AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La grenade contre le cancer de la prostate.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15771
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: La grenade contre le cancer de la prostate.   Lun 18 Juil 2016 - 9:55

Are pomegranates really the superfood we've been led to believe will counteract the aging process? Up to now, scientific proof has been fairly weak. And some controversial marketing tactics have led to skepticism as well. A team of scientists from EPFL and the company Amazentis wanted to explore the issue by taking a closer look at the secrets of this plump pink fruit. They discovered that a molecule in pomegranates, transformed by microbes in the gut, enables muscle cells to protect themselves against one of the major causes of aging. In nematodes and rodents, the effect is nothing short of amazing. Human clinical trials are currently underway, but these initial findings have already been published in the journal Nature Medicine.

As we age, our cells increasingly struggle to recycle their powerhouses. Called mitochondria, these inner compartments are no longer able to carry out their vital function, thus accumulate in the cell. This degradation affects the health of many tissues, including muscles, which gradually weaken over the years. A buildup of dysfunctional mitochondria is also suspected of playing a role in other diseases of aging, such as Parkinson's disease.

One molecule plays David against the Goliath of aging

The scientists identified a molecule that, all by itself, managed to re-establish the cell's ability to recycle the components of the defective mitochondria: urolithin A. "It's the only known molecule that can relaunch the mitochondrial clean-up process, otherwise known as mitophagy," says Patrick Aebischer, co-author on the study. "It's a completely natural substance, and its effect is powerful and measurable."

The team started out by testing their hypothesis on the usual suspect: the nematode C. elegans. It's a favorite test subject among aging experts, because after just 8-10 days it's already considered elderly. The lifespan of worms exposed to urolithin A increased by more than 45% compared with the control group.

These initial encouraging results led the team to test the molecule on animals that have more in common with humans. In the rodent studies, like with C. elegans, a significant reduction in the number of mitochondria was observed, indicating that a robust cellular recycling process was taking place. Older mice, around two years of age, showed 42% better endurance while running than equally old mice in the control group.

Human testing underway

Before heading out to stock up on pomegranates, however, it's worth noting that the fruit doesn't itself contain the miracle molecule, but rather its precursor. That molecule is converted into urolithin A by the microbes that inhabit the intestine. Because of this, the amount of urolithin A produced can vary widely, depending on the species of animal and the flora present in the gut microbiome. Some individuals don't produce any at all. If you're one of the unlucky ones, it's possible that pomegranate juice won't do you any good.

For those without the right microbes in their guts, however, the scientists are already working on a solution. The study's co-authors founded a start-up company, Amazentis, which has developed a method to deliver finely calibrated doses of urolithin A. The company is currently conducting first clinical trials testing the molecule in humans in European hospitals.

Darwin at your service: parallel evolution makes good dinner partners According to study co-author Johan Auwerx, it would be surprising if urolithin A weren't effective in humans. "Species that are evolutionarily quite distant, such as C elegans and the rat, react to the same substance in the same way. That's a good indication that we're touching here on an essential mechanism in living organisms."

Urolithin A's function is the product of tens of millions of years of parallel evolution between plants, bacteria and animals. According to Chris Rinsch, co-author and CEO of Amazentis, this evolutionary process explains the molecule's effectiveness: "Precursors to urolithin A are found not only in pomegranates, but also in smaller amounts in many nuts and berries. Yet for it to be produced in our intestines, the bacteria must be able to break down what we're eating. When, via digestion, a substance is produced that is of benefit to us, natural selection favors both the bacteria involved and their host. Our objective is to follow strict clinical validations, so that everyone can benefit from the result of these millions of years of evolution."

The EPFL scientists' approach provides a whole new palette of opportunities to fight the muscular degeneration that takes place as we age, and possibly also to counteract other effects of aging. By helping the body to renew itself, urolithin A could well succeed where so many pharmaceutical products, most of which have tried to increase muscle mass, have failed. Auwerx, who has also published a recent discovery about the anti-aging effects of another molecule in the journal Science, emphasizes the game-changing importance of these studies. "The nutritional approach opens up territory that traditional pharma has never explored. It's a true shift in the scientific paradigm."


---


Est-ce que les pommes-grenades sont vraiment le superaliment que nous avons été amenés à croire et qui va contrecarrer le processus de vieillissement? Jusqu'à présent, la preuve scientifique a été assez faible. Et quelques tactiques controversées de marketing ont conduit au scepticisme. Une équipe de scientifiques de l'EPFL et la société Amazentis voulait explorer la question en examinant de plus près les secrets de ce fruit rose dodue. Ils ont découvert qu'une molécule de pomme-grenade, transformée par des microbes dans l'intestin, permet aux cellules musculaires de se protéger contre l'une des principales causes du vieillissement. Dans les nématodes et les rongeurs, l'effet est tout simplement incroyable. Les essais cliniques humains sont actuellement en cours, mais ces premiers résultats ont déjà été publiés dans la revue Nature Medicine.

Comme nous vieillissons, nos cellules luttent de plus en plus pour recycler leurs puissances. Les mitochondries, ces compartiments intérieurs ne sont plus en mesure de mener à bien leur fonction vitale, ainsi accumuler dans la cellule. Cette dégradation affecte la santé de nombreux tissus, y compris les muscles, qui affaiblissent progressivement au fil des ans. Une accumulation de la dysfonction mitochondriale est également suspectée de jouer un rôle dans d'autres maladies du vieillissement, telles que la maladie de Parkinson.

Une molécule joue David contre le Goliath du vieillissement

Les scientifiques ont identifié une molécule qui, par elle-même, a réussi à rétablir la capacité de la cellule à recycler les composants des mitochondries défectueuses: l'urolithin A. "Elle est la seule molécule connue qui peut relancer le processus de nettoyage mitochondrial, autrement connu comme la mitophagie », explique Patrick Aebischer, co-auteur de l'étude. «C' est une substance tout à fait naturel, et son effet est puissant et mesurable."

L'équipe a commencé par tester leur hypothèse sur le suspect habituel: le nématode C. elegans. Il est un sujet de test favori parmi les experts du vieillissement, car après seulement 8-10 jours, il est déjà considéré comme âgé. La durée de vie des vers exposés à urolithin A a augmenté de plus de 45% par rapport au groupe témoin.

Ces résultats encourageants ont conduit l'équipe à tester la molécule sur les animaux qui ont plus en commun avec les humains. Dans les études sur les rongeurs, comme avec C. elegans, une réduction significative du nombre de mitochondries a été observée, ce qui indique qu'un processus de recyclage cellulaire robuste a lieu. Les souris âgées, autour de deux ans, ont montré 42% une meilleure endurance lors de l'exécution que des souris tout aussi vieilles dans le groupe témoin.

Des essais humains en cours

Avant de partir pour vous approvisionner de pomme-grenades, cependant, il est intéressant de noter que le fruit ne contient pas la molécule miracle, mais plutôt sa précurseure. Cette molécule est convertie en urolithin A par les microbes qui peuplent l'intestin. De ce fait, la quantité de urolithin peut varier largement, en fonction de l'espèce animale et de la flore présente dans le microbiome intestinal. Certaines personnes ne produisent pas du tout. Si vous êtes un des malchanceux, il est possible que le jus de grenade ne  vous fasse pas du bien.

Pour ceux sans les bons microbes dans leurs tripes, cependant, les scientifiques travaillent déjà sur une solution. co-auteurs de l'étude ont fondé une start-up, Amazentis, qui a mis au point une méthode pour administrer des doses finement calibrées de urolithin A. La société mène actuellement premiers des essais cliniques testant la molécule chez l'homme dans les hôpitaux européens.

Darwin à votre service: l'évolution parallèle fait de bons partenaires pour le dîner, selon une étude co-auteur Johan Auwerx, il serait surprenant que l'urolithin A ne soit pas efficace chez l'homme. "Les espèces qui sont évolutivement assez éloignés, tels que C elegans et le rat, réagissent à la même substance de la même manière. C'est une bonne indication que nous touchons ici un mécanisme essentiel dans les organismes vivants."

La fonction de Urolithin A est le produit de plusieurs dizaines de millions d'années d'évolution parallèle entre les plantes, les bactéries et les animaux. Selon Chris Rinsch, co-auteur et PDG de Amazentis, ce processus évolutif explique l'efficacité de la molécule: "Précurseurs à urolithin A se trouvent non seulement dans les grenades, mais aussi dans de plus petites quantités dans beaucoup de noix et de baies. Pourtant, pour être produit. dans nos intestins, les bactéries doivent être en mesure de briser ce que nous mangeons. Lorsque, par l'intermédiaire de la digestion, une substance est produite qui est bénéfique pour nous, la sélection naturelle favorise à la fois les bactéries impliquées et leur hôte. Notre objectif est de suivre les validations cliniques strictes, de sorte que chacun puisse bénéficier du résultat de ces millions d'années d'évolution ".

L'approche des chercheurs de l'EPFL fournit une toute nouvelle palette de possibilités pour lutter contre la dégénérescence musculaire qui se déroule comme nous prenons de l'âge, et peut-être aussi pour contrer d'autres effets du vieillissement. En aidant le corps à se renouveler, l'urolithin A pourrait bien réussir là où tant de produits pharmaceutiques, dont la plupart ont essayé d'augmenter la masse musculaire, ont échoué. Auwerx, qui a également publié une découverte récente sur les effets anti-vieillissement d'une autre molécule dans la revue Science, met l'accent sur l'importance de changement de jeu de ces études. "L'approche nutritionnelle ouvre un territoire que la pharmaceutique traditionnelle n'a jamais exploré. C' est un véritable changement dans le paradigme scientifique."



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15771
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: La grenade contre le cancer de la prostate.   Sam 24 Mar 2012 - 8:59

Publié le samedi 24 mars 2012 à 13:41

Du jus de grenade pour lutter contre le cancer du
Les femmes qui souffrent du cancer du sein, trouveront certainement matière à espoir avec les révélations d’une équipe de chercheurs de l’Ohio State University. Publiée dans la revue Cancer Prevention Research, l’étude menée par cette équipe présente le jus de grenade comme un produit dont les propriétés freineraient l’avancée de ce cancer.

La grenade est un fruit rouge dans lequel on trouve des graines juteuses appelées arilles. Ces graines ont une bonne concentration en flavonoïdes, à savoir des tannins, des anthocyanidines et de l’acide ellagique, des substances qui empêcheraient le développement des cellules cancéreuses au niveau des tissus du sein. Cette affirmation est indiscutable pour le Dr Shiuan Chen, directeur de la Division of Tumour Cell Biology et le Dr Lynn Adams, du Beckman Research Institute, qui étaient à la tête de cette équipe de chercheurs. Ils ont aussi découvert en laboratoire que l’acide ellagique produisait de l’urolithin B, un métabolite qui empêcherait l’action de l’aromatase. L’aromatase est une enzyme à la base du développement des cellules tumorales. Elle actionne la transformation des androgènes en œstrogènes, une hormone sexuelle féminine qui joue un rôle déterminant dans 75% des apparitions de cancer. Ainsi, une consommation régulière de jus de grenade, en plus d’éloigner le cancer des seins, permettrait de tenir en bonne santé les tissus vulnérables aux œstrogènes, tels que les ovaires et l’utérus.

Dans le jus de grenade, on trouve plusieurs composants qui agissent en synergie, produisant un effet bénéfique dans la lutte contre les cellules cancéreuses. Il ne faut cependant pas confondre le jus et le fruit. Lorsqu’on mange uniquement le fruit, on ne profite pas de toutes les propriétés de la grenade. La plupart des composants bienfaisants de ce fruit sont situés au sein de la membrane blanche entourant les arilles. Et c’est cette membrane qui est pressée pour réaliser le jus de grenade. Il se trouve que quand on mange uniquement le fruit, on avale rarement la membrane qui est pourtant un condensé de substances importantes pour la lutte contre le cancer. Pour profiter donc pleinement des vertus de la grenade, il est conseillé de consommer le jus recueilli.

Le cancer du sein touche les femmes, au 4 coins du monde, et 400 000 d’entre elles en meurent chaque année. Le risque est grandissant entre 30 et 60 ans et les traitements proposés ne garantissent pas toujours le rétablissement souhaité. La prévention demeure l’arme la plus efficace et le jus de grenade n’est pas à sous-estimer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15771
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: La grenade contre le cancer de la prostate.   Mer 13 Avr 2011 - 14:57




Carpaccio de lotte, curcuma, citron vert et graines de grenade


446 Kcal/p. Préparation 10 min/marinade 24 heures.

Pour 4 pers. : 1 kg de queue de lotte/20 g de curcuma frais/20 g de gingembre frais/1/2 gousse d'ail/ 20 g de galanga frais/1 citron vert/ 2 cl de jus de grenade/100 g de grains de grenade/30 g d'alfalfa/20 cl d'huile / sel et poivre du moulin.


Méthode : deux jours à l'avance, râper finement le curcuma frais, le gingembre, le galanga et l'ail. Mixer ces condiments avec le jus de citron, le jus de grenade, du sel et l'huile. Placer les queues de lotte dans un plat contenant la marinade et laisser 24 heures au réfrigérateur en retournant régulièrement le poisson. La veille, égoutter la lotte, la rouler dans du film alimentaire et l'entreposer une nuit au congélateur. Le jour même, couper la lotte en tranches fines et les disposer dans les assiettes. Badigeonner légèrement de marinade, poivrer puis décorer de grains de grenade et d'alfalfa.



"Les recettes gourmandes du vrai régime anticancer" (Odile Jacob, 288 p., 19,50 euros).

Une autre recette de poisson "cuit" dans la marinade. Peut-être que celle-ci a meilleur goût mais le fait qu'elle se trouve dans un livre de recettes anti-cancer m'impressionne aussi je la copie ici en faisant un peu de pub pour le livre en compensation de mon "vol". N,en faites pas de grosses quantités la première fois parce que c'est possible que le goût ne soit pas au rendez-vous. En tout cas la recette de ceviche que j'ai essayé l'autre jour, j'ai eu de la misère à manger ça moi qui pensait que ce serait déliceux...

Atouts santé : la lotte, riche en protéines, phosphore et iode, a une faible teneur en matières grasses. Les graines de grenade, qui recèlent des antioxydants, sont un atout antivieillissement de nos cellules.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15771
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: La grenade contre le cancer de la prostate.   Mer 18 Jan 2006 - 19:27



Après que la chirurgie de la prostate et les radiations sont finies, le jus de grenade peut être un bon breuvage à avoir sous la main. Le docteur PAntuck a étudié un groupe de 48 hommes qui ont subi une chirurgie suivi d'une radio-thérapie. En vérifiant leur taux de psa, Pantuck était capable de dire si oui ou non ils répondaient positivement au jusde grenade. Pour les hommes qui consomment 8 onces de jus de grenade par jour, le psa prend presque 2 fois plus de temps à s'élever à un niveau qui demande une intervention médicale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
soso



Nombre de messages : 483
Age : 32
Localisation : centre(36)
Date d'inscription : 01/09/2005

MessageSujet: Re: La grenade contre le cancer de la prostate.   Mer 12 Oct 2005 - 11:33

exactement fred l alimentation est fondamentale pour une bonne sante c est pour ca qu il faut bien equilibrer son alimentation
!@@! bec bec
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
frederic



Nombre de messages : 1088
Localisation : Canada/Mascouche
Date d'inscription : 08/04/2005

MessageSujet: Re: La grenade contre le cancer de la prostate.   Mar 11 Oct 2005 - 19:29

Je suis sur le thé vert moi aussi. Mais moi j'aime ça. Mon doc m'avait déjà "prescrit" de prendre un jus ou une orange à 8h am et encore vers 11h. Il me vantait les bienfait de sa méthode. Ce qui est le plus surprenant, c'est que mes métastases ont disparus quelques semaines plus tard. La nourriture a sûrement des propriétés encore insoupçonné et surtout curative. Il s'agit de bien se nourrir j'imagine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tousensemble.qc.ca
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15771
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: La grenade contre le cancer de la prostate.   Mar 11 Oct 2005 - 16:07

Depuis que j'ai lu ça, j'ai abandonné le thé vert pour le jus de grenade.
C'est à peine meilleure quant au goût.

Régis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
frederic



Nombre de messages : 1088
Localisation : Canada/Mascouche
Date d'inscription : 08/04/2005

MessageSujet: Re: La grenade contre le cancer de la prostate.   Mar 11 Oct 2005 - 15:31

hé bein! On aura tout vu et entendu dans ce topic. Tant mieux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tousensemble.qc.ca
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15771
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: La grenade contre le cancer de la prostate.   Mar 11 Oct 2005 - 15:02



Le fruit de grenade est riche en polyphénols qui lui confèrent des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires importantes, qui seraient encore plus marquées que celles du vin rouge et du thé vert.

L'équipe de Hasan Mukhtar, de l'université du Wisconsin (Etats-Unis), avait déjà montré, dans une précédent étude, que l'extrait de grenade possède une activité anti-tumorale forte sur le cancer de peau chez des souris.

Dans cette nouvelle étude, les chercheurs américains ont démontré que l'extrait de grenade inhibe la croissance des cellules humaines du cancer de la prostate et induit leur apoptose (mort cellulaire programmée).

Par ailleurs, lorsque ces cellules cancéreuses ont été injectées à des souris, l'administration orale de jus de grenade a également inhibé la croissance tumorale, a diminué le taux d'antigène spécifique de la prostate (PSA) et a augmenté la survie des animaux.

Le jus de grenade pourrait donc s'avérer bénéfique pour prévenir et traiter le cancer de la prostate chez l'homme


Dernière édition par Denis le Sam 24 Mar 2012 - 9:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La grenade contre le cancer de la prostate.   Aujourd'hui à 13:21

Revenir en haut Aller en bas
 
La grenade contre le cancer de la prostate.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Attention ! pas trop de sel
» Le jus de grenade réduirait certaines tumeurs.
» Le piment, bienfaiteur de la prostate?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Alimentation-
Sauter vers: