrement heureux d'accueillir le Dr Chandra Panchal, coinventeur du PCK3145, au sein de notre comité consultatif scientifique, garantissant ainsi la continuité du projet".

"Cette entente s'inscrit dans notre plan de restructuration stratégique qui met l'accent sur la valorisation externe de nos actifs restants", a déclaré le Dr Philippe Calais, président et chef de la direction d'Ambrilia. "C'est avec plaisir que nous confions le PCK3145 à des gestionnaires expérimentés en matière de développement de médicaments anticancereux. Nous prévoyons une transition des responsabilités sans encombre et des efforts de développement fructueux du produit par Kotinos Pharmaceuticals".

A propos de PCK3145 :

Le PCK3145 est un peptide synthétique correspondant aux acides aminés 31-45 de la protéine sécrétoire de la prostate (PSP94). Celle-ci est reconnue pour sa capacité de freiner la croissance des tumeurs et des métastases osseuses expérimentales dans divers modèles de tumeurs de la prostate. Ce composé a fait preuve d'une activité antiangiogénique et antimétastatique. Une étude de phase 1/2 menée par Ambrilia a démontré que le PCK3145 présente une activité clinique chez les patients atteints d'un cancer de la prostate métastatique. Le PCK3145 possède un bon profil d'innocuité et de tolérabilité. De plus, il augmente le temps de doublement du PSA et normalise à la baisse le MMP-9, un enzyme impliqué dans la prolifération des métastases. Une stabilité de la maladie a été observée chez plusieurs patients, telle qu'évaluée par le temps de progression radiographique.

A propos de Kotinos Pharmaceuticals inc.

Kotinos Pharmaceuticals est une société privée qui se consacre au développement de médicaments ciblant le cancer et autres désordres. Le Dr Bacopoulos a présidé le groupe de recherche sur le cancer chez Pfizer inc., et a occupé les postes de président d'OSI Pharmaceuticals inc., et président et chef de la direction de Aton Pharma inc. ll a également participé à la gestion du développement de Tarceva(C) et de Zolinza(C). Kotinos Pharmaceuticals est détenue en majeure partie par Zein Biotec PLC, Londres, R-U., une entreprise qui possède et exploite ZEINCRO. Le Professeur Gregory Sivolapenko, président du conseil de Zein Biotec, siègera au conseil d'administration et au conseil consultatif scientifique de Kotinos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les combats du doc Béliveau : PCK3145, contre le cancer de la prostate.   Ven 25 Mai 2007 - 23:27

En avril (2007), Ambrilia a annoncé les conclusions d’une étude de Phase I/II menée au Memorial Sloan Kettering Cancer Centre à New York, indiquant que le médicament PCK3145 produit des effets cliniques positifs chez des patients atteints d'un cancer de la avec métastases. Il a été démontré que le PCK3145 possède un bon profil d’innocuité, qu’il est bien toléré et qu’il augmente le temps de doublement du PSA. L'étude a aussi confirmé la normalisation à la baisse du MMP-9. Une stabilité de la maladie a été observée chez plusieurs patients, telle qu'évaluée par le temps de progression radiographique. L'étude de 28 patients hormono-résistants avec des métastases a été dirigée par les co-investigateurs, les médecins Susan Slovin et Howard Scher.

Ces données sont encourageantes et méritent d’être approfondies davantage en vue de mettre au point un médicament pour les patients ayant atteint un stade avancé du cancer de la prostate, car leurs options de traitement sont très restreintes. À l’heure actuelle, Ambrilia étudie diverses stratégies de partenariat et de développement de produit afin de promouvoir l’avancement du PCK3145.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les combats du doc Béliveau : PCK3145, contre le cancer de la prostate.   Mer 25 Jan 2006 - 20:21



VERS UN MEILLEUR TRAITEMENT DU CANCER DE LA PROSTATE




Richard Béliveau, directeur du Laboratoire de médecine moléculaire UQAM-Hôpital Sainte-Justine

Procyon Biopharma inc., une société de biotechnologie qui oeuvre à la recherche et au développement de traitements novateurs contre le cancer et le VIH/SIDA, a rapporté, le 19 avril dernier, que des recherches menées par ses collaborateurs et scientifiques, dont les professeurs Richard Béliveau et Borhane Annabi, respectivement directeur du Laboratoire de médecine moléculaire UQAM-Hôpital Sainte-Justine et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en oncologie moléculaire, ont donné des résultats prometteurs pour le traitement du cancer de la prostate.

Ces recherches ont en effet révélé que le PCK3145, un peptide développé par la Société pour le traitement du cancer de la prostate avancé et métastatique, se lie au récepteur de surface cellulaire laminine et qu'il déclenche une cascade d'événements de signalisation provoquant la normalisation de l'expression de MMP-9 (matrice métalloprotéinase-9), une enzyme impliquée dans la dégradation de la matrice extracellulaire, laquelle permet la propagation des tumeurs. Les résultats détaillés ont été présentés au 96e congrès annuel de l'American Association for Cancer Research qui s'est tenu à Anaheim, en Californie, le mois dernier.

"Ceci constitue un des plus importants jalons scientifiques de Procyon dans le développement du PCK3145 et nous l'avons atteint. Jusqu'ici notre enthousiasme reposait surtout sur des observations cliniques. Le travail réalisé par nos scientifiques, et l'équipe du professeur Béliveau, fournit maintenant une explication scientifique quant au mode d'action du PCK3145 en tant qu'agent anti-métastatique", a déclaré Hans J. Mäder, président et chef de la direction de Procyon Biopharma inc. "Nous sommes très encouragés par ces découvertes car elles confirment notre conviction que le PCK3145 affecte le processus métastatique, lequel s'avère éventuellement fatal chez les patients atteints du cancer de la prostate", conclut-il.

"Cette récente découverte d'un récepteur pour le PCK3145 sur la surface des cellules cancéreuses constitue une avancée encourageante et définit le PCK3145 comme agent de signalisation cellulaire qui inhibe les angiogenèse et invasion tumorales ainsi que les métastases - trois facteurs contribuant au décès des suites d'un cancer", a déclaré le professeur Richard Béliveau. "Les résultats soulignent par ailleurs des possibilités diverses quant à l'utilité du PCK3145 dans le traitement d'autres types de cancer influencés par des interactions avec les récepteurs laminine-laminine", a-t-il ajouté. Pour l'annonce complète de Procyon Biopharma, annonçant cette découverte, cliquez ici. (Avec la collaboration de Borhane Annabi)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les combats du doc Béliveau : PCK3145, contre le cancer de la prostate.   Mer 25 Jan 2006 - 14:26



5 décembre 2005

Procyon Biopharma est une Société de biotechnologie oeuvrant dans la
recherche et le développement de traitements innovateurs pour la lutte contre
le cancer et le VIH/SIDA. La Société mise sur son savoir-faire en matière de
recherche et de développement, en menant ses produits jusqu'aux essais
cliniques avancés, pour ensuite évaluer les meilleures options qui s'offrent à
elle pour le développement subséquent, tel l'octroi de licences et le co-
développement. Les produits de Procyon comprennent : le PCK3145, un peptide
non toxique qui fera bientôt l'objet d'un essai nord-américain de Phase II
pour le traitement du cancer avancé de la prostate avec métastases


Dernière édition par le Mer 22 Fév 2006 - 21:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les combats du doc Béliveau : PCK3145, contre le cancer de la prostate.   Mer 25 Jan 2006 - 14:05



2005-04-20

Procyon identifie le récepteur et le mode d'action du PCK3145, son candidat principal pour le traitement du cancer de la prostate avancé et métastatique

Procyon Biopharma inc.

19 avril 2005/CNW/ - Procyon Biopharma inc. (TSX : PBP) rapporté aujourd'hui que des recherches menées par ses collaborateurs et scientifiques ont révélé que le PCK3145, un peptide développé par la Société pour le traitement du cancer de la prostate avancé et métastatique, se lie au
récepteur de surface cellulaire laminine et qu'il déclenche une cascade d'événements de signalisation provoquant la normalisation de l'expression de MMP-9 (matrice métalloprotéinase-9), une enzyme impliquée dans la dégradation de la matrice extracellulaire, laquelle permet la propagation des tumeurs. Les résultats détaillés ont été présentés hier au 96ième congrès annuel de l'American Association for Cancer Research qui s'est tenu à Anaheim, en
Californie.

"Ceci constitue un des plus importants jalons scientifiques de Procyon dans le développement du PCK3145 et nous l'avons atteint. Jusqu'ici notre enthousiasme reposait surtout sur des observations cliniques. Le travail réalisé par nos scientifiques, et l'équipe du Dr Béliveau, fournit maintenant une explication scientifique quant au mode d'action du PCK3145 en tant
qu'agent anti-métastatique", a déclaré Hans J. Mader, Président et Chef de la direction de Procyon Biopharma inc. "Nous sommes très encouragés par ces découvertes car elles confirment notre conviction que le PCK3145 affecte le processus métastatique, lequel s'avère éventuellement fatal chez les patients atteints du cancer de la prostate", conclut-il.

L'équipe de recherche dirigée par le professeur Richard Béliveau, une sommité mondiale en recherche sur le cancer, et le Dr Borhane Annabi de l'Université du Québec à Montréal, a démontré que le PCK3145 inhibe la liaison de la laminine à son récepteur entraînant une normalisation des hauts niveaux de concentration de MMP-9. Les laminines forment une famille de protéines extracellulaires qui sont impliquées dans les caractéristiques invasives des tumeurs, principalement par l'induction d'activités protéolytiques telles que
celles du MMP-9. La signalisation cellulaire modulée par le récepteur laminine influence aussi la phosphorylation de la protéine ERK (kinase extracellulaire régulée par signal). Récemment, la Société a rapporté que le PCK3145 interfère, proportionnellement à la dose administrée, avec la phosphorylation de la protéine ERK provoquée par la voie de signalisation du facteur de croissance endothéliale (VEGF) ainsi qu'avec la phosphorylation du récepteur-2- du facteur VEGF des cellules endothéliales de veines ombilicales humaines (HUVECs). Ces dernières observations confirment l'importance du rôle du PCK3145 en tant qu'agent anti-angiogénique. Une illustration du mode d'action intégré du PCK3145 est disponible à l'adresse suivante : http://www.procyonbiopharma.com/fr/pck3145 .

Ces observations démontrent bien l'effet d'inhibition du signal de
transduction imputable au PCK3145 et corrobore l'aspect rapide et ciblé de son mode d'action "éclair". De plus, ces données supportent une administration à raison d'une fois par semaine lors de l'essai de phase IIb à venir.

"Cette récente découverte d'un récepteur pour le PCK3145 sur la surface des cellules cancéreuses constitue une avancée encourageante et définit le PCK3145 comme agent de signalisation cellulaire qui inhibe l'angiogenèse et l'invasion tumorales ainsi que les métastases - trois facteurs contribuant au décès des suites d'un cancer", a déclaré le Dr Richard Béliveau de l'Université du Québec à Montréal. "Les résultats soulignent par ailleurs des possibilités diverses quant à l'utilité du PCK3145 dans le traitement d'autres
types de cancer influencés pas des interactions avec les récepteurs laminine- laminine", a-t-il ajouté.


A propos du peptide thérapeutique PCK3145

Le PCK3145 est un peptide synthétique de 15 acides aminés dérivé de la séquence native de la protéine sécrétoire de la prostate (PSP94). La PSP94 est l'une des trois principales protéines trouvées dans le fluide séminal humain avec l'antigène prostatique spécifique (PSA) et la phosphatase prostatique acide (PAP).
En décembre, la Société a déposé une demande de drogue nouvelle de recherche (DNR) auprès de la Food and Drug Administration (FDA) aux Etats-Unis en vue d'entreprendre un essai pilote qui sera suivi d'un essai nord-américain de phase IIb avec le PCK3145. Les deux études seront réalisées sous la supervision des chercheurs principaux Susan F. Slovin, MD, Ph.D. et Howard I. Scher, MD du Memorial Sloan-Kettering Cancer Center à New York.

L'objectif principal de cet essai pilote randomisé est de confirmer la fréquence posologique optimale du PCK3145 dans la réduction et la normalisation des concentrations de MMP-9 chez des patients atteints du cancer de la prostate métastatique qui sont asymptomatiques et dont les niveaux de testostérone sont contrôlés hormonalement. Cet essai pilote devrait être complété au cours du
troisième trimestre de 2005. L'objectif de l'essai nord-américain de phase IIb sera de déterminer l'efficacité du traitement ainsi que son effet sur l'invasion tumorale et les métastases.


Conférence téléphonique

Procyon tiendra une conférence téléphonique aujourd'hui à 9H00 am (HE). Pour participer à la conférence téléphonique, vous devez composer 1-800-814-4853 ou 416-640-4127. Les participants sont priés d'appeler l'un de ces deux numéros au moins cinq minutes avant le début de l'appel. Pour accéder à la rediffusion de la conférence téléphonique, composez le 1-877-289-8525 ou
416-640-1917, code d'accès 21121644(dièse). La conférence sera disponible en rediffusion jusqu'au mardi 19 juillet 2005, à minuit.

A propos de Procyon Biopharma

Procyon Biopharma inc. est une société de biotechnologie qui oeuvre à la recherche et au développement de traitements novateurs contre le cancer et le VIH/SIDA. La Société mise sur son savoir-faire en matière de recherche et de développement en développant des produits jusqu'aux essais cliniques avancés pour ensuite évaluer les meilleures alternatives telles que l'octroi de licences et les partenariats. Le portefeuille de produits de Procyon comprend
le PCK3145, un peptide non toxique qui devrait sous peu faire l'objet d'un essai nord-américain de phase II pour le traitement du cancer de la prostate métastatique avancé; et le PPL-100, un inhibiteur de protéase contre les souches résistantes du VIH/SIDA qui devrait faire l'objet d'essais cliniques sous peu. Le siège social de Procyon est situé à Montréal et ses actions sont cotées à la Bourse de Toronto (TSX) sous le symbole PBP. ( www.procyonbiopharma.com )

Le présent communiqué renferme des renseignements de nature spéculative, qui reflètent les attentes de la Société à l'égard de futurs événements.
Ces données spéculatives comportent un certain niveau de risque et
d'incertitude. Les événements réels peuvent différer significativement de ceux qui sont prévus dans le présent document et sont tributaires d'un certain nombre de facteurs, comprenant notamment le changement des conditions du marché, le succès des essais cliniques et leurs achèvements dans le délai prévu, de même que des incertitudes liées aux approbations des organismes de réglementation, à la conclusion d'alliances corporatives et à d'autres risques énumérés dans les rapports que la Société est tenue de présenter périodiquement aux autorités concernées.



Source : CMW/Telbec


Dernière édition par le Mer 22 Fév 2006 - 21:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les combats du doc Béliveau : PCK3145, contre le cancer de la prostate.   Mer 28 Déc 2005 - 16:36



le 28 septembre 2005


RÉSULTATS POSITIFS DU DEUXIÈME VOLET DE L'ESSAI CLINIQUE AU ROYAUME-UNI POUR LE PCK3145 CONTRE LE CANCER DE LA PROSTATE


Une administration par semaine de PCK3145 équivaut à trois administrations par semaine et sera la posologie adoptée pour les études à venir


Montréal, Canada, le 28 septembre 2005 – Procyon Biopharma Inc. (TSX: PBP) a annoncé aujourd'hui qu'elle a mené a terme le deuxième volet de l'essai clinique de phase IIa PCK3145-UK-2001; ce volet visait à étudier la faisabilité de l'administration du peptide synthétique, le PCK3145, une fois par semaine au lieu de trois fois par semaine chez les patients atteints d'un cancer de la prostate réfractaire au traitement hormonal et métastatique. Le deuxième volet de l'étude a aussi été mené par le professeur Robert Hawkins, chercheur principal de l'étude et directeur du département de recherche d'oncologie médicale du Christie Hospital NHS Trust, à Manchester, au Royaume-Uni. Deux groupes additionnels de quatre patients ont été traités avec 15 mg/m2 ou 60 mg/m2 une fois par semaine correspondant respectivement aux doses de 5 mg/m2 et de 20 mg/m2 administrées trois fois par semaine dans l'étude originale.


Les résultats de ce deuxième volet confirment l'innocuité et la tolérabilité du PCK3145. La majorité des patients a reçu 2 cycles de traitement, bien qu'un patient ait reçu 7 cycles, équivalant à 8 mois de traitement. Un cycle se compose d'une période de 4 semaines de traitement suivie d'une semaine d'observation. La majorité des effets indésirables était cliniquement non significative (de grade 1 - léger et de grade 2 - modéré) et non liée au médicament à l'étude. En général, la réponse tumorale, mesurée par tomodensitogramme, a démontré une stabilisation de la maladie chez trois patients. Une réduction des niveaux de l'antigène prostatique spécifique a été observé chez deux patients, mais elle n'est pas assez importante (> 50 %) pour être considérée comme une réponse définitive. Chez tous les patients ayant des concentrations plasmatiques élevées de MMP-9, on a observé un retour à la normal de ces concentrations (réductions de 39 % à 94 %) avec le traitement; chez les patients qui présentaient une concentration normale de MMP-9 au début de l'étude, ces concentrations sont demeurées basses et n'ont augmenté qu'à la réapparition du cancer. Voici des données additionnelles sur les deux groupes :


Résultats du groupe 15 mg/m2



Nombre de patients traités = 4
Nombre de cycles complétés : pat. 1 = 7, pat. 2 = 1, pat. 3 = 2 et pat. 4 = 2
Réponse tumorale générale : 1 patient affichant une stabilisation de la maladie
Réponse de l'antigène prostatique spécifique : une réduction de 7% comparativement à la concentration d'avant traitement chez 1 patient
Réponse de la MMP-9 (réduction en %) : pat. 1 = 94 %, pat. 2 = 39 % et pat. 4 = 75 %. Pat. 3 = la concentration plasmatique de MMP-9 était normale.

Résultats du groupe 60 mg/m2
Nombre de patients traités = 4
Nombre de cycles complétés : pat. 1 = 3, pat. 2 = 1, pat. 3 = 2 et pat. 4 = 1

Réponse tumorale générale : 2 patients affichant une stabilisation de la maladie

Réponse de l'antigène prostatique spécifique : une réduction de 7% comparativement à la concentration d'avant traitement chez 1 patient

Réponse de la MMP-9 (réduction en %) : pat. 1 = 49 %. Pat. 2, 3 et 4 = les concentrations plasmatiques de MMP-9 étaient normales.



"Ces résultats représentent une importante progression dans le programme. Le fait que le PCK3145 ait une efficacité équivalente lorsqu'il est administré moins fréquemment a une implication considérable, car il nous permettra d'étudier des options de dosage et d'administration plus faciles pour le patient", a déclaré Hans J. Mäder, président et chef de la direction de Procyon. "Plus encore, selon les résultats et certaines observations pré-cliniques préliminaires, nous pouvons maintenant envisager plus aisément la possibilité d'une administration sous-cutanée en progressant dans la mise au point clinique du PCK3145, ce qui serait une méthode encore plus commode pour les patients", a-t-il ajouté.



L'importance de la MMP-9



L'intérêt envers la MMP-9 a évolué à la suite des résultats obtenus dans l'essai clinique de phase IIa et de son deuxième volet, ainsi que des résultats préliminaires de l'étude pilote menée aux États-Unis et de l'association très documentée de la MMP-9 avec le cancer. Des concentrations plasmiques élevées de MMP-9 sont en corrélation avec l’état clinique et le développement du cancer. En effet, les concentrations plasmatiques de MMP-9 sont considérablement élevées chez les patients atteints d'un cancer avancé, dont le cancer de la prostate, le cancer du sein, le cancer du poumon et le cancer colorectal. Le PCK3145 n'est pas un inhibiteur de la MMP-9. On croit plutôt, d'après le mécanisme d'action, que les variations observées dans les concentrations de MMP-9 après l'administration du PCK3145 sont une conséquence d'un seul ou de plusieurs effets transmis par signaux cellulaires. L'importance clinique du PCK3145 reste à démontrer chez les hommes pour confirmer que ce médicament a un effet sur le processus métastatique et contrôle ainsi le développement subséquent de tumeurs. La MMP-9 sera encore un marqueur très utile et précieux qui permettra de suivre l'action du PCK3145.



Au sujet du peptide thérapeutique PCK3145



PCK3145 est un peptide synthétique de 15 acides aminés qui est dérivé de la séquence naturelle d’acides aminés de la protéine sécrétée par la prostate (PSP94), l’une des trois protéines prédominantes que l’on retrouve dans le liquide séminal humain. L’expression de PSP94 dans la prostate est régulée à la baisse chez les patients atteints du cancer de la prostate avancé, et est considérée comme étant un mécanisme de survie pour les cellules cancéreuses. Les résultats des essais de phase IIa effectués sur PCK3145 ont confirmé l’innocuité du PCK3145 et qu’il est bien toléré à toutes les doses testées. Ils suggèrent également que PCK3145 joue un rôle dans la prévention du processus métastatique par le biais de la régulation des niveaux de Matrix Metalloproteinase-9 (MMP-9), une enzyme de gélatinase B impliquée dans l’angiogénèse, l’invasion des tumeurs et les métastases. Procyon a déposé une demande de drogue nouvelle de recherche (DNR) auprès de la FDA. Une étude pilote initiatrice d’une étude de phase II nord-américaine est en cours. Le mécanisme d’action et le récepteur pour PCK3145 suggèrent que ce dernier est un inhibiteur du signal de transduction capable de freiner le développement de la maladie de plusieurs façons (apoptose, anti-angiogénèse et anti-métastases).



Au sujet de Procyon Biopharma Inc.



Procyon Biopharma Inc. est une entreprise en biotechnologie qui œuvre à la recherche et au développement de traitements novateurs dans les domaines du cancer et du VIH/SIDA. La Société concentre ses forces dans la recherche et le développement clinique, en menant ses produits jusqu’aux essais cliniques avancés, et ensuite en évaluant les meilleures options pour le développement subséquent, tel que le co-développement et l’octroi de licences. Le portefeuille de produits de Procyon inclut : PCK3145, un peptide non toxique qui fera bientôt l’objet d’un essai nord-américain de phase II pour le traitement du cancer avancé de la prostate; TVT-Dox, une technologie qui cible la vascularisation des tumeurs pour le traitement des tumeurs solides et pour laquelle une demande DNR est prévue dans les 12 prochains mois; et PPL-100, un inhibiteur de protéase pour le traitement des souches résistantes du VIH/SIDA et qui fera l’objet d’essais cliniques sous peu. Procyon a reçu le prix Excellence in Technology 2005 de Frost & Sullivan pour l’ensemble de ses contributions scientifiques et technologiques à l’avancement des thérapies contre le cancer. Le siège social de Procyon est situé à Montréal et ses actions sont cotées sur la Bourse de Toronto (TSX) sous le symbole PBP. Pour de plus amples renseignements, visitez www.procyonbiopharma.com.



- 30 -



Le présent communiqué renferme des renseignements de nature spéculative, qui reflètent les attentes de la Société à l'égard de futurs événements. Ces données spéculatives comportent un certain niveau de risque et d'incertitude. Les événements réels peuvent différer significativement de ceux qui sont prévus dans le présent document et sont tributaires d'un certain nombre de facteurs, comprenant notamment le changement des conditions du marché, le succès des essais cliniques et leurs achèvements dans le délai prévu, de même que des incertitudes liées aux approbations des organismes de réglementation, à la conclusion d'alliances corporatives et à d'autres risques énumérés dans les rapports que la Société est tenue de présenter périodiquement aux autorités concernées


Dernière édition par le Mer 22 Fév 2006 - 21:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: PCK3145 (cancer de la prostate)   Mer 28 Déc 2005 - 16:16



le 20 septembre 2005


LE MECANISME D’ACTION DE PCK3145 FERA L’OBJET D’UNE IMPORTANTE SERIE DE PUBLICATIONS


Le peptide thérapeutique non toxique de Procyon s'attaque au cancer de la prostate de plusieurs façons afin de freiner la progression de la maladie



Montréal, Canada, 20 septembre 2005 - Procyon Biopharma Inc. (TSX: PBP) a annoncé aujourd'hui que les résultats de la recherche menée par les collaborateurs et scientifiques de la Société sur le mécanisme d'action (réf. : communiqués de presse du 19 avril 2005 et du 2 décembre 2004) de PCK3145, son peptide thérapeutique non-toxique, dans le cadre d'essais cliniques pour le traitement du cancer avancé de la prostate, seront publiés dans trois revues scientifiques évaluées par les pairs. De plus, les données cliniques portant sur la partie initiale de la première étude chez l'humain menée à Manchester, UK (réf. : communiqué de presse du 7 juin 2005) seront publiées dans une quatrième revue spécialisée en cancer de la prostate.



Les données provenant des laboratoires des Dr Richard Béliveau (Hôpital Sainte-Justine, UQAM, Montréal) et Dr Shafaat Rabbani (Université McGill, Montréal) montrent que le PCK3145 agit en tant qu'inhibiteur du signal de transduction (empêche les processus de communication/signalisation à l'intérieur des cellules) ayant des effets anti-angiogéniques (empêche la formation de nouveaux vaisseaux sanguins dans les tumeurs) et anti-métastatiques (empêche le cancer de se propager).



Le premier article intitulé A prostate secretory protein94-derived synthetic peptide PCK3145 inhibits VEGF signalling in endothelial cells: Implication in tumor angiogenesis sera publié dans le International Journal of Cancer. Cette publication fait état de l'effet du PCK3145 sur les récepteurs et la voie critique associés au développement des vaisseaux sanguins de tumeurs.



Le deuxième article intitulé A PSP94-derived peptide PCK3145 inhibits MMP-9 secretion and triggers CD44 cell surface shedding: Implication in tumor metastasis sera publié dans Clinical and Experimental Metastasis. Cette publication fait état de l'inhibition par PCK3145 de la sécrétion de MMP-9 interférant avec la liaison des récepteurs de la surface cellulaire. MMP-9 est une enzyme associée aux métastases.



Le troisième article intitulé Prostate Secretory Protein of 94 amino acids (PSP-94) and its peptide (PCK3145) as potential therapeutic modalities for prostate cancer sera publié dans Anticancer Drugs. Cette publication contient plusieurs observations significatives des caractéristiques anti-tumorales et anti-métastatiques des modèles animaux du cancer de la prostate.



Le quatrième article intitulé Safety and Tolerability of PCK3145, a Synthetic Peptide Derived From Prostate Secretory Protein (PSP94) in Metastatic Hormone Refractory Prostatic Cancer (HRPC) Patients, qui sera publié dans Clinical Prostate Cancer, présente les résultats du premier essai réalisé chez l'humain avec le PCK3145.


" Le mécanisme d'action pour plusieurs médicaments utilisés à l'heure actuelle est encore inconnu; c'est pourquoi nous sommes très satisfaits du progrès réalisé avec le mécanisme pour le PCK3145 et de la reconnaissance de ce progrès dans les journaux évalués par les pairs ", a dit M. Hans Mäder, président et chef de la direction de Procyon. " PCK3145 continue de faire beaucoup de progrès au sein de la clinique et nous demeurons confiants de son potentiel en tant que traitement à la fois nouveau et efficace contre le cancer avancé de la prostate et, en nous basant sur son mécanisme, contre d'autres cancers qui se propagent aux os ", a-t-il ajouté.



Au sujet du peptide thérapeutique PCK3145


PCK3145 est un peptide synthétique de 15 acides aminés qui est dérivé de la séquence naturelle d'acides aminés de la protéine sécrétée par la prostate (PSP94), l'une des trois protéines prédominantes que l'on retrouve dans le liquide séminal humain. L'expression de PSP94 dans la prostate est régulée à la baisse chez les patients atteints du cancer de la prostate avancé, et est considérée comme étant un mécanisme de survie pour les cellules cancéreuses. Les résultats des essais de phase IIa effectués sur PCK3145 ont confirmé l'innocuité du PCK3145 et qu'il est bien toléré à toutes les doses testées. Ils suggèrent également que PCK3145 joue un rôle dans la prévention du processus métastatique par le biais de la régulation des niveaux de Matrix Metalloproteinase-9 (MMP-9), une enzyme de gélatinase B impliquée dans l'angiogénèse, l'invasion des tumeurs et les métastases. Procyon a déposé une demande de drogue nouvelle de recherche (DNR) auprès de la FDA. Une étude pilote initiatrice d'une étude de phase II nord-américaine est en cours. Le mécanisme d'action et le récepteur pour PCK3145 suggèrent que ce dernier est un inhibiteur du signal de transduction capable de freiner le développement de la maladie de plusieurs façons (apoptose, anti-angiogénèse et anti-métastases).



Au sujet de Procyon Biopharma Inc.


Procyon Biopharma Inc. est une entreprise en biotechnologie qui œuvre à la recherche et au développement de traitements novateurs dans les domaines du cancer et du VIH/SIDA. La Société concentre ses forces dans la recherche et le développement clinique, en menant ses produits jusqu'aux essais cliniques avancés, et ensuite en évaluant les meilleures options pour le développement subséquent, tel que le co-développement et l'octroi de licences. Le portefeuille de produits de Procyon inclut : PCK3145, un peptide non toxique qui fera bientôt l'objet d'un essai nord-américain de phase II pour le traitement du cancer avancé de la prostate; TVT-Dox, une technologie qui cible la vascularisation des tumeurs pour le traitement des tumeurs solides et pour laquelle une demande DNR est prévue dans les 12 prochains mois; et PPL-100, un inhibiteur de protéase pour le traitement des souches résistantes du VIH/SIDA et qui fera l'objet d'essais cliniques sous peu. Procyon a reçu le prix Excellence in Technology 2005 de Frost & Sullivan pour l'ensemble de ses contributions scientifiques et technologiques à l'avancement des thérapies contre le cancer. Le siège social de Procyon est situé à Montréal et ses actions sont cotées sur la Bourse de Toronto (TSX) sous le symbole PBP. Pour de plus amples renseignements, visitez www.procyonbiopharma.com.



- 30 -



Le présent communiqué renferme des renseignements de nature spéculative, qui reflètent les attentes de la Société à l'égard de futurs événements. Ces données spéculatives comportent un certain niveau de risque et d'incertitude. Les événements réels peuvent différer significativement de ceux qui sont prévus dans le présent document et sont tributaires d'un certain nombre de facteurs, comprenant notamment le changement des conditions du marché, le succès des essais cliniques et leurs achèvements dans le délai prévu, de même que des incertitudes liées aux approbations des organismes de réglementation, à la conclusion d'alliances corporatives et à d'autres risques énumérés dans les rapports que la Société est tenue de présenter périodiquement aux autorités concernées



INFORMATION:



Procyon Biopharma Inc.


Ms. Denise Khan - ir@procyonbiopharma.com


Tel.: (514) 685 2000 ext 113


Dernière édition par le Mer 22 Fév 2006 - 21:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les combats du doc Béliveau : PCK3145, contre le cancer de la prostate.   Mar 20 Sep 2005 - 23:01



Montréal, le 2 décembre 2004 – Procyon Biopharma inc. (TSX : PBP) a rapporté aujourd’hui de nouveaux résultats reliés au mode d’action du PCK3145, son composé principal faisant l’objet d’un essai clinique de phase II pour le traitement du cancer de la prostate hormono-résistant et métastasé. Les plus récents travaux de recherche sur le mode d’action du PCK3145 ont été réalisés sous la supervision du Dr Richard Béliveau, Directeur, Laboratoire de médecine moléculaire, Hôpital Sainte-Justine et Université du Québec à Montréal, en collaboration avec Procyon. Les nouvelles découvertes indiquent que le PCK3145 interfère avec la voie de signalisation du facteur de croissance endothéliale (VEGF) qui est cruciale auX processus angiogénique et, par la suite, métastatique. Le Dr Chandra J. Panchal, Premier vice-président exécutif, Nouvelles technologies, présentera ces nouveaux résultats dans le cadre du premier congrès international « From Natural Peptides to Drugs » à Zermatt, en Suisse (www.np2d.com).



« À la lumière des données positives provenant de l’essai de phase IIa sur le PCK3145 chez des patients atteints du cancer de la prostate hormono-résistant et métastasé et de la littérature scientifique suggérant l’utilité des concentrations plasmatiques de MMP-9 à titre de marqueur pronostique pour d’autres types de cancer tels que le cancer du , du , du et des , nous avions besoin de mieux comprendre le mode d’action du PCK3145, » a déclaré Hans J. Mäder, Président et Chef de la direction de Procyon. « Alors que d’autres travaux de recherche sont en cours, la confirmation que le PCK3145 induit un signal cellulaire associé au récepteur du facteur de croissance endothéliale est d’une très grande importance clinique en authentifiant le mécanisme « action éclair » du peptide, » a-t-il ajouté.



L’angiogenèse, ou la formation de nouveaux vaisseaux sanguins, est essentielle aux processus physiologiques normaux et de croissance ainsi qu’au développement de plusieurs pathologies variant de la croissance tumorale et métastatique aux maladies inflammatoires et oculaires. Sous des conditions physiologiques normales, l’angiogenèse ne se manifeste que dans certaines situations très spécifiques chez les humains et les animaux. Toutefois, lors du développement de diverses maladies, l’angiogenèse se manifeste de façon persistante et non-contrôlée. Il a été démontré que le contrôle de l’angiogenèse est modifié dans certaines maladies et, dans plusieurs cas, les dommages pathologiques associés à la maladie sont reliés à l’angiogenèse non-contrôlée. L’angiogenèse est importante dans la formation de tumeurs et de métastases. Une tumeur ne peut croître sans un apport sanguin qui lui fournit des nutriants. Par conséquent, l’inhibition de l’angiogenèse pourrait mener à la réduction de la croissance des tumeurs et des métastases.



Il a préalablement été démontré que le PCK3145 a le potentiel d’inhiber la croissance des cellules cancéreuses et des métastases. L’équipe du Dr Béliveau et les scientifiques de Procyon montrent aujourd’hui que le PCK3145 interfère, de façon spécifique et dépendante de la dose, avec la phosphorylation VEGF induite par la protéine ERK ainsi que la phosphorylation des cellules endothéliales de veines ombilicales humaines (HUVECs). Ces effets anti-VEGF du PCK3145 suggèrent que le PCK3145 inhibe la signalisation intracellulaire de la cascade de la protéine MAPK. Ces données indiquent que le PCK3145 agit par le biais de voies de signalisation cellulaire telles que l’axe de signalisation VEGF des cellules endothéliales. Des travaux supplémentaires sont en cours afin d’identifier d’autres voies de signalisation et d’identifier le récepteur du PCK3145. La Société compte publier ces données bientôt.



« Les propriétés anti-angiogéniques de ce peptide pourraient être bénéfiques à titre de traitement novateur pour divers types de cancer, » a déclaré le Dr Richard Béliveau, Directeur, Laboratoire de médecine moléculaire, Hôpital Sainte-Justine et Université du Québec à Montréal. « Ces découvertes sont certainement très encourageantes en ce qui a trait à la poursuite du développement du PCK3145 et elles nous aident à axer le programme clinique et préclinique de Procyon sur l’évaluation de marqueurs anti-angiogéniques, » a-t-il ajouté.



À propos du PCK3145


Le PCK3145 est un peptide synthétique de 15 acides aminés dérivé de la séquence native de la PSP94, une protéine présente naturellement dans l’organisme humain et synthétisée principalement par la prostate. Un essai ouvert à posologie multiple et croissante de phase IIa a démontré que le PCK3145 a un bon profil d’innocuité et qu’il est bien toléré à tous les dosages évalués. Par ailleurs, l’essai de phase IIa a confirmé l’effet modulateur potentiel du PCK3145 sur les concentrations de MMP-9 – matrice métalloprotéinase-9 – une gélatinase B impliquée dans la dégradation de la matrice extra-cellulaire et l’invasion tumorale (métastases). Une réduction substantielle sur les concentrations de MMP-9 a été observée chez l’ensemble des patients qui présentaient des concentrations élevées avant le traitement alors qu’aucun changement significatif n’a été observé après un cycle de traitement chez les patients présentant des concentrations normales de MMP-9 avant le traitement. La Société travaille actuellement au dépôt d’une demande de Investigational New Drug (IND) auprès de la Food and Drug Administration (FDA) américaine afin d’entreprendre un essai de phase IIb l’an prochain en vue de démontrer l’efficacité du peptide chez l’homme.



À propos de Procyon Biopharma


Procyon Biopharma inc. est une société de biotechnologie qui œuvre à la recherche et au développement de traitements novateurs contre le cancer et le VIH/SIDA. La Société mise sur son savoir-faire en matière de recherche et de développement en développant des produits jusqu’aux essais cliniques avancés pour ensuite évaluer les meilleures alternatives telles que l’octroi de licences et les partenariats. Le portefeuille de produits de Procyon comprend le PCK3145, un peptide non toxique qui devrait sous peu faire l’objet d’un essai nord-américain de phase II pour le traitement du cancer de la prostate hormono-résistant et métastatique; Fibrostat®, une crème topique contre les cicatrices hypertrophiques en phase IIb; et PL-100, un inhibiteur de protéase contre les souches résistantes du VIH/SIDA qui devrait faire l’objet d’essais cliniques sous peu. La Société compte également quatre produits candidats en stade précoce de développement. Le siège social de Procyon est situé à Montréal et ses actions sont cotées à la Bourse de Toronto (TSX) sous le symbole PBP. (www.procyonbiopharma.com)


Dernière édition par le Jeu 23 Fév 2006 - 16:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les combats du doc Béliveau : PCK3145, contre le cancer de la prostate.   Mar 20 Sep 2005 - 15:38



Le peptide thérapeutique non toxique de Procyon s'attaque au cancer de la
prostate de plusieurs façons afin de freiner la progression de la maladie

SYMBOLE : PBP (TSX)

MONTREAL, le 20 sept. /CNW Telbec/ - Procyon Biopharma Inc. (TSX: PBP) a
annoncé aujourd'hui que les résultats de la recherche menée par les
collaborateurs et scientifiques de la Société sur le mécanisme d'action
(réf. : communiqués de presse du 19 avril 2005 et du 2 décembre 2004) de
PCK3145, son peptide thérapeutique non-toxique, dans le cadre d'essais
cliniques pour le traitement du cancer avancé de la prostate, seront publiés
dans trois revues scientifiques évaluées par les pairs. De plus, les données
cliniques portant sur la partie initiale de la première étude chez l'humain
menée à Manchester, UK (réf. : communiqué de presse du 7 juin 2005) seront
publiées dans une quatrième revue spécialisée en cancer de la prostate.
Les données provenant des laboratoires des Dr Richard Béliveau (Hôpital
Sainte-Justine, UQAM, Montréal) et Dr Shafaat Rabbani (Université McGill,
Montréal) montrent que le PCK3145 agit en tant qu'inhibiteur du signal de
transduction (empêche les processus de communication/signalisation à
l'intérieur des cellules) ayant des effets anti-angiogéniques (empêche la
formation de nouveaux vaisseaux sanguins dans les tumeurs) et anti-
métastatiques (empêche le cancer de se propager).


Le premier article intitulé A prostate secretory protein94-derived
synthetic peptide PCK3145 inhibits VEGF signalling in endothelial cells:
Implication in tumor angiogenesis sera publié dans le International Journal of Cancer. Cette publication fait état de l'effet du PCK3145 sur les récepteurs et la voie critique associés au développement des vaisseaux sanguins de
tumeurs.


Le deuxième article intitulé A PSP94-derived peptide PCK3145 inhibits MMP-
9 secretion and triggers CD44 cell surface shedding: Implication in tumor
metastasis sera publié dans Clinical and Experimental Metastasis. Cette
publication fait état de l'inhibition par PCK3145 de la sécrétion de MMP-9
interférant avec la liaison des récepteurs de la surface cellulaire. MMP-9 est
une enzyme associée aux métastases.


Le troisième article intitulé Prostate Secretory Protein of 94 amino
acids (PSP-94) and its peptide (PCK3145) as potential therapeutic modalities
for prostate cancer sera publié dans Anticancer Drugs. Cette publication
contient plusieurs observations significatives des caractéristiques anti-
tumorales et anti-métastatiques des modèles animaux du cancer de la prostate.


Le quatrième article intitulé Safety and Tolerability of PCK3145, a
Synthetic Peptide Derived From Prostate Secretory Protein (PSP94) in
Metastatic Hormone Refractory Prostatic Cancer (HRPC) Patients, qui sera
publié dans Clinical Prostate Cancer, présente les résultats du premier essai réalisé chez l'humain avec le PCK3145.


"Le mécanisme d'action pour plusieurs médicaments utilisés à l'heure
actuelle est encore inconnu; c'est pourquoi nous sommes très satisfaits du
progrès réalisé avec le mécanisme pour le PCK3145 et de la reconnaissance de ce progrès dans les journaux évalués par les pairs", a dit M. Hans Mader, président et chef de la direction de Procyon. "PCK3145 continue de faire beaucoup de progrès au sein de la clinique et nous demeurons confiants de son potentiel en tant que traitement à la fois nouveau et efficace contre le cancer avancé de la prostate et, en nous basant sur son mécanisme, contre d'autres cancers qui se propagent aux os", a-t-il ajouté.


Au sujet du peptide thérapeutique PCK3145


PCK3145 est un peptide synthétique de 15 acides aminés qui est dérivé de
la séquence naturelle d'acides aminés de la protéine sécrétée par la prostate (PSP94), l'une des trois protéines prédominantes que l'on retrouve dans le liquide séminal humain. L'expression de PSP94 dans la prostate est régulée à la baisse chez les patients atteints du cancer de la prostate avancé, et est considérée comme étant un mécanisme de survie pour les cellules cancéreuses. Les résultats des essais de phase IIa effectués sur PCK3145 ont confirmé l'innocuité du PCK3145 et qu'il est bien toléré à toutes les doses testées.

Ils suggèrent également que PCK3145 joue un rôle dans la prévention du
processus métastatique par le biais de la régulation des niveaux de Matrix
Metalloproteinase-9 (MMP-9), une enzyme de gélatinase B impliquée dans
l'angiogénèse, l'invasion des tumeurs et les métastases. Procyon a déposé une demande de drogue nouvelle de recherche (DNR) auprès de la FDA. Une étude pilote initiatrice d'une étude de phase II nord-américaine est en cours. Le mécanisme d'action et le récepteur pour PCK3145 suggèrent que ce dernier est un inhibiteur du signal de transduction capable de freiner le développement de la maladie de plusieurs façons (apoptose, anti-angiogénèse et anti- métastases).


Dernière édition par le Mer 22 Fév 2006 - 21:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: PCK3145, médicament contre le cancer avancé de la prostate.   Mar 20 Sep 2005 - 13:58



MONTREAL, le 19 sept. /CNW Telbec/ - Procyon Biopharma Inc. (TSX :PBP)
invite les représentants des médias et les membres de la communauté
scientifique à participer à une conférence téléphonique. Dans le cadre de
cette conférence, le Dr. Chandra J. Panchal, (premier vice-président exécutif,
nouvelles technologies), accompagné de nos collaborateurs scientifiques, le
Dr Richard Béliveau (Hôpital Sainte-Justine, UQAM, Montréal) et le
Dr Shafaat Rabbani (Université McGill, Montréal), feront le point sur les
progrès considérables réalisés dans le but d'élucider le mécanisme d'action du
PCK3145, médicament de la Société contre le cancer avancé de la prostate. De
plus, le Dr. Hélène Dulude, (directrice développement clinique, oncologie),
parlera brièvement de l'état des travaux au chapitre de la mise au point
clinique du médicament et sera disponible pour répondre aux questions. La
conférence téléphonique se tiendra mardi le 20 septembre 2005, à 09:00 h
(HAE). Un communiqué sera diffusé par Canada Newswire (www.newswire.ca) et
PR Newswire (www.prnewswire.com) avant l'événement.
Pour assister à la conférence téléphonique, il suffit de composer le
1-800-814-4853 ou le (416) 640-4127. Veuillez effectuer l'appel environ cinq
minutes avant le début de la conférence pour garantir votre participation.
Pour accéder à l'appel conférence archivée, veuillez composer le
1-877-289-8525 ou le (416) 640-1917 et entrer le numéro de réservation
21153196(dièse). La conférence téléphonique sera archivée jusqu'au dimanche,
le 20 novembre 2005 à 23:59 (11:59PM)


Dernière édition par le Dim 12 Aoû 2007 - 13:50, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Les combats du doc Béliveau : PCK3145, contre le cancer de la prostate.   Lun 4 Juil 2005 - 19:12

Richard Béliveau: le samouraï du cancer

Professeur de biochimie à l'Université du Québec à Montréal et directeur du laboratoire d'oncologie moléculaire de l'hôpital Sainte-Justine, Richard Béliveau a, à son actif, de belles réussites en recherche. Étoile montante et modèle pour ses jeunes collègues, il s'est récemment illustré en trouvant une manière élégante de faire franchir aux médicaments la barrière hémato-encéphalique.

«C'est un combat personnel, la lutte au cancer. Notre objectif est d'amener les observations que nous faisons avec les modèles animaux aux modèles cellulaires, en clinique», décrit Richard Béliveau, directeur du laboratoire de biologie moléculaire du centre de cancérologie Charles-Bruneau, à l'hôpital Sainte-Justine. Ce chercheur, qui se bat contre le cancer, est aussi imprégné de culture japonaise. «Les samouraïs sont toujours à proximité de la mort. Un chercheur en oncologie vit aussi avec l'idée de la mort sur une base quotidienne. Si je réussis, le patient survit. Si je ne réussis pas, le patient meurt.»

Un samouraï contre le cancer, un combat où la mort est toujours présente. Ses valeurs en recherche sont les mêmes que le Bushido, la voie du guerrier: compétence technique, dévotion à une cause, persévérance et tolérance. «Les bons chercheurs ne sont pas juste des gens imaginatifs et créateurs, ce sont des gens qui sont capables de se relever lorsqu'ils tombent par terre, qui sont capables d'encaisser l'échec. On doit, comme chercheur, rejeter les hypothèses qu'on a créées du revers de la main sans aucune amertume», une philosophie qu'il considère comme très proche des arts martiaux.

En cancérologie, par exemple, un des objectifs est d'amener les médicaments directement aux tumeurs. Lors des dernières années, bien des chercheurs ont tenté d'y parvenir, mais en vain. Richard Béliveau a aussi suivi plusieurs fausses pistes, mais pour lui, ce n'était pas des échecs. Tout au plus un manque de concentration.

«La vraie percée en recherche, c'est lorsqu'on prend des éléments disparates, qu'on les met ensemble et qu'à ce moment, apparaît l'hypothèse unificatrice. On retrouve cette philosophie aussi dans les arts martiaux. J'avais un maître de Kendo qui me disait toujours: "Lorsque tu veux donner le bon de coup de sabre, il ne faut pas que tu penses au coup de sabre, il faut que tu sois le coup de sabre."» Un jour, Richard Béliveau est devenu le coup de sabre. Conjonction parfaite de l'intention et du mouvement. Il est tombé sur la bonne molécule, celle qui permet d'approcher les tumeurs cancéreuses du cerveau.

En laboratoire, on cherche des moyens d'atteindre les tumeurs du cerveau. Le défi est grand, puisque le cerveau possède son propre système de défense: la barrière hémato-encéphalique. Très peu de substances naturelles peuvent la franchir et se rendre à l'intérieur du cerveau. La seule solution était de trouver un cheval de Troie, une molécule pouvant en cacher une autre pour permettre aux médicaments de franchir la barrière. C'est ce que Richard Béliveau a trouvé. Son coup de sabre, c'est la découverte de la mélanotransferrine.

Le succès vient aussi d'une équipe, qu'on sent très soudée autour de son leader. Tout récemment, l'équipe du professeur Béliveau a trouvé une autre molécule du même genre, apparemment 10 fois plus efficace encore que la mélanotransferrine. Mais attention: tout ceci n'est qu'à l'étape du laboratoire. On n'a réussi à démontrer l'efficacité de ces molécules que sur des animaux de recherche. On est encore loin d'un traitement pour les malades.

Même chose pour un autre volet de la recherche. L'équipe de Richard Béliveau a identifié plusieurs molécules naturelles, présentes notamment dans le thé vert. Elles auraient des vertus thérapeutiques contre le cancer. En prévention, et peut-être en traitement. Biologiquement, c'est peut-être ces molécules qui jouent le rôle naturel des agents anticancéreux dans l'alimentation.

Tout cela est prometteur, mais la recherche est un long chemin pour le samouraï. «C'est vraiment de la rage que cela prend, une rage rationnelle, une rage éduquée, une rage ciblée, mais il faut se fâcher dans la vie pour que les choses bougent.»


Dernière édition par Denis le Jeu 9 Déc 2010 - 14:53, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les combats du doc Béliveau : PCK3145, contre le cancer de la prostate.   Aujourd'hui à 15:55

Revenir en haut Aller en bas
 
Les combats du doc Béliveau : PCK3145, contre le cancer de la prostate.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Episode 12 : Combats aérien contre les OVNIS
» TROUDE Amable,Gilles.Contre-Amiral
» Stop aux combats chien/ours.
» IL nous faut doubler de Prieres, contre ces horreurs
» Contre les Combats de coqs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: